Navigation – Plan du site

Cynthia Ghorra-Gobin, La métropolisation en question

Eric Verdeil
Référence(s) :

Ghorra-Gobin C., 2015, La métropolisation en question, Paris, PUF, 116 p.

Texte intégral

1Dans ce petit ouvrage, la géographe et américaniste Cynthia Ghorra-Gobin propose une lecture décentrée de la question de la métropolisation en mettant à profit son regard "multisitué". Elle postule que le détour américain est de nature à dépasser les controverses franco-françaises, telle que celle soulevée par les travaux de Christophe Guilly sur les fractures entre les métropoles et la France périphérique.

2Sa méthode consiste à coupler l'examen des travaux scientifiques sur la question métropolitaine aux USA et en France et celui de sa constitution en enjeu politique.

3Cela la conduit, dans les deux premiers chapitres qui procèdent à cet examen des cas américain et français d'abord en parallèle, à identifier des convergences académiques malgré les différences de culture et de morphologie urbaine. Aux USA, la métropolisation est d'abord « une subversion économique du territoire » (titre du premier chapitre). On assiste à un renversement des dynamiques spatiales, les inner cities se vidant de leur emplois qui s'implantent dans les périphéries où se développent les désormais bien connues edge cities. Cette évolution appelle, selon de nombreux chercheurs dont Cynthia Ghorra-Gobin met notamment en avant Myron Orfield, « une révolution métropolitaine ». L'Etat fédéral et les Etats fédérés sont appelés à reconnaître le rôle de locomotive économique des métropoles, et pour cela une transformation de la gouvernance est requise, faisant plus de place aux élus locaux, pour répondre à la fois eux enjeux de compétitivité économique et aux enjeux sociaux, très accentués avec la montée des inégalités et du chômage dans les inner cities. En France, la métropolisation est bien identifiée comme processus économique affectant les plus grandes villes dans les années 1990. Elle devient progressivement un enjeu politique, consacré par l'Acte III de la décentralisation qui consacre le statut de métropole en faisant le constat de l'échec ou de l'insuffisance de la loi Chevènement, dont la stratégie de l'intercommunalité a été mise en échec, notamment à Paris.

4Le troisième chapitre met en parallèle les critiques portées par les chercheurs sur l'accentuation des inégalités entraînées aux Etats-Unis comme en France par la montée du phénomène métropolitain, et les réponses divergentes qui sont proposées. Aux Etats-Unis, les tentatives de l'Etat fédéral, dès les années 1960, d'organiser le développement métropolitain, notamment à travers les transports, ont fait long feu notamment en raison de la dynamique de sécession municipale, construite sur une logique de ségrégation socio-ethnique et de captation des financements des services urbains au bénéfice des plus aisés. Ces problèmes suscitent une critique de la théorie du choix public pour les effets pervers que son application au niveau des municipalités a entraînée. En France, et c'est notamment la critique de Guilluy, la consécration politique du fait métropolitain s'effectuerait au détriment de la "souffrance spatiale" (terme que l'auteur reprend à Bruno Latour) des habitants "périphériques". Mais Cynthia Ghorra-Gobin considère que cette critique manque son objectif en n'accordant pas assez d'attention aux inégalités internes aux agglomérations. Dans la deuxième partie du chapitre 3, elle revendique une approche "normative" et insiste sur le statut de "glocalité" propre aux métropoles, dont elle souligne le caractère inédit. Il s'agit de comprendre la métropole à la fois dans sa relation multi-niveau avec les institutions d'échelle nationale et régionale mais aussi dans ses liens économiques et politiques au-delà de l'espace national. L'enjeu métropolitain consiste donc selon elle à articuler l'enjeu de la solidarité intramétropolitaine et celui de l'insertion dans la mondialisation, à travers un rééchelonnement nécessaire de l'Etat.

5Dans le détail, on notera dans la démonstration une plus grande maîtrise des enjeux américains, notamment dans l'analyse des stratégies politiques locales, et une lecture moins fouillée des contradictions françaises. Alors que le rôle de pionnier de la métropolisation de Gérard Collomb, maire de Lyon et président de la métropole de Lyon est cité, il aurait été intéressant de souligner les limites de sa stratégie métropolitaine, davantage intéressée par les bénéfices politiques immédiats que par les enjeux sociaux. A la suite de ce qui ressemble beaucoup à un Yalta électoral avec le président du Conseil général du Rhône, élu des campagnes rhodaniennes quand Collomb maîtrisait les réseaux politiques du Grand Lyon, la nouvelle institution métropolitaine lyonnaise ressemble à une cote mal taillée. Elle laisse de côté des populations pourtant largement métropolisées en termes économiques et de modes de vie, notamment les nouveaux périurbains qui cherchent en lointaine périphérie un foncier moins cher, au risque du piège de la précarité énergétique et de la dépendance automobile. Si le débat avec C. Guilluy est certainement nécessaire, les exemples français mobilisés dans le livre, qu'ils soient lyonnais ou bordelais, ne convainquent pas toujours. Il n'en reste pas moins que ce plaidoyer pour une lecture décentrée n'est pas sans vertu et réussit à apporter un éclairage utile pour une nécessaire prise de recul.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Verdeil, « Cynthia Ghorra-Gobin, La métropolisation en question », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 08 mars 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9756

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page