Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Bertrand Barré et Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas des énergies mondiales : Quels choix pour demain ?

Romain Garcier
p. 370
Référence(s) :

B. BARRE et B. MERENNE-SCHOUMAKER, Atlas des énergies mondiales : Quels choix pour demain ? Paris, Autrement, 2015, 96 p.

Texte intégral

1Après une première édition, en 2007, sous la signature de Bertrand Barré, et une seconde profondément revisitée en 2011 en collaboration avec Bernadette Mérenne-Schoumaker, l’Atlas mondial des énergies connaît une troisième édition qui associe de nouveau ces deux auteurs. L’ouvrage propose une vision très synthétique des questions énergétiques mondiales, appuyée sur des sources variées, souvent originales ou peu faciles d’accès. La cartographie, exceptionnelle, est toujours assurée par Anne Bailly. Certaines figures frappent l’imagination ­– par exemple, p. 18, la disparité croissante entre l’évaluation des réserves « techniques » et « politiques » de pétrole ou, p. 84, l’histogramme des émissions de CO2 des véhicules électriques et hybrides selon l’origine de l’électricité.

2Organisé en cinq grands chapitres (« Une consommation énergétique contrainte », « Les grandes énergies traditionnelles », « Les énergies renouvelables au cœur de la transition énergétique », « Géopolitique de l’énergie », « Le temps de l’action), l’ouvrage constitue une ressource de grande qualité, qui intéressera tant le grand public que les étudiants et les enseignants. On apprécie particulièrement la précision et la minutie dont font preuve les auteurs dans leur maniement des aspects techniques (de nombreux schémas éclairants), des chiffres et des unités. Quelques coquilles subsistent (par exemple, dans le tableau de la p. 72, il s’agit du PIB et non du PIB par habitant ; la source des données de l’excellente figure de « Flux énergétiques aux USA », p. 31, n’est pas indiquée) et certaines notions ne sont pas explicitement définies (par exemple, p. 26, « système énergétique ») mais l’ensemble est riche et se prête à des lectures répétées.

3L’ouvrage commence de manière originale par un chapitre de 9 planches (double pages) sur la consommation énergétique, et non sur la production. Ce renversement de l’ordre classique (production-transformation-consommation) est légitime car c’est bien la consommation énergétique qui pose aujourd’hui problème, par son niveau, les inégalités dans sa distribution socio-spatiale ou ses conséquences environnementales, notamment en termes de changement climatique ou de production de déchets. L’entrée par la consommation permet de scénariser, ou problématiser, le reste de l’ouvrage en posant la question des relations entre énergie et développement durable – par exemple, en introduisant une réflexion sur les réserves ou sur les risques et les nuisances. Cette problématisation fait échapper l’ouvrage à la vision relativement statique ou exagérément descriptive qui imprègne souvent de semblables entreprises cartographiques. Néanmoins, cette problématisation reste inachevée, dans la mesure où l’ouvrage reste peu critique.

4C’est particulièrement marqué dans deuxième partie qui décrit « les grandes énergies traditionnelles » sur 11 planches – y compris une planche très bienvenue sur les hydrocarbures non conventionnels (huile et gaz de schiste, sables bitumineux). L’ensemble est pédagogique et instructif (même si les transports énergétiques sont peu développés), mais reste curieusement apolitique. Bien sûr, des planches utiles sont consacrées à la géopolitique de l’énergie dans le quatrième chapitre, mais les auteurs témoignent d’une sorte de pudeur qui les empêche de désigner les choses par leur nom : l’énergie (particulièrement fossile) est un enjeu stratégique parce qu’elle est une phénoménale source de profits pour le capitalisme. Cela entraîne, comme les travaux récents de Timothy Mitchell l’ont montré, une confusion des rôles entre entreprises privées et Etats et plus largement, pose la question de relations entre énergie et formes d’organisation politique. La dimension structurellement politique de l’énergie induit des phénomènes multiformes, parfois aux marges de la légalité (lobbyisme et corruption). Cette dimension politique constitutive est curieusement euphémisée. La réticence des auteurs à aborder de front l’économie politique de l’énergie – y compris dans ses aspects techniques – devient particulièrement saillante dans le dernier chapitre, « Le temps de l’action », qui conserve le silence sur un certain nombre de questions ou de suggestions polémiques – par exemple, la nécessaire réduction de la demande énergétique (et non pas simplement l’amélioration de l’efficacité énergétique) ; l’épineuse question des subventions publiques accordées à hauteur de 650 milliards de dollars annuels aux énergies fossiles ou la problématique de plus en plus évidente de l’insoutenabilité économique de l’énergie nucléaire. La réticence des auteurs à politiser la question énergétique se marque dans les mots qui sont utilisés. Ce sont « les Hommes » qui sont les acteurs principaux de ce qui se joue, et non d’autres collectifs – publics, privés, institutionnels ou non, qui ne sont pas eux-mêmes monolithiques (comme tend à le laisser penser la planche des p. 70-71 consacrée aux « grands acteurs de l’énergie »).

5L’ouvrage reste également relativement classique dans sa considération des échelles. La complexification des collectifs impliqués dans les questions énergétiques a en effet un corollaire : celui de bouleverser les échelles d’analyse de l’énergie. Cela vaut en particulier pour les questions de consommation (où le niveau micro-local devient pertinent). Or l’Atlas privilégie les échelles mondiale et nationale, alors que l’échelle urbaine, par exemple, devient une des échelles majeures pour penser l’énergie à l’heure actuelle (que ce soit pour des raisons démographiques ou pour des raisons de gouvernance).

6Ces propos n’enlèvent rien à la qualité pédagogique d’une ressource que la communauté géographique francophone et le grand public sont heureux de posséder. Ils témoignent, à leur façon, du potentiel d’éveil critique que l’ouvrage possède en plus de toutes ses qualités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Garcier, « Bertrand Barré et Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas des énergies mondiales : Quels choix pour demain ?  », Géocarrefour, 90/4 | 2015, 370.

Référence électronique

Romain Garcier, « Bertrand Barré et Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas des énergies mondiales : Quels choix pour demain ?  », Géocarrefour [En ligne], 90/4 | 2015, mis en ligne le , consulté le 20 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9742

Haut de page

Auteur

Romain Garcier

Ecole normale supérieure de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page