Navigation – Plan du site

Les campagnes dans la transition énergétique

Rural areas and energy transition
Geneviève Pierre et Philippe Madeline
p. 293-296

Texte intégral

1Le dossier thématique porte sur de multiples formes de contributions des campagnes à l’enjeu global énergie-climat. Si la transition énergétique relève de préoccupations croissantes comme en témoignent les redéfinitions récentes des politiques énergétiques européennes et nationales (France en 2015 ; Allemagne, paquet climat-énergie de l’UE en 2014), elle s’accomplit selon des rythmes et des temporalités différentes selon les territoires. Le contenu des politiques publiques, l’urgence inégalement ressentie, les résistances diverses, les coûts supposés, en rendent compte (Lundqvist et Biel, 2013). Les changements de paradigmes sur l’énergie devraient conduire à articuler qualité de vie, meilleure gestion des ressources et diminution des consommations, en anticipant les besoins et en garantissant leur accessibilité à tous, tout en relocalisant la production (Mor, 2011). La gestion de la ressource à l’échelle du territoire, appuyée par des politiques publiques, inscrit les enjeux énergétiques dans les actions locales de développement (Scarwell et al., 2015). De plus, les concrétisations territorialisées de projets relevant de la transition énergétique procèdent généralement d’une lecture par la croissance verte (loi française de « transition énergétique pour la croissance verte », du 17 août 2015). Le territoire est une scène où se réalise la mise en cohérence de différents niveaux scalaires de la transition énergétique (Labussière, 2013), de l’espace du gisement aux politiques publiques nationales, voire européennes. La construction de systèmes énergétiques territorialisés procède d’arrangements pensés et négociés dans la proximité, indiquant la capacité des territoires à ancrer et à coordonner la gestion des ressources (Durand et al., 2015, p. 29-46). L’interaction entre échelles, territoires et acteurs témoigne de l’enjeu du partage d’expériences et de compétences face aux logiques de concurrences. Entre coopérations interindividuelles informelles, collectifs citoyens, coopératives de territoire et coopérations interterritoriales comme dans le réseau rural européen RURENER, les constructions partenariales prennent des formes diverses.

2Or, si certaines spécificités rurales ne peuvent être ignorées, les analyses sur l’émergence d’une société post-carbone ont, jusqu’à aujourd’hui, principalement porté sur les espaces métropolitains. Les perspectives qui se dessinent en dehors des villes-centres et à partir des secondes ceintures périurbaines – que nous incluons dans les campagnes au sens large – ont été moins abordées (Petit et Villalba, 2011 ; Theys et Vidalenc, 2013 ; Philips et Dickie, 2014, Nadaï et al., 2015). Cette question interroge les relations villes-campagnes. Les mobilités quotidiennes (Milbourne et Kitchen, 2014), très individualisées et les déplacements multi polarisés, s’établissent de l’échelon local à l’aire urbaine. La dynamique démographique récente, avec l’installation en maison individuelle de populations aux revenus modestes plus fortement impactées par les coûts du chauffage et des déplacements (Coutard et al., 2002), s’accomplit dans un contexte de moindre densité du peuplement qu’en espace urbain central. Le caractère diffus d’un habitat ancien et énergivore, la relative dispersion des services et des équipements collectifs, correspondent à l’organisation de territoires construits par et pour l’automobile (Huygue et al., 2013).

3Malgré ces fragilités énergétiques, l’activation de ressources spécifiques (Gumuchian et Pecqueur, 2007) au sein des espaces ruraux témoigne d’une capacité d’innovation multiforme au service de la société dans son ensemble. Des projets individuels, collectifs, ou de territoire, sont mis en place, qu’ils relèvent de l’application territorialisée des politiques énergétiques (Theys et Vidalenc, 2011), du développement rural ou d’actions d’aménagement. Agir sur les mobilités, sur l’habitat et l’urbanisme dans les campagnes, sur les modes de chauffage, l’isolation thermique et la densification des constructions, favoriser les énergies renouvelables, sont des moyens à disposition du niveau local pour limiter les émissions de gaz carbonique (PUCA, 2009 ; Garnaud-Joubert, 2010 ; Tritz, 2012). Des expérimentations alternatives sont conduites à partir de productions agricoles de biomasse, de recyclage des déchets, d’écomatériaux. Le potentiel boisé, forestier, bocager, les bâtiments agricoles, l’espace et le foncier disponibles sont exploités dans un cadre, a priori, moins contraint. L’agriculture élargit ses missions vers des productions et des services énergétiques et environnementaux en exploitant des ressources individuelles ou collectives (Pierre, 2013). La mobilisation de capitaux sociaux locaux s’accomplit grâce à des coopérations interindividuelles, parfois informelles ou dans le cadre de projets d’intercommunalités, de Pays, de GAL Leader, de parc naturel, de collectivités locales, en réponse, ou non, à des politiques publiques nationales ou européennes.

4Les actions climat-énergie redessinent les contours de la multifonctionnalité rurale. La recherche d’autonomie locale considérée comme la capacité à encourager la sobriété des consommations, à se réapproprier des savoir-faire locaux, à recueillir des financements, à instituer une gouvernance par codécisions publiques, singularise certains territoires ruraux (Dobigny, 2012; Scheer, 2005). Toutefois, l’interdépendance villes-campagnes pour la production d’énergies renouvelables et les concurrences, à différentes échelles, pour l’usage de l’espace, du foncier, de la biomasse peuvent générer une captation des ressources locales au service de filières longues. Qui sont les bénéficiaires des actions « climat-énergies renouvelables » menées dans les campagnes ? Ainsi, analyser les dynamiques de co-construction des projets et de réappropriation de ressources locales, d’activation de potentiels, s’avère essentiel pour comprendre les logiques d’ancrages et de singularisation des territoires. L’opposition entre recherche d’autonomie et accaparement des ressources n’est-elle pas caricaturale (Munday, 2011 ; Aitken, 2010) ? Par ailleurs, l’appropriation des enjeux de la transition énergétique procède d’une approche multiforme de l’innovation au niveau local, qu’elle soit technique, sociale, entrepreneuriale et de gouvernance. Quelles sont les démarches qui facilitent l’activation de capacités nouvelles pour les habitants et pour les acteurs du développement territorial ? L’action publique locale entérine-t-elle les dynamiques citoyennes pionnières ou motive-t-elle l’émergence d’initiatives inédites ? Les actions énergie-climat localisées et leurs périmètres d’intervention s’accordent-t-ils toujours aux pratiques spatiales des ruraux ?

5Les sept articles de ce numéro spécial ressortissent à des approches diverses de la transition énergétique, dans un contexte principalement français qui se caractérise par la centralisation énergétique en grosses unités de production, issue d’un héritage monopolistique, à rebours des attendus de la transition énergétique. Les ancrages territoriaux privilégiés sont divers, des espaces ruraux de l’Ouest français aux terrains pyrénéens, rhône-alpins, localisés dans le sud-ouest aquitain ou en situation péri-métropolitaine autour d’Aix-Marseille, de Grenoble ou de Tours. L’étude de cas espagnole (Castille-et-León) procède d’une politique publique énergie-climat originale qui constitue un contre-point utile aux problématiques franco-françaises.

6Les mobilités « innovantes », au-delà de la première ceinture périurbaine, sont abordées dans deux textes qui pointent à leur manière le manque d’envergure des politiques publiques dans ce domaine. Rodolphe Dodier* montre comment la mobilité envisagée à l’échelle de trois aires urbaines (Grenoble, Tours et Aix-Marseille) procède d’innovations « à bas bruit » à partir d’arrangements et de coopérations, le plus souvent informelles et en proximité, contribuant à la transition énergétique « par le bas ». Pour Aude Cranois, les projets d’électromobilité dans les territoires ruraux de la Manche se construisent entre ruptures, par l’apparition de nouveaux acteurs et de nouveaux acteurs développant des dispositifs techniques inédits, et continuité d’action des opérateurs énergétiques traditionnels dans un département où ils sont solidement implantés. L’émergence de l’électromobilité dans les campagnes – plus difficile que dans les métropoles – constitue un macro-projet impliquant une collaboration des ménages, des acteurs économiques et de tous les niveaux institutionnels locaux. Le système de mobilité procède en effet de nombreuses opérations techniques comme diffuser l’usage des véhicules, déployer l’infrastructure de recharge et construire une « infostructure » indiquant l’implantation des bornes de recharge, la localisation des services d’autopartage ou de location de véhicules.

7Toutefois, c’est l’entrée par l’exploitation des ressources territoriales des campagnes qui domine, qu’elle privilégie une approche productive, qu’elle définisse les conditions d’activation de ressources immatérielles, ou qu’elle aborde les questions de gestion et de gouvernance. Le potentiel énergétique du bois dans les campagnes est un incontournable, qu’il s’agisse du bois forestier en Aquitaine ou du bois du bocage dans l’Ouest français. Activé en ressource et spécifié par des co-constructions collectives et multipartenariales (coopératives) au sein des territoires, le bois-bocage-énergie développé en circuits-courts dans plusieurs territoires relève d’une multifonctionnalité rurale dans laquelle le rôle des agriculteurs est essentiel (G. Pierre). Pour Vincent Banos et Jeoffrey Dehez*, des assemblages sociotechniques complexes rendent compte des différentes situations de mise en ressource énergétique du bois forestier en Aquitaine. Tandis que les Landes de Gascogne sont marquées par une concentration d’équipements énergétiques à taille industrielle liés à la filière bois-papier, la Dordogne se singularise par la prédominance de chaufferies de collectivités locales rurales, aux dimensions plus modestes. Ces deux cas illustrent la pérennité de trajectoires territoriales singulières construites sur plusieurs décennies. Toutefois, entre exigence croissante d’efficacité productive et recherche d’autonomie rurale, les intentions liées au bois énergie sont complexes et l’opposition entre filière déterritorialisée captant les ressources locales et relocalisation des revenus semble un peu simpliste.

8La captation des ressources rurales locales est cependant en débat à partir du développement de l’énergie photovoltaïque en Castille- et-León (Espagne). Eugenio Baraja-Rodriguez et Daniel Herrero* montrent comment la diffusion de la production photovoltaïque dans des régions rurales de faible densité où le foncier est abondant ressortit à « cultiver de l’énergie » dans des jardins solaires, voire dans des champs photovoltaïques installés sur d’anciennes terres agricoles. Or, les secteurs les mieux reliés aux réseaux électriques sont souvent d’anciennes parcelles irriguées ayant bénéficié de lourds équipements dès les années 1960-1970. Les impacts paysagers et d’aménagement rural, de mutations des usages du foncier agricole, dépendent également du type d’implantation au sol développée, des installations modestes de diversification agricole et rurale, aux jardins solaires issus du regroupement de producteurs locaux, aux champs photovoltaïques répondant à des intérêts capitalistiques et industriels à partir desquels les retombées locales sont plus espérées que réelles.

9Parfois, de nouvelles ressources, immatérielles, sont inventées comme la prise en compte par des politiques de protection environnementale des impacts négatifs de l’éclairage artificiel (Dany La Postolle, Samuel Challéat, Johan Milian et Pierre-Olivier Dupuy). La suppression de l’éclairage nocturne permet de diminuer les consommations énergétiques dans certains territoires ruraux. La qualité de la nuit ainsi obtenue peut contribuer à définir de nouveaux périmètres pour l’action publique – « réserves de ciel étoilé » – constituant une aubaine en termes de développement territorial à la base de processus de protection, de labellisation et de mise en tourisme.

10L’apparition de nouveaux acteurs, territorialisés ou non et de parties prenantes diversifiées dans les actions relevant de la transition énergétique, est une réalité. Lucas Durand et Pierre-Antoine Landel mettent en avant le rôle de l’opérateur territorial de l’énergie – organisation réunissant des acteurs et des pratiques – dans l’activation et la gouvernance de ressources territoriales rurales renouvelées par ces dynamiques contemporaines énergie-climat. L’apparition de nouveaux acteurs et la multiplication/réorganisation des opérateurs énergétiques préfigure une mutation des modes de gouvernance. Un déplacement de la notion d’autonomie territoriale en matière d’énergie est à noter, de la valorisation de ressources et de filières locales à la gestion déconcentrée de l’énergie.

Haut de page

Bibliographie

AITKEN M., 2010, Wind power and community benefits: challenges and opportunities, Energy policy, 38, p. 6066-6075.

BANOS V. et DEHEZ J., 2015*, Les trajectoires du bois-énergie en Aquitaine : du développement local aux territoires de l’énergie ? Géocarrefour, 90/4, p. 329-338.

BARAJA-RODRIGUEZ E.et HERRERO D., 2015*, Cultiver l’énergie. Diffusion de la production photovoltaïque dans les plaines du Douro en Espagne (Castille-et-León), Géocarrefour, 90/4, p. 339-350.

COUTARD O., DUPUY G., FOL S., 2002, La pauvreté périurbaine : dépendance locale ou dépendance automobile, Espaces et Sociétés, n°108-109, p. 155-176.

CRANOIS A., 2015*, Les projets d’électromobilité dans les territoires ruraux : l’appropriation d’une innovation entre continuité et changement, Géocarrefour, 90/4, p. 307-316.

DOBIGNY L., 2012, Produire et échanger localement son énergie. Dynamiques et solidarités à l’œuvre dans les communes rurales, in Papy François, Mathieu Nicole et Férault Christian (dir.), Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, Paris, Quae Éditions, p. 139-152.

DODIER R., 2015*, Innover dans la mobilité : une nécessité pour rendre les campagnes périurbaines habitables ? Géocarrefour, 90/4, p. 297-306.

DURAND L. et LANDEL P.-A., 2015*, L’émergence de l’opérateur territorial de l’énergie, Géocarrefour, 90/4, p. 361-367.

DURAND L., PECQUEUR B. et SENIL N., 2015, La transition énergétique par la territorialisation. L’énergie comme ressource territoriale, in SCARWELL et al. (dir.), Réussir la transition énergétique, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, p. 29-46.

GARNAUD-JOUBERT C., 2010, Les énergies renouvelables dans l’agriculture de Charente-Maritime, Thèse, université de La Rochelle, 352 p.

GUMUCHIAN H., PECQUEUR B. (dir.), 2007, La ressource territoriale, Économica-Anthropos, 252 p.

HUYGUE M., BAPTISTE H., CARRIERE J.P., 2013, Quelles organisations de la mobilité plus durables et moins dépendantes de la voiture dans les espaces ruraux à faible densité ? L’exemple du Parc Naturel Régional Loire Anjou Touraine, Développement Durable et Territoires, vol. 4, n 3, 16 p.

LABUSSIERE O., 2013, « Énergies renouvelables et territoires : nouveaux accès, nouveaux potentiels », in MASSERI R. et JEANDEL C. (dir.), L’énergie à découvert, Paris, CNRS Editions, p. 286-287.

LAPOSTOLLE D., CHALLEAT S., MILIAN J. et DUPUY P.-O., 2015*, L’appropriation de la transition énergétique par la protection des ressources environnementales nocturnes : expériences dans les Pyrénées et les Alpes du sud, Géocarrefour, 90/4, p. 351-360.

LUNDQVIST L. J., BIEL A., 2013, Making international and national climate policy work at the local level, London, Earthscan Publications, 185 p.

MILBOURNE P., KITCHEN L., 2014, Rural mobilities: Connecting movement and fixity in rural places, Journal of Rural Studies, vol 34, p.326-336.

MOR E., 2011, Des initiatives locales européennes pour atteindre le facteur 4 ?, Développement Durable et Territoires, vol. 2, n° 1, Dossier spécial Facteur 4, 16 p.

MUNDAY M., BRISTOW G. et COWELL R., 2011, Wind farms in rural areas : how far do community benefits from wind farms represent a local economic development opportunity?, Journal of Rural Studies, 27, p.1-12.

NADAÏ A., LABUSSIERE O., DEBOURDEAU A., REGNIER Y., COINTE B. et DOBIGNY L., 2015, French policy localism : surfing on positive energy territories (TEPOS), Energy policy, p. 281-291.

PETIT O., VILLALBA B. (coord.), 2011, Facteur 4, Développement Durable et Territoires, Dossier spécial, vol. 2, n° 1.

PHILLIPS M., DICKIE J., 2014, Narratives of transition/non transition towards low carbon futures within English rural communities, Journal of Rural Studies, n°34, p. 79-95.

PIERRE G., 2013, Produire pour son territoire. De l’autonomie agricole au projet local agro-énergétique, HDR, soutenue le 06/12/2013 à l’Université de Caen, vol.1, 356 p.

PIERRE G.,*, 2015, Les projets agro-énergétiques dans l’Ouest français : spécification des ressources et ancrage au territoire, Géocarrefour, 90/4, p. 317-328.

PUCA, 2009, L’habitat existant dans la lutte contre l’effet de serre : enquête qualitative sur les OPAH à volet énergie de nouvelle génération, http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/enquete_qualitative.pdf

SCARWELL H.J., LEDUCQ D. et GROUX A. (dir.), 2015, Réussir la transition énergétique, Presses Universitaires du Septentrion, 303 p.

SCHEER H., 2005 (2007 pour la traduction française), L’Autonomie Énergétique, une nouvelle politique pour les énergies renouvelables, Actes Sud, 271 p.

THEYS J., VIDALENC E., 2011, Le Territoire, un levier complémentaire pour l’atteinte du facteur 4, Développement Durable et Territoires, vol 2, n° 1, 9 p.

THEYS J., VIDALENC E., 2013, Repenser les villes dans la société post carbone, ADEME/Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, 302 p.

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/VPC2013_web2_1_.pdfTRITZ Y., 2012, Le système énergétique agri-territorial (SEAT) : les bioénergies comme outil de développement local, Géographie, Économie, Société, 2012/1, vol. 14, p. 31-52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Pierre et Philippe Madeline, « Les campagnes dans la transition énergétique », Géocarrefour, 90/4 | 2015, 293-296.

Référence électronique

Geneviève Pierre et Philippe Madeline, « Les campagnes dans la transition énergétique », Géocarrefour [En ligne], 90/4 | 2015, mis en ligne le , consulté le 26 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9995

Haut de page

Auteurs

Geneviève Pierre

Professeure en géographie, Université d'Orléans CEDETE Université d’Orléans UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines EA 1210 – CEDETE 10 Rue de Tours - BP 46527 45065 Orléans cedex 2 genevieve.pierre@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Philippe Madeline

Professeur en géographie, UMR ESO 6590 – Université de Caen MRSH Esplanade de la Paix Campus 1 14000 Caen philippe.madeline@unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page