Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Chemins et territoires de l’eau dans les pays de la ceinture tropicale. Ressources et patrimoines

Yannick Lageat
p. 247
Référence(s) :

Ferry L., Mietton M. (dir.), 2013, Chemins et territoires de l’eau dans les pays de la ceinture tropicale. Ressources et patrimoines, LGPA-Éditions, n° 32, Dynamiques environnementales, Journal international des géosciences et de l’environnement, 219 p.

Texte intégral

1La revue Dynamiques environnementales, issue des modestes Travaux du Laboratoire de Géographie Physique Appliquée de l’Université de Bordeaux III, est devenue, en l’espace de quelques années, le support de numéros spéciaux d’une remarquable richesse documentaire. Le numéro 32, dirigé par Luc Ferry (IRD) et Michel Mietton (Université de Lyon III), confirme la haute tenue de cette publication semestrielle. Intitulé « Chemins et territoires de l’eau dans les pays de la ceinture tropicale. Ressources et patrimoines », ce volume de 200 pages, admirablement illustré, réunit sept contributions, portant sur des eaux dormantes ou libres, pérennes ou saisonnières, dont six ont pour cadres des pays africains et la dernière les Andes de l’Équateur. Plutôt que d’en résumer le contenu, ce que font excellemment les deux coordinateurs, nous pouvons nous hasarder à dégager quelques problématiques générales.

2Contrairement au biologiste Garrett Hardin, qui a voulu démontrer l’incompatibilité entre propriété collective et durabilité des ressources, des exemples produits par les auteurs démontrent sans ambiguïté que la prise de conscience d’une nécessaire gestion équitable d’un bien commun n’est pas nouvelle. Il est de tradition dans la région du Manden, à la frontière guinéo-malienne, que l’espace fluvial fasse l’objet d’un contrat social entre les autorités coutumières. Depuis la conquête espagnole ou la colonisation française, force est de constater la fermeté de pratiques collectives en Équateur ou à Madagascar : de l’entretien des canaux d’irrigation par les aiguadiers sur les versants des vallées inter-andines au contrôle de l’eau dans les périmètres rizicoles par la Fédération des associations des usagers du lac Alaotra, la gestion collective n’engendre pas nécessairement le gaspillage et la dégradation de la ressource. Plus symboliques encore sont les célébrations festives qui accompagnent les rassemblements de pêche autour des mares en pays mandingue quand le fleuve Niger retourne dans son lit mineur. Le delta du Tana au Kenya a même connu la cohabitation pacifique entre cultures de décrue et pâturages de saison sèche, jusqu’à l’affrontement entre les deux communautés de cultivateurs et d’éleveurs d’août 2012 à février 2013.

3L’insécurité de la ressource y est née de la réduction des surfaces inondées au cours des trois dernières décennies, tandis que, dans les Andes équatoriennes, la contraction des glaciers réduit l’abondance et la régularité des écoulements. Même dans le « grenier à riz » de Madagascar, lors des années de précipitations faibles ou incertaines, la pénurie d’eau en début de saison culturale et la surconsommation à sa fin révèlent les disparités de consommation entre les associations. Toutefois, plusieurs articles soulignent paradoxalement la menace que font peser les aménagements hydro-électriques, et notamment le projet de barrage de Forni en Guinée qui, en écrêtant les hautes eaux, réduirait le débordement fluvial du Niger supérieur, et donc le ré-empoissonnement des mares, ou même, en aval, l’accessibilité du célèbre canal de Kabara, récemment recreusé, qui, entre Daye et Tombouctou, reprend le tracé d’un ancien défluent du fleuve. Le pire n’est jamais sûr, comme permet de l’espérer le destin du lac Alaotra dont de nombreux experts estimaient qu’il était condamné à une inéluctable disparition en raison de la vigueur de l’érosion affectant son bassin versant, mais l’affaissement de ce fossé tectonique paraît contrecarrer l’envasement de cette étendue lacustre vaste de 450 km2.

4Dans une publication qui se montre si soucieuse de pédagogie, au point de proposer des fiches explicatives et même un « CartoQuizz », on peut regretter quelques facilités de langage. Nous n’ignorons pas que le mot « crue » est couramment employé à propos du fleuve Niger, mais, à notre avis, il ne devrait être employé que pour désigner, comme la sécheresse, non pas un phénomène saisonnier mais un événement accidentel, d’une durée et d’une périodicité variables. Cette remarque est de bien minime portée au regard de la richesse de cette livraison. Que ses deux coordonnateurs en soient vivement remerciés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Lageat, « Chemins et territoires de l’eau dans les pays de la ceinture tropicale. Ressources et patrimoines », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 247.

Référence électronique

Yannick Lageat, « Chemins et territoires de l’eau dans les pays de la ceinture tropicale. Ressources et patrimoines », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 25 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9745

Haut de page

Auteur

Yannick Lageat

Université de Bretagne Occidentale Yannick.Lageat@univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page