Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Subra, Géopolitique de l'aménagement du territoire

Bernard Bret
p. 68
Référence(s) :

Philippe Subra, 2007, Géopolitique de l'aménagement du territoire, A. Colin, coll. Perspectives Géopolitiques, Paris, 327 p.

Texte intégral

1 C’est un excellent ouvrage que Philippe Subra nous propose en exposant la Géopolitique de l'aménagement du territoire. Livre excellent par son niveau d'information, son niveau de réflexion qui donne un sens à chaque information fournie, sa qualité d'écriture enfin. Dans un style qui fait parfois penser au journalisme d'investigation dans le meilleur sens du terme, Philippe Subra met en scène les conflits liés à l'aménagement du territoire en France et nous fait découvrir sous un jour nouveau bien des évènements qui ont tenu la chronique au cours des dernières années. Son livre se lit comme un roman, mais c'est un ouvrage scientifique, et cette association rare mériterait à elle seule bien des éloges.

2 Que dit ce livre ? Selon l’auteur, l'aménagement du territoire bénéficiait d'un consensus en France à l'époque de la reconstruction puis de l'expansion économique des Trente Glorieuses, mais ce consensus a laissé place aujourd'hui à des oppositions d'intérêts de plus en plus ressenties par les citoyens. La cause est-elle dans la « crise de l’État-nation comme référence identitaire et affective » (p. 39), toujours est-il que Philippe Subra note un « glissement progressif de la conflictualité dans notre société du champ du social vers celui du territorial », ce qu'il résume d'une façon percutante dans cette formule : « De moins en moins de grèves. De plus en plus de conflits dont l'objet est le territoire » (p.39). Qu'il s'agisse de protester contre le départ d'un usine ou d'un service public, d'attirer un aménagement convoité et donc de l'emporter dans une compétition désormais ouverte entre les territoires, ou qu'il s'agisse de faire obstacle à un aménagement jugé indésirable pour les dangers qu'il fait courir (ou dont on l'accuse, non sans exagération parfois) à l'environnement, on voit se constituer des coalitions insolites entre des acteurs pour la défense d'intérêts communs fondés sur le territoire. Face à des citoyens regroupés en associations et à des entreprises qui n'ont pas forcément des intérêts convergents, les pouvoirs publics ont de plus en plus de mal à imposer leur point de vue ou à faire valoir un arbitrage acceptable par tous. Parmi des analyses toutes remarquables (les terrains Renault de Boulogne-Billancourt, la fermeture des maternités dans les petites villes, le tracé du TGV Nord, la localisation du Stade de France, et bien d'autres qu'un compte-rendu rapide ne peut mentionner), on appréciera notamment ce que Philippe Subra dit du phénomène nimby : l'union sacrée (« la crise et le conflit fédèrent le système local des acteurs », p. 68) pour concentrer les avantages des équipements et en éviter les nuisances réelles ou supposées constitue un égoïsme territorial contraire à l'idée de bien commun. Mais, il est parfois difficile de dire à quelle échelle géographique le bien commun doit être défini et peut trouver la légitimité qui le consoliderait devant les intérêts particuliers. Cette lecture géopolitique, très convaincante, qui analyse les conflits d'acteurs pour le contrôle des territoires, conduit alors à observer les conditions même de la compétition politique. C'est  l'occasion d'analyses très perspicaces et très vivantes sur la démocratie participative dans ses relations avec la démocratie représentative (on sait gré à l'auteur de montrer à la fois  l'intérêt du débat public et la nécessaire reconnaissance de la légitimité démocratique des élus) et sur les nouveaux territoires  politiques que sont les régions et les différentes structures intercommunales. S'il fallait encore démontrer que l’État n'est plus le seul acteur institutionnel dans cette affaire, ces pages y suffiraient.

3 Que conclure, sinon reprendre la conclusion de l'ouvrage qui réaffirme la dimension géopolitique de l’aménagement et résume brillamment l'argumentaire, non sans égratigner la géographie dite « classique » qui traite de la chose comme d'une affaire technique. Cette affaire est politique. Elle concerne la géographie. Elle est géopolitique. Philippe Subra le démontre avec une telle rigueur et dans un style si vif et si plaisant qu'il deviendra difficile désormais de parler de l'aménagement sans faire référence à son travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bret, « Philippe Subra, Géopolitique de l'aménagement du territoire », Géocarrefour, Vol. 83/1 | 2008, 68.

Référence électronique

Bernard Bret, « Philippe Subra, Géopolitique de l'aménagement du territoire », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/1 | 2008, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/4462

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org