Navigation – Plan du site

La nature en question. Aménager en ménageant l’homme et son milieu

Nature in question. Planning while taking care of men and their environment
Lise Bourdeau-Lepage
p. 191-192

Texte intégral

1L’opposition apparente entre nature et ville semble s’estomper au cours des dernières années, au moins dans les discours, la question des faits étant beaucoup plus complexe. De nombreuses raisons peuvent être évoquées : une prise de conscience par les populations et les politiques de ce que l’on nomme la « crise environnementale », l’émergence de l’Homo Qualitus (Bailly et Bourdeau-Lepage, 2011) ou encore la reconnaissance des bienfaits de la présence de la nature en ville. En effet, nombre de travaux scientifiques mettent en exergue les vertus thérapeutiques que possède la nature par sa simple présence (André, 2012). Ils révèlent en particulier une relation entre l’état de santé d’un individu et la proximité d’éléments naturels tels qu’une voie d’eau, un parc ou un jardin. Roger Ulrich (1984) établit un lien entre la durée de convalescence des patients hospitalisés après une intervention chirurgicale et le fait que ces patients disposent d’une chambre avec une vue sur un parc. Wilbert Gesler (1992) montre qu’il existe des paysages thérapeutiques. Nicolas Guéguen et Sébastien Meineri (2012), dans leur ouvrage intitulé Pourquoi la nature nous fait du bien, établissent un inventaire des bienfaits de la nature sur l’homme. D’autres études mettent en évidence le plébiscite de la nature dans la qualité de vie des citadins. 75% des Français déclarent prendre en considération la présence d’espaces verts lors de leurs choix résidentiels (UNEP–IPSOS, 2008). Les travaux de Boutefeu (2002) dévoilent que lorsqu’ils quittent le centre-ville, les citadins recherchent une meilleure qualité de vie en s’installant dans une maison avec jardin individuel, bien orientée, protégée des bruits extérieurs et des nuisances urbaines. Plus récemment, des chercheurs révèlent que la nature est un élément essentiel du bien-être des populations rurales ou citadines. Ainsi, près de 56% des personnes interrogées à Lyon en 2012 affirment que leur demande de nature correspond à un besoin vital (Bourdeau-Lepage et al., 2012). Il en est de même pour les habitants des espaces ruraux. En avril 2015, dans une petite commune rurale isolée du département de la Loire, Noirétable, les habitants interviewés déclarent que le paysage est un des dix éléments les plus importants dans la constitution de leur niveau de bien-être (Bourdeau-Lepage et al., 2015). Il ressort de l’ensemble de ces études que, dans sa quête d’une meilleure qualité de vie, le citadin devient un Homo Qualitus faisant de la satisfaction de son désir de nature et de la préservation de son environnement un élément majeur de son bien-être.

2Par ailleurs, après avoir été accusée de nombreux maux : promiscuité, congestion, pollution, artificialisation des terres, la ville apparaît aujourd’hui comme un milieu qui peut être plus accueillant que d’autres pour certains êtres vivants. L’exemple des abeilles est le plus emblématique. Ces insectes pollinisateurs sont en meilleure santé dans les espaces urbains que dans les espaces ruraux où l’utilisation intensive des pesticides met en péril leur vie. Ils y bénéficient des politiques municipales d’entretien des parcs, jardins et squares à « zero phyto ». Les abeilles profitent également de nouveaux espaces de butinage, induits par le déploiement de jardins, de potagers,… installés sur les toits des immeubles, les balcons, les vacants et les interstices urbains. Ce phénomène peut également s’observer pour les plantes. En Île-de-France, leur diversité dans les espaces verts urbains est deux fois plus importante qu’en moyenne dans la région (Natureparif, 2016).

3Aujourd’hui, dans le contexte d’une urbanisation croissante, du global change, d’une globalisation politique et économique, d’un désir croissant de nature, les aménageurs, les politiques et les acteurs locaux sont face à d’importants défis. Il s’agit, pour eux, de comprendre le lien entre ville et nature, de déterminer les conditions d’une amélioration des lieux de vie des populations tout en cherchant à développer la faune et la flore, d’aménager en minimisant les conséquences négatives sur l’environnement et sur la santé des citadins, de se saisir des nouvelles technologies pour produire des villes « intelligentes », de prendre en considération l’entrelacement des différents temps sociaux urbains (et pas exclusivement le temps de la quotidienneté liée au travail), ou encore de révéler et ménager les lieux, de permettre la flânerie et la promenade (Sansot, 1998), de mettre en place des aménagements propices à la marche et à la santé des citadins.

4Ce dossier explore quelques pistes de réflexion sur ces questions importantes. Il se focalise sur la manière dont on peut aménager les espaces publics ou les espaces de vie des populations pour les rendre plus amènes et permettre d’augmenter le bien-être des citadins. Il examine des solutions permettant de placer au cœur de l’aménagement le bien-être des populations et la contribution des éléments naturels à ce bien-être : comment respecter la relation Nature-Homme ? Comment favoriser la marche en ville ? Comment prendre en considération les effets potentiels négatifs des éléments naturels sur les individus ?

5L’article de Chantal Berdier et María Fernanda Viteri Palomeque*, « Les aménagements des parcs linéaires à Guayaquil en Équateur : une traduction du buen Vivir et des Droits de la Nature », place la nature au cœur de l’action publique. Il explore la possibilité d’un aménagement qui prenne en considération le concept de buen vivir et de droits de la nature de la société équatorienne. A travers le cas de l’aménagement à Guayaquil des Berges de Mangrove, les auteurs soulignent la difficulté de conduire un aménagement qui respecte les préceptes du buen vivir et place le bien-être des populations au centre de la relation Homme-Nature.

6Sami Chibane et Luc Gwiazdzinski*, dans leur article intitulé « La marche enjeu de santé publique et de qualité de vie : importance d’une analyse spatialisée de la marchabilité. Le cas de l’agglomération grenobloise », traitent des possibilités pour les citadins de se déplacer à pied dans l’espace urbain et d’améliorer ainsi leur bien-être par un meilleur état de santé. Ils explorent l’hypothèse d’une relation entre les éléments favorisant cette pratique en ville et la pratique effective des citadins. Ils proposent un outil de diagnostic du potentiel de marche dans les espaces urbains sous la forme d’un indice de marchabilité qu’ils appliquent à l’agglomération de Grenoble. A partir du diagnostic effectué, ils montrent qu’un certain lien - dont la nature reste à approfondir - émerge entre les déplacements à pied des populations et la capacité de l’espace urbain à offrir aux piétons des trajectoires agréables, ponctuées d’aménités en particulier environnementales. Aussi, en conclusion, les auteurs insistent-ils sur la nécessité de verdir les trottoirs et de penser autrement l’aménagement des espaces piétonniers de manière à conduire les citadins à se déplacer en marchant et à améliorer quelque peu leur état de bien-être.

7L’article de Christine Méha*, « La balade en forêt, une pratique à risque ? Exemple de la borréliose de Lyme en forêt de Sénart (Île-de-France) », ouvre la boite noire des effets potentiels négatifs de la nature sur les individus. Il prend comme entrée la marche en forêt et souligne les risques sanitaires liés à cette pratique. Pour appuyer ses propos, l’auteur prend le cas de la borréliose de Lyme, maladie qui est transmise par la tique lors de balades en forêt. Elle propose un cadre d’analyse et d’action pour limiter les risques sanitaires, dont peuvent se saisir les aménageurs. Cet article rappelle que la nature possède aussi une face sombre et cachée bien souvent oubliée des aménageurs, qu’il est nécessaire de considérer lors de la conception d’aménagements en milieu urbain.

8Ce dossier invite ainsi le lecteur à s’interroger sur la possibilité d’aménager les espaces de vie en ménageant l’environnement et les hommes. Ces trois contributions conduisent à se demander si replacer la marche au cœur des pratiques urbaines n’aurait pas des effets positifs sur de nombreux aspects de la vie du citadin. Cela amène à porter un regard différent sur le concept d’urbanité en prenant comme angle d’entrée celui du déplacement à pied en milieu urbain. La marche est le mode de déplacement de l’homme par essence naturel et qui possède de nombreuses vertus liées notamment à la socialisation et à la santé. Elle permet à l’individu de s’ancrer, de la manière la plus naturelle possible, dans son espace de vie. Elle favorise l’urbanité : un urbain est d’abord une personne capable de dialoguer avec tous, de « rencontrer l’autre, de s’adapter aux temps de l’autre » (Paquot, 2009, in 2010) et de mettre son pas dans celui de l’autre.

Haut de page

Bibliographie

ANDRE Ch., 2012, Notre cerveau a besoin de nature, Cerveau & Psycho, n°54, novembre-décembre, p. 12-13.

BAILLY, A. et BOURDEAU-LEPAGE, L, 2011, Concilier désir de nature et préservation de l’environnement : vers une urbanisation durable en France, Géographie, économie, société, vol. 13, n° 1, p. 27 43.

BERDIER C. et VITERI PALOMEQUE M. F., 2015*, Les aménagements des parcs linéaires à Guayaquil en Équateur : une traduction du buen Vivir et des Droits de la Nature, Géocarrefour, 90/3, p. 193-202.

BOUTEFEU E., 2002, Ne plus tenir la nature hors la ville, Revue Tech-cités, n°28, 23 avril.

BOURDEAU-LEPAGE L., CARRE H. et TEXIER P., 2015, Evaluer le bien-être en milieu rural. Les montagnes du Haut Forez, 52e Colloque de l’ASRDLF, session spéciale : Vers une nouvelle condition rurale ? Le bien-être, clef de lecture, force de mobilisation et source d’inégalités, 7-9 juillet, Montpellier.

BOURDEAU-LEPAGE L., W. LANGLOIS, T. SABLE, 2012, La nature en ville. Espaces verts et bien-être, Enquête menée auprès de 150 personnes à Lyon au printemps, Université Lyon 3.

CHIBANE S. et GWIAZDZINSKI L.*, 2015, La marche enjeu de santé publique et de qualité de vie : importance d’une analyse spatialisée de la marchabilité. Le cas de l’agglomération grenobloise, Géocarrefour, 90/3, p. 203-216.

GESLER W., 1992, Therapeutic Landscapes: Medical issues in light of the new cultural geography, Social Science & Medicine, vol 34, n°7, p. 735-746.

GUEGUEN N. et MEINERI S., 2012, Pourquoi la nature nous fait du bien, Paris, Dunod, 280 p.

MEHA C.*, 2015, La balade en forêt, une pratique à risque ? Exemple de la borréliose de Lyme en forêt de Sénart (Île-de-France), Géocarrefour, 90/3, p. 217-227.

Natureparif, 2016, Etat de santé de la biodiversité en Île-de-France. Apport du programme de sciences participatives Vigie-Nature, Dossier de presse, mai, 22 p.

PAQUOT T., NAHOUM-GRAPPE V., DEFRANCE B. et S. CADOLLE, 2010, Repenser les temps. 2009-2010, Rennes, Ville de Rennes, Bureau des temps.

SANSOT P., 1998, Du bon usage de la lenteur, Paris, Payot & Rovages.

ULRICH R., 1984, View through a window may influence recovery from surgery, Science, vol. 224, p. 420-421.

UNEP–IPSOS. 2008, Les Espaces verts de demain. Usages et attentes des Français, dossier de presse, sondage pour le compte de l’Union nationale des entrepreneurs du paysage (UNEP), Paris, UNEP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lise Bourdeau-Lepage, « La nature en question. Aménager en ménageant l’homme et son milieu », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 191-192.

Référence électronique

Lise Bourdeau-Lepage, « La nature en question. Aménager en ménageant l’homme et son milieu », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 24 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9932

Haut de page

Auteur

Lise Bourdeau-Lepage

Université de Lyon, Université Lyon 3 EVS UMR CNRS 5600 lblepage@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page