Navigation – Plan du site

Concilier la gestion de l’eau et des territoires

Marie-Anne Germaine
Référence(s) :

GOELDNER-GIANELLA L., BARRETEAU O., EUZEN A., PINON-LECONTE M., GAUTIER Q., ARNOULD P. (coord.), 2016, Concilier la gestion de l’eau et des territoires, Editions Johanet, 391 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, coordonné par les membres et animateurs du conseil scientifique du programme « Eaux et Territoires », propose une synthèse des travaux et réflexions menés dans le cadre de ce programme soutenu par le Ministère du Développement Durable, l’IRSTEA et le CNRS de 2007 à 2015. Les résultats de 15 projets, mobilisant majoritairement des chercheurs issus des sciences humaines et sociales (géographie, sociologie, sciences politiques) sont présentés. Les connaissances produites interrogent les moyens et conditions d’une meilleure intégration de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques dans les politiques d’aménagement et de développement des territoires. Les enjeux abordés concernent aussi bien la gestion des rivières, et notamment les défis posés par les objectifs récents de restauration des milieux, la gestion du risque d’inondation, que la production et la distribution de la ressource en eau.

2Chaque chapitre s’appuie sur la description détaillée d’un (ou plusieurs) cas d’études permettant ensuite de nourrir des discussions sur les enjeux de gouvernance et les conditions de sa réussite. A l’exception de deux projets centrés sur l’Afrique de l’Est (projets GEOPAR et PACTER) et d’un autre s’appuyant sur la comparaison entre la France et le Québec (projet IDEAUX), les chapitres traitent de terrains français. Ces derniers sont aussi bien ruraux qu’urbains. Ils sont notamment situés dans le bassin du Rhône (projets Créateurs de Drôme, MARAIS et CAMPLAN) ou en Bretagne (projets GAETAN et O-DURAB).

3La restitution de ces recherches est organisée autour de quatre parties abordant successivement : (1) les défis d’une gestion multi-scalaire, (2) la place de la connaissance dans la gestion de l’eau, (3) l’utilité de la comparaison des territoires et (4) la difficile conciliation entre gestion de l’eau et des territoires. Des regards de praticiens sont intercalés dans le fil de l’ouvrage et quatre fiches thématiques proposent un éclairage plus technique sur les aspects à intégrer pour améliorer la gestion de l’eau.

4Le bassin versant ne parvenant pas toujours à intégrer l’ensemble des enjeux et la complexité des interactions, plusieurs des travaux reviennent sur la question des périmètres pertinents pour établir une gestion efficace de l’eau (projet Créateurs de Drôme et MARAIS). Les différents travaux exposés montrent que l’espace fonctionnel de la gestion de l’eau n’est pas stabilisé. Ainsi, les effets des récentes réformes territoriales, jusqu’à la mise en place de la GEMAPI, sont envisagés dans plusieurs chapitres sans qu’il ne soit encore possible aux auteurs de juger si, au-delà des chamboulements institutionnels et territoriaux qu’elles entrainent, ces recompositions permettront un rapprochement entre gestion de l’eau et des territoires (projets TERIME et VEGGA). L’apparition de nouveaux espaces tels que les hydro-territoires, dont la rationalisation constitue le garant de la sécurisation de la ressource en eau (projet AQUADEP), est analysée.

5De manière plus globale, alors que les logiques organisationnelles résistent aux principes de la gestion intégrée, les auteurs rappellent la nécessité de tenir compte des spécificités et de l’histoire des territoires et d’inscrire la gestion des hydrosystèmes dans un projet de territoire dont les finalités dépassent les seuls enjeux hydrologiques. Alors que la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’Eau impose des critères très techniques et multiplie les expertises, ces rappels renvoient bien à l’actualité. Eau et territoire sont en effet reliés par de nombreuses interactions, non intentionnelles et donc parfois non pensées, qui obligent à réfléchir à une articulation entre les politiques sectorielles.

6La production et l’utilisation de connaissances sur l’eau sont au cœur de l’ouvrage. Les différents projets rappellent le besoin crucial de production des savoirs, en particulier encore déficients sur les dimensions sociales des objets étudiés. C’est également l’usage politique qui est fait des savoirs accumulés et le rôle de l’expertise qui sont discutés (projet OSA). Plusieurs chapitres invitent à développer une plus grande réflexivité sur la production des connaissances ainsi que sur les liens existants entre celle-ci et l’action (projet GAETAN). Alors que la concertation est encouragée comme outil facilitant la définition commune d’un réel souhaitable, plusieurs projets s’intéressent à la place des savoirs locaux dans l’élaboration du projet de territoire (projets SURGE et GEOPAR). L’hybridation des savoirs produits et profanes est promue pour construire des réponses collectives via une requalification des problèmes. Celle-ci suppose peut être la présence de passeurs situés à l’interface entre gestion de l’eau et territoire. Les intercommunalités pourraient assurer ce rôle de passerelle puisque l’environnement fait partie des compétences et doit être intégré dans les projets de territoire. Dans tous les cas, les auteurs s’accordent sur le fait que seul le dialogue est à même de proposer autre chose qu’une simple solution technique.

7Enfin, si les approches comparées sont très mobilisées dans les différentes études proposées, l’intérêt des monographies est aussi à juste titre rappelé. Bien qu’elles ne soient pas très à la mode en sciences humaines et sociales, elles s’imposent comme un préalable indispensable à la comparaison. L’approche comparée consiste aussi à mettre en perspective les enjeux contemporains à la trajectoire passée des hydrosystèmes (projet GALE&T) ou à envisager les capacités d’adaptation des systèmes (projet CAMPLAN). Mobilisant des retours d’expérience notamment à l’étranger, l’approche comparative s’impose comme particulièrement pertinente pour mettre en perspective le poids des spécificités locales vis-à-vis d’une gestion devenue très normalisée à l’échelle européenne et française (projets IDEAUX et O-DURAB).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Anne Germaine, « Concilier la gestion de l’eau et des territoires », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9916

Haut de page

Auteur

Marie-Anne Germaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page