Navigation – Plan du site
articles
La nature en question

Les aménagements des parcs linéaires à Guayaquil en Équateur : une traduction du « Buen Vivir » et des « Droits de la Nature » ?

Developing linear parks at Guayaquil in Ecuador : a translation of « good living » and the « rights of nature » ?
Chantal Berdier et María Fernanda Viteri Palomeque
p. 193-202

Résumés

L’axe principal de la nouvelle constitution équatorienne de 2008 est le Sumak Kawsay (Buen Vivir). Elle s’appuie sur une vision sociétale renouvelée en proposant une alternative « post néolibérale » qui replace les êtres humains et leur bien être au cœur de la relation Homme-Nature. C’est ainsi que la politique d’aménagement des berges de mangroves conduite par le gouvernement équatorien dans la ville de Guayaquil se réclame du Buen Vivir et des Droits de la Nature. Mais qu’en est-il dans la réalité ? Si le traitement des parcs linéaires considérés comme des espaces publics cherche à conjuguer vision architecturale et urbanistique, cadre de vie et protection de l’environnement, reflète-t-il pour autant les préceptes du Buen Vivir ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Partie 2 de la Constitution de 2008, chapitre 2 : Droits du Buen Vivir. Buen Vivir signifie Bien Vi (...)
  • 2 Partie 2 de la Constitution de 2008, chapitre 7 : Droits de la Nature.
  • 3 Sumak Kawsay signifie « Bien Vivre » en langue autochtone des peuples des Andes.
  • 4 Montecristi est un canton de la province de Manabí en Équateur, c’est le lieu de la rédaction et de (...)

1L’Équateur est l’un des premiers pays au monde à ériger en règles constitutionnelles le Buen Vivir1 et les Droits de la Nature2, inspirés en partie des principes du Sumak Kawsay3. Ce choix politique d’un modèle de développement post néolibéral interroge et remet à la fois en question les modalités de l’action publique et la construction de la ville. A partir des années 2000, une politique de requalification des espaces déclassés de la ville de Guayaquil a été mise en œuvre tout d’abord par la municipalité, puis par le gouvernement. Elle visait à régénérer ces espaces et à en créer de nouveaux, notamment le long des berges de mangroves occupées illicitement par des populations pauvres dans des conditions sanitaires préoccupantes. En 2008, la convergence de divers mouvements démocratiques a conduit à l’élaboration de la nouvelle constitution de Montecristi4 qui met en avant deux principes qui devaient constituer les fondements de l’action publique dans la « nouvelle vision économique et sociale » équatorienne, il s’agissait du « Buen Vivir » et des Droits de la Nature. Au-delà de la dimension philosophique de ces concepts, il s’agit de se demander si cette quête du « Buen Vivir » et des « Droits de la Nature » est traduite dans les politiques d’aménagement urbain et notamment dans les politiques d’aménagement des berges de mangroves.

2Dans cet article, il s’agit de mettre en tension les deux piliers de la constitution équatorienne de 2008 : le « Buen Vivir » et les « Droits de la nature » afin de montrer comment les politiques d’aménagement des berges de mangroves de l’Estero Salado à Guayaquil conduites par le gouvernement sont influencées par ces deux éléments. En effet, la relation entre ces deux éléments, si elle est revendiquée et affichée par la politique gouvernementale, est loin d’être évidente malgré les améliorations incontestables apportées sur ces espaces. Pour retracer cette mise en tension, dans un premier temps une présentation synthétique de la philosophie du « Buen Vivir », des « Droits de la Nature » et de leurs implications institutionnelles et politiques est proposée. Puis, à travers le cas des politiques d’aménagement conduites par le gouvernement équatorien dans la ville de Guayaquil à partir de 2012, nous mettons en évidence la vision du « Buen Vivir » sous-jacente et surtout comment l’aménagement des parcs linéaires dans cette ville rend compte de nouvelles pratiques qui tendent à « ménager les Hommes et la Nature » tout en changeant la ville et son image.

Une nouvelle approche de l’aménagement des espaces publics à Guayaquil : « Changer la ville pour changer les gens5 » ?

  • 5 Expression empruntée à Jean Yves Toussaint et Monique Zimmermann (Toussaint J.Y., Zimmermann M., 19 (...)

3Après la constitution de 2008, les politiques publiques conduites par le gouvernement se réclament à la fois du « Buen Vivir » et des « Droits de la Nature ». Ces deux principes sont censés être les nouveaux fondements de l’action publique vers un système économique plus solidaire et plus humain. La politique sociale ainsi que les politiques menées dans le domaine de l’aménagement du territoire (les grands travaux d’infrastructures, …) se revendiquent de ces deux principes. L’exception territoriale que constituent les berges des mangroves de Guayaquil décrétée par le gouvernement, au nom de l’urgence écologique, sociale et de l’utilité publique lui permet de conduire une politique de relogement et d’aménagement d’espaces publics le long des berges de l’Estero Salado. En Équateur, cette compétence relève des prérogatives de la municipalité.

Le « Buen Vivir » et les « Droits de la Nature » : deux nouveaux principes d’action énoncés dans la constitution

  • 6 Le « Sumak Kawsay » signifie « Buen Vivir » en langue kichwa.

4La constitution équatorienne de 2008, met en avant deux principes philosophiques : le « Sumak Kawsay 6 » ou « Buen Vivir » et les « Droits de la Nature ». Cette nouvelle philosophie s’inscrit dans un contexte de crise multidimensionnelle caractérisée par l’exacerbation des inégalités sociales, une dégradation très importante de l’environnement, une certaine débâcle financière et des tensions dans l’économie politique libérale confrontée à ses propres contradictions (Acosta, 2009). La réponse politique à ces différentes crises a été un nouveau projet de société qui s’est cristallisé à travers le concept de « Buen Vivir » qui repose à la fois sur un nouveau pacte social renforçant la relation Homme-Nature en replaçant le capital humain au centre du débat et des enjeux du 21ème siècle, et sur de nouveaux rapports économiques autour d’une nouvelle économie qui se veut plus sociale et plus solidaire. C’est en quelque sorte une remise en question du mode actuel de développement et de son corolaire la croissance économique.

  • 7 Concept qui est couramment diffusé dans le monde occidental.

5Le concept de « Buen Vivir » repose en partie sur les fondements de la perception des indigènes, des anciens rites, des traditions andines qui mêlent le sacré et le profane ainsi que des préoccupations quotidiennes. C’est une idée sociale qui, au-delà du concept de développement7, recouvre une notion plus large de progrès. Il s’agit d’un paradigme social, offrant des alternatives aux modèles de développement contemporains. Il permet de proposer d’autres priorités qui ne seraient pas uniquement liées à la croissance économique qui est implicite dans le paradigme de développement. Acosta complète cette vision en affirmant que le « Buen Vivir » intègre la notion de vie harmonieuse des êtres humains avec la nature (Acosta, 2009, 2012). Il repose sur l’idée que dès les origines les processus économiques doivent être respectueux des cycles écologiques en les maintenant dans le temps et sans épuiser les ressources existantes. Il s’agit d’une vision qui propose de transcender le consumérisme en consommant mieux et moins, avec une meilleure qualité de vie. Autrement dit, il s’agit de dépasser le capitalisme afin d’aller vers un changement de civilisation qui se concrétiserait par la création d’une économie « post néolibérale ».

6En rupture avec les visions précédentes, le « Buen Vivir » recouvre sept objectifs (Acosta, 2009) développés dans le Plan National du « Buen Vivir » :

  1. améliorer la qualité et l’espérance de vie, et développer les capacités et potentialités de la population ;

  2. compter avec un système économique juste, démocratique, productif, solidaire et soutenable basé sur la répartition égalitaire des profits du développement, sur les moyens de production et sur la génération d’emplois dignes et stables ;

  3. promouvoir la participation et le contrôle social avec une représentation équitable dans la gestion des pouvoirs publics ;

  4. établir une coexistence harmonieuse avec la nature ; maintenir, conserver et restaurer la nature ;

  5. garantir la souveraineté nationale, promouvoir l’intégration latino-américaine et impulser une insertion stratégique dans le contexte international ;

  6. établir un aménagement territorial équilibré et égalitaire, décentralisation et autonomie ;

  7. partager et promouvoir la diversité culturelle et respecter ses espaces de reproduction et d’échange. Restaurer, préserver et accroître la mémoire sociale et le patrimoine culturel.

  8. Ces objectifs seront-ils traduits dans les programmes d’aménagement des parcs linéaires à Guayaquil ?

7Les Droits de la Nature sont traités dans la partie deux de la constitution. Quatre articles (71, 72, 73 et 74) sont consacrés à la description des droits et obligations envers la nature. C’est la toute première fois que la nature est considérée comme un sujet de droit dans le monde.

  • 8 En langue aimara et quechua, signifie Terre-Mère.

8L’article 71 de la constitution stipule : « « La Nature ou « Pachamama8 », lieu où la vie se reproduit et se réalise, a droit à ce que son existence soit respectée intégralement ainsi qu’à la maintenance et la régénération de ses cycles vitaux. Chaque personne, chaque communauté, chaque peuple ou nationalité pourra exiger de l’autorité publique l’accomplissement des droits de la nature. L’État encouragera les personnes physiques, morales, et les associations, à protéger la nature, et à promouvoir le respect de tous les éléments qui forment l’écosystème». L’article 72 de la constitution insiste sur la préservation de la Nature : « la Nature a droit à la restauration. Cette restauration sera indépendante de l’obligation que l’État et les personnes physiques ou morales ont d’indemniser les individus et les associations dépendants des systèmes naturels affectés ou non. Dans le cas d’un impact environnemental grave ou permanent, y compris ceux qui sont occasionnés par l’exploitation des ressources naturelles non renouvelables, l’État mettra en place les moyens nécessaires à la restauration, et adoptera les mesures adéquates pour éliminer ou limiter les conséquences graves ». Au-delà du principe du pollueur-payeur, c’est le principe d’obligation de réparation des dégâts causés et d’indemnisation de ceux qui dépendent des écosystèmes affectés qui est mis en avant. De ces articles, il ressort que les êtres humains ont des devoirs envers la nature. On réaffirme également l’interdépendance entre les humains et la Nature mais dans un rapport de coopération non de domination. C’est un changement de paradigmes qui prétend, à l’inverse des pratiques actuelles protéger la Nature des excès de l’Homme. Puis, l’article 73 insiste sur le rôle de l’État dans la préservation de la faune et de la flore : « L’État appliquera des mesures de précaution et de restriction pour les activités qui peuvent conduire à l’extinction d’espèces, la destruction d’écosystèmes ou l’altération permanente des cycles naturels. Il est interdit d’introduire des organismes et du matériel organique et inorganique qui peuvent altérer d’une manière définitive le patrimoine génétique national ». Enfin, l’article 74 insiste sur le fait que : « les personnes, les communautés, les peuples et les groupes ethniques auront le droit de bénéficier de l’environnement et des richesses naturelles qui leur permet le « Buen Vivir ». Les services environnementaux ne seront pas susceptibles d’appropriation ; leur production, leur usage et leur exploitation commerciale seront réglés par l’État ».

9Le choix de l’Équateur d’attribuer des Droits à la Nature permet de revenir sur le principe du « pollueur-payeur » et de faire de la nature un bien commun envers lequel les êtres humains et l’État ont des obligations. La relation avec la nature est désormais régie par de nouveaux principes : un principe d’existence, un principe de protection, un principe de non-agression et un principe de réparation. Enfin, la nature devient un «être de droit » et quitte son statut d’« objet».

10Face à cette vision collective de la société équatorienne portée par cette nouvelle constitution, les politiques publiques qui sont menées au nom du Buen Vivir et des Droits de la Nature reflètent-elles pour autant de réels changements ?

Le contexte de la ville de Guayaquil et l’occupation illicite des berges de l’Estero Salado

  • 9 Plusieurs écrits décrivent cette ancienne relation de la ville avec son fleuve. Estrada mentionne p (...)

11Située à l’Ouest de l’Equateur, la ville de Guayaquil est bordée par le fleuve Guayas ainsi que par de nombreuses mangroves. De par sa localisation géographique, son rapport au fleuve est très ancien9. Capitale économique de l’Équateur, elle concentre une importante activité maritime sur le fleuve Guayas. Dès 1935, la rive Ouest de ce fleuve avait été aménagée en promenade, mais l’autre rive ainsi que les autres bras de mangrove ont été laissés à l’abandon. Au fil du temps et du fait de l’exode rural, les bras des mangroves ont été occupés par des populations défavorisées à la recherche de meilleures conditions d’existence. Villaviciencio (Villavicencio, 2011, p. 110) confirme cette tendance en disant : « À Guayaquil depuis la deuxième moitié du 20ème siècle jusqu’à nos jours, il y a eu un processus permanent d’occupation et d’appropriation illégale des terres agricoles, périphériques ou urbaines, publiques ou privées, de la part des groupes sociaux pauvres, certains en provenance de la campagne, d’autres avec une expérience de la vie urbaine, pour s’installer où ils peuvent afin de réaliser leur rêve d’accession à la propriété, … Entre 1950 et 2001 la population de Guayaquil a été multipliée par 6,6 ». De fait, l’urbanisation des pays « du Sud » comme l’Équateur est caractérisée par son ampleur et la vitesse du processus lié à l’augmentation accélérée de la pauvreté ainsi qu’au développement rapide des bidonvilles (Morin, 2011). A partir des années 60 (figure 1), la ville de Guayaquil commence à recevoir une importante population issue de l’exode rural. Ce mouvement migratoire s’est poursuivi de façon très importante pendant les 30 années suivantes. En 1961, la ville comptait seulement 500 000 habitants. En 26 ans, la population a triplé par l'arrivée massive de populations. Autrement dit en l’espace de 51 ans, entre 1961 et 2012, la population a atteint plus de 2 500 000 habitants. Une partie importante de ces populations s’est installée illégalement sur les berges des mangroves.

Figure 1. Évolution de la population de Guayaquil de 1961 à 2012

Figure 1. Évolution de la population de Guayaquil de 1961 à 2012

Source : Ministère de l’Environnement équatorien, 2012. Retravaillée par M.F.V.P.

12Compte tenu de la situation géographique de la ville de Guayaquil et de ses rapports étroits avec les espaces aquatiques, il semblait opportun de s’appuyer sur cette particularité afin d’aménager la ville. La ville a connu des transformations importantes à travers l’aménagement des berges du fleuve et des mangroves. Ces aménagements sont appelés « malecones » ou parcs linéaires. Ces transformations, d’abord initiées par la municipalité, ont été ensuite relayées par des actions du gouvernement.

13Au fil du temps, les berges des mangroves occupées illicitement par les populations se sont fortement dégradées et sont devenues très polluées, de plus la situation sanitaire y est préoccupante. En effet, les décharges s’y sont développées. De même, les résidus solides et organiques sont jetés dans les mangroves ainsi que les eaux usées domestiques et voire les eaux de micro activités à caractère industriel. Ces zones majoritairement dépourvues de tout aménagement ont fait l’objet de remblayage sauvage par les populations occupantes. Cette occupation engendre une accélération de la déforestation et une disparition progressive de la mangrove. En 1960 les mangroves calculées dans le périmètre en pointillé dans la carte (figure 3) représentaient une surface approximative de 78 km2 et en 1987 la surface couverte en mangrove s’était réduite de 41 km2. Aujourd’hui, la surface de mangrove ne représente plus que 37 km2.

14Les mangroves constituent des zones sensibles dans les hydrosystèmes. A Guayaquil, elles sont divisées en trois grandes zones (figure 2) en fonction de leur niveau de vulnérabilité. La zone I est constituée de quartiers planifiés (exemples : Urdesa, Kennedy et Miraflores), c’est la plus contaminée. La zone II a été massivement occupée de façon illicite par des populations issues de l’intérieur des terres, elle est de contamination moyenne. La zone III n’a pas connu d’occupation et est restée naturelle, elle est faiblement contaminée. La faible contamination de cette zone tient au fait que l’occupation humaine y est contrôlée et par conséquent plus faible.

Figure 2. Carte de l’état de santé sanitaire de l’estuaire de Guayaquil

Figure 2. Carte de l’état de santé sanitaire de l’estuaire de Guayaquil

15À ce jour, il n’y a aucune étude mettant en évidence l’existence d’une relation entre les niveaux de contamination de l’eau et les maladies des populations riveraines. En d’autres termes l’impact sanitaire n’est pas connu. Cependant, les indicateurs de la qualité de l’eau, mesurés par des indices de contaminations organiques montrent que le ph, la saturation en oxygène, la demande biochimique en oxygène, les phosphates, les nitrates, les coliformes fécaux ainsi que les streptocoques se retrouvent dans des proportions plusieurs fois supérieures à la norme dans le milieu naturel (CIPAT - ESPOL, 2013), (CDC-SGMC-GE-002, 2012) et (Instituto Nacional de Pesca, 2012). Il en est de même de la contamination chimique et de la présence des métaux lourds tels : le mercure, le cadmium, le plomb, le chrome et les hydrocarbures qui se retrouvent dans des proportions très importantes dans l’eau. Ainsi, une partie importante des ramifications de l’estuaire est polluée par des déchets, les eaux usées, les métaux lourds, etc.

16Les espaces construits ou naturels quand ils sont affectés dans leur image et dans leurs cycles naturels ont un impact sur le bon état des biocénoses et biotopes ainsi que sur la santé physique et mentale des riverains. L’économie, le tourisme et les rapports sociaux sont affectés par les mêmes processus dégénératifs (Moser, 2003). De plus, les effets des qualités environnementales peuvent être envisagés, au niveau psychologique en tant qu’indicateur d’état de relaxation ou de stress, au niveau des performances, au niveau de la satisfaction et du bien-être ressentis, mais aussi indirectement, au niveau des indicateurs relatifs à la santé notamment (Moser, 2003).

17Pendant longtemps il n’y a pas eu de programme d’aménagement du territoire traitant du périmètre des zones II et III de l’estuaire de Guayaquil. L’inclusion de la zone II, et surtout de la partie occupée illicitement (lieu de disparition des bras de mangroves), dans les programmes d’aménagement s’est opérée tardivement du fait de la complexité des problèmes à gérer. En dépit des inégalités traduites en termes : territorial (zones pauvres/zones riches), économique (extrême richesse/extrême misère), sociologique (modes de vie), sanitaire, diversités culturelles et professionnelles (Morin, 2011), ces territoires faisaient l’objet d’interventions éparses. Les premiers programmes qui se sont intéressés globalement à ces zones sont ceux portés par le gouvernement équatorien.

La politique d’aménagement des parcs linéaires : les références au Buen Vivir

18Les premiers aménagements des parcs linéaires ou malecones à Guayaquil datent d’avant la constitution de 2008. Ils ont été conduits par le biais d’une politique portée par la municipalité dans le cadre de ses compétences. C’est à partir de 1992 que la ville s’engage dans une politique de régénération urbaine qui avait pour objectif de faire face aux enjeux urbains tels que la pollution, la planification des voiries, l’organisation des déplacements, la désorganisation liée aux commerces, le manque de politique sociale, l’amélioration de l’image de la ville et la lutte contre la délinquance. Entre 1999 et 2012, la municipalité a réalisé quatre parcs linéaires, six malecones et trois parcs aquatiques sur les berges des mangroves. Cependant, ces interventions, bien que nécessaires, n’ont pas été suffisantes pour traiter totalement toutes les zones sensibles de la ville.

19A partir de 2012, le gouvernement équatorien, sur la base d’un diagnostic détaillé mettant en évidence l’ampleur des dégradations du milieu naturel et du cadre de vie (déforestation, pollution, habitats insalubres et précaires, etc.), les conditions sanitaires, la disparition de bras de mangroves, .., décide d’intervenir à Guayaquil sur les berges de l’Estero Salado. Il déclare donc ces quartiers sensibles et zones environnementales protégées. L’accord ministériel n°110 du 9 août 2012, a défini le périmètre de la ville de Guayaquil qui passait sous contrôle gouvernemental : il s’agit des zones 1, 2 et 3. Sur ce périmètre, il est prévu des actions de dépollution et d’aménagement au nom des droits du « Buen Vivir » et des « Droits de la Nature ». Les interventions envisagées concernent principalement le logement, les aménagements des espaces publics en parcs linéaires et la restauration du milieu naturel.

  • 10 La « Isla Santay » est une île située à 800 mètres du centre de Guayaquil dans la province de Guaya (...)

20En 2013, le gouvernement équatorien formule un grand projet d’aménagement du territoire : le projet « Guayaquil Ecológico », qui a pour ambition de traduire dans le champ opérationnel les concepts de « Buen Vivir » et les « Droits de la Nature ». C’est en particulier un projet de régénération et de restructuration des espaces verts pour la ville de Guayaquil. Ce projet comprend trois périmètres d’intervention : une île nommée « Isla Santay10 », un parc urbain nommé « Parque Samanes » et un périmètre défini de l’Estero Salado (figure 3).

Figure 3. Les zones d’intervention du projet « Guayaquil Ecológico »

Figure 3. Les zones d’intervention du projet « Guayaquil Ecológico »

21Les interventions projetées au niveau des berges de l’Estero Salado ont un caractère multidimensionnel. Elles reprennent de grands objectifs en termes de faune et de flore, comportent une dimension paysagère et environnementale (revaloriser le patrimoine naturel, protéger les mangroves), et une dimension sociale (offrir des services et l’éducation accessibles et adaptés à la population en fonction des tranches d’âges). Sur le plan urbanistique, les politiques d’aménagement qui étaient envisagées, visaient plusieurs objectifs :

  • augmenter le pourcentage d’espaces verts sur les berges des mangroves ;

  • intégrer spatialement les secteurs traversés par les mangroves ;

  • rendre accessibles les rives des mangroves ;

  • promouvoir les déplacements doux et alternatifs, ainsi que le sport ;

  • renforcer l’image urbaine des espaces publics pour tous et sécurisés.

22Ces grandes intentions étant affichées les retrouve-t-on pour autant dans les parcs linéaires déjà réalisés par le gouvernement ?

23De nombreux auteurs considèrent « l’espace public comme un outil d’aménagement urbain permettant une efficacité sociale et écologique » (Coteaux, Lubiato, Bucki, Lebreton, Faburel in Heliot, 2010, p. 23), (Faburel et al., 2010, p. 32). Est-ce le cas pour la politique conduite par le gouvernement ? On peut analyser les interventions proposées sur les berges des mangroves par le gouvernement à la fois comme une opération d’aménagement urbain et de réintroduction de la nature en ville par le reboisement (reforestation, plantation de mangroves) des berges de mangroves. L’aménagement des parcs linéaires serait un « traducteur » du concept du Buen Vivir et des Droits de la Nature dans les dimensions : spatiale, environnementale, sociale, et paysagère et répondrait aux nouveaux enjeux de la relation Homme-Nature. En reprenant une problématique développée par Toussaint et Zimmermann (Toussaint, Zimmermann, 2001), on peut s’interroger sur les réelles possibilités de traduire le concept du Buen Vivir dans une stratégie d’aménagement centrée sur la requalification des espaces publics. On peut donc se demander si « ranger la ville » amènerait à « ranger les gens » ?

Les interventions du Gouvernement sur les espaces publics: une vision faible du Buen Vivir

24La politique d’aménagement des espaces publics dans la ville de Guayaquil conduite par le gouvernement équatorien cherche à traduire les préceptes du « Buen Vivir » et les « Droits de la Nature » en termes d’équité sociale et de justice environnementale. Mais qu’en est-il dans les faits ?

25On constate que les quartiers spontanés, peu structurés, dépourvus des services de bases ne sont pas structurellement remis en cause par cette politique qui vise à dégager une bande de terrain variable entre 5 à 10 mètres de large le long des berges de façon à l’aménager en espace public. Chaque projet de parc comprend un volet habitat, un volet environnemental et un volet paysager. Les espaces créés sont censés jouer un rôle de liaisons entre les espaces de vie.

Le contenu de l’intervention du gouvernement

26La politique conduite par le gouvernement équatorien s’inscrit dans la continuité de la politique de régénération urbaine portée par la municipalité de Guayaquil depuis quelques années, elle en reprend toutes les dimensions en y ajoutant les préceptes du Buen Vivir et les Droits de la Nature. Chaque aménagement comprend : une opération de relogement des populations fragiles, une dépollution des berges, la reforestation ainsi que l’aménagement des berges en parcs linéaires. Les premières réalisations de parcs linéaires ont déjà été faites et d’autres sont prévues pour les années à venir.

27Avant la réalisation des parcs linéaires, les berges sont stabilisées. Parallèlement, les maisons à démolir sont identifiées à partir de critères ci-dessous élaborés par le gouvernement :

  • le niveau de consolidation des maisons,

  • la vulnérabilité,

  • le type d’implantation sur les abords des mangroves,

  • morphologie de la pente,

  • conditions environnementales,

  • tendance d’occupation ou comment l’estuaire est affecté.

28Après la démolition des logements à risque, les berges sont stabilisées et les parcs linéaires construits (figure 4).

Figure 4. En haut, habitats spontanés dans l’Estero Salado avant l’intervention du gouvernement. En bas, aménagement d’un parc linéaire dans l’Estero Salado

Figure 4. En haut, habitats spontanés dans l’Estero Salado avant l’intervention du gouvernement. En bas, aménagement d’un parc linéaire dans l’Estero Salado

Sources : en haut : Photo de MFVP, 2014. En bas : Ministère de l’Environnement équatorien, 2014.

29Les deux images ci-dessus (figure 4) montrent les transformations des abords des mangroves. La figure 5 montre la localisation de tous les parcs projetés par le gouvernement.

Figure 5. Parcs linéaires projetés par le gouvernement

Figure 5. Parcs linéaires projetés par le gouvernement

30Sous sa forme initiale, le projet Estero Salado prévoyait le réaménagement de plus de 41 kilomètres en parcs linéaires avec un ambitieux programme de relogement, mais à ce jour, seul cinq parcs ont été réalisés.

Tableau 1. Les parcs linéaires réalisés et projetés par le gouvernement

Tableau 1. Les parcs linéaires réalisés et projetés par le gouvernement

Source : MIDUVI, 2014

31L’ambitieux programme prévisionnel de relogement envisagé en 2010 (tableau 1), puis corrigé en 2013 prévoyait qu’au terme de ce projet d’aménagement des parcs linéaires le gouvernement relogerait plus de 5 600 familles (tableau 2).

Tableau 2. Planning prévisionnel du relogement des familles habitant les berges de l’Estero Salado

Tableau 2. Planning prévisionnel du relogement des familles habitant les berges de l’Estero Salado

La dimension sociale du projet Guayaquil Ecológico – composante Estero Salado

  • 11 Il s’agit du programme du gouvernement : « zéro tolérance aux occupations illicites ».

32L’aménagement des parcs linéaires le long des berges de l’Estero Salado à Guayaquil s’accompagne d’un important volet social car il sous-entend de gérer en amont le problème des familles qui y sont installées. A titre d’exemple, pour le premier tronçon aménagé (tronçon 1, figure 5) le gouvernement a relogé 544 familles (tableau 1). L’identification de ces habitants s’est opérée par comparaison de photos aériennes de la zone en 2010 et après cette date. Pour toutes les maisons construites après 2010 s’il y en a, les familles sont sommées de partir sans aucune contrepartie, ni proposition de relogement (décret n°607 de 2010)11.

33La communication du gouvernement envers les habitants des zones concernées est portée par le Ministère de l’Environnement et le Ministère de l’Habitat. Quelques mois avant le démarrage du projet, une équipe d’agents ministériels composée de 4 à 5 agents est envoyée dans le quartier avec la mission de rencontrer individuellement toutes les familles concernées dans le périmètre du projet. On appose un autocollant sur chaque maison concernée. Le projet est expliqué individuellement à chaque famille, dans sa globalité, on explique également que certaines familles doivent quitter la zone pour des raisons sanitaires, de sécurité et de préservation de l’environnement. Par la suite, le gouvernement par l’intermédiaire de ses équipes d’agents, fait des campagnes régulières d’éducation environnementale sous la forme de conférences aux communautés, d’une conscientisation en porte-à-porte, de formation à l’environnement et d’activités artistiques et culturelles. Il propose à toutes les familles installées avant 2010 dans l’Estero Salado un relogement dans un quartier appelé « Socio Vivienda ». L’accès à ce logement se fait grâce à un don du gouvernement de 5000 dollars qui permet aux familles d’acheter leur logement dans la « Socio Vivienda » qui est un quartier de logement « social » construit par le gouvernement à cet effet. Pour les habitants qui restent et qui sont au contact du parc linéaire ils doivent consolider et refaire les façades de leurs maisons avec l’aide des techniciens du gouvernement.

  • 12 Enquête réalisée en août 2015 par questionnaire auprès d’un échantillon de 120 personnes et par ent (...)

34Plusieurs enquêtes réalisées12 en 2015 auprès des habitants des tronçons réaménagés, montrent que les habitants riverains des berges reconnaissent une réelle amélioration de leur cadre de vie. Elles ont été réalisées par questionnaire auprès d’un échantillon de 120 personnes et par entretiens auprès de 64 personnes choisies au hasard. Des méthodes différentes ont été utilisées afin d’appréhender à la fois les transformations de l’espace, les nouveaux rapports aux espaces créés, et la nouvelle « urbanité » des lieux. La méthode des « itinéraires » qui repose sur une lecture de la relation entre l’objet de recherche et le chercheur a été utilisée en premier lieu afin d’éviter les catégorisations a priori (Graosjean, Thibaud, 2001). Pour compléter l’exploration, nous avons eu recours à des observations directes (Arborio, Fournier, 2005), des questionnaires (De Singly, 2005), des entretiens semi directifs (Blanchet, Gotman, 2001). Notons cependant que les investigations par entretien ont un intérêt scientifique tout particulier au regard de la liberté qu’elle laisse à l’interviewé de mettre en récit par lui-même ses propres pratiques et expériences cognitives. Toutefois, sur le plan théorique l’utilisation des entretiens renvoie à plusieurs limites bien identifiées par Henri Raymond (Raymond, 2001) puis analysées par Alain Blanchet et Anne Gotman (Blanchet, Gotman, 2001).

35Une habitante nous confiait sa vision avant et après les aménagements en parc linéaire : « Quand je suis arrivée dans cet Estero c’était un espace poubelle, les gens habitaient dans des maisons en bambou, c’était un horrible dépotoir…, et maintenant… croyez-moi je ne veux pas partir…, j’aime la vue, parce que quand vous vous réveillez ici les matins : c’est beau et il y a des oiseaux, des canards, des corbeaux, des mouettes…, c’est très bien de voir les jeunes maintenant qui ne fument plus dans les coins ou qui ne sont plus en train de faire de mauvaises choses. Maintenant pendant les soirées les gens font du jogging…, je veux dire que le quartier se régénère surtout pour la vie des jeunes ,… , je crois que nous devons tous être bien tant dans la vie sociale, qu’entre voisins et avec la propreté des espaces extérieurs. On se sent bénis d’habiter ici… Il y a 15 jours j’ai démarré ce petit commerce, les gens commencent à acheter, les week-ends, je vends de la bière et ils boivent dans mon jardin, je mets la musique, ils restent jusqu’à 22 heures généralement… » (habitante du tronçon 1, août 2015). Un autre habitant de ce même tronçon ajoutait « Ici je surveille… avant il y avait de l’eau, de la boue…, maintenant ce n’est plus le cas parce que tout est propre, les gens se baignent, par là-bas ils pêchent…, je me sens mieux…, quoiqu’il y ait toujours un peu des problèmes avec les égouts…, mais les espaces extérieurs sont plus habitables, les gens viennent, passent et tout est calme… par là-bas il y a trop de drogue, dans les ruelles, ou dans les mangroves qui ne sont pas habitées… mais c’est ici que tout se passe... c’est comme une ambiance de plage, vous pouvez venir et vous baigner, bien sûr les dimanches ça se remplit ! et c’est nous qui surveillons et protégeons les espaces verts, les gens veulent mettre des tables sur les pelouses, on les fait se déplacer pour protéger l’espace…, c’est récent ces jardins et ils arrosent tous les jours…, pour l’instant c’est une entreprise qui s’en charge, après chacun va s’en charger, par exemple cette parcelle devant chez moi sera à ma charge et de même pour les autres…, je surveille aussi les crottes de chiens, j’en parle aux propriétaires mais ils s’en foutent…, je me dis que si ça a été aménagé c’est pour que ça soit propre… » (un habitant du tronçon 1, août 2015).

36A la lumière de ces témoignages, il en ressort que certains préceptes du Buen Vivir et des Droits de la Nature se retrouvent dans les tronçons déjà réalisés. En effet, les lieux sont propres, réappropriés à la fois par la faune et la flore qui avaient autrefois disparu. Le cadre de vie des habitants s’est considérablement amélioré. L’économie sociale et solidaire se met en place à la lumière de la création de petits commerces comme pour l’une des habitantes d’un des tronçons. De même, le lien social d’appartenance se crée car cet autre habitant s’autoproclame « surveillant » du maintien de la qualité des espaces. Le sentiment d’appartenance au quartier y est renforcé en dépit des faiblesses à corriger (problème d’égouts, habitats précaires en arrière-plan, etc.).

  • 13 Ce quartier comptait plus de 1500 logements en 2015.

37Pour les autres familles à qui l’on propose un relogement, le départ de leur quartier nommé « Esmeraldas Chiquito13 » reste souvent problématique. En effet, le déplacement des populations vers un autre quartier engendre une certaine perte du lien social tissé dans le quartier précédent ainsi que des activités informelles qui s’y faisaient. Pour le tronçon 1, la population déplacée représente 544 familles (tableau 2) sur un total de plus de 5000 logements environ. Cette situation est d’autant plus difficile que le quartier de relogement qui leur est proposé qui se nomme « Socio Vivienda » est situé approximativement à 18 km de leur ancien quartier et à plus de 16 km du centre de Guayaquil. Auparavant, ces habitants étaient situés à environ 6,6 km du centre-ville. Par conséquent, bien que présentant un meilleur niveau de confort que les habitats précaires précédents, le quartier « Socio Vivienda » a l’inconvénient d’être assez loin du centre-ville et de ne pas bénéficier de desserte en transport en commun du moins à ses débuts. Le premier bus express (bus numéro 16) qui a desservi ce quartier fut inauguré en février 2014.

38Malgré les nombreuses vertus (traitement sanitaire de la ville, relogement, introduction de la nature en ville) de cette importante opération de création de parcs linéaires on peut relever un certain nombre de faiblesses. En effet pour les premiers aménagements réalisés, la concertation avec les riverains s’est opérée une fois le projet défini, elle avait une visée informationnelle plus que consultative. Elle se poursuit à la fin des réalisations par des campagnes d’éducation environnementale. Cette politique gouvernementale si elle contribue à améliorer dans une certaine mesure le « bien-être » des habitants ne se déroule pas sans heurt.

  • 14 Voir les travaux de Madeleine Akrich sur la sociologie des techniques.

39En effet, les logements proposés dans le quartier « Socio Vivienda » sont critiqués par les habitants qui doivent aller y vivre. Ils sont jugés exigus, même s’ils ne sont pas plus exigus que ceux dans lesquels ils habitaient auparavant dans l’Estero Salado. Les habitants se plaignent, plusieurs d’entre eux déclarent qu’ils vivaient mieux avec plus d’espace dans leurs anciennes maisons dites « précaires » par les autorités. De plus, ils doivent essayer de se réadapter à leur nouvel environnement, aux nouveaux espaces et aux ambiances imposées où il y a des interdictions. Dans leur ancien quartier, il y avait des tolérances pour des activités informelles. Une partie de ces pratiques s’est déplacée avec les habitants. Aujourd’hui, elles affectent l’image du nouveau quartier. L’une des principales faiblesses du projet d’aménagement proposé réside dans un manque de prise en compte des modes de vies, des pratiques et des usages des populations. La non prise en compte de cette « expertise d’usage14 » pourrait-elle aboutir à une remise en cause du projet dans son ensemble ?

40A moyen terme on peut quand même s’interroger sur le devenir de ces espaces en termes de maintenance ? Quel pourrait être le niveau d’implication de la municipalité dans la future gestion de ces espaces ?

Conclusion

41Les interventions du gouvernement équatorien sur les berges des mangroves contenues dans le projet « Guayaquil Ecológico » se revendiquent du « Buen Vivir » et des « Droits de la Nature ». A partir des cinq premiers parcs linéaires réalisés à ce jour, il apparaît que l’opération d’aménagement concerne uniquement une petite bande de terre située sur les berges des mangroves. Les aménagements proposés consistent à créer une ceinture sanitaire le long des berges des mangroves au nom de la préservation de l’environnement et de considérations sanitaires. On refait les façades des maisons qui sont en première ligne de l’aménagement et on consolide les maisons qui le méritent. Se pourrait-t-il qu’il s’agisse d’une opération qui aurait pour objectif de ranger les gens pour ranger la ville ? Pour autant ces aménagements visent à dédensifier et non à gentrifier. Le fait qu’il n’y ait pas eu de nouvelles implantations de populations, ni de nouvelles constructions sur ces espaces, témoigne de cette dynamique.

42Par ailleurs, les nouveaux parcs linéaires construits requièrent de nouvelles pratiques en matière de gestion des déchets et de nouveaux rapports avec les espaces extérieurs. Les transformations des modes de vie en cours vont-elles pour autant conduire à repenser dans la durée la façon de faire la ville pour que la qualité prime sur la quantité, l’être sur l’avoir, et que le besoin d’autonomie et le besoin de communauté soit rendu compatible ? Le nouveau modèle de société reposant sur le Buen Vivir et les Droits de la Nature requiert des changements de société très profonds qui aujourd’hui se heurtent aux pratiques et usages des populations. Il s’agit d’un projet de société collectif pouvant s’appuyer sur une économie sociale et solidaire. Le concept de Buen Vivir équatorien rejoint dans une certaine mesure celui de décroissance défendue par Latouche (Latouche et al. 2011). Il s’agirait de la décroissance pour une société « d’abondance frugale » au profit du retour à l’économie civile de la félicité à travers la recherche de nouveaux indices de bonheur tels que, par exemple, celui du Bonheur National Brut (BNB).

43La politique gouvernementale d’aménagement des berges de Mangrove à Guayaquil traduit une vision faible du Buen Vivir et des Droits de la Nature. En effet, elle n’a pas permis à ce jour à toutes les familles de rester dans leur quartier. Les bras de mangroves qui ont disparu du fait des invasions de population n’ont pas été restaurés. C’est une politique qui répare ce qui peut l’être en s’appuyant sur l’article 72 de la Constitution. On peut déplorer que la relation Nature-santé ne soit pas directement traitée dans ces aménagements urbains qui consistent principalement à traiter des sources de pollution, reloger des ménages, faire une reforestation, etc.

44Dans le futur, la faible coordination des acteurs risque de générer des disfonctionnements, car le pilotage actuel du projet ne permet pas d’intégrer suffisamment les acteurs dont la municipalité.

Haut de page

Bibliographie

ACOSTA A., 2012, Buen vivir Sumak kawsay Una oportunidad para imaginar otros mundos, Quito, Ediciones Abya-Yala, 246 p.

ACOSTA A., MARTINEZ E., 2009, El Buen Vivir, Una vía para el desarrollo, Quito, Ediciones Abya-Yala, 180 p.

ARBORIO A-M., FOURNIER P., 2005, L’observation directe : l’enquête et ses méthodes, Paris, Armand Colin, Coll. « 128 », 2e éd., 127 p.

BLANCHET A., GOTMAN A., 1992, L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan, 125 p. Coll. « 128 ».

CAILLE A., HUMBERT M., LATOUCHE S., VIVERET P., 2011, De la convivialité : Dialogues sur la société conviviale à venir, Paris, Éditions La Découverte, 191 p.

CDC-SGMC-GE-002, 2012, Étude d’identification des espaces potentiels pour la définition des projets urbains, récréatifs et écologiques dans l’Estero Salado - Consultants CDC-SGMC-GE-002.

DE SINGLY F., 2012, Le questionnaire. L’enquête et ses méthodes, Paris, Armand Colin, 3e éd., Coll. « 128 », 128 p.

ESPOL, 2013, Étude réalisé pour le Ministère de l’Environnent par le Centre de Recherche et des projets appliqués aux Sciences de la Terre (CIPAT), École Supérieure Polytechnique du Littorale. (document non paginé).

FABUREL G., TRIBOUT S., 2010, Les quartiers durables sont-ils durables ? De la technique écologique aux modes de vie, in FABUREL G. (coord.), Les quartiers durables : moyens de saisir la portée opérationnelle et la faisabilité méthodologique du paysage multisensoriel ?, Rapport intermédiaire, Lab’Urba de l’IUP/IFU et ENSPV, pour le programme Interdisciplinaire de Recherche Ville et Environnement du CNRS et du PUCA, novembre, 82 p.

GOMEZ J., 2005, Historia del Malecón de Guayaquil, Guayaquil, Talleres Gráficos del Archivo Histórico del Guayas, 253 p.

GROSJEAN M., THIBAUD J.-P., 2001, L’espace urbain en méthodes, Marseille, Parenthèses, 217 p.

HELIOT R., 2010, Ville durable et écoquartiers, Montreuil, Le passager clandestin, 125 p.

INEC 2010, Institut National de Statistiques et Recensements. Dernier recensement : http://www.inec.gob.ec/home/ (consulté le 25 octobre 2015).

MORIN E., 2011, La voie, pour l’avenir de l’humanité, France, Fayard, 307 p.

Ministère de l’Habitat et du Logement de l’Équateur (MIDUVI), 2014, projet « Guayaquil Ecológico », http://www.habitatyvivienda.gob.ec/ (consulté le 25 octobre 2015).

MOSER G., WEISS K., 2003, Espaces de vie : Aspects de la relation homme-environnement, Paris, Armand Colin, 367 p.

RAYMOND H., 2001, Paroles d’habitants : une méthode d’analyse, Paris, L’Harmattan, Coll. « Habitat et sociétés », 123 p..

VERMERSCH P., 2001, L’entretien d’explicitation, Paris, Editions E.S.F., Coll. « Pédagogie », 182 p.

TOUSSAINT J-Y., ZIMMERMANN M., 2001, User, observer, programmer et fabriquer l’espace public, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 290 p.

TOUSSAINT J-Y., ZIMMERMANN M., 1998, Projet urbain, ménager les gens, aménager la ville, Madraga, 202 p.

VILLAVIVENCIO G., 2011, Las invasiones de tierras en Guayaquil: historia y coyuntura política, Quito, La Tenencia - Revista de análisis político, p. 109-116.

Accord ministériel n°110 du 9 août 2012 du gouvernement équatorien, cité dans ce lien :

http://www.habitatyvivienda.gob.ec/wp-content/uploads/downloads/2015/06/PROYECTO-GUAYAQUIL-ECOLOGICO.pdf (Consulté le 20 octobre 2015).

Constitution de la République de l’Équateur, 2008, 216 p. Accessible sur :

http://www.asambleanacional.gob.ec/sites/default/files/documents/old/constitucion_de_bolsillo.pdf (Consulté le 10 octobre 2015).

Décret n°607 du 2010 du gouvernement équatorien, Accessible sur :

http://docplayer.es/12276818-Version-v3-gobierno-de-la-republica-del-ecuador-banco-interamericano-de-desarrollo-ministerio-de-desarrollo-urbano-y-vivienda.html (Consulté le 8 octobre 2015)

Institut Nationale de Pêche de l’Équateur, 2012 Document « Analyses de suivi (Qualité de l’eau et sédiments) pour la technique d’oxygénation forcé (super-oxygénation) appliquée pour les tronçons de l’Estero Salado », documents non paginés.

Ministère de l’Environnement de l’Équateur (MAE) : http://www.ambiente.gob.ec/guayaquil-ecologico/(consulté le 25 octobre 2015).

Secrétariat National de Planification de l’Équateur, 2013, Plan Nacional del Buen Vivir 2013 – 2017, 2009-2013, 2007-2010: http://www.planificacion.gob.ec/. (consulté le 25 octobre 2015).

Journaux en ligne :

Ecuador noticias, septembre 2011, Programa Socio Vivienda –Bono MIDUVI: http://www.ecuadornoticias.com/2011/09/programa-socio-vivienda-bono-miduvi.html (consulté le 25 octobre 2015).

Ecuador noticias, septembre 2011, Proyecto Habitacional Socio Vivienda 2 en Guayaquil : http://www.ecuadornoticias.com/2011/09/proyecto-habitacional-socio-vivienda-2.html, (consulté le 25 octobre 2015).

El Telégrafo, revue en ligne, août 2013, Socio Vivienda ya tiene vía de acceso : http://www.telegrafo.com.ec/noticias/guayaquil/item/socio-vivienda-ya-tiene-via-de-acceso.html (consulté le 25 octobre 2015).

El Telégrafo, revue en ligne, septembre 2014, Buses antiguos se van a las zonas periféricas : http://voto2013.eltelegrafo.com.ec/noticias/guayaquil/item/buses-antiguos-se-van-a-las-zonas-perifericas.html. (consulté le 25 octobre 2015).

PP El Verdadero, revue en ligne, février 2014, Línea 16, los primeros buses en la vía « Chuco Benítez »: http://www.ppelverdadero.com.ec/pp-barrios/item/linea-16-los-primeros-buses-en-la-via-chucho-benitez.html. (consulté le 25 octobre 2015).

Ministère de l’Habitat et du Logement de l’Équateur (MIDUVI) , 2014, projet « Guayaquil Ecológico »,58 p. http://www.habitatyvivienda.gob.ec/. (consulté le 25 octobre 2015).

Haut de page

Notes

1 Partie 2 de la Constitution de 2008, chapitre 2 : Droits du Buen Vivir. Buen Vivir signifie Bien Vivre.

2 Partie 2 de la Constitution de 2008, chapitre 7 : Droits de la Nature.

3 Sumak Kawsay signifie « Bien Vivre » en langue autochtone des peuples des Andes.

4 Montecristi est un canton de la province de Manabí en Équateur, c’est le lieu de la rédaction et de l’approbation de la constitution de 2008 par l’Assemblée Constituante.

5 Expression empruntée à Jean Yves Toussaint et Monique Zimmermann (Toussaint J.Y., Zimmermann M., 1999).

6 Le « Sumak Kawsay » signifie « Buen Vivir » en langue kichwa.

7 Concept qui est couramment diffusé dans le monde occidental.

8 En langue aimara et quechua, signifie Terre-Mère.

9 Plusieurs écrits décrivent cette ancienne relation de la ville avec son fleuve. Estrada mentionne par exemple ce qui se disait en 1852 : « L’arrivée à Guayaquil donne une impression qui fait se réjouir d’admiration du magnifique panorama. La ville s’étale sur une jetée de plus d’un kilomètre de long et les maisons aux bords du fleuve avec des colonnes en rangée, où les commerces les plus riches se trouvent » (Estrada in Gomez, 2005, p. 87). Gomez mentionne aussi que la rive ouest du fleuve et ses jetées ont été historiquement les grands « thermomètres » du développement de la vie commerciale de la ville, cela avec en plus l’effort permanent de l’embellir, l’agrandir et de la récupérer (Gomez, 2005).

10 La « Isla Santay » est une île située à 800 mètres du centre de Guayaquil dans la province de Guayas qui appartient au canton de Durán.

11 Il s’agit du programme du gouvernement : « zéro tolérance aux occupations illicites ».

12 Enquête réalisée en août 2015 par questionnaire auprès d’un échantillon de 120 personnes et par entretiens semi-directifs auprès de 64 personnes (réalisée par María Fernanda Viteri Palomeque).

13 Ce quartier comptait plus de 1500 logements en 2015.

14 Voir les travaux de Madeleine Akrich sur la sociologie des techniques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de la population de Guayaquil de 1961 à 2012
Légende Source : Ministère de l’Environnement équatorien, 2012. Retravaillée par M.F.V.P.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9857/img-1.png
Fichier image/png, 501k
Titre Figure 2. Carte de l’état de santé sanitaire de l’estuaire de Guayaquil
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9857/img-2.png
Fichier image/png, 543k
Titre Figure 3. Les zones d’intervention du projet « Guayaquil Ecológico »
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9857/img-3.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 4. En haut, habitats spontanés dans l’Estero Salado avant l’intervention du gouvernement. En bas, aménagement d’un parc linéaire dans l’Estero Salado
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9857/img-4.png
Fichier image/png, 555k
Légende Sources : en haut : Photo de MFVP, 2014. En bas : Ministère de l’Environnement équatorien, 2014.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9857/img-5.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 5. Parcs linéaires projetés par le gouvernement
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9857/img-6.png
Fichier image/png, 693k
Titre Tableau 1. Les parcs linéaires réalisés et projetés par le gouvernement
Légende Source : MIDUVI, 2014
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9857/img-7.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 2. Planning prévisionnel du relogement des familles habitant les berges de l’Estero Salado
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9857/img-8.png
Fichier image/png, 7,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Berdier et María Fernanda Viteri Palomeque, « Les aménagements des parcs linéaires à Guayaquil en Équateur : une traduction du « Buen Vivir » et des « Droits de la Nature » ? », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 193-202.

Référence électronique

Chantal Berdier et María Fernanda Viteri Palomeque, « Les aménagements des parcs linéaires à Guayaquil en Équateur : une traduction du « Buen Vivir » et des « Droits de la Nature » ? », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 21 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9857 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9857

Haut de page

Auteurs

Chantal Berdier

Université de Lyon, INSA de Lyon EVS UMR CNRS 5600 F-69621 France chantal.berdier@insa-lyon.fr

María Fernanda Viteri Palomeque

Université de Lyon, INSA de Lyon EVS UMR CNRS 5600 F-69621 France maria-fernanda.viteri-palomeque@insa-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page