Navigation – Plan du site

La mise en politique des flux et circulations

Appel à contribution pour la revue Géocarrefour

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1990, les flux, les circulations et les formes de mobilité spatiale ont attiré l’attention de nombreux chercheurs. Après les travaux pionniers de Manuel Castells sur la société des réseaux (1996) et de John Urry sur la fluidification du monde (2000), ces auteurs analysent l’intensification de ces flux et circulations dans un contexte de globalisation accrue et leurs effets induits sur les structures sociales ou le devenir des sociétés nationales. Travaillant sur des objets aussi divers que les migrations humaines, les capitaux et les produits financiers (Dunford et al. 2014), les matières premières, les déchets (Crang et al. 2013; Gregson et Crang 2015), les idées ou les informations (Angeli et al. 2014), attentifs aux formes et aux véhicules de ces nouvelles circulations (Ducruet 2013; Birtchnell et al. 2015; Ducruet 2016), ils cherchent à montrer que le développement des réseaux de transports et de communication nous a définitivement projeté dans l’ère de la mobilité généralisée, dans un monde où les flux se trouveraient à la base de nouvelles interactions sociales, voire remettraient en cause les concepts mêmes de société (Urry 2003) et d’État-nation (Jänicke 2005). L’actualité des enjeux de développement durable, résultant notamment de l’épuisement des ressources naturelles et du changement climatique, a par ailleurs conduit une partie de cette communauté de recherche à tester la robustesse de ces théories dans le champ de l’environnement (Spaargaren et al. 2006).

2Bien que porteuses de renouvellements conceptuels et méthodologiques, ces analyses en termes de flux et circulations présentent cependant des points aveugles qui suscitent d’importants débats dans la communauté scientifique. Deux travers sont régulièrement pointés : une certaine forme d’imprécision terminologique, qui conduit à faire usage d’analogies pour décrire des réalités et des formes spatio-temporelles extrêmement différentes ; le fait également que ces approches mobilisent surtout les flux et circulations comme révélateurs de processus plus généraux en prise avec la mondialisation, l’affirmation du capitalisme ou la modernité, laissant dans l’ombre les investissements sociaux et politiques dont ils font l’objet aux différentes échelles (du local au global). S’inscrivant pleinement dans ces débats, ce numéro spécial vise à rassembler des articles qui s’intéressent à ces modalités concrètes de prise en charge et de régulation des flux et circulations pour tenter de comprendre comment elles contribuent à structurer des dynamiques sociales et/ou façonner des espaces.

3Différents types d’objets et de terrains peuvent être mobilisés pour rendre compte des façons dont les circulations et les flux qui les caractérisent sont contenus ou favorisés, canalisés ou réglementés, gérés par des organisations ou des infrastructures ad hoc ou, au contraire, rendus invisibles pour échapper à toute possibilité de contrôle. On pense par exemple aux déchets, à l’eau, à l’énergie, aux denrées alimentaires, aux matériaux de construction, aux matières premières et plus largement à toutes les ressources qui contribuent au fonctionnement de nos sociétés modernes. On pense également aux personnes qui, prises dans des mobilités temporaires (touristiques ou professionnelles) ou de long terme (subies ou choisies), forment des flux qui appellent, là aussi, des interventions publiques et des dispositifs spécifiques de régulation et de politique publique.

4Les articles proposés pourront porter sur tout type de flux et circulations étudiés dans le cadre de travaux en sciences sociales (notamment en géographie, sociologie, anthropologie, aménagement et science politique), mais aussi dans des domaines relevant des sciences de l’environnement ou des sciences de l’ingénieur. Ils devront reposer sur de solides investigations empiriques, si possible rendre compte de recherches récentes, et mettre en évidence dans quelle mesure l’objet étudié suscite une prise en charge politique et donne lieu à une action publique. Ils pourront également adopter un point de vue historique et/ou comparatif et s’intéresser à des exemples étrangers.

5Pour explorer plus avant les activités concrètes de mise en politique des flux et circulations associés à ces différents objets, trois axes de questionnement sont suggérés.

Problématisation et mise à l’agenda des flux et circulations

6Les moments et les modalités selon lesquelles des flux ou des circulations deviennent des problèmes publics participent des processus de mise en politique. Les épisodes de dysfonctionnements, de ruptures, de perturbations diverses, qu’ils soient physiques ou symboliques, sont particulièrement intéressants pour saisir les mécanismes de mise à l’agenda. Ils sont souvent l’occasion d’inversement de valeur (économique, mais aussi politique et sociale), de réorientations, mais aussi simplement de mise en visibilité de nouveaux flux et de circulations spécifiques. Comment s’opèrent les mécanismes de sélection et/ou d’occultation des flux ? Comment se manifestent les luttes de reconnaissance de circulations alternatives, innovantes ou porteuses de transformation ? Qu’est-ce qui déclenche ou permet une politisation des flux ?

Représentation et activités de cadrage des flux et circulations

7Les formes de régulation de ces flux, qu’elles soient implicites ou explicites, constituent des marqueurs de leur charge politique, économique et sociale. Elles impliquent des cadrages multiples, des exercices de figuration, des outils de mesure et de quantification. Elles impliquent également la production de normes qui amènent à autoriser, interdire certains procédés, usages ou activités. Ces formes de cadrage contribuent à renseigner différentes formes de mobilité, à les mettre en relation, mais aussi à circonscrire et par là-même à définir des circuits. La production d’indicateurs, la représentation statistique et cartographique, l’évaluation des politiques, précèdent, accompagnent et légitiment les différents cadrages et formes de régulation. Dans quelle mesure la nature labile et mobile des objets circulant contraint-elle ces opérations de cadrage, de mesure et de connaissance particulières ou inédites ? Peut-on identifier des modalités communes à la régulation des circulations, et par là-même des formes spécifiques d’action publique ?

Institutionnalisation et mise en administration des flux et circulations

8La formalisation des enjeux liés aux circulations, la fabrication d’un cadre législatif et réglementaire et son application, renvoient à des processus d’institutionnalisation et de territorialisation qui participent également de la mise en politique des flux. Leur compréhension nécessite une analyse fine des acteurs (économiques, politiques, citoyens, etc.) qui participent de cette structuration, les logiques d’échelle spatiale et politique qu’ils mettent en perspective, les principes de gestion sur lesquels ils reposent, et ce qu’ils nous disent de nos fonctionnements politiques et sociaux. La « mise en administration » de certains sujets ou situations, ainsi que leur appropriation politique, est un révélateur de la place qui leur est octroyée et des intérêts qu’ils représentent. Or, une particularité des objets en circulation est qu’ils ne sont presque jamais en congruence avec les découpages administratifs, les territoires vécus et administrés, les territoires d’intervention tels qu’ils sont institutionnalisés. Quelle est alors leur propension à perturber les logiques et les frontières institutionnelles, spatiales, administratives, à imposer des coopérations et à produire des formats d’action publique spécifiques ?

Délais et consignes

9Les auteurs peuvent s’adresser aux coordinateurs du numéro, Romain Garcier (romain.garcier@ens-lyon.fr), Emmanuel Martinais (emmanuel.martinais@entpe.fr), et Laurence Rocher (laurence.rocher@univ-lyon2.fr), pour signaler leur intérêt et poser toute question scientifique en lien avec ce texte. Les articles seront proposés au plus tard le 30 septembre 2016 pour une publication prévue en 2017. Ils devront respecter les normes de la revue (https://geocarrefour.revues.org/​1017). Ils pourront être rédigés en français ou en anglais. D’un volume optimum de 40 000 signes, espaces compris (la rédaction se réservant la possibilité de rejeter les articles dépassant 60 000 signes). Les articles seront évalués en double aveugle par le comité de lecture. Les auteurs recevront notification de la décision (et des instructions de correction) en janvier 2017.

Haut de page

Bibliographie

Angeli F, Grandi A et Grimaldi R 2014 Directions and Paths of Knowledge Flows through Labour Mobility: A Social Capital Perspective Regional Studies 48 1896-1917

Birtchnell T, Savitzky S et Urry J 2015 Cargomobilities : moving materials in a global age Routledge, New York

Castells M 1996 The rise of the network society Blackwell Publishers, Malden, Mass.

Crang M, Hughes A, Gregson N, Norris L et Ahamed F 2013 Rethinking governance and value in commodity chains through global recycling networks Transactions of the Institute of British Geographers 38 12-24

Ducruet C 2013 Network diversity and maritime flows Journal of Transport Geography 30 77-88

Ducruet C 2016 The polarization of global container flows by interoceanic canals: geographic coverage and network vulnerability Maritime Policy & Management 43 242-260

Dunford M, Liu WD, Liu ZG et Yeung G 2014 Geography, trade and regional development: the role of wage costs, exchange rates and currency/capital movements Journal of Economic Geography 14 1175-1197

Gregson N et Crang M 2015 From Waste to Resource: The Trade in Wastes and Global Recycling Economies Annual Review of Environment and Resources 40 151-176

Jänicke M 2005 Governing Environmental Flows : The Need to Reinvent the Nation State, Environmental Policy Research Centre Reports FFU 03-2005, Freie Universität, Berlin

Spaargaren G, Mol APJ et Buttel FH 2006 Governing environmental flows : global challenges to social theory MIT Press, Cambridge, Mass.

Urry J 2000 Sociology beyond societies : mobilities for the twenty-first century Routledge, London ; New York

Urry J 2003 Global complexity Polity, Malden, MA

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« La mise en politique des flux et circulations », Géocarrefour [En ligne], Appels à contribution, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9910

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page