Navigation – Plan du site
articles
Varia

Sécurisation des digues et dispositifs de « culture du risque » : une alliance originale sur le delta du Rhône dans un contexte post-catastrophe

Making dykes secure and measures relating to « risk culture » : an original alliance in the Rhône delta in a ‘post-catastrophe’ context
Julien Langumier et Léa Verdier
p. 233-244

Résumés

A l’entrée du delta du Rhône, l’inondation de 2003 a remis sur le devant de la scène le rôle des digues dont les brèches aléatoires ont dessiné en partie le périmètre de la zone submergée par les eaux. Dix ans plus tard, deux dynamiques se développent au niveau local : d’une part, dans le cadre du Plan Rhône, un programme d’ampleur de sécurisation des digues ; d’autre part, sous la bannière de la « culture du risque », des actions mobilisant les populations pour la surveillance des digues en période de crise et la mémoire des inondations. Sur la base d’une monographie portant sur la plaine de Beaucaire - Fourques, l’article analyse l’articulation entre ces deux réponses et décrypte les liens entre la controverse développée sur le projet structurel de protection et les enjeux socio-politiques cristallisés autour des dispositifs de « culture du risque ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est issu de l’enquête de terrain réalisée par Léa Verdier de mars à juin 2014, dans le (...)
  • 2 Les grands principes sont actés par le partenariat du Plan Rhône (DREAL de Bassin, 2009, Schéma de (...)

1Sur la rive droite du Rhône, à l'entrée du delta du fleuve, la plaine de Beaucaire-Fourques a connu d’importants dommages, suite à des ruptures de digues pendant la crue de 20031. Au lendemain de la catastrophe qui a également inondé les quartiers Nord de la ville d'Arles en rive gauche, les pouvoirs publics se mobilisent sous la pression des sinistrés structurés en associations de riverains. Au travers du Plan Rhône, les Régions et l’Etat mutualisent leurs moyens pour initier des travaux d'ampleur destinés à sécuriser les digues du delta du Rhône, afin de protéger les villes de Beaucaire, Tarascon, Arles et Fourques sinistrées en 2003. Le projet consiste à diminuer le débit s’écoulant à Arles et Fourques en aménageant, en amont, des digues déversantes dans la traversée des plaines agricoles en rive gauche et en rive droite2. Dans le même temps, les habitants sont mobilisés dans des organisations communales destinées à assurer la surveillance des digues en cas de crues et sont incités à entretenir la mémoire des inondations à travers de nombreuses actions de sensibilisation.

2Dix ans après les inondations de 2003, la conduite d'une enquête sociologique permet de questionner l'articulation entre les suites socio-politiques de la catastrophe, le projet technique de sécurisation des digues controversé au niveau local et la « culture du risque » vantée par les actions de la municipalité. Quelles relations observe-t-on entre l'expérience des inondations de 2003 et les postures d'adhésion ou de contestation par rapport au projet de sécurisation des digues qui constitue la réponse institutionnelle à la catastrophe ? Quelles articulations peut-on ensuite établir entre le projet structurel qui doit écarter tout risque de défaillance des ouvrages de protection et les pratiques liées à la surveillance des digues et à l'entretien de la mémoire des inondations passées ?

3Faire le lien entre les dynamiques de mobilisations associatives et politiques et les pratiques des populations reconnues par les institutions comme relevant de la « culture du risque » résulte d’abord de l’enquête de terrain qui montre la concomitance et les interactions entre ces deux scènes (Decrop, 1997). Ce choix correspond également au constat de l’impossibilité d’enquêter sur les pratiques et discours des habitants des territoires à risques sans prendre en compte les logiques de mobilisations politiques à l’œuvre sur ces mêmes territoires. La « culture du risque » ne renvoie alors pas à la seule sphère des pratiques vernaculaires des habitants mais également à son invocation et utilisation dans le jeu institutionnel. Nous rejoignons en ce sens les précautions de Samuel Rufat qui rappelle, à propos de la résilience, la dimension politique du concept, du fait de sa traduction dans les discours institutionnels. Cette dualité de l’usage du terme renvoie au chercheur la question de considérer son objet comme un « projet collectif choisi démocratiquement ou bien [comme] la recommandation d’institutions qui, de façon plus ou moins explicite, incitative ou coercitive, l’imposent aux sociétés et aux individus » (Rufat, 2015, p. 195). Les travaux qui se sont intéressés aux inondations historiques du Rhône jusqu’à la crue de 2003, en questionnant la genèse de la mémoire du risque et ses effets sur les comportements et les pratiques des populations, s’inscrivent de fait dans le projet de donner un contenu à la « culture du risque » (Labeur, 2013 ; Allard et Picon, 2006). De manière complémentaire, notre approche ethnographique s’intéresse davantage à l’utilisation du discours de la « culture du risque » dans un conflit d’aménagement du territoire et réciproquement à la manière dont le conflit d’aménagement nourrit ce discours.

4Cette double entrée sur ce terrain vise in fine les ressources politiques mises en jeu par la gestion des risques. Celles-ci, initialement fondées sur les revendications issues de la catastrophe de 2003, se déploient d’une part à travers les mobilisations face au projet de sécurisation des digues, d’autre part via les dispositifs d’implication des populations dans les actions relevant de la « culture du risque ».

Une plaine endiguée mais inondée : héritage des digues du Second Empire et gestion locale fonction des enjeux agricoles

5L’endiguement du Rhône dans sa partie deltaïque est ancien et constitue une réponse aux divagations naturelles des nombreux bras du fleuve. Suivant la dynamique des dépôts sédimentaires, le fleuve exhausse son lit délimité par les bourrelets alluviaux. Les grandes crues provoquent la rupture de ces derniers et un nouveau cheminement pour les eaux du fleuve (Blanc, 1977). Pour un élu local, « les digues ont été montées par nos ancêtres au fur et à mesure du temps. Il est vrai que depuis le Moyen-Âge, on avait comme réponse à chaque inondation : on élève les digues ». Dans les statuts municipaux de la ville d’Arles, datant de 1151, on trouve la trace des enjeux de protection au travers du droit donné aux « levadiers » de lever des « tailles » pour faire entretenir les « chaussées ». La toponymie de ces plaines agricoles souligne également la richesse culturale des terres limoneuses : terre d’Argence, Trébon

Un entretien des digues fonction des moyens

6Suite aux crues importantes du XIXè s. (1840 et 1856 notamment), des syndicats de propriétaires ont été constitués pour intervenir sur les ouvrages endommagés et les digues furent rehaussées à 1,50 m au-dessus de la ligne d’eau atteinte en 1856, aboutissant à un système complet de protection en 1869. Au siècle suivant, la concession accordée à la Compagnie nationale du Rhône pour l'exploitation hydroélectrique, la navigation et l’irrigation agricole a conduit à une reconfiguration complète du lit du Rhône jusqu’au barrage de Vallabrègues et, par voie de conséquence, à une modification de l'exposition aux crues de certaines plaines. Plus à l’aval, sur le secteur du delta qui nous intéresse, la dénivellation du fleuve étant trop faible, ces grands travaux d’aménagements hydrauliques n'ont pas été réalisés, si bien que les ouvrages en place aujourd’hui correspondent principalement à l'héritage du XIXè s.

Figure 1 : plan de situation

Figure 1 : plan de situation

source : Léa Verdier

  • 3 Bras secondaire du Rhône à l’Ouest, formé à l’entrée du delta au niveau de Fourques et rejoignant l (...)

7Ainsi, en rive droite du Petit Rhône3, les digues édifiées sous Napoléon III restent jusque dans les années 1980 à la charge d'un syndicat composé des propriétaires bénéficiaires de l'ouvrage. Face aux difficultés de ces derniers à assurer l’entretien, un syndicat intercommunal regroupant onze communes gardoises est créé en 1986 et présidé par le maire de Saint-Gilles puis le maire de Fourques. Un agriculteur et son fils évoquent ci-dessous le passage de relais des propriétaires au syndicat sans que les problèmes liés au manque de moyen pour l’entretien des digues ne soient complètement résolus :

« A : alors le père [de l’agriculteur A’] avait la charge de l’entretien des digues de Napoléon, oui elles ont été entretenues par les agriculteurs. (…) Le père de [l’agriculteur A’] s’occupait des digues rive droite sur le côté Gard.

A’ : et le percepteur percevait des taxes à la suite de la crue de 1856, toutes les maisons payaient une taxe, 100 ou 150 francs. Seulement, les gens ne payaient plus et le percepteur pour 100 francs il ne poursuivait plus et ils se sont retrouvés sans argent. A ce moment-là, ils sont allés voir le préfet, ils lui ont dit : “on ne peut pas faire rentrer de l’argent pour entretenir la digue, et on n’a plus les moyens de la faire, on vous donne le bébé, faites quelque chose.”(…) Il l’a donné dans un premier temps au maire de Saint-Gilles qui après s’en est débarrassé et l’a donné au maire de Fourques mais il n’a pas fait plus, ils n’ont pas eu plus d’argent, ils n’ont pas entretenu. Ce que nous avons eu en 2003 c’est cette conséquence-là. »

8Avant la crue de décembre 2003, les digues ont la réputation d'être fragiles du fait d'un manque d'entretien « général », occulté par un entretien « superficiel » en adéquation avec les moyens disponibles à l'époque, comme l'explique un habitant de Fourques :

« Des digues fragiles, instables, perforées par des trous de lapins, de renards, de ragondins… quand on voit le travail qui est fait maintenant, on se dit que ça n’est pas comparable avec ce qui existait avant. (...). Avant, il n’y avait pas de budget pour ça. (…) Après la guerre, la France n’avait pas beaucoup d’argent et donc on a arrêté de payer les gardes digues qui entretenaient chacun leur petit morceau, il n’y a plus eu d’entretien général non plus, et à certains endroits ça s’est dégradé. »

9Certains riverains avaient signalé des points de ruptures potentiels au niveau de certains tronçons de digue, à l'instar de cet habitant de Saint-Gilles :

  • 4 Syndicat intercommunal d’aménagement des digues du Rhône de Beaucaire à la mer.

« En 2002, il se trouvait que je leur avais déjà indiqué, que depuis le pied de digue à l’intérieur des terres ça coulait de l’eau quand ça montait. Ils sont allés voir, ils n’ont rien trouvé, et puis finalement en novembre 2002 ça a cassé (…) Alors une entreprise a fait ce qu’il fallait pour réparer, ils ont bouché comme il faut, ils ont mis de l’argile devant pour ne pas que ce soit perméable, apparemment ça a bien marché de ce côté-là. Et ça, c’était dans l’été 2003. Mais je m’étais aperçu qu’en aval de cette brèche il s’était formé, peut-être consécutivement à la première crue, un affaissement de la digue à un endroit, mais un affaissement important, de quarante ou cinquante centimètres et que la digue était fendue, alors bon comme il y a de l’herbe dedans que ça n’est pas entretenu, j’étais tombé la jambe complètement dans la fente. Quand j’ai vu ça, alors à l’époque, l’ingénieur du SIDR4, je lui ai dit : “faites quelque chose, il y a l’entreprise qui est encore là qui n’a pas fini les travaux, faites quelque chose”, et puis il me répond : “ oh bah écoutez on n’a pas d’argent, si ça casse, il faut bien que l’eau aille quelque part.” Alors ça je l’ai très mal pris, j’ai fait faire un constat par un expert, qui a pris des photos, qui a relevé des différences de niveau. (…) J’ai fait ce constat, je l’ai envoyé au président des digues du Gard, du SIDR. Je l’ai envoyé au préfet, au DDA, au Maire de Saint-Gilles, au Maire d’Aigues-Mortes, et du Grau-du-Roi et bien là-dessus il n’y en pas un qui a répondu, seulement en décembre 2003, ça a cassé. »

10Pour les habitants, le défaut d'entretien des ouvrages hydrauliques est également lié, à la relégation des inondations catastrophiques comme celles de 1856 dans un passé révolu, comme le rapporte un agriculteur de Fourques :

« Fourques n’a pas été inondée depuis 1856, je sais bien que j’ai la barbe blanche, mais bon je ne les ai pas connues celles-là. (…) On pensait que ça ne se reproduirait plus, on n’y croyait pas. (…) Vous vous rendez compte, les dernières inondations dataient de 1856, on se disait que c’était derrière nous tout ça. On se disait : “ça ne se produira plus. A l’époque les digues étaient moins hautes, moins bien construites...” On trouvait toutes sortes de prétextes. »

  • 5 Association syndicale autorisée regroupant les propriétaires fonciers protégés par une digue pour e (...)

11La présence des digues conduit certains agriculteurs à se considérer hors de la zone inondable, comme l'explique ce membre d'une ASA5 à Beaucaire :

« vous n’étiez pas forcément préparés à ça en 2003 ?

Non du tout, on ne savait pas trop quoi faire. En fait la plaine de Beaucaire, Fourques, Bellegarde, (…) on n’était pas en zone inondable, nous on était en zone protégée, donc on ne risquait pas d’avoir des crues. »

Les digues sur le devant de la scène en 2003 : des brèches inacceptables

12Les crues de 1993, 1994 et 2002 ont constitué des alertes importantes, mais qui semblent avoir davantage rappelé la nécessité de surveiller les digues et de les entretenir en fonction des moyens disponibles que réveillé la conscience d'un réel danger. Les habitants rapportent également cet oubli à l'ancienneté de la dernière crue importante de 1856 et aux manuels scolaires des années 1960 et 1970 prêtant à l'aménagement du Rhône pour l'hydroélectricité le mérite d'avoir dompté le fleuve. Bernard Picon (2008), pionnier d'une sociologie de l'environnement sur le terrain de la Camargue y lit les « effets pervers d’une politique exclusivement patrimoniale » sur-valorisant la protection des espaces naturels : « Ainsi les inondations de 1993, 1994 et 2003 ont eu pour effet de rétablir avec brutalité le fait que, plus qu’un milieu naturel menacé par les activités humaines telles que les représentations dominantes nous le donnait à voir, le delta était plutôt un milieu anthropisé menacé par les risques naturels (…) Opposer le naturel à l’humain en y rajoutant une touche de valeur rousseauiste a été de fait un facteur aggravant du risque » (Picon, 2008, p. 241).

  • 6 Les inondations de 2003 se situent au troisième rang des crues du Rhône aval des deux derniers sièc (...)

13Dans ce contexte, l'inondation de décembre 20036 apparaît comme un événement catastrophique dépassant ce qui était imaginé par les habitants et les responsables locaux. Dans la nuit du mardi au mercredi 3 décembre, le maire de Fourques décide de faire évacuer les 2 500 habitants du village :

« A 1h du matin j’ai fait évacuer sur Saint-Martin-de-Crau, tout un quartier qui était trop proche des digues, (…) en cas de rupture les maisons explosent (…). Et à 7 h du matin, voyant que la préfecture disait : “attendez 9h que j’envoie les experts…”, là ma réponse a été à la préfecture : “je n’attends pas 9 h car à partir de là tout peut arriver”. Et effectivement la première brèche est arrivée à 10 h alors tout le monde m’a dit : “ mais comment tu as eu la science de dire ça va casser ?”. (…) Bah tout simplement on a l’habitude. Pour nous, une crue centennale, on va dire de référence, elle monte de dix centimètres à l’heure, ça donne une idée, et ce jour-là les gardes digues me disaient ça monte de 20 cm à l’heure. Alors j’ai employé un mot historique en référence à Christophe Colomb, au lieu de dire “terra incognita”, moi j’ai dit “aquae incognita”, car je n’étais plus dans des eaux que je connaissais là. »

14Du côté des habitants et des agriculteurs, l'événement dépasse également les habitudes de protection et les repères de crues :

Le problème c’est qu’on ne pensait pas qu’il y aurait tant d’eau, on s’attendait à 80 cm d’eau mais on a eu un mètre soixante, on avait monté des choses sur des parpaings, sur des échafaudages montés à la va vite, et du coup tout a morflé quoi. (…) On ne savait pas estimer l’eau qu’on allait avoir dans les habitations, de toute façon personne ne le pouvait puisque l’eau est venue à cause de la brèche. »

15Les ruptures des digues en rive droite, à Fourques, au niveau du mas de Petite Argence, et à Saint-Gilles, au niveau du mas de Claire Farine, ainsi qu’en rive gauche, à Arles, sur les digues de protection des trémies du remblai ferroviaire, ont complexifié la gestion de la crise. Sur ces terrains plats, l'inondation évolue sous l'effet de brèches aléatoires, trompant jusqu’aux habitants et agriculteurs les plus avertis qui tentent de mettre à l'abri leurs biens et leurs bêtes en rive gauche pensant que les brèches ne s’ouvriraient qu'en rive droite. Un habitant de Fourques explique l'impossibilité d'anticiper la formation d'une brèche sur une digue :

« On pensait que ça allait péter d’ici ou de là, mais jamais on aurait pu penser que ça péterait à Mas d’Argence, à quatre kilomètres en arrière. (…) Moi, j’avais peur que ça pète là, devant l’hôtel. Si ça pétait là on avait de l’eau jusqu’à je ne sais pas où, bon il y avait l’étage mais bon... »

16L’événement de la crue de décembre 2003 a mis en évidence l’exposition à un risque de brèche chronique et aléatoire, considéré de ce fait comme inacceptable. En réponse, un programme d’ampleur inégalée depuis les travaux du XIXè s., est lancé par les pouvoirs publics pour sécuriser les digues.

Les digues tiennent mais déversent : optimum technique du projet et controverses locales sur la répartition des eaux de crue

  • 7 Au-delà de la thématique fondatrice de prévention contre les risques d'inondation, le Plan Rhône in (...)

17Suite aux inondations de 2003, le Premier ministre confie, en janvier 2004, au préfet coordonnateur de bassin, la mission de mettre en œuvre une stratégie de lutte contre les inondations sur le fleuve. Parallèlement, à travers l’appel du Grand delta, les présidents des trois régions Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Languedoc-Roussillon marquent leur volonté de considérer la gestion du Rhône comme un projet interrégional d’envergure européenne, nécessitant la mise en œuvre d’une politique de prévention des crues cohérente et solidaire sur l’ensemble du bassin rhodanien. Ces deux dynamiques conduisent à un partenariat entre l’État et les Régions concernées : le Plan Rhône signé en mars 20077.

  • 8 Ce syndicat regroupe depuis 2005 les Régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Languedoc-Roussillon, le (...)

18Sur le delta du Rhône, à l'aval de l'aménagement hydroélectrique, le programme global de sécurisation des digues est porté par le Syndicat mixte interrégional d’aménagement des digues du delta du Rhône et de la mer (SYMADREM)8 qui accepte d'en être le maître d’ouvrage.

La réponse technique à l’équation historique des niveaux des digues

19Au XIXè s., la logique d'aménagement consistait à protéger les secteurs urbanisés, grâce notamment à des ouvrages maçonnés, dimensionnés pour des crues importantes et réputés « insubmersibles ». La protection diminuait vers l’aval de manière à favoriser le déversement dans les secteurs les moins urbanisés. Ainsi, les digues de la plaine agricole de Beaucaire – Fourques sont calées pour une crue centennale quand les protections au droit d’Arles et Fourques s’élèvent au niveau d’une crue millénale. Dans ce contexte, l'objectif du programme de sécurisation consiste à organiser des déversements contrôlés sur les digues protégeant les plaines agricoles, de manière à diminuer la pression hydraulique et le risque de brèche à l’aval sur les secteurs urbanisés d’Arles et de Fourques. Dans les plaines agricoles, l’aménagement des premiers débordements correspond à la crue de décembre 2003, permettant de garantir habilement l’absence d’inondation jusqu’à cet événement récent encore très présent dans les mémoires, en contre-partie de déversements maîtrisés pour des crues supérieures.

20L'organisation des débordements en amont d'Arles et de Fourques répond de plus au principe, politique, de volumes déversés équivalents en rive gauche et rive droite. Cela se traduit par l'aménagement de cinq kilomètres de digues déversantes en rive droite entre Beaucaire et Fourques et par l'édification d'une nouvelle digue déversante entre Tarascon et Arles, articulée à la mise en transparence du remblai ferroviaire existant.

Figure 2 : Principe d’organisation du programme de sécurisation des digues

Figure 2 : Principe d’organisation du programme de sécurisation des digues

Schéma : Léa Verdier

Concerter pour convaincre d'un projet « équitable »

21Depuis 2005, en phase d’avant-projet, les Comités territoriaux de concertations (CTC) ont été réunis à plus de dix reprises, rassemblant les services techniques de l’État, les représentants des collectivités territoriales, les gestionnaires du fleuve, les représentants socioprofessionnels et les associations de riverains. De son côté, le SYMADREM a organisé seize réunions publiques d’informations depuis 2007, portant notamment sur la maîtrise foncière de l'emprise des nouvelles digues et les déversements organisés sur les secteurs agricoles.

22La concertation importante mise en place n'en atténue pas pour autant l'intensité des échanges entre riverains et gestionnaires, comme l'évoque un ingénieur du SYMADREM :

« Je trouve que la partie la plus difficile de ce qu’on fait là, de ce que je fais personnellement au SYMADREM, ça n’est pas forcément la partie technique parce que ça, on maîtrise assez bien. C’est plus la partie relationnelle avec les riverains qui n’est pas évidente, parce que quand ils apprennent qu’on va leur prendre du terrain, c’est toujours pareil, ils ne comprennent pas trop le pourquoi du comment, ils pensent que l’on va essayer de les escroquer. Du coup, il y a toute une partie pédagogique à mettre en place et ça n’est pas forcément évident quand il y a quelqu’un qui déboule dans ton bureau en hurlant. Ils viennent souvent ici… Il faut réussir à les calmer, puis, après réussir à leur expliquer. C’est des moments qui ne sont pas évidents. »

  • 9 Les analyses coûts bénéfices permettent de chiffrer les dommages évités pour chaque scénario étudié (...)

23Face à l'opposition au projet, portée en partie par la profession agricole, les études de justification économique9 du projet ont été confiées à la Chambre d’agriculture. Le ressuyage de la plaine déterminant le temps de submersion des terres a fait l'objet d'études approfondies. Le maître d'ouvrage a accordé une attention particulière au rachat des terrains à l’amiable. Sur la forme, il a choisi avec soin la sémantique du projet préférant parler de « digues résistantes à la surverse » que de digues déversantes, voulant écarter par là toute allusion à l'aménagement de déversoirs et l'inondation organisée des plaines agricoles.

24L’argumentation technique développée dans les dispositifs de concertation a contribué à emporter l'adhésion de certains opposants, à l'image de cette ancienne agricultrice de Fourques, qui avait monté une association :

« J'avais monté l’association Agir, parce que je trouvais que ce qu’ils faisaient c’était pas bien. Donc j’ai pris contact avec le SYMADREM, j’ai rencontré son directeur, il m’a reçu pendant au moins deux heures et il m’a tout expliqué, il a pris le temps. Moi maintenant je voudrais qu’ils fassent cette digue déversante sur le Grand Rhône, il faut absolument qu’ils la fassent. Il y a beaucoup de gens qui se sont mis contre, du coup j’ai arrêté complètement mon association et je leur ai dit : “non vous êtes en train de délirer là (…)” Donc pour moi c’est un projet extraordinaire. Et comme certains ne m’ont pas suivi, ils étaient toujours contre, avec des arguments sortis de je ne sais où, ne voulaient rien entendre, alors j’ai arrêté, car je ne veux pas que mon nom soit mêlé à ça. Car pour moi, c’est une des seules choses à faire. (…) Et le directeur du SYMADREM a pris son temps et quand on l’écoute, on trouve ça logique »

25Plus largement, la logique du projet a été reprise par les habitants des centres-villes mais aussi par certains agriculteurs de la plaine : la nécessité de contrôler la crue en organisant les déversements dans les plaines agricoles, afin d’éviter la formation de brèches aléatoires et l’inondation des secteurs urbanisés. Ces agriculteurs acceptent alors la protection des zones urbanisées à leurs dépens. Ils sont conscients qu’ils auront le temps de se préparer, grâce à une arrivée de l’eau contrôlée, répartie et ressuyée plus rapidement, comme l'explique cette habitante de Fourques :

« Bien sûr que je ne veux pas l’eau chez moi, forcément, personne ne veut l’eau chez soi. Après je ne veux pas l’eau sur Arles non plus, en fait je ne veux de l’eau nulle part, mais bon il faut bien que l’eau aille quelque part. On ne pourra pas la faire s’évaporer et je préfère que l’eau passe par-dessus avec une digue qui tient. Bon, ok, un certain nombre de mètres cubes passeront et iront chez moi, mais au moins je saurai à quel moment je vais être inondée chez moi. Plutôt que d’avoir une brèche. (…) S’ils nous font cette digue déversante, on aura plus de temps. Ma terreur c’est qu’il y ait une crue et qu’il y ait une brèche sur le Grand Rhône, là peut-être que je n’aurais pas le temps de partir. Là, il y aura des morts c’est sûr. »

26Certains enquêtés évoquent également le bénéfice « psychologique » de la mise en œuvre des travaux :

« et du coup vous pensez que c’est efficace ce type de dispositif ?

Je vous le dirais aux prochaines inondations mais psychologiquement ça y fait beaucoup, on ne se sent pas abandonnés. Vous savez j’ai des amis du côté de Comps qui ont été inondés, eux, ça a été répétitif car ça s’est produit plusieurs fois de suite, ils ont l’impression d’être abandonnés par les pouvoirs publics. Alors que nous : bon ça ne s’est plus reproduit, le Rhône n’a plus été en crue et les pouvoirs publics font quelque chose. Au niveau psychologique on a l’impression d’être protégés et de ne pas être délaissés. »

Une opposition qui investit le champ de l'expertise

  • 10 Association créée en 2007 pour « la défense des intérêts humains entre Tarascon et Arles et notamme (...)

27Dans le cadre de la concertation du projet, certains habitants de la plaine expriment leur opposition au travers d'une contre-expertise. Sur la base de recherches documentaires conséquentes, mobilisant rapports des ingénieurs des Ponts et Chaussées, thèses et articles scientifiques, ils critiquent les choix du programme. Les ressources mobilisées par les opposants reposent également sur l’enrôlement de personnalités locales dont la figure d’experts est mise en avant face à l’expertise institutionnelle du Plan Rhône, comme le traduit cet agriculteur de Tarascon présentant son association10 :

« Dans notre association c’est le médecin qui est le président, il est très sensible à la pollution et tout, car notre association c’est sur l’environnement à la base. (…) Il a beaucoup de sagesse. Il a beaucoup d’honnêteté intellectuelle. (…) De par sa profession de médecin c’est un homme très généreux quoi. (…) Et après comme vice-président, on a un ingénieur des Ponts et Chaussée qui travaille pour une filiale de Vinci, il fait de beaux ouvrages… Donc il connaît parfaitement tous les styles d’ouvrages et là, ce sont des ouvrages enfantins, les digues là. »

28Fort de cette expertise, les opposants préparent les recours contentieux devant le Tribunal administratif tentant de ralentir, voire de remettre en cause les travaux. Ils développent également des projets alternatifs qui reposent sur une analyse différente de la situation hydraulique, à l’origine d’une discussion technique avec les acteurs du Plan Rhône.

L'ouverture de plusieurs controverses

  • 11 Conférence de consensus. Débit maximal de la crue du Rhône de décembre 2003 à Beaucaire, 26-28 juil (...)

29Les opposants contestent d’abord les débits de référence, servant à dimensionner le programme de sécurisation des digues. Ils remettent en cause l'évaluation du débit de la crue de décembre 2003, choisi comme seuil de déversement dans les plaines agricoles en amont d'Arles. Cette évaluation, qui a fait l'objet d'une conférence de consensus réunissant des experts internationaux11, est inférieure aux premières estimations données en décembre 2003. Pour les opposants, le débit de la crue de décembre 2003 aurait été volontairement sous-évalué de manière à diminuer d'autant le niveau de protection à la traversée des plaines agricoles. Pour certains enquêtés, les niveaux observés en 2003 étaient si « énormes » qu’il n’est pas acceptable que ces derniers soient diminués, surtout par des « experts étrangers » qui « ne les ont pas vécus ». Les opposants affirment alors qu’en cas de crue semblable à 2003, les dégâts seraient identiques malgré le programme de sécurisation des digues.

30L’équité et la solidarité, présentées par le Plan Rhône comme étant les principes directeurs du projet, sont ensuite également discutées, voire contestées comme une solidarité à sens unique des campagnes inondées au profit des villes protégées, comme l’explique un commerçant de Fourques :

« Je trouve ça consternant, je suis resté bête, d’oser utiliser le mot solidarité nord/ sud, est/ ouest. Donc déjà, Nord, Sud, Est, Ouest, ça fait quatre zones. Sur quatre zones, il n’y en a que deux qui prennent de l’eau, sur ces deux zones qui prennent de l’eau l’une en prend dix fois plus que l’autre, alors solidarité ouais, bon nous sommes solidaires des Arlésiens ça c’est sûr, mais eux solidaires de nous, je ne vois pas comment. Puisque c’est nous qui allons prendre la flotte qui est censée allez chez eux, où est censée être leur solidarité envers nous ? Alors c’est bien joli d’employer des mots comme ça, tout le monde est solidaire… Non, tout le monde n’est pas solidaire. (…) On pourrait demander aux Arlésiens : “ Vous allez venir nous aider, vous allez venir passer des jours et des jours pour nettoyer, avec éponges gants… nettoyer les pièces et compagnie ? ”. Ils vont envoyer mille personnes d’Arles dans chaque mas ? C’est ça qu’il va se passer ? Moi j’aimerais bien hein. Pendant des jours et des jours qu’ils viennent nous aider à nettoyer. Mais bon, je n’y crois pas. »

31Les opposants au projet questionnent notamment le choix d'organiser des déversements sur les plaines en amont d'Arles et non sur l'Ile de Camargue en aval. Sur le plan technique, les acteurs du Plan Rhône défendent l’inutilité et parfois l’impossibilité d'augmenter les déversements à l'aval du fait d'une configuration topographique trop plate, annulant tout effet bénéfique à l'amont. Mais les opposants interprètent ce parti-pris comme la protection des enjeux politiques, économiques et écologiques de la Camargue au détriment de la protection des biens et des habitants des plaines amont. Un agriculteur de Tarascon explique :

« En fait, on les a percés à jour, au niveau du Plan Rhône, ils veulent absolument nous reproduire ce qui s’est produit en 2003, à savoir nous mettre de l’eau chez nous pour protéger la Camargue. Dans le fondement, ce qui compte pour eux, c’est la protection du Vaccarès, car en Camargue, des hommes très influents vivent autour du Vaccarès, ce sont des intouchables. Certains sont des écolo, bon j’approuve l’écologie hein (…) mais pour eux, mettre l’eau du Rhône dans le Vaccarès ça n’est pas envisageable. (…) Le Conservatoire du littoral veut racheter 300 ha, et [les Salins du Midi] ont dit : “ d’accord mais en compensation vous nous donnez des permis d’urbanisme pour faire des marinas et un port de plaisance”. (…) Après, on ne connaît pas toutes les transactions.»

32Les techniciens du Plan Rhône répondent sur le plan hydraulique, en mettant en exergue le faible gain obtenu à l’amont, pour des déversements plus importants à l’aval d’Arles sur l’île de Camargue. Deux arguments sont avancés pour justifier la limite des effets potentiels de l’expansion des crues dans le delta. Sur le Grand Rhône, la traversée d’Arles est qualifiée de « verrou hydraulique », ne pouvant accepter qu’un débit limité. Sur le Petit Rhône, la pente du fleuve est deux à trois fois plus importante à l’amont d’Arles qu’à l’aval, ne permettant pas non plus d’augmenter les débits écoulés.

Transcender les intérêts locaux malgré une assise locale ?

33La « montée en généralité » (Lolive, 1997) des arguments des opposants ne conduit pas pour autant à une dynamique fédérative des différentes associations de riverains. L'opposition apparaît divisée entre les différentes communes ainsi qu’entre la rive droite et la rive gauche, comme l'explique un agriculteur de Beaucaire :

« Pour qu’on puisse se faire entendre, il aurait fallu se mettre d’accord, monter des associations dans les trois villages concernés, et ça n’a pas été le cas, ça a toujours été un combat chacun de son côté. Tout le monde n’a pas les mêmes revendications. »

34La difficulté à fédérer les opposants des deux rives correspond en réalité aux intérêts contradictoires défendus :

35pour l'association de la rive gauche et l'un de ses leaders, le principe d'équité rive gauche/ rive droite est en rupture avec les calages historiques des niveaux des digues qui auraient délibérément privilégié la protection de la rive gauche :

« De toujours les services de l’Etat, quand vous remontez dans l’historique, ont calé la digue entre Tarascon et Arles avec une cote d’1,50 m au-dessus la de ligne d’eau de 1856, et avant 1840 ça a toujours été une revanche d’1m50, alors que la revanche de la rive gauche est d’1,20 m. Donc les services de l’Etat ont toujours calé 30 cm plus bas la rive droite par rapport à la rive gauche. Et ce, pour une raison fondamentale qui est celle de protéger la population de Tarascon et celle d’Arles, ça a toujours été une position claire de la part des ingénieurs des Ponts et Chaussées, aujourd’hui le Plan Rhône veut innover en calant les digues à la même altimétrie. »

36pour l'association de la rive droite et certains agriculteurs, ce choix est considéré comme un juste rééquilibrage mais, au-delà du projet, la suspicion de la non-réalisation des travaux en rive gauche est exprimée :

«Qu’il y ait à la fois un déversoir côté Gard et côté Bouches-du-Rhône, c’est bien, parce que ça répartit l’eau entre les deux plaines. Le problème, c’est que le déversoir pour le moment n’a été validé que côté Gard, donc pour l’instant, il y aura un déversoir côté Gard et pas côté Bouches-du-Rhône. Parce que pour l’instant, il y a eu un veto parce que des personnes sont bien placées, et donc rien n’a été établi pour l’instant côté Bouches-du-Rhône. »

37L’enquête traduit également la difficulté de déterminer les traits sociologiques des opposants tant les trajectoires individuelles semblent hétérogènes : habitants de la plaine, souvent agriculteurs mais pas dans tous les cas. Certains ont vécu les inondations de 2003, d’autres non. Certains agriculteurs sont très impliqués dans l’opposition au projet et pourtant leur exploitation n’est pas exposée aux inondations du projet de digue déversante. L’absence de déterminisme sociologique dans la mobilisation des opposants au projet renvoie à des engagements partisans sur un projet de fait politisé au niveau local. Le programme de sécurisation des digues est devenu un enjeu des élections municipales. En 2008, certains maires ont d’ailleurs perdu leur réélection, face à certains candidats critiquant le programme, sans pour autant, une fois élus, traduire ces promesses électorales par une véritable remise en cause du projet.

38Ainsi, la mairesse de Beaucaire durant les inondations de 2003 explique :

« Le maire qui m’a battu était un paysan de la plaine, il a fait une grande partie de sa campagne là-dessus en disant que j’allais faire noyer la plaine. (…) Oui, enfin il se disait opposé au programme, juste parce qu’il sentait que les habitants de la plaine n’y étaient pas favorables, les habitants rejetaient ce programme. Après, il n’a rien fait pour lutter contre, lorsqu’il a été élu. (…) Moi je suis tout à fait pour. Mais bon ça, ça avait fait polémique, ça m’a peut-être coûté mes élections de 2008. »

39Dans la commune de Fourques, en 2014, le schéma s’inverse au profit de la liste sortante, favorable au programme de sécurisation, face à une liste d’opposition qui rassemble plusieurs de ses détracteurs. Le maire de Fourques propose sa vision de la campagne municipale et explicite sa stratégie électorale :

« Je suis partisan de mettre nos populations à l’abri. Il se trouve que dans la liste opposée il y avait un gars qui, lui, n’a toujours pas compris tout ce système-là et est toujours contre, et je m’en suis servi. Dans le programme adverse, ils ne voulaient pas faire les travaux des digues, donc ils voulaient noyer les Fourquésiens. Donc peut-être qu’on a été réélu à cause de ça. (…) »

40Une agricultrice de Fourques traduit l’importance du sujet en désignant le maire sortant, reconduit dans ses fonctions, comme « Monsieur Rhône » :

« [Le Maire de Fourques], il voulait la continuité de ce qui avait été déjà entrepris. [Un agriculteur de la liste d’opposition], il voulait l’inverse. Mais bon après le village a voté à 70 % pour [le Maire de Fourques] donc bon, c’est que beaucoup de monde les veut ces digues. Les Fourquésiens sont plutôt favorables à ce programme et tout le monde le sait ici à Fourques que [le Maire de Fourques] c’est Monsieur Rhône. »

La revendication fédérative d'un « statut » pour les champs d'expansion des crues

41Le programme de sécurisation des digues ne conduit pas pour autant à un clivage irréductible entre opposants et partisans, puisque certains habitants se rejoignent autour d'une revendication plus large et commune à d'autres plaines inondables du Rhône (Langumier, Gentric, 2009 ; Langumier, Anckière, 2009) : la reconnaissance d'un statut particulier pour les champs d'expansion des crues. La mise en place de digues déversantes viendrait en effet consacrer le caractère inondable de ces plaines agricoles au profit des zones urbanisées protégées. En retour, la mise en place d'un statut particulier permettrait une compensation par des avantages fiscaux et une couverture assurantielle. Une ancienne agricultrice de Fourques, qui défend le projet de sécurisation, explique :

« Après moi ce que j’aurais aimé c’est que nos zones deviennent des servitudes d’Etat. Bon le nom c’est “zone d'expansion des crues” je crois, et ce qui se rajoute dessus, c’est une servitude d’Etat. Parce que moi, par exemple, je ne peux plus rien faire chez moi. Certains disent qu’on vit dans une zone sacrifiée, c’est sans doute vrai, pourquoi pas sacrifier cette zone-là pour protéger Arles, ça me paraît logique. Mais du coup ça donne aussi aux gens qui habitent la zone quelques avantages. »

42Le maire de Fourques, ardent défenseur du projet, défend également l’idée d'un statut particulier, tout en livrant ses doutes sur l'obtention de ce dernier :

  • 12 Acronyme largement publicisé pour zone d’expansion des crues.

« Le combat des opposants n’est pas que contre les digues (…) Eux ils voudraient une indemnité annuelle, ils disent : “dès lors que ma terre agricole serait prête à recevoir des crues centennales, je veux une indemnité annuelle parce que j’ai ce risque, c’est grâce à moi, c’est parce que ma terre est inondée qu’on n’inonde pas les autres”. C’est ça leur théorie mais ils ne l’auront pas. Moi, je me suis battu avec eux, j’ai travaillé avec eux sur les commissions pendant deux ans à Lyon pour qu’on essaie d’avoir une reconnaissance en ZEC12, au moment de la mise en place du Plan Rhône. L’État refusait tout. Il ne veut pas dépenser des ronds pour rien. Il dit : “si vous n’aviez pas les digues vous seriez inondés” »

43Les occupants des plaines inondables intègrent alors le discours naturaliste, qui défend la préservation des champs d’expansion des crues, tout en revendiquant en retour une compensation pour service rendu (Amigues, Chevassus-au-Louis, 2011).

Relayée par le pouvoir local, une « culture du risque » partisane ?

  • 13 Expression consacrée par l'action publique de prévention, la culture du risque consiste à faire ado (...)

44Certains acteurs locaux et responsables associatifs se mobilisent au nom de la nécessité d'entretenir ce qui constituerait une « culture du risque »13 pour la transmettre aux générations à venir. Une ancienne agricultrice de Fourques explique :

« J’ai toujours dit à mes enfants que l’on vit avec le risque donc il faut avoir la culture du risque. (…) Je vais essayer de transmettre ça à mes enfants. On accepte de vivre ici, chez nous, c’est nos terres maintenant, par contre il y a un danger moral et matériel, voire physique, il faut être prudent. Et de réaliser ça, c’est ce qui nous a changé vraiment. (…) Je suis pour aller en parler dans les écoles, faire promener les enfants sur les digues, leur expliquer, leur faire faire des fossés, leur faire mettre des petits bâtons. Surtout, il ne faut pas cacher un tel danger, il faut le dire, il faut montrer des photos, il faut faire des livres.»

La réserve communale de sauvegarde : soutien au projet de sécurisation des digues ?

45Avant 2003, en cas de crue, un certain nombre d’agriculteurs de la rive droite participaient, en compagnie du maire de Fourques, ancien président du syndicat des digues du Rhône, à la surveillance des digues. Cette réserve de sauvegarde, organisée sur la base du bénévolat, a été reconnue légalement, au travers de la loi de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004. Le maire de Fourques explique :

« Voilà après l’inondation de 2003, tout cela est devenu officiel, alors qu’en réalité avant c’était officieux, on travaillait déjà avec une réserve, je mobilisais une réserve, les gens de Bellegarde, de Saint-Gilles, de Beaucaire, je mobilisais tout ça, ça n’avait pas le terme de réserve communale mais en réalité, c’était exactement ça. Je le faisais déjà avec les agriculteurs, on surveillait de nuit comme de jour, voilà avec un PC de crise. Voilà c’était pareil sauf que ça n’était pas labellisé. »

46Aujourd'hui, le fonctionnement de la réserve communale de sauvegarde a été formalisé en lien avec le Plan de gestion des ouvrages en période de crues du SYMADREM qui couvre tout le périmètre du delta du Rhône. Ce dispositif est gradué en fonction du niveau d’alerte : passé un certain seuil, une surveillance linéaire et continue des ouvrages est effectuée par les gardes digues et les volontaires des réserves communales de sécurité civile. Ces équipes, dirigées via le poste de commandement installé au SYMADREM, ont pour mission de prévenir l’apparition de brèches en surveillant les digues.

47Les inondations de 2003 ont motivé la participation d’un grand nombre d’habitants du village à la réserve communale. Alors qu’elle comptait une dizaine de membres en 2003, elle en dénombre aujourd’hui plus de quatre-vingts, pour une commune de moins de 3000 habitants. L’évolution des membres de la réserve après 2003 est marquée par une diversification sociologique. L’adjointe aux risques à Fourques témoigne :

« Le profil des personnes qu’il y a actuellement dans la réserve, c’est… bon il y a toujours un noyau d’agriculteurs, mais il y a aussi des banquiers, des femmes, elles ne sont pas là forcément pour nous aider dans l’administratif mais elles veulent aussi partir sur le terrain surveiller les digues. On a des fonctionnaires, des enseignants. Je peux dire qu’on a vraiment un panel de différentes personnes qui veulent aider. Alors qu’avant c’était que des agriculteurs ou presque. »

48La réserve communale de Fourques est l’une des premières en France, remarquable par sa date précoce de création mais aussi par le nombre de ses participants. Précurseur en la matière, les Fourquésiens valorisent leur participation à ce dispositif. Cependant, on observe une logique de distinction au sein de la réserve communale, entre les agriculteurs qui en sont les fondateurs et les nouveaux inscrits qualifiés de « néo arrivants » par les anciens. Les urbains de Fourques, volontaires dans la réserve, ne connaissaient pas toute la complexité du terrain. Une formation à leur attention a été mise en place, comme l'explique un habitant de Fourques :

« Il y en a qui font partie de la réserve, c’est très bien, mais ils ne connaissent pas les petits chemins. Nous, en tant que paysans, on connaît tous les petits chemins, c’est les drayes, on connaît tous les recoins. Mais certains des gens de la réserve ne connaissent pas la campagne de Fourques. Parce qu’ils sont bien braves, ils sont bien gentils, mais il y en a qui ne connaissent pas Fourques, enfin si, le village, mais les alentours les mas et tout, c’est grand vous savez. (…) Quand on fait les exercices et bien ils apprennent, et maintenant ils commencent à connaître. »

49Une fois les travaux de sécurisation des digues du Rhône aval achevés, le système de protection est voué à être plus sûr. Cependant, les membres de la réserve estiment d’un commun accord que leur participation sera toujours justifiée et que la surveillance des digues devra être maintenue, comme en témoigne l’ancien responsable des services techniques de Fourques :

« Je pense que le risque zéro n’existe pas. Les digues vont être renforcées et remontées, mais bon après on ne sait pas ce qui peut dévaler, vous voyez les catastrophes qui se produisent de partout ? La nature on n’y peut rien. On ne sait pas ce qu’il peut se passer. J’ai vécu trois ou quatre crues les unes après les autres pratiquement jusqu’en 2003. Et depuis 2003… rien n’a bougé. Mais ce n’est pas pour ça qu’il faut arrêter la surveillance, même après la mise en œuvre du programme, je vous le dis, on est à l’abri de rien, le jour où tous les affluents donnent, le gros c’est la Saône et la Durance, et il y a aussi les petits affluents, le Gardon… Si un jour tout ça donnait à plein je ne sais pas ce qu’il se passerait. »

50La réserve communale, dispositif consensuel et participatif au premier abord, n'échappe pas aux enjeux de la politique locale touchant aux inondations. La réserve communale de sauvegarde fidélise une petite centaine de personnes autour de la surveillance et de l'alerte mais constitue également un groupe au sein duquel les opposants au programme du Plan Rhône ne sont pas représentés.

51Soutien au programme de sécurisation des digues, la réserve communale semble en être complémentaire, tant est reconnue la nécessité de maintenir la surveillance des digues après les travaux mais également celle de disposer d’une structuration du groupe partisan des travaux.

Commémorer la catastrophe de 2003 et favoriser l'adhésion au programme de sécurisation des digues ?

  • 14 Du 2 au 7 décembre 2013, se tiennent les événements suivants : conférence du SYMADREM, « le Plan Rh (...)

52Du côté de la municipalité, à l’occasion des dix ans de la crue de décembre 2003, une semaine14 est consacrée à la commémoration des crues du passé et à la présentation des projets et travaux du Plan Rhône. Le Pavillon Orange pour la sauvegarde des populations est remis à la ville de Fourques par le Haut Comité Français pour la défense civile, pour récompenser les actions de la commune face aux risques majeurs. L’adjointe aux risques évoque la fréquentation et la participation importante de la population à cette semaine :

« L’objectif c’était vraiment de rappeler les événements de 2003, car ça faisait dix ans. On a fait exprès de le faire la même semaine aux dates clés, on voulait sensibiliser, rappeler, raviver la mémoire collective. On a aussi parlé des travaux du Plan Rhône qui ont été mis en place, de ce que nous, on avait fait depuis dix ans par rapport au risque d’inondation. (…) On a eu un nombreux public, on a été vraiment étonnés du nombre. Ça s’est déroulé du lundi au samedi. Les conférences avaient toutes des objectifs différents (…) et à chaque fois on a eu beaucoup de monde, un auditorium de trois cents places quasiment plein à chaque fois. Ça a été très suivi par toutes les tranches d’âges, 3e âge, enfants (…). Là on l’a vraiment vécu, des enfants l’ont vécu, et je pense que ça les a bien marqués. C’est vrai qu’il faut aussi dédramatiser, c’est pour ça qu’on a fait participer les enfants à cette semaine, on les a fait participer à un concours de dessin. Et depuis 2003, chaque année on fait des opérations, donc on a fait des simulations d’évacuation, on a présenté les travaux du Plan Rhône. On met tout en place pour vivre justement avec ce risque, pour bien le vivre quoi. »

  • 15 Plus la crue était importante, plus les alluvions déposées étaient importantes et plus les récoltes (...)

53Le temps fort de cette commémoration est l’inauguration du « Rhônomètre », monument réalisé à l’initiative du Maire de Fourques, en référence aux nilomètres, marqueurs des crues du Nil utilisés par les pharaons pour fixer les impôts15. Le lieu retenu pour cette stèle en pierre n’est pas innocent, « au coin des lices et du vieux pont, là où de tout temps la population vient surveiller la montée des eaux pendant la crue », comme l’explique le Maire de Fourques. Le monument vertical en pierre permet, sur chacune des faces, de matérialiser les hauteurs d’eau des crues passées, mais également des scenarii de crues futures. Sur la première face, sont indiqués classiquement les niveaux d’eau constatés historiquement. La seconde comporte l’évolution de la hauteur des digues depuis le XIIème siècle. La troisième présente les niveaux des crues historiques modélisées sans formation de brèches sur les digues, c’est-à-dire avec des niveaux importants en lit mineur. Enfin, a été subtilement ajouté le niveau d’eau qu’il y aurait pour ces mêmes crues, une fois le programme de sécurisation des digues achevé. Le monument est décoré par « la croix de Camargue, symbole du terroir », et des « poissons, représentant l’humanité et les aléas de la vie », comme aime à le rappeler le Maire.

Figure 3 : le « Rhônomètre », Fourques, 2014

Figure 3 : le « Rhônomètre », Fourques, 2014

54En affichant les hauteurs d’eau escomptées une fois les travaux du programme de sécurisation des digues achevés, le Rhônomètre permet de délivrer plusieurs messages dont certains raisonnent avec des attentes politiques. La réduction des hauteurs d’eau à terme peut être comprise par la population comme une forme de promesse sur les possibilités de construction dans la plaine inondable après réalisation des travaux, répondant de manière implicite à certaines demandes d’un Plan Local d’Urbanisme plus souple en matière de droit à construire.

55La commune de Fourques est la seule collectivité du delta du Rhône à avoir développé une telle programmation. Cette « semaine du risque » ne constitue pas seulement une exception commémorative mais peut être également analysée au regard du soutien de la municipalité au programme de sécurisation des digues, comme en témoignent les conférences et expositions qui ne cessent de tisser les liens entre les crues du passé et les travaux à venir. Pour les détracteurs du projet, la semaine de commémoration de la crue de 2003 relève d’une mise en scène orchestrée par la municipalité à des fins politiques, dix ans après 2003 mais également à quelques mois des élections municipales de mars 2014, comme l’exprime un agriculteur de Beaucaire :

56« Pour moi, c’est pour se faire booster cette semaine du risque, le maire il l’a organisé pour se faire bien voir, comme un sauveur quoi, avant les élections »

  • 16 Pour exemple, sur la basse plaine du Var, Magali Reghezza-Zitt et Valérie Sanseverino-Godfrin souli (...)
  • 17 Pour Paul Allard et Bernard Picon (2006), la naissance de l'État protecteur face aux inondations es (...)
  • 18 Sur la base de son enquête auprès des populations sur la mémoire des inondations et les récits de l (...)

57La culture du risque, telle que traduite dans ces actions de sensibilisation, constitue un des registres utilisés pour favoriser l'adhésion des habitants au projet de protection. Ce résultat de l'enquête questionne l'opposition observée sur d’autres terrains16 entre protection structurelle et développement de la culture du risque. Au plan historique, la sécurisation des digues est, de plus, considérée comme une dynamique de réduction de l’aléa aux XIXè et XXè s., dont la conséquence est la progressive désuétude des pratiques des habitants relatives aux inondations17. Cependant, à l’instar du travail de Christine Labeur18 et des projets de recherche en cours sur la mémoire des inondations (Rivière-Honegger et al., 2015), notre enquête nuance cette opposition pour la période actuelle. Les enjeux politiques d'acceptation du projet de sécurisation des digues conduisent en effet à cette alliance originale à Fourques avec le développement d'actions sous l'égide de la culture du risque.

Conclusion

58Sur ce terrain touché par une inondation catastrophique dix ans auparavant, l’analyse plaide pour élargir la focale au-delà de la seule relation au risque, considérée comme une fin en soi dans le cadre des politiques de prévention, et intégrer la ressource politique constituée au niveau local sur ce sujet. L'expérience de la catastrophe constitue l’événement fondateur justifiant les revendications développées par la suite. Le projet de sécurisation des digues est le terrain de la controverse et des affrontements structurant le regroupement des opposants. Enfin, les dispositifs relevant de la « culture du risque » tendent à consolider la diffusion des arguments favorables au projet tout en offrant des structures pérennes d'organisation et d'échanges pour le rassemblement d’un groupe proche de la municipalité et partisan du projet.

59Cette lecture orientée par l'analyse de la configuration sociale permet d’interroger les enjeux politiques tapis dans les choix techniques de la politique de prévention. Loin de se cantonner au seul registre de la mémoire des inondations et des bonnes pratiques énoncées par le discours de la « culture du risque », les populations mettent à l'épreuve le schéma d'aménagement hydraulique visant à sécuriser les digues, questionnent les objectifs de préservation des champs d'expansion des crues et discutent les principes de maîtrise de l'urbanisation en zone inondable.

60En guise d'ouverture, les évolutions technologiques récentes vont sans doute influer sur les relations analysées ici entre les projets de protection structurelle et les dispositifs de « culture du risque ». En effet, l’équipement des digues en fibres optiques et les routes en balises jaugeantes ainsi que le développement de dispositifs de réalité augmentée pour visualiser les zones inondables constituent les premiers jalons de ce qui sera demain sans doute une smart prevention, à l’instar des « smart cities » analysées par Antoine Picon (2013). La surveillance des digues par les habitants et les repères de crues laisseraient alors la place à une vigilance numérique qui tendrait à déplacer la culture du risque vers une technologisation des pratiques anciennes. Les développements à venir confirmeront ou infirmeront cette hypothèse mais le succès ces dernières années du terme de résilience reflète sans doute aussi cette évolution marquée par un investissement technologique des limites mêmes des dispositifs techniques de protection. Suivant la polysémie du terme de résilience, soulignée par Magali Reghezza-Zitt et al. (2015), distinguant une dimension technique et organisationnelle dans la tradition de l’ingénierie d’une part, socio-territoriale développée par les sciences sociales d’autre part, les technologies numériques embarquées dans les ouvrages de protection permettront-elles d’améliorer le niveau de protection selon la logique de maîtrise de l’aléa ou seront-elles au contraire le support de nouvelles pratiques d’adaptation au risque d’inondation ?

Haut de page

Bibliographie

ALLARD P., PICON B. (dir.), 2006, Gestion du risque inondation et changement social dans le delta du Rhône. Les «catastrophes» de 1856 et 1993-1994, Paris, Éditions Quae.

AMIGUES J.-P., CHEVASSUS-AU-LOUIS B., 2011, Evaluer les services écologiques des milieux aquatiques : enjeux scientifiques, politiques et opérationnels, Onema, 172 p.

BLANC J.-J., 1977, Recherche de sédimentologie appliquée au littoral du delta du Rhône, de Fos au Grau du Roi, CNEXO Editions.

DECROP G., DOURLENS C., VIDAL-NAQUET P.-A., 1997. Les Scènes locales de risque. Rapport de recherche, CERPE-Futur Antérieur, Lyon.

DUCHENE F., MOREL-JOURNEL C. (dir.), 2004, De la culture du risque. Paroles riveraines à propos de deux cours d’eau périurbains, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

LOLIVE J., 1997, La montée en généralité pour sortir du Nimby. La mobilisation associative contre le TGV Méditerranée, Politix, n° 39, p. 109-130.

LABEUR C., 2013, Raconter l’inondation : quand les récits de catastrophes se font mémoire du risque, Géocarrefour, Vol. 88-1, p. 45-54

LANGUMIER J., ANCKIERE M., 2009, La remise en eau de la plaine de Piolenc-Mornas face a la constitution d’une culture locale de l’arrangement, VertigO, mis en ligne le 29 mai 2009. URL : http://vertigo.revues.org/index8528.html

LANGUMIER J., GENTRIC J., 2009, Inondations des villes, inondations des champs. Norme et territoire dans la prévention des inondations sur l’île de la Barthelasse (Avignon), Nature sciences et sociétés, vol. 17, 2009-3, p. 257-265.

PICON A., 2013, Smart Cities. Théorie et critique d’un idéal auto-réalisateur, éditions B2.

PICON B., 2008, L’Espace et le Temps en Camargue, Arles, Actes Sud.

REGHEZZA-ZITT M., SANSEVERINO-GODFRIN V., 2012, Aménagement durable des territoires soumis à des fortes contraintes : enjeux et perspectives à travers l’examen des outils juridiques. L’exemple de la basses vallée du Var (06), Annales de géographie, n°685, p. 242-265

REGHEZZA-ZITT M., PROVITOLO D., LHOMME S., 2015, Définir la résilience : quand le concept résiste, in REGHEZZA-ZITT M. et RUFAT S. (dir.), Résiliences. Sociétés et territoires faces à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes, Londres, ISTE Editions, p. 21-42

RIVIERE - HONEGGER- A., LABEUR C., ALLARD P., DERVIEUX A., TREMELO M-L., 2015, Les inondations du Rhône en héritage : leçons d’une revisite dix ans après la catastrophe de 2003 à Arles, communication à la 2ème Conférence internationale I.S. Rivers, ZABR – GRAIE, Lyon, 22-26 juin 2015.

RUFAT S., 2015, Critique de la résilience pure, in REGHEZZA-ZITT M. et RUFAT S. (dir.) Résiliences. Sociétés et territoires faces à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes, Londres, ISTE Editions, p. 187-209.

Haut de page

Notes

1 Cet article est issu de l’enquête de terrain réalisée par Léa Verdier de mars à juin 2014, dans le cadre d’un mémoire de fin d’études et Master recherche ENTPE – IEP Lyon (17 entretiens semi-directifs : techniciens du SYMADREM et des services de l’État, élus locaux, agriculteurs, habitants des villages, membres de la réserve communale de sauvegarde), des remarques de Bernard Picon sur cette enquête que nous tenons à remercier et des observations de l’encadrant, Julien Langumier, impliqué comme praticien dans la mise en œuvre du Plan Rhône de 2006 à 2014.

2 Les grands principes sont actés par le partenariat du Plan Rhône (DREAL de Bassin, 2009, Schéma de gestion des inondations du Rhône aval. Pour une stratégie de gestion des crues du Rhône à l’aval de Viviers,  126 p.) et déclinés opérationnellement sur le delta (SYMADREM, 2013, Programme de sécurisation des ouvrages de protection contre les crues du Rhône du barrage de Vallabrègues à la mer,  490 p.).

3 Bras secondaire du Rhône à l’Ouest, formé à l’entrée du delta au niveau de Fourques et rejoignant la mer aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

4 Syndicat intercommunal d’aménagement des digues du Rhône de Beaucaire à la mer.

5 Association syndicale autorisée regroupant les propriétaires fonciers protégés par une digue pour en assurer l’entretien. La loi du 16 septembre 1807 relative au dessèchement des marais attribue en effet aux propriétés protégées la charge de la construction et de l’entretien des digues, dans la proportion de leur intérêt aux travaux.

6 Les inondations de 2003 se situent au troisième rang des crues du Rhône aval des deux derniers siècles écoulés (débit de pointe de 11 500 m3/s à Beaucaire), après les crues du 4 novembre 1840 (13 000 m3/s) et celle du 31 mai 1856 (12 500 m3/s). 12 000 personnes ont été touchées, les dégâts s’élèvent à 700 millions d’euros (Zone atelier bassin du Rhône, 2011, Le Rhône en 100 questions, Lyon).

7 Au-delà de la thématique fondatrice de prévention contre les risques d'inondation, le Plan Rhône intègre par la suite les autres dynamiques liées au fleuve pour constituer un plan d'action global et transversal : transport, énergie, qualité des milieux, culture et tourisme.

8 Ce syndicat regroupe depuis 2005 les Régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Languedoc-Roussillon, les Conseils généraux du Gard et Bouches-du-Rhône, les communes d’Aimargues, Arles, Beaucaire, Beauvoisin, Bellegarde, Le Cailar, Fourques, Port-Saint-Louis, Saint Gilles, Saintes-Maries-de-la-Mer, Tarascon et Vauvert et la Communauté de communes Terre de Camargue comprenant Aigues-Mortes, Grau du Roi et Saint-Laurent-d’Aigouze.

9 Les analyses coûts bénéfices permettent de chiffrer les dommages évités pour chaque scénario étudié sur la base du type de culture, du type de crue et une combinaison de paramètres (période d’occurrence de l’aléa, intensité de l’aléa et type de sol par exemple).

10 Association créée en 2007 pour « la défense des intérêts humains entre Tarascon et Arles et notamment les quartiers Sud de Tarascon et la zone des Segonnaux, protection de l'environnement dans ces zones ».

11 Conférence de consensus. Débit maximal de la crue du Rhône de décembre 2003 à Beaucaire, 26-28 juillet 2005, Lyon. http://ccbr.lyon.cemagref.fr/

12 Acronyme largement publicisé pour zone d’expansion des crues.

13 Expression consacrée par l'action publique de prévention, la culture du risque consiste à faire adopter aux populations des comportements rationnels et à faire partager l’expertise technique en recourant à un paradigme éducatif comme en témoigne le Conseil général des Ponts et Chaussées : « Redonner à tous cette “culture générale” des manifestations relève de l’éducation et de l’action culturelle [...]. Ainsi, pourra évoluer dans un sens raisonnable le “terreau de fond” de l’opinion. Ainsi seront évitées des imprudences, bévues, des emballements de foule. », Conseil Général des Ponts et Chaussées, 2001, Risques naturels : prévention et communication, Paris, p. 11. Pour une analyse critique, voir les travaux de François Duchêne et Christelle Morel-Journel (2008).

14 Du 2 au 7 décembre 2013, se tiennent les événements suivants : conférence du SYMADREM, « le Plan Rhône et la gestion du risque dans la commune » ; conférence d’un Général du Haut Comité Français pour la défense civile et de l’historien Paul Allard, « la mémoire et la culture du risque » et dédicace du livre d’Yvan Cavallini, Le Rhône furieux menace la Camargue - Inondation du 3 décembre 2003 ; l’exposition « Inondations 2002 : se souvenir pour mieux se préparer », réalisée par la Croix Rouge Française en partenariat avec le Conseil Général du Gard ; l’exposition de dessins « Vivre avec le Rhône » réalisée par des élèves des classes de CM2 (élèves nés en 2003) ; l’exposition de la ville de Fourques sur la crue de décembre 2003 et la projection du film de témoignages réalisé par l’historien Denis Coeur et Gilles Charensol ; une exposition de photographies enfin de l’inondation de la ville allemande de Rosswein qui avait apporté son aide lors des événements de 2003.

15 Plus la crue était importante, plus les alluvions déposées étaient importantes et plus les récoltes étaient conséquentes. Des nilomètres sont encore visibles dans les temples d'Edfou, Kôm Ombo, Philæ, deux sur l'île Éléphantine, et un sur l'île de Rodah, au Caire.

16 Pour exemple, sur la basse plaine du Var, Magali Reghezza-Zitt et Valérie Sanseverino-Godfrin soulignent la prégnance des réponses de protection structurelle aux dépens des démarches de prévention : « Si cette approche limite la vulnérabilité biophysique en agissant sur l’exposition, elle ne permet pas l’affichage du risque, et donc la conscience de ce dernier. Elle ne favorise pas non plus le développement de la capacité d’adaptation des populations. » (2012, p. 262).

17 Pour Paul Allard et Bernard Picon (2006), la naissance de l'État protecteur face aux inondations est marquée par une nouvelle politique en matière d’aménagement qui repose sur la maîtrise de la nature à travers les compétences techniques et scientifiques des ingénieurs des Ponts et Chaussées.

18 Sur la base de son enquête auprès des populations sur la mémoire des inondations et les récits de la crue de décembre 2003 sur le Rhône, Christine Labeur revient sur l’idée commune selon laquelle l’aménagement du delta initié après 1856 aurait effacé les pratiques liés aux risques d’inondations : « en 2003, ces réflexes existent toujours et ils sont corrélés assez significativement avec le fait de posséder une mémoire de l’inondation prenant la forme d’une expérience personnelle ou d’une expérience transmise par la famille, entre souvenir commun et souvenir partagé. » (2013, p. 53).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : plan de situation
Crédits source : Léa Verdier
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 2 : Principe d’organisation du programme de sécurisation des digues
Crédits Schéma : Léa Verdier
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 3 : le « Rhônomètre », Fourques, 2014
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9898/img-3.png
Fichier image/png, 237k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Langumier et Léa Verdier, « Sécurisation des digues et dispositifs de « culture du risque » : une alliance originale sur le delta du Rhône dans un contexte post-catastrophe », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 233-244.

Référence électronique

Julien Langumier et Léa Verdier, « Sécurisation des digues et dispositifs de « culture du risque » : une alliance originale sur le delta du Rhône dans un contexte post-catastrophe », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 25 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9898 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9898

Haut de page

Auteurs

Julien Langumier

RIVES - ENTPE / UMR EVS langumier@yahoo.fr http://www.arcra.fr/spip.php?article13

Articles du même auteur

Léa Verdier

Ecole nationale des Travaux Publics de l'Etat lea-01@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page