Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Guillaume Christen et Philippe Hamman, Transition énergétique et inégalités environnementales, énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace

Geneviève Pierre
p. 316
Référence(s) :

Christen G. et Hamman P., 2015, Transition énergétique et inégalités environnementales, énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 228 p.

Texte intégral

  • 1 Christen G., Hamman P., Jehling M. et Wintz M., 2014, Systèmes énergétiques renouvelables en France (...)

1Le colloque international qui s’est tenu à Strasbourg en octobre 2013 sur les « systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne, analyse socio-économique, synergies et divergences », avait donné lieu à un précédent ouvrage collectif, franco-allemand1. L’ouvrage paru en 2014 faisait la part belle aux comparaisons franco-allemandes. Le livre présenté ici procède d’une approche notionnelle et conceptuelle, parfois très dense, appuyée sur trois études de cas alsaciennes, permettant de concrétiser les enjeux. Un cahier couleurs de 14 cartes sur les consommations et les productions en énergies renouvelables dans les régions françaises est placé en fin d’ouvrage.

2La place du social dans la traduction inégale des transitions énergétiques au sein des territoires structure la réflexion. Le sujet s’inscrit en plein débat d’actualité, au moment de la la COP21 à Paris. La traduction localisée de la transition énergétique relève d’une mise en système entre connaissances expertes et savoirs territoriaux, entre diversités de valeurs, de principes d’actions et de groupes d’acteurs interconnectant une pluralité d’échelles. Ainsi, le « réchauffement climatique » procède d’instruments d’action publique entrecroisant différents jeux d’échelle qui contribuent à territorialiser la problématique de la transition énergétique au niveau européen, national, régional et local, mais également à l’échelle des modes de vie, individuels et collectifs. Toutefois, la dimension temporelle ne doit pas être négligée ; la « dependance de sentier » où les choix antérieurs conditionnent les processus décisionnels actuels ; penser au poids du nucléaire dans les politiques énergétiques françaises.

3L’hypothèse de l’ouvrage est que les transitions énergétique procèdent d’ – ou génèrent des – inégalités environnementales relevant des rapports différenciés que les habitants entretiennent, dans un territoire, avec les instruments et les équipements relatifs aux énergies renouvelables. Les inégalités sont situées à plusieurs échelles socio-spatiales : internationale, entre territoires et régions ou, plus localement, entre habitants, selon leur capacité à anticiper ou à se mobiliser contre les risques. L’appropriation sociale des enjeux énergétiques est complexe : les différents acteurs ne partagent pas les mêmes conditions de vie, ni les mêmes capacités en termes de savoirs, de compétences, de ressources. La dimension de l’appropriation et de ses inégalités interroge, corrélativement, celle de la participation, identifiée comme un pilier de l’opérationnalisation locale du développement durable ; celle-ci prend des formes variables, du droit à l’information, à la codétermination de projets. Elle se limite le plus souvent à l’adhésion à l’instrument, par l’achat d’actions ou de parts d’une société ou parce qu’on installe un kit photovoltaïque standard. Or, les potentialités à la participation peuvent non seulement refléter des inégalités sociales mais, pis encore, elles peuvent les institutionnaliser, d’autant qu’un processus de professionnalisation/normalisation des pratiques participatives semble aujourd’hui en cours.

4

5La territorialisation des enjeux sociaux de la transition énergétique se joue au niveau local. Les études de cas alsaciennes mettent en évidence la pluralité des approches, des démarches et de leur diffusion, avec le développement d’outils incitatifs destinés à associer les acteurs. Cette région présente la particularité d’être située à l’interface entre deux schémas énergétiques, l’Energiewende allemande et le modèle centralisé français ; sa puissance hydro-électrique repose sur 10 ouvrages construits sur le Rhin, dont 2 sont binationaux. De même, la centrale nucléaire de Fessenheim a bénéficié de la participation financière de trois entreprises énergétiques (France, Allemagne, Suisse). Cette région est également dotée d’associations environnementales liées initialement à la mobilisation anti-nucléaire et devenues très actives dans l’aménagement du territoire. Les hybridations culturelles entre deux modèles et les mobilisations citoyennes ont conduit au premier projet transfrontalier de production d’électricité citoyenne au sein d’une coopérative photovoltaïque (Colmar).

6L’ouvrage est divisé en quatre parties.

7La première partie, centrée sur le caractère indissociable des dimensions sociales et techniques s’agissant de la transition énergétique, envisage cette dernière comme un « fait social total », procédant d’un système sociotechnique et plus seulement énergétique. Une revue de la littérature scientifique, fort utile, établit une classification des ouvrages publiés en France sur les énergies renouvelables (p. 49-62), selon les types de productions et de consommations des énergies renouvelables, entre « pro » et « anti », et les questions d’acceptabilité/résistances face aux économies d’énergies.

8Le chapitre 2 revient sur la spatialité de l’action publique – du quartier à la ville et du local au régional et au national – d’autant plus complexe que la transition énergétique relève de questions transversales plurielles inscrites dans des contextes territoriaux aux potentiels énergétiques inégaux. Dans cette partie, les cadres français, puis à l’échelle de l’Alsace, des politiques publiques et leur application localisée sont exposés et agrémentés de schémas et graphiques facilitant la lisibilité des enjeux.

9Le chapitre trois présente, à l’aide du cas alsacien, une typologie des transitions énergétiques, selon qu’elles sont régulées par le marché (solaire ou bois) ou qu’elles relèvent d’une approche alternative, coopérative, laissant plus de place à la participation. Toutefois, le reversement des productions en énergies renouvelables au sein des réseaux déjà en place (électricité, gaz ou chaleur) conduit rarement à une remise en cause du modèle vertical et centralisé de production/distribution énergétique. La socialisation des habitants à la transition énergétique est souvent circonscrite à la maitrise de la consommation. Elle relève d’un usage normatif de la ressource lié aux prescriptions d’économies d’énergies des bailleurs sociaux des logements HLM ; elle repose sur une responsabilisation individuelle de l’habitant.

10Après un éclairage utile sur le concept d’inégalités environnementales et/ou écologiques et son introduction en France, le chapitre 4 en donne une illustration grâce à trois études de cas menées en Alsace : l’une porte sur un parc éolien participatif « partiel » à Saâles ; l’autre analyse la mise en place d’une centrale biomasse, la rénovation du bâti et les consommations énergétiques dans le quartier HLM de l’Ill ; la troisième montre comment des installations solaires ont été encouragées au profit de logements privés dans la commune résidentielle de Pobsheim, en périphérie de Strasbourg. Les inégalités d’appropriation de la transition énergétique par les habitants se superposent aux inégalités socio-économiques, de revenus et de diplômes. Le fait d’être propriétaire ou non de son logement constitue un facteur réellement discriminant car il définit des possibilités d’actions inégales sur le choix de consommations énergétiques.

11Ainsi, les processus de transition énergétique sont pluriels et non stabilisés, entre logiques centralisées dans le prolongement du modèle préexistant et développement d’initiatives citoyennes. Toutefois, par l’insertion de logiques participatives dans des systèmes centralisés et la recentralisation d’initiatives citoyennes autour de groupes industriels, des hybridations entre ces modèles sont à considérer. Cependant, le livre conclut qu’il existe bien des gagnants et des perdants de la transition énergétique.

Haut de page

Notes

1 Christen G., Hamman P., Jehling M. et Wintz M., 2014, Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne : synergies et divergences, Orizons, 330 p. Issu du projet européen de recherche 2012-2015 « C31-Plan ER » (Energies renouvelables), mené grâce au soutien du FEDER, du programme Interreg IV et du groupe « offensive sciences » du Rhin Supérieur (Alsace, Rhénanie-Palatinat et Bade-Wurtemberg) : comparaison franco-allemande sur l’acceptation sociale des énergies renouvelables (UMR CNRS 7363 Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe et Institut d’Urbanisme et d’Aménagement régional en Alsace).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Pierre, « Guillaume Christen et Philippe Hamman, Transition énergétique et inégalités environnementales, énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace », Géocarrefour, 90/4 | 2015, 316.

Référence électronique

Geneviève Pierre, « Guillaume Christen et Philippe Hamman, Transition énergétique et inégalités environnementales, énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace », Géocarrefour [En ligne], 90/4 | 2015, mis en ligne le , consulté le 23 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9915

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org