Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Soraya Boudia et Emmanuel Henry (dir.), La Mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux

Stéphane Frioux
p. 372
Référence(s) :

BOUDIA S. et HENRY E. (dir.), 2015, La Mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux, Rennes, PUR, coll. Res Publica, 212 p.

Texte intégral

  • 1 Programme de recherche « Européanisation des risques sanitaires et environnementaux » soutenu par l (...)
  • 2 Soraya Boudia et Nathalie Jas, , 2013, Toxic World. Toxicants, Health and Regulation in the XXth Ce (...)

1Cet ouvrage collectif, issu d'un travail pluridisciplinaire mené il y a quelques années1, n'est pas à première vue une production géographique. Toutefois, par la diversité de provenance disciplinaire des auteurs et la diversité des thèmes abordés, il intéresse toutes les sciences sociales qui affrontent la question des échelles de l'action publique, et en particulier le problème des effets de la mondialisation. Dans leur introduction, les coordonnateurs relèvent plusieurs processus à interroger : les modalités de construction des problèmes globaux (représentés par exemple par les pandémies grippales qui ouvrent et terminent l'ouvrage) ; la montée en puissance de l'expertise scientifique transnationale et des instances de régulation transnationale du risque ; les transformations des modes de gouvernement induites par les phénomènes évoqués. Comme le sous-titre l'indique, la perspective est historique (ou « socio-historique », de la part de chercheurs en science politique) avec des chronologies différentes selon les chapitres mais très souvent liées au temps présent. Les risques sanitaires et environnementaux sont un objet d'application de l'étude des transformations du gouvernement des hommes et du vivant en général. Les auteurs ont déjà prouvé par le passé leur intérêt pour ces thématiques et leur capacité à fédérer des collectifs internationaux sur le sujet2.

2Les douze chapitres sont réunis en trois parties : « construire le transnational », « des transnationalisations en conflits », et « transformer les modes de gouvernement des risques ». Quelques éléments intéressant les traversent : on retiendra d'emblée la question des échelles de la prise en charge du risque et du conflit ou de la coopération entre le niveau national et le niveau supra-national, qu'il soit incitatif ou impératif (dans le cadre de l'Union européenne par exemple, chapitre 10). La transnationalisation suppose rarement un transfert pur et simple des instruments de politiques publiques mais plus généralement une sélection d'éléments et une adaptation au contexte national. Les différentes agences de l'ONU et instances mondiales qui prescrivent des recommandations vis-à-vis des risques (telle l'OMS) sont largement présentes dans les études de cas, ainsi que certaines instances où les industriels et acteurs non gouvernementaux à intérêts économiques sont bien représentés. Citons le cas des représentants de la filière pharmaceutique (chapitres 6 et 7). Vient ensuite la question de l'expertise, et des conflits d'experts. Le chapitre de Jean-Noël Jouzel sur la toxicologie des nanomatériaux présente l'intérêt d'ajouter au cadre attendu des conflits possibles entre industriels et représentants de l'autorité publique une compétition de légitimité entre deux versants disciplinaires de la science. Ainsi, la question de la légitimation des mesures à prescrire, ou des injonctions venues d'instances purement consultatives, traverse de nombreux travaux. On est dans le même cas avec les recompositions des systèmes d'acteurs « dans un contexte d'affaiblissement historique des États et de renforcement concomitant des grandes firmes multinationales » (p. 193). La mise en perspective temporelle des situations observées et analysées enrichit le décryptage des mutations qui s'accélèrent depuis les années 1970.

3L'ouvrage dresse donc un tableau géographique dynamique et critique de la « mondialisation des risques ». Les chapitres sont agréables à lire, avec des introductions et conclusions souvent claires et didactiques et une bibliographie spécifique. On regrettera cependant que le matériau empirique (sources de première main, entretiens) soit peu présent dans certaines contributions, ce qui désincarne les cas variés d'étude – des catastrophes aux prisons, de la grippe aux questions de santé animale, etc. – et fait passer dans l'ombre l'administration de la preuve nécessaire pour étayer les arguments souvent percutants contre les nouveaux modes de régulation – plus que de réglementation – des risques sanitaires et environnementaux. Nul doute que le tableau sera enrichi dans les années à venir par de futures publications des contributeurs de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Programme de recherche « Européanisation des risques sanitaires et environnementaux » soutenu par la MISHA de Strasbourg de 2009 à 2012, les coordonnateurs étant alors membres du laboratoire SAGE à Strasbourg.

2 Soraya Boudia et Nathalie Jas, , 2013, Toxic World. Toxicants, Health and Regulation in the XXth Century, Londres, Pickering & Chatto et 2014, Powerless science ? The Making of the Toxic World in the Twentieth Century, New York, Berghahn.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Frioux, « Soraya Boudia et Emmanuel Henry (dir.), La Mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux », Géocarrefour, 90/4 | 2015, 372.

Référence électronique

Stéphane Frioux, « Soraya Boudia et Emmanuel Henry (dir.), La Mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux », Géocarrefour [En ligne], 90/4 | 2015, mis en ligne le , consulté le 26 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9750

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org