Navigation – Plan du site
articles
Varia

Les ressorts informels du gouvernement local : l’action municipale officieuse à Palerme

The informal dynamics of local government : unofficial municipal action in Palermo
Fabrizio Maccaglia
p. 251-261

Résumés

Les défaillances constatées dans les activités de propreté urbaine à Palerme sont le point de départ d’une analyse des ressorts informels du gouvernement local. Si la notion d’informalité est traditionnellement associée aux contextes urbains des pays en développement et aux registres de l’habitat, du commerce de rue et de l’économie, elle est ici mobilisée pour proposer une lecture de l’ordre politique local et de ses processus de régulation. Il s’agit donc, à la suite des travaux de Manuel Castells et Alejandro Portes (1989), d’envisager l’informalité, d’une part, dans son rapport aux institutions politiques, et, d’autre part, non pas comme un état mais un processus dans la mesure où elle est un produit des rapports sociopolitiques historiquement situés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche collectif intitulé INVERSES (Inform (...)

1Cette contribution propose de rendre compte des mécanismes informels du gouvernement local et plus spécifiquement de la manière dont des pratiques politiques informelles se déploient dans le cadre des institutions et participent de leur fonctionnement. L’informalité est ici envisagée comme une transgression de nature institutionnelle au sens où elle procède d’acteurs publics dans l’exercice de leurs fonctions : la faculté de définir les règles du jeu politique et administratif en-dehors des formes et procédures légales, d’en négocier l’application ou de les subvertir est un moyen auquel les pouvoirs publics ont recours non seulement pour conduire les affaires urbaines mais également pour accroître leur capacité d’action, consolider des positions ou poursuivre des intérêts privés aussi bien personnel que partisan. L’exemple de l’opérateur chargé de la propreté urbaine à Palerme mobilisé pour accompagner cette réflexion nous montre que les services urbains dans le domaine des déchets, de l’eau, des transports ou de l’énergie sont bien plus qu’un ensemble de prestations techniques à destination des citadins1. Ce sont également des leviers que les élus actionnent dans le cadre de la compétition électorale pour animer des réseaux clientélaires et fabriquer du consensus par la redistribution de biens publics selon une logique sélective. Ce sont des structures à partir desquelles s’organisent des réseaux politico-économiques à la faveur de l’attribution de marchés publics et se nouent des relations de connivence. Ce sont des espaces où s’articulent des logiques publiques et des intérêts privés, qui déterminent la conduite de l’action publique municipale et, au-delà, la définition de l’intérêt général à l’échelle d’un territoire. La démarche adoptée ici a consisté à utiliser les dysfonctionnements constatés dans les activités de ramassage et de traitement des déchets, qui depuis des décennies alimentent le débat sur la gestion de la ville de Palerme (absentéisme et faible productivité du personnel, malversations des équipes dirigeantes, recrutements clientélaires, malpropreté des rues et carences de tous ordres), comme une porte d’accès au politique et d’observer la manière dont s’articulent le « champ politique et son hors champ » (Le Gall, Offerlé, Pioux, 2012).

2La première partie s’attache à montrer comment le service de propreté urbaine de la ville de Palerme fait l’objet depuis les années cinquante d’une instrumentalisation politique dans un contexte marqué par la prégnance des réseaux clientélaires dans le jeu électoral et l’utilisation privative des ressources publiques. Il s’agit d’observer la manière dont ce service a fonctionné comme un lieu de structuration d’intérêts politiques et économiques, périodiquement reconfigurés, et, incidemment, mettre en évidence comment cette instrumentalisation politique possède un impact sur le fonctionnement de ce service et représente une source d’interférence avec les missions qui sont les siennes. Ce travail de reconstruction conduit à discuter dans une deuxième partie du maintien dans la durée d’une forme de gouvernement local fortement imprégnée de logiques informelles. Il s’agira à cette occasion de montrer en quoi l’informalité conduit à poser la question de l’Etat et de son institutionnalisation. C’est en effet au travers de régulations politiques informelles que les individus construisent leur rapport aux institutions et se définissent comme sujet politique, et que les institutions acquièrent une forme de légitimité sociale. Alors que l’informalité a été élaborée dans les contextes urbains des pays en développement essentiellement comme un outil de compensation aux mains des populations en situation de marginalité, la troisième partie vise à justifier son utilisation comme catégorie d’analyse du politique dans une démocratie industrielle. L’informalité n’est plus seulement conçue comme un contournement des institutions politiques ou administratives mais un produit de leur propre fonctionnement et un registre du répertoire de l’action publique.

Instrumentalisation politique du service palermitain de propreté urbaine

  • 2 Toutes les traductions vers le français sont de l’auteur. Sur les relations d’intérêts entre ces en (...)
  • 3 Tribunale di Palermo, IIIa sezione penale, Sentenza n° 2645/90 del 20 luglio 1990 contro Ciancimino (...)

3On assiste à partir des années 1950 à une mise en coupes réglées des différents segments qui composent l’économie palermitaine, en particulier dans le domaine de l’urbanisme et des prestations de services urbains. Dans ce dernier domaine, la ville sous-traite à des opérateurs privés l’entretien de la voirie et du réseau d’égouts (au groupe Cassina), l’éclairage public (à la société ICEM) et la gestion des déchets (à la société Vaselli) (figure 1). Les dirigeants de ces trois groupes entretiennent des relations privilégiées avec les principales figures locales du parti démocrate-chrétien (DC) qui prend à cette même époque le contrôle de l’administration communale2 : les frères Cassina avec Salvo Lima et Giovanni Gioia (secrétaire départemental de la DC, député national et plusieurs fois ministre), Romolo Vaselli avec Vito Ciancimino. Evelyne Ritaine parle de « classe de régime » à propos de cette élite politique et économique liée à la DC, « (…) ainsi nommée pour souligner que sa caractéristique principale est l’accès réservé et politiquement protégé aux ressources publiques » (Ritaine, 1994, p. 148). A l’échelle palermitaine, les principaux leaders démocrates-chrétiens sont Salvo Lima et Vito Ciancimino. Tous deux décideront de la politique urbaine jusqu’au seuil des années 1990, en qualité de maire pour le premier, d’adjoint au maire à l’urbanisme et aux travaux publics puis de conseiller municipal pour le second (Cannarozzo, 2000 ; Chubb, 1982). Pour prendre la mesure de l’influence qu’exerce une figure politique comme Vito Ciancimino sur les affaires de la ville, on peut se reporter à ce constat établi par les magistrats à l’occasion des poursuites pour corruption engagées contre lui : « […] aucune décision ne pouvait être prise sans l’aval direct ou indirect de Ciancimino ; les responsables politiques de tous bords le consultent pour prendre des décisions et négocier des arrangements »3.

  • 4 Ibid.

4Pendant trois décennies (deux pour la société Vaselli chargée de la gestion des déchets de 1949 à 1968), les contrats de ces trois sociétés avec la municipalité sont automatiquement renouvelés lorsqu’ils arrivent à échéance. Le montant des marchés est systématiquement surévalué avec la complicité des prestataires de services, l’excédent servant à financer les réseaux de clientèles autour desquels le parti démocrate-chrétien est structuré. A ce prélèvement initial s’ajoute l’augmentation des coûts des prestations en cours de contrats, qui fait communément l’objet d’une validation de la part des autorités municipales. L’impossibilité de mettre en concurrence les prestataires crée une situation de monopole au profit de ces trois groupes, et les tentatives de la municipalité pour introduire de la concurrence dans l’attribution des marchés publics dans les années 1980 ont été bloquées, ouvertement ou en sous-main, notamment par Vito Ciancimino, car le contrôle exercé sur les marchés publics conditionne la maîtrise des réseaux clientélaires4.

  • 5 La DC gouverne sans interruption l’Italie de 1945 à 1994. Le scandale Tangentopoli bouleverse en pr (...)
  • 6 Sur l’histoire de la DC à Palerme, voir : Judith Chubb, 1982, Patronage, power, and poverty in sout (...)
  • 7 Procura della Repubblica presso il tribunale di Palermo, Direzione distrettuale antimafia, Esposizi (...)

5Ces prélèvements sur les contrats publics sont mis en place concomitamment à la réorganisation de la DC dans la seconde moitié des années 1950 autour de machines politiques départementales5. Le parti adopte une stratégie d’affiliation de masse dont l’objectif est d’augmenter le nombre d’affiliés pour renforcer le courant que l’on anime dans les instances nationales6 : « Les réseaux clientèlaires sont […] les fondements du pouvoir des boss démocrates-chrétiens dans le Mezzogiorno. La Démocratie chrétienne contrôlant de façon permanente le gouvernement national, les notables qui dominent l’appareil local du parti maîtrisent de ce fait le pouvoir d’Etat dans leur territoire » (Allum, 1995, p. 32). « l’encartement se révèle dans ces conditions un instrument essentiel pour prendre la direction du parti ; les cartes devinrent ainsi l’objet de manipulations sans scrupules […] » (Chubb, 1982). Peu d’inscrits payent cependant leurs cotisations car celles-ci sont directement prises en charge par les leaders locaux7. A titre d’exemple, Salvo Lima payait les cartes de ses clients et celles des clients de Vito Ciancimino. En contrepartie, les hommes de Salvo Lima, dont Vito Ciancimino, votaient pour Giulio Andreotti et son courant lors des élections dans les instances nationales du parti. L’argent détourné des marchés publics, dont celui de la gestion des déchets, servait également à Salvo Lima et Vito Ciancimino à entretenir leurs clientèles respectives pour assurer leur réélection au conseil municipal.

6Le réseau de corruption articule trois sphères de pouvoir : à la sphère politico-administrative et à la sphère entrepreneuriale, dont les points de connexion ont précédemment été mis en évidence, s’ajoute la sphère criminelle locale. Les leaders palermitains de la DC entretiennent des relations privilégiées avec des segments de la criminalité mafieuse : Vito Ciancimino avec le clan des Corléonais, Salvo Lima avec la famille Bontade. Ces relations fonctionnent sur la base d’un échange (Cancila, 1999) : en contrepartie d’un appui lors des campagnes électorales grâce à sa capacité à mobiliser l’électorat, la mafia bénéficie d’un plan d’urbanisme à la carte, de facilités de crédits auprès des instituts bancaires siciliens et de contacts privilégiés au sein de la bureaucratie locale. La période qui s’ouvre au lendemain du Second conflit mondial voit ainsi la mise en place d’une économie urbaine associant étroitement responsables politiques, milieux d’affaires et figures criminelles locales que Carlo Trigilia qualifie de « capitalisme politique et criminel » (Trigilia, 2012), où la régulation du marché est assurée par la manipulation des ressources publiques ou l’usage de la violence. Ce système de collusion, qui transcende les appartenances de classes et de partis par sa capacité à mettre en relation différentes composantes de la société palermitaine (Santino, La Fiura, 1990), fonctionne grâce à l’existence d’une « zone grise » (Sciarrone, 2011) : c’est en effet au travers de cet espace social, composé de membres des professions libérales, de fonctionnaires, de chefs d’entreprises et de politiciens, d’acteurs de la société civile, que la criminalité mafieuse accède au marché des activités légales par le biais d’intermédiaires.

  • 8 Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno della mafia in Sicilia, IX legislatura, Documenta (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Parmi les prérogatives de ces chefs de secteurs figurent le versement du salaire, la possibilité de (...)
  • 11 Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno della mafia in Sicilia, IX legislatura, Documenta (...)
  • 12 Ibid., p. 91.
  • 13 Entretien du 24 octobre 2014 avec Giuseppe Di Lello, ancien magistrat et ancien conseiller municipa (...)

7Dans le domaine plus spécifiquement des marchés publics, les relations avec la criminalité mafieuse se manifestent à l’occasion de la redistribution des travaux de sous-traitance à des sociétés appartenant à des mafieux et dans le recrutement de la main d’œuvre. La société Vaselli, puis la société municipale qui lui succèdera pour la gestion des déchets à partir de 1968, compte parmi son personnel des figures notoirement proches de la mafia ou affiliées à celle-ci8. Si certaines d’entre elles bénéficient simplement d’un emploi fictif qui leur garantit une rémunération et un alibi social, d’autres sont employées pour ‘tenir’ la main d’œuvre, à l’image d’Antonino di Natale9. Fiché comme mafieux, il occupe la fonction de responsable de secteur10. Sa capacité d’intimidation est à la base d’un « […] rigide système de contrôle du personnel […] »11 qui se donne à voir au quotidien comme à l’occasion des mouvements de grève. Le secteur placé sous sa responsabilité est d’ailleurs décrit comme l’un des plus propres de la ville : « Par les méthodes utilisées et grâce à son passé [criminel], il obtient du personnel placé sous sa responsabilité la productivité maximale […] »12. Ces figures criminelles employées dans les activités de propreté urbaine contribuent également à la territorialisation de la criminalité mafieuse par un contrôle du territoire urbain et des activités licites ou illicites (contrebande, extorsion), dans un contexte de concurrence entre les principaux clans qui la composent13.

  • 14 Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno della mafia in Sicilia, VIII legislatura, Documen (...)
  • 15 Delibera del Consiglio comunale n°553 du 14 décembre 1968. Romolo Vaselli est écarté de ce service (...)
  • 16 Revue de presse : L’Unità, 06/08/1975 ; L’Unità, 08/10/1975 ; L’Unità, 26/05/1976 
  • 17 Entretien du 22 avril 2014 avec Dionisio Giordano, secrétaire régional du syndicat FIT-CISL-Ambient (...)
  • 18 Dans son travail consacré aux cultures professionnelles dans le domaine de la santé (les maternités (...)

8Le service de collecte et de traitement des déchets exploité depuis 1949 par la société Vaselli passe sous le contrôle de la municipalité à la fin des années 1960 avec la création d’une société parapublique, l’AMNU14. La reprise en main de la gestion des déchets est justifiée lors des débats au Conseil municipal par la nécessité de mettre fin aux défaillances constatées15. Ce service urbain demeure cependant une courroie de transmission des orientations politiques des leaders démocrates-chrétiens palermitains, notamment à l’occasion des campagnes électorales où le personnel est largement mobilisé pour faire du porte-à-porte en faveur des candidats soutenus par la municipalité16. Le passage sous administration municipale modifie cependant l’utilisation politique de ce service urbain. Ne pouvant plus être utilisé pour assurer le financement local de la DC, il évolue peu à peu en un instrument de contrôle social via la distribution d’emplois. Nous sommes dans une configuration classique, à savoir « stabiliser une assise électorale en distribuant des avantages » (Mattina, 2007, p. 13). Le recrutement discrétionnaire se développe au cours des années 1970 et 1980 parallèlement à la consolidation de ce que Jean-Michel Eymeri (2001) nomme une « culture maison » : distribution d’heures supplémentaires majorées à un niveau équivalent voire supérieur aux heures contractuelles, tolérance de l’absentéisme quotidien, sous-traitance des activités de balayage des rues à des tiers par les employés eux-mêmes, déclenchement de petits mouvements de grève opportunistes de quelques jours, notamment à l’occasion des fêtes pour obtenir des heures supplémentaires nécessaires au ramassage du surcroît de déchets accumulés17. Ces habitudes, passe-droits et autres arrangements internes sont tolérés et acquièrent une forme de légitimité parce qu’ils s’inscrivent dans une gestion clientélaire du personnel où l’entretien de la fidélité électorale du personnel prime sur la qualité du service de propreté urbaine offert aux habitants. Le service municipal de gestion des déchets, tout en évoluant sous l’étroite influence politique de la municipalité, s’autonomise dans son fonctionnement interne, contribuant au façonnage de « normes pratiques » 18 (Olivier de Sardan, 2001) qui marquent en profondeur l’organisation de ce service.

  • 19 LSU pour Lavoratori socialmente utili (Travailleurs socialement utiles).
  • 20 Commissione parlamentare di inchiesta sulle attività illecite connesse al ciclo dei rifiuti, Relazi (...)
  • 21 1 500 salariés pour l’AMIA et 900 salariés pour l’AMIA-Esseme.
  • 22 CPM : Commissione parlamentare di inchiesta sulle attività illecite connesse al ciclo dei rifiuti, (...)

9C’est au cours des années 1990 et 2000 que le recrutement clientélaire prend de l’importance avec l’augmentation de l’emploi public municipal et que s’affirme la fonction d’amortisseur social du service de gestion de propreté urbain. Le maire Leoluca Orlando inaugure en 1995 un dispositif à destination des personnes en difficulté pour recruter du personnel au niveau municipal sans recourir à un concours public comme l’exige la réglementation, via la création de coopératives pour remplir des missions de service. Sept coopératives sont créées à cette occasion regroupant 350 chômeurs (ces travailleurs sont communément connus sous le sigle LSU19). La multiplication des coopératives porte le nombre de LSU employés par la municipalité de Palerme à 7 300 en 200720. Concomitamment à la création de ce bassin de main d’œuvre précaire, les autorités engagent un processus de stabilisation en transformant ces travailleurs en personnel municipal de plein droit. La société AMIA chargée de la gestion des déchets pour Palerme et sa filiale AMIA Esseme mandatée pour le nettoyage des rues sont l’un des débouchés privilégiés de ces recrutements clientélaires, compte tenu de la capacité de ces deux services urbains à absorber une main d’œuvre importante. L’annonce d’une stabilisation intervient le plus souvent à la faveur d’échéances électorales, comme à l’occasion des législatives de 2006 où 990 LSU sont intégrés dans l’AMIA Esseme (mandature de Diego Cammarata). Parallèlement à cette politique de stabilisation, le recrutement externe sans concours se poursuit, faisant également accroître le personnel de ces deux sociétés. En 2013, elles totalisaient quelque 2 400 salariés21. L’augmentation des coûts du personnel dans les coûts de production sous l’effet conjugué de la croissance de la masse salariale, de la réduction des avantages fiscaux accordés par l’Etat pour l’emploi de LSU et de la stagnation de la dotation municipale compte tenu des contraintes budgétaires, place la société AMIA dans une situation de fort endettement (230 millions d’Euros de dettes cumulées en 2010) 22. Ces difficultés financières se répercutent non seulement sur sa capacité à investir et à moderniser ses équipements, mais également sur la rémunération de ses fournisseurs comme ceux chargés de l’entretien des véhicules. La réduction du parc de véhicules exploitables a des incidences sur l’organisation de la collecte des déchets avec l’impossibilité de couvrir l’ensemble des quartiers, nécessitant l’instauration d’un roulement hebdomadaire qui favorise la formation de monticules de déchets.

Figure 1 - Le service de propreté urbaine de Palerme de 1949 à 2013

Figure 1 - Le service de propreté urbaine de Palerme de 1949 à 2013

L’institutionnalisation d’une régulation politique informelle

  • 23 Entretien du 21 avril 2014, Antonella Monastra, conseillère municipale de Palerme.
  • 24 Les sociétés de service (dans le domaine de la gestion de l’eau et du gaz, du traitement des déchet (...)
  • 25 Città di Palermo, 2014, Informazioni statistiche. 15° Censimento generale della popolazione Condizi (...)

10Ce qui est marquant dans le cas palermitain, c’est la persistance d’une forte demande sociale pour une intervention publique redistributive en matière d’emploi : « C’est la sollicitation la plus courante qui nous est adressée » selon les mots d’une conseillère municipale23. Cette situation se révèle particulièrement favorable au maintien d’un modèle politique où la recherche du consensus électoral s’obtient par le biais d’échanges clientélaires. Carlo Trigilia analyse la mise en place de cette forme de gouvernement local en lien avec la massification de la politique dans l’Italie du Sud de la seconde moitié du vingtième siècle (Trigilia, 1994, p. 75-99) : le processus est allé de pair selon lui avec l’affirmation d’un consensus politique précaire en l’absence de valeurs collectives fortes auxquelles les individus peuvent s’identifier, que les acteurs politiques doivent en permanence entretenir en répondant à des sollicitations particulières. Celles-ci s’expriment aujourd’hui dans un contexte où le développement économique est fortement conditionné par la sphère publique (Azzolina, 2009a ; Trigilia, 1998). L’économie urbaine affiche en effet un profil marqué par une forte spécialisation dans la production de services administratifs du fait de la présence, outre de l’administration municipale, de centres directionnels et d’organismes dépendants de la Région, ainsi que par la faiblesse d’un secteur industriel resté éloigné de tout processus de modernisation (Azzolina, 2009b). Compte tenu de la difficulté du marché du travail à produire des opportunités et de la forte régulation publique de ce même marché, la promesse d’un emploi, y compris précaire, dans les sociétés de service dont la municipalité est actionnaire, constitue un puissant levier pour faire du vote une monnaie d’échange à l’occasion des échéances électorales24. D’autant que le contexte social et économique local apparaît fortement dégradé. 26% des familles palermitaines sont considérées comme pauvres au regard des statistiques produites à l’occasion du dernier recensement, soit le double de la moyenne nationale25. La situation de l’emploi est quant à elle marquée par un taux de chômage structurellement élevé de 25% qui atteint 65% chez les jeunes – les taux sont respectivement de 10% et 35% dans les grandes villes du Centre-Nord de la péninsule. La précarité et l’exclusion sociales sont des conditions propices à la recherche d’un soutien personnalisé, pouvant conduire les individus à se placer sous la protection de figures politiques locales (Fantozzi, 2012).

11La consolidation sur le temps long de cette forme de gouvernement peut être considérée à la lumière de deux hypothèses de travail. Si l’on s’inscrit dans le schéma proposé par Antonio La Spina, la société et l’économie méridionales évoluent dans un état de dépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques et administratifs. La politique volontariste de développement économique et de correction des inégalités socio-spatiales engagée au lendemain du Second conflit mondial au bénéfice des régions méridionales a eu pour effet de créer « […] une économie dépendante, une société dépendante, des projets de vie individuels dépendants, un monde dans lequel ce que l’on fait ou souhaite faire se fonde sur une unique certitude : il faudra se tourner vers le milieu politico-administratif pour obtenir des ressources ou l’autorisation » (La Spina, 2006, p. 74). Aussi est-il dans l’intérêt des élus et des fonctionnaires de faire obstacle à toutes formes de changement pour pérenniser leur rente de situation. De leur côté Patrick Chabal et Pascal Daloz parlent d’« informalisation du politique » (Chabal, Daloz, 1995, p. 11-12 et p. 26) à propos de l’Etat en Afrique pour désigner un environnement où les acteurs – citoyens, responsables politiques, autorités administratives, entrepreneurs – tirent un avantage supérieur au maintien de modes de régulation politique informels et de logiques d’échange personnalisées plutôt qu’à une institutionnalisation plus aboutie de l’Etat. Cette hypothèse invite à apprécier la situation non plus sur un plan de dépendance unilatérale dans lequel un acteur est en position d’infériorité vis-à-vis d’un tiers qui exerce un contrôle sur des ressources, mais de dépendances réciproques. Si l’accès à l’Etat via des canaux non institutionnels est organisé par ses propres représentants parce qu’ils en retirent des bénéfices (consensus électoral, enrichissement personnel, financement illicite des activités politiques), le choix d’emprunter ces mêmes canaux procède tout autant d’une évaluation stratégique du contexte économique et politique en termes d’efficacité et d’opportunité de la part d’acteurs qui attendent quelque chose de l’Etat (un emploi, un logement, un marché public). C’est donc un jeu d’intérêts croisés qui lie les citoyens aux représentants de l’Etat et qui alimente le fonctionnement informel des institutions politiques et administratives.

12L’usage de l’informalité dans l’exercice du politique induit chez les individus non seulement une pratique de l’Etat fondée sur la recherche d’un traitement discrétionnaire, mais également une manière de se penser et d’agir en qualité de citoyens. Il apparaît ainsi que l’Etat n’est pas une institution extérieure à la société locale, à la fois impersonnelle, abstraite et surplombante ; au contraire, il « […] adopte les formes que la société locale lui donne […] » (Gribaudi, 1990, p. 284) et façonne, en retour, le rapport que celle-ci entretient avec lui par la manière dont il se déploie au quotidien et concrétise par l’action des valeurs comme l’intérêt général, l’impartialité ou la justice.

  • 26 Cela se traduit par un vote clientélaire fortement concentré sur le territoire, là où les nouveaux (...)
  • 27 Entretien du 21 avril 2014, Antonella Monastra, conseillère municipale de Palerme.

13Ce modèle de régulation politique, résultat du passage d’un clientélisme de notables à un clientélisme de type bureaucratique (Tarrow, 1977), est fragilisé par la réduction des ressources publiques distribuées depuis le centre (Vitale, 2013). Le débat sur la personnalisation du politique a ainsi été rouvert par de récents travaux qui s’attachent à observer les transformations de la relation clientélaire dans un contexte de crise des partis traditionnels, d’instabilité électorale et de dépenses publiques en berne (Brancaccio, 2012 ; Coco, Fantozzi, 2013). Leurs auteurs mettent en évidence un affaiblissement du clientélisme de parti fonctionnant selon une logique hiérarchique, et l’émergence de nouveaux entrepreneurs politiques profondément enracinés dans le territoire et relativement autonomes vis-à-vis des appareils politiques. La captation du vote se fait désormais au travers d’agences locales chargées de délivrer des prestations de service, comme par exemple dans le domaine fiscal ou médical, liées à ces nouveaux entrepreneurs politiques26. Pour autant les structures municipales à l’image de la société chargée du ramassage et du traitement des déchets à Palerme jouent toujours un rôle de premier plan dans l’animation des réseaux clientélaires par leur capacité à donner une visibilité au gouvernement local et à entretenir l’espoir de bénéficier de ses bienfaits ; elles permettent de mettre en scène la capacité de la municipalité à redistribuer des ressources27.

  • 28 Entretien du 21 octobre 2014, cadre dirigeant de la société AMIA S.p.A.
  • 29 Istanza autorizzazione proposta di concordato, AMIA s.p.a. – AMIA Esseme s.r.l., 3a stesura del 29/ (...)

14L’enjeu aujourd’hui pour les pouvoirs publics palermitains est de passer d’un clientélisme de masse arrivé en bout de course à une forme de clientélisme de pénurie capable d’entretenir le réseau existant des clients tout en entretenant l’espoir dans la population de pouvoir, un jour, bénéficier des bienfaits discrétionnaires des institutions publiques. C’est dans cette conjoncture financière particulièrement contrainte, qui limite considérablement les capacités de redistribution, que s’inscrit l’accord Turn-over dit « père-fils » signé en 2007 à la veille des élections municipales entre la direction de l’AMIA et les dirigeants syndicaux : il s’agit d’un échange de poste entre un salarié de l’entreprise municipale qui part volontairement à la retraite de manière anticipée et son fils. Le caractère instrumental de cet accord transparaît dans le commentaire qu’en fait un cadre dirigeant de l’AMIA : « Ceux qui ont soutenu cet accord à la mairie savaient que derrière chaque bénéficiaire il y a une famille et donc plusieurs suffrages à la clef »28. 400 salariés ont bénéficié de ce recrutement sur la base de liens de parenté29. Comme l’observe Claudio Riolo, en écho aux travaux de Judith Chubb (Chubb, 1982), « […] la manipulation de la pénurie constitue pour la machine clientélaire un levier tout aussi puissant pour la distribution de la richesse […] » (Riolo, 2012, p. 100).

L’informalité comme cadre d’analyse du politique

15Le service de collecte et de traitement des déchets est un des espaces à partir duquel nous pouvons observer la manière dont le gouvernement local se construit à Palerme depuis les années 1950 par le biais d’échanges politiques informels. Ces échanges possèdent un caractère informel parce qu’ils procèdent de pratiques publiquement condamnées (Briquet, Sawicki, 1998), parce qu’ils s’inscrivent en-dehors des cadres institutionnels reconnus et parce qu’ils contribuent à structurer les institutions publiques au travers de mécanismes officieux (Briquet, 1995). Ces échanges peuvent également être qualifiés de politique bien qu’ils soient de nature économique (versement de contreparties pour l’attribution de marchés publics, financements illicites des partis politiques, enrichissement personnel, monnayage des voix) ou matérielle (distribution d’emplois dans une démarche clientélaire, accès préférentiel au logement public). Premièrement parce que ce sont des canaux où s’échangent des ressources symboliques qui entrent dans le fonctionnement des institutions (influence sur les décisions publiques, consensus à l’égard des dirigeants politiques). Deuxièmement parce qu’ils sont porteurs d’un processus de régulation, c’est-à-dire de « […] mécanismes par lesquels l’ordre politique parvient à se maintenir, en dépit des perturbations extérieures » (Chevallier, 1995, p. 80). C’est en effet par le contrôle exercé sur les structures publiques (services municipaux, marchés publics) et parapubliques (Autorité portuaire, Bureau du logement social, entreprises municipales) que les autorités municipales parviennent à assurer la pérennité de leurs positions institutionnelles, à construire leurs réseaux de clientèles et à animer le système politique dans sa double composante locale et nationale.

  • 30 Edward Banfield fait de la famille la cause principale des écarts de développement politique et éco (...)
  • 31 Si le niveau de vie des populations méridionales a cru grâce aux transferts de fonds publics et à u (...)
  • 32 Robert Putman explique le différentiel de rendement politique et économique des régions italiennes (...)
  • 33 La faible crédibilité des institutions publiques fait obstacle au développement des territoires. Le (...)
  • 34 Les « institutions inclusives » sont des institutions qui encouragent les individus à faire preuve (...)

16Le maintien dans l’Italie contemporaine de formes traditionnelles d’échange et de régulation dans un contexte général de modernisation politique a largement contribué à animer les débats sur le gouvernement local, donnant lieu à une conceptualisation en termes de « familisme amoral »30 (Banfield, 1958), de « développement sans autonomie »31 (Trigilia, 1994), de « tradition civique »32 (Putman, 1993), de « légalité fragile »33 (La Spina, 1995) ou plus récemment d’ « institutions extractives »34 (Felice, 2013). L’instrumentalisation du politique est cependant davantage envisagée depuis la question de la corruption (Della Porta, 1992), du clientélisme (Allum, 1975 ; Fantozzi, 1993) ou encore du néopatrimonialisme (Scamuzzi, 1996 ; Coco, Fantozzi, 2013) que de l’informalité. C’est en effet dans le champ de l’économie urbaine et de la marginalité sociale que cette notion trouve son terrain d’application de référence dans les sciences sociales italiennes (Mingione, 1983 ; Farinella, 2013). Et si l’auteur de Enquête à Palerme, Danilo Dolci (Dolci, 1956), ne la mobilise guère dans son ethnographie des classes populaires palermitaines, il s’attache néanmoins dans sa démarche à articuler conditions de vie, fonctionnement du marché du travail et rapports d’obligation en matière électorale pour restituer les composantes à la fois politiques et économiques des situations de domination sociale qu’il observe.

17Si l’informalité comme catégorie d’analyse est relativement peu mobilisée dans l’étude du politique, sans doute est-ce dû aux origines de la notion elle-même qui est développée pour saisir des dynamiques spatiales et sociales en marge des cadres administratif ou juridique dans les pays en développement. A la suite du travail précurseur de Keith Hart à Accra dans les années 1970, l’informalité urbaine est en effet été envisagée à partir d’un groupe social spécifique (les classes populaires) et deux champs prédominants (la production de l’espace et le fonctionnement de l’économie). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les recherches sur les formes et conditions d’existence du secteur informel (De Soto, 1994 ; Santos, 1975 ; Fontaine, Weber, 2011), ainsi que celles portant sur les stratégies de subsistance des populations marginalisées (Lautier, 2004), la formation des quartiers non réglementaires (Fawaz, 2007) ou l’accès aux services urbains (Jaglin, 2005 ; Jaglin, 2012). Le renouvellement de la réflexion sur l’informalité urbaine observé depuis quelques années s’inscrit pour partie dans cette perspective originelle. Si on note un élargissement du périmètre géographique d’application de la notion, d’abord aux contextes des anciens pays socialistes soumis à des processus de transition politique et économique (Lenadeva, 2007 ; Fontaine, Weber, 2011) puis aux démocraties industrielles (Chauvin, 2010 ; Jounin, 2009), les problématiques de travail restent inchangées : il s’agit en effet d’observer les conditions de développement de l’informalité consécutivement à la restructuration du marché du travail et à la crise du modèle salarial, et les formes d’adaptation des travailleurs précarisés. L’informalité demeure fondamentalement envisagée à partir des mécanismes compensatoires qu’elle offre aux acteurs en situation de fragilité et les ressources que ceux-ci parviennent à en tirer.

  • 35 Dès les années 1990, Bruno Lautier, Claude de Miras et Alain Morice montrent que parler d’informali (...)

18Sous l’impulsion des Postcolonial studies, l’informalité est conjuguée aux notions de résistance et de subalternité dans les contextes urbains des pays du Sud. Cela donne lieu à des questionnements sur les jeux de qualification (Comaroff, Comaroff, 2006 ; Yiftachel, 2009) et la place de l’informalité dans les discours des élites urbaines (McFarlane, 2012), les modes d’action publique qui relèvent de l’exception et la manière dont les autorités instrumentalisent le droit dans le domaine de l’urbanisme (Roy, 2009), ou encore sur la capacité à agir des subalternes en-dehors des institutions pour conquérir des droits (Chatterjee, 2009 ; Bayat, 1997). Ananya Roy et Nezar Al Sayyad contribuent à ouvrir de nouvelles perspectives en montrant que l’informalité n’est pas réductible à un statut (« être un travailleur informel », « vivre dans l’informalité ») ou à un champ (l’habitat, le foncier, l’économie), et qu’elle est un élément structurant des relations sociales par les manières d’agir qu’elle induit fondées sur les jeux de contournement et d’arrangement avec les règles. L’informalité « […] is an organising urban logic. It is a process of structuration that constitutes the rules of the game, determining the nature of transaction between individuals and institutions and within institutions » (Al Sayyad, Roy, 2004, p. 5). C’est un cadre de négociation où les règles sont une ressource pour l’action, auquel les individus ont recours en fonction de leurs besoins et des situations qu’ils rencontrent. L’informalité, définie comme « a series of transactions » (Roy, 2005, p. 148), accède ainsi au rang d’une pratique, induisant une démarche qui reconnaît aux individus leur faculté à agir, y compris dans des situations de forte domination sociale, et à mobiliser des compétences avec une visée stratégique (McFarlane, Waibel, 2012). Si l’ensemble de ces auteurs s’accordent pour considérer que l’informalité ne se déploie pas en dehors de l’État et que c’est dans le rapport aux institutions politiques et administratives qu’elle prend forme35, la perspective qui domine est néanmoins celle de saisir l’informalité depuis le « bas » : les classes populaires envisagées dans leur vie quotidienne ou dans l’exercice de leurs activités économiques constituent l’objet d’étude principal de ces travaux. Quand la question de l’informalité est toutefois posée à partir de l’Etat, c’est essentiellement dans le domaine de la planification urbaine dans le but de voir la manière dont les pouvoirs publics manipulent le droit dans la conduite de projets immobiliers contre les intérêts des populations locales (Roy, 2009).

19Les débats dont l’informalité fait l’objet depuis de longues décennies ont mis en évidence l’étendue de ses champs d’application (l’habitat, le commerce de rue, l’emploi, les modes de coordination économique, les processus décisionnels dans les organisations politiques ou l’art contemporain) et la pluralité des acceptions de la notion, au point d’en brouiller la signification (McFarlane, Waibel, 2012 ; Fourchard, Becker, 2013). Sa portée analytique est également contestée au motif qu’il n’est guère aisé d’établir une réelle distinction entre secteur formel et secteur informel, conduisant par exemple certains contributeurs de Governing cities in Africa à parler de « fuzzy separation » (Grest et. al., 2013). Ces derniers mettent notamment en avant le caractère interconnecté voire complémentaire des deux secteurs dans la mesure où les acteurs passent de l’un à l’autre, et le fait que le secteur informel revête une dimension formelle par son caractère organisé et structuré. La notion présente néanmoins l’intérêt selon nous de mettre en évidence des manières de faire différentes de celles qui sont attendues (Helmke, Levitsky, 2004) et de faire ressortir la pluralité des processus de formation et de fonctionnement du pouvoir politique.

20Si elle introduit une lecture dichotomique sur fond d’une distinction entre « politique formelle » (la norme de droit comme source de régulation de la vie institutionnelle et politique) et « politique informelle » (le contournement de cette même norme de droit comme instrument de régulation), cela ne signifie par pour autant, pour paraphraser Enzo Mingione à propos de l’économie (Mingione, 2009), qu’il existe deux espaces politiques distincts, l’un formel et l’autre informel : la notion, tout en créant une distinction, contribue à souligner la continuité, la perméabilité et la complémentarité des modes d’agir en politique, et leur mutuel enchâssement. Envisager une lecture du gouvernement local en terme d’informalité permet également de voir comment un ensemble de pratiques (le clientélisme, la corruption politique, l’appropriation des ressources publiques, les jeux de collusion entre élites politiques et économiques) s’articulent, font système et font sens, et contribuent, parce qu’elles sont imbriquées, à produire un mode spécifique de gouvernement local fondé sur la personnalisation des liens politiques, la privatisation des institutions politico-administratives à des fins électorales ou personnelles et la redistribution des ressources publiques selon une logique clientélaire. Transposer la notion d’informalité à l’espace du politique conduit ainsi à regarder la manière dont se configurent les relations entre gouvernants et gouvernés au travers de canaux et de pratiques non institutionnels pour ouvrir à une compréhension plus générale des mécanismes du gouvernement urbain qui ne se cantonne pas à ses manifestations formelles et légitimes.

21Sur la base de ces éléments, l’informalité peut donc être conçue comme une forme à part entière d’exercice du pouvoir politique qui combine règles formelles et pratiques informelles, marquée par une pénétration de la sphère publique par des logiques et des intérêts privés, et dans laquelle les activités de gouvernement sont instrumentalisées au profit de ceux qui détiennent le pouvoir et de ceux avec lesquels ils sont liés pour des motifs personnels, politiques ou d’affaires.

22Appliquer la notion d’informalité à l’étude du gouvernement local suppose d’opérer une double transposition. D’une part du « bas » vers le « haut » pour mettre l’accent sur le fonctionnement des institutions publiques et les modalités d’exercice du pouvoir. Il s’agit donc, à la suite des travaux de Manuel Castells et Alejandro Portes (Castells, Portes, 1989), de concevoir l’informalité, d’une part, dans son rapport à l’Etat et, d’autre part, non pas comme une condition mais un processus pour souligner son caractère évolutif et plus particulièrement le fait qu’elle est un produit des rapports sociopolitiques à un moment donné. L’exemple du service municipal de ramassage et de traitements des déchets de Palerme montre que l’informalité n’est pas située à la marge des institutions, tel un résidu de pratiques héritées d’une époque révolue ou l’expression d’usages marginaux pour se soustraire aux contraintes des procédures formelles, mais bien au centre de leur fonctionnement ; elle est une composante essentielle sinon structurelle d’un ordre politique. L’informalité n’est pas non plus une réaction à la régulation étatique ou l’effet d’un défaut de régulation des espaces politico-administratifs ; c’est au contraire au travers des régulations d’origine institutionnelle que l’informalité existe. Et celle-ci peut à ce titre se concevoir comme un « effet d’Etat » (Scott, 2013), au sens où elle est une modalité de développement des institutions publiques et politiques à l’initiative de ceux-là mêmes qui les représentent. D’autre part du champ économique, social et de l’urbanisme vers celui du politique : il ne s’agit pas seulement de repérer la part de politique dans des situations d’informalité (l’habitat ou les activités économiques par exemple), mais d’envisager le politique dans son fonctionnement informel. La réflexion ouverte par Javier Auyero et Matthew Mahler (Auyero, Mahler, 2011) sur l’usage de la violence en politique en est un exemple. L’analyse des « […] liens clandestins entre acteurs politiques officiels et informels […] » (Auyero, Mahler, 2011, p. 134) conduit les auteurs à constater, d’une part, que les dynamiques conflictuelles décelables dans les quartiers populaires ont leur origine dans l’espace politique et, d’autre part, à observer comment les dimensions informelles et formelles de la politique sont indissociables (la violence est « un moyen de faire de la politique par d’autres moyens », p. 125).

Conclusion

23Notre démarche a consisté à réinscrire le fonctionnement du service de propreté urbaine de la ville de Palerme dans l’exercice du gouvernement local pour montrer que l’informalité est un levier à part entière de l’action municipale. Loin de constituer une subversion des institutions publiques, elle contribue au contraire à leur déploiement.

24L’informalité irrigue non seulement les relations sur le plan horizontal (entre les élites politiques et économiques) mais également sur le plan vertical (entre les élites d’un côté et les citadins et les corps intermédiaires de l’autre). Cette informalité prégnante à la fois dans le « haut », dans le « bas » et entre le « haut et le bas » de la société urbaine contribue à l’articulation de ses différentes composantes et à l’existence d’un ordre politique local, c’est-à-dire d’institutions suffisamment stables et structurantes pour assurer la circulation des ressources économiques et politiques capables de garantir la reproduction des groupes de pouvoir et la stabilité des positions occupées dans l’espace social.

Haut de page

Bibliographie

ALLUM P., 1975, Potere e società a Napoli nel dopoguerra, Turin, Einaudi.

AL SAYYAD N., ROY A., 2004, Urban informality : crossing borders, in ROY A., AL SAYYAD N. (dir.), Urban informality. Transnational perspectives from the middle east, latin america and south asia, Oxford, Lexington Books, p. 1-6.

AUYERO J., MAHLER M., 2011, Relations occultes et fondements de la violence collective, Politix, n°53, p. 115-139.

AZZOLINA L., 2009a, Governare Palermo. Storia e sociologia di un cambiamento mancato, Rome, Donzelli.

AZZOLINA L., 2009b, Palermo : dopo i leader, i partiti, in BURRONI L. (ed.), Città metropolitane e politiche urbane, Florence, Firenze university press, p. 125-140.

BANFIELD E., 1958, The Moral Basis of a Backward Society, Chicago, The Free Press Glencoe.

BAYAT A., 1997, Un-civil society : the politics of the ‘informal people’, Third world quarterly, n°1, p. 53-72.

BRANCACCIO L., 2012, Dall’assistenza fiscale al consenso elettorale, Il Mulino, n°2, p. 262-271.

BRIQUET J.-L., 1995, Les pratiques politiques « officieuses ». Clientélisme et dualisme politique en Corse et en Italie du Sud, Genèses, n°20, p. 73-94.

BRIQUET J.-L., SAWICKI F. (dir.), 1998, Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF.

CANNAROZZZO T., 2000, Palermo : mezzo seccolo di trasformazioni, Archivio di studi urbani e regionali, n°67, p. 101-139.

CASTELLS M., PORTES A., 1989, World underneath : the origins, dynamics and effects of the informal economy, in PORTES A., CASTELLS M., BENTON L. (dir.), The informal economy. Studies in advanced and less developed countries, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, p. 11-37.

CHABAL P., DALLOZ P., 1999, L’Afrique est partie ! Du désordre comme instrument politique, Paris, Economica.

CHATTERJEE P., 2009, Politiques des gouvernés. Réflexion sur la politique populaire dans la majeure partie du monde, Editions Amsterdam.

CHAUVIN S., 2010, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago, Paris, Seuil.

CHEVALLIER J., 1995, De quelques usages du concept de régulation, in MIAILLE M. (dir.), La régulation entre droit et politique, Paris, L’Harmattan, p. 71-93.

CHUBB J., 1982, Patronage, power, and poverty in southern Italy. A tale of two cities, Cambridge, Cambridge University Press.

COCO A., FANTOZZI P., 2013, Crisi della legalità e pratiche neopatrimoniali, Sociologia del lavoro, n°131, p. 37-56.

COMAROFF J.L., COMAROFF J. (dir.), 2006, Law and disorder in the postcolony, Chicago, The university of Chicago Press.

DELLA PORTA D., 1992, Lo scambio occulto. Casi di corruzione politica in Italia, Bologne, Il Mulino.

DE SOTO H., 1994, L’autre sentier. La révolution informelle dans le Tiers-Monde, Paris, La Découverte.

DOLCI D., 1956, Inchiesta a Palermo, Torino, Einaudi Editore. (trad. Française : Enquête à Palerme).

EYMERI J.-M., 2001, La fabrique des énarques, Paris, Economica.

FANTOZZI P., 1993, Politica, clientela e regolazione sociale. Il Mezzogiorno nella questione politica italiana, Soveria Mannelli, Rubbettino.

FANTOZZI P., 2012 Introduzione, in COSTABILE A., FANTOZZI P. (éd.), Legalità in crisi. Il rispetto delle regole in politica e in economia, Rome, Carocci, p. 11-44.

FARINELLA D., 2013, Tra formale ed informale. Lavoro precario e strategie di sussistenza nel Mezzogiorno, Etnografia e ricerca qualitativa, n°1, p. 13-34.

FAWAZ M., 2007, Apogée et déclin d’une nouvelle classe de citadins : les lotisseurs dans une banlieue irrégulière de Beyrouth, in BERRY-CHIKHAOUI I., DEBOULET A., ROULEAU-BERGER L. (dir.), Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, p. 223-241.

FELICE E., 2013, Perché il Sud è rimasto indietro, Bologne, Il Mulino.

FONTAINE L., WEBER F. (dir.), 2011, Les paradoxes de l’économie informelle. A qui profitent les règles ?, Paris, Khartala.

FOURCHARD L., BEKKER S., 2013, Governing Cities in Africa, Politics and Policies, Pretoria, HSRC Press.

GREST J., BAUDOUIN A., BJERKLI C., QUÉNOT-SUAREZ H., 2013, The politics of solid-waste management in Accra, Addis Ababa, Maputo and Ouagadougou : different cities, similar issues, in FOURCHARD L., BEKKER S. (dir.), Governing Cities in Africa, Politics and Policies, Pretoria, HSRC Press, p. 117-144.

GRIBAUDI G., 1990, A Eboli. Il mondo meridionale in cent’anni di trasformazioni, Venise, Marsilio Editori.

HELMKE G., LEVITSKY S., 2004, Informal institutions and comparative politics : a research agenda, Perspectives on politics, n°4, p. 725-740.

JAGLIN S., 2005, Services d’eau en Afrique subsaharienne. La fragmentation urbaine en question, Paris, CNRS Editions.

JAGLIN S., 2012, Services en réseaux et villes africaines : l’universalité par d’autres voies ?, L’espace géographique, n°1, p. 51-67.

JOUNIN N., 2009, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte.

LA SPINA A., 2005, Mafia, legalità debole e sviluppo del Mezzogiorno, Bologne, Il Mulino.

LA SPINA A., 2006, Le politiche per il Mezzogiorno e la lezione weberiana, Sociologia del lavoro, n°169, p. 69-80.

LAUTIER B., 2004, L’économie informelle dans le Tiers-Monde, Paris, La Découverte.

LAUTIER B., DE MIRAS C., MORICE A., 1991, L’État et l’informel, Paris, L’Harmattan, 220 p.

LEDENEVA A., 2007, Informal networks in post-communist economies : a topographical map, in LAHUSEN T. et SOLOMON P.H. (dir.), What is Soviet Now? Identities, Legacies, Memories, Berlin, Lit Verlag, p. 57-77,

LE GALL L., OFFERLÉ M., PLOUX F., 2012, La politique sans en avoir l'air : Aspects de la politique informelle XIXe-XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

MATTINA C., 2007, La transformation des politiques clientélaires de redistribution. Nouvelle gestion urbaine et pratiques politiques à Marseille et à Naples, Politiques et management public, n°1, p. 1-18.

MCFARLANE C., WAIBEL M., 2012, Urban informalities : reflections on the formal and informal, Londres, Ashgate.

MCFARLANE C., 2012, Rethinking informality : politics, crisis and the city, Planning theory and practice, n°1, p. 89-108.

MINGIONE E., 1983, Urbanizzazione, classi sociali, lavoro informale, Milan, Franco Angeli.

MINGIONE E., 2009, Economia e economia informale, Sociologia del lavoro, n°113, p. 38-42.

PUTMAN R., 1993 Making democracy work. Civic traditions in modern Italy, Princeton, Princeton university press.

RIOLO C., 2012, Centralità del Mezzogiorno e classi dirigenti nel sistema economico e politico italiano : uno schema interpretativo, in LA SPINA A., RIOLO C. (dir.), Il mezzogiorno nel sistema politico italiano. Classi dirigenti, criminalità organizzata, politiche pubbliche, Milan, Franco Angeli, p. 71-108.

RITAINE E., 1994, Italie : territoires au bord de la crise politique, in BALME R., GARRAUD P., RITAINE E., HOFFMANN-MARTINOT V. (dir.), Le territoire pour politique : variations européennes, Paris, L’Harmattan, p. 115-159.

ROY A., 2005, Urban informality : toward an epistemology of planning, Journal of the american planning association, n°2, p. 147-158.

ROY A., 2009, Why India cannot plan its cities : informality, insurgency and the idiom of urbanization, Planning theory, n°1, p. 76-87.

SANTINO U., LA FIURA G., 1990, L’impresa mafiosa. Dall’Italia agli Stati Uniti, Milan, Franco Angeli.

SANTOS M., 1975, L’espace partagé. Les deux circuits de l’économie urbaine des pays sous-développés, Paris, Génin – Librairies techniques.

SCAMUZZI S., 1996, Illegalità e neopatrimonialismo, in SCAMUZZI S. (éd.), Italia illegale, Turin, Rosenberg & Sellier, p. 9-24.

SCIARRONE R. (éd.), 2011, Alleanze nell’ombra. Mafie ed economie locali in Sicilia e nel Mezzogiorno, Donzelli.

SCOTT J., 2013, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil.

TARROW S., 1977, Between center and periphery : grassroots politicians in Italy and France, New Haven, Yale University Press.

TRIGILIA C., 1994, Sviluppo senza autonomia. Effetti perversi delle politiche nel Mezzogiorno, Bologne, Il Mulino.

TRIGILIA C., 1998, Il Sud in mezzo al guado, Meridiana, n°31, p. 89-98.

TRIGILIA C., 2012, Non c’è Sud senza Nord : perchè la crescita dell’Italia si decide nel Mezzogiorno, Bologne, Il Mulino.

VITALE T., 2013, Introduzione. Governare il welfare locale attraverso la programmazione in una fase di austerità, in POLIZZI E., TAJANI C., VITALE T. (éd.), Programmare i territori del welfare. Attori, meccanismi ed effetti, Rome, Carocci, p. 17-52.

YIFTACHEL O., 2009, Critical theory and ‘gray space’. Mobilization of the colonized, City, n°2-3, p. 240-256.

Haut de page

Notes

1 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche collectif intitulé INVERSES (Informalité, pouvoirs et envers des espaces urbains) qui bénéficie d’un financement de la Mairie de Paris (programme Emergences).

2 Toutes les traductions vers le français sont de l’auteur. Sur les relations d’intérêts entre ces entrepreneurs et les autorités en place, voir : Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno della mafia in Sicilia. Relazione sulle risultanze acquisite sul comune di Palermo, 1972 (presidente : Francesco Cattanei).

3 Tribunale di Palermo, IIIa sezione penale, Sentenza n° 2645/90 del 20 luglio 1990 contro Ciancimino Vito + 10.

4 Ibid.

5 La DC gouverne sans interruption l’Italie de 1945 à 1994. Le scandale Tangentopoli bouleverse en profondeur le paysage politique italien, entraînant notamment la disparition du parti démocrate-chrétien. La DC sicilienne est jusqu’à la fin des années 1960 dominée par le courant fanfanien en référence à son leader Amintore Fanfani puis par le courant animé par Giulio Andreotti.

6 Sur l’histoire de la DC à Palerme, voir : Judith Chubb, 1982, Patronage, power, and poverty in southern Italy. A tale of two cities, Cambridge, Cambridge University Press.

7 Procura della Repubblica presso il tribunale di Palermo, Direzione distrettuale antimafia, Esposizione introduttiva del pubblico ministero nel processo penale n. 3538/94 N.R., instaurato nei confronti di Giulio Andreotti, Palermo, 1994.

8 Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno della mafia in Sicilia, IX legislatura, Documentazione allegata alla relazione conclusiva, Volume 4, Tome 28, Rome, 1985.

9 Ibid.

10 Parmi les prérogatives de ces chefs de secteurs figurent le versement du salaire, la possibilité de pratiquer des retenues sur le salaire suite à l’application de sanctions, la répartition des heures supplémentaires et l’affectation du personnel sur le terrain. Revue de presse : L’Unità, 14/07/1976 ; L’Unità 15/07/1976.

11 Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno della mafia in Sicilia, IX legislatura, Documentazione allegata alla relazione conclusiva, Volume 4, Tome 28, Rome, 1985, p. 86.

12 Ibid., p. 91.

13 Entretien du 24 octobre 2014 avec Giuseppe Di Lello, ancien magistrat et ancien conseiller municipal de la ville de Palerme.

14 Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno della mafia in Sicilia, VIII legislatura, Documentazione allegata alla relazione conclusiva, Volume 4, Tome 6, Rome, 1985.

15 Delibera del Consiglio comunale n°553 du 14 décembre 1968. Romolo Vaselli est écarté de ce service mais demeure malgré tout impliqué dans la vie économique palermitaine. Il est le prête-nom local de Vito Ciancimino et continuera pour le compte de celui-ci à remporter des marchés publics via ses sociétés.

16 Revue de presse : L’Unità, 06/08/1975 ; L’Unità, 08/10/1975 ; L’Unità, 26/05/1976 

17 Entretien du 22 avril 2014 avec Dionisio Giordano, secrétaire régional du syndicat FIT-CISL-Ambiente (syndicat arrivé en tête lors des élections professionnelles des 26 et 27 novembre 2013 au sein de la société AMIA).

18 Dans son travail consacré aux cultures professionnelles dans le domaine de la santé (les maternités et les sages- femmes) et des activités de contrôle régalien (les douanes et leurs agents), Jean-Pierre Olivier de Sardan observe les écarts entre les règles censées régir l’exercice de ces deux professions et leur fonctionnement « réel » sur le terrain ; des écarts qui le conduisent à mettre en évidence l’existence de « normes pratiques », c’est-à-dire des règles du jeu tacites et informelles qui organisent le comportement des acteurs dans l’espace social.

19 LSU pour Lavoratori socialmente utili (Travailleurs socialement utiles).

20 Commissione parlamentare di inchiesta sulle attività illecite connesse al ciclo dei rifiuti, Relazione territoriale sulle attività illecite connesse al ciclo dei rifiuti nella regione Siciliana, Rome, 2010 (Relatori : Gianpiero De Toni, Giovanni Fava).

21 1 500 salariés pour l’AMIA et 900 salariés pour l’AMIA-Esseme.

22 CPM : Commissione parlamentare di inchiesta sulle attività illecite connesse al ciclo dei rifiuti, Relazione territoriale sulle attività illecite connesse al ciclo dei rifiuti nella regione Siciliana, Rome, 2010 (Relatori : Gianpiero De Toni, Giovanni Fava). Cet endettement est également provoqué par les défaillances de paiement constatées auprès des communes desservies par la société AMIA.

23 Entretien du 21 avril 2014, Antonella Monastra, conseillère municipale de Palerme.

24 Les sociétés de service (dans le domaine de la gestion de l’eau et du gaz, du traitement des déchets, des transports publics, etc.), dans lesquelles la municipalité de Palerme possède une participation supérieure à 51% emploient quelque 7 600 personnes tous statuts confondus, soit autant que le nombre d’employés municipaux.

25 Città di Palermo, 2014, Informazioni statistiche. 15° Censimento generale della popolazione Condizione professionale e non professionale della popolazione residente.

26 Cela se traduit par un vote clientélaire fortement concentré sur le territoire, là où les nouveaux entrepreneurs politiques et les centres de services sont implantés, alors qu’auparavant le vote clientélaire possédait une distribution plus dispersée à l’échelle du territoire municipal en fonction des relais dont disposait le patron.

27 Entretien du 21 avril 2014, Antonella Monastra, conseillère municipale de Palerme.

28 Entretien du 21 octobre 2014, cadre dirigeant de la société AMIA S.p.A.

29 Istanza autorizzazione proposta di concordato, AMIA s.p.a. – AMIA Esseme s.r.l., 3a stesura del 29/10/2012.

30 Edward Banfield fait de la famille la cause principale des écarts de développement politique et économique constatés entre le Nord et le Sud de la péninsule. Le « familisme amoral » fait référence à un comportement qui vise à faire primer les intérêts du groupe familial, plaçant les individus dans l’incapacité d’agir collectivement pour la poursuite du bien commun. Ce comportement dominé par les solidarités familiales favorise selon Edward Banfield la personnalisation de la politique, alimente le clientélisme et influe sur le fonctionnement des institutions publiques.

31 Si le niveau de vie des populations méridionales a cru grâce aux transferts de fonds publics et à une politique de type assistanciel, l’offre en matière de services collectifs est restée de faible qualité et le développement économique limité en raison de la corruption politique et des pratiques néopatrimoniales des élites. Les transferts de fonds publics n’ont pas assuré un effet d’entraînement faute de rencontrer sur le terrain des conditions favorables.

32 Robert Putman explique le différentiel de rendement politique et économique des régions italiennes par le capital social disponible : la faiblesse du sens civique (incivicness) dans une communauté encourage ses membres à rechercher des relations personnalisées avec les élus, favorise un développement économique fondé sur la redistribution des ressources publiques et fait obstacle à l’esprit d’entreprise ; un sens civique développé (civicness) induit à l’inverse de meilleures performances institutionnelles et économiques grâce notamment à la prégnance de l’idéal d’égalité et du sens de l’engagement pour le bien commun. L’histoire constitue pour Robert Putman un facteur déterminant pour rendre compte de l’inégale dotation des territoires en capital social, lui permettant de mettre en évidence l’existence d’une « tradition civique » dans les régions du Nord de la péninsule.

33 La faible crédibilité des institutions publiques fait obstacle au développement des territoires. Les difficultés des autorités à faire respecter le cadre légal ou l’application discrétionnaire de celui-ci favorisent le contournement de l’Etat et de ses règles. Le sentiment d’incertitude alimenté par le fonctionnement des institutions et la difficulté à anticiper poussent les acteurs économiques à limiter la prise de risques, à faire des choix qui ont des impacts négatifs pour la société (évasion fiscale, travail non déclaré, etc.) et à adopter des méthodes qui altèrent le fonctionnement du marché (corruption, violence pour disqualifier un concurrent). Les jeux de contournement alimentent un processus d’affaiblissement du principe de légalité comme norme de référence commune.

34 Les « institutions inclusives » sont des institutions qui encouragent les individus à faire preuve d’engagement et d’initiative notamment dans le domaine entrepreneurial, contribuant ainsi au développement social et économique des territoires. Les « institutions extractives » désignent des institutions soumises à une exploitation de type rentière de la part de ses membres, dont les bénéfices profitent à une minorité. Les « institutions extractives » perdurent dans un contexte de faible croissance économique. Emanuele Felice réinscrit la situation du Mezzogiorno dans l’histoire politique de la péninsule et soutient l’hypothèse selon laquelle les « institutions extractives » sont plus développées au Sud qu’au Nord parce qu’elles sont un héritage du mode de fonctionnement du régime des Bourbons.

35 Dès les années 1990, Bruno Lautier, Claude de Miras et Alain Morice montrent que parler d’informalité conduit à questionner l’Etat et le fonctionnement de l’Etat (Lautier et al., 1991).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le service de propreté urbaine de Palerme de 1949 à 2013
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9878/img-1.png
Fichier image/png, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrizio Maccaglia, « Les ressorts informels du gouvernement local : l’action municipale officieuse à Palerme », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 251-261.

Référence électronique

Fabrizio Maccaglia, « Les ressorts informels du gouvernement local : l’action municipale officieuse à Palerme », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 26 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9878 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9878

Haut de page

Auteur

Fabrizio Maccaglia

Université François Rabelais UFR Droit Economie et Sciences sociales Département de géographie 50, avenue Jean Portalis 37000 Tours UMR CITERES, Equipe CoST (Construction politique et sociale des territoires) fabrizio.maccaglia@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org