Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Pour saluer le Rhône

André Buisson
p. 248
Référence(s) :

Bethemont J. et Bravard J.-P., 2016, Pour saluer le Rhône, Lyon, éd. Libel, 400 p., 350 ill.

Texte intégral

1Les deux auteurs, qui se connaissent et s’apprécient depuis plus de quarante ans, ont défriché tous les thèmes que le lecteur va retrouver dans ce livre : l’approche géologique, la géo-histoire, la notion de bassin-versant, l’hydrologie, l’homme, la rive et la navigation. Pour autant, ils ont construit leur texte sur des références littéraires (Jules Michelet, Frédéric Mistral...) ou géographiques (Elisée Reclus et, surtout, Maurice Pardé). Ces inspirations donnent le ton et les thèmes du livre : « le chemin des nations », « irrégulier jusqu’à l’extravagance », autant de qualificatifs donnés au fleuve par leurs prédécesseurs.

  • 1 Géocarrefour « Le Rhône, l’axe et la vallée », n°72/1, 1997. en ligne : http://www.persee.fr/issue/ (...)

2Au fil de ce texte, on comprend très vite qu’ils s’attaquent au monstre sacré, le « taureau furieux » de J. Michelet, qu’ils n’ont cessé, durant leur carrière, d’étudier afin d’en comprendre la dimension. « Il eut été préférable (…) et pour la commodité des choses (…) de dénommer Rhône l’organisme fluvial qui se suit des Vosges à la mer » (p. 25). Cette phrase illustre tout à fait le propos de ce grand livre : un ouvrage écrit à quatre mains, un questionnement continu de plus de 80 ans de recherches, cumulés sur les deux têtes ! Une confluence de travaux : ceux de Jacques Bethemont, centrés depuis toujours sur la vallée du Rhône de Lyon à la mer (Le thème de l’eau dans la vallée du Rhône, 1972 et la direction de la Revue de Géographie de Lyon - aujourd’hui Géocarrefour - pendant plus de dix ans) et ceux de Jean-Paul Bravard, sur le Haut-Rhône (Le Rhône, du Léman à Lyon, 1986, et une participation active à la même revue par la direction de plusieurs numéros thématiques). A eux deux, ils totalisent plus de 300 publications sur le thème ! Et il fallait bien cette force pour embrasser non seulement l’axe, c’est-à-dire le fleuve, mais aussi la vallée1, autrement dit le bassin versant.

3Même s’ils ont dès l’introduction indiqué que leur propos se limiterait au Rhône français, les auteurs sont constamment en recherche d’exemples et d’explications en amont, sur le rôle régulateur joué par le Lac Léman et sur le torrent du Rhône au pied du glacier de la Furka. De la même manière, le bassin versant de la Saône est rapidement englobé dans l’étude, tant l’influence de cet affluent de rive droite est importante, notamment en matière d’hydrologie (songeons aux terribles inondations de 1840 et de 1856) ou de batellerie (depuis l’Antiquité, l’axe Rhône-Rhin passe par la Saône).

  • 2 Voir par exemple le cas de la Camargue, étudiée au détour d’un méandre, dans ce même numéro p. 246.

4L’ouvrage est construit en cinq parties et vingt-quatre chapitres qu’il serait fastidieux d’énumérer pour ne redire que platement un texte aussi riche. L’étude est avant tout chronologique: les questionnements sont nombreux sur la formation, à commencer par l’histoire de la vallée fluviale depuis le Miocène et le Pliocène (le lac bressan, les avancées successives des glaciers alpins) et la délimitation des lits successifs du fleuve, les accidents qui ont émaillé son histoire, comme la catastrophe de Turedunum rapportée par les textes latins ou l’auto-capture du Rhône au coude du mont de Cordon. La géomorphologie fluviale chère à J.-P. Bravard, prend toute sa place dans le chapitre consacré à « La longue durée des métamorphoses fluviales » et les études menées sur les différents chantiers de fouilles le long de la vallée ne cessent de démontrer l’évolution de l’activité du fleuve, de la source à l’embouchure2.

5Pour être complète, l’étude du milieu physique envisage les différents aspects du climat et de la végétation et permet ainsi de sectoriser la vallée en tronçons spécifiques (le Valais abrité, l’axe Saône-Rhône couloir ouvert et ses excès: le mistral, les incendies méditerranéens...). Ainsi, « Les souffles méridiens » étudient-ils l’importance du vent qui a façonné les paysages et les hommes, tout comme les excès climatiques tels les « épisodes cévennoles » qui, par l’impact des précipitations méditerranéennes sur les rivières du Massif central, font sentir leurs effets jusque dans la région lyonnaise.

6Ce livre fait avant tout la part belle à l’humain. Qu’il soit question d’inondations, de crues ou d’étiages, c’est avant tout au témoignage des hommes que l’on doit cette mémoire. L’archéologie urbaine vient en aide à l’écrit, avec les fouilles du pont de la Guillotière à Lyon, du parking Saint-Georges ou celles de Vienne-Saint-Romain-en-Gal (parmi les illustrations choisies par les auteurs, on remarque ce clin d’oeil aux précurseurs, avec la fig. 6, p. 55 et aux observations novatrices d’Adrien Arcelin à la fin du 19e s.).... Puis vint la crue de 1856, la première à laisser dans la mémoire collective une empreinte indélébile, avec les marques imprimées sur les monuments publics et les destructions massives de bâtiments dans le quartier des Brotteaux (si bien nommé !) à Lyon. Vivre au bord de l’eau peut donc être tour à tour le paradis et l’enfer, comme l’ont encore confirmé les inondations dramatiques du Bas-Rhône en 2003. Le fleuve est lieu de passage, et l’étude de la navigation fait la part belle aux travaux de l’historien lyonnais Jacques Rossiaud ; il provoque également des vélléités de franchissement, par des gués ou des ponts dont la trace remonte à la protohistoire. Il suscite également l’action humaine : lavoirs, moulins, irrigation, et les activités induites par la navigation : halage, création de villes-ponts, villes-doubles, ruptures de charge (Lyon, Briord, Seyssel...). L’homme a structuré le paysage rhodanien, depuis le haut des pentes, par les aménagements liés au développement du tourisme hivernal et la mise des Alpes au service de l’homme par la quête de la houille blanche chère à Aristide Bergès. De longue date, l’action humaine s’est faite par les déboisements agricoles puis par l’action autoritaire de l’Etat avec le RTM (Reboisement des terrains de montagne), enfin par les aménagements industriels des vallées de la Maurienne, de l’Isère ou de la Cance (les frères Montgolfier). Le paysage rhodanien est donc le produit d’une succession d’héritages.

7Existe-t-il encore un Rhône authentique ? C’est toute la question de la recherche des témoignages, et de l’impact des aménagements des générations passées. On parle alors de « correction du Rhône » entre la Massa et le Léman (Valais), du rôle de Charles de Freycinet et des « épis Girardon », des lônes abandonnées dans un réseau fluvial en tresse hérité du Petit Âge glaciaire. Les mots « tresses », « brotteaux », « lônes (ou launes) », « ramières », « vorgines », « blache » ont imprégné les parlers locaux et la coutume. Une place importante, dans les chapitres suivants, est faite aux travaux de la Compagnie nationale du Rhône. Comme les auteurs l’indiquent avec justesse, le Rhône a été mis au service de la Nation (1946-2001). Sa vocation première (énergie, transport, irrigation) est vite tronquée au profit de la fourniture d’électricité à EDF.

8La question des transports solides (entendons les sédiments fins) est délicate sur un cours d’eau aménagé. Le Rhône était un « fleuve travailleur » ! Aujourd’hui, par la baisse spectaculaire du transport de sables et graviers, c’est l’avenir même du littoral camarguais qui est en péril. Projet à suivre puisqu’après l’aménagement, l’heure est à la restauration écologique du cours d’eau et de ses affluents.

9Les derniers chapitres se mettent à l’heure des bilans et des projets d’avenir : les villes rhodaniennes se sont souvent, à la fin du 19e siècle, coupées de leur fleuve par des digues; à la fin du 20e siècle, on procède à la reconquête de ces espaces riverains, avec les « plans bleus ». De même, les modes doux de déplacement et le tourisme cycliste ont engendré la création de projets supra-nationaux, comme la viaRhôna, de sa source au delta. L’évocation littéraire et artistique « formes et lieux du fleuve » vient à point nommé pour souligner la diversité du monde rhodanien: lac, étangs, marais, eaux vives, glacier, source, torrent. Enfin, l’intégration dans le monde européen pose les questions du partage de l’eau entre pays, entre régions, et l’aide que peut apporter le Rhône à la construction européenne, avec des visions modélisatrices aux noms aussi divers que « banane bleue » ou « ring ».

10Soulignons la qualité de l’écriture, la pédagogie du livre avec l’existence de résumés conclusifs d’une demi-page à la fin de chaque chapitre (imprimé en caractères de couleur bleu). Illustré de 350 figures, croquis, coupes géologiques, tableaux de chiffres, photographies et schémas, cet ouvrage est un travail d’universitaires : scientifique, enrichi de très nombreuses notes infra-paginales, comportant une abondante bibliographie. Mais c’est un ouvrage destiné au grand public car les auteurs sont non seulement des enseignants renommés mais aussi des « communicants » de talent.

Haut de page

Notes

1 Géocarrefour « Le Rhône, l’axe et la vallée », n°72/1, 1997. en ligne : http://www.persee.fr/issue/geoca_0035-113x_1997_num_72_1

2 Voir par exemple le cas de la Camargue, étudiée au détour d’un méandre, dans ce même numéro p. 246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Pour saluer le Rhône », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 248.

Référence électronique

André Buisson, « Pour saluer le Rhône », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9923

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page