Navigation – Plan du site
articles
La nature en question

La balade en forêt, une pratique à risque ? Exemple de la borréliose de Lyme en forêt de Sénart (Île-de-France)

Does walking in the forest involve risk? The example of Lyme borreliosis in the Sénart forest (Ile-de France)
Christelle Méha
p. 217-227

Résumés

En prenant la forêt comme espace-laboratoire pour l’exploration des liens entre nature et santé, l’idée dominante selon laquelle la forêt exerce une influence positive sur la santé est débattue. Si nous ne rejetons pas ses bienfaits, il convient cependant d’en nuancer la vision en insistant sur les impacts négatifs de l’écosystème forestier sur la santé. Attaché à traduire cette réalité complexe, cet article se penche sur l’exemple de la borréliose de Lyme, maladie transmise par des tiques, et apporte des clefs de compréhension pour l’évaluation des expositions des populations aux tiques. Il entend ainsi contribuer à l’amélioration de la santé des populations en offrant un cadre de réflexion et d’actions pour renforcer la prise en compte du risque sanitaire en forêt.

Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciements

L’auteur tient à remercier Jean-Paul Amat et Vincent Godard pour leurs précieuses relectures et leurs judicieux conseils sur le contenu de cet article.

Financements

Cette recherche est le fruit d’une action soutenue par la Région Île-de-France dans le cadre d’un contrat « Partenariats Institutions Citoyens Pour la Recherche et l’Innovation » (PICRI) et d’une réponse à un appel à projet validée par le GIS « Réseau National des Maison des Sciences de l’Homme ».

Texte intégral

Introduction

1Les questions de la relation de la société au risque, de celle des hommes à la nature se posent dans un contexte de prise en compte grandissante des problématiques de l’environnement. Cette thématique exprimée à différentes échelles s’observe particulièrement dans les espaces forestiers périurbains, qui, du fait de leur fréquentation massive et de l’extrême variété des pratiques qui s’y exercent, sont considérés comme des lieux privilégiés de loisirs et de détente. Si les forêts sont reconnues pour leurs bienfaits et les nombreux services écosystémiques qu’elles rendent aux sociétés (Millennium Ecosystem Assessment, 2005), les possibles effets négatifs de la forêt sur l’homme ne doivent pas être négligés. A cet égard, la présence d’habitats favorables aux populations de tiques peut engendrer une problématique de santé publique aux abords des villes. Cette problématique, relativement nouvelle, complexe et aux contours encore flous, se rapporte à la borréliose de Lyme, maladie qui est restée longtemps méconnue jusqu’à sa reconnaissance tardive à la toute fin des années 1970, et qui a tendance, depuis quelques années, à s’urbaniser en se rapprochant des grandes agglomérations urbaines. Ce déploiement spatial de la maladie aux abords des grandes villes – parfois même dans la matrice urbaine – pourrait aboutir à une recrudescence des cas constatés par les praticiens de santé. Afin de renforcer la prévention contre cette maladie, et devant l’inefficacité de certaines stratégies de lutte contre son vecteur, un des moyens les plus efficaces consiste à déterminer les options de contrôle possibles pour réduire l’exposition humaine à la borréliose de Lyme. La démarche adoptée dans cet article impose de revenir au préalable sur l’éco-épidémiologie de la borréliose de Lyme avant d’envisager les méthodes d’évaluation des expositions aux populations de tiques, à la lumière des possibilités multiscalaires de rencontre avec le vecteur.

La maladie et ses aspects éco-épidémiologiques

2Principale pathologie transmise par les tiques, la borréliose de Lyme fait, chaque année, plusieurs dizaines de milliers de victimes à travers le monde. Or, bien qu’elle soit de plus en plus fréquente et répandue sous nos latitudes, cette maladie reste encore confidentielle comme en témoigne son absence des atlas de la santé (Vaillant et Salem, 2008 ; Salem, Rican et Jougla, 2000) ou des dossiers thématiques de géographie de la santé (Chasles, 2012). Paraît alors nécessaire de faire un point sur ses aspects éco-épidémiologiques tant la compréhension de ses dynamiques et de ses enjeux revêt une importance primordiale pour la suite de notre exposé.

Une maladie d’importance mondiale

3Affectant les articulations, la peau et le système nerveux, la borréliose de Lyme est une maladie infectieuse, mais non contagieuse, due à des espèces de Borrelia burgdorferi sensu lato (sl) pouvant être transmise à l’homme par des piqûres de tiques infectées par ce complexe bactérien. Tirant son nom de la petite ville de Lyme, Connecticut (Etats-Unis), où de nombreux cas ont été recensés vers le milieu des années 1970, elle est actuellement la maladie à transmission vectorielle la plus fréquente sur l’ensemble de son aire de diffusion. Sa distribution géographique apparaît étroitement liée à celle de son vecteur, une tique du genre Ixodes, dont la répartition s’étend du Japon à l’Amérique du Nord et de la Scandinavie à l’Afrique du Nord (fig. 1).

Figure 1 : Répartition mondiale des foyers naturels de borréliose de Lyme

Figure 1 : Répartition mondiale des foyers naturels de borréliose de Lyme

Ward et Brown, 2004

4Avec plus de 30 000 cas en 2009 (CDC, 2011) et près de 85 000 cas incidents (Lindgren et Jaenson, 2006), les Etats-Unis et l’Europe sont les principaux foyers d’endémie. Aux Etats-Unis, où elle est devenue un véritable problème de santé publique, cette maladie fait l’objet d’une surveillance épidémiologique attentive depuis trois décennies. Bien que la borréliose de Lyme touche aussi la Côte Ouest, 95% des cas incidents sont recensés dans le nord-est où elle a été identifiée pour la première fois. Des différences sont aussi observées dans les taux d’incidence outre-Atlantique. A cette échelle, une mise en garde s’impose car, dans la plupart des pays européens, la déclaration des cas n’est pas rendue obligatoire, exceptés dans certains pays d’Europe du Nord et centrale. Lorsqu’elles existent, les données sont principalement issues des laboratoires de diagnostic ou proviennent d’enquêtes épidémiologiques ponctuelles réalisées auprès de médecins volontaires. Si certains pays européens disposent d’une surveillance épidémiologique, les différences de méthodes (et les biais introduits par celles-ci) rendent les comparaisons difficiles. En dépit de ces problèmes, il semble acquis que le taux d’incidence en Europe croît d’ouest en est (Lindgren et Jaenson, 2006) : de 0,04 cas pour 100 000 habitants au Portugal jusqu’à 206 cas en Slovénie, pays qui déclare actuellement la plus forte incidence (fig. 2).

Figure 2 : Incidence de la borréliose de Lyme dans plusieurs pays européens

Figure 2 : Incidence de la borréliose de Lyme dans plusieurs pays européens

5En France, l’incidence est mal connue car la maladie ne figure pas parmi la liste des trente-et-une affections à déclaration obligatoire dans notre pays. Les rares estimations situent aux alentours de 5 500 le nombre de nouveaux cas annuels de borréliose de Lyme, soit une incidence moyenne évaluée à 9,4 cas pour 100 000 habitants, selon une enquête menée, de façon prospective, entre mai 1999 et avril 2000, à partir du réseau Sentinelles (Letrillart et al., 2005). Cependant, depuis 2009, des perspectives en termes d’acquisition de nouvelles connaissances sur l’incidence semblent se dessiner avec l’inclusion de la borréliose de Lyme dans la liste des maladies surveillées par les médecins du réseau Sentinelles. Au cours de la période 2009-2011, cette surveillance a montré une diversité géographique des incidences régionales, avec une forte prédominance de cas de borréliose de Lyme dans les régions du nord-est (Alsace, Champagne-Ardenne, Franche-Comté) et du centre (Limousin) où la maladie revêt un caractère endémique (fig. 3).

6

Figure 3 : Taux moyen d’incidence de la borréliose de Lyme par région française (2009-2011)

Figure 3 : Taux moyen d’incidence de la borréliose de Lyme par région française (2009-2011)

Le vecteur au centre de l’écologie de la maladie

7La borréliose de Lyme se contracte le plus souvent en forêt ou en lisière de forêt et touche indifféremment les adultes et les enfants, particulièrement du début du printemps à la fin de l’automne, avec un pic dans la période où les tiques sont les plus actives, d’avril à juin. Les données actuelles laissent à penser que seules les tiques du groupe Ixodes ricinus assurent le rôle de vecteur principal de la borréliose de Lyme en Europe de l’ouest (Anderson et al., 1986). Caractérisée par la grande variété d’hôtes qu’elle parasite, des petits mammifères (Muridés, Sciudés…) aux plus gros (Cervidés, Suidés, Canidés…), ainsi que les oiseaux et les reptiles, lesquels sont des réservoirs variables de la bactérie, la tique I. ricinus entretient des rapports étroits avec l’environnement. Ces rapports se manifestent notamment par l’existence d’une couverture végétale adaptée qui joue un rôle important dans le maintien des conditions favorables à l’espèce. Leur biotope de prédilection est représenté par une forêt au sous-bois frais et humide où les fougères, les ronces, les arbustes bas et les graminées leur servent de support et leur assurent une hygrométrie suffisante (80 % et plus) ainsi qu’une luminosité faible (Gilot et al., 1979). Si, dans un biotope donné, le microclimat a un impact sur l’activité et la distribution des tiques, la présence d’une faune sauvage riche et variée demeure essentielle au maintien et au développement des populations d’I. ricinus. La répartition et l’abondance des populations hôtes, qui lui assurent son alimentation et sa reproduction, ont une importance majeure sur sa distribution (Pietzsch et al., 2005). De plus, les populations hôtes sont les seuls agents de dispersion de la tique dans son milieu et/ou de colonisation de nouveaux milieux par migration. A ce rôle biologique et écologique de l’animal hôte s’ajoute un rôle épidémiologique car de ces interactions avec l’hôte dépendent les conditions de transmission des différents pathogènes, particulièrement des Borrelia. De nombreuses espèces vertébrées ont été décrites comme des réservoirs potentiels du germe Borrelia mais, en raison de la fréquence élevée du parasitisme des tiques sur cet ordre, les petits rongeurs constituent le réservoir le plus important en Europe. En assurant le maintien de l’agent infectieux dans la nature, les hôtes réservoirs jouent un rôle essentiel dans la chaine épidémiologique. L’infection de la tique se fait à l’occasion d’un repas sanguin sur un hôte porteur de Borrelia (fig.4).

Figure 4 : Cycle de développement de la tique et acquisition de l’infection (d’après Talaro, 2005)

Figure 4 : Cycle de développement de la tique et acquisition de l’infection (d’après Talaro, 2005)
  • 1 L’adulte mâle ne prend pas de repas sanguin contrairement à la femelle.

8Une tique infectée par des Borrelia peut transmettre la bactérie à l’homme au repas suivant. Même s’il n’est qu’un hôte accidentel, l’homme peut être en effet parasité par les trois stases de la tique. Cependant, la stase nymphale semble être responsable du plus grand nombre d’infections chez l’homme en raison de l’importance numérique des nymphes par rapport aux adultes femelles1 (environ dix à cent fois plus), leur plus grande anthropophilie, ainsi que leur petite taille qui leur permet de passer inaperçues et de rester fixées plus longtemps. La nymphe est ainsi considérée comme la stase la plus dangereuse d’un point de vue épidémiologique.

L’homme à la rencontre du vecteur

  • 2 Pratique qui consiste à rechercher minutieusement des tiques sur tout le corps et en particulier da (...)
  • 3 Programme de recherche PICRI : « Epidémiologie de la borréliose de Lyme dans les forêts francilienn (...)

9Même si la connaissance précise de la distribution de l’espèce I. ricinus, de ses besoins écologiques, de ses rapports avec les animaux domestiques et sauvages est de première importance pour une communauté de chercheurs en épidémiologie, là ne se situe pas notre apport. Il s’agit plutôt de travailler en termes de prévention ou d’évitement de la rencontre avec un organisme vecteur. En France, on estime que 10 à 15 % des tiques sont infectées par B. burgdorferi sl même si les taux d’infection, ou de prévalence, varient en fonction des stases, des années et des sites géographiques (Gern, 2008). De ce constat, une conclusion ressort de manière évidente : l’infection n’est pas systématique après la piqûre. Mais, quelle que soit l’issue de ce duel, une rencontre entre l’homme et la tique est toujours un préalable nécessaire à la transmission de l’infection. Ainsi, le contact homme-tique représente, indifféremment du portage bactérien des tiques, un indicateur de risque auquel viennent s’ajouter des facteurs de risque (tenue vestimentaire, vitesse et efficacité de détiquage2, réceptivité individuelle au vecteur et aux agents pathogènes, etc.). La prise en considération des expositions et des facteurs de risque établit donc une étape nécessaire de l’anticipation du risque de borréliose de Lyme. Trop souvent négligé dans les études sur le vecteur, le paramètre humain, qui se caractérise notamment par des types de comportement tels que le mode de pénétration et la fréquence de visites des foyers endémiques, est une composante essentielle du risque. Cette démarche passe par l’identification de comportements à risque, c’est-à-dire toute activité ou séquence d’activités durant laquelle une personne est susceptible d’entrer en contact avec des vecteurs de maladie(s). Excepté au nord-est des Etats-Unis où le risque de borréliose de Lyme est lié à une exposition péridomestique, c’est-à-dire à l’intérieur même d’une propriété privé, la plupart des cas humains sont généralement dus à la pratique d’activités de plein air en forêt, qu’elles soient de nature professionnelle ou récréative. Car, si elle touche surtout les professionnels de la forêt (bûcherons, sylviculteurs, exploitants forestiers, gardes-chasse…), cette maladie concerne aussi tous ceux qui ont des activités de loisirs et de détente en forêt (marche à pied, jogging, cyclisme, randonnée à cheval, cueillette…). Dès lors, le processus de contamination s’articule à l’intérieur d’« espaces partagés » (Hervouët, 2003) entre populations de tiques et usagers de la forêt. Dans quelle mesure nos comportements et nos habitudes de fréquentation de l’espace forestier influent sur notre exposition ? Peut-on mettre en évidence des configurations spatiales à l’origine de l’infection ? Il convient de rechercher en quoi la structuration de l’espace forestier peut favoriser le contact entre les populations humaines et les populations de tiques. Etudier le contact homme-tique, à la fois dans l’espace et dans le temps, revient à s’intéresser à un des aspects des relations entre les sociétés et leur environnement, et ainsi, d’une manière banale mais authentique, à faire œuvre de géographe. Pour aborder cette question du contact, trois niveaux d’objectifs (voir ci-dessous) ont été identifiés pour le recueil de données de terrain. Les principaux éléments méthodologiques sont présentés à l’aide d’un exemple en forêt de Sénart (Île-de-France). Dans un contexte périurbain très marqué par la dynamique du rapport spatio-fonctionnel entre ville et forêt, la forêt de Sénart (à moins de 25 km au sud-est de Paris), site dont le nombre de visites annuelles était déjà estimé à plus de trois millions il y a 10 ans (Maresca, 2000), est particulièrement adaptée au contexte de la recherche. En point d’orgue, la survenue récente de plusieurs cas de borréliose de Lyme dans le sud-est francilien est, pour nous, l’occasion d’attirer l’attention sur le niveau de risque de contracter la maladie en Île-de-France. En effet, les informations recueillies au milieu des années 2000, dans le service des maladies infectieuses et tropicales du Centre Hospitalier Intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges (CHIV), indiquent que de nombreux médecins généralistes exerçant en périphérie de la forêt de Sénart ont constaté, sans toutefois l’avoir objectivée, une recrudescence du nombre de piqûres de tiques et de cas de borréliose de Lyme. Une raison qui justifie que cette forêt soit considérée comme pilote dans le cadre d’un programme de recherche PICRI financé par la région Île-de-France3.

Méthodes d’évaluation des expositions aux populations de tiques

10Destinée à cibler les actions de prévention et de lutte contre la maladie, la cartographie des zones à risque exige une connaissance fine du territoire et des enjeux qui s’y expriment. Au-delà de la spatialisation de l’aléa, cette démarche portant sur l’évaluation des expositions des populations aux tiques considère la manière dont un individu accroît son exposition à l’aléa en se focalisant sur ses pratiques et ses habitudes de fréquentation de l’espace forestier.

Spatialisation des habitats préférentiels des tiques

11Afin d’étudier la distribution à grande échelle des populations de tiques dans le massif de Sénart, un plan d’échantillonnage aléatoire stratifié a été adopté pour tenir compte de la diversité écologique du massif. Le massif a été découpé en unités homogènes en prenant comme variable de stratification le type de station forestière. Comme l’échantillonnage stratifié permet d’explorer tout l’éventail des stations forestières, y compris celles de surface restreinte qui auraient été probablement éliminées par un échantillonnage de type aléatoire, le plan d’échantillonnage sélectionne les unités primaires au moyen d’une grille à mailles régulières carrées et fixes (100 m x 100 m) superposée à la surface forestière. Après un nombre représentatif de placettes, tiré au sort de façon indépendante et proportionnelle à l’importance de la strate dans la population, les collectes ont été effectuées selon la méthode classique dite du « drapeau » ou de la « drague » (fig. 5).

Figure 5 : Etapes de la collecte des tiques en phase libre

Figure 5 : Etapes de la collecte des tiques en phase libre

Nota bene : Les clichés ci-dessus illustrent les étapes de la collecte de tiques selon la méthode classique dite « du drapeau » ou « de la drague ».5A - Passage du drapeau en sous-bois. Le collecteur imprime un rythme lent pour permettre l’accrochage des tiques sur le tissu ; 5B - Vérification minutieuse du drapeau après chaque relève. Il faut attendre quelques secondes pour voir apparaître les tiques à la surface du tissu ; 5C - Prélèvement des tiques (uniquement les nymphes et les adultes) sur le drapeau à l’aide d’une pince fine.

12Au total, dix relèves de drapeau ont été effectuées par placette donnant une surface étudiée de 100 m² par placette. Les passages du drapeau ont été effectués dans des zones accessibles, le plus souvent en lisière de forêt ou le long de sentiers balisés de randonnées pédestres ou cyclistes. Afin de prendre en compte la variabilité interannuelle des populations de tiques, les collectes se sont déroulées durant les mois d’avril, mai et juin, et ce, pendant trois années consécutives (2008, 2009, 2010). Le nombre total de tiques collectées sur l’ensemble des placettes a été pris en compte dans les calculs de densité de tiques, ceci de façon à obtenir des données représentatives de la distribution sur l’ensemble de la forêt.

Analyse de la fréquentation et des itinéraires des usagers

13Afin de nous renseigner sur les caractéristiques générales de la population fréquentant le massif forestier de Sénart, des enquêtes portant sur la population des promeneurs, âgées de 18 ans et plus, ont été réalisées sur plusieurs week-ends au cours de 2010. Ces enquêtes ont été effectuées à différentes périodes de l’année favorables à l’activité des populations de tiques et aux activités ludiques en forêt. Une attention particulière a été consacrée à la prise en compte du temps passé au sein de la forêt, du nombre de pauses réalisées mais aussi des comportements « à risque », c’est-à-dire susceptibles d’accroître l’exposition vis-à-vis des tiques. Sur le plan spécifique, les usagers ont été interrogés sur leur itinéraire de promenade réalisé le jour même de l’enquête. Au terme de leur visite, nous leur avons demandé de tracer sur une carte papier l’itinéraire qu’ils avaient effectué. La figure 6 est un exemple de cumuls de 197 trajectoires échantillon au départ de cinq parkings.

Figure 6 : Intensité de fréquentation en nombre de passages par tronçon

Figure 6 : Intensité de fréquentation en nombre de passages par tronçon
  • 4 Afin de rendre la carte plus lisible et éviter que le lecteur ait l’impression qu’une proportion si (...)

14La montée en valeur du gris clair vers le gris foncé permet de comparer les zones de faible ou de forte fréquentation, et de constater que, sur cet échantillon, très peu de visiteurs ont quitté les sentiers4. Il est en effet surprenant de constater la faiblesse des cheminements « hors-pistes ». Si l’on considère que le déplacement dans un espace forestier n’est pas soumis aux mêmes contraintes que dans l’espace urbain, il est possible que notre enquête ait été légèrement biaisée par une sous-déclaration des sorties de piste. Même si rien ne permet d’affirmer que notre mode d’enquête, par cartographie a posteriori, est en cause dans cette sous-estimation des parcours en dehors des sentiers, nous avons estimé que d’autres façons de recueillir l’information devaient être pensées. Sachant que deux modes de navigation sont possibles, c’est-à-dire le mode « suivre un chemin » et le mode « évitement d’obstacle » (Haddad, 2009), nous avons comptabilisé, par observation directe, le nombre d’usagers qui quittaient certains chemins (très fréquentés) pour pénétrer dans le sous-bois.

Accessibilité du sous-bois et présence d’attracteurs paysagers

15Si ces enquêtes ont permis de décrire précisément les caractéristiques sociodémographiques, les lieux fréquentés et les comportements des promeneurs au sein du massif de Sénart, il convient de rechercher en quoi la structuration de l’espace forestier peut favoriser le contact entre populations humaines et populations de tiques. Sachant que le massif de Sénart fait l’objet depuis plusieurs décennies d’un aménagement interne et périphérique prenant en compte son accessibilité et sa fréquentation (Moigneu, 2005), la mise en évidence de contacts entre les « parcours forestiers » des usagers de la forêt et les secteurs « à tique » est susceptible de dévoiler les problèmes d’aménagements destinés à l’accueil du public. A cet égard, le traitement des lisières internes et externes par le gestionnaire forestier peut favoriser le contact homme-tique ou, au contraire, l’atténuer. Plus la lisière est claire, plus son franchissement en sera aisé. Inversement, une lisière très dense rendra l’accessibilité au sous-bois impossible ou, du moins, plus délicate.

 Figure 7 : Accessibilité du sous-bois à proximité du carrefour de Montgeron (au nord du massif)

 Figure 7 : Accessibilité du sous-bois à proximité du carrefour de Montgeron (au nord du massif)

La forêt, un territoire du risque

16La prise en compte des vulnérabilités sociétales face au risque sanitaire environnemental repose sur des options méthodologiques qui invitent à croiser données naturalistes et données sociales. Légitimés par la diversité des thèmes et des questions abordés dans ce travail, ces choix méthodologiques ont été envisagés dans leurs apports respectifs afin de penser la forêt en territoire du risque. Cette lecture du risque revient à s’intéresser à l’étude des comportements humains qui, associés à la mobilité et l’organisation de l’espace forestier, conduisent l’individu à se porter à la rencontre du vecteur.

Le sous-bois, un « espace partagé »

17Cette section apporte des clefs de compréhension pour l’évaluation des expositions des populations aux tiques. Elle s’intéresse aux contacts entre les itinéraires fréquentés par les usagers et les secteurs infestés par les tiques. Afin de spatialiser ces contacts, la figure 8 visualise les densités de tiques (à partir des nymphes d’I. ricinus) et les flux de déplacement (à partir des itinéraires agrégés) dans le massif forestier de Sénart

Figure 8 : Cartographie des zones à risque en forêt de Sénart

Figure 8 : Cartographie des zones à risque en forêt de Sénart

18L’examen de cette carte conduit à deux remarques : la fréquentation se concentre plus dans la partie centrale du massif que dans sa périphérie, où elle est diffuse ; les secteurs à plus fortes densités de tiques (supérieures à 140 nymphes/100 m²) sont en périphérie du massif alors que les densités les plus faibles (inférieures à 20 nymphes/100 m²) s’observent au centre. Ainsi, les tronçons les plus fréquentés, à l’exception de ceux situés à proximité du carrefour de l’Ermitage et de la Faisanderie, se situent surtout en dehors des secteurs où les densités de tiques sont les plus élevées. A petite échelle, deux gradients antagonistes apparaissent : celui des flux de déplacement, qui s’accroît de la périphérie vers le centre du massif, et celui des densités de tiques, qui s’accroît du centre vers la partie périphérique. Or on ne peut se satisfaire de cette seule échelle d’analyse, car le contact entre hommes et tiques dépend des cheminements en dehors du réseau viaire, même si nous avons collecté des spécimens de tiques sur les bermes des chemins. Nous avons alors comptabilisé les parcours en sous-bois : 11,2 kilomètres ont été effectués par 25 usagers en dehors des routes, allées et sentiers, sur un total de 1 374,2 kilomètres parcourus par l’ensemble des usagers (197 usagers au total). Si ce nombre peut apparaître bien faible au regard de l’ensemble des parcours effectués dans le massif, il convient de remarquer que le gestionnaire forestier tend à limiter ces déplacements en sous-bois en canalisant le public sur des dispositifs linéaires qui offrent une séquence d’ambiances aussi diversifiée que possible (Moigneu, 2005). Néanmoins, un peu plus de cinq kilomètres de parcours en sous-bois ont été effectués dans les secteurs à fortes densités de tiques. Certains parcours sont réalisés à proximité des parkings implantés en périphérie du massif. Nous observons, en effet, que des usagers ont quitté les chemins pour pénétrer dans le sous-bois à proximité notamment du parking de Quincy (au sud-est du massif). Ce parking se situe dans un secteur à forte densité de tiques. Si la carte met en évidence des zones iso-potentielles vis-à-vis du vecteur, deux autres parkings d’enquête (à l’ouest et au sud du massif) se situent aussi dans des zones à risque, à la différence des parkings au nord du massif qui sont, eux, plus épargnés. Or le principe du zonage en forêt implique que les aires destinées à l’accueil du public soient situées en périphérie du massif. De fait, les équipements ponctuels et linéaires à même de répondre aux aspirations et aux besoins du public sont ici localisés dans des zones à risque. L’étude paysagère menée aux abords de ces parkings montre que les lieux où les usagers ont quitté les chemins étaient aménagés de telle sorte que l’accès au sous-bois était facilité. Evaluant les conditions de cheminement dans le massif, l’indicateur – le gradient d’accessibilité – sur lequel s’appuient ces résultats s’attache aux possibilités pour l’usager de s’affranchir du réseau viaire. Ce faisant, une caractérisation des segments de lisières internes, matérialisés par le passage d’une infrastructure linéaire, a permis de remarquer que les lisières favorisent une plus grande porosité des milieux.

La lisière, interface poreuse

19Exploité et ouvert au public, le massif forestier de Sénart est traversé par de nombreuses routes et allées forestières qui facilitent la progression et/ou le cheminement. Ces infrastructures linéaires sont le plus souvent bordées, en lisière, par une bande de végétation, de largeur, de composition et de structure variées, qui crée une transition douce avec le peuplement forestier. Qu’elle délimite une forêt ou un peuplement donné dans une forêt, la lisière constitue, de par sa position d’interface, un milieu très riche qui joue un rôle essentiel dans la protection et la conservation de la biodiversité, le maintien des services écosystémiques et la gestion durable des ressources naturelles. Mais c’est aussi une « entité visuelle qu’il convient de traiter en tant que telle », énonce Peter Breman (2005), qui eut en charge la mission paysage de l’ONF. Guidé par une approche paysagère, le gestionnaire forestier entend favoriser la découverte progressive du milieu forestier en alternant les séquences visuelles qui accentuent et celles qui referment les vues sur le paysage environnant. Ces techniques sylvo-paysagères appliquées aux lisières sont propres à encourager ou à dissuader la pénétration dans les sous-bois. Ainsi, selon qu’elle est claire (ouverte) ou compacte (fermée), la lisière favorise ou, au contraire, atténue le contact homme-tique. Si le potentiel d’accessibilité d’un lieu suppose l’existence de configurations spatiales adaptées au déplacement, le gestionnaire crée et/ou aménage les conditions du contact entre les hommes et les tiques en guidant la pénétration des usagers à l’intérieur des parcelles forestières. Il joue, bien malgré lui, un rôle de facilitateur dans la réalisation de ce contact – il peut aussi jouer, dans le cadre de l’aménagement, le rôle inverse – qui expose l’individu à un risque potentiel de contamination par piqûre de tique. Cependant, l’accessibilité ne se borne pas à la simple topologie du réseau. Il ne suffit pas que l’accès à un lieu soit permis ou toléré pour que l’individu cède à l’envie ou au désir d’y entrer. Si nous tenons cette proposition pour vraie, la seule présence de conditions favorables au déplacement n’explique pas la présence d’usagers dans le sous-bois. A cet égard, les séries de comptages réalisées le long de certaines portions de lisière ont démontré que le taux de pénétration diffère selon les lieux et les périodes de l’année. A titre d’exemple, nous avons observé que ce taux varie entre 1,9 % et 23 % pour un même profil de lisière à bonne accessibilité. Ce résultat indique que les usagers sont plus nombreux à quitter les chemins en certains lieux précis du massif. Lorsqu’elle a été relevée sur le terrain, la présence d’attracteurs, c’est-à-dire tout objet auquel l’homme attribue une valeur, a expliqué ces différences de taux. Certains sous-bois offrent, en effet, de nombreuses potentialités de cueillette de fleurs ou de champignons. Si elle fait l’objet d’une tolérance dans les forêts publiques, cette activité, accessible à tous, est fortement liée à la saisonnalité et à la phénologie. Or la phénologie relativement brève des floraisons vernales des géophytes (jonquille, muguet, jacinthe des bois…) et des fructifications des champignons (bolet, cèpe, girolle…) coïncide avec la période d’activité maximale des tiques, située au printemps et à l’automne, où les contaminations humaines sont les plus fréquentes. Aussi la lisière doit-elle être considérée comme une membrane plus ou moins perméable, ou poreuse, qui serait franchie grâce à la présence d’attracteurs dans le sous-bois (zones de jonquilles, plages de muguet, coins à champignons…). En d’autres termes, l’attracteur incite l’usager à quitter un chemin pour pénétrer dans le sous-bois. Nous avons alors défini six scénarios de pénétration des usagers dans le sous-bois qui tiennent compte des caractéristiques de la lisière (lisière claire ou compacte, absence de lisière) et de la présence (ou absence) d’attracteur en sous-bois (fig. 9).

Figure 9 : Scénarios de pénétration des usagers dans le sous-bois

Figure 9 : Scénarios de pénétration des usagers dans le sous-bois

Quelles perspectives pour l’aménagement ?

20La mise en évidence, en forêt de Sénart, de contacts entre les itinéraires de promenade des usagers et les secteurs infestés par les tiques nous invite à réfléchir à des stratégies de prévention intégrant la dimension paysagère et spatiale. Puisqu’il est difficile de contrôler les populations de tiques, de manière directe ou indirecte, seule la gestion du contact homme-vecteur s’impose comme une solution efficace. A partir d’un examen approfondi de la littérature, Sarah Ward et Robert Brown (2004) préconisent un ensemble de recommandations à destination des gestionnaires et des aménagistes dans les régions où la maladie de Lyme est endémique. Ces recommandations qui, d’après ces auteurs, peuvent être facilement intégrées dans les aménagements s’inscrivent dans une approche de gestion du contact entre hommes et tiques. Elles sont groupées en grandes catégories relatives à l’aspect de l’environnement susceptible d’être modifié ou manipulé (fig. 10).

Figure 10 : Mesures environnementales applicables dans les bois et forêts (Ward et Brown, 2004)

Figure 10 : Mesures environnementales applicables dans les bois et forêts (Ward et Brown, 2004)
Ixodes scapularisPeromyscus leucopusOdocoileus virginianus

21Si elles n’ont pas toutes été validées scientifiquement, certaines de ces recommandations pourraient être testées en forêt de Sénart ou dans une autre forêt dans le cadre d’un protocole d’expérimentations défini en partenariat avec l’ONF afin de juger de leur efficacité. Deux perspectives sont alors envisageables pour réduire le contact entre homme et vecteur. L’une concerne l’homme, l’autre la tique. Soit on part du principe que l’usager doit pouvoir aller partout en forêt sans courir le risque d’être contaminé par une tique ; alors on cherche à rendre le biotope défavorable aux tiques. Soit on considère que la tique appartient à ce milieu, alors on empêche l’usager de pénétrer dans les sous-bois en fermant les lisières forestières. Dans le premier cas, on agit sur le peuplement : éclaircir le couvert afin d’augmenter l’ensoleillement, débroussailler le sous-bois pour rendre le milieu défavorable aux tiques, sensibles à la dessiccation. Dans le second cas, on agit sur la lisière, en la compactant là où les densités de tiques sont élevées. Dès lors, la tension augmente entre la conservation de la biodiversité et le bien-être de l’homme. En toile de fond, c’est la multifonctionnalité qui est remise en cause. Comment organiser la multifonctionnalité de la forêt dans un contexte de gestion du risque sanitaire ? Si les efforts qui visent à réduire le contact entre les hommes et les tiques doivent s’insérer dans une logique de gestion durable de la forêt, la réponse aux critères de développement durable implique une gestion multifonctionnelle fondée sur un découpage, ou zonage, de la forêt. Cette approche, destinée à la réalisation d’objectifs distincts, consiste à faire jouer simultanément plusieurs rôles à un même espace, de manière hiérarchisée selon les caractéristiques et les potentialités de celui-ci. Or il faut être conscient que cette approche a ses limites. En forêt de Sénart, la multifonctionnalité territorialisée s’adapte aux exigences d’une sylviculture fine en faveur de l’accueil du public et du respect des paysages. Les limites parcellaires en marge de certaines routes et allées forestières très fréquentées font l’objet d’un traitement paysager spécifique. Or cet essai n’a pas fonctionné puisque le gestionnaire, dans son nouvel aménagement de 2012, est revenu sur le découpage parcellaire introduit dans le projet d’aménagement forestier 1997-2011. S’il importe au gestionnaire de réfléchir à leur intégration, cet exemple montre la difficulté de concilier les différents enjeux – sociaux, culturels, économiques et écologiques – de la forêt. C’est dans ce cadre très étroit, mais non rigide, que nous proposons des leviers destinés à atténuer le contact entre les hommes et les tiques, en agissant soit sur l’aléa, soit sur la vulnérabilité de l’espace. Si les méthodes ne sont pas aux mains du thématicien mais dans celles du praticien, ces pistes de réflexion s’adressent autant au gestionnaire qu’aux décideurs qui fixent les grandes orientations de la politique forestière nationale.

Conclusion

22Cet article apporte des clefs de compréhension pour l’évaluation des expositions aux populations de tiques. La mise en évidence de contacts entre les itinéraires de promenade des usagers et les secteurs infestés par les tiques pose la question des aménagements destinés à l’accueil du public. Diverses actions relatives à l’aménagement forestier pourront être discutées avec l’organisme gestionnaire en charge des forêts telles que, par exemple, la mise en défens de certaines zones à certaines périodes de l’année, le déplacement ou la fermeture de certains sentiers, ou encore la modification des points d’attractions des usagers dans la forêt. Si la multiplication des contacts entre les hommes et les tiques nous invite à réfléchir à des stratégies de prévention intégrant la dimension paysagère et spatiale, la prévention passe aussi par l’information auprès du public, dont elle est une des clefs de voûte. En effet, un meilleur ciblage des mesures de prévention est à étudier afin de diffuser à un large public des recommandations simples sur les comportements à adopter ou, au contraire à éviter, concernant les pratiques et utilisation des massifs forestiers.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON J.-F., DOBY J.-M., COUATARMANAC’H A. et al., 1986, Différences antigéniques entre des souches de Borrelia burgdorferi isolées d’Ixodes ricinus en Bretagne, Méd. Mal. Inf., vol. 16, n°3, p. 171-175.

BREMAN P., 2005, Gérer les paysages : les peuplements, in MOIGNEU T. (éd.), Gérer les forêts périurbaines, Paris, ONF, p. 185-273.

Centers for Disease Control and Prevention (CDC), 2011, Reported cases of Lyme disease by state or locality (2002-2011), Site internet de l’agence de santé américaine, accessible en ligne, consulté le 15 août 2012.

CHASLES V. (dir.), 2012, Géographie de la santé : espaces et sociétés, dossier thématique de la revue Géoconfluences.

GERN L., 2008, Borréliose de Lyme et encéphalite à tiques, des écologies et des risques différents pour l’homme, Séminaire transfrontalier – Maladies transmises par les tiques, Strasbourg, 28 avril 2008, accessible en ligne, URL : http://alsace.sante.gouv.fr/ drass/sante/manifestations/tique/docs/01latique_lgern.pdf, consulté le 22 mai 2010.

GILOT B., PAUTOU G., MONCADA E. et al., 1979, La cartographie des populations exophiles par le biais de la végétation : bases écologiques, intérêt épidémiologique, Doc. de Carto. Ecol., vol. 22, p. 65-80.

HADDAD H., 2009, Une approche pour supporter l’analyse qualitative des suites d’actions dans un environnement géographique virtuel et dynamique. L’analyse « What-if » comme exemple, Thèse de doctorat en informatique, Université Laval.

HERVOUËT J.-P., 2003, Mobilités et espaces partagés au centre des risques sanitaires. L’exemple des grandes endémies tropicales, in Journées de géographie tropicale, Espaces tropicaux et risques : du local au global, Orléans, 24-26 septembre 2003.

Institut de Veille Sanitaire (InVS), 2013, Données épidémiologiques sur la borréliose de Lyme, Site internet de l’InVS, accessible en ligne, consulté le 4 septembre 2013.

LETRILLART L., RAGON B., HANSLIK T. et al., 2005, Lyme disease in France: a primary care-based prospective study, Epidemiol. Infect., vol. 133, n° 5, p. 935-942.

LINDGREN E., JAENSON T.G.T., 2006, Lyme borreliosis in Europe : influences of climate and climate change, epidemiology, ecology and adaptation measures, Copenhagen, WHO Regional Office for Europe, 35 p.

MARESCA B., 2000, La fréquentation des forêts publiques en Île-de-France. Etude réalisée dans le cadre de l’évaluation du contrat de plan Etat-Région 1994-1999, de l’Île-de-France, Paris, CREDOC, 40 p.

Millennium Ecosystem Assessment, 2005, Ecosystems and Human well-being, Global Assessment Reports, Vol.1: Current State and Trends, Washington D.C., Island Press, 948 p.

MOIGNEU T. (éd.), 2005, Gérer les forêts périurbaines, Paris, ONF, 414 p.

PIETZSCH M.E., MEDLOCK J.M., JONES L. et al., 2005, Distribution of Ixodes ricinus in the British Isles : investigation of historical records, Med. Vet. Entomol., vol. 19, n° 3, p. 306-314.

SALEM G., RICAN S., JOUGLA E., 2000, Atlas de la santé en France, Paris, John Libbey, 196 p.

TALARO K.P., 2005, Foundations in microbiology, 5e éd., New York, McGraw-Hill, 831 p.

VAILLANT Z., SALEM G., 2008, Atlas mondial de la santé : Quelles inégalités ? Quelle mondialisation ?, Paris, Autrement, 80 p. 

WARD S.E., BROWN R.D., 2004, A framework for incorporating the prevention of Lyme disease transmission into the landscape planning and design process, Landscape and Urban Planning, vol. 66, n°2, p. 91-106.

Haut de page

Notes

1 L’adulte mâle ne prend pas de repas sanguin contrairement à la femelle.

2 Pratique qui consiste à rechercher minutieusement des tiques sur tout le corps et en particulier dans les zones de plis.

3 Programme de recherche PICRI : « Epidémiologie de la borréliose de Lyme dans les forêts franciliennes et actions de prévention » (2010-2013) : ce programme de recherche pluridisciplinaire réunit des acteurs scientifiques (Centre Hospitalier Intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges, CNR des Borrelia, laboratoire ENeC, laboratoire LADYSS) et des acteurs du monde associatif (association France Lyme) en vue d’améliorer la connaissance du grand public sur les risques sanitaires engendrés par les piqûres de tiques.

4 Afin de rendre la carte plus lisible et éviter que le lecteur ait l’impression qu’une proportion significative de visiteurs sorte des sentiers, nous avons ajouté en médaillon une loupe d’agrandissement sur un secteur très fréquenté de la forêt.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Répartition mondiale des foyers naturels de borréliose de Lyme
Légende Ward et Brown, 2004
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2 : Incidence de la borréliose de Lyme dans plusieurs pays européens
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 3 : Taux moyen d’incidence de la borréliose de Lyme par région française (2009-2011)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4 : Cycle de développement de la tique et acquisition de l’infection (d’après Talaro, 2005)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-4.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 5 : Etapes de la collecte des tiques en phase libre
Légende Nota bene : Les clichés ci-dessus illustrent les étapes de la collecte de tiques selon la méthode classique dite « du drapeau » ou « de la drague ».5A - Passage du drapeau en sous-bois. Le collecteur imprime un rythme lent pour permettre l’accrochage des tiques sur le tissu ; 5B - Vérification minutieuse du drapeau après chaque relève. Il faut attendre quelques secondes pour voir apparaître les tiques à la surface du tissu ; 5C - Prélèvement des tiques (uniquement les nymphes et les adultes) sur le drapeau à l’aide d’une pince fine.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 6 : Intensité de fréquentation en nombre de passages par tronçon
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre  Figure 7 : Accessibilité du sous-bois à proximité du carrefour de Montgeron (au nord du massif)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 8 : Cartographie des zones à risque en forêt de Sénart
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 9 : Scénarios de pénétration des usagers dans le sous-bois
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 10 : Mesures environnementales applicables dans les bois et forêts (Ward et Brown, 2004)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9868/img-10.png
Fichier image/png, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Méha, « La balade en forêt, une pratique à risque ? Exemple de la borréliose de Lyme en forêt de Sénart (Île-de-France) », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 217-227.

Référence électronique

Christelle Méha, « La balade en forêt, une pratique à risque ? Exemple de la borréliose de Lyme en forêt de Sénart (Île-de-France) », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 21 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9868 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9868

Haut de page

Auteur

Christelle Méha

Post-doctorante en géographie Université du Littoral - Côte d'Opale MRSH Dunkerque EA 4477 Territoires, Villes, Environnement & Société 21 quai de la Citadelle l 59140 Dunkerque, France christelle.meha@sfr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page