Navigation – Plan du site

Le Mexique et l’eau : de la disponibilité naturelle aux différents types de rareté

Maxico and water: from natural availability to different forms of shortage
Edith Kauffer
p. 61-71

Résumés

Le Mexique peut être considéré comme un pays divisé en deux grands territoires lorsque l’on aborde le thème de l’eau. La Commission Nationale de l’Eau signale que le nord et le centre du pays possèdent une disponibilité d’eau limitée alors que le sud se caractérise par une abondance naturelle d’eau pour une population moins nombreuse. À partir d’une réflexion sur les indicateurs de l’état des ressources hydriques et sur la nécessité de dépasser les données quantitatives afin d’appréhender la complexité des phénomènes observés, cet article met en évidence les contrastes existant en matière hydrique au Mexique. À la suite du modèle d’analyse proposé par Turton et Ohlsson (1999), il prétend expliquer les réponses apportées aux différents états de la ressource.

Haut de page

Texte intégral

1Le Mexique possède une disponibilité moyenne d’eau par habitant et par an de 4 094 m3 (CNA, 2005, p. 36) et occupe le 81e rang en la matière selon une classification réalisée par l’Organisation des Nations Unies (CNA, 2005, p. 160), sur un total de 183 Etats et territoires considérés. Actuellement, et à l’échelle nationale, il n’existe apparemment pas de pénurie d’eau au Mexique mais les projections démographiques qui accompagnent les chiffres concernant la disponibilité future en eau mettent en évidence un problème croissant en la matière pour les décennies qui viennent.

2En réalité, cette moyenne nationale cache d’énormes disparités régionales. En apparence, il existe au Mexique une pénurie naturelle d’eau dans certaines régions, qui contraste avec une abondance caractéristique d’autres zones. En effet, les zones les plus arides du pays sont aussi les plus peuplées, les plus riches et les plus grandes consommatrices d’eau. Ainsi la Commission Nationale de l’Eau (CNA) affirme que le centre, le Nord et le Nord-est du pays possèdent 22% des écoulements superficiels, 77% de la population et 86% du Produit Intérieur Brut (PIB). Le Sud, quant à lui, compte 68% des écoulements, 23% de la population et 14% du PIB : beaucoup d’eau, une pression démographique moindre mais une population très pauvre (CNA, 2005, p. 36).

3Dans un premier temps, nous présenterons les deux façons d’aborder l’état des ressources hydriques qui prédominent dans la littérature : les indicateurs quantitatifs et l’analyse plus conceptuelle qui propose d’intégrer des données sociales. En second lieu, nous mettrons en évidence les contrastes régionaux existant au Mexique, à partir des concepts de rareté et d’abondance relative de la ressource et des capacités adaptatives à celles-ci proposés par Turton et Ohlsson (1999). Finalement, nous discuterons le rôle des politiques hydriques face à cette dynamique d’abondance et de pénurie afin de replacerla situation actuelle du Mexique dans un schéma d’analyse présenté par Turton et Ohlsson (1999) qui retrace leur transformation historique.

La conceptualisation de la pénurie à partir de deux visions

4La littérature récente aborde le thème de la « crise de l’eau » à partir de deux types de concepts. Elle se caractérise, d’une part, par la production d’indicateurs descriptifs et quantitatifs qui permettent de déterminer différents états passés et actuels des ressources hydriques qui vont de l’abondance à la rareté et qui sont utilisés actuellement par la plupart des organisations internationales et des gouvernements dans le monde ; d’autre part, parallèlement à ces indicateurs, un certain nombre de chercheurs en sciences sociales proposent des concepts analytiques qui permettent d’intégrer la dimension sociale et la complexité des phénomènes observés dans la discussion relative à la pénurie de la ressource hydrique.

Les indicateurs quantitatifs : mesurer dans le but de classifier et de réaliser des projections

5La terminologie qui tente de décrire la situation de l’eau dans le monde s’organise autour de cinq termes principaux : le déficit (deficit), le stress hydrique (water stress), la pénurie (water shortage), la rareté (water scarcity) et la pauvreté hydrique (water poverty). Seuls les deux premiers indicateurs sont utilisés exclusivement dans le but de mesurer l’état des ressources hydriques dans une perspective de comparaison synchronique ou diachronique ; les autres termes donnent lieu à des discussions qui dépassent la vision descriptive et quantitative.

6La précipitation totale est l’indicateur le plus simple et général de l’état des ressources hydriques. Il est aussi le moins précis car la quantité d’eau qui tombe du ciel et celle qui est susceptible d’être utilisée par les êtres humains et les écosystèmes varient considérablement en raison d’une série de facteurs divers.

7La disponibilité en eau par an et par habitant mesure, quant à elle, la disponibilité totale sur un territoire, divisée par le nombre de ses habitants. À partir du résultat de disponibilité, s’effectue une classification qui peut s’exprimer à l’échelle d’un pays ou d’une région. Lorsque la disponibilité dépasse les 10 000 m3 par an par habitant, les problèmes sont peu fréquents et la situation qualifiée de favorable (well-watered). Quand le résultat se trouve entre 1 660 et 10 000 m3, les problèmes de pénurie sont modérés ou occasionnels. Au-dessous du seuil de 1 660 m3 par habitant, le terme de stress hydrique est utilisé et les problèmes de quantité et qualité d’eau sont fréquents. Entre 500 et 1 000 m3, la situation est qualifiée de rareté chronique ou sévère et au-dessous de 500 m3, les problèmes sont constants et à grande échelle, car le seuil de viabilité est dépassé, l’eau se convertissant en un obstacle (water barrier) car la pénurie est absolue. À l’heure actuelle, le seuil des 1 700 m3 constitue un indicateur couramment utilisé pour qualifier la situation des différents pays et détecter les problèmes actuels et futurs en matière d’eau.

8Cet indicateur de disponibilité connu comme l’indice de stress hydrique de Falkenmark est en réalité une adaptation de l’indice présenté par la célèbre hydrologue suédoise en 1989 (Falkenmark, 1989 ; Ashton, 2002, p. 238 ; Ohlsson et Turton, 1999), qui proposait initialement d’évaluer le nombre de personnes par unité de flux d’eau (celle-ci représentant un million de mètres cubes) et les différents problèmes associés au résultat en termes de stress et de rareté. Cet indice a été inversé par rapport à la présentation originelle (Ashton, 2002, p. 238).

9Le degré de pression sur l’eau ou stress hydrique constitue une autre manière de mesurer l’état des ressources hydriques d’un pays et fait référence au pourcentage d’extraction en fonction de la disponibilité de la ressource. Une fois le résultat obtenu, il est classifié dans une catégorie : 10% indique la limite du stress normal, c’est-à-dire que le renouvellement de la ressource n’est pas menacé si le taux de prélèvement n’atteint pas ce pourcentage. Au-delà de 10%, on parle de stress modéré et une fois franchi le seuil des 20%, on se trouve dans la catégorie de stress élevé, puis à partir de 40% dans un état sévère de stress hydrique.

10Les critiques soulevées par l’usage exclusif des indicateurs quantitatifs mettent en évidence qu’ils sont formulés par rapport à la ressource et que la quantité et qualité de celle-ci se trouvent ainsi au cœur du problème (Haddadin, 2001, p. 462, Ashton, 2002, p. 238). Dans cet ordre d’idée, la solution consiste à avoir des effets positifs sur les données quantitatives relatives à l’eau, vision qui s’est trouvée au cœur des politiques hydriques durant des décennies dans la plupart des pays du monde. Le recours à la technologie est ainsi conçu comme la panacée pour résoudre le problème de l’eau, appréhendé comme une affaire de quantité et de qualité de la ressource. La technologie est ainsi utilisée afin d’adapter l’offre d’eau - qui pose problème - à la demande. Cette vision domine la production académique en la matière, ce qu’Ohlsson et Turton (1999, p. 1) qualifient de « jeu des numéros ».

Des concepts analytiques qui intègrent la problématique sociale

11Bien que fondé sur une vision centrée sur la ressource et malgré son utilisation comme un indicateur quantitatif à partir de sa reformulation, l’indice de Falkenmark tel qu’il a été présenté dans sa version initiale, se centre sur la dimension démographique et la pose comme fondamentale pour comprendre les limites de la ressource (Ashton, 2002, p. 238). L’accent est donc mis de manière explicite non pas sur l’état de la ressource mais sur l’impact que produit une variable liée à la population et son évolution au fil des années - la croissance démographique - sur la disponibilité en eau et en conséquence sur les potentialités ou obstacles pour le développement qui en découlent.

  • 3

12Nous pouvons donc considérer que celui-ci se trouve à la frontière entre les indicateurs quantitatifs et analytiques en la matière. Ces derniers partent de la constatation que la problématique de l’eau est profondément humaine et sociale (Haddadin, 2001, p 462). C’est ainsi qu’Ohlsson (1999, p. 4) souligne que la rareté est un concept relatif, car il est déterminé à partir des besoins qui changent, et il configure ainsi une construction sociale dans la mesure où il est lié à l’impact des changements culturels sur les besoins matériels des êtres humains1.

  • 3

13De son côté, Homer-Dixon (2000) réalise une analyse du concept de rareté qu’il considère comme le produit de trois types d’éléments en interaction : la diminution de l’approvisionnement en provenance de la ressource, les caractéristiques de la demande et les déséquilibres relatifs dans la distribution de la richesse. Le premier élément est le résultat de la dégradation de la ressource, sa réduction en quantité ou qualité et correspond à la rareté induite par l’offre (supply-induced scarcity). Le second est lié aux activités humaines et est défini comme une rareté induite par la demande (demand-induced scarcity) et le troisième facteur est aussi appelé rareté structurelle (structural scarcity). L’auteur prend donc en compte à la fois les caractéristiques de la ressource, celles de ses utilisateurs et les conditions socio-économiques du contexte dans lequel celle-ci est utilisée2. Selon Homer-Dixon (2000, p.30), la rareté d’une ressource de l’environnement peut produire les flux migratoires, des situations de pauvreté et de violence ainsi que des effets négatifs sur les institutions et politiques publiques. Mais il rappelle aussi que ces processus possèdent des influences réciproques.

14Turton et Ohlsson (1999, p.4) définissent, quant à eux, l’existence de deux ordres de rareté de la ressource hydrique : le premier fait référence à ce que les indicateurs quantitatifs mesurent, l’état de celle-ci, appelé rareté de premier ordre (first-order scarcity). Le second ordre exprime pour sa part la capacité (ou l’incapacité) d’une entité sociale à faire face aux demandes engendrées par la « rareté de l’eau » ; il est dénommé « rareté de second ordre » (second-order scarcity). À partir de la distinction entre ces concepts, l’un centré sur la ressource et le second sur les capacités d’adaptation des différentes sociétés à son état, les auteurs procèdent à l’exposé d’une hypothèse que nous résumerons de la forme suivante. La rareté, définie comme « une diminution du volume disponible par habitant durant une certaine période de temps » qui se situe dans le premier ordre de rareté, a pour résultat une réponse, localisée dans le second ordre de rareté qui consiste en des comportements adaptatifs par les élites qui prennent les décisions et les traduisent par un résultat, c’est-à-dire des stratégies ou politiques publiques de redistribution de la ressource. À partir de l’état de la ressource, Turton et Ohlsson (1999, p. 4) proposent ainsi quatre scénarios qui combinent la quantité avec les deux ordres de rareté déjà définis.

Tableau 1. Scénarios de rareté

Type de

ressource

Quantité

Premier ordre

Second ordre

Rareté relative

1

2

Abondance relative

3

4

Source : schéma reproduit de Turton et Ohlsson, (1999).

15 Dans un contexte de rareté relative de l’eau, la situation qui combine une rareté de premier ordre (1) et de second ordre (2) - lorsqu’au problème de pénurie naturelle se joint un manque de capacités d’adaptation à la situation - correspond à la pauvreté en eau (water poverty). Lorsque le premier ordre se situe en état de rareté mais le second en état d’abondance (1 et 4), c’est-à-dire lorsque la réponse à la pénurie naturelle est favorable, la situation est définie comme « une abondance d’eau induite structurellement » (structurally-induced water abundance).

16À l’inverse, en cas d’abondance naturelle mais de pénurie de second ordre (3 et 2), lorsque la disponibilité est favorable mais les capacités d’adaptation sont déficientes, on se situe dans la « rareté sociale induite structurellement » (structurally-induced social scarcity). Et enfin, le quatrième scénario pose la combinaison d’une abondance naturelle avec une réponse adaptative favorable (3 et 4), ce qui définit l’abondance en eau.

17Turton et Ohlsson (1999, p. 5) proposent également d’approfondir le terme de la rareté et à partir de celui-ci décrivent l’évolution historique et théorique des politiques hydriques en trois phases. Le point de départ de cette réflexion est une situation d’abondance de la ressource qui se convertit en rareté en raison de la croissance démographique de la population. Cette entrée dans la rareté ou la transition vers la rareté provoque une réponse des autorités gouvernementales afin d’augmenter l’offre d’eau : c’est la phase centrée sur l’approvisionnement, aussi appelée « ingénierie héroïque » par Platt (cité par Turton et Ohlsson, 1999, p. 6), « mission hydraulique » par Reisner (1993) dans le cas des Etats-Unis ou « mission d’ingénierie hydraulique » mentionnée par Swyngedouw (1999) dans le cas de l’Espagne. Cette étape est caractérisée par la nécessité de fournir de l’eau aux zones urbaines à partir d’un modèle de technologie hydraulique. Le résultat de cette capacité adaptative est une augmentation du volume disponible mais la croissance démographique aidant, on entre dans une seconde phase de transition appelée « déficit en eau ».

18Cette deuxième étape possède deux éléments clés : d’une part, la disparition d’alternatives d’exploitation ou l’impossibilité d’exploiter les nouvelles sources en raison de leur coût élevé et, d’autre part, l’émergence d’une conscience sociale favorable à la protection de la ressource hydrique. Le concept de déficit en eau fait alors référence à la fois aux aspects quantitatifs et qualitatifs et la réponse des autorités se traduit par le début d’une nouvelle phase d’adaptation orientée, cette fois-ci, vers la demande (demand-sided phase) ; elle consiste , non pas en une réponse quantitative et technique comme dans le cas antérieur mais en une réponse sociale face aux diverses menaces d’instabilité qui accompagnent la transition vers le déficit d’eau. Une différence fondamentale entre les deux phases réside dans le fait que pour la phase de transition vers la rareté d’eau, la réponse au problème est centralisée par les autorités publiques qui établissent alors « un contrat hydro-social » dans le sens du contrat social décrit par Rousseau, Hobbes et Locke, centré sur la ressource hydrique. Une fois établie l’impossibilité d’assurer la continuité de l’approvisionnement en eau, le contrat hydro-social est rompu dans les faits et les mobilisations sociales, les questionnements vis-à-vis de la politique hydrique commencent ainsi à voir le jour.

  • 3  Définies comme les membres de groupes professionnels, politiques et scientifiques qui donnent form (...)

19Dans cette seconde phase, de nouvelles élites discursives3 apparaissent : si le « miracle hydraulique » est caractérisé par l’omniprésence des ingénieurs hydrauliciens, la phase de déficit facilite la prédominance des environnementalistes. Dans ce cas-là, seules les conditions d’adaptation permettent de développer un management de la demande dont les résultats peuvent se traduire par une instabilité sociale très forte ou par une adaptation favorable. Elle est divisée en deux types de solutions : l’efficacité de l’utilisateur final ou comment faire plus avec l’eau disponible, « plus de récolte par goutte » (Turton, 1999) et l’efficacité d’allocation ou comment faire mieux les choses avec l’eau disponible, « plus d’emplois par goutte ». La première consiste à développer des stratégies et des technologies d’économies dans différents secteurs, en particulier l’agriculture, solution facile à appliquer techniquement et politiquement. La seconde permet d’allouer à l’industrie et à l’usage domestique une partie de l’eau utilisée par le secteur agricole, qui représente l’utilisateur le plus important dans les pays en développement (au moins 70% de l’eau utilisée). Cette réassignation est évidemment plus problématique sur le plan social et politique.

20Tout ceci mène à une troisième phase adaptative, qui consiste à faire face à la rareté absolue, et qui devrait mener à une situation de stabilité si le résultat de la gestion de la demande en eau est un succès qui assure « la reconstruction de la ressource naturelle », autrement dit une abondance en eau structurellement induite face à un état de rareté de premier ordre grâce aux capacités adaptatives d’une société donnée. Nous ne détaillerons pas davantage cette phase dans la mesure où le cas mexicain ne permettra pas de l’illustrer.

21Les travaux récents de Turton et Ohlsson (Ohlsson et Turton, 1999; Turton et Ohlsson, 1999 ; Turton, 1999 ; Ohlsson, 1999) illustrent les possibilités engendrées par les concepts analytiques afin de comprendre les dynamiques complexes et diverses de la pénurie d’eau telle qu’on peut l’observer au Mexique. Ces auteurs n’éliminent pas le recours aux indicateurs quantitatifs et descriptifs mais ils préconisent leur usage en combinaison avec un cadre théorique explicatif qui permet non seulement de comprendre l’état des ressources hydriques mais aussi les réponses préconisées par les autorités pour faire face à différentes situations de pénurie. Le modèle d’analyse de Turton et Ohlsson qui a été appliqué dans différents pays d’Afrique et du Moyen-Orient est particulièrement éclairant pour comprendre le cas mexicain.

La rareté de premier ordre : un panorama des contrastes nationaux en matière d’eau au Mexique 

22Avant de présenter les données qui illustrent les contrastes relatifs à la ressource hydrique au Mexique, il est important de rappeler quelques éléments de sa géographie, de ses divisions politiques et de l’organisation de la gestion de l’eau.

  • 4  Il existe également une délimitation en cinq méso-régions : sud-sud-est, centre-occident, centre, (...)

23Le Mexique possède un territoire de 1 972 547 kilomètres carrés peuplés de 103 millions d’habitants. Sur le plan politique et administratif, il est formé par 31 états fédérés et par le District fédéral où se trouve la capitale du pays, Mexico. En matière d’eau, la Commission Nationale de l’Eau (CNA) représente, depuis 1989, l’instance normative et de régulation qui prend les décisions relatives aux politiques hydriques applicables à l’ensemble du pays, à partir d’une division en 13 régions administratives effectuée en 1998, puis modifiée en 2000.4

Tableau 2. Caractéristiques et localisation de chaque région administrative hydrologique

Région administrative

Localisation géographique

Caractéristiques

I Péninsule de Basse Californie

Nord

8% territoire, 4% PIB, 199 mm de précipitation, 85% eau agricole, 90% population urbaine, zone de maquiladoras, bassin partagé avec les Etats-Unis, rareté de l’eau mais niveau de développement supérieur à la moyenne nationale.

II Nord-Ouest

Nord

10,8% territoire, 2,9 % PIB, 476 mm de précipitation, 88% eau agricole, 81% population urbaine, agriculture d’irrigation, problèmes d’approvisionnement pour les zones urbaines.

III Pacifique Nord

Nord

8% territoire, 3% PIB, 684 mm de précipitation avec disparités locales, 94% eau agricole, 62% population urbaine, agriculture d’exportation très développée, infrastructure hydraulique importante, fort développement dans les zones de pénurie d’eau.

IV Balsas

Centre

6% territoire, 6.8% PIB, 806 mm de précipitation, 82 % eau agricole, production hydro-électrique, parc industriel développé, problèmes de pollution des eaux utilisées par l’industrie, zones rurales sans infrastructures.

V Pacifique Sud

Sud

4% territoire, 2% PIB, 1.125 mm de précipitation, 50% population rurale, 70% eau agricole, économie fondée sur l’agriculture de subsistance, tourisme et pétrole,  zones rurales privées de services publics, phénomènes hydro-métérologiques extrêmes.

VI Río Bravo

Nord

19% territoire, 14,2 % PIB, 449 mm de précipitation, 78 % eau agricole, 92% population urbaine, bassin transfrontalier avec Etats-Unis, région de développement industriel très dynamique  agriculture importante, infrastructures face à la pénurie.

VII Bassins centraux du nord

Nord

10% territoire, 3,4% PIB, 496 mm de précipitation, 86% eau agricole, 69% population urbaine, production de lait la plus importante du pays, important développement industriel, sur-exploitation des aquifères.

VIII Lerma-Santiago-Pacifique

Centre

9,7% territoire, 15,9 % PIB, 671 mm de précipitation, 79% eau agricole, production agricole d’exportation et forte industrialisation dans la partie sud, conflits entre agriculteurs et zones urbaines.

IX Golfe Nord

Nord

6,5% territoire, 4,1% PIB, 917 mm de précipitation, 81 % eau agricole, 54% population rurale, problèmes de pollution des eaux usées non traitées.

X Golfe Centre

Sud

5% territoire, 5,6% PIB, 1.549 mm de précipitation, 46% eau agricole, 54% population urbaine, seconde région en abondance naturelle, infrastructure peu développée, pollution des eaux superficielles, inondations et pénuries saisonnières.

XI Frontière Sud

Sud

5% territoire, 2,9% PIB, 2.258 mm de précipitation, 52% population rurale, première région en abondance naturelle, absence de services publics, agriculture de subsistance, production hydro-électrique, inondations, pollution des eaux superficielles.

XII Péninsule du Yucatán

Sud

7% territoire, 3,9 % PIB, 1.290 mm de précipitation, 57% eau agricole, dépendance des eaux souterraines marquées par la pollution, inondations, services publics peu développés.

XIII Eaux de la vallée de Mexico y système Cutzamala

Centre

<1% territoire, 31,3% PIB, 797 mm de précipitation, 48% eau agricole et 36% usage domestique, zone la plus problématique sur tous les plans, concentration industrielle, sur-exploitation, approvisionnement, conflits fréquents.

Source : CNA (2001), Programa nacional hidraúlico 2001-2006.

Les contrastes naturels entre le nord, le centre et le sud

24Les contrastes en matière de disponibilité de l’eau au Mexique, qui opposent l’abondance du sud à une situation qui tend à la pénurie au nord et au centre du pays, s’expliquent par les conditions climatologiques et géographiques des différentes régions et peuvent être mis en évidence à travers les indicateurs suivants : l’abondance des précipitations, la disponibilité superficielle de l’eau, la pression hydrique exercée etl’état des aquifères.

  • 5  La péninsule de Basse Californie représente la seule exception à cette réalité car il y pleut dura (...)

25Le panorama des précipitations au Mexique entre 1941 et 2004 révèle une moyenne nationale de 773 millimètres annuels (CNA, 2005, p. 34) mais 67% d’entre elles se concentrent durant les quatre mois de la saison des pluies5 : juin, juillet, août et septembre. Les trois régions d’administration hydraulique situées au sud reportent des chiffres supérieurs à la moyenne : alors que la région « Frontière sud » la triple avec  2 260 millimètres, la région « Golfe centre » enregistre 1891 et la péninsule du Yucatán, 1 163 millimètres. Ces chiffres contrastent plus particulièrement avec ceux de la péninsule de Basse Californie qui reçoit seulement 204 millimètres et les bassins centraux du nord, 394 millimètres, ces régions étant situées géographiquement dans le nord du Mexique.

Tableau 3. Données relatives à la rareté de premier ordre par région

Région administrative

Disponibilité naturelle

(hm3)

Disponibilité par hab

(2004, en m3)

Degré de pression

(en %)

I Péninsule de Basse Californie

4.423

1.318

modéré

86 : sévère

II Nord-Ouest

8.213

3.210

Problèmes occasionnels

78 : sévère

III Pacifique Nord

24.839

6.038

Problèmes occasionnels

42 : sévère

IV Balsas

28.924

2.703

Problèmes occasionnels

35 : élevé

V Pacifique Sud

32.508

7.782

Problèmes occasionnels

4 : normal

VI Río Bravo

14.182

1.356

Stress hydrique

59 : sévère

VII Bassins centraux du nord

6.841

1.726

Problèmes occasionnels*

54 : sévère

VIII Lerma-Santiago-Pacifique

36.977

1.820

Problèmes occasionnels*

35 : élevé

IX Golfe Nord

24.290

4.820

Problèmes occasionnels

19 : modéré

X Golfe Centre

102.544

10.574 

 Favorable

4 : normal

XI Frontière Sud

111.229

17.254 

Favorable

2 : normal

XII Péninsule du Yucatán

28.781

8.014

Problèmes occasionnels

6 : normal

XIII Eaux de la vallée de Mexico

3.934

188 

Dramatique

120 : sévère

Total national ou moyenne

426.742

4.094

Problèmes occasionnels

18 : modéré

Source : CNA (2005), Estadísticas del agua en México, 2005, p. 36 et 37.

* : données très proches de la limite du stress hydrique

26L’abondance des précipitations a un impact direct sur la disponibilité naturelle de la ressource hydrique : les trois régions qui reportent les précipitations les plus abondantes sont aussi celles qui possèdent la disponibilité la plus élevée. Ainsi, les deux régions du nord qui enregistrent les plus basses précipitations (péninsule de Basse Californie et bassins centraux du nord) possèdent aussi des disponibilités faibles de 1 318 et 1 726 m3 par personne et par an mais la région qui notifie la disponibilité la plus critique (188 m3 par habitant) se caractérise par une précipitation annuelle de 737 millimètres par an, proche de la moyenne nationale. Ce cas particulier se réfère à la ville de Mexico, située au centre du territoire et à son agglomération qui forment la mégalopole la plus peuplée du continent américain où la dimension naturelle de la précipitation subit l’impact de la forte densité de la population, ce qui se traduit par une disponibilité par habitant excessivement basse. Cela signifie que les conditions climatiques et pluviométriques peuvent être atténuées ou amplifiées par d’autres facteurs, notamment de nature socio-démographique. Les contrastes en matière de disponibilité ont des implications très claires pour les zones du nord du pays, caractérisées par une rareté de premier ordre élevée.

27Dans d’autres cas, au facteur population s’ajoute le type d’activités productives : c’est ainsi que la région Lerma-Santiago-Pacifique, qui possède une disponibilité naturelle élevée (3e rang national), présente pourtant une disponibilité par habitant faible (1 820 m3) ; en outre, à la présence de la seconde métropole du pays s’ajoute sa condition historique de zone de production de grains, ce qui représente un poids particulier pour les ressources hydriques de la région.

28L’indicateur de Falkenmark nous indique une situation peu préoccupante, qualifiée pour l’ensemble du Mexique de « problèmes occasionnels de quantité et qualité » avec seulement trois régions inquiétantes : la péninsule de Basse Californie, celle du Río Bravo, toutes deux situées au nord du pays, et la vallée de Mexico caractérisée par une situation de pénurie absolue. Parmi les dix régions restantes, celles de la Frontière sud et du Golfe sud enregistrent une situation d’abondance et les huit autres présentent des problèmes occasionnels. Cependant, sur ces huit régions, deux d’entre elles se trouvent proches de la limite du stress hydrique, celles des bassins centraux du nord et du Lerma-Santiago-Pacifique située au centre.

29Le degré de pression, quant à lui, est modéré pour l’ensemble du territoire mexicain mais il diffère en fonction des régions : il est normal dans seulement quatre régions, modéré dans une, élevé dans deux d’entre elles et sévère dans six autres. La majorité des régions du Mexique souffrent d’un problème de pression : alors que les quatre régions qui enregistrent un stress hydrique normal se situent au sud, les six régions qui se caractérisent par un stress sévère se localisent au nord et au centre du pays.

  • 3

30Cette situation caractéristique du nord et du centre du Mexique se traduit par une forte pression sur les aquifères. Les chiffres officiels stipulent l’existence de 653 unités hydrologiques ou aquifères au Mexique. Le nombre de nappes souterraines surexploitées a augmenté considérablement depuis 1975, date à laquelle les premières données en la matière ont été rendues publiques : en 1975, 32 aquifères étaient considérés comme surexploités, 36 en 1981, 80 en 1985, 97 en 2001 et 104 en 2004 (CNA, 2005, p. 52). Ces 104 aquifères représentent 60% des eaux souterraines utilisées dans le pays et se situent dans le centre et nord. Il est très illustratif à ce titre de mentionner que l’aquifère qui possède la plus forte surexploitation extrait 9,57 fois plus d’eau que ce que la recharge naturelle permet de capter. Il se situe dans l’agglomération de Mexico6.

L’abondance de premier ordre au sud du Mexique

31Au sud du Mexique, caractérisé par une situation générale d’abondance, la disponibilité naturelle par habitant nous indique une absence de pénurie. Cependant, il est nécessaire, en premier lieu, d’examiner de plus près les contradictions de l’abondance avant de mettre en évidence que le manque d’infrastructures caractéristiques de cette zone permet également de parler de pénurie de second ordre c’est-à-dire déterminée par la réponse aux conditions naturelles.

32L’abondance de l’eau dans le sud du Mexique dépend des saisons et se concentre durant quatre mois de l’année. Durant les huit mois restant, certaines zones ne reçoivent pas une seule goutte d’eau. De même, tout comme la moyenne nationale tend à rendre invisibles les contrastes réels, les moyennes régionales peuvent être trompeuses. Le chiffre de 2 258 millimètres de pluie par an pour la région Frontière sud est une moyenne qui comprend des zones très pluvieuses (4 000 millimètres par an) et d’autres en situation de sécheresse. Cependant, l’intensité des pluies peut parfois atteindre des situations extrêmes où, en quelques heures, il pleut une quantité équivalente à celle d’un mois complet de la saison des pluies. Les précipitations qui ont marqué récemment (septembre et octobre 2005) le sud du Mexique provoquent des conséquences fort négatives pour les ressources naturelles et les habitants des zones concernées. En effet, l’abondance d’eau ne doit pas seulement être considérée comme un élément positif dans la mesure où certains risques en découlent. Les côtes du Mexique sont périodiquement touchées par des évènements hydrométéorologiques extrêmes et, au cours de la dernière décennie, tout le sud du Mexique a subi l’impact de cyclones de forces diverses, ceux-ci atteignant une magnitude particulièrement élevée au cours de l’automne 2005.

33Finalement, l’abondance naturelle ne garantit pas toujours une abondance de second ordre. C’est la principale contradiction dérivée de l’abondance de l’eau que nous pouvons signaler dans le cas du sud du Mexique.

Les situations de second ordre face à la rareté et l’abondance : de nouveaux contrastes

34Après avoir mis en évidence les contradictions régionales existant au Mexique en ce qui concerne la situation de premier ordre de rareté ou abondance, nous analyserons, à l’aide de plusieurs cas concrets, comment les situations de second ordre dérivées de l’état de la ressource diffèrent : le développement historique des zones arides du nord du pays, l’irrigation, la problématique des métropoles, l’abondance du sud et ses réalités de second ordre seront ainsi examinés.

Le développement dans les zones semi-arides et arides du Mexique : histoire d’une abondance induite structurellement

35À la différence de nombreuses civilisations dont les principaux centres de peuplement et de développement se sont installés en raison de la présence d’eau en abondance, en quantité suffisante ou qualité satisfaisante afin de pourvoir aux besoins de sa population, le Mexique, à partir de la colonisation, est entré dans une aire de développement où la ressource hydrique a été subordonnée à un modèle d’économie d’extraction et n’a pas été considérée comme déterminante pour la création des nouveaux pôles de peuplement.

36À partir de 1521, le Mexique commença une transformation de son économie dominée jusqu’alors par la production agricole, la chasse et la pêche, en une économie d’extraction de minerais qui orienta le développement de nouveaux foyers de peuplement dans les zones arides et semi-arides du pays, caractérisées par de fortes carencesen eau (Roemer, 1997, p. 30). Ce schéma, qui permit l’éclosion de nombreuses villes prospères dans le centre du pays, continua une fois l’indépendance du Mexique déclarée en 1821, et perdura jusqu’à la révolution de 1910, quand il fut abandonné.

37À partir du début du XXe s., la proximité du marché des États-Unis stimula le développement d’industries et de services dans la zone frontalière du nord du pays, dont nous avons vu qu’elle se caractérise par des ressources hydriques fort limitées. Cela signifie que le déclin de l’exploitation minière dans le centre du pays fut suivi par l’adoption d’un nouveau modèle de développement dans le Nord qui ne considéra pas la carence en eau comme une limitation.

38Pour pallier l’absence d’eau, le développement de grands projets hydrauliques fut la règle durant l’époque coloniale car l’exploitation minière était grande consommatrice d’eau (Roemer, 1997, p. 31). Le Mexique postérieur à l’indépendance et à la Révolution suivit la dynamique de construction d’infrastructures hydrauliques selon une vision exempte de données hydrologiques exactes. Cela signifie que la rareté de premier ordre fut historiquement dépassée par des conditions d’adaptation favorables qui permirent une abondance de second ordre et ne représentèrent pas une limitation au développement des régions caractérisées par une pénurie naturelle en eau.

L’irrigation, « miracle » de l’abondance induite structurellement

39Le Mexique occupe le sixième rang à l’échelle mondiale en matière d’irrigation quant aux superficies calculées en milliers de kilomètres carrés (CNA, 2005, p. 163). Cela représente presque un tiers des terres arables du Mexique et 3,2% de la superficie totale du pays. Cette agriculture est commerciale, elle permet d’approvisionner les marchés des grandes agglomérations et elle est destinée à l’exportation. Les principales zones de production agricole pour l’exportation se trouvent dans le centre et le nord du pays, le sud produisant pour les marchés locaux et étant majoritairement caractérisé par une agriculture de subsistance si l’on exclut les quelques enclaves de production de café, cacao, banane, mangue et papaye.

40L’agriculture représente le principal utilisateur et consommateur d’eau du Mexique avec 78%, mais l’irrigation possède aussi un taux de « perte en réseau » d’environ 54% (CNA, 2001, p. 35), atteignant parfois 75% comme dans la région Pacifique sud (CNA, 2001, p. 57). L’abondance n’est pas le facteur qui détermine la géographie de l’irrigation au Mexique puisque les trois régions déjà évoquées pour leur abondance par habitant se trouvent parmi celles qui utilisent des quantités d’eau peu limitées pour l’irrigation en comparaison avec les régions du centre et du nord du pays (57% dans la péninsule du Yucatán et la Frontière sud et 46% pour la région Golfe sud). En ce qui concerne la plupart des régions du Nord, le pourcentage tend à augmenter et il représente jusqu’à 94 % des eaux utilisées dans la région Pacifique nord (CNA, 2001, p. 52). Même dans le bassin de Mexico, principale zone urbaine du pays, l’usage agricole reste prédominant (48%).

41La présence de zones d’agriculture d’exportation au nord du pays dans des conditions naturelles d’aridité ou de semi-aridité a été historiquement résolue par la construction de puits profonds et de barrages pour approvisionner les champs. Un exemple tout à fait illustratif de ces contradictions est la présence du plus grand bassin laitier du pays dans une zone aride située entre les états du Coahuila et Durango, au sud du désert du Chihuahua ! Avec 500 000 têtes de bétail, la région de la Comarca Lagunera produit 5 millions de litres de lait par jour (Carrillo, 2005, p. 4). Il existe 3 515 puits profonds et deux barrages qui permettent d’approvisionner l’industrie laitière et les villes de la région. Certaines estimations considèrent que pour produire un litre de lait dans cette région, 1 000 litres d’eau sont nécessaires (Rojas, 2000).

  • 7  Les  districts d’irrigation ont été créés par le gouvernement fédéral mexicain en 1926 dans le cad (...)

42Cette situation extrême n’est pas unique au Mexique : le nord de l’état du Sinaloa où il pleut 450 millimètres par an est aussi le principal producteur de tomates pour l’exportation. Ce panorama tend à se reproduire dans la plupart des 86 districts d’irrigation7 qui représentent 3,4 millions d’hectares, et des 39 492 unités d’irrigation qui couvrent 2,9 millions d’hectares au Mexique. Les pertes liées à l’inefficacité des systèmes d’irrigation sont très élevées et dans certains cas, la superficie des terres irriguées et travaillées est inférieure à la superficie potentielle, certaines zones étant abandonnées dans le sud du pays, notamment dans la péninsule du Yucatan. Aboites (2004, p. 109) mentionne qu’entre 1989 et 2000, la superficie de terres irrigables effectivement cultivées a diminué de 20%.

43L’irrigation, principale consommatrice d’eau du Mexique, possède une géographie spécifique : sur 86 districts d’irrigation, environ 10% se trouvent dans le sud du Mexique, et parmi les 51 barrages les plus importants du pays pour leur capacité de stockage, 38 sont destinés à l’irrigation exclusivement ou en combinaison avec d’autres usages et seuls sept d’entre eux se situent dans le sud (CNA, 2005, p. 72, 76, 77). Ces données indiquent clairement que la géographie de l’irrigation et celle de la disponibilité de la ressource hydrique ne correspondent pas ; la clé pour comprendre comment, à partir d’une rareté de premier ordre caractéristique du nord et du centre du pays, on obtient une abondance de second ordre, est la construction d’infrastructures hydrauliques destinées à l’irrigation. Un « miracle » similaire caractérise l’approvisionnement en eau des métropoles.

De l’abondance induite structurellement à la pauvreté hydrique : le défi des grandes métropoles

44Le Mexique compte 27 villes et zones métropolitaines de plus de 500 000 habitants, 4% de cette population se localisant dans le sud du Mexique (CNA, 2005, p. 21). Dans les zones du centre et du nord du pays, la concentration urbaine est prédominante.

45Les quatre métropoles actuelles les plus importantes du Mexique, Mexico, Guadalajara Monterrey et Puebla, se situent dans des zones de carence en eau et leur présence a stimulé depuis le début du siècle dernier la construction de grands ouvrages hydrauliques, en particulier de longs aqueducs et des barrages-réservoirs pour approvisionner la population et les industries qui s’y sont installées.

46Le cas de Mexico mériterait une étude plus détaillée mais nous l’utilisons comme un exemple extrême de la situation mexicaine en matière de pénurie d’eau. Une politique de drainage des eaux et de disparition des lacs (Tortolero, 2000, p. 34) et l’utilisation de technologies inadéquates ont caractérisé la colonisation espagnole. La méconnaissance du contrôle de la montée des eaux par les Espagnols créa rapidement un problème d’inondations qui prétendait être résolu par le dessèchement de la vallée. C’est la politique suivie depuis la colonisation jusqu’à nos jours en matière de contrôle d’inondations : des ouvrages coûteux ont tenté de résoudre maintes fois le problème des inondations. Le premier canal de drainage, construit en 1607, s’effondra (Tortolero, 2000, p. 35). Plus tard, la construction d’un tunnel de sept kilomètres dura 200 ans (Domínguez Mora, 2000), puis un canal de 39,5 kilomètres fut construit en 1866 mais les affaissements le rendirent inutilisable. En 1954, commença la construction du Grand Canal ainsi qu’une série de raccords de drains pluviaux et le revêtement de plusieurs rivières qui traversent la ville. En 1975, fut inauguré le système de drainage profond (Domínguez Mora, 2000). Actuellement la ville se Mexico évacue ses eaux par la combinaison de plusieurs systèmes de drainage : ceux-ci déversent un total de 25 m3/s d’eaux usées de la ville de Mexico auxquels il faut ajouter 20 m3/s issues de l’agglomération ; les tendances démographiques indiquent une croissance plus importante durant les prochaines années que pour la ville de Mexico (Perló et González, 2005).

47Afin d’approvisionner la population en eau courante, depuis 1847, des milliers de puits profonds ont été forés dans la ville. Tortolero (2000, p. 153) mentionne environ 3 500 puits en 2000 mais il précise qu’il en existe probablement le double. La pression sur les aquifères a pour conséquence l’enfoncement du sol de la ville, les couches de terre se compactant en l’absence d’eau. Tortolero (2000, p. 153) mentionne un taux d’affaissement de 44 centimètres par an dans les années 1950 qui représente entre 4 et 9 centimètres en 2000. L’enfoncement de la ville se répercute directement sur la problématique des inondations et les systèmes de drainage deviennent ainsi rapidement obsolètes face à cette situation.

48Le second défi de la ville de Mexico a consisté en l’approvisionnement d’eau pour la population en raison de la forte croissance démographique : la construction d’aqueducs a permis de pallier le déficit local en eau et à l’heure actuelle la ville de Mexico s’approvisionne en eau dans d’autres bassins voisins grâce aux systèmes Lerma (14%) et Cutzamala (28%) alors que l’approvisionnement local représente 58% du volume utilisé. Les deux systèmes mentionnés apportent de l’eau à l’agglomération dans son ensemble et à d’autres villes situées sur leur passage. Le système Cutzamala possède un aqueduc de 162 kilomètres et le Lerma un aqueduc de 60 km. Le premier comporte six stations de pompages car le dénivelé entre l’origine du captage et le débouché de l’eau représente 940 mètres, en raison de l’altitude de la ville de Mexico qui dépasse les 2 000 mètres. Sept barrages forment ce gigantesque ouvrage hydraulique qui approvisionne les zones urbaines avec 480 hm3/an : trois servent pour le stockage et quatre pour dériver l’eau. Le projet Temascaltepec (1998) prévoit de réaliser un raccord au système Cutzamala appelé afin d’augmenter le captage de 5 m3/s mais il a suscité une forte opposition de la part d’organisations paysannes (Perló et González, 2005).

49Si l’on aborde le cas des autres métropoles, il est intéressant de constater que la politique fondée sur l’offre suit exactement le même schéma qu’à Mexico : la construction d’aqueducs et de barrages–réservoirs fut la solution proposée et elle continue d’orienter la politique hydraulique mexicaine. Cependant, le miracle hydraulique commence à montrer ses limites : des carences en eau caractérisent les quartiers populaires et marginaux des grandes villes du nord et du centre du pays, et les conflits entre les différents usages et entre états fédérés sont de plus en plus fréquents. Enfin, la politique hydraulique mexicaine se heurte à deux difficultés principales : la carence de fonds publics pour financer les infrastructures et une opposition sociale croissante.

La rareté de second ordre au sud du Mexique

50En 2003, 89,4% de la population du Mexique avait accès à l’eau courante (CNA, 2005, p. 84). La majorité des Etats du sud possédaient une couverture inférieure à ce chiffre et dans les états du nord, elle était supérieure. Parmi eux, le Chiapas et le Tabasco dont le territoire est parcouru par les deux fleuves les plus importants du Mexique, possédaient un approvisionnement d’origine locale de 77,8% et 71,9%. Dans le cas du Chiapas, l’eau est présente en abondance, les infrastructures existent mais elles sont destinées à la production d’hydro-électricité et non à l’approvisionnement des zones rurales qui sont caractérisées par un accès limité à la ressource hydrique, en raison de leur dispersion et de leur éloignement par rapport aux principaux centres urbains.

51Cette situation se reproduit en matière d’assainissement, avec des carences dans le traitement des eaux usées urbaines : le Chiapas compte ainsi 118 chefs-lieux de municipe et seulement six stations d’épuration en fonctionnement en 2005 (CNA, 2005, p. 104). Les eaux usées sont mélangées avec les eaux de pluie et sont reversées dans les rivières qui sont utilisées en aval pour des activités agricoles, domestiques et récréatives avec les conséquences potentielles que cette situation représente pour la santé de la population. Malheureusement, il n’existe pas d’analyses systématiques de la qualité de l’eau dans cette zone.

52L’abondance en eau dans le sud du Mexique est ainsi sujette à des contradictions importantes en ce qui concerne l’accès de la population à la ressource. Les excès qui proviennent de cette situation d’abondance et de problèmes de qualité méconnus et sous-évalués, tendent à convertir cette abondance de premier ordre en une situation de rareté de second ordre.

53A l’échelle régionale, nous pouvons ainsi observer que la combinaison d’une abondance de premier et de second ordre n’est jamais à l’ordre du jour. Les situations de rareté ont donné lieu au développement de capacités d’adaptation qui ont permis d’obtenir une abondance d’eau induite structurellement. Cependant ce schéma commence à trouver ses limites et les cas d’abondance de premier ordre se convertissent en rareté sociale induite structurellement, en raison de capacités d’adaptation défavorables.

Une analyse à partir des concepts proposés par Turton et Ohlsson

54L’analyse des contrastes existant au Mexique en matière de disponibilité de la ressource hydrique met en évidence qu’historiquement, le développement agricole, industriel et urbain s’est réalisé malgré l’existence de conditions climatologiques et géographiques adverses en matière hydrique : cette situation a été atténuée par la construction d’ouvrages hydrauliques destinés à approvisionner la population en eau notamment pour les activités agricoles et les grandes zones urbaines. Ce modèle, axé sur l’adaptation de l’offre fait face actuellement à de sérieux défis sur tous les plans. Les coûts de la surexploitation commencent à se traduire en graves problèmes de quantité et de qualité de l’eau ; parallèlement, les solutions technologiques traditionnelles comme la construction de barrages et d’aqueducs ont provoqué une mobilisation sociale virulente et se heurtent à un problème de financement. La pénurie d’eau au nord du Mexique, donnée naturelle dépassée historiquement par l’ingénierie hydraulique s’impose à nouveau comme une réalité politique et économique cruciale.

55Face à la situation critique de la ville de Mexico, les autorités mexicaines ont tenté récemment de proposer des alternatives pour le futur. Mais la mobilisation sociale a été récemment extrêmement virulente autour du système Cutzamala à travers les manifestations d’opposition de femmes indiennes du groupe Mazahua et est historique pour le système Lerma (Perló et González, 2005). Les projets de captage et d’approvisionnement pour la ville de Mexico se heurtent à une opposition sociopolitique de plus en plus difficile à gérer. La technologie hydraulique trouve ainsi ses limites face aux mobilisations sociales en faveur de la défense de l’eau et contre la construction d’ouvrages destinés aux villes qui puisent l’eau dans les campagnes.

56La situation actuelle de pénurie d’eau au Mexique et ses expressions contrastées inscrites dans la géographie du pays sont le résultat d’une politique hydrique menée depuis la fin du XIXe s. qui correspond au schéma d’analyse proposé par Turton et Ohlsson. Cette politique est axée sur l’offre et se centre exclusivement sur les aspects hydrauliques. D’autre part, elle est caractérisée par un contrat hydro-social qui semble trouver ses limites pour donner naissance à une nouvelle phase de politique hydrique orientée vers la demande.

Une politique axée sur l’offre et les questions hydrauliques : la phase de transition vers la rareté

57Une fois le volume d’eau disponible existant dépassé par la demande, le Mexique est entré dans une première phase de réponse centrée sur l’augmentation du volume de la ressource disponible pour s’adapter aux besoins. Ainsi, la politique hydrique développée par le gouvernement fédéral mexicain depuis le début du XXe s. s’est centrée sur la construction d’infrastructures hydrauliques gigantesques et coûteuses dont le résultat se traduit par un 6ème rang en irrigation et le 8ème en matière de grands barrages dans le monde. Ces chiffres flatteurs confirment effectivement que la politique hydrique mexicaine s’est focalisée sur l’offre pour répondre à une demande en croissance.

58Alors que, depuis 1990, la solution préconisée par les grands sommets internationaux semble davantage centrée sur les capacités, les connaissances et les solutions institutionnelles, au Mexique, cette politique « ingénieuriale » (Boelens et al, 2004, p. 169) perdure et toutes les propositions de solution passent nécessairement par des ouvrages techniques de grande ampleur.

59Récemment, deux scénarios prospectifs analysés par la Commission Nationale de l’Eau (CNA, 2005, p. 144) ont été proposés. Le premier consiste à maintenir la tendance actuelle de la consommation d’eau et de l’investissement - qui est insuffisant selon cette vision -. Le second implique une augmentation des investissements de l’ordre de 5 fois celui prévu dans le premier scénario ; il aurait pour résultat un nombre plus élevé d’hectares d’irrigation modernisés, plus de superficie irriguée, moins de fuites, une couverture en eau courante et un assainissement plus importants et un effet favorable sur une stabilisation du volume annuel utilisé. Ce scénario est qualifié de « développement durable ». La solution pour le futur dépend donc, selon cette vision, de la disponibilité du financement public et de la participation du secteur privé pour perpétuer une politique hydrique fondée sur la construction d’ouvrages. Elle inaugure aussi une tendance de l’efficacité de l’utilisateur final, qui consiste à tirer un meilleur parti de la même quantité d’eau. Cette vision nous permet d’affirmer que la politique de l’eau au Mexique a commencé à entrer dans la seconde phase de transition appelée transition vers le déficit hydrique (Turton, 1999, p. 10).

Le contrat hydro-social et ses limites actuelles

60La phase de transition vers la rareté est caractérisée par le rôle central de l’ingénierie hydraulique mais aussi par l’établissement d’un contrat hydro-social entre les autorités gouvernementales et la société (Turton et Ohlsson, 1999, p. 8). Les limites de ce dernier marquent l’entrée dans la phase de déficit hydrique. Les caractéristiques du contrat hydro-social mexicain et les problèmes actuels rencontrés indiquent son érosion progressive.

  • 8  Ce terme de décentralisation s’applique dans le cas des Etats centralisés mais bien qu’étant un Et (...)

61Depuis 1888, la gestion de l’eau au Mexique a été marquée par un acteur prédominant dans l’établissement du contrat hydro-social : le gouvernement fédéral imposa progressivement des décisions applicables à l’ensemble du territoire conçu comme une entité homogène malgré les contrastes existants. Malgré l’adoption de lois à l’échelle des Etats fédérés depuis les années 1990 et la « décentralisation »8 de certains programmes de la CNA, la politique de l’eau au Mexique continue à se définir depuis la capitale.

62Cette centralisation résulte de tout un cheminement historique : elle s’est établie à partir d’un corpus juridique et grâce à la création d’instances bureaucratiques toute puissantes qui atteignirent leur point culminant avec le Ministère des Ressources Hydrauliques (SRH) entre 1946 et 1976 : durant 30 ans, la politique de l’eau s’est fondée sur la certitude que les ingénieurs et le développement technologique pouvaient vaincre les obstacles naturels et contribuer au progrès de la nation par la dépense publique (Aboites, 2004, p. 91-92.). Ces trois décennies furent marquées par « l’expansion hydraulique » (Aboites, 2004, p. 93), c’est-à-dire une augmentation vertigineuse des terres irriguées, des constructions de barrages et un pourcentage non négligeable du budget public, entre 10 et 14%, selon Aboites (2004, p. 92), destiné aux infrastructures hydrauliques. C’est une politique similaire aux dynamiques mentionnées dans le cas des Etats-Unis et la mission hydraulique (Turton, 1999, p. 11) et d’autres pays (Turton et Ohlsson, 1999, p. 5-6). Cette ère prit fin en raison d’une réorientation de la politique hydraulique et d’une diminution du financement public pour construire les infrastructures (Aboites, 2004, p. 97).

63À partir des années 1980, la politique hydrique mexicaine subit les effets de la crise économique et la question fiscale devint peu à peu le centre de l’attention, d’où les efforts pour perfectionner les schémas de recettes en la matière. Cette préoccupation s’est renforcée depuis l’année 2000, à partir de l’alternance politique. Depuis 1992, la Loi des eaux nationales a également ouvert la voie à la participation du secteur privé aux questions hydriques.

64L’ère des ingénieurs politiques qui favorisèrent l’extension des terres irriguées sous le contrôle de l’Etat et alimentèrent une bureaucratie hydraulique jusqu’à la fin des années 70 est donc terminée, faute d’investissements publics. Comme le présentent Turton et Ohlsson (1999, p. 6) dans leur analyse, le premier élément qui indique l’entrée dans une nouvelle phase de transition vers le déficit hydrique est la question des coûts des investissements. Parallèlement, face à l’impossibilité de garantir l’approvisionnement, les mobilisations sociales se multiplient : la mobilisation anti-barrages s’est considérablement développée au cours des dernières années au Mexique, ainsi que divers conflits sociaux liés à la politique centrée sur l’offre, notamment au nom du respect de la nature et des habitants des zones concernées.

65On entre ainsi au Mexique progressivement dans une nouvelle phase où il s’agit de commencer à agir en fonction de la demande. Les trois éléments mentionnés par Turton et Ohlsson sont ainsi présents : les limitations financières, l’émergence de mobilisations qui mettent fin au contrat hydro-social et l’adoption progressive de mesures qui visent à limiter ou rationner la demande, caractéristiques de la première tendance de cette phase axée sur la demande.

Conclusion

66La politique de l’eau au Mexique a, depuis la conquête et principalement depuis le début du XXe s., été dominée par une croyance en la capacité de l’ingénierie hydraulique de dompter la nature afin de transporter d’énormes quantités d’eau et de les stocker pour approvisionner des villes construites dans des zones arides ou une agriculture installée dans des zones à déficit hydrique. Cette intervention de la politique hydraulique centrée sur l’offre a permis de dépasser la pénurie naturelle dans le nord et le centre du pays mais, faute d’une politique adaptée aux conditions d’abondance relative du sud, a converti celle-ci en rareté de second ordre.

67À l’heure actuelle, la pénurie se traduit par un nombre croissant de mobilisations sociales contre la politique hydraulique et par une augmentation des conflits intra et intercommunautaires, entre utilisateurs et entre États fédérés. Le contrat hydro-social est rompu car l’émergence d’une conscience environnementale est patente et le coût de financement des infrastructures est devenu insoutenable pour les finances publiques. L’opposition sociale à la privatisation des services municipaux est également une réalité de la politique de l’eau au Mexique.

68Tous ces éléments indiquent l’entrée dans la phase de transition vers le déficit hydrique et vers une politique hydrique qui commence à s’orienter vers la demande. Plusieurs éléments confirment ce tournant qui se combine avec la persistance de l’idée de « mission hydraulique ».

691  C’est dans ce sens qu’Ohlsson et Turton (1999, p.7) proposent l’intégration de deux indicateurs afin de formuler un indice social de stress hydrique (social water stress index) qui consiste à diviser l’indice de Falkenmark par l’indice de développement humain (IDH) du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

702  Lorsque la rareté induite par la demande et celle induite par l’offre se conjuguent et provoquent un état de rareté structurelle, Homer-Dixon considère que l’on se trouve dans un cas de « capture » de la ressource (ressource capture) : cette situation se produit lorsque des élites ou groupes ayant le pouvoir anticipent la rareté et se distribuent la ressource, soumettant ainsi le reste de la population à une situation de rareté. Quand la rareté induite par la demande et la rareté structurelle entrent en jeu de manière conjointe, elles créent une situation de rareté induite par l’offre, et produisent un état de marginalisation écologique (ecological marginalization) : en raison des difficultés d’accès à la ressource qui résultent des inégalités, une partie de la population entreprend alors un processus de migration vers des régions pauvres en ressources naturelles ou situées dans des écosystèmes fragiles et vulnérables.

716  Ces chiffres peuvent laisser croire que la majorité des aquifères du Mexique sont exempts de problèmes, mais en réalité, il existe des données uniquement pour 202 aquifères parmi les 653 recensés dans le pays. La méconnaissance de la situation actuelle de la quantité et de la qualité des eaux des deux tiers des aquifères du Mexique  rappelle que ces deux éléments doivent être pris en considération lorsque l’on évoque le thème de la pénurie.

Haut de page

Bibliographie

ABOITES L., 2004, De bastión a amenaza. Agua, políticas públicas y cambio institucional en México, 1947-2001, in Boris Graizbord, Jesús Arroyo Alejandre (Coord), El futuro del agua en México, Mexico, Guadalajara, Los Ángeles, El Colegio de México, Universidad de Guadalajara, UCLA Program on Mexico, PROFMEX, Casa Juan Pablos, p. 89-113.

ASHTON P.J., 2002, Avoiding Conflicts over Africa’s Water Resources, Ambio, Vol. 31, N°3, p. 236-242.

BOELENS, R., ROTH, ZWARTEVEEN R., 2004, Pluralismo legal, derechos locales y gestión del agua: entre el reconocimiento analítico y la estrategia política, in Francisco Peña (Coord.), Los pueblos indígenas y el agua: desafíos del siglo XXI, Colombia, El Colegio de San Luis, WALIR, SEMARNAT, IMTA, p. 161-186.

CARRILLO A., 2005, La política del agua: el caso de la Comarca Lagunera, Ensayo para el seminario Políticas públicas, sustentabilidad y actores sociales, San Cristóbal de Las Casas, El Colegio de La Frontera Sur, 6 p.

COMISION NACIONAL DEL AGUA, 2001, Programa Nacional Hidráulico2001-2006, México, Comisión Nacional del Agua, 128 p.

COMISION NACIONAL DEL AGUA, 2005, Estadísticas del agua en México, Edición 2005, México, Comisión Nacional del Agua, 176 p.

DOMINGUEZ MORA R., 2000, Las inundaciones en la Ciudad de México, Problemática y alternativas de solución, Revista Digital Universitaria, Vol. 1, n°2.

FALKENMARK M., 1989, The massive water scarcity now threatening Africa : why isn’t it being addressed ?, Ambio, Vol. 18, p. 112-118

HADDADIN M.J., 2001, Water Scarcity Impacts and Potential Conflicts in the MENA Region, Water International, Vol. 26, N° 4, p. 460-470.

OHLSSON L., TURTON A.R., 1999, The turning of a screw. Social resource capacity as a bottle-neck in adaptation to water scarcity, Occasional papers by topic, Hydro-hegemony 19, SOAS/KLC Water Issues Group, University of London, 8 p.

PERLÓ M, GONZÁLEZ A., 2005, ¿Guerra por el agua en el Valle de México? estudio sobre las relaciones hidráulicas entre el distrito Federal y el Estado de México?, Reunión:Problemas socio-ambientales y experiencias organizativas en las cuencas de México, Cuernavaca, Instituto Mexicano de Tecnología del Agua.

REISNER M., 1993, Cadillac desert : the American West and his disappearing water, New-York, Penguin.

ROEMER A., 1997, Derecho y economía : políticas públicas del agua, Mexico, Centro de Investigación y Docencia Económicas, Miguel Ángel Porrúa, 311 p.

ROJAS R., 2000 Agoniza la Comarca Lagunera por sequía y contaminación ambiental, La Jornada.

SWYNGEDOUW E., 1999, Modernity and hybridity. The production of Nature : Water and modernization in Spain, Paper presented to the SOAS Water IssuesStudy Group, London, University of London.

TORTOLERO A., 2000, El agua y su historia. México y sus desafíos hacia el siglo XXI, Mexico, Siglo veintiuno editores, 167 p.

TURTON A. R., OHLSSON L., 1999, Water scarcity and social stability: towards a deeper understanding of the key concepts needed to manage water scarcity in developing countries, in Proceedings of the 9th Stockholm Water Conference, Stockholm, 24 p.

TURTON A.R., 1999, Water scarcity and Social Adaptative Capacity: Towards an Understanding of the Social Dynamics of Water Demand Management in Developing Countries, MEWREW Occasional Paper 9, SOAS Water Issues Study Group, University of London, 31 p.

Haut de page

Notes

3  Définies comme les membres de groupes professionnels, politiques et scientifiques qui donnent forme et contenu au discours dominant (qui définit le problème et les solutions à celui-ci).

4  Il existe également une délimitation en cinq méso-régions : sud-sud-est, centre-occident, centre, nord-est, nord-ouest. Ce regroupement pose un problème en ce qu’il ne correspond pas exactement aux régions administratives dites « hydrologiques », donc nous ne le prendrons pas en compte dans le cadre de cet article. Il faut également noter que le découpage en régions « hydrologiques » administratives ne correspond pas à des données hydrologiques car celles-ci sont formées à partir du territoire non fractionné des municipalités existantes et non à partir des bassins hydrogéologiques ou hydrographiques.

5  La péninsule de Basse Californie représente la seule exception à cette réalité car il y pleut durant l’hiver.

7  Les  districts d’irrigation ont été créés par le gouvernement fédéral mexicain en 1926 dans le cadre d’une stratégie de construction d’infrastructures contrôlées par la « bureaucratie hydraulique » en faveur de productions agricoles exportatrices. Ils furent étendus à certaines régions paysannes à la fin des années 1930 dans le cadre d’une politique de distribution de terres, demeurant jusqu’au début des années 1990 sous le contrôle de différentes institutions fédérales.

8  Ce terme de décentralisation s’applique dans le cas des Etats centralisés mais bien qu’étant un Etat fédéral, le Mexique s’est caractérisé par une centralisation en raison du caractère autoritaire de son système politique. La décentralisation se réfère en fait à l’exercice réel et progressif du fédéralisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edith Kauffer, « Le Mexique et l’eau : de la disponibilité naturelle aux différents types de rareté », Géocarrefour, vol. 81/1 | 2006, 61-71.

Référence électronique

Edith Kauffer, « Le Mexique et l’eau : de la disponibilité naturelle aux différents types de rareté », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1784 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1784

Haut de page

Auteur

Edith Kauffer

Chercheuse titulaire au Colegio de La Frontera Sur
Carretera Panamericana y Periférico sur s/n
San Cristóbal de Las Casas, Chiapas CP 29290
ekauffer@sclc.ecosur.mx

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page