Navigation – Plan du site
articles

La capitale-risque ou comment le statut de capitale participe à construire le risque

« Risk capitals » or how the status of being a capital contributes to creating risk
Alexis Sierra
p. 173-182

Résumés

Les capitales sont des hauts-lieux où se concentrent les enjeux politiques et symboliques qui en font des scènes privilégiées de la démonstration des pouvoirs. La présence des autorités publiques nationales en concurrence avec les autorités locales participe d’une construction du risque qui fait de la préparation à la catastrophe tant un enjeu national qu’un enjeu de décentralisation. Le cas de Lima, capitale du Pérou, en « attente » de catastrophe, servira cette démonstration.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article s’inscrit dans une perspective constructiviste dans laquelle le risque est un construit politique et social (Coanus et al., 2004) fortement lié aux enjeux de développement (Sierra, 2009). Dépassant la formule conventionnelle d’un risque déterminé par des aléas et des vulnérabilités, nous mettons au cœur de la définition les enjeux, c’est-à-dire ce qui peut être perdu (Metzger, d’Ercole, 2011). Le risque existe comme anticipation d’une perturbation grave provoquant un ensemble de pertes hiérarchisables. Le risque est d’autant plus ressenti et reconnu et donc, tout simplement plus élevé, que ce qui est en jeu est essentiel pour la société. En disant cela, nous assumons également le fait que le risque, réalité abstraite, est la représentation d’une réalité concrète qu’est la catastrophe. Le milieu assurantiel a depuis longtemps assumé cette définition, tout comme celui de la finance. La notion de risque-pays met au cœur du risque l’investissement qui peut être perdu en fonction d’un ensemble de critères dont les aléas font partie. Nous nous inspirerons de cette notion, pour parler de risque-capitale pour montrer un emboîtement d’échelle entre le risque construit à l’échelle locale et le risque diffusé à l’échelle nationale.

2D’une part, le risque existe par la mise en exposition en un lieu de populations, de biens, d’équipements, d’infrastructures, d’activités. Quel que soit le phénomène perturbateur (attentat, bombardement, explosion industrielle, éruption volcanique ou crue exceptionnelle), plus ces éléments sont concentrés en un espace restreint, plus ces phénomènes ont un impact susceptible de dégénérer en catastrophe. Or, les capitales sont des agglomérations qui se définissent par une intense coprésence d’éléments divers. Elles sont l’expression même d’une urbanité élevée qui associe forte densité et grande diversité (Lévy, 1999) par les populations et les fonctions qu’elle accueille. La coprésence des nombreux éléments qui interagissent démultiplie les effets d’un impact au sein du territoire métropolitain.

3D’autre part, les capitales sont par définition des métropoles c’est-à-dire les têtes d’un réseau régional ou national. Elles sont un lieu d’impulsion dans un système urbain qui joue également en termes de crise : l’événement perturbateur qui les touche a des conséquences pour le reste du territoire national voire des répercussions internationales, et ce par effet systémique. Toute capitale devient ainsi un puissant relais de perturbations parfois minimes car la circulation des informations et des décisions qu’elle produit et transmet, est perturbée pour le reste du territoire qu’elle commande. Si, comme dans le cas de réseaux fortement polarisés voire tendant à la macrocéphalie, cette capitale se double d’une métropole économique, ces perturbations sont majeures pour l’ensemble du territoire.

4Enfin, une dimension emblématique et symbolique s’y ajoute. Les capitales sont issues d’un processus historique qui en a fait le siège du pouvoir national. Le choix de la ville capitale est un enjeu géopolitique majeur du processus de construction nationale comme le montre le débat autour du choix de Rome entre Risorgimento démocratique et Risorgimento monarchique (Djament-Tran, 2011). Elles représentent le miroir de la nation en particulier pour le cas archétypal des capitales construites ex nihilo (Djament-Tran, 2010). Aussi, tendent-elles à être des lieux qui renvoient au territoire englobant de l’État-nation, une synecdoque géographique qui assimile le territoire à un haut-lieu (Debarbieux, 1995). Les aléas dommageables, en affectant la ville qui est le siège du pouvoir national, portent une atteinte potentielle à une partie de l’identité collective car frappant un haut-lieu de la construction nationale ; qu’elles soient frappées et c’est toute la nation qui est touchée quand bien même matériellement seul un lieu l’est. Les attentats en offrent la plus claire expression que ce soit à Paris, Madrid, Londres, New York (comme métropole nationale) ou à Lima, quand la lutte contre le Sentier Lumineux a connu un tournant suite à l’attentat de la rue Tarata en 1992. La médiatisation y est telle que la catastrophe alimente en retour le risque, c’est-à-dire la représentation d’une catastrophe potentielle future, sur tout le territoire national voire au-delà. Le risque d’une capitale n’est donc pas le même en nature et en intensité qu’en d’autres lieux du territoire. Le risque y est plus grand car les enjeux y sont majeurs, car les effets systémiques qui s’y initient sont supérieurs, et parce que la catastrophe remet en cause un ordre territorial qui va au-delà des limites de son agglomération au sens morphologique du terme. Les catastrophes conduisent ainsi à s’interroger sur la pérennité de la capitale en ce site et à débattre de son éventuel déplacement comme le montrent Bangkok et de nombreux cas en Amérique latine (Musset, 2002).

5Nous partons également de l’idée que le risque, comme représentation de la catastrophe potentielle, a des conséquences sur les politiques publiques et que la perspective de la catastrophe est un argument d’intervention pour les différents échelons du pouvoir. D’une part, la catastrophe éprouve l’organisation des pouvoirs en les confrontant à des situations d’urgence caractérisées par une forte incertitude. Les systèmes de sécurité civile tout en donnant un rôle éminent au gouvernement central en cas de crise majeure, tend parallèlement à responsabiliser les pouvoirs locaux qui sont les premiers à être confrontés aux perturbations. La perspective de la catastrophe oblige donc à penser une gouvernance spécifique (Metzger et al., 2014) dans laquelle les différents échelons du pouvoir doivent se positionner les uns par rapport aux autres. Or, les capitales ont en particulier la caractéristique de mettre en présence sur un même territoire urbain des pouvoirs locaux et le pouvoir national. La question se pose ainsi de savoir qui du pouvoir local ou national a compétence sur ce domaine sensible. La gestion du risque et des catastrophes qui révèle et réveille la tension centralisation/ décentralisation (Gilbert, 1992) le fait d’autant plus dans les capitales que les différents échelons du gouvernement y sont présents. Quand ces capitales sont de véritables métropoles composées de plusieurs communes, la question de l’intervention du pouvoir central se double de celle de la coordination entre les diverses parties du territoire métropolitain. La fragmentation urbaine interroge alors les facteurs de vulnérabilité en cas de survenue d’un phénomène perturbateur majeur qui touche l’ensemble du territoire (Hardy, 2005; Metzger et al., 2014 ; Rebotier, 2008 ; Sierra, 2009). D’autre part, la préparation à la gestion d’une catastrophe fait appel à des instruments institutionnels qui relèvent de la sécurité et de l’ordre public. Le risque représente alors un levier de l’action publique qui conduit à « gouverner par la catastrophe » (Revêt, Légumier, 2013). Elle est un moyen de maîtriser l’expansion urbaine et de contrôler le territoire (Sierra, 2009).

6Dans ce cadre nous envisageons la catastrophe voire la simple perspective de la catastrophe comme une épreuve au sens de la sociologie pragmatique, c’est-à-dire comme « un moment d’incertitude et d’indétermination au cours duquel dans le flux de l’action se révèlent les « forces » en présence » (Nachi, 2006). Non seulement, la catastrophe éclaire les rapports des force et de pouvoir mais elle porte une représentation de la remise en cause d’un ordre politique, d’où la dimension particulière que revêt le risque quand il qualifie la capitale. L’inquiétude, inhérente à la situation d’incertitude (Chateauraynaud, 2008) que la représentation de la catastrophe porte, provoque la mise en place d’outils de préparation, simulations et simulacres, que nous analysons comme des moments de mise à l’épreuve, qui sont censés permettre de saisir le forces et faiblesses de la capitale. Cependant, comme il est difficile d’éprouver à l’avance, nous verrons que ce type d’exercice est également une mise en scène du pouvoir qui conduit à construire le risque et à mobiliser une société urbaine. Le risque entre donc dans un jeu d’arguments qui justifient l’action, voire une politique publique spécifique. Nous nous inscrivons donc dans l’analyse des répertoires argumentatifs (Chateauraynaud, 2011) mobilisant le risque, pour comprendre comment s’établit le lien entre ce qui se passe en un lieu, la capitale, et l’avènement d’une cause nationale. Ce passage peut également se lire comme une synecdoque par laquelle le lieu devient exemplaire pour un territoire englobant (Debarbieux, 1995), la préparation à la catastrophe dans la capitale conduisant à mobiliser l’ensemble d’une nation autour de son pouvoir central, dans une sorte d’union sacrée, qu’une menace, considérée comme extérieure, suscite (Gilbert, 2011). Méthodologiquement, nous analyserons cette dimension à travers le récit de la préparation à la gestion de crise, faisant de la capitale une scène privilégiée des pouvoirs locaux et nationaux

7Le cas de Lima, capitale du Pérou, est en effet particulièrement intéressant pour aborder le lien entre construction du risque et statut de capitale. Située dans une région sismique majeure, courant tout le long de la côte Pacifique, la probabilité d’un séisme conduit à y envisager une véritable catastrophe, puisque s’y concentrent 9 millions d’habitants, soit un tiers de la population nationale. La présence des acteurs nationaux, notamment de la présidence de la République, fait de la préparation à la catastrophe à Lima, un enjeu national et conduit le pouvoir central à s’impliquer dans le développement urbain alors même que la protection civile est une compétence décentralisée. Parce que capitale et métropole nationale, Lima construit un risque majeur.

8Dans un premier temps, nous montrerons que le statut de capitale du Pérou conduit l’agglomération liménienne à concentrer les enjeux nationaux et par conséquent à créer un risque majeur. Bien que les aléas sismiques aient toujours existé, nous verrons ensuite que la concentration, propre à une capitale, d’acteurs nationaux et internationaux, politiques, scientifiques et sociaux, contribue à construire le risque. Enfin, la construction d’un risque-capitale, comme on parle d’un risque-pays influe sur le mode de gouverner la capitale et fait de celle-ci une vraie scène d’expression des enjeux de pouvoir.

« Le Pérou, c’est Lima » : quand la concentration des enjeux construit un risque national

9Lima, fondée en 1535, a été une création coloniale, les Espagnols préférant s’installer en bord de mer plutôt qu’à Cuzco, la capitale de l’Empire inca, autant pour affirmer un nouvel ordre politique que pour faciliter les échanges avec la métropole (Klarén, 2011). Lors de la guerre d’Indépendance (1821-1826), elle fut choisie comme capitale du Pérou. Dans la continuité de la période coloniale, les gouvernements successifs en firent une vitrine du pays. Ce fut en particulier le cas lors du boom économique lié à l’exploitation du guano (1850-1870) ou lors de la longue présidence de Augusto Leguía (1919-1930) qui la modernisa et y construisit monuments, places et grands équipements (Contreras, Cueto, 2007). A partir du milieu du XXe s., sa croissance démographique et son expansion ont été spectaculaires. Sa surface a été multipliée par 14 entre les années 1940 et aujourd’hui, passant de 5 600 ha à 80 000 en 2007. Lima et le port du Callao étaient jusque dans les années 1950 deux entités urbaines nettement distinctes alors qu’elles ne forment désormais qu’une seule agglomération au sens morphologique. La seconde, dernier bastion des forces royalistes, avait cependant eu le privilège d’être constitutionnellement une province à part, ce qui explique aujourd’hui la division de l’agglomération en deux entités régionales distinctes, contribuant fortement à sa fragmentation (figure 1).

  • 1 Ce littoral appartient à la zone de subduction des plaques du Pacifique avec les plaques continenta (...)

10En 1960 encore, seuls 12% de la ville de 2008 étaient bâtis (Protzel, 2012). D’après les recensements de l’INEI, l’agglomération Lima-Callao comptait à cette date 1,8 millions d’habitants alors qu’elle en regroupe près de 10 millions aujourd’hui et qu’elle gagne 150 000 habitants par an. Ce double phénomène de concentration démographique et d’étalement urbain a non seulement construit une véritable mégapole mais a augmenté de surcroît la mise en exposition à différents aléas et en particulier aux séismes et aux tsunamis1. Cette mise en exposition accrue est objectivement le premier facteur de construction du risque. Cependant, la position de cette agglomération dans la hiérarchie urbaine péruvienne en fait une métropole nationale à partir de laquelle le moindre accident a des effets systémiques majeurs.

11Avec plus de 9,5 millions d’habitants en 2013 (INEI), l’agglomération de Lima-Callao concentre près d’un tiers (31,3%) des trente millions de Péruviens. Si Lima a toujours été la première ville du pays, un tel ratio n’a jamais été atteint : en 1940, Lima représentait 9% de la population nationale ; en 1972, 24% ; en 1993, 28,5%.

  • 2 La phrase intégrale est : « Le Pérou, c’est Lima ; Lima c’est le Jiron de la Union ; le Jiron de la (...)

12Économiquement, la métropole concentre également les enjeux nationaux. L’essentiel des grandes entreprises y ont leur siège social. Le territoire métropolitain cumule 45% de la richesse nationale contre 40% en 1994 et la croissance de son PIB est supérieure à la moyenne nationale sur la décennie. Lima représente en particulier plus de 50% de la croissance immobilière officielle du pays. Callao reste la principale entrée du pays avec son aéroport international et de loin le premier port tant pour le fret que pour les passagers. En termes d’approvisionnement alimentaire, Lima est ainsi une vraie pompe aspirante et un centre de redistribution, son marché étant un point de diffusion de produits vers la province (Hattemer, 2012). Enfin, durant la colonisation, Lima servit de référence urbanistique à l’Amérique latine hispanique (Klarén, 2011) et depuis le milieu du XIXe s., centre de création et d’innovation, de référence nationale du savoir-être citadin, ce dont témoigne la métonymie qu’on prête à l’essayiste et écrivain Abraham Valdelomar (1888-1919) : « Le Pérou, c’est Lima »2.

13Insister sur la concentration d’enjeux économiques, politiques et sociaux sur le territoire métropolitain, c’est signifier que Lima est ce qui est mis en jeu dans le développement du Pérou : ce qui y est investi nationalement afin d’accroître la richesse globale peut aussi être perdu en totalité à l’occasion d’une catastrophe. Qu’un événement affecte la population, perturbe le fonctionnement de Lima, y crée des dommages, et c’est l’ensemble du pays qui est touché directement ou indirectement, matériellement ou pas. Des phénomènes perturbateurs présents dans le reste du pays y acquièrent ici une dimension particulière. Ainsi, le terrorisme du Sentier Lumineux, qui sévissait depuis le début des années 1980, n’a pris une véritable ampleur aux yeux des autorités que quand il a frappé Lima. Deux événements en particulier ont suscité une vive émotion et fait l’objet d’une couverture médiatique sans précédent : l’assassinat de Maria-Elena Moyano, leader populaire du district de Villa-El-Salvador en février 1992 et, surtout, l’attentat de la rue Tarata en plein cœur du district aisé et touristique de Miraflores en juillet de la même année, qui causa la mort de 28 personnes. Lima touchée, les moyens mobilisés par le gouvernement furent sans précédent et conduisirent à l’arrestation des responsables du Sentier Lumineux en octobre de cette même année.

14Cette concentration de fonctions et d’activités se traduit par une présence unique d’acteurs de la décision, politique, économique, sociale, culturelle qui chacun porte une représentation de la catastrophe potentielle.

Une concentration d’acteurs construisant une capitale à risque

  • 3 Instituto Nacional de Defensa Civil
  • 4 Les simulacres sont des exercices in situ avec la population. Les seconds sont des exercices dans l (...)

15En quelques années, Lima a été le foyer d’une montée en puissance du risque sismique. Nous distinguons ici clairement la probabilité de survenue d’un phénomène de rupture, l’aléa sismique, de la perspective d’une catastrophe qui définit pour nous le risque. Les séismes sont un phénomène naturel qui précède l’existence de la capitale péruvienne. En revanche, la perspective d’une catastrophe capitale est une représentation sociale récente devenue dominante par un ensemble de discours et d’actes scientifiques et politiques (Sierra, 2015). Cet horizon catastrophique s’est notamment affirmé par la multiplication d’exercices de préparation à une catastrophe majeure, portés depuis la capitale. La protection civile nationale, l’INDECI3, en partenariat ou pas avec d’autres institutions, a organisé des simulacres et des simulations nationales chaque année depuis 20104. Si « simuler c’est feindre d’avoir ce qu’on n’a pas, c’est produire de vrais symptômes » (Baudrillard, 1981), on peut dire que les acteurs de la gestion de crise présents à Lima ont cherché à s’éprouver à partir de scenarii élaborés par des experts locaux et internationaux, mais plus que de vrais symptômes difficiles à reproduire en l’absence de retour d’expérience récent, Lima n’ayant pas connu de séisme destructeur depuis 1746, les scenarii se sont appuyés sur le fonctionnement normal de la ville, la catastrophe étant imaginée comme une exacerbation des maux présents. Les exercices de simulation, largement médiatisés, ont donc eu une valeur de mise en scène des pouvoirs en présence comme nous le verrons plus loin. Voulues par le président Alan Garcia (2006-2011) à partir de 2010, les simulations impliquent la convocation du Consejo nacional de Gestion de Riesgo de Desastre (CONAGERD) qui regroupe autour du Président de la République, l’essentiel des membres de son gouvernement. La première simulation organisée par le Programme des Nations-Unis pour le Développement (PNUD) et l’organisme en charge de la protection civile, l’INDECI, au siège du PNUD, a pour cadre Lima. Depuis, les autorités publiques y organisent une simulation chaque année, le point d’orgue ayant été la simulation internationale d’octobre 2013. L’INDECI étant vice-président du l’International Search And Rescue Advisory Group (INSARAG) des Amériques, le gouvernement péruvien avait proposé de prendre en charge l’organisation de son exercice annuel à Lima. Lors de cet événement international, la capitale péruvienne devient la scène par excellence de la préparation à la catastrophe. Les scenarii élaborés pour faire réagir les différents acteurs de la décision et de l’intervention ont été construits autour de la réalité liménienne (figure 1 a,b). Ils tentent de dépeindre une capitale dévastée, pour laquelle il faut utiliser des instruments politiques et juridiques exceptionnels allant de l’appel à l’aide internationale à la déclaration de l’état d’urgence.

Figure 1a,b : Déroulement de la simulation internationale du groupe INSARAG au CETAC de l’Armée de Terre.

A gauche, les secours internationaux passent la douane à l’aéroport, simulé sous une tente dressée dans les locaux des armées. A droite, les différents acteurs de la décision et de l’intervention répondent aux bulletins d’information. A noter également, la présence de cartes de l’agglomération qui servent de support à la décision (auteur, 2013).

16Ces simulations sont accompagnées de simulacres dont l’annonce s’affiche dans la ville et dans tous les media, devenant des événements de l’actualité à la fois urbaine et nationale. Les discours véhiculés sont explicites comme celui du simulacre nocturne du 10 octobre 2013 avec cette injonction : « Prépare-toi ! Un séisme peut arriver à n’importe quel moment » (figures 2a,b).

Figure 2 a,b. La ville s’affiche à risque.

Affiches informant de la tenue du simulacre nocturne du 10 octobre 2013 suivant la simulation internationale, au carrefour Balta et sur le mur d’un supermarché (auteur, 2013).

  • 5 La CAN est une organisation d’intégration régionale regroupant la Colombie, l’Equateur, le Pérou et (...)

17Cette construction du risque du local au national est étroitement liée à l’action des experts présents dans la capitale. En effet, le statut de Lima explique la présence d’une communauté épistémique nationale et internationale, aux multiples liens. Le Programme des Nations Unies pour le Développement y possède son antenne régionale et la Communauté Andine (CAN)5 dont une des compétences est la prévention des catastrophes à travers le programme PREDECAN y a son siège tout comme les ambassades, les ONG internationales et les institutions scientifiques s’intéressant aux événements sismiques. Cette communauté épistémique produit des expertises sur le risque à Lima, qui en retour renforce l’idée que Lima a un devenir catastrophique. Ainsi, alors qu’entre 2000 et 2008, une étude en moyenne est produite sur le risque de catastrophe lié à des séismes, et 3 en 2009, ce sont 12 études qui sont réalisées en 2010 (Robert, 2012). Les séismes de Port-au-Prince à Haïti et de Concepción au Chili, qui préoccupent les spécialistes internationaux et les agences de coopération présentes à Lima, contribuent au financement de plusieurs d’entre elles. Au sein de cette communauté épistémique, le responsable du département de sismologie de l’Instituto de Geofísica Peruano (IGP) a un rôle particulier du fait de sa constante présence médiatique et auprès des autorités, tirant sans cesse la sonnette d’alarme, soulignant dans toutes les enceintes l’extrême impréparation de la ville. Chaque catastrophe survenue sur la planète est une occasion de souligner que Lima est une ville à risque et de montrer la nécessité de financer des études de micro-zonage (Sierra, 2015). L’IGP, organisme public dont le siège est logiquement à Lima, collabore avec d’autres institutions notamment internationales pour jouer ainsi un véritable rôle de lanceur d’alerte.

18La production d’expertise est également en lien étroit avec la concentration d’enjeux économiques dans la métropole péruvienne. Un des ouvrages de référence de la gestion du risque, l’atlas du Centro Peruano Japonès de Investigaciones Sísmicas y Mitigación de Desastres (CISMID) est réalisé à partir des données provenant de l’Asociación Peruana de Seguros (APESEG) dont le siège est à Lima et dont les membres sont amenés à assurer un parc immobilier en plein boom. La construction du savoir sur le risque témoigne ici de ce qu’est fondamentalement le risque : la potentialité de perte d’un capital immobilier dont la valeur est croissante, Lima concentrant plus de la moitié du boom immobilier du pays.

19Enfin, la presse écrite et les media audiovisuels forment un autre acteur installé à Lima et dont le discours contribue fortement à construire le risque d’origine sismique, notamment en relayant les expertises précédemment décrites. La présence des principaux groupes de l’audio-visuel et des quotidiens nationaux y constitue un puissant relais de cette représentation d’une ville potentiellement sinistrée. Nous ne reviendrons pas sur l’analyse du contenu de cette presse qui montre comment Lima est assimilée aux différents lieux du monde touchés par un séisme, participant ainsi à une mondialisation de la crise d’origine naturelle (Sierra, à paraître) pour ne retenir que l’inflation d’articles : entre août 2010 et août 2012, le nombre d’articles portant sur les séismes parus dans le quotidien national La República passe en moyenne de 2 à près de 36 par mois. Les media ayant une diffusion nationale, portent ainsi le risque de la capitale à l’ensemble du territoire péruvien.

20La concentration dans la capitale péruvienne d’acteurs produisant ou diffusant une expertise sur un séisme majeur renforce l’idée qu’une catastrophe a de fortes chances de se produire.

Une ville anciennement exposée, un risque politique nouveau

21Si ce risque avéré est récent, Lima est néanmoins une ville historiquement affectée par les séismes et ce depuis sa fondation en 1532. Plusieurs centaines de tremblements de terre ont été rapportés depuis le XVIe s., dont plus de 650 pour les seuls XVIIIe et XIXe s. (Seiner Lizárraga, 2011). L’historiographie de la ville montre ses séismes comme un fléau récurrent au même titre que la piraterie ou la peste (Walker, 2009, Rosas Lauro, 2005).

22En 1940, un séisme dont l’épicentre était plus au Nord, provoqua la destruction de 5 000 maisons au Callao et en 1970, ce fut une partie du district de La Molina. Les séismes ayant affecté Lima ont pu s’accompagner de raz-de-marée. Ce fut notamment le cas en 1687, 1746 et 1940. Le port du Callao, son centre-ville, le district péninsulaire de la Punta sont particulièrement concernés par ce phénomène. C’est cette histoire qui est aujourd’hui exhumée pour se préparer à la catastrophe capitale. Une étude universitaire rappelle ainsi l’existence de séismes aux conséquences catastrophiques pour valider l’hypothèse que Lima peut être le théâtre d’une nouvelle catastrophe. Elle en retient une vingtaine de majeurs, parfois accompagnés de tsunamis, qui ont à plusieurs reprises détruit la ville notamment en 1687 et 1746 (Morales-Soto, Zavala, 2008).

23Dans cette histoire, le séisme de 1746 fait en effet événement et montre également combien le risque est lié au statut de la capitale, articulant l’échelle locale à l’échelle de l’empire colonial. L’historiographie en fait le facteur d’une crise urbaine majeure qui annonce le déclin de la vice-royauté et plus largement de l’empire colonial espagnol. Le séisme et le raz-de-marée qui suivit, détruisirent quasi totalement Callao ne laissant que peu de survivants. Lima ne conserva que 25 maisons sur 3 000 et faillit disparaître. Au-delà de ses dimensions démographiques et morphologiques, la catastrophe montre combien la capitale est porteuse de risques politiques et symboliques. Le haut-lieu du pouvoir colonial menacé, c’est tout l’édifice colonial qui l’est. Le séisme de 1746, en mettant en jeu la pérennité du lieu de pouvoir mettait en jeu le pouvoir lui-même. C’est pourquoi, suite à l’événement, un débat s’ouvrit sur la pertinence d’un déplacement du siège du gouvernement, renouant ainsi avec une logique plusieurs fois développées dans le Nouveau-Monde (Musset, 2002) et qui montre que le risque premier est celui de la permanence de la représentation du pouvoir que symbolise la capitale. Le débat tourna court car un autre risque émergea : celui de voir l’ancienne capitale sous le contrôle de la population noire (Walker, 2009). La capitale, où la place d’Armes mettait en scène les pouvoirs coloniaux, ne pouvait être mise en danger, ni par un séisme, ni par une population dominée. Ces débats post-catastrophes témoignent de l’idée que la capitale est un lieu symbolique et comme tout lieu symbolique, elle instaure simultanément un ordre spatial et un ordre temporel suggérant la pérennité (Debarbieux, 1995).

Les enjeux de pouvoir et la construction du risque-capitale

24Comme le statut de capitale se traduit par la concentration d’acteurs de la décision politique ou économique à l’échelle nationale, la capitale est une scène politique privilégiée où se donnent à voir les rapports de force et s’affichent les leaderships. A travers le cas de Lima, nous voulons montrer que la présence à Lima du pouvoir national en tension avec le pouvoir métropolitain contribue également à la construction du risque.

25Le statut de capitale du Pérou met en effet en présence trois échelons de pouvoirs :

  • les municipalités de district au nombre de 43 à Lima Métropolitana,

  • un gouvernement provincial et régional réunis dans ce cas unique au Pérou en une seule entité que nous désignons par le terme de gouvernement métropolitain,

  • et le pouvoir national, exécutif, législatif et judiciaire.

Figure 3. La fragmentation du territoire métropolitain

Le Pérou est divisé en departamentos qui sont les circonscriptions des gouvernements régionaux. Une exception : Lima. Le departamento côtier de Lima, est divisé en trois : Lima Provincias réunissant les provinces autour de Lima Metropolitan, cette dernière et Callao qui couvrent l’agglomération et qui nous intéressent ici. Le cercado de Lima, est le district historique de Lima, où siègent les gouvernements national et métropolitain

26Dans la perspective d’une gestion de crise majeure, chaque échelon affirme sa position, ses compétences. En effet, le risque, attente d’une catastrophe indéterminée, est aussi un temps qui offre des marges de manœuvre au point que le risque devient opportunité. Les moments de crise sont propices à l’affirmation d’un pouvoir, c’est-à-dire à la démonstration des apparences du pouvoir, par des mesures qui vont parfois au-delà du nécessaire mais qui montrent qu’une autorité est présente dans une situation incertaine (Gilbert, 1992). Dans le cas de Lima, la maire fraichement élue, Susana Villarán de la Puente, revendique de nouvelles compétences qu’elle obtient et qu’elle met en œuvre avec force communication. Les actions décidées traduisent un principe de précaution qui va effectivement au-delà du nécessaire, ce qu’éclaire le récit de son action dans la première année de son mandat. En février 2011, 5 semaines après sa prise de fonction, elle accompagne ainsi le ministre de la Santé pour annoncer l’alerte jaune sur Lima face à une possible épidémie de dengue. Le ministre est dans la logique de l’alerte et de la préparation. En participant à cette annonce, la maire montre une continuité avec le ministre qui, intervenant au nom du gouvernement sortant, se veut protecteur face à une menace qui est délibérément dramatisée :

27« Il suffit qu’une personne malade venant de Iquitos (en Amazonie) soit piquée, pour que les moustiques soient contaminés et se répande le mal. C’est ce qui rend éminent le risque qu’il y ait une épidémie à Lima, et c’est pourquoi nous sommes passés en alerte jaune » [AS]

  • 6 Comité Metropolitano de Prevención y Control del dengue (Comité de prévention et de contrôle de la (...)

28Cet exemple souligne combien Lima est au sommet d’un espace réticulaire national d’où tout part mais aussi vers tout converge. Le risque sanitaire est par conséquent pensé de forme systémique et la capitale devient la priorité du traitement. Pour l’édile métropolitaine, cette alerte jaune a été une occasion de rassembler les autorités locales et de s’affirmer à la fois comme l’interlocutrice privilégiée du niveau national et la responsable de l’ensemble du territoire métropolitain. Elle y a annoncé la création d’un nouveau comité métropolitain6 et la convocation de l’ensemble des maires de districts.

  • 7 El Comercio, 12/03/2011

29Le baptême du feu sismique vint un mois plus tard. Le 11 mars 2011, 9 semaines après sa prise de fonction, elle est confrontée à l’alerte au tsunami lié au séisme du Japon. Malgré la distance (plus de 15 000 km de l’épicentre), elle décida l’évacuation des plages et la fermeture de la route littorale. Très ferme, elle insistait sur le fait que « bien que l’impact ne dût pas être fort, aucun mesure de prévention n’est exagérée dans ce cas, étant donné que le Pérou se trouve dans une zone sismique ». Le matin même, elle avait averti que « si la situation l’exige les grands parcs des districts côtiers serviraient de refuge, et que la municipalité métropolitaine mettrait à disposition le Parque de las Leyendas »7. La police nationale et INDECI durent appliquer cette décision conformément aux règles de la protection civile qui place le maire à la tête de la gestion en cas de crise.

30Les simulations sont une autre scène d’affirmation de ce leadership par le risque. Lors de la simulation nationale du 29 novembre 2011, elle remplace au pied levé le président de la République aux côtés du ministre de l’Environnement. Le moment est clé car il correspond à la phase de transfert des compétences nationales en matière de protection civile suite à la relance de la décentralisation. Sa venue au Centro de Entrenamiento Táctico Computarizado (CETAC) de l’Armée pose ainsi son autorité devant les acteurs nationaux de la gestion de crise.

Figure 5. Susana Villarán,

Susana Villarán à la place du Président de la République, lors de la simulation nationale organisée au Centro de Entrenamiento Táctico Computarizado (CETAC) de l’Armée de Terre Chorrillos. A ses côtés, le ministre de l’Environnement qui fait office de Président du Conseil des Ministres (auteur, 2011).

  • 8 L’opposition a lancé le processus pour organiser un référendum révocatoire qu’elle parvient à gagne (...)

31Dès lors, son action et sa communication se sont intensifiées, contribuant à faire monter en puissance le risque. En mars 2012, mettant la pression sur le gouvernement central pour réaliser un transfert effectif des moyens de la protection civile, elle laissa entendre par ses conseillers qu’elle déclarerait Lima en situation d’urgence face à un séisme potentiel. Cette déclaration aurait dû permettre de faciliter l’acquisition de matériel en réduisant les délais et le nombre d’autorisations. Les conseillers municipaux et les chargés de mission concernés par ce dossier ne firent qu’étudier les possibilités de réaliser cette déclaration qui a potentiellement des incidences majeures au vu du statut de capitale d’État de la ville, notamment sur le fonctionnement des services publics. Cependant, bien que simple hypothèse, l’effet médiatique est réel. Le quotidien national El Comercio titre abusivement « Villarán va déclarer Lima en état d’urgence pour prévenir des catastrophes » et contribue à intensifier la représentation d’une métropole en danger. Un mois plus tard, elle convoque tous les acteurs de la protection civile dans la salle du conseil de la mairie. Ministres, parlementaires et responsables en chef d’institutions (commandement des pompiers, de la police nationale...) sont réunis autour d’elle pour faire émerger une mobilisation contre le risque sismique. En 2013 encore, quelques semaines avant un scrutin décisif8, elle promulgue un protocole de gestion de crise définissant le rôle de chaque acteur présent sur le territoire métropolitain.

32Cet investissement massif dans la préparation à la gestion de crise est un moyen de créer un leadership, d’un part, face aux municipalités composant un territoire particulièrement fragmenté, d’autre part, face au pouvoir national jusque-là dominant dans la capitale.

33Pour ce dernier, la capitale d’État est d’autant plus un enjeu politique qu’avec près de 6 millions d’électeurs inscrits, l’agglomération héberge 35 % de l’électorat du pays (Mesclier, Sierra, 2012). La gestion du risque à Lima devient ainsi un enjeu national contribuant à faire de Lima une ville à haut-risque et un haut-lieu du risque national. Si la communauté épistémique présente à Lima et la presse incitent à ce que le risque entre dans l’agenda politique, les responsables politiques trouvent, de leur côté, un intérêt à souligner la menace sismique et à affirmer un risque majeur. Le risque a le double avantage d’être un levier de l’action publique pour porter des projets d’aménagement urbain (Sierra, 2003, 2009) et une occasion de mettre en scène le pouvoir politique, dans les deux cas, cela traduit une forme de gouvernement par la catastrophe (Revêt, Langumier, 2013) qui permet d’affirmer une stature d’homme d’État.

34La catastrophe du Chili (2010) suivi de celle du Japon (2011) ont donné au président Alan Garcia (2006-2011) les arguments pour faire de Lima la scène d’une préparation à la gestion de crise et pour intervenir directement dans la gestion urbaine. Dès son retour de Santiago de Chili, où il a rencontré la présidente sortante Michelle Bachelet, il lance une mobilisation générale pour se préparer à affronter un séisme de grande magnitude à Lima. Le choix de Lima est bien politique car ni les critères physiques ni les données structurelles de la vulnérabilité sociale (notamment la pauvreté) ne privilégient Lima plutôt que le Sud voire le Nord du littoral péruvien. Dans ces deux derniers cas en effet, il existe comme à Lima une lacune sismique qui laisse penser aux sismologues qu’il y a une forte probabilité d’un séisme majeur, et ces deux régions sont plus pauvres et ont moins de ressources que la région capitale. Le choix de préparer et traiter Lima s’explique en fait par les enjeux nationaux qui s’y concentrent au premier rang desquels les enjeux de pouvoirs notamment électoraux. La capitale dispose de la taille et des relais pour faire la démonstration de sa stature de chef d’État. Certes, à cette date-là, le président ne peut pas se présenter à nouveau, mais comme Michelle Bachelet alors, il peut prétendre à être candidat après son successeur.

35C’est ainsi qu’il lance un ensemble de mesures de prévention et de préparation qui le font directement intervenir sur le territoire de la capitale et qui font de celle-ci un modèle pour la gestion du risque dans le reste du pays. Le « plan Sismo 2010 » (« plan de prévention des séismes 2010 ») a ainsi pour mesure centrale la réalisation d’une vaste inspection technique des constructions à Lima et à Callao. Le but recherché est celui d’une « meilleure gestion des désastres visant à réduire les niveaux d’exposition et les vulnérabilités ». Il est notamment composé d’un « programme d’inspection des logements portant un risque de sinistralité [siniestralidad] et connaissant des vulnérabilités élevées face à la survenue d’un séisme ». Ce programme doit permettre « d’identifier des zones de sécurité et donner des instructions aux familles pour agir en cas de crise ». Tout en montrant une capacité à anticiper l’événement catastrophique, la gestion du risque à Lima donne au gouvernement central les arguments pour participer à une politique de gestion du territoire et de l’habitat dont on sait par ailleurs qu’elle est un moyen de développer les clientélismes et d’élargir la base électorale. La présence de Alan Garcia sur le terrain, visitant les quartiers populaires du centre, auprès de la Protection civile, fait de la capitale la scène d’une démonstration de pouvoir. En ce sens, cette présence du président dans les quartiers réputés en danger de Lima « fini par donner figure au pouvoir tel qu’on aime à se le représenter », c’est-à-dire en tranchant dans une situation de risque, montrant que le président maîtrise la situation et par conséquent se « risque à donner la preuve de l’existence de [son] pouvoir dans des conditions défavorables » (Gilbert, 1992).

36Par ailleurs, ce plan gouvernemental a pour ambition de devenir « un modèle pour les gouvernements régionaux et locaux » du Pérou qui devront l’appliquer par la suite, dans le cadre de leur propre protection civile. Ainsi, la capitale devient un lieu doublement exemplaire au sens que donne André Micoud à cette notion (Micoud, 1991), parce que ce que s’y passe concerne tout un collectif qui le dépasse et parce qu’il produit sert de référence et de norme. D’une part, le risque construit à Lima devient par le discours et l’action d’un pouvoir exécutif présent à Lima mais compétent sur l’ensemble du pays, un risque pour les autres villes du territoire national. Le risque de la capitale est un risque national : il y a un risque-capitale comme il y a un risque-pays, le premier pouvant être ici considéré comme une composante essentielle du second. L’investissement qu’on y réalise, y compris l’investissement symbolique, représente tant une perte potentielle qu’une possibilité de gain à l’échelle nationale en fonction des caractéristiques de la ville. D’autre part, ce qui est pensé et décidé pour Lima, doit devenir la référence pour l’ensemble du pays. La norme établie pour la capitale en termes de méthode et de critères d’évaluation du risque, s’impose au reste du pays qu’elle commande. La gestion du risque participe ainsi du rôle de la capitale dans la construction d’une norme nationale. Cet épisode n’est pas sans rappeler l’intervention du pouvoir colonial du Vice-Roi dans les affaires de la ville après le séisme de 1746 : le Vice-Roi édicta de nouvelles normes architecturales et comportementales, changea l’organisation territoriale avec l’objectif d’affaiblir le pouvoir municipal et utilisa la catastrophe pour promouvoir sa vision d’une nouvelle société urbaine (Walker, 2009, Musset, 2002).

  • 9 Rapport du Programa Regional de Lima Metropolitana de 2012.

37Cette gestion du risque par le gouvernement central pose fondamentalement la question des compétences du gouvernement métropolitain. En 2010, aucune des 180 compétences prévues dans la loi de décentralisation régionale de 2004 n’avait été transférée au gouvernement métropolitain de Lima alors que les autres régions en recevaient la quasi-totalité9. Avec la perspective d’une catastrophe d’origine sismique, le discours et l’action du président Alan Garcia sur la capitale maintiennent le gouvernement métropolitain dans une situation de faiblesse.

38C’est ce que semble avoir compris Susana Villarán de la Puente, élue maire sept mois avant la fin du mandat de Alan Garcia. Candidate, elle revendiquait pour la capitale le transfert de compétences qui existaient déjà dans le reste des régions. La mobilisation nationale initiée par le président de la République contre le risque lui donne un argument pour demander le transfert de compétence prévu dans le domaine de la protection civile. Celui-ci ne devient possible qu’avec le changement de gouvernement national en juillet 2011 et effectif le 1er janvier 2012. Les pouvoirs acquis sont réduits mais ils touchent néanmoins :

  • la réalisation des inspections techniques pour évaluer la vulnérabilité du bâti,

  • la gestion des équipements logistiques

  • l’organisation et l’exécution des actions de prévention et donc des simulations et des simulacres

  • la gestion de crise directe impliquant la mise sur pied d’un service et d’une brigade de protection civile.

  • 10 Interview à Susana Villarán, 24/04/2012 : [(…) on suppose qu’il faut envoyer immédiatement un messa (...)

39Ce sont ces compétences que la maire assume immédiatement lui donnant l’occasion de réunir sous son autorité des représentants des différents échelons de gouvernement, des municipalités de districts aux administrations nationales concernées. Elles lui donnent également un argument majeur pour accéder aux media. Malgré le manque de moyens et d’expérience dans ce domaine de l’échelon municipal, Susana Villarán affiche devant la presse et les caméras un fort volontarisme dans la préparation à la gestion de crise et se montre prête à en assumer la conduite. Elle multiplie les occasions de communiquer sur ce thème, convaincue qu’une grande part de la gestion de crise passe par la communication directe à la population. Elle exige ainsi, comme maire de la capitale, un accès direct aux canaux radio-télévisuels nationaux en cas de catastrophe à Lima10. Après l’intervention du pouvoir national dans les questions urbaines locales, elle opère donc une tentative d’accès du pouvoir métropolitain à la scène nationale à l’occasion d’un risque métropolitain devenu enjeu national. L’amalgame entre risque de la capitale et risque national est d’autant plus fort que les responsables de chaque échelon politiques s’affichent de concert, dans une véritable succession d’interventions qui placent la capitale au cœur du risque.

40Dans le contexte liménien, la faiblesse du pouvoir métropolitain favorise l’affirmation du gouvernement central. Cependant, l’édile métropolitaine profite de l’affirmation d’un risque majeur pour revendiquer une action de prévention, d’alerte et de préparation qui lui permet de construire son autorité sur l’agglomération et d’acquérir une audience nationale.

41Elle en profite également pour s’affirmer sur son territoire. Le risque est en effet un moyen de mobiliser une société très fragmentée vers un objectif commun. Devant une action planificatrice très affaiblie et à défaut de vision commune du développement, chaque district ayant la sienne et Callao construisant sa propre vision régionale, la catastrophe s’impose comme une représentation commune de l’avenir. Le séisme étant une réalité qui dépasse les limites administratives, le gouvernement métropolitain, qui doit composer avec 42 districts et avec la présence du pouvoir national, peut s’appuyer sur cette représentation de la catastrophe pour afficher son pouvoir, transférer de nouvelles compétences et pour initier des actions dans les différents districts. La maire métropolitaine, élue en octobre 2010, utilise d’autant plus ce levier qu’aucune municipalité de l’agglomération n’est de sa couleur politique. Elle se saisit de cette question dès le début de son mandat pour affirmer à son tour un leadership et montrer sa capacité à prendre des mesures de protection.

Conclusion

42La succession d’actes politiques que nous avons analysés à Lima contribue à construire le risque sismique et tente de modifier les rapports de force sans toutefois y parvenir. La capitale est une scène privilégiée pour les différents protagonistes. Tant la maire, Susana Villarán, que le président Alan García ont fait office de lanceurs d’alerte et ce à la suite des experts présents dans la capitale, notamment ceux de l’IGP et des organisations internationales. Leur sincérité n’est pas vraiment à mettre en doute : les catastrophes récentes les mettent eux-mêmes en situation d’alerte. Cependant, ils ont certainement conscience qu’il s’agit là d’une occasion pour gagner en épaisseur politique : ils n’apparaissent pas seulement dans la réaction à l’urgence comme il leur est souvent reproché. Ils sont dans l’anticipation aussi. En fait, leur action dans et sur la capitale en fait les initiateurs de l’urgence. Le risque d’apparaître comme de « sombres précurseurs » et de mauvais augure, ne peut leur être reproché dans un contexte de développement urbain considéré comme peu planifié et fragmenté.

43L’hypothèse que la menace sur une capitale construit un risque majeur se vérifie ailleurs. Ainsi la perspective de laves torrentielles sur Alma-Ata, n’a pu justifier le financement de chantiers colossaux, à la sécurité pourtant douteuse, que parce qu’il s’agit de la capitale du Kazakhstan dont les dirigeants étaient des acteurs nationaux (Elie, 2013). De même, le rappel de la crue de 1910 et la concentration d’enjeux liés à son statut de capitale, construisent un risque majeur à Paris justifiant des investissements au-delà de son territoire métropolitain (Reghezza, 2012). Toutes ces capitales sont certes des métropoles qui dominent fortement un réseau urbain polarisé sur elles mais la présence de media nationaux, d’acteurs internationaux et des représentants des différentes composantes du pays, en font un lieu à protéger en priorité.

44Tous ces cas sont particulièrement intéressants car il ne s’agit pas de villes sinistrées mais de villes dont les autorités craignent qu’elles ne le soient. L’aléa sismique existe pour toutes les villes du Pérou, comme pour toute ville du pourtour du Pacifique. Mais ce qui mobilise et alimente le risque c’est la crainte de la catastrophe majeure à Lima, à Santiago, à Mexico, à Tokyo. Le risque est fortement envisagé, mobilisant moyens scientifiques, logistiques, financiers, parce qu’une crainte spécifique s’attache à ces villes dont les acteurs montrent l’analogie avec d’autres lieux sinistrés : le séisme de Concepción provoque une accélération des préparations à la gestion de crise à Lima.

45Le risque est d’autant plus présent que les capitales sont une scène privilégiée pour différents acteurs locaux et nationaux, voire internationaux, scène à partir de laquelle leurs discours se diffusent avec une plus grande audience. La situation de risque est certes une épreuve, par les incertitudes qui la caractérisent, mais aussi une occasion : celle de fournir des marges de manœuvre aux acteurs qui ont les capacités d’agir. Or, la capitale est le siège d’un pouvoir national qui certes est mis à l’épreuve mais qui peut mobiliser des ressources au-delà de l’agglomération. Sommé de répondre à un danger majeur, le gouvernement central trouve là un moyen de s’affirmer ou de se réaffirmer et d’intervenir dans la fabrique de la ville. Le risque de la capitale devient un risque majeur qui justifie l’intervention du plus haut niveau de gouvernement. Cette intervention du pouvoir national est visible lors de toute catastrophe et l’absence d’intervention ou son retard est gravement dommageable au pouvoir comme le montre le cas de la Nouvelle-Orléans à la suite du passage de l’ouragan Katrina, où l’absence de réaction et de présence immédiate du Président Bush a fortement contribué à sa perte de popularité. L’originalité de cas comme Lima, c’est de constater que cette démonstration des apparences du pouvoir dont parle Claude Gilbert, ces actes d’autorité qui ont lieu lors de la gestion de crise, peuvent intervenir en situations de risque, c’est-à-dire avant que la catastrophe n’ait effectivement lieu, quand celle-ci est rendue probable, au point que, du fait des enjeux majeurs que porte la capitale, l’état de crise débute avant le phénomène perturbateur. La gestion du risque, dans la perspective d’une catastrophe offre une occasion de faire vivre cette scène. Le politique qui s’engage dans ces préparatifs, qui anticipe l’événement, expose son pouvoir, se montre responsable, et simule la prise d’un risque, faisant le pari d’asseoir sa stature. Certes, les circonstances, la personnalité des responsables politiques, le contexte de développement du territoire national et de sa capitale, les enjeux géopolitiques favorisent plus ou moins cette simulation de la prise de risque politique. La taille de Lima, mégapole, l’organisation très centralisée de l’État, la faiblesse du pouvoir métropolitain, favorisent l’intervention du pouvoir national dans la gestion de la capitale et la démonstration d’un pouvoir métropolitain qui a besoin de se légitimer. Cependant, dans un monde marqué par une crise sans fin (Revault d’Allonnes, 2012), le risque de la catastrophe alimente une « économie de la peur devenue l’une des modalités de gouvernement de l’époque contemporaine » (Revêt, Langumier, 2013) dans laquelle les capitales peuvent apparaître comme des scènes privilégiées de la gestion de ce risque qu’elles contribuent elles-mêmes à construire.

Haut de page

Bibliographie

BAUDRILLARD J., 1981, Simulacres et simulations, Paris, Editions Galilee.

CHATEAURAYNAUD F., 2008, Les figures de l’incertitude dans les controverses publiques autour des risques collectifs, Intervention au séminaire RISCO, Toulouse, 28 novembre 2008.

CHATEAURAYNAUD F., 2011, Argumenter dans un champ de forces, essai de balistique sociologique, Paris, Petra.

COANUS, T., DUCHÊNE, F., MARTINAIS, E., 2004, Risque, territoire et longue durée, Les Annales de la Recherche Urbaine, Apprivoiser les Catastrophes, (95), p. 19-26.

CONTRERAS C, CUETO M., 2007, Historia del Perú contemporáneo, Lima, IEP.

DEBARBIEUX B., 1995, Le lieu, le territoire et 3 figures de rhétorique, L’Espace Géographique, vol. 24, n°2, p. 97-112.

DJAMENT-TRAN G., 2010, Les scenarii de localisation des capitales, révélateur des concepts de l’unité nationale, Confins, n°9, 2010

DJAMENT-TRAN G., 2011, Rome éternelle. Les métamorphoses de la capitale, Paris, Belin.

ELIE M., 2013, Gouverner par les aléas. Maîtrise des coulées de boue et mise en valeur touristique des montagnes à Alma-Ata (Kazakhstan). 1966-1977, in REVÊT, S., LANGUMIER J., Le gouvernement des catastrophes, p. 33-72.

GILBERT C., 1992, Le pouvoir en situation extrême. Catastrophe politique, Paris, L’Harmattan.

GILBERT C., 2011, Risques et crises endogènes : une approche toujours problématique, Riseo - Risques, études et observations, (2011 - 3). Consulté de http://www.riseo.fr/-Revue,53-

HARDY S., 2005, Fragmentation urbaine et risques dits "naturels" à Managua. Éléments de territorialisation, in DAVID G. (dir.), Espaces tropicaux et risques. Du local au global, Orléans, PUO/IRD, p. 197-206

HATTEMER C., 2012, La Parada de Lima. Risques et incertitudes autour d’un marché de gros, Mémoire de master 2, Jean-Louis Chaléard et Alexis Sierra (dir.), Université de Paris 1.

JARAMILLO M., BOTERO M. H., 2010, Descentralización en Lima: democracia local versus efectividad administrativa. Un modelo inacabado de descentralización, Documento de investigación, Bogota, Editorial Universidad del Rosario.

KLARÉN P., 2011, Nación y sociedad en la historia del Perú, Lima, IEP.

LÉVY J., 1999, Le tournant géographique, Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin

MESCLIER E., SIERRA A., 2012, Élections présidentielles 2011 au Pérou : le retour inattendu du débat politique, EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 28 mars 2012. 20 p. http://echogeo.revues.org/13025

METZGER P., ROBERT J., SIERRA A., 2014, A geographical approach of crisis management: analyzing territory vulnerability from decision and intervention resources in Lima and Callao, International Journal of Mass Emergencies and Disasters (IJMED), 32 (1), p. 26-42

MORALES-SOTO Z., 2008, Terremotos en el litoral central del Perú : ¿podría ser Lima el escenario de un futuro desastre ?, Revista Peruana Medica Expo Salud Publica, 25(2), p. 217-224

MORSE R., 1987, Urban Development in Leslie Bethel, Colonial Spanish America, Cambridge : Cambridge University Press, p. 165-202

Musset, A., 2002, Villes Nomades de Nouveau Monde. Civilisations et Societés. Paris: Éditions de l`École des Hautes Études en Sciences Sociales Ortiz de Zevallo, 1992.

NACHI M., 2006, Introduction à la sociologie pragmatique, Paris, Armand Colin.

PROTZEL J., 2011, Lima Imaginada, Proyecto: Culturas urbanas en America Latina y España desde sus imaginarios sociales (1er ed.), Lima, Peru, Fondo Editorial - Universidad de Lima.

REBOTIER J., 2008, Les territorialités du risque urbain à Caracas : les implications d’un construit socio-spatial dans une métropole d’Amérique latine, thèse de doctorat 427p.

REGGHEZZA M., 2012, Paris coule-t-il ?, Paris, Fayard.

REVÊT S., LANGUMIER J., 2013, Le gouvernement des catastrophes. Paris, Karthala, 280 p.

REVAULT D’ALLONNES M., 2012, La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Seuil, 208 p.

ROBERT J, 2012, Pour une géographie de la gestion de crise : de l’accessibilité aux soins d’urgence à la vulnérabilité du territoire à Lima, thèse de géographie de l’Université de Grenoble, 555 p. http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00766252

ROSAS LAURO C., 2005, El miedo en el Perú. Siglos XVI al XX, Lima, SIDEA-Universidad Católica.

SEINER LIZÁRRAGA L., 2011, Historia de los sismos en el Perú; Catálogo: Siglos XVIII – XIX, Investigaciones (1ère éd.), Lima, Fondo Editorial - Universidad de Lima.

SIERRA A., 2009, Espaces à risque et marges: méthodes d’approche des vulnérabilités urbaines à Lima et Quito, Cybergeo: European Journal of Geography [en ligne], Vulnérabilités urbaines au sud, Consulté de http://cybergeo.revues.org/22232

SIERRA A., 2015, Transformer l’incertitude en risque : un instrument de domination ?, in CLERVAL A., FLEURY A. REBOTIER J., WEBER S., Espaces et rapport sociaux de domination, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

SIERRA A., 2015, « Ojalá haya un sismo », du désir d’un nouvel ordre urbain à la catastrophe-châtiment, Urbanités, n°5, http://www.revue-urbanites.fr/5-ojala-haya-un-sismo-du-desir-dun-nouvel-ordre-urbain-a-la-catastrophe-chatiment/

WALKER C. (Ed.), 2009, Diálogos con el Perú. Ensayos de Historia, Lima, Fondo Editorial del Pedagógico San Marcos

Haut de page

Notes

1 Ce littoral appartient à la zone de subduction des plaques du Pacifique avec les plaques continentales

2 La phrase intégrale est : « Le Pérou, c’est Lima ; Lima c’est le Jiron de la Union ; le Jiron de la Union, c’est le Palais-Concert et le café-concert, c’est moi. Par conséquent, je suis le Pérou !»

3 Instituto Nacional de Defensa Civil

4 Les simulacres sont des exercices in situ avec la population. Les seconds sont des exercices dans la « salle de crise » auxquels participent les acteurs de la décision aux différentes échelles.

5 La CAN est une organisation d’intégration régionale regroupant la Colombie, l’Equateur, le Pérou et la Bolivie

6 Comité Metropolitano de Prevención y Control del dengue (Comité de prévention et de contrôle de la dengue)

7 El Comercio, 12/03/2011

8 L’opposition a lancé le processus pour organiser un référendum révocatoire qu’elle parvient à gagner.

9 Rapport du Programa Regional de Lima Metropolitana de 2012.

10 Interview à Susana Villarán, 24/04/2012 : [(…) on suppose qu’il faut envoyer immédiatement un message à toute la population, il est dit (dans le protocole élaboré par le PNUD) que c’est par la radio et télévision nationale ; quelles possibilités ai-je en tant que maire de Lima d’accéder au canaux de la radio-télévision ? Dois-je demander l’autorisation à la Présidence du Conseil des Ministres ? Non messieurs-dames ! Je veux voir inscrit dans le protocole un accès immédiat et les agents de la télévision nationale doivent savoir que la maire de Lima, doit avoir un accès immédiat et sans demande d’autorisation préalable de quelque forme que ce soit][AS]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Sierra, « La capitale-risque ou comment le statut de capitale participe à construire le risque », Géocarrefour, 90/2 | 2015, 173-182.

Référence électronique

Alexis Sierra, « La capitale-risque ou comment le statut de capitale participe à construire le risque », Géocarrefour [En ligne], 90/2 | 2015, mis en ligne le , consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9768 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9768

Haut de page

Auteur

Alexis Sierra

Université de Cergy-Pontoise, UMR Prodig, programme INVERSES (www.inverses.org)

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page