Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Corinne Landuré, Claude Vella, Marion Charlet (dir.), La Camargue, au détour d’un méandre

André Buisson
p. 246
Référence(s) :

LANDURÉ C., VELLA C., CHARLET M. (dir.), 2015, La Camargue, au détour d’un méandre. Etudes archéologiques et environnementales du Rhône d’Ulmet, Musée départemental d'Arles antique, 169 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour origine l’exposition Camargue Archéologie et territoire, Enquêtes sur un Rhône disparu, présentée au Musée départemental d'Arles antique en 2015-2016 (http://www.arles-antique.cg13.fr/​mdaa_cg13/​docs/​expos_temporaires/​camargue/​exposition.htm), dont il forme le catalogue. Il rend compte de 20 ans de recherches archéologiques et géomorphologiques menées sur quatre sites archéologiques, situés le long du Rhône d'Ulmet, bras oriental du fleuve, dit aujourd'hui « Petit Rhône » : la Capelière, le Grand parc et la montille d’Ulmet, port et abbaye. Les organisateurs de l'exposition ont présenté le résultat de leurs travaux sous la forme d'un fleuve virtuel symbolisant ce bras du Rhône disparu. L'ouvrage, qui lui sert de support scientifique, rend compte de cette scénographie, avec un plan en deux parties, la première consacrée à la «Mobilité des paysages de Camargue », la seconde à « Habiter les rives du Rhône : l'occupation de l'époque grecque à l'époque médiévale ».

2Le but des auteurs, archéologues, historiens et géomorphologues, est d'offrir aux lecteurs et aux visiteurs de l'exposition une cartographie des lieux, forcément évolutive du fait de la topographie particulière. C'est autour du Rhône d'Ulmet, branche orientale du delta, que se sont concentrées les études présentées ici. Elles révèlent, toutes époques confondues, la dure réalité de l'installation humaine en milieu humide, avec la preuve d'une grande adaptabilité de l'homme à ce milieu.

3La recherche présentée sur la « Mobilité des paysages » offre d'abord une connaissance de la chronologie du delta à l'aune des études géomorphologiques, avec notamment, outre le texte, la figure 2 page 46 sur l'évolution du tracé du bras d'Ulmet, dont l'histoire débute avec la spectaculaire remontée du niveau de la mer après la dernière glaciation pour, à partir de 7000 ans avant notre ère, subir une dynamique mixte fluvio-marine. Dans ce paysage changeant, un certain nombre de références historiques et littéraires antiques sont clarifiées par l'imbrication des recherches géomorphologiques et historiques, comme cette divergence de représentation du delta entre les auteurs grecs Polybe et Strabon, l'un (Polybe) attestant de l'existence de deux Rhône, celui de « Saint-Férréol » au centre et celui « d'Ulmet » à l'Est, et l'autre (Strabon) d'un troisième chenal, dit « de Daladel » à l'Ouest, ces trois bras divergeant à partir de l'île de la Cappe en aval d'Arles. Quant à la recherche du fameux « canal de Marius », véritable « serpent de mer » archéologique, elle « refait surface »: creusé dans l'hiver 103-102 av. J.-C., a été décrit par Plutarque comme ayant eu un but commercial puisque destiné, tout comme le « fiumicino » le long du Tibre ou celui de Drusus dans l'estuaire du Rhin, à permettre aux bateaux d'entrer dans le delta en évitant les bancs de sable de l'embouchure ; les soldats y furent employés pour « parfaire leur entraînement physique » et les préparer aux combats à venir contre les hordes cimbres et teutones. Perdu de vue, cherché par tous les historiens, il a donné son nom de « fossae marianae » à Fos-sur-Mer, mais sa localisation n'avait jamais été prouvée. Aujourd'hui, une prospection menée dans la réserve des marais du Vigueirat va peut-être venir à bout de l'énigme.

4La recherche archéologique en Camargue a fait dans les vingt dernières années un progrès considérable : de 34 sites mentionnés dans le volume de la Carte Archéologique de la Gaule publié par Fernand Benoît en 1936, ils sont aujourd'hui plus d'une centaine référencés. Le chapitre 2, « Habiter les rives du Rhône » montre combien l'intérêt historique est important : il tient tout à la fois à la connaissance de l’évolution de l'occupation humaine et à la géographie des lieux ; il révèle, pour une région « en mouvement », une forte densité d'occupation humaine, dès l'époque de la colonisation grecque au 5è siècle avant notre ère, et l'existence de voies de passage vers l'intérieur. Les sous-chapitres consacrés aux « formes d'occupation », à « La vie quotidienne », aux « Activites » et à « La navigation » illustrent bien ce propos : à La Capelière, site occupé dès l'époque grecque, embarcadère et étape fluviale entre Arles et la mer, l'étude géomorphologique a montré la précarité de l'installation humaine, sur des levées ou des cordons littoraux fossiles, sujette à l'aléa des inondations répétées. A ces dernières, l'homme a réagi par la construction d'enrochements, de fossés de drainage, mais une plus forte crue a provoqué l'abandon du site, détruisant une levée et provoquant la salinisation des terres. Pour son habitat, l'homme a fait preuve d'une grande flexibilité : la pierre est absente du delta, et ce sont les matériaux locaux, terre, bois et aussi matériaux de récupération (amphores, blocs épars, pierres de lest) qui ont servi à la construction de l'habitat, sans négliger pour autant le décor, comme le révèle la présence de béton à tuileau et d'enduits peints.

5L'étude de la Camargue médiévale est longuement développée. Les sources y sont plus variées, car à l'archéologie et aux sciences « auxiliaires » on peut rajouter l'apport de la littérature. L'évolution du paysage est particulièrement documentée avec, alors que se fixe une église aux Saintes-Maries-de-la-Mer, un paysage de bois et de champs cultivés dès le 6è siècle. La pression humaine devient de plus en plus forte, malgré les incursions sarrasines dès 714, avec plusieurs églises, construites en terre et en bois, un château de terre édifié avant 829 par l'évêque Rolland le long du Petit Rhône... Entre le 10è et le 13è siècle, on remarque l'extension du peuplement, avec villas, castrum et de nombreux toponymes indicateurs. L'apogée intervient entre 1250 et 1300, avec défrichements, exploitation du sel, vignobles, pâturages et cultures des céréales ainsi qu'activité de pêche. Un nouveau pas est franchi dans l'attractivité de la zone avec l'installation de l'abbaye Notre-Dame d'Ulmet vers 1175 par des Cisterciens de Bonnevaux (Isère) sur une montille, îlot récemment formé. Abondamment dotée de terres, d'étangs et de salines, l'abbaye devient un gardien de l'embouchure et un farot y est installé ainsi qu'un péage sur les poissons au 14è-15è siècle. Le paysage est celui d'une ripisylve, avec culture de la vigne, du noyer et de l'amandier. La réussite est rapide, l'abbaye fonde celle de Sylvéréale sur les rives du Petit-Rhône, avant d'être obligée de se replier du fait du changement de cours du fleuve... En 1538, l'abbaye est totalement ruinée, puis elle est démantelée et ses pierres sont vendues pour la construction des salins de Badon en 1693 !

6La fouille de ces différents sites a permis de porter un regard précis sur la vie quotidienne depuis l'époque grecque dans une zone d'habitat précaire. Ainsi, à la Capelière, entre 500 av. J.-C. et 50-60 ap. J.-C., le rôle de Marseille dans l'approvisionnement est prépondérant puis, durant l'Antiquité tardive, les céramiques sigillées africaines et méditerranéennes sont majoritaires. L'évolution de la pêche est également d'un grand intérêt, avec une prédominance de la capture des anguilles dès l'origine de l'installation et jusqu'à la dernière période d'occupation, ce qui montre bien l'importance de ce poisson dans la vie des populations littorales. Mais au cours du temps, et particulièrement à l'époque romaine, la pêche se diversifie, avec la capture du mulet, du loup, de la sole et du turbot, mais aussi du brochet et de l'esturgeon. L'existence de bassins à salaisons prouve la proximité de salines.

7Enfin, la navigation qui, depuis les découvertes dans le lit du Rhône, d'une part en face d'Arles et d'autre part au Parc Saint-Georges de Lyon, d'une série d'embarcations antiques et médiévales, avait attiré à nouveau l'attention sur les caractères spécifiques de la batellerie fluviale, parfois de fort tonnage, trouve de nouvelles sources de renseignements. Le port d'Ulmet, avant-port d'Arles sur la rive gauche du fleuve, a livré un embarcadère, encore partiellement immergé, et on a pu en étudier le tirant d'eau.

8L'ouvrage nous livre comme enseignement que la Camargue, pays de terres et d'eaux, a été « fabriquée » partiellement par l'homme et par la conjonction des actions du Rhône et de la mer. On soulignera la qualité des illustrations, et le caractère particulièrement explicite des aquarelles de Jean-Claude Golvin).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Corinne Landuré, Claude Vella, Marion Charlet (dir.), La Camargue, au détour d’un méandre  », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 246.

Référence électronique

André Buisson, « Corinne Landuré, Claude Vella, Marion Charlet (dir.), La Camargue, au détour d’un méandre  », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9843

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page