Navigation – Plan du site
articles

Trajectoire d’Amaravati, la capitale du nouvel Andhra Pradesh (Inde) : chronique d’un choix de localisation

The trajectory of Amaravati, capital of the new Andhra Pradesh (India): chronicle of a location choice
Eric Leclerc
p. 117-129

Résumés

Trop souvent oubliée, l'Asie du Sud est une terre de capitales nationales, mais aussi provinciales par ses États à structure fédérale. À partir du cas de la création du 29e État indien du Telangana le 2 juin 2014, nous allons observer les luttes de pouvoir, l'affrontement des représentations territoriales qui ont présidé au choix de localisation de la nouvelle capitale de l’Andhra Pradesh. Dans un premier temps, cet exemple est mis en perspective avec les évolutions géo-historiques de l'Inde sur la longue durée, ainsi que les constructions de capitales après la bifurcation de l'Uttarakhand, du Chhattisgarh et du Jharkhand en 2000. Puis l'analyse porte sur les arguments spatiaux et symboliques mis en avant par l'ensemble des acteurs, des plus locaux jusqu'au gouvernement central de New Delhi, pour emporter la décision finale en Andhra Pradesh.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque l'on évoque le cas de nouvelles capitales, les noms de Brasilia, Canberra ou Prétoria surgissent souvent en premier. Pourtant l'Asie du Sud est aussi terre de villes (Louiset, 2011) et elle offre une longue histoire de création de capitales. Le Pakistan a connu au moins 3 capitales Lahore, Karachi et enfin Islamabad choisie comme Brasilia pour ne pas privilégier une région puissante (Stephenson, 1970). Pour le Sri-Lanka, on peut citer Anurâdhapura, Polonnâruvâ, Kandy, Colombo. Dans cet article nous avons privilégié le cas de l'Inde qui, par sa structure fédérale, est administrée à deux niveaux politiques. En dehors de New Delhi, la capitale nationale, chaque État fédéré dispose d'une ville qui réunit des fonctions de commandement majeures (assemblée législative, conseil des ministres, haute cour de justice). En fonction des remaniements territoriaux, l'Inde a été amenée à bâtir des capitales pour chacun de ces États.

2Mais qu’est-ce qu’une capitale ? L’association avec le concept d’État-nation affaiblit le questionnement tant l’association d’une ville avec l’exercice des fonctions de la souveraineté nationale semble évidente. La capitale est alors la première au sommet de la hiérarchie des villes ce que confirme son étymologie (du latin « caput » tête). C’est le sens retenu par les définitions en extension de la capitale qui accumulent les critères pour les identifier et les classifier. J. Gottmann en identifie 3, la taille de l’entité nationale dirigée, l’étendue des relations extérieures et le poids du contrôle de la capitale sur la nation (Gottmann , Harper, 1990, p. 79). Nous préférerons utiliser la définition de C. Raffestin qui la rattache à une catégorie anthropologique car elle est « incarnée dans un groupe organisé et encadré par des institutions qui légitiment l'exercice d'un pouvoir » (Raffestin, 1987, p. 132). Cela lui permet de distinguer la capitale de l’objet ville qui la porte ; il affirme donc que cette fonction de pouvoir est indépendante de sa localisation. Pour C. Raffestin la fonction capitale est liée à la mobilité, à l’innovation, à la stimulation et la concentration. Il conclut sa théorie de la capitale par sa capacité à commuter : « Une capitale en expansion « commute » sans cesse, une capitale en déclin ne « commute » plus que partiellement » (idem, p. 135).

  • 1 L’État restant s’appelle depuis juin 2014 Navya Andhra Pradesh (nouvel Andhra Pradesh). Pour le dis (...)

3Après avoir passé en revue l'évolution géo-historique de quelques capitales indiennes tant nationales que fédérales, nous nous appuierons sur l'exemple du dernier État créé en 2014, pour analyser les enjeux symboliques, politiques et économiques autour d'Hyderabad, sa capitale. Comme la division de l'Andhra Pradesh en deux entités politiques, impose à l'État résiduel1 de fonder une nouvelle capitale dans la décennie à venir, nous étudierons les projets socio-politiques concurrents. Dans une dernière partie, à travers la chronique des projets de localisation de la nouvelle capitale Amaravati, nous analyserons les idéologies à l’œuvre, ce que C. Raffestin nomme la sémiosphère des capitales (Raffestin, 1993).

Une abondante production de capitales en Inde

4Nous nous intéresserons dans cet article au cas de l'Inde qui, par sa structure fédérale et sa taille, offre une plus grande diversité de situation que le reste de l’Asie du Sud. La plupart des États indiens comptent plusieurs dizaines de millions d'habitants, bien plus que la majorité des pays européens. Si leur capitale administrative ne comprend pas toutes les fonctions réunies à New Delhi (gouvernement central, ambassades), elles n'en exercent pas moins des fonctions de commandement majeures qui les distinguent du reste du réseau urbain.

Un millénaire de capitales en Inde

  • 2 Elle aurait été la capitale des Pandavas, lignée mythique du récit du Mahabharata.

5Avant de nous intéresser à la création du dernier État indien (Telangana) qui nécessite la construction d'une nouvelle capitale, nous allons décrire leur production passée jusqu'aux dernières réalisations du début du XXIe s. En plus de leur chronologie nous vérifierons si elles possèdent la fonction capitale telle que définie par C. Raffestin. Nous donnerons une première réponse en nous appuyant sur le cas de la capitale actuelle de l'Union indienne, New Delhi qui possède indéniablement le caractère de la mobilité puisque que l’on peut identifier 9 capitales successives dans le périmètre de cette agglomération (Spear, 1994 ; Singh, 1999, Singh & Varma 2001). Si la première, Indraprashta vers -1000 / -500 av. J.-C. relève plus de la mythologie2, les suivantes à partir Xe s. ap. J.-C. (Lal Kot fondée par Anang Pal Tomar) nous ont laissé des traces archéologiques, voire d'impressionnants vestiges. Chacune des dynasties d'envahisseurs qui ont conquis le Nord-Ouest du sous-continent ont fondé une capitale comme Qutb-ud-din à Mehrauli en 1192 ou encore la dynastie Khilji en 1303 (Siri fort). Jusqu'à la construction de Shajahanabad, l'actuelle Old Delhi par Shah Jahan, plus connu comme constructeur du Taj Mahal, il y eut en 1321 Tughluqabad, en 1333 Jahanpanah (refuge du monde), en 1351 Firozabad et enfin Dinpanah en 1533. Delhi est un véritable cimetière de capitales. Il y en eut d’autres dans l'espace indien puisque les dynasties musulmanes déplacèrent régulièrement leur capitale. Ainsi en 1327 Mohammed Shah Tughluq déménage l'ensemble de Delhi à Daulatabad, 600 km plus au Sud. Agra servit aussi plusieurs fois de capitale à partir de 1526 sous Babur 1er empereur Moghol, de 1556 à 1605 sous Akbar, et enfin de 1628 à 1648 sous Shah Jahan avant que ce dernier ne revienne définitivement s'installer à Delhi. Longtemps la capitale est donc nomade. Comme le décrit Bernier en 1664 à propos d’un déplacement de l’empereur Aurangzeb vers le Cachemire, « il faut imaginer que c’est tout Delhi, la ville capitale, qui marche » (in Gaborieau, 1994, p. 15). Au cours de cette longue histoire, la capitale est là où se trouvent le souverain et sa cour, là où s’exerce le pouvoir.

  • 3 Pour de plus longs développements cf. C Grataloup (1996) qui résume cette position par 2 principes, (...)

6Les nouveaux envahisseurs européens ne seront pas en reste en matière de production de capitales (Ramachandram, 1991). Lorsque le gouvernement britannique prend le contrôle politique du territoire et établit son Empire après la répression de la mutinerie des cipayes en 1857, son premier geste est de transférer la capitale à Calcutta. Il s’installe dans son principal comptoir et dans la région la plus riche à l'époque. Mais les raisons du déplacement de la capitale au Bengale, les conflits politiques, seront aussi celles qui l'en chasseront. Les troubles qui agitent la région suite à la partition du Bengale en 1904, incitent les britanniques à revenir à Delhi. En 1911, une nouvelle capitale créée ex nihilo et conçue par les deux architectes Edwin Lutyens et Herbert Baker, New Delhi, surgit au Sud de Shajahanabad (Sonne, 2003). En retournant à Delhi, les Britanniques reviennent sur la position héritée de l’empire Moghol, celle de la commutation avec l’Asie centrale3.

  • 4 En 1950 il y 18 États majeurs (9 provinces anglaises et 9 anciens royaumes, dont le plus important (...)
  • 5 Contraction des noms des deux régions résiduelles Rayalseema et Andhra.

7Au moment de l'Indépendance New Delhi va conserver son statut de capitale nationale et ce jusqu'à nos jours. Cependant les Indiens seront également confrontés à la problématique de la construction de capitales en fonction du redécoupage de leur territoire national. La multiplication des États fédérés, dont le nombre est passé de 18 en 1950 à 29 aujourd'hui4, a entraîné à chaque fois l'établissement d'une nouvelle capitale. Il n'y aura qu'une exception, Chandigarh, puisque après sa création ex-nihilo par Le Corbusier, la ville aura le statut de territoire de l'Union afin que le Punjab et l'Haryana puissent en faire tous les deux leur capitale (Kalia, 1999). Ailleurs, ces créations renforcent les anciennes villes historiques (Chennai, Mumbai, Hyderabad) ou sont des extensions périphériques de grandes villes comme Bhubaneshwar (extension de Cuttack) en Odisha (Kalia, 1994) ou Gandhinagar (extension d'Ahmedabad) au Gujarat (Kalia, 2004). L'Inde et sa structure administrative fédérale offre donc de nombreux exemples de production de capitales politiques. Une histoire qui n'est probablement pas achevée comme le montre la bifurcation de l'Andhra Pradesh en deux entités, Telangana et Seemandhra5, le 2 juin 2014.

Les capitales successives de l’Andhra Pradesh

8L'Andhra Pradesh offre un cas original et particulièrement intéressant à suivre car il fut à l'origine de la première réorganisation territoriale de l'Inde indépendante. C'est le premier État à avoir été créé sur des bases linguistiques en 1953, pour les locuteurs du Telugu, par séparation de la province de Madras où dominait la langue tamoule. Son exemple a servi de modèle à partir de 1956 pour l'ensemble de l'Inde avec la formation du Tamil Nadu, du Gujarat, du Maharashtra et du Punjab.

  • 6 Premier nom de l’actuel État d’Andhra Pradesh (Andhra State).

9En 1953, il faut donc trouver une capitale pour le nouvel État d’Andhra6. Bien qu'à l'origine une partie de l'élite Telugu ait réclamé Madras (actuelle Chennai) comme capitale, le rapport linguistique dans cette ville n'était pas en leur faveur (15 % contre 70 % Tamoul). Le site de la capitale de l’État d’Andhra est transféré à Kurnool dans la région du Rayalseema (carte 1) contre les recommandations du juge K. N. Wanchoo (février 1953) qui avait préconisé le partage de Madras entre les deux États pendant une période transitoire. Le rêve de récupérer ce grand port colonial et chef-lieu de province de l'Empire britannique s'évanouit pour les Telugu pour une petite ville enclavée (60 000 hab. en 1951) sur un plateau semi-aride.

Carte 1 : Réseau urbain de l'A.P. en 2011

Carte 1 : Réseau urbain de l'A.P. en 2011

10Le destin politique de Kurnool ne dure que trois ans car en 1956 le Vishalandhra (grand Andhra) voit le jour par l'unification de l'État d’Andhra et des régions de l'ancienne principauté du Nizam d'Hyderabad de langue telugu (Telangana). Le siège du pouvoir du nouvel État d'Andhra Pradesh est transféré dans l'ancienne capitale princière, Hyderabad. Centre d'un royaume musulman depuis le XIVe s. (dynastie Qtub Shahi), la ville devint aussi un carrefour ferroviaire et militaire pour les britanniques soucieux de contrôler ce puissant souverain. Ce fut l'un des trois États princiers à refuser de rejoindre l'Inde indépendante, ce que l'armée indienne régla en deux jours par la force en septembre 1948. En 1956, Hyderabad est donc passée du statut de capitale d'État princier à celle de capitale de l'Andhra Pradesh.

Hyderabad enjeu majeur de la bifurcation

11L’unification de deux territoires aussi différents dans leur évolution historique depuis le XVIIIe s. que le Telangana (État du Nizam) et l'Andhra (province de Madras) ne s'est pas faite sans heurts. Compte-tenu des écarts de développement économique, l'État central a mené un plan d'investissements publics industriels majeur dans une volonté d'égalisation du territoire national. Au moment de la fusion, des garanties avaient été données aux habitants du Telangana pour l'accès aux emplois de fonctionnaires mais elles n'ont pas été suivies d'effet. Dès 1969, un premier mouvement pour la bifurcation du Telangana apparaît, mais échoue après une répression qui fait 400 morts. Hyderabad a progressivement concentré toute la croissance urbaine de l'Andhra Pradesh (cf. carte 1). Elle a vu affluer des migrants de l'ensemble du territoire en plusieurs vagues. Dès la fin des années 1950, les Andhras de la côte, ayant eu un meilleur accès à l’éducation, se rendent dans la capitale pour occuper les emplois publics. Dans les années 1980, l'arrivée au pouvoir du parti régional du Telugu Desam (parti du pays Telugu) se traduit par l'afflux d'investisseurs et d'hommes d'affaires andhras. Enfin entre 1995 et 2004, sous l'impulsion de son charismatique dirigeant, Chandrababu Naidu, Hyderabad s'inscrit sur la carte mondiale de l'industrie informatique et vient concurrencer Bangalore, Mumbai ou Chennai pour attirer les investissements étrangers. Une nouvelle société cosmopolite se met en place avec l'afflux de migrants qualifiés de tout l'Andhra Pradesh et de l'Inde (Leclerc, 2009). Aujourd'hui, Hyderabad et son district périphérique Rangarredy contribuent à la moitié des revenus de l'ensemble de l'État.

  • 7 M Suchitra, A. Chakravartty, « Union Cabinet clears formation of Telangana » 3/10/13, Down to Earth (...)

12La prospérité exubérante de la capitale depuis le milieu des années 1990 s'est accompagnée d'un creusement des inégalités entre Hyderabad et les campagnes du Telangana qui a fini par s'exprimer dans une revendication territoriale (Rao, 2013). C'est autant l'afflux de population non originaire du Telangana que la prise de conscience du retard économique de la région en dehors de la capitale qui ont provoqué un réveil identitaire. Depuis 2009, les manifestations ont mobilisé principalement les urbains et plus spécifiquement les étudiants du Telangana, fer de lance de la contestation et premières victimes du chômage. Aussi lorsqu'il a été question de donner le statut de 29e État au Telangana, l'avenir de la capitale a émergé comme un enjeu majeur. Les partisans du nouvel État arguent du fait qu'Hyderabad est localisée au cœur du plateau central pour en réclamer l'entier contrôle. Les Andhras de la côte mettent en avant le poids de leurs investissements dans le succès mondial d'Hyderabad pour inversement ne pas la perdre. Deux visions s'opposent : premièrement une conception aréolaire pour les habitants du Telangana en s'appuyant sur le principe de continuité territoriale ; deuxièmement une conception réticulaire pour les Andhras qui considèrent Hyderabad comme tête d'un réseau urbain et interface d'accès à la mondialisation (Leclerc, 2011). Les partisans du Telangana se sont opposés à toute solution de capitale conjointe aux deux futurs États (comme Chandigarh partagé entre le Punjab et l'Haryana) ou même au statut de territoire fédéral comme pour la capitale nationale New Delhi. De leur côté les Andhras n'envisageaient pas de perdre leur capitale économique. Finalement le gouvernement central a décidé le 3 octobre 2013 de se ranger à l'avis des premiers en attribuant Hyderabad au Telangana7. Conscient des problèmes posés par la bifurcation, il a autorisé l'État d'Andhra Pradesh résiduel à utiliser encore Hyderabad comme capitale pendant une décennie. Les Andhras sont donc à la recherche d'une quatrième localisation pour fonder leur capitale, après Madras, Kurnool et Hyderabad.

Les controverses sur la localisation et la forme de la capitale du nouvel Andhra Pradesh

  • 8 Les logiques du redécoupage de ces trois États au cœur de la hindi belt sont complexes. Outre l’aff (...)

13Les revendications pour le Telangana avaient ressurgi au tournant des années 2000 à la suite de la création de trois nouveaux États dans le Nord et l'Est du pays, l'Uttarakhand, le Jharkhand et le Chhattisgarh. Ils ont été formés sur des critères de retard de développement et pour contenter les revendications identitaires de populations tribales pour les deux derniers et montagnardes pour le premier8. Comme ces 3 États sont nés depuis plus de 14 ans, nous allons analyser dans un premier temps les solutions qu'ils ont adoptées pour créer leur capitale. Ensuite, nous verrons si l'Andhra Pradesh peut s'inspirer de leur exemple, avant d’étudier les solutions avancées par le gouvernement central.

Les nouvelles capitales indiennes du XXIe s.

  • 9 Pour ces 3 États, il s'agit du recensement de 2001 puisque leur création date de novembre 2000.

14En novembre 2000, il a fallu choisir 3 villes pour devenir les nouvelles capitales de l'Uttarakhand, le Chhattisgarh et le Jharkhand dans des contextes urbains et politiques différents. Le critère de la taille a été prioritaire pour les deux premières avec la sélection de Dehradun (0,53 million9) pour l'Uttarakhand et de Raipur (0,7 million) pour le Chhattisgarh. Comme le Jharkhand disposait de plusieurs villes millionnaires, le choix a fait intervenir des critères politiques et historiques. Bien que moins peuplée, c'est Ranchi (0,86 million) qui a été choisie pour avoir été la plus mobilisée dans la lutte pour la bifurcation. Celle-ci avait aussi une histoire politique plus ancienne. Dès le milieu du XIXe s., c'est un chef-lieu administratif et militaire chargé de contrôler les turbulentes tribus du plateau du Chota Nagpur. En 1912 Ranchi est la capitale d'été officielle des provinces du Bihar et d'Orissa, et se voit dotée de bâtiments administratifs en conséquence, maison du gouverneur, ministères, secrétariat, assemblée (Breton, 1989, p. 57-58). Les deux villes écartées de cette sélection, Jamshedpur (1,1 million) et Dhanbad (1,06 million) sont des villes industrielles, respectivement de l'acier et du charbon.

  • 10 Dixit Commission report on Permanent Capital of Uttarakhand, publié le 9/08/10 sur http://www.eutta (...)
  • 11 S. Prashant, Controversy erupts over issue of permanent capital in Uttarakhand, 10/10/13, Business (...)

15Ces trois nouvelles capitales vont connaître au cours de ces dernières années des évolutions très différentes. Le rôle de capitale fédérée est le moins bien établi en Uttarakhand car Dehradun, préférée pour sa taille ainsi que ses bonnes infrastructures de communication, a un statut temporaire. Cette ville, au contact entre la plaine et les contreforts de l'Himalaya, n'était pas la capitale désirée par les partisans de la bifurcation. Quelques mois après la création de l'Uttarakhand, la commission Dixit est constituée pour déterminer l'emplacement de la capitale définitive. Cinq emplacements sont analysés, mais le rapport de cette commission n'est remis que 8 ans plus tard (2008) et examiné encore un an après par l'assemblée législative (juillet 2009)10. Ses conclusions sont favorables à Dehradun jugée plus accessible, moins vulnérable aux glissements de terrain et plus proche de Delhi. A l'inverse, les partisans de la bifurcation souhaitaient une localisation dans les montagnes pour correspondre à la nouvelle identité de l'État. Aussi Garsain, un bourg au centre géométrique de l'État avait leurs faveurs. La commission Dixit relève à son encontre : ses difficultés d'accès (à 150 km de la première gare et 54 km du plus proche aéroport) ; la nécessité de créer une ville ex nihilo au milieu des forêts (atteinte à l'environnement) et une plus grande proximité de la frontière chinoise. Le processus de construction est bloqué depuis lors pour des raisons politiques. Seule la construction d'une nouvelle assemblée législative a été entreprise afin d'en faire une capitale d'été11.

  • 12 Nouvelle capitale fédérale de la Malaisie située à 25 km du centre de Kuala Lumpur (4 600 ha), sour (...)
  • 13 Planning and Designing of the New Capital City of Jharkhand, Request for Proposal (RFP), November, (...)

16Au Jharkhand le premier État tribal, le choix de la localisation n'a pas été remis en cause et toute une série de projets de développement d'infrastructures pour accueillir les fonctions de la nouvelle capitale se sont succédés. À l'origine, les nouvelles institutions se sont installées sur le site de l'entreprise publique Heavy Engineering Corporation (fonderie, machine-outil), seule en mesure d'offrir logements et bâtiments pour les nouveaux fonctionnaires. Dès 2003, le ministre en chef de l'époque Babula Marandi souhaitait créer une nouvelle capitale dans la périphérie sud de Ranchi en s'inspirant du modèle malaisien de Putrajaya12 (Bunnel, 2004 ; Moser, 2010). Dix ans plus tard, rien n'est sorti de terre. La nouvelle autorité en charge de la capitale, la Greater Ranchi Development Authority a multiplié les consultations pour établir les plans du futur projet, mais les alternances politiques ont ruiné ces initiatives. Le dernier plan directeur (master plan)13 prévoit 3 sites dans l'actuelle agglomération de Ranchi. Il s'agit donc plus d'une réorganisation interne de l'agglomération existante pour la transformer en capitale que d'une création nouvelle.

  • 14 New Raipur takes Chhattisgarh into new age, IANS, zeenews.india.com, consulté le 4/11/14.

17Le second État tribal, le Chhattisgarh est le seul à avoir fait aboutir un projet concret. Depuis le premier novembre 2012, Naya (nouvelle) Raipur est devenue officiellement la capitale de l'État14. Le projet conçu dès 2002 a vu le jour à 20 km au Sud Est de Raipur sur une superficie de 7 000 ha. À terme, Naya Raipur devrait accueillir 500 000 habitants en 2031, même si seulement deux secteurs résidentiels sur 22 sont actuellement achevés. Le plan en damier s'inspire beaucoup des capitales postcoloniales comme Chandigarh ou Gandhinagar avec une organisation selon un réseau de grands boulevards, une séparation des circulations (routières, piétonnières) et un quartier monumental dédié aux institutions officielles avec un capitole.

  • 15 P. J. Oommen, S. S. Bajaj, 2008, Naya Raipur Development Plan-2031, Naya Raipur Development Authori (...)

18Le seul projet qui ait abouti jusqu'à présent (Naya Raipur) est très proche du point de vue urbanistique mais aussi dans sa localisation de l'expérience indienne de construction de nouvelles capitales15. Il s'agit du doublon administratif d'une ville déjà existante, comme Bhubaneshwar pour Cuttack, ou Gandhinagar pour Ahmedabad, construit ex-nihilo dans un rayon d'une trentaine de kilomètres de l'ancien centre. En ce sens, ce sont des villes nouvelles périphériques conçues pour décongestionner des centres anciens comme en connaissent toutes les grandes métropoles indiennes, Gurgaon ou Noida à New Delhi, Navi Mumbai à Mumbai. Seul Garsain en Uttarakhand aurait pu être un exemple alternatif de capitale ex nihilo comme Brasilia, mais il s'agit encore d'un projet très incertain qui ne peut servir d'exemple pour l’État résiduel d’Andhra Pradesh.

Où fonder la nouvelle capitale de l’Andhra Pradesh ?

19Le nouvel Andhra Pradesh n'est pas dans la même configuration que les trois derniers États créés en 2000. Il peut partager Hyderabad pendant 10 ans avec le Telangana, ce qui ne semble pas de trop au regard des retards des projets précédents. Cette décennie doit permettre de trouver un nouveau site pour la future capitale avec deux options : soit une création ex-nihilo, soit l'expansion d'une ville déjà existante. Nous allons voir maintenant les différentes propositions qui se sont affrontées pour déterminer l'emplacement (où ?) et la forme urbaine retenue (quoi ?) par les Andhras ainsi que par le pouvoir central.

  • 16 Cette chronique du choix de la localisation de la future capitale de l’Andhra Pradesh résiduel s’ap (...)

20Près d'un an avant la création officielle du nouvel Pradesh, la bataille pour le site de la future capitale avait déjà commencé. Dès fin juillet 2013, lorsque le parti du Congrès qui dirigeait alors le pays au Centre a annoncé sa décision de faire aboutir la revendication du Telangana, les candidatures pour héberger la future capitale ont fleuri. Les édiles des principales villes du Seemandhra comme on se plaisait alors à dénommer l'État résiduel, ont tenté de faire valoir leurs atouts respectifs. Les villes les plus souvent citées par la presse16 étaient dans l'ordre alphabétique : Kurnool, Ongole, Tirupati, Vijayawada et Visakhapatnam (cf. carte 1). Nous allons évaluer les principaux arguments mis en avant pour justifier ces localisations en nous appuyant sur le tableau 1.

Tableau 1 : Avantages comparatifs des villes de l'A.P. en compétition

Tableau 1 : Avantages comparatifs des villes de l'A.P. en compétition

21Tout d'abord le critère de la centralité est un argument d'égalité spatiale retenu comme principe pour les départements français. Il a joué dans le cas de Ranchi et Raipur en 2000 et a été aussi avancé pour le Seemandhra. De ce point de vue Kurnool, Vijayawada et Ongole sont approximativement à la même latitude, en position moyenne en Andhra Pradesh avec une position plus à l'intérieur des terres pour la première. En revanche Tirupati, un des plus grands centres de pèlerinage d'Inde du Sud et Visakhapatnam, un grand port militaire et civil, sont aux deux extrémités respectivement méridionale et septentrionale de la nouvelle entité administrative, ce qui affaiblit leur candidature.

22Si l'on prend la population comme second critère pour une alternative à Hyderabad, les écarts sont conséquents. La ville la plus peuplée après l'ancienne capitale est Visakhapatnam avec 1,7 million d'habitants en 2011, devant Vijayawada dont l'agglomération atteint 1,5 million. C'est très loin derrière Hyderabad (6,8 millions pour la ville), mais suffisant pour fournir une base solide pour construire une nouvelle capitale, meilleure que le cas du Jharkhand et du Chattisgharh. En fait les deux ensembles urbains cités précédemment sont équivalents en taille, car Vijayawada appartient à une aire métropolitaine qui inclut aussi la ville de Guntur à 20 km au Sud-Ouest (0,7 million), soit un total de 2,2 millions d'habitants. Ces chiffres permettraient de concevoir la nouvelle capitale sous forme d'une extension administrative comme en Odisha (Bubhaneswar) et au Gujarat (Gandhinagar). En revanche, les trois autres villes comptent moins d'un demi-million de personnes avec à égalité Kurnool (0,5) et Tirupati (0,5), loin devant Ongole (0,2). Il faudrait alors développer une ville presque ex nihilo.

  • 17 Réseau national autoroutier entourant le pays pour desservir les 4 grandes métropoles nationales (q (...)

23Le troisième critère souvent invoqué dans la presse concernait l'accessibilité des différentes villes pour les administrés. A l'exception de Tirupati, elles sont toutes reliées par des routes modernes à doubles ou triples voies. Ongole, Vijayawada et Visakhapatnam sont sur Quadrilatéral d'or (AH 45), et Kurnool sur le corridor Nord-Sud (AH 43)17. Elles sont toutes aussi reliées par rail sur des axes modernes (2 voies électrifiées) sauf Kurnool. Vijayawada est mieux située que ses concurrentes. Elle se trouve au croisement de l'axe côtier et de la pénétrante qui la relie à Hyderabad sur le plateau du Deccan que cela soit pour les routes ou le chemin de fer. Vijayawada ne dispose toutefois pas d'un aéroport important. Son trafic atteint 170.000 passagers grâce au développement des compagnies à bas coût qui y opèrent depuis les années 2000 et surtout l'extension de sa piste en 2011. C'est moins que Tirupati avec 276 000 passagers grâce à sa fonction religieuse, et très loin derrière Visakhapatnam avec plus de 1 million de passagers et 11 000 mouvements d'avions à l'année. Celui-ci est d'ailleurs le seul aéroport international avec un vol pour Singapour, mais l'extension récente de ses capacités doit beaucoup à sa fonction de base aérienne pour la marine indienne. Les situations sont donc plus contrastées pour les infrastructures de communication, Vijayawada ne l'emporte que pour les transports terrestres contre sa rivale septentrionale Visakhapatnam mieux desservie par le transport aérien car plus excentrée.

24Enfin dans cette bataille pour attirer les faveurs des politiques, l'argument de la disponibilité en surfaces à bâtir a été mis au premier plan. La future capitale devra en effet accueillir les bâtiments des administrations, plus de 190 départements administratifs, ainsi que des zones résidentielles pour loger les fonctionnaires. Ces besoins ont été estimés entre 610 ha et 4 050 ha par le gouvernement de l'Andhra Pradesh (Sivaramakrishnan, 2014, annexe VI p. 2). Dans cette lutte, les plus petites villes offrent de meilleures opportunités. A Kurnool et Ongole ce sont respectivement 28 300 et 32 400 ha de terres gouvernementales qui pourraient être mises à disposition, contre 11 000 ha à Visakhapatnam. Bien que ces données n'aient pas été validées officiellement, il est certain que les deux plus grandes agglomérations offrent moins de surface. En effet Vijayawada se situe à l'apex du delta de la Krishna, le grenier à riz de la région et le site de Visakhapatnam est bloqué entre la retombée des Ghats orientaux et la mer. Pour ces deux sites, les possibilités d'expansion sont moindres et surtout à des prix plus élevés.

  • 18 La situation économique du Rayalseema est très comparable à celle du Telangana, voir plus difficile (...)

25Finalement le choix entre les deux solutions, extension ou création ex-nihilo, reste déterminant pour faire peser la balance pour l'un de ces 5 lieux. La dimension historique a aussi été instrumentalisée pour promouvoir le site le moins bien pourvu Kurnool en rappelant qu'elle avait été la première capitale entre 1953 et 1956 et que sa situation sur le plateau semi-aride du Rayalseema avec un retard économique nécessitait un rattrapage18. Au moment de la formation de l'État d'Andhra en 1953, un accord dénommé le Sri Bagh Pact avait prévu un partage entre les fonctions de direction politique à Kurnool et de la Haute cour de justice à Guntur, mais la seconde réorganisation de 1956, n'avait pas laissé le temps à Kurnool de se développer réellement.

Quel modèle urbain pour le Centre ?

26Pour trouver une solution au dilemme de la localisation et de la forme de la nouvelle capitale, le ministère de l'intérieur (Home Affairs) du gouvernement central a mis en place une Commission dirigée par K. C. Sivaramakrishnan, le 28 mars 2014, avec obligation de soumettre son rapport dans les 6 mois. Les termes de référence de la commission centrale portaient sur le développement de l'Andhra Pradesh et la façon dont le choix d'une nouvelle capitale pourrait l'affecter, ce qui explique son titre « Alternatives pour une nouvelle capitale pour l'État de l'Andhra Pradesh ». En revanche, le choix définitif de la localisation de la capitale restait du ressort du gouvernement de l'Andhra Pradesh résiduel. La commission commence ses travaux en réunissant des experts de la planification urbaine et régionale, et s'achève après juin 2014 par une visite de 11 des 13 districts de l'Andhra Pradesh. Pour évaluer l'impact du développement d'une capitale dans les régions du nouvel État, des experts ont mesuré l'influence de 5 critères, la disponibilité en eau et en terres vacantes, les risques naturels, le degré de connectivité et enfin le niveau de développement (tableau 2). Ceci leur permet de comparer 13 villes couvrant l'ensemble de l'État et d'obtenir un classement en construisant un indice composé qu'ils nomment Indice d'aptitude des zones capitales et des districts (District and Capital Zone Suitability Index, dernière colonne du tableau 2).

Tableau 2 : Indice d'aptitude des zones capitales et des districts

Tableau 2 : Indice d'aptitude des zones capitales et des districts
  • 19 Visakhapatnam a un meilleur score dans l'analyse de la commission, car les critères d'évaluation de (...)

27On retrouve ici quelques résultats estimés à partir du tableau 1, avec par exemple le meilleur indice de connectivité pour le District de Krishna avec Vijayawada, ou une faible disponibilité de terres sur la côte du Coromandel, sauf à l'extrémité septentrionale (Visakhapatnam)19 et dans la zone centrale (Nellore). Le tableau apporte aussi des informations importantes sur les aménités d'une capitale comme la disponibilité en eau qui prend en compte les précipitations annuelles, la présence de barrages ou la profondeur de la nappe phréatique. La situation est meilleure sur la côte soumise à la mousson du Nord-Est et aménagée pour l'irrigation dès l'époque britannique, par rapport au plateau du Deccan (Rayalseema). Cet avantage se reflète aussi dans le niveau de développement qui favorise la zone côtière centrale (deux deltas de la Krishna et de la Godavari), augmentant les chances de réussite d'une nouvelle capitale par son dynamisme économique.

  • 20 « The Committee does not consider a single large capital city as a feasible option available to And (...)
  • 21 « The Committee is strongly of the view that locating several governmental offices within the VGTM (...)
  • 22 Cf. son article sur la gouvernance des grandes métropoles en Inde (K. C. Sivaramakrishnan, 2009).

28Cependant lorsque la commission formule ses recommandations le 31 août 2014, soit un mois avant la fin de son mandat, elle ne se prononce pas pour un site particulier car elle redoute la concentration en un seul lieu : « Le Comité ne considère pas une seule grande capitale comme une option réaliste pour l'Andhra Pradesh dans l'état actuel »20. Elle affirme au contraire la nécessité de décentraliser les fonctions de commandement de la nouvelle capitale afin de stimuler le développement de l'ensemble de l'État. Elle appuie aussi ses conseils sur la difficulté à trouver en un seul lieu assez de terres vacantes dans un État avec une densité générale de 308 h/km² et 5 districts où elles dépassent 450 h/km2 (519 h/km² pour le district de Krishna). Le rapport s'achève par une partie intitulée « Développement distribué » accompagnée d'un plan général (carte 2) qui identifie non pas des lieux mais des formes de développement où implanter les différentes administrations. Ses trois recommandations sont du Sud-Ouest vers le Nord-Est, la constitution d'un arc du Rayalseema unissant les villes de Tirupati à Kurnool, l'épine dorsale de Kalahasti le long du futur axe ferroviaire Tirupati-Nadikudi, et enfin la zone urbaine de Visakhapatnam. La région de Vijayawada-Guntur n'est même pas mentionnée sur cette carte. La commission, établie sous les auspices du parti du Congrès, alors encore aux affaires au gouvernement central, se prononce donc clairement contre une concentration des fonctions autour de Vijayawada : « Le Comité est fermement d'avis que la localisation de plusieurs services gouvernementaux dans la zone urbaine VGMT est à la fois irréalisable pour des raisons financières et indésirable pour le développement décentralisé.21 ». Elle dénonce l'effet « attrappe-mouches » version anglaise de la poule aux œufs d'or, responsable de la macrocéphalie de l'ancienne capitale de l'Andhra Pradesh unifié, Hyderabad. Il faut ajouter que le président de cette commission, K. C. Sivaramakrishnan, artisan de la rédaction du 74e amendement de la Constitution sur la décentralisation des pouvoirs urbains, était favorable à une séparation des pouvoirs entre ceux de l’État fédéré et celui de la capitale. Il avait dénoncé en son temps la confusion des rôles par Chandrababu Naidu entre ministre en chef de l’Andhra Pradesh et promoteur du développement urbain à Hyderabad22.

Carte 2 : Recommandation pour une implantation en réseau de la nouvelle capitale

Carte 2 : Recommandation pour une implantation en réseau de la nouvelle capitale

29Au problème de la concentration, s’ajoute celui l’acquisition du foncier pour développer la nouvelle capitale. La commission redoute les difficultés et le coût pour rassembler les surfaces nécessaires, ainsi que les conséquences sur l’emploi de ces réquisitions. La suppression de terres agricoles risque d’enrichir les propriétaires fonciers et les agents immobiliers au détriment des travailleurs qui perdront leurs moyens de subsistance.

La reprise en main politique en Andhra Pradesh

30Le destin de la commission Sivaramakrishnan va cependant être scellé par un changement de direction politique aussi bien au Centre qu'en Andhra Pradesh. Au printemps 2014 se tiennent simultanément les élections nationales pour le renouvellement de la Lok Sabha, chambre du peuple, ainsi que les élections dans les deux nouveaux États pour les doter d'un gouvernement. Suite aux élections du mois d'avril 2014, le parti du Congrès essuie une sévère défaite et est remplacé au Centre par le parti du peuple indien (Bharatya Janata Parti) avec à sa tête Narendra Modi, un nationaliste hindou. En Andhra Pradesh le parti du Congrès essuie une défaite tout aussi cuisante, incapable de capitaliser sur sa décision d'autoriser la bifurcation.

Le choix définitif de la localisation

  • 23 Finalement à l'approche de la création du Telangana, le terme de Seemandhra a été abandonné au prof (...)

31La raison de la précipitation de la commission Sivaramakrishnan à remettre son rapport ne tenait pas à la démonstration de son efficacité, mais au raccourcissement du calendrier de la part du gouvernement d'Andhra Pradesh fraichement élu. Dans le Telangana, c'est le parti TRS qui avait mené campagne pour la bifurcation qui l'a emporté, son président K. Chandrasekhara Rao en est devenu le ministre en chef (2 juin 2014). Dans l’État résiduel, c'est le Telugu Desam Party qui est revenu au pouvoir avec à sa tête Chandrababu Naidu. Après une décennie d'éclipse, l'homme fort du parti régional qui avait accompagné la montée en puissance d'Hyderabad sur la scène internationale, prend les rênes du nouvel Andhra Pradesh23 le 8 juin 2014. Moins d'une semaine après sa prise de fonction, Chandrababu Naidu a déjà exprimé sa préférence pour une localisation dans la région de Guntur et Vijayawada. Un mois après son élection il forme un comité de 9 membres avec à sa tête le ministre de l'administration municipale P. Narayana pour le conseiller sur le développement de la nouvelle capitale (20 juillet). Il y associe 4 industriels pour s'assurer la caution du monde des affaires. Après avoir visité 4 capitales fédérées indiennes Navi Mumbai, Naya Raipur, Chandigarh et Gandhinagar, et 6 capitales internationales Brasilia, Singapour, Putrajaya (Malaisie), Astana (Kazakhstan), Dubai et Islamabad, ce comité devait remettre un rapport début septembre 2014. En attendant ces résultats, Chandrababu Naidu, en habile politicien, prit soin de ménager les susceptibilités de chacune des régions de l'Andhra Pradesh. Après son élection, il réunit le conclave de son parti, le Telugu Desam, dans le Telangana, ses élus à l'assemblée législative pour se faire élire ministre en chef dans le Rayalseema à Tirupati et organisa sa cérémonie d'intronisation sur la côte du Coromandel à Mangalagiri.

32En choisissant toutefois pour la cérémonie officielle, l'aire urbaine de VGMT (Viijayawada-Guntur-Mangalagiri-Tenali), il officialise sa préférence pour le riche delta de la Krishna afin de développer la nouvelle capitale. Pour appuyer cette option, le département de la planification de l'Andhra Pradesh fait circuler en juillet 2014 une carte communiquée à la commission centrale avec 8 propositions de localisation, toutes dans la partie médiane du nouvel État (carte 3). 60 % des sites sont dans le seul district de Guntur (Bollapalle, Macherla, Mangalagiri, Pulichintala, Vinukonda), 2 dans le nord du district de Prakasam (Donakonda, Martur) et 1 en Krishna (Musunuru). En dehors de Mangalagiri, une ville à mi-distance de Guntur et Vijayawada, la plupart des propositions sont situées en dehors des zones de forte densité agricole, et 3 d'entre elles, Macherla, Pulichintala et Bollapalle proches de zones forestières soumises à des réglementations environnementales strictes.

Carte 3 : Proposition de localisation de la capitale (GoAP)

Carte 3 : Proposition de localisation de la capitale (GoAP)
  • 24 Malgré son aura de fonctionnaire intègre et compétent, le fait que K. C. Sivaramakrishnan soit orig (...)
  • 25 Calcul réalisé à partir du Village and Town Directory 2001, la version 2011 n'était pas encore disp (...)
  • 26 La question foncière justifierait à elle seule un article complet, mais en l’absence de données de (...)

33Quelques jours après la remise du rapport de la commission Sivaramakrishnan, le 4 septembre 2014, Chandrababu Naidu annonce devant l'assemblée législative le choix de la région de Vijayawada-Guntur pour implanter la capitale24. Il faudra encore attendre deux mois pour la localisation définitive dans le district de Guntur à l'Ouest de Vijayawada entre Thullur et Mangalagiri. La liste des 17 villages se trouvant sur le site de la future capitale est publiée le 30 octobre 2014 (carte 4). L'espace couvert par ces villages représente une superficie de 133,12 km² 25. Si l'on tient compte de l'espace déjà bâti des villages et des espaces non constructibles (tank, forêt), on est très proche de la superficie de l'actuelle Chandigarh (114 km² et 1 million hab. 2011), beaucoup plus que nécessaire au noyau administratif de la future capitale. La zone retenue est en amont du barrage de Prakasam donc hors du delta ancien où les densités sont les plus fortes. Elle a bénéficié du réseau de canaux du barrage de Nagarjuna Sagar plus en amont, mais comme la zone est à l'extrémité orientale de ce « nouveau » delta, à plus de 120 km à vol d'oiseau de la source, l'irrigation y est très irrégulière. Il s'agit d'une zone agricole fertile mais sans double récolte. Seule la partie qui touche au fleuve au Nord est une ceinture maraîchère qui profite de prélèvements directs dans ce dernier. Malgré une faible irrigation, Chandrababu Naidu a opté pour une zone agricole dense et riche à l'échelle de l'État, plutôt que pour des zones plus déshéritées, ce qui va rendre l'acquisition des terres plus difficile. Depuis la bifurcation de l’Andhra Pradesh, on assiste à une véritable fièvre immobilière dans tous les sites potentiels d’implantation de la future capitale, et plus particulièrement dans la région de Vijayawada dès le mois de juin 2014. Les prix des parcelles ont été multipliés par dix en moins d’une année selon les observateurs locaux (Ananth, 2014) et atteignent déjà les prix de la périphérie d’Hyderabad26.

Carte 4 : Emplacement de la future capitale (VGMT)

Carte 4 : Emplacement de la future capitale (VGMT)

Les dimensions politiques et symboliques de l'implantation

  • 27 Notion développée par M. N. Srinivas pour décrire les castes de propriétaires terriens principales (...)

34Derrière les arguments de la centralité, de l'accessibilité ou de la taille de l'agglomération de VGMT qui peuvent être avancés pour valider ce choix, d'autres dimensions plus cachées sont à mettre en avant. La préférence pour la côte du Coromandel ne doit rien au hasard pour Chandrababu Naidu. C'est l'espace où il a gagné les dernières élections législatives nationales et fédérées de 2014. Le TDP a remporté 12 de ses 16 sièges sur la côte du Coromandel, contre 3 dans le Rayalseema et 1 dans le district de Ranggareddy qui entoure la capitale du Telangana, Hyderabad. Le sud du nouvel Andhra Pradesh est dominé au contraire par le parti du Congrès anciennement au pouvoir. Mais au-delà de cette simple arithmétique électorale, il faut prendre en compte en Inde la dimension sociale des votes, et l'alignement de ces derniers avec les castes (Jaffrelot, 1998). La scène politique de l'Andhra Pradesh est dominée depuis la création de l'État en 1956 par la rivalité entre 2 castes dominantes27 d'agriculteurs, les Reddy et les Kamma. Les premiers ont été les alliés du parti du Congrès et les seconds du parti du Telugu Desam (Pingle, 2011 ; Rao, 2013).

  • 28 Cf. carte de la distribution de la population Kamma en Andhra Pradesh (Benbaali, 2010, p. 111).

35Cette répartition a encore opéré lors des dernières élections de 2014 aussi bien pour les 25 parlementaires nationaux (membres du parlement ou MP) que les 175 parlementaires fédérés (membres de l'assemblée législative ou MLA). Sur les 6 MP Kamma élus, 5 appartenaient au TDP et 1 au BJP. Il n'y a eu qu'un Reddy élu pour le TDP, contre 5 pour le Congrès. Les chiffres sont aussi éloquents pour les MLA : 31 Kamma ont remporté un siège sous les couleurs du TDP contre 9 Reddy ; la proportion est presque inverse pour le Congrès : 31 postes pour les Reddy et 3 pour les Kamma. La Côte du Coromandel est donc acquise au TDP depuis sa dernière victoire électorale. La localisation des circonscriptions électorales remportées par des parlementaires nationaux montre que les victoires des Kamma concernent les deux deltas côtiers de la Krishna et de la Godavari, avec une prédominance pour le premier (3 sièges sur 5). En choisissant la région de Guntur-Vijayawada, le ministre en chef, Chandrababu Naidu, installe la nouvelle capitale au cœur du pays Kamma28, caste à laquelle il appartient. Ses détracteurs l’accusent de chercher à favoriser, par ce choix, les propriétaires fonciers de sa caste qui seront les premiers bénéficiaires de l’envolée des prix des terres agricoles.

  • 29 Pour le recensement indien, il s’agit d’un village même si avec son voisin Dharanikota, ils cumulen (...)
  • 30 Le père de la constitution indienne, le Dr Ambedkar se convertit en 1956 au bouddhisme pour dénonce (...)
  • 31 Il s’agit du plan de croissance et de développement du patrimoine national urbain HRIDAY (National (...)
  • 32 Commencé en 2004, le projet n’a été achevé qu’en mai 2013 par manque de fonds. Cette représentation (...)

36Reste à déterminer très précisément où et surtout sur quelle rive installer la future capitale. Le choix définitif de la rive droite au Nord de Mangalagiri, n'est pas étranger à la proximité de la ville d'Amaravathi. Cette dernière, une bourgade de 13 400 habitants29 a été un important centre bouddhique dès le IIe s. av. J.-C. Sous le nom de Dharanikota, le site a aussi été la capitale de la dynastie des Satavahana qui a régné jusqu'au IIIe s. ap. J.-C. Tombée en désuétude avec la disparition du bouddhisme de la péninsule indienne, la redécouverte de ce passé bouddhiste fait partie du travail de mémoire ambigu du Telugu Desam. Il faut se rappeler que le fondateur de ce parti, N.T. Rama Rao, fit ériger au milieu du lac Hussain Sagar à Hyderabad une immense statue de Bouddha. Ce choix a été diversement interprété : soit comme un objectif politique pour gagner les votes des dalits30, soit comme la volonté de réécrire l’histoire de capitale Hyderabad en niant son passé musulman (Becker, 2014, p. 166-173). Le choix d'un site à proximité d'Amaravathi confère donc à la nouvelle capitale une profondeur historique que vient de lui reconnaître le gouvernement central en classant Amaravathi parmi les 12 sites indiens devant bénéficier d'un fond national de sauvegarde31. Depuis, cette intention a été confirmée le 1er avril 2015 par la dénomination de la nouvelle capitale, Amaravati (sans le « h » dans la dernière syllabe). Tous ces éléments convergents indiquent la production d’une sémiosphère, pour reprendre les termes de C. Raffestin, orientée autour du passé bouddhiste des Andhras. C’est une façon de tourner le dos à l’épisode musulman constitué par Hyderabad et aussi une ouverture vers d’autres horizons. La renaissance bouddhiste incarnée par les monuments érigés par N.T. Rama Rao ou plus récemment près d’Amaravathi, le Dhyana Buddha32 (38 m de hauteur) participent à un mélange de foi et de consumérisme (comme sites touristiques) que D. L. McMahan qualifie de bouddhisme global folklorique (global folk buddhism) (Becker, 2014, p. 271). Cette sémiosphère enracine la nouvelle capitale dans le passé archéologique de la région mais aussi lui permet de commuter vers un horizon global celui du bouddhisme post-moderne.

Un modèle urbain venu de l’Asie orientale

  • 33 Le nouveau gouvernement central de N. Modi a lancé en juin 2015 la mission 100 villes intelligentes (...)
  • 34 Vijayawada-Guntur-Tenali-Mangalagiri Urban Development Authority (VGTM UDA).
  • 35 Hyderabad Metropolitan Development Authority créée en 2008.
  • 36 La différence entre une municipalité et une corporation municipale correspond à la taille (plus d’u (...)
  • 37 Capital Region Development Authority (CRDA).

37Chandrababu Naidu a non seulement choisi un site mais aussi un modèle urbain pour la nouvelle capitale. Si dans sa déclaration officielle du 4 septembre 2014 devant l'assemblée législative, il annonce un développement décentralisé avec 3 pôles urbains majeurs (Vijayawada, Visakhapatnam, Tirupati) et 14 villes intelligentes (smart city33), très vite son discours se concentre sur la nouvelle capitale. Il oriente son action dans 2 directions : premièrement créer un cadre institutionnel pour organiser le développement de la nouvelle région-capitale et deuxièmement proposer un modèle urbain. La première action consiste à prendre le contrôle des institutions dans l'aire de développement de la future capitale. Au moment de la bifurcation, la planification de cette aire métropolitaine était organisée par l'Autorité de Développement Urbain de Vijayawada-Guntur-Mangalagiri-Tenali34 et couvrait une superficie de 7 060 km² soit presque autant que Hyderabad (7 100 km² pour l'Autorité du Développement Métropolitain d'Hyderabad35). C'est une aire disproportionnée pour une zone urbaine qui compte 4 fois moins d'habitants et regroupe 819 villages, 9 municipalités et 2 corporations municipales36. Dès le 19 novembre, cette entité est restructurée sur ordre du gouvernement de l'Andhra Pradesh pour devenir l'Autorité de Développement de la Région Capitale37 (CRDA). À sa tête le ministre en chef, Chandrababu Naidu, assisté d'un comité de 22 membres nouvellement nommés, en complète opposition avec la volonté de K. C. Sivaramakrishnan de séparation des pouvoirs municipaux et fédérés.

  • 38 Centre de recherche du ministère du développement national de Singapour spécialisé dans le développ (...)
  • 39 Agence gouvernementale créée en 2006 pour promouvoir le modèle de développement de Singapour.

38La seconde action consiste à trouver un modèle urbain pour élaborer la nouvelle capitale. Chandrababu Naidu a déjà visité Naya Raipur fin septembre 2014, mais il se tourne finalement vers des modèles internationaux. Il organise deux voyages successifs en Asie orientale, du 11 au 14 novembre à Singapour puis du 24 au 29 novembre au Japon. Dès la première visite, il indique son souhait de dupliquer le modèle singapourien pour la nouvelle capitale et de transformer l'Andhra Pradesh résiduel en hub logistique pour les exportations indiennes. Au Japon, il rencontre le premier ministre Shinzo Abe et découvre avec la ville de Kitakyushu un exemple de smart city à reproduire. Il cherche surtout à trouver des investisseurs pour bâtir la nouvelle capitale et favoriser le développement industriel de son État. Chandrababu Naidu cherche son inspiration dans les anciens et nouveaux pays industriels d'Asie, Japon et Singapour. Il agit avec célérité et signe dès le 9 décembre un accord de coopération avec le Centre for Liveable Cities38, la Singapore Cooperation Enterprise39 et l'Autorité de Développement de la Région Capitale, pour élaborer le plan directeur (master plan) de la future capitale. L'équipe singapourienne est à pied d'œuvre immédiatement pour mener à bien les études de terrain jusqu'à la mi-janvier 2015. Elle a effectué une analyse à trois échelles, un plan pour l'ensemble du CRDA, un plan général pour la ville capitale (Capital City Master Plan 125 km²) et enfin un plan détaillé pour la première phase de construction (Seed Development Master Plan 8 km²), rendu en mars 2015.

  • 40 Abad = ville en persan (Louiset, 2011, note 1, p. 163).

39En complète opposition avec les recommandations de la commission Sivaramakrishnan, il privilégie un modèle urbain d'économie avancée ainsi qu'une concentration des fonctions de commandement sur un seul site très vaste. Il reprend le modèle d’extension d’une agglomération déjà existante, maintes fois utilisé en Inde avec tout de même une originalité. Si Amaravati parvient à combler l’espace urbain vacant entre Guntur et Vijayawada, l’ambition est d’inverser la centralité du tissu actuel. Pour parvenir à ses fins, C. Naidu reprend les principes (diplomatie directe, marketing territorial) qui lui avaient permis de réaliser Cyberabad40 lors de son précédent mandat (1995-2004). À l'époque, pour imposer le passage à une économie de service, il s'était inspiré de la Silicon Valley, réussissant à amener Bill Gates et Bill Clinton jusqu'à Hyderabad pour convaincre les entreprises de hautes technologies d'investir dans sa ville. Il faisait le pari de sauter l'étape du développement industriel pour entrer directement dans l'ère de l'économie de la connaissance. Pari réussi puisqu'aujourd'hui Hyderabad est le 4e exportateur de services informatiques du pays (14 % 2011-2012), même si cela s'est fait au détriment du reste de l'État, ce qui lui valut une cinglante défaite électorale en 2004.

Conclusion

40Il est encore trop tôt pour savoir si Chandrababu Naidu arrivera à réitérer ses premiers succès dans la nouvelle capitale, d'autant plus qu'il affronte les critiques des partis d'opposition contre le choix d'expert étrangers pour formuler le plan directeur. On peut déjà constater qu'il applique un certain nombre des recettes apprises pour hisser Hyderabad sur la scène internationale. Il a 5 ans devant lui avant d'affronter les urnes, c'est probablement la raison pour laquelle il s'est engagé à achever la première phase de construction de la capitale pour 2019. Une fois le chantier avancé, il sera beaucoup plus difficile de le remettre en cause. On est en droit cependant de s'interroger sur la possibilité de créer une seconde capitale multimillionnaire à 300 km seulement de la première, Hyderabad. Cela semble défier les lois de l'analyse spatiale classique. Quelles seront les conséquences du développement de la nouvelle capitale sur l'ancienne ? Il est certain que les investisseurs andhras devront choisir entre maintenir leurs investissements à Hyderabad ou profiter des nombreuses opportunités dans la nouvelle région capitale.

41L'exemple du choix de l'implantation de la future capitale montre en tout cas la façon dont les représentations du territoire sont manipulées par les protagonistes, ici le pouvoir central, le gouvernement de l'Andhra Pradesh et la société civile pour orienter la décision. Mais au-delà du choix de localisation, cet exemple met en évidence la dimension non-spatiale d’une capitale. Les orientations imposées par Chandrababu Naidu révèlent un projet socio-politique fort que l’on peut interpréter comme une volonté de rupture. Il entérine ici la décision de bifurcation de l’Andhra Pradesh en choisissant une nouvelle implantation et en construisant une nouvelle sémiosphère. Comme l’explique C. Raffestin « la translation géographique n’est pas une fin en soi, mais un moyen pour permettre à la nouvelle sémiosphère de déployer tous ses effets dans un cadre peu ou pas connoté avec l’ancien régime » (Raffestin, 1993, p. 16). En fait Chandrababu Naidu avait déjà entamé ce processus lorsqu’il dirigeait l’ancien Andhra Pradesh. En créant Cyberabad, la nouvelle capitale des hautes technologies dans la périphérie Nord-Ouest d’Hyderabad, il avait donné à cette ville sa quatrième incarnation après Golconda (XIVe s.), Hyderabad (1591) et Secunderabad (1806). Il avait redonné à Hyderabad un statut de capitale en réussissant à la commuter sur les flux mondiaux de l’information (Leclerc, 2003). On peut dès lors interpréter le projet d’Amaravati et sa sémiosphère selon un registre qui comprend deux échelles spatio-temporelles. Pour la nouvelle entité politique, le choix de la région de Vijayawada-Guntur ancre la capitale dans le pays Andhra, rendant ainsi justice à une revendication portée depuis 1953. Mais il ne s’agit pas seulement d’un choix tourné vers le passé. C’est aussi ouvrir vers l’échelle mondiale par une volonté de commuter vers l’Asie orientale tant en termes de modèle urbain que culturel (le bouddhisme global folklorique), et donc l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

ANANTH S., 2014, The Real Estate of Bifurcation, Economic and Political Weekly, 9 juillet 2014 , vol. XLIX, 26-27, p. 3.

ANANTH S., 2015a, Sleepy Backwaters to Real Estate Haven, Economic and Political Weekly, 7 janvier 2015, vol. L, 1, p. 11.

ANANTH S., 2015b, Village as « Class » and City as « Mass », Economic and Political Weekly, 25 mars 2015, vol. L, 13, p. 10.

ANANTH S., 2015c, Foundation for the Dreams. Andhra Pradesh Capital Development Story, Economic and Political Weekly, 17 octobre, 2015, vol. L, 42, p. 14.

ANANTH S., 2015d, Speculation and the New City, Economic and Political Weekly, 10 novembre 2015, vol. L, 45, p. 11.

BECKER C., 2014, Shifting Stones, Shaping the Past: Sculpture from the Buddhist Stupas of Andhra Pradesh, Oxford University Press, 353 p.

BENBABAALI D., 2010, Entre villages du delta et Hitec City. Mobilité sociospatiale des Kamma d’Andhra Pradesh, Purushartha , vol. Circulation et territoire dans le monde indien contemporain, p. 105-133.

BETTELHEIM C., 1962, L’Inde indépendante, (Sciences politiques), Paris, A. Colin, 526 p.

BRETON R., 1989, La conurbation de la Damodar avec Bokaro la cité de l’acier et Ranchi technopole, L’information géographique, vol. 53, p. 45-62.

BUNNELL T., 2004, Malaysia, modernity and the multimedia super corridor : a critical geography of intelligent landscapes, (Routledge Curzon Pacific Rim geographies, 4) London ; New York, Routledge Curzon, xii, 203 p.

GABORIEAU M., 1994, Villes de toiles et villes de pierre, Cahiers de la Recherche Architecturale, p. 15-34.

GOTTMANN J., HARPER R. A., 1990, Since Megalopolis : the urban writings of Jean Gottmann, Baltimore, Johns Hopkins University Press, xii, 294 p.

GRATALOUP C., 1996, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, (Espaces modes d’emploi). Montpellier, RECLUS, 200 p.

JAFFRELOT C., 1998, La démocratie en Inde. Religion caste et politique, Paris, Fayard, 321 p.

KALIA R., 1994, Bhubaneswar : from a temple town to a capital city, Carbondale, IL, Southern Illinois University Press, xx, 236 p.

KALIA R., 1999, Chandigarh : the making of an Indian city, New Delhi ; New York, Oxford University Press, xv, 215 p.

KALIA R., 2004, Gandhinagar : building national identity in postcolonial India, Columbia, SC, University of South Carolina Press, xiv, 165 p.

LECLERC E., 2003, Sur les marges de l’Archipel Mégapolitain Mondial, le pari des hautes technologies à Hyderabad (A.P., Inde), Mosella, vol. XXVIII, p. 183-200.

LECLERC E., 2009, Circulation of Indian IT professionals to Hyderabad and beyond. Integrating India in a global workforce, in KADEKAR L.N., SAHOO A.K., BHATTACHARYA G., BHAT C. (éd.), The Indian diaspora : historical and contemporary context : essays in honour of Professor Chandrashekhar Bhat, Jaipur, Rawat Publications, p. 197-208.

LECLERC E., 2011, Mobilité, spatialité et mondialité. Les informaticiens dans la ville globale, Habilitation à Diriger des Recherches, Bordeaux, Université Michel Montaigne, Bordeaux 3, 4 vol, 684 p.

LOUISET O., 2011, L’oubli des villes de l’Inde : pour une géographie culturelle de la ville, Paris, Armand Colin recherches, 291 p.

MOSER S., 2010, Putrajaya: Malaysia’s new federal administrative capital, Cities, 2010 , vol. 27, p. 285-297.

PINGLE G., 2013, Reddys, Kammas and Telangana, Economic and Political Weekly, 30 novembre, vol. XLVI, 36, p. 19-21.

RAFFESTIN C., 1987, La fonction capitale est-elle nomade ? Urbanisme, p. 132-135.

RAFFESTIN C., 1993, Une capitale est-elle l’expression d’une sémiosphere nationale ou le lieu de mise en scène du pouvoir?, in ANDREW C., LENGELLÉ J.G. et TAYLOR J. Capital Cities/Les capitales, Ottawa, McGill-Queen’s University Press, p. 7-30.

RAMACHANDRAN R., 1991, Urbanization and urban systems in India, Delhi, Oxford University Press, 364 p.

RAO G. G., 2013, Caste Calculations of the Congress in Andhra Pradesh, Economic and Political Weekly, 19 octobre, vol. XLVIII, 42, p. 18-20.

RAO G. G., 2013, Hyderabad and the Bifurcation of Andhra Pradesh, Economic and Political Weekly, 10 octobre, vol. XLVIII, 42, p. 39-43.

SINGH B. P., VARMA P. K., 2001, The millennium book on New Delhi, New Delhi - New York, Oxford University Press, 257 p.

SINGH U., 1999, Ancient Delhi, New Delhi ; New York, Oxford University Press, xiv, 114 p.

SIVARAMAKRISHNAN K. C., 2014, Alternatives for a New Capital for the State of Andhra Pradesh, Ministry of Home Affairs, Union of India, 188 p. Accessible sur

http://www.cprindia.org/sites/default/files/policy-briefs/ExpertCommittee_CapitalAP_Final.pdf

SIVARAMAKRISHNAN K. C., 2009, Megacity governance, Business Standard, 8 mars.

SONNE W., 2003, Representing the state: capital city planning in the early twentieth century, Munich ; New York, Prestel, 367 p.

SPEAR T. G. P., GUPTA N., SYKES L., 1994, Delhi, its monuments and history, Delhi- New York, Oxford University Press, x, 177 p.

SRIKRISHNA B. N., 2010, Committee For Consultations On The Situation In Andhra Pradesh, Government of India, 505 p. Accessible sur http://pib.nic.in/archieve/others/2011/jan/d2011010502.pdf

SRINIVAS M. N., 1959, The Dominant Caste in Rampura, American Anthropologist, février, vol. 61, p. 1-16.

STEPHENSON G. V., 1970, Two Newly-Created Capitals: Islamabad and Brasilia, The Town Planning Review, vol. 41, p. 317-332.

TILLIN L., 2015, Explaining Territorial Change in Federal Democracies: A Comparative Historical Institutionalist Approach, Political Studies, août, vol. 63, p. 626-641.

TILLIN L., 2013, Remapping India : new states and their political origins, Oxford - New York, Oxford University Press, xiv, 268 p.

Haut de page

Notes

1 L’État restant s’appelle depuis juin 2014 Navya Andhra Pradesh (nouvel Andhra Pradesh). Pour le distinguer de cette entité, nous le dénommerons Andhra Pradesh résiduel (élément subsistant après une érosion). Pradesh signifie province ou pays, donc Andhra Pradesh = pays des Andhras. Nous conserverons le terme Andhra comme nom propre pour désigner soit les entités politiques historiques qui l’ont précédé, soit pour désigner la région côtière du Coromandel. Les Andhras désigne les populations vivant dans cette région, avec l’usage du pluriel conformément aux règles concernant les noms propres. En revanche, les noms de caste seront invariables.

2 Elle aurait été la capitale des Pandavas, lignée mythique du récit du Mahabharata.

3 Pour de plus longs développements cf. C Grataloup (1996) qui résume cette position par 2 principes, celui de Saporo (point d’entrée et de commandement d’un territoire) et celui de Constantinople (principe de position face au danger).

4 En 1950 il y 18 États majeurs (9 provinces anglaises et 9 anciens royaumes, dont le plus important est Hyderabad avec 210 000 km², et 11 territoires administrés directement par le Centre (Bettelheim, 1962, note 1 p. 191). En 2014, il faut ajouter aux 29 États, les 7 territoires de l'Union, dont Delhi et Chandigarh.

5 Contraction des noms des deux régions résiduelles Rayalseema et Andhra.

6 Premier nom de l’actuel État d’Andhra Pradesh (Andhra State).

7 M Suchitra, A. Chakravartty, « Union Cabinet clears formation of Telangana » 3/10/13, Down to Earth, consulté le 4/10/13.

8 Les logiques du redécoupage de ces trois États au cœur de la hindi belt sont complexes. Outre l’affaiblissement de la domination des hautes castes qui fait surgir de nouveaux acteurs régionaux, il y a aussi le rôle des partis nationaux (Congrès et BJP) pour conserver ou s’emparer du pourvoir. Notre intérêt se portant sur la création de la nouvelle capitale plus que sur celui de la bifurcation nous renvoyons à L. Tillin (2013, 2015) sur cette question.

9 Pour ces 3 États, il s'agit du recensement de 2001 puisque leur création date de novembre 2000.

10 Dixit Commission report on Permanent Capital of Uttarakhand, publié le 9/08/10 sur http://www.euttaranchal.com consulté le 4/11/14.

11 S. Prashant, Controversy erupts over issue of permanent capital in Uttarakhand, 10/10/13, Business Standard, et S. Prashant, It's Gairsain vs Dehradun now, 9/06/14, Business Standard, consultés le 4/11/14.

12 Nouvelle capitale fédérale de la Malaisie située à 25 km du centre de Kuala Lumpur (4 600 ha), source : T. Chakravorti, Jharkhand plans new Malaysian-built capital, 21/01/02, Rediff.com, consulté le 4/11/14.

13 Planning and Designing of the New Capital City of Jharkhand, Request for Proposal (RFP), November, 2008, Greater Ranchi Development Agency ltd, 47 p.

14 New Raipur takes Chhattisgarh into new age, IANS, zeenews.india.com, consulté le 4/11/14.

15 P. J. Oommen, S. S. Bajaj, 2008, Naya Raipur Development Plan-2031, Naya Raipur Development Authority, 174 p.

16 Cette chronique du choix de la localisation de la future capitale de l’Andhra Pradesh résiduel s’appuie sur une revue de presse qui couvre toute la période de juillet 2013 jusqu’à aujourd’hui avec comme ressource principale mais non exclusive The Hindu, le grand quotidien fondé à Chennai.

17 Réseau national autoroutier entourant le pays pour desservir les 4 grandes métropoles nationales (quadrilatéral) auquel s'ajoutent 2 axes N-S et W-E (corridors).

18 La situation économique du Rayalseema est très comparable à celle du Telangana, voir plus difficile en l'absence d'Hyderabad.

19 Visakhapatnam a un meilleur score dans l'analyse de la commission, car les critères d'évaluation des terres vacantes sont différents. Ils n'ont pas pris en compte les terres gouvernementales vacantes, mais les friches et terres forestières dégradées dans un rayon de 15 km autour des sites étudiés.

20 « The Committee does not consider a single large capital city as a feasible option available to Andhra Pradesh as of now. » (Sivaramakrishnan, 2014, p. 9).

21 « The Committee is strongly of the view that locating several governmental offices within the VGTM urban /area is both unfeasible for financial reasons and undesirable for decentralised development. » (Sivaramakrishnan, 2014, p. 15).

22 Cf. son article sur la gouvernance des grandes métropoles en Inde (K. C. Sivaramakrishnan, 2009).

23 Finalement à l'approche de la création du Telangana, le terme de Seemandhra a été abandonné au profit de Navya (nouveau) Andhra Pradesh.

24 Malgré son aura de fonctionnaire intègre et compétent, le fait que K. C. Sivaramakrishnan soit originaire de Chennai a servi à délégitimer son rapport.

25 Calcul réalisé à partir du Village and Town Directory 2001, la version 2011 n'était pas encore disponible.

26 La question foncière justifierait à elle seule un article complet, mais en l’absence de données de terrain fiables nous avons préféré limiter nos propos et nous renvoyons aux observations de première main de Singavarapu Ananth pour plus de détails (Ananth, 2015a, 2015b, 2015c).

27 Notion développée par M. N. Srinivas pour décrire les castes de propriétaires terriens principales qui détiennent le pouvoir politique.

28 Cf. carte de la distribution de la population Kamma en Andhra Pradesh (Benbaali, 2010, p. 111).

29 Pour le recensement indien, il s’agit d’un village même si avec son voisin Dharanikota, ils cumulent à eux deux 21 000 hab. Nous maintenons pourtant le terme de petite ville par sa fonction de chef-lieu de mandal et l’attractivité de ses lieux de cultes.

30 Le père de la constitution indienne, le Dr Ambedkar se convertit en 1956 au bouddhisme pour dénoncer le système des castes et réussit à convaincre de nombreux dalits (intouchables) de le suivre.

31 Il s’agit du plan de croissance et de développement du patrimoine national urbain HRIDAY (National Heritage City Development and Augmentation Yojana) lancé le 21/01/15. Pour faire bonne mesure, le gouvernement central a aussi choisi Warangal dans le Telangana, et 10 autres sites (Varanasi, Ajmer, Amritsar, Gaya, Mathura, Dwarka, Puri, Kanchipuram et Velankani). (The Hindu, Warangal and Amravati chosen for heritage development, 22/12/14).

32 Commencé en 2004, le projet n’a été achevé qu’en mai 2013 par manque de fonds. Cette représentation de Bouddha assis se veut une synthèse d’une cinquantaine de statues dispersées dans tous les sites bouddhiques indiens (P. L. Reddy, 125-feet Dhyana Buddha statue to be unveiled, 1st april 2013, The New Indian Express, consulté le 7/12/15).

33 Le nouveau gouvernement central de N. Modi a lancé en juin 2015 la mission 100 villes intelligentes à la fois pour moderniser le tissu urbain et atténuer la croissance des plus grandes métropoles.

34 Vijayawada-Guntur-Tenali-Mangalagiri Urban Development Authority (VGTM UDA).

35 Hyderabad Metropolitan Development Authority créée en 2008.

36 La différence entre une municipalité et une corporation municipale correspond à la taille (plus d’un million d’habitants pour la seconde) et l’étendue des pouvoirs exercés (inférieurs pour la première).

37 Capital Region Development Authority (CRDA).

38 Centre de recherche du ministère du développement national de Singapour spécialisé dans le développement urbain durable, fondé en 2008.

39 Agence gouvernementale créée en 2006 pour promouvoir le modèle de développement de Singapour.

40 Abad = ville en persan (Louiset, 2011, note 1, p. 163).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Réseau urbain de l'A.P. en 2011
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9798/img-1.png
Fichier image/png, 500k
Titre Tableau 1 : Avantages comparatifs des villes de l'A.P. en compétition
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9798/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 2 : Indice d'aptitude des zones capitales et des districts
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9798/img-3.png
Fichier image/png, 146k
Titre Carte 2 : Recommandation pour une implantation en réseau de la nouvelle capitale
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9798/img-4.png
Fichier image/png, 96k
Titre Carte 3 : Proposition de localisation de la capitale (GoAP)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9798/img-5.png
Fichier image/png, 277k
Titre Carte 4 : Emplacement de la future capitale (VGMT)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9798/img-6.png
Fichier image/png, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Leclerc, « Trajectoire d’Amaravati, la capitale du nouvel Andhra Pradesh (Inde) : chronique d’un choix de localisation », Géocarrefour, 90/2 | 2015, 117-129.

Référence électronique

Eric Leclerc, « Trajectoire d’Amaravati, la capitale du nouvel Andhra Pradesh (Inde) : chronique d’un choix de localisation », Géocarrefour [En ligne], 90/2 | 2015, mis en ligne le , consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9798 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9798

Haut de page

Auteur

Eric Leclerc

U.F.R. de Géographie et Aménagement Laboratoire TVES, E.A. 4477 Université Lille 1  Avenue Paul Langevin Cité Scientifique 59655 Villeneuve D’Ascq Cedex eric.leclerc@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org