Navigation – Plan du site
articles

De Berlin-Est au « Nouveau Berlin » : les mémoires plurielles d’une capitale réunifiée

From East Berlin to the New Berlin : multiple memories of a united capital
Aude Le Gallou
p. 153-162

Résumés

Après la Chute du Mur, Berlin devient capitale de l’Allemagne réunifiée ; d’ambitieux projets d’aménagement visent alors à y mettre en scène la nouvelle République tout en y effaçant les traces de la RDA. Cet article s’intéresse aux perceptions par les habitants de l’ex-Berlin-Est de la mémoire de la période socialiste et à la manière dont cette mémoire s’incarne spatialement dans l’espace urbain profondément transformé de l’ancienne capitale est-allemande. La géographie mémorielle dessinée par les politiques urbaines post-réunification ne rend pas compte de celle des habitants : attachement à des lieux emblématiques aujourd’hui disparus, scepticisme face aux espaces valorisés par le nouveau régime et importance des espaces vécus dessinent au contraire une mémoire urbaine « en négatif », qui s’incarne essentiellement dans les vides urbains et révèle une perception particulière du Berlin d’aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 La trajectoire mouvementée de Berlin en fait une capitale au statut singulier. Successivement capitale du royaume de Prusse, de l’Empire wilhelminien, de la République de Weimar et du régime national-socialiste, la ville a ensuite été divisée pendant quarante ans avant de devenir, en 1991, celle de l’Allemagne réunifiée. Si toute capitale remplit une fonction symbolique de représentation de son pays aux échelles nationale et internationale, l’histoire récente de Berlin exacerbe cet enjeu. À la Chute du Mur, la réunification du pays doit en effet s’incarner dans celle de l’espace berlinois : dimensions matérielle et symbolique de l’aménagement urbain sont d’autant plus intimement liées que Berlin est la seule ville à avoir vécu la division des deux Allemagne dans sa matérialité même.

2 Espace de mise en scène d’une identité collective, la capitale est censée incarner l’histoire, les valeurs et les aspirations de la communauté nationale. Or ce statut politique est accordé à Berlin dans le contexte d’une division récente qui constitue à la réunification un véritable traumatisme à exorciser : il n’existe pas une, mais deux identités nationales matérialisées dans deux espaces urbains qui se font face au sein d’une même ville. Le rapport de forces est toutefois très inégalitaire : l’absorption de la RDA par la RFA entraîne un démantèlement de ses structures politiques, économiques, sociales, culturelles et productives qui transforme profondément l’ex-Berlin-Est. Les politiques urbaines mises en œuvre à partir de 1990 accélèrent ces mutations : projets d’aménagement et politique mémorielle de la nouvelle République Fédérale tendent à effacer l’héritage urbain est-allemand.

  • 1 L’allemand désigne cette idée par le terme de Vergangenheitsbewältigung.

3 C’est à cette question de la mémoire que nous nous intéressons ici. La gestion du passé1 est en Allemagne un sujet particulièrement sensible, qui nécessite la confrontation avec les héritages problématiques du nazisme mais aussi de la période de la division. Les choix du nouvel État en la matière constituent donc un enjeu symbolique très fort, puisqu’il s’agit d’inscrire dans l’espace urbain de sa capitale les valeurs d’une jeune démocratie affirmant son rejet des dictatures qui l’ont précédée. La destruction de marqueurs spatiaux du régime est-allemand et la valorisation de lieux de mémoire sélectifs soulignant l’autoritarisme de la RDA sont les deux pendants d’une même politique mémorielle. À travers ce dispositif spatial, c’est une certaine interprétation de la mémoire nationale qui est légitimée, c’est-à-dire également une certaine idée de l’identité nationale. Toutes deux se structurant autour d’une vision orientée de ce qu’était la RDA, elles échouent à exprimer la complexité des résonances de la division dans la société allemande et berlinoise post-réunification.

4 L’objectif de cet article est de questionner la pertinence de cette mémoire apparemment univoque en la confrontant aux mémoires exprimées par les habitants de l’ex-Berlin-Est y ayant vécu la période socialiste. Il s’agit de rendre compte de la manière dont s’incarne leur mémoire de la RDA dans un espace urbain largement recomposé : si la mémoire d’un groupe s’appuie sur la stabilité de son cadre spatial (Halbwachs, 1997), une mémoire urbaine alternative propre aux Berlinois de l’Est et structurée selon des modalités spécifiques reste néanmoins perceptible.

Méthodologie et terrain d’étude

  • 2 Par souci de concision et sauf précision contraire, nous désignerons dans la suite de l’article ces (...)

5 Cet article s’appuie sur une recherche de deux mois menée en 2013 à Berlin dans le cadre d’un mémoire de Master, le terrain considéré s’étendant à l’ensemble du territoire de l’ex-Berlin-Est. Nous avons utilisé une méthodologie qualitative essentiellement fondée sur onze entretiens semi-directifs de une à trois heures, parfois assortis d’un questionnaire, et sur quatre promenades urbaines en compagnie d’une partie des personnes interrogées. Ces dernières ont toutes vécu à Berlin-Est au cours de la période socialiste, la plus jeune d’entre elles étant née en 19822. L’étude initiale incluait dans les résultats les réponses de deux habitants ayant fui à l’Ouest avant la Chute du Mur ; dans le cadre de cet article, dont le format ne permet pas de restituer l’analyse dans son intégralité, nous avons toutefois choisi de ne prendre en compte que les Berlinois restés à l’Est jusqu’à la réunification (fig. 1).

Figure 1 : Profil des personnes interrogées dans le cadre de cette étude

Figure 1 : Profil des personnes interrogées dans le cadre de cette étude

6 L’échantillon analysé appelle quelques réflexions. Si les personnes interrogées couvrent un spectre relativement large en termes d’âges et de quartiers, leur positionnement politique est relativement homogène, allant d’une certaine neutralité à une sympathie non-militante envers le régime (à l’exception de l’individu n°9, entré au SED en 1983). Il est donc important de garder en tête que les conclusions obtenues s’appliquent à un public peu politisé. Il en va de même en termes de situation socio-économique, puisqu’il s’agit essentiellement de personnes ayant fait des études et ayant relativement peu souffert de la réunification sur le plan professionnel. Par ailleurs, si le nombre relativement modeste de personnes interrogées ne permet pas de tirer des conclusions incontestables, certaines tendances franches se dégagent et constituent des pistes de réflexion qu’il serait intéressant d’approfondir.

7

  • 3 Pour des raisons de lisibilité, le découpage administratif retenu ici est celui en vigueur depuis l (...)

Figure 2 : Carte de localisation des principaux lieux mentionnés3

Figure 2 : Carte de localisation des principaux lieux mentionnés3

De la ville divisée à la capitale réunifiée : les profondes mutations de l’espace urbain berlinois

Avant 1990 : une ville, deux espaces urbains

8 La période comprise entre 1945 et 1990 est une période d’intenses recompositions de l’espace urbain berlinois, liées aux impératifs de la reconstruction mais surtout à la situation géopolitique singulière de la ville. La division est le symbole de l’affrontement de deux idéologies antagonistes qui structurent l’espace allemand, européen et mondial, mais qui marquent surtout profondément celui de Berlin. On assiste alors à l’élaboration progressive de deux espaces urbains cloisonnés mettant en scène deux identités nationales opposées (Bocquet, 2008). Dès 1945, Berlin est partagée en quatre secteurs placés sous administration alliée ; les rapports entre soviétiques et bloc occidental se dégradent rapidement, si bien que deux États allemands (RFA et RDA) sont officiellement créés en 1949. Ceci entérine la division d’une ville au statut politique dissymétrique, car administrée par deux États politiquement et idéologiquement très différents : Berlin-Est est capitale d’État et domine la hiérarchie urbaine est-allemande, tandis que Berlin-Ouest, enclavée au sein de la RDA, n’a qu’un statut symbolique pour la RFA. Avant même la construction du Mur en 1961, cette division commence à se manifester dans l’espace urbain malgré le maintien de nombreux contacts entre les deux parties de la ville. Chacune d’entre elles joue un rôle de vitrine : pour Berlin-Est, il s’agit de montrer un visage digne d’une capitale socialiste censée incarner le progrès et les valeurs du communisme, alors que Berlin-Ouest représente le monde occidental. La construction du Hansaviertel à l’Ouest répond à celle de la Stalinallee à l’Est, tandis que cette rivalité se marque également dans le domaine des équipements culturels (Grésillon, 2002). Berlin est alors doublement polarisée, autour du Kurfürstendamm à l’Ouest, d’Alexanderplatz et de la Stalinallee à l’Est.

9 La construction du Mur en 1961, qui constitue une profonde rupture morphologique, entérine ce dédoublement de l’espace urbain berlinois. D’ambitieux projets architecturaux et urbains sont réalisés d’un côté comme de l’autre : construction du Kulturforum à l’Ouest, réaménagement de l’Alexanderplatz (où est édifiée la désormais célèbre tour de télévision) et construction de l’emblématique Palais de la République à l’Est. À l’occasion du 750e anniversaire de la ville en 1987, la RDA reconstruit le quartier médiéval du Nikolaiviertel tandis que la RFA rénove le quartier de Kreuzberg, alors très dégradé. Si l’évolution de l’urbanisme est comparable dans les deux parties de la ville (les conceptions modernistes qui prévalent dans les années 1960 et 1970 font place à partir des années 1980 à un plus grand respect du tissu existant), la construction massive de quartiers entiers de Plattenbauten, grands immeubles d’habitation préfabriqués, dans la périphérie orientale, marque cependant de façon caractéristique l’espace urbain est-berlinois. À la chute du Mur en 1989, ce sont donc réellement deux villes qui se font face, chacune ayant son paysage urbain, ses lieux symboliques et son identité propre.

Construire une capitale : l’aménagement urbain comme enjeu symbolique

10 La réunification des deux Allemagne en 1990 constitue un bouleversement politique, économique et social majeur qui se traduit physiquement dans l’espace urbain de Berlin. Dès la chute du Mur, il s’agit en effet de recoudre la ville, et ce d’autant plus qu’elle devient officiellement la capitale de l’Allemagne réunifiée en 1991 (Carroué, 1993 ; Grésillon et Kohler, 2001 ; Djament-Tran et Laporte, 2010). La dimension symbolique de ce réaménagement urbain est exacerbée par ce nouveau statut politique : la nouvelle République allemande entend matérialiser la réunification nationale et l’identité du nouvel État dans l’espace urbain berlinois, à travers de grands projets d’aménagement et la destruction de marqueurs spatiaux du régime socialiste jugés incompatibles avec les valeurs promues par l’Allemagne réunifiée.

11 Berlin connaît ainsi un recentrage de son centre de gravité et se « ressoude ». Dans les années 2000, la zone de no man’s land qui entourait le Mur fait l’objet d’importantes opérations de requalification (aménagement de la Potsdamer Platz, construction de la nouvelle gare centrale) et devient le symbole de la réunification de la ville et plus largement du pays, comme en témoigne la localisation du nouveau quartier gouvernemental (le Band des Bundes, « bande de la fédération ») à la jonction des deux Berlin d’avant 1989 (fig. 3). L’émergence d’un quartier mémoriel au sud de l’arrondissement de Mitte relève des mêmes logiques. Ce qui était une périphérie des deux parties de la ville devient ainsi une centralité symbolique et fonctionnelle de la nouvelle capitale fédérale, lieu du pouvoir économique et politique.

Figure 3 – Le Band des Bundes.

Figure 3 – Le Band des Bundes.

Le Band des Bundes, qui abrite les bâtiments gouvernementaux, relie symboliquement les deux rives de la Spree autrefois séparées par le Mur. Les croix blanches au premier plan honorent la mémoire des Berlinois de l’Est morts en tentant de traverser le fleuve pour rejoindre Berlin-Ouest

(photographie personnelle, 2012)

12 Outre ces grands projets, l’espace berlinois se transforme également sous l’effet de politiques urbaines régies par des logiques libérales jusqu’alors absentes de la partie orientale de la ville. S’il s’agit là d’un effet de rattrapage plus que d’une volonté délibérée de liquider l’héritage socialiste, les répercussions sur l’espace urbain de Berlin-Est n’en sont pas moins importantes. Dès 1990, s’impose le fantasme d’un « Nouveau Berlin », jeune capitale appelée à devenir une ville globale et qui fait l’objet de prévisions de croissance très optimistes. L’un des enjeux qui guide l’aménagement urbain est alors celui du rayonnement international et de la croissance économique (Häußermann et Siebel, 1991). Cela se traduit par une intense spéculation immobilière favorisée par un taux de vacance élevé, qui a pour effet une montée en gamme rapide des quartiers orientaux les plus proches du centre-ville et une mutation de leur structure socio-économique. Hans Stimmann, à qui est confiée la direction de l’aménagement urbain de la capitale, mène certes une « reconstruction critique » qui préconise le respect de la trame urbaine historique. Sa mise en œuvre ne permet cependant pas de préserver la structure sociale de ces quartiers, comme le montre l’exemple de Prenzlauer Berg (Bernt et Holm, 2005) et se perd rapidement dans un conservatisme historicisant qui privilégie l’esthétique urbaine du Berlin d’avant 1945 (Bocquet, 2010). Certains auteurs dénoncent par ailleurs le déficit démocratique qui caractérise ces politiques urbaines post-réunification, déficit d’autant plus ressenti à l’Est que les professionnels de l’aménagement issus de l’ex-RDA sont tenus à l’écart des nouvelles réalisations (Hain, 1997 ; Bocquet, 2010).

Effacer la RDA pour mieux mettre en scène la nouvelle Allemagne

  • 4 « contain undesirable pasts »

13 Dans ce contexte de réaménagement de la capitale, la mobilisation des questions mémorielles devient également un enjeu crucial : la question est de savoir quel récit l’Allemagne réunifiée veut faire de son propre passé dans la matérialité de sa nouvelle capitale. Les travaux de K. Till mettent en évidence le rapport au passé sélectif qui préside à la construction politique et sociale des lieux de mémoire du Nouveau Berlin (Till, 2005). Les nouvelles réalisations (quartier gouvernemental, Potsdamer Platz, « quartier mémoriel » au sud de Mitte) et les préceptes urbanistiques de la reconstruction critique mettent l’accent sur les traces du Berlin florissant d’avant-guerre et sur un avenir rêvé de métropole, tout en rappelant de façon spectaculaire le passé nazi alors que le passé socialiste semble déranger. L’espace urbain incarne donc cette hiérarchie des passés berlinois : la mémoire de l’Holocauste devient hypervisible au cœur de la ville, tandis que pour la RDA, il s’agit de « contenir les passés indésirables »4 (ibid., 2005, p. 7) qui questionnent de façon gênante l’identité allemande. Régine Robin parle même d’« une véritable politique de l’oubli et de l’effacement » (Combe, Dufrêne, Robin, 2009), laquelle aurait pris des formes diverses : destruction des traces, détournement de l’histoire et surexposition par la muséification. Deux exemples particulièrement évocateurs (car porteurs d’une charge symbolique très forte) de cette liquidation de l’héritage est-allemand sont la statue de Lénine sur l’ancienne Leninplatz et le Palais de la République, sur lesquels nous reviendrons par la suite. C’est ainsi tout un paysage symbolique que l’on cherche à faire disparaître au profit d’un « texte urbain » plus conforme au récit que le pays entend faire de sa propre histoire. Parallèlement à cet effacement, l’Allemagne réunifiée conserve de la période socialiste des espaces qui répondent à une logique de légitimation du nouvel État par la mise en accusation du régime est-allemand à travers les lieux où s’exerçaient le pouvoir autoritaire et la coercition (Musée de la Stasi, prison-mémorial de Hohenschönhausen, dispositifs muséaux le long du tracé du Mur de Berlin). Seul le Musée de la RDA, dont l’objectif est d’exposer la vie quotidienne en Allemagne de l’Est, échappe à cette focalisation sur le caractère dictatorial de l’ancien État.

14 L’espace urbain est-allemand est ainsi profondément transformé par les politiques urbaines mises en place après la réunification, et ce qui subsiste de la période socialiste est largement mis en scène par une géographie mémorielle officielle dont le caractère sélectif répond à la volonté d’affirmer l’identité allemande post-réunification. Face à cette « mémoire collective réductrice » (ibid., 2009), nous nous proposons d’interroger la mémoire exprimée par les Berlinois de l’Est pour déterminer si les lieux mis en valeur constituent pour eux des lieux de mémoire signifiants et, à l’inverse, pour comprendre les significations que revêtent pour eux les lieux touchés par l’effacement des traces.

Un rapport critique à l’espace mémoriel du Nouveau Berlin

Des références communes pour une mémoire collective alternative

15 La confrontation du discours des habitants avec la mémoire collective imposée par l’Allemagne réunifiée révèle en premier lieu l’existence de références spatiales communes, qui correspondent à des lieux symboliques de la RDA déjà abondamment documentés (Leo, 1992 ; Terray, 1996 ; Robin, 2001 ; Till, 2005 ; Hocquet, 2011). Le principal d’entre eux est le Palais de la République, ancien siège du Parlement est-allemand qui abritait également des espaces culturels, sportifs et de loisirs. Marqueur territorial et symbolique fort pour le régime est-allemand, mais également lieu d’expériences individuelles pour les citoyens ordinaires de la RDA (Hocquet, 2011), il est évoqué par toutes les personnes interrogées. En ce sens, il constitue un point de contact entre leurs mémoires individuelles et ce qui semble être une mémoire collective est-berlinoise. Alors même qu’il est détruit depuis 2008, il fonctionne toujours symboliquement comme l’un de ces lieux de condensation « construits et identifiés par une société qui se donne à voir à travers eux [… mais qui] sont aussi les cadres d'expériences individuelles et collectives qui ravivent leur référence au groupement social et au territoire de ce dernier » (Debarbieux, 1995, p. 100). Si la statue de Lénine sur l’ancienne Leninplatz (devenue Platz der Vereinten Nationen, Place des Nations-Unies) revêt quant à elle une dimension nettement moins affective, elle est également évoquée par une partie des personnes enquêtées pour qui sa présence dans l’espace urbain était liée à la période socialiste (inauguré en 1970, le monument a de fait été détruit dès 1991). Enfin, le Mur est évidemment une référence spatiale commune à toutes les personnes interrogées ; contrairement au Palais de la République et à la statue de Lénine aujourd’hui disparus, il s’agit là d’un réseau de lieux fortement mis en valeur par l’Allemagne réunifiée dans le cadre de sa politique mémorielle. Deux constats s’imposent à ce stade de l’analyse : la récurrence de ces références spatiales communes dessine une mémoire collective alternative propre aux habitants de l’ex-Berlin-Est ; cette mémoire privilégie en partie des lieux qui n’existent plus dans l’espace urbain, ce qui va de pair avec une condamnation de l’effacement des traces par la nouvelle République.

La condamnation de l’effacement des traces

  • 5 « Die Siegerjustiz zerstörte greifbare Geschichte, welches immer ein Fehler ist und ergänzte selbig (...)

16 Cet effacement, et tout particulièrement les destructions, suscite un jugement essentiellement critique de la part des habitants, qu’illustre le cas emblématique du Palais de la République (fig. 4 et 4bis). Inauguré en 1976 sur l’ancien emplacement du château des Hohenzollern, endommagé par la guerre et rasé par la RDA en 1950, il est détruit entre 2006 et 2008 au terme d’une longue controverse, l’un des arguments officiels étant la présence d’amiante dans le bâtiment et le coût trop élevé de sa réhabilitation. Ironie de l’histoire, la reconstruction du château est actuellement en cours là où se dressait le Palais de la République : il s’agit en ce sens d’un lieu hautement emblématique de l’inscription des évolutions politiques de l’Allemagne contemporaine dans l’espace urbain de sa capitale. La grande majorité des personnes interrogées condamnent clairement une destruction à caractère idéologique, perçue comme l’expression d’une forme de domination de l’Ouest triomphant sur l’Est vaincu. Plusieurs d’entre elles soulignent d’ailleurs la différence de traitement entre les deux Berlin, la partie orientale de la ville ayant selon eux subi beaucoup plus de destructions que sa partie occidentale. L’une d’elles déclare ainsi : « La justice des vainqueurs a détruit l’histoire concrète, ce qui est toujours une erreur, et a remplacé cette même histoire par des mémoriaux difficiles à comprendre […] Prendre l’histoire d’un peuple de 17 millions de personnes est un crime »5. De la même manière, la destruction de la statue de Lénine sur l’ancienne Leninplatz a été vécue comme un effacement illégitime de l’héritage de la RDA par l’Allemagne réunifiée. Bien que le rapport affectif des Berlinois enquêtés avec ce monument soit beaucoup moins évident que pour le Palais de la République, c’est en tant que trace tangible de l’histoire est-allemande que cette statue est évoquée avec un certain regret (fig. 5 et 5bis). Ce sentiment dominant d’une liquidation contestable de l’héritage socialiste s’accompagne par ailleurs d’une prise de distance vis-à-vis des lieux de mémoire promus par l’Allemagne réunifiée.

Figure 4 – Le Palais de la République peu après sa construction

Figure 4 – Le Palais de la République peu après sa construction

(Archives fédérales de la République d’Allemagne, 1976)

Figure 4bis – Le chantier de reconstruction du château des Hohenzollern, sur l’ancien emplacement du Palais de la République

Figure 4bis – Le chantier de reconstruction du château des Hohenzollern, sur l’ancien emplacement du Palais de la République

(photographie personnelle, 2014)

Figure 5 - La Leninplatz et la statue de Lénine à l’époque de la RDA

Figure 5 - La Leninplatz et la statue de Lénine à l’époque de la RDA

(carte postale, non datée)

Figure 5bis – La Platz der vereinten Nationen, où une fontaine a remplacé la statue de Lénine

(photographie personnelle, 2013)

Un réseau de lieux symboliques dans lesquels ne s’incarne pas la mémoire des Berlinois de l’Est

17 Les personnes interrogées se montrent relativement critiques vis-à-vis des espaces valorisés par le nouveau régime. Leur jugement est cependant modulé selon les lieux considérés. Trois exemples rendent compte de cette diversité : le Musée de la Stasi, le Mur et le Musée de la RDA. Le premier, abrité par les anciens locaux de la Stasi dans l’arrondissement de Lichtenberg, suscite des réactions partagées allant de la satisfaction de voir démontré le caractère dictatorial de la RDA à l’indignation devant une présentation jugée malhonnête de l’histoire est-allemande ; la grande majorité des Berlinois enquêtés manifestent cependant une relative indifférence. Le critère déterminant est ici celui du degré d’expérience personnelle du lieu, toujours indirecte : la personne dont une connaissance y a été emprisonnée en a une opinion plutôt favorable, considérant qu’il est légitime de montrer cet aspect du régime est-allemand. Les autres se sentent moins concernées par ce type d’espace, du fait de l’absence de vécu de la dimension répressive qu’ils incarnent ; les deux personnes interrogées qui expriment une franche hostilité envers ce musée sont également celles dont la nostalgie pour la RDA est la plus marquée. Le Mur revêt quant à lui une dimension affective plus forte. Il est vécu comme une limite mais aussi comme un lieu de contact avec l’Ouest où l’on situe une expérience personnelle qui n’est pas nécessairement celle de la privation de liberté. Cependant, les différentes parties du Mur mises en valeur par la politique mémorielle allemande suscitent des réactions distinctes. East-Side-Gallery (portion du Mur conservée et transformée en galerie de peinture à ciel ouvert dans le quartier de Friedrichshain) est généralement considérée comme dépourvue d’enjeu touchant à l’histoire de la RDA, sa transformation désactivant en quelque sorte sa charge mémorielle potentiellement polémique. Le mémorial de la Bernauerstraße dans le quartier de Mitte, où se trouve la dernière portion du dispositif frontalier intégralement conservée et qui s’inscrit de façon plus évidente dans une perspective mémorielle, est globalement considéré comme non représentatif de l’expérience personnelle que les personnes enquêtées ont eu du Mur, sans pour autant que lui soit reprochée une véritable déformation de l’histoire. C’est Checkpoint Charlie qui cristallise en revanche leur hostilité : considéré comme inauthentique et peu fidèle à la réalité historique, il lui est systématiquement reproché d’être pensé pour les touristes et plus spécifiquement pour les Américains (fig. 6). Plus que d’autres, il s’agit d’un lieu de mémoire conçu dans une perspective de visibilité internationale, mais qui de ce fait ne s’intègre pas aux mémoires urbaines des Berlinois de l’Est. Globalement, le Mur représente donc un espace important dans la mémoire de la RDA qu’ont les habitants, mais dont la mise en scène est souvent jugée insatisfaisante voire infidèle. Enfin, le Musée de la RDA suscite une plus grande adhésion : pour la plupart des personnes interrogées, il donne un aperçu honnête de la réalité de l’époque et présente l’avantage de réhabiliter l’Allemagne de l’Est en tant qu’objet de mémoire légitime et global qui ne se limite pas au caractère dictatorial du régime. Cependant, il manque selon eux à ce musée comme aux autres lieux de mémoire une dimension essentielle : celle d’un vécu authentique qui ne soit pas une reconstitution.

Figure 6 – La reconstitution du point de passage de Checkpoint Charlie entre les arrondissements de Kreuzberg et Mitte

Figure 6 – La reconstitution du point de passage de Checkpoint Charlie entre les arrondissements de Kreuzberg et Mitte

(photographie personnelle, 2010)

18 Des espaces qui constituaient des marges de l’expérience quotidienne est-allemande en deviennent donc paradoxalement les lieux de mémoire structurants tandis que ceux qui étaient valorisés par les habitants sont en grande partie détruits : la géographie mémorielle institutionnalisée apparaît incapable de rendre compte de la mémoire de la RDA exprimée par les Berlinois de l’Est. Dès lors, il s’agit de déterminer dans quels espaces et selon quelles modalités s’incarne cette mémoire souvent privée du support essentiel et tangible qu’est la matérialité de l’espace.

Une mémoire urbaine en négatif

Un type d’espace essentiel : les lieux du quotidien

  • 6 La quatrième promenade urbaine (Pankow) a été effectuée avec l’une des deux personnes interrogées p (...)

19 Au-delà des lieux symboliques de la RDA évoqués par la plupart des personnes interrogées, c’est dans les espaces du quotidien que s’incarne spatialement leur mémoire de l’Allemagne de l’Est. Ceux-ci revêtent souvent un sens particulier en tant qu’espaces de l’expérience personnelle de la période socialiste. Trois promenades urbaines réalisées avec des Berlinois dans les quartiers de Prenzlauer Berg, Köpenick et Marzahn montrent ainsi une autre facette de cette mémoire urbaine, moins partagée mais plus individuelle6. Lors du parcours à Prenzlauer Berg, la personne enquêtée a insisté sur les espaces du quotidien liés à l’enfance (maison familiale, école, lieu de travail des parents), qui correspond à la période de sa vie passée en RDA. À Marzahn, outre ces mêmes lieux du quotidien, nos deux guides ont souhaité nous montrer d’autres lieux structurants du quartier : la Helene-Weigel-Platz, qui donne un aperçu saisissant de l’architecture de Plattenbauten et où se trouvait la mairie d’arrondissement du temps de la RDA ; le jardin botanique Gärten der Welt créé par la RDA en 1987 ; le noyau médiéval Alt-Marzahn ; et enfin le centre commercial East Gate créé après la réunification et qui illustre selon elles les mutations soudaines liées à l’irruption du libéralisme en ex-RDA. Enfin, la personne habitant Köpenick a, quant à elle, insisté sur un ancien complexe industriel aujourd’hui reconverti, illustrant l’importance des espaces liés au monde du travail lors de la période socialiste.

  • 7 La réforme territoriale de 2001 ayant ramené le nombre des arrondissements berlinois de 23 à 12, no (...)

20 Tous ces lieux du quotidien constituent des repères spatiaux dans les trajectoires individuelles des personnes interrogées : ils revêtent pour elles une importance particulière, car ce sont les preuves tangibles de leur existence d’avant 1989. Le logement apparaît comme le premier élément de permanence. Cinq individus sur neuf habitent toujours le même logement qu’en 1990, tandis que trois autres avaient moins de dix-huit ans à la réunification : leur déménagement est donc lié au départ du domicile familial inhérent à l’entrée dans la vie adulte. Les quatre personnes ayant déménagé sont d’ailleurs toutes restées dans le même arrondissement de Berlin-Est7. Entretiens et questionnaires montrent également une importance très marquée des lieux de loisirs, à l’image des cinémas Kino International et Colosseum, du stand de currywurst (spécialité culinaire berlinoise) Konnopke’s ou encore de l’ancien parc d’attraction Spreepark. Pour certains, les lieux de travail constituent également des repères spatiaux importants. Le cas de l’habitante de Köpenick est à cet égard tout à fait significatif. La plupart des lieux évoqués se rattachent au monde du travail (usines, lieux de sociabilité avec les collègues, lieu des vacances organisées par l’entreprise en dehors de Berlin), qui incarne l’essentiel de son expérience individuelle de la RDA. Dans son cas, ces espaces sont investis d’une forte dimension identitaire : ce sont ceux dont la charge mémorielle est la plus forte.

21 Les espaces du quotidien constituent ainsi des lieux où s’incarne en priorité la mémoire urbaine des habitants : plus que de simples rappels spatiaux de l’histoire est-allemande, ils symbolisent réellement la RDA telle qu’elle a été vécue. Cependant, à l’image des lieux symboliques évoqués plus haut, bon nombre de ces espaces du quotidien ont également disparu ou ont subi de profondes transformations.

« Tout a changé » : une mémoire urbaine qui s’incarne dans les vides matériels et symboliques de l’espace urbain

  • 8 De nombreuses écoles ont été rasées après la réunification, du fait de la chute brutale de la natal (...)
  • 9 « Wenn ich Enkelkinder hätte, ich könnte denen gar nichts zeigen von meinen Wirkungsstätten, aus me (...)

22 Un constat revient de façon récurrente dans les récits des personnes interrogées : « tout a changé ». Cette réflexion précède presque systématiquement l’évocation de ce qui leur rappelle la période de la RDA dans l’espace urbain est-berlinois, comme si cette mémoire se pensait spontanément en négatif, non pas à travers ce qui reste mais à travers ce qui a disparu. Les destructions ont aussi bien touché des lieux emblématiques (nous ne revenons pas ici sur le cas du Palais de la République) que les espaces du quotidien. L’une des personnes enquêtées évoque ainsi l’école de son enfance, rasée comme beaucoup d’autres après la réunification8, tandis qu’une autre regrette la piscine municipale qu’elle avait l’habitude de fréquenter. Le cas de l’habitante de Köpenick est là encore particulièrement éclairant : la destruction de tous les bâtiments à la construction desquels elle avait contribué au cours de sa carrière d’ingénieure suscite un réel désarroi et un sentiment de manque, car ceux-ci touchent à son identité personnelle. Sa mémoire urbaine de la période socialiste s’incarne donc d’autant plus dans ces vides urbains qu’il s’agit de lieux qui la définissaient en tant qu’individu. Elle remarque ainsi : « Si j’avais des petits-enfants, je ne pourrais rien leur montrer de mes lieux de travail, de ma vie professionnelle. C’est vraiment triste »9. Malgré la disparition de ces espaces de l’expérience vécue, les personnes interrogées les situent encore mentalement dans le paysage urbain même s’ils n’y existent plus matériellement.

23 Cette perte de sens liée à la destruction de certains lieux s’exprime également dans le cas d’un changement d’usage des bâtiments. Après la réunification, nombre de bâtiments utilisés sous la RDA connaissent en effet une telle transformation ; il s’agit pour l’essentiel de bâtiments industriels que le démantèlement de l’industrie est-allemande rend superflus et dont la fonction de production cède alors le pas aux fonctions culturelles et résidentielles. Dans ce cas de figure, ce n’est pas la destruction des lieux qui crée un vide matériel, mais leur réaffectation qui provoque un déficit de sens par le changement des valeurs attachées à la fonction du lieu. En l’occurrence, pour l’habitante de Köpenick, la transformation d’usines en logements de luxe matérialise dans l’espace urbain le passage d’une société socialiste et de ses valeurs à l’individualisme et au primat de l’argent propres à la nouvelle société capitaliste qui serait celle de l’Allemagne réunifiée. L’importance accordée à ces vides symboliques est caractéristique d’un fonctionnement par comparaison de la mémoire urbaine des personnes interrogées.

Une mémoire comparative : du socialisme au libéralisme, la métamorphose de l’espace urbain berlinois

24 De façon plus globale, la transition brutale d’un système socialiste à un système libéral a provoqué d’importantes recompositions de l’espace urbain de Berlin-Est. La comparaison du paysage urbain actuel et de ce qu’il était au temps de la RDA constitue une autre modalité d’incarnation en négatif des mémoires urbaines des habitants.

  • 10 « Einbruch der großen Welt in die Provinz »

25 Les mutations de l’espace public sont un premier aspect de ces transformations. Dans le domaine des transports et de la mobilité intra-urbaine, les personnes enquêtées soulignent la transformation des transports en commun et la montée en puissance de la voiture individuelle. L’économie de marché bouleverse également les structures commerciales : la multiplication des lieux d’achat et la diversification des produits disponibles, mais aussi l’évolution de la nature de ces lieux qui voient les centres commerciaux et les supermarchés prendre l’ascendant sur le petit commerce, illustrent l’irruption de la société de consommation sur le territoire de l’ex-RDA. La plupart des personnes interrogées évoquent également la dimension visuelle de ces mutations, avec l’apparition de la couleur dans le paysage urbain. L’une d’entre elles résume cette transformation de l’espace public est-berlinois en ces termes : l’impression est celle d’une « irruption du grand monde dans la province »10. Cette mémoire comparative rend compte du bouleversement des espaces de proximité, mais aussi de la redéfinition de la géographie de Berlin-Est à l’échelle de la ville dans son ensemble.

26 Depuis la réunification, certains quartiers de Berlin-Est connaissent en effet une gentrification très marquée (Bernt et Holm, 2005 ; Holm, 2013) : Mitte, Prenzlauer Berg puis Friedrichshain notamment, avec leur bâti dégradé et le statut souvent flou de la propriété dans les années qui suivent la réunification, se prêtent tout particulièrement au développement de ce phénomène. À la chute du Mur, ces quartiers retrouvent une dimension de centralité et deviennent très attractifs tandis que les quartiers de la périphérie Est de Berlin comme Marzahn, Hellersdorf et Lichtenberg se trouvent marginalisés. Les mutations économiques post-réunification provoquent donc une inversion des valeurs attribuées aux différents espaces de Berlin-Est : le centre dégradé devient attractif, attirant investissements et population au détriment d’une périphérie autrefois très prisée qui perd rapidement de son attrait. Ces évolutions sont par ailleurs favorisées par les politiques urbaines berlinoises, en premier lieu la privatisation massive du parc de logements (Uffer, 2014).

27 Prenzlauer Berg constitue l’exemple paradigmatique d’une telle trajectoire : toutes les personnes interrogées y font spontanément référence pour illustrer ces recompositions intra-urbaines. Quartier central largement épargné par les destructions de la Seconde Guerre mondiale, il se dégrade progressivement pendant la période socialiste faute d’investissements pour la rénovation de son bâti. Le quartier devient très attractif à la chute du Mur et la pression foncière et immobilière s’y accentue notablement dès 1994-1995 ; des rénovations de grande ampleur sont entreprises selon des modalités précisées par A. Holm (2006), aboutissant à une transformation des structures sociales, démographiques et de consommation du quartier et à un renchérissement très net des prix de l’immobilier. Tous ces éléments ont pour conséquence un renouvellement très important de la population, que nombre de personnes interrogées analysent comme une dépossession des anciens habitants est-allemands du quartier par des nouveaux arrivants venus d’Allemagne de l’Ouest ; la rivalité identitaire encore vivace à l’échelle nationale entre Est et Ouest trouve ainsi une expression à l’échelle locale, dans l’espace urbain de la capitale.

28 La mémoire urbaine des Berlinois de l’Est s’appuie donc sur les évolutions qu’ils évoquent : ils ressaisissent ce qui existait avant par comparaison avec ce qui est maintenant et interprètent la ville à l’aune de ce qu’elle était à l’époque de la RDA.

Conclusion

29 La géographie mémorielle mise en scène par l’Allemagne réunifiée dans l’espace urbain de Berlin apparaît donc incapable de rendre compte de la mémoire du Berlin socialiste qu’expriment ses habitants. Nous mettons en évidence une mémoire collective alternative qui leur est propre ; celle-ci s’appuie sur des références spatiales communes et une interprétation partagée des mutations de l’espace urbain est-berlinois après 1990. Dans le contexte de cet espace profondément recomposé, elle présente la spécificité de se manifester essentiellement en négatif, s’incarnant tout autant dans les vides matériels et symboliques que dans les traces qui subsistent de la RDA. Cette mémoire alternative prend pour ainsi dire le contrepied de la mémoire institutionnalisée mise en scène à Berlin et constitue une « mémoire interstitielle » (Combe, Dufrêne, Robin, 2009) dont l’expression rend compte de la disparition progressive de l’héritage est-allemand.

30 L’exemple de Berlin et des questions que soulève sa mémoire urbaine illustre bien les implications géographiques éminemment multi-scalaires du statut de capitale. Sa fonction symbolique lui impose de matérialiser dans l’espace concret de la ville une identité au service de son rôle de représentation pensé aux échelles nationale et internationale. La définition de cette identité relève de choix politiques dont rend compte la mise en scène, voire l’instrumentalisation, de la mémoire nationale dans l’espace urbain de Berlin : dans le contexte d’une réunification relativement récente, il s’agit d’affirmer à l’extérieur une unité parfois encore conflictuelle au sein du pays et de sa capitale. Cette mémoire contestée cristallise un conflit d’identité entre Est et Ouest qui s’incarne aujourd’hui encore à Berlin : l’espace urbain et ses évolutions y deviennent le terrain d’expression des contradictions d’une identité nationale encore problématique. En ce sens, Berlin capitale exprime les tensions d’une société allemande encore profondément marquée par les conséquences matérielles et symboliques de quarante ans de division nationale.

Haut de page

Bibliographie

BERNT M. et HOLM A., 2005, Exploring the substance and style of gentrification : Berlin’s ‘’Prenzlberg’’, in ATKINSON R. et BRIDGE G. (dir.), Gentrification in a global context, Londres, Routledge, p. 106-120

BOCQUET D., 2008, Berlin : histoire de l'urbanisme et enjeux contemporains des politiques urbaines, in BERNARD H., BOCQUET D., CREMER C., DROSTE C., POCZKA C., VIEILLARD-BARON H., Berlin, un urbanisme participatif, Saint-Denis, Profession Banlieue [version consultée non paginée]

BOCQUET D., 2010, Hans Stimmann et l'urbanisme berlinois (1970-2006), Città e Storia, V (2), p. 467-487

CARROUÉ L., 1993, Berlin réunifiée : une nouvelle métropole à vocation internationale en Europe centrale, Annales de Géographie, vol. 102, n°570, p. 113-130

COMBE S., DUFRÊNE T., ROBIN R. (dir.), 2009, Berlin, l'effacement des traces (1989-2009), Lyon, FAGE Editions, 127 p.

DEBARBIEUX B., 1995, Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique, L’Espace géographique, 24/2, p. 97-112

GRÉSILLON B. et KOHLER D., 2001, Quand Berlin s'écrit en lettres capitales. Un regard critique, Mappemonde, n°63/3, p. 1-6

GRÉSILLON B., 2002, Berlin métropole culturelle, Belin, 351 p.

HAIN S., 1997, Der Berliner Städtebaudiskurs als symbolisches Handeln und Ausdruck hegemonialer Interessen, WeltTrends, 17, p. 103-123

HALBWACHS M., 1997 [1950], La mémoire collective, Albin Michel, Paris, 304 p.

HÄUSSERMANN H. et SIEBEL W., 1991, Berlin bleibt nicht Berlin, Leviathan. Zeitschrift für Sozialwissenschaft, 3/1991, p. 353-371

HOCQUET M., 2011, Mémoire, oubli et imaginaires urbains, étude de deux hauts-lieux de la mémoire communiste à Berlin-Est : le Palais de la République et le Musée de la Stasi, thèse de Doctorat de sociologie soutenue le 29 septembre 2011, Université de Saint-Etienne.

HOLM A., 2006, Urban Renewal and the End of Social Housing : The Roll Out of Neoliberalism in East Berlin’s Prenzlauer Berg, Social Justice, volume 33, n°3 (105), Privatization and Resistance: Contesting Neoliberal Globalization (2006), p. 114-128

HOLM A., 2013, Berlin’s gentrification mainstream, in BERNT M., GRELL B. et HOLM A. (dir.), The Berlin Reader, Bielefeld, Transcript Verlag, 280 p.

LAPORTE A. et DJAMENT-TRAN G., 2010, Comment Berlin devint capitale de l'Allemagne réunifiée. Éléments pour l'analyse d'un événement territorial, L'Espace géographique, 39/2, p. 146-158

LEO A., 1992, RDA : traces, vestiges, stigmates, Communications, n°55, p. 43-53

ROBIN R., 2001, Berlin chantiers. Essai sur les passés fragiles, Paris, Stock, 446 p.

TERRAY E., 1996, Ombres berlinoises. Voyage dans une autre Allemagne, Paris, Odile Jacob, 266 p.

TILL K., 2005, The New Berlin. Memory, politics, place, Minneapolis, University of Minnesota Press, 296 p.

UFFER S., 2014, Wohnungsprivatisierung in Berlin. Eine Analyse verschiedener Investitionsstrategien und deren Konsequenzen für die Stadt und ihre Bewohner, in HOLM A. (dir.), Reclaim Berlin. Soziale Kämpfe in der neoliberalen Stadt, Berlin/Hambourg, Assoziation A, p. 64-82.

Haut de page

Notes

1 L’allemand désigne cette idée par le terme de Vergangenheitsbewältigung.

2 Par souci de concision et sauf précision contraire, nous désignerons dans la suite de l’article ces personnes ayant vécu à Berlin-Est pendant la période socialiste par l’expression « Berlinois de l’Est », étant entendu que cette dernière exclut les habitants arrivés dans la partie orientale de la ville après la réunification.

3 Pour des raisons de lisibilité, le découpage administratif retenu ici est celui en vigueur depuis la réforme territoriale de 2001, qui ramène le nombre d’arrondissements de 23 à 12. Les quartiers de Prenzlauer Berg et Weißensee mentionnés dans cet article se situent dans l’actuel arrondissement de Pankow, celui de Hohenschönhausen dans l’arrondissement de Lichtenberg.

4 « contain undesirable pasts »

5 « Die Siegerjustiz zerstörte greifbare Geschichte, welches immer ein Fehler ist und ergänzte selbige mit schwer nachvollziehbaren Gedenkstätten […] Die Geschichte eines Volkes von 17 Millionen Menschen zu nehmen, ist ein Verbrechen »

6 La quatrième promenade urbaine (Pankow) a été effectuée avec l’une des deux personnes interrogées passées à l’Ouest avant la réunification ; pour cette raison et comme précisé plus haut, nous ne l’intégrons pas à la présente analyse.

7 La réforme territoriale de 2001 ayant ramené le nombre des arrondissements berlinois de 23 à 12, nous nous appuyons ici sur la nomenclature actuelle.

8 De nombreuses écoles ont été rasées après la réunification, du fait de la chute brutale de la natalité en ex-RDA.

9 « Wenn ich Enkelkinder hätte, ich könnte denen gar nichts zeigen von meinen Wirkungsstätten, aus meinem Berufsleben. Das ist wirklich traurig. »

10 « Einbruch der großen Welt in die Provinz »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Profil des personnes interrogées dans le cadre de cette étude
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9794/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 2 : Carte de localisation des principaux lieux mentionnés3
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9794/img-2.png
Fichier image/png, 722k
Titre Figure 3 – Le Band des Bundes.
Légende Le Band des Bundes, qui abrite les bâtiments gouvernementaux, relie symboliquement les deux rives de la Spree autrefois séparées par le Mur. Les croix blanches au premier plan honorent la mémoire des Berlinois de l’Est morts en tentant de traverser le fleuve pour rejoindre Berlin-Ouest
Crédits (photographie personnelle, 2012)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9794/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 4 – Le Palais de la République peu après sa construction
Crédits (Archives fédérales de la République d’Allemagne, 1976)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9794/img-4.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 4bis – Le chantier de reconstruction du château des Hohenzollern, sur l’ancien emplacement du Palais de la République
Crédits (photographie personnelle, 2014)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9794/img-5.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Figure 5 - La Leninplatz et la statue de Lénine à l’époque de la RDA
Crédits (carte postale, non datée)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9794/img-6.png
Fichier image/png, 533k
Titre Figure 6 – La reconstitution du point de passage de Checkpoint Charlie entre les arrondissements de Kreuzberg et Mitte
Crédits (photographie personnelle, 2010)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9794/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Le Gallou, « De Berlin-Est au « Nouveau Berlin » : les mémoires plurielles d’une capitale réunifiée », Géocarrefour, 90/2 | 2015, 153-162.

Référence électronique

Aude Le Gallou, « De Berlin-Est au « Nouveau Berlin » : les mémoires plurielles d’une capitale réunifiée », Géocarrefour [En ligne], 90/2 | 2015, mis en ligne le , consulté le 26 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9794 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9794

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page