Navigation – Plan du site

Avant-Propos

Anne Honegger
p. 189

Texte intégral

1Cette livraison de la revue Géocarrefour renferme un dossier proposé et introduit par Lise Bourdeau-Lepage qui porte sur « La nature en question » et un ensemble d’articles de Varia. Ce numéro s’ouvre à des champs disciplinaires autres que celui de la géographie invitant ainsi des spécialistes des politiques ou d’aménagement urbain et des ethnologues à partager les résultats de leur recherche. Les contributions retenues renvoient par les thèmes abordés à des questions d’actualité.

2Les trois articles composant le dossier se focalisent sur la manière dont on peut aménager les espaces publics ou les espaces de vie des populations pour les rendre plus amènes et permettre d’augmenter le bien-être des citadins (Bourdeau-Lepage, 2015*).

3Les articles « Varia » traitent pour deux d’entre eux de thèmes liés à la gestion de l’environnement.

4Julien Langumier et Léa Verdier* reviennent sur l’inondation du Rhône en 2003 et les modes de gestion du risque développés depuis. A partir d’une enquête sur la plaine de Beaucaire-Fourques (Gard), il est questionné l’articulation entre les suites socio-politiques de la catastrophe, le projet technique de sécurisation des digues porté par le Plan Rhône et controversé au niveau local, et la « culture du risque » promue par la municipalité. L’approche ethnographique retenue s’intéresse à l’utilisation du discours de la « culture du risque » dans un conflit d’aménagement du territoire et, réciproquement, à la manière dont le conflit d’aménagement nourrit ces discours. Cette lecture orientée par l’analyse de la configuration sociale permet aux auteurs d’interroger « les enjeux politiques tapis dans les choix techniques de la politique de prévention ».

5Fabrizio Maccaglia* explore les ressorts informels du gouvernement local à Palerme (Sicile) à partir de la question de la propreté urbaine. Il envisage l’informalité, d’une part dans son rapport aux institutions politiques et, d’autre part, non pas comme un état mais un processus dans la mesure où elle est un produit des rapports sociopolitiques historiquement situés. Sa démarche consiste à réinscrire le fonctionnement du service de propreté urbaine de la ville de Palerme dans l’exercice du gouvernement local depuis 1950 pour montrer que l’informalité est un levier à part entière de l’action municipale. Il montre que loin de constituer une subversion des institutions publiques, elle contribue au contraire à leur déploiement.

6Dans le troisième article, Eric Glon* invite à une réflexion critique sur la recherche collaborative en géographie avec les Autochtones au travers d’une expérience de coopération avec les Lil’wat dans l’ouest du Canada. Le renforcement des conditions de collaboration imposant un protocole écrit et la nécessité d’une confiance à instaurer par les chercheurs extérieurs supposent des projets de recherche s’inscrivant dans la durée. Au-delà de cet exemple, l’auteur suscite notre réflexion et interpelle nos institutions sur les modalités et les temporalités actuelles de la recherche.

7Ces articles sont enrichis par une trentaine de comptes rendus d’ouvrages aux thématiques liées. C’est l’occasion d’évoquer et de valoriser le travail fastidieux mais combien utile de lecture critique réalisé par de nombreux collègues – pour certains depuis de longues années – que nous souhaitons ainsi remercier pour leur contribution. Cette veille bibliographique garantit une dimension réflexive à notre revue qui s’ouvre ainsi à une « géographie en marche » et se fait le relais des avancées en matière de connaissances mais aussi d’ordre conceptuel et méthodologique. A l’heure où la tendance est de penser que plus personne ne lit d’ouvrages – et où nos institutions ne valorisent pas vraiment cette forme de transmission de la connaissance –, les échanges scientifiques suscités par ces comptes rendus de lecture publiés depuis plusieurs années sur le site de la Revue en inédits, et l’envie de lire ainsi donnée à nos lecteurs et contributeurs (et notamment aux étudiants et jeunes chercheurs en géographie) témoignent du contraire. Aussi, nous sommes persuadés qu’il est pertinent de persévérer même à contre-courant des normes de valorisation de la recherche en vigueur.

Haut de page

Bibliographie

BOURDEAU-LEPAGE L.*, 2015, La nature en question. Aménager en ménageant l’homme et son milieu, Géocarrefour, 90/3, p. 191-192.

GLON E.*, 2015, La recherche collaborative en géographie avec les Autochtones. Eléments pour une approche critique, Géocarrefour, 90/3, p. 267-276.

LANGUMIER J. et VERDIER L.*, 2015, Sécurisation des digues et dispositifs de « culture du risque » : une alliance originale sur le delta du Rhône dans un contexte post-catastrophe, Géocarrefour, 90/3, p. 233-244.

MACCAGLIA F.*, 2015, Les ressorts informels du gouvernement local : l’action municipale officieuse à Palerme, Géocarrefour, 90/3, p. 251-261.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Honegger, « Avant-Propos », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 189.

Référence électronique

Anne Honegger, « Avant-Propos », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 20 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9931

Haut de page

Auteur

Anne Honegger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org