Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Ryan Walker et al. (éd.), Reclaiming Indigenous Planning

Irène Barbara Hirt
p. 283
Référence(s) :

R. Walker, T. Jojola et D. Natcher (éd.), 2013, Reclaiming Indigenous Planning, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 536p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif réunit des chercheurs et praticiens de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme du Canada, des États-Unis, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Il fait suite à une conférence sur les enjeux de l’aménagement du territoire pour les peuples autochtones qui s’est tenue en 2010 à l’Université de Saskatchewan, au Canada. Si les contributions concernent les quatre pays, les analyses portant sur le Canada dominent toutefois l’ouvrage. La plupart des contributeurs sont originaires d’une nation autochtone. Si certains d’entre eux alimentent la réflexion sur le sujet depuis une quinzaine d’années dans des revues professionnelles ou scientifiques, c’est la première fois qu’un ouvrage de cette ampleur voit le jour. Il témoigne d’une évolution similaire dans les quatre anciennes colonies britanniques, à savoir l’émergence de cadres constitutionnels et législatifs obligeant désormais les gouvernements nationaux, régionaux ou locaux à consulter les peuples autochtones dans les processus d’aménagement et de gestion des ressources naturelles. L’ouvrage est par ailleurs l’expression de la revendication croissante des peuples autochtones de ces pays à affirmer et mettre en pratique leur propre vision de l’aménagement et de l’urbanisme.

2Le livre débute avec un chapitre théorique rédigé par Hirini Matunga, Maori et professeur en aménagement. Il énonce des constats partagés par les autres contributeurs de l’ouvrage : l’aménagement et l’urbanisme, loin de constituer un ensemble de pratiques neutres, sont chargés de valeurs culturelles. Dans cette perspective, les pratiques aménagistes étatiques, assimilables à une « technologie coloniale » (p. 7), ont contribué à discriminer ou ignorer les peuples autochtones. Ces derniers ont en outre toujours possédé leurs propres conceptions et pratiques en matière d’aménagement, celles-ci n’ayant toutefois pas été reconnues comme telles par la société majoritaire. D’après Matunga, il est donc nécessaire d’encourager un aménagement et un urbanisme faits « dans, pour et par » (p. 5) les communautés autochtones. Aaron Aubin souligne dans la préface que ce livre y contribue en constituant un « catalyseur pour le changement » (p. xvi). L’objectif étant que les peuples autochtones puissent prendre leurs propres décisions en matière d’aménagement du territoire et ainsi, mieux se positionner face à l’État, protéger leurs intérêts culturels, garantir leurs droits et améliorer leurs conditions de vie. Ce changement, nous disent les éditeurs Ryan Walker, Ted Jojola et David Natcher, doit également conduire à une reconnaissance de l’« indigenous planning » comme un champ d’enseignement et de recherche universitaires à part, et une pratique aménagiste indispensable (p. xix). S’appuyant sur un texte plus ancien de Jojola (2008, p  42), ils définissent l’ « aménagement autochtone » à la fois comme « une approche de la planification communautaire et un mouvement idéologique » se distinguant des pratiques dominantes par l’incorporation des savoirs « traditionnels » et des identités culturelles autochtones. Selon eux, cet aménagement se fonde en outre sur des visions du monde autochtones différentes de celles des « non land-based communities», tout en s’enracinant dans une diversité de traditions communautaires (Jojola, 2008, p. 42).

3La suite de l’ouvrage est organisée en trois sections : les communautés autochtones, l’expérience urbaine, et les terres et les ressources. Les trois parties soulèvent des enjeux d’importance égale, par ailleurs inter-reliés, qui ont trait, d’une part, aux pratiques et visions autochtones de l’aménagement du territoire, d’autre part, aux défis posés par la co-gestion du territoire et des ressources naturelles par les acteurs étatiques et autochtones, ainsi que les relations interculturelles et de gouvernance qui en découlent. La deuxième partie du livre s’avère particulièrement captivante puisqu’elle met l’accent sur un angle mort des pratiques urbanistiques contemporaines : en effet, comme le suggèrent les cinq contributions de cette partie, si la présence autochtone croissante en milieu urbain s’avère toujours davantage reconnue par les chercheurs et décideurs politiques, les urbanistes continuent pourtant à l’« invisibiliser ». Le chapitre de Ryan Walker et Yale Bélanger, en s’appuyant sur le contexte urbain des prairies canadiennes, examine ainsi les enjeux liés à l’obtention d’espaces autonomes par les autochtones dans les villes et s’interroge sur la manière d’y favoriser une plus grande participation citoyenne autochtone, entre autres en vue de co-produire des plans et des politiques d’urbanisme. Libby Porter, quant à elle, se fonde notamment sur l’exemple de Melbourne pour suggérer qu’en Australie, cette mise sous silence de la présence autochtone est liée à la façon dont la société majoritaire pense les relations entre identité, authenticité et spatialité, en particulier l’idée selon laquelle l’autochtonie ne serait légitime que dans des contextes ruraux.

4Plusieurs chapitres de l’ouvrage énumèrent les « bonnes pratiques » à adopter en matière d’aménagement communautaire ou d’urbanisme autochtones (par exemple, le chapitre de Laura Mannel, Franck Palermo et Crispin Smith). La participation et la gouvernance, liées à la revendication des acteurs autochtones d’exercer un plus grand contrôle dans les processus d’aménagement étatiques, constituent un autre thème fort. Les contributeurs reconnaissent que de véritables progrès ont été réalisés dans les quatre pays concernés en faveur de la reconnaissance des droits autochtones (décisions de tribunaux, nouvelles lois, etc.), mais que la prise en compte effective de ces derniers dans l’aménagement et l’urbanisme demeure encore largement insuffisante. La question des limites est également récurrente. Stephen Cornell lui consacre un chapitre entier. Il montre qu’au Canada, en Australie et aux États-Unis, les acteurs autochtones ne se limitent pas à réclamer davantage de pouvoir dans les processus d’aménagement, mais ils ambitionnent de repenser les entités politico-administratives via lesquelles ce pouvoir est organisé. Ces « innovations institutionnelles » ont lieu par la réappropriation des frontières coloniales, la réaffirmation d’anciennes entités ou la création de nouvelles limites. Enfin, à l’instar des débats ayant lieu dans le champ des études de développement, l’importance de reconnaître les savoirs et les visions du monde autochtones est soulignée par de nombreux auteurs, qui dénoncent cependant le caractère problématique de leur incorporation et de leur traduction dans les processus d’aménagement ou de co-gestion du territoire (voir, par ex., le chapitre de Shaun Awatere et al. sur la Nouvelle-Zélande). Car ces processus ont lieu à l’intérieur des cadres institutionnels et épistémologiques occidentaux. Jamais remis en cause, ces derniers imposent une conception singulière de l’aménagement, y compris des modèles de développement économique (à ce sujet, voir la contribution de Michael Hibbard et Robert Adkins).

5Plusieurs chapitres sont consacrés à l’examen des médiateurs régulant les relations entre peuples autochtones, État et société majoritaire. Le chapitre de Deborah McGregor traite du rôle de la cartographie dans les processus de co-gestion forestière en Ontario, au Canada, tandis que Chris Anderson se penche sur un autre « instrument de gouvernementalité » : les statistiques. Il rappelle à quel point celles-ci, sous couvert d’objectivité, tendent à construire une vision négative de l’autochtonie présentée comme un ensemble de « problèmes » et de « déficits » exigeant des « solutions ». Les catégories statistiques rendent en outre difficilement compte des réalités urbaines autochtones dans toute leur complexité et leurs nuances, du fait qu’elles sont souvent directement importées des contextes autochtones ruraux. Andersen appelle par conséquent les autochtones a mieux s’approprier cette technologie, trop importante selon lui pour être ignorée dans les luttes pour la décolonisation et l’autodétermination. Ce chapitre s’inscrit en réalité dans une démarche partagée par d’autres auteurs de l’ouvrage qui interrogent le pouvoir des catégories et des concepts à créer certaines réalités, à renforcer des relations de pouvoir inégales et à influer sur la capacité des autochtones à réaliser leur propre aménagement (voir, par exemple, le chapitre de Bethany Haalboom et David Natcher sur le concept de « vulnérabilité » appliqué aux communautés de l’Arctique canadien qui doivent faire face aux changements climatiques). Quant à Leonie Sandercock et Giovanni Attili, ils rendent comptent de la production participative et de la diffusion d’un film pour favoriser le dialogue et résoudre des conflits historiques entre certaines Premières Nations et leurs voisins allochtones en Colombie Britannique.

6Cet ouvrage constitue un appel à la décolonisation des principes de l’action publique dans le domaine de l’aménagement et de l’urbanisme lorsque celui-ci concerne les peuples autochtones, à la suite du mouvement initié par Linda Tuhiwai Smith (1999) en faveur de la décolonisation des méthodologies de la recherche sur ou avec les autochtones. Le parti pris des éditeurs a été de concentrer l’analyse sur des États ayant eu une trajectoire historique similaire du point de vue du pouvoir colonial et du traitement de la « question autochtone », ce qui explique sans doute l’absence de contributions traitant d’autres contextes géographiques et linguistiques dans lesquels l’autochtonie constitue un enjeu politique et social en matière d’aménagement, comme par exemple l’Amérique latine.. Par ailleurs, bien que les chapitres de l’ouvrage montrent la diversité effective des situations, il aurait été appréciable que celle-ci soit conceptualisée plus finement par les éditeurs. En effet, on peut se demander dans quelle mesure la définition globale de l’« aménagement autochtone » donnée en début d’ouvrage s’avère-t-elle opérationnelle pour appréhender l’hétérogénéité des peuples autochtones, par exemple les différences entre les sociétés fondées historiquement sur une grande mobilité et les sociétés plus sédentaires, différences susceptibles de s’exprimer tant sur le plan des identités, des visions du monde que des pratiques aménagistes pouvant en découler.Il reste que cet ouvrage constitue une référence pour les aménagistes – chercheurs ou praticiens – concernés par la thématique autochtone, et plus généralement pour ceux pour qui l’incorporation de la diversité culturelle dans l’aménagement du territoire constitue un enjeu de société.

Haut de page

Bibliographie

JOJOLA T., 2008, Indigenous Planning. An Emerging Context. Canadian Journal of Urban Research, Vol. 17, n°1, p. 3747.

SMITH, L.T., 1999, Decolonizing Methodologies. Research and Indigenous People, Londres, Zed Books, 208 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Barbara Hirt, « Ryan Walker et al. (éd.), Reclaiming Indigenous Planning », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 283.

Référence électronique

Irène Barbara Hirt, « Ryan Walker et al. (éd.), Reclaiming Indigenous Planning », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 26 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9736

Haut de page

Auteur

Irène Barbara Hirt

irene.hirt@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org