Navigation – Plan du site

André Musy, Christophe Higy et Emmanuel Reynard, Hydrologie 1 - Une science de la nature, une gestion sociétale

Pierre Serrat
Référence(s) :

MUSY A., HIGY C., REYNARD E., 2014, Hydrologie 1 - Une science de la nature, une gestion sociétale, Presses polytechniques et universitaires romandes, 489 p.

Texte intégral

1L’ouvrage proposé par A. Musy, C. Higy et E. Reynard est certainement, à l’heure actuelle, le traité d’hydrologie de langue française le plus ambitieux. Succédant à une première édition publiée voici juste 10 ans (Musy et Higy, 2004), cette nouvelle édition est remaniée et enrichie d’une seconde partie totalement nouvelle, traitant de la « gestion sociétale » des ressources en eau.

2La première partie aborde de manière exhaustive les bases scientifiques de l’hydrologie. Elle se compose de 11 chapitres d’importance très variable, le chapitre 2 comportant 51 pages, le chapitre 7 comptant seulement 15 pages. Bien que le cycle de l’eau n’ait par définition, ni un début ni une fin (Lambert, 1996), toute présentation didactique implique une linéarité qui a été établie de manière un peu discutable parfois. Dans cet ouvrage richement illustré (234 figures et 59 tableaux), les auteurs ont véritablement le souci de la clarté et de la rigueur scientifique.

3Dans l’introduction générale (chap. 1), sont présentés les contours de cette science et l’organisation de l’ouvrage. Une évocation historique de l’hydrologie, ses mythes introduisent le propos. Etrangement, deux pages sur les aspects juridiques de l’eau en Suisse ne semblent ni à leur place, ni suffisamment développés.

4Le chapitre 2 (51 p.) est le plus développé de l’ouvrage. Cela se justifie puisque ce chapitre est consacré au cycle de l’eau et au bilan hydrologique, aspects essentiels de l’hydrologie. Avec modestie et lucidité, les auteurs concluent qu’il existe des incertitudes sur de nombreux aspects quantitatifs.

5Comme l’hydrologie se recentre classiquement et généralement à l’échelle du bassin versant (Bravard et Petit, 2000), ce chapitre 3 est intégralement consacré à la présentation d’un BV, ses caractéristiques physiques et fonctionnelles. La géomorphométrie, utilisée depuis près de 3 décennies, est commentée. On peut s’étonner de la distinction faite entre MNA et MNT (p. 118), c’est-à-dire entre Modèles Numériques d’Altitudes et de Terrain, alors qu’il s’agit en réalité d’un même objet : une caractérisation numérique d’un fragment de surface terrestre. D’ailleurs cette distinction est abolie quelques pages plus loin.

6Après une étude détaillée des précipitations au quatrième chapitre, les auteurs s’intéressent logiquement à leur devenir en abordant les phénomènes d’interception, d’évaporation et de transpiration (chap. 5). Le devenir de la pluie nette est traité dans 2 chapitres très courts (chap. 6 et chap. 7) dont le regroupement n’aurait pas choqué.

7Traiter ensuite de la « mesure hydrologique » et notamment de la pluviométrie paraît discutable, tant ce thème pouvait être intégré au chapitre 4 sur les précipitations. Il en est de même d’un chapitre consacré à l’organisation des données (chapitre 9) qui aurait pu se fondre dans les précédents, mais les spécialistes de l’hydrométrie y trouveront avec plaisir un grand éventail des possibilités actuelles.

8Le chapitre 10 est consacré aux régimes hydrologiques qui constituent un thème classique des manuels d’hydrologie. Une synthèse claire des différents régimes est présentée sans tomber dans le piège des sous-classifications complexes qui, en définitive, n’apportent rien de très convaincant. Ce chapitre est bien documenté et beaucoup plus fouillé que dans l’édition antérieure.

9Quant au chapitre 11 de cette première partie – les processus hydrologiques – il est un peu incompréhensible qu’il arrive si tardivement. Certes, il est impossible de présenter une suite logique des phénomènes mais il aurait été plus cohérent de traiter cet aspect plus tôt dans l’ouvrage. En effet, les domaines examinés – écoulements hortoniens, relations avec les nappes, décomposition isotopique des débits – sont fondamentaux pour la compréhension du cycle hydrologique…

10La seconde partie, entièrement nouvelle, composée des chapitres 12 à 18 (125 pages soit environ un quart de l’ouvrage) traite des aspects sociétaux de la ressource en eau.

11Sont donc abordés les enjeux, c’est-à-dire le rapport entre ressources disponibles et besoins de la population actuels et futurs (chap. 12 à 14) puis la gestion industrielle de l’eau décrite dans les chapitres 15 et 16. L’ensemble est exposé de manière claire et intelligible.

12En revanche, les risques hydrologiques sont juste effleurés en 6 pages au ch. 17, et l’impact du changement climatique n’est qu’une évocation dans un squelettique chapitre 18 composé de 8 pages. Or le changement climatique était déjà abordé dans la première partie (§10.6 p. 295). Cette fin d’ouvrage semble malheureusement donner l’impression que les questions sont traitées de manière superficielle et que le propos s’effiloche au fur et à mesure.

13L’idée de compléter l’ouvrage initial par une 2e partie abordant les aspects sociétaux est intéressante mais elle paraît un peu trop juxtaposée. Cette dualité apparaît jusque dans la couverture de l’ouvrage où s’entrechoquent deux illustrations très différentes – un glacier alpin et un puits africain – aux couleurs et au graphisme peu en harmonie. La question que l’on peut se poser est celle-ci : n’est-il pas trop ambitieux de vouloir traiter dans un même ouvrage trop de thèmes, dont par exemple le risque hydrologique ou le changement climatique ? Des ouvrages entiers sont en effet consacrés spécifiquement à ces questions et d’aucuns trouveront peut-être que leur propre champ d’intérêt n’a pas été traité de manière aussi approfondie qu’il l’eût fallu.

14Il n’est pas contestable que la tendance actuelle, dans les différents programmes internationaux, est justement de lier les aspects très techniques de l’hydrologie aux sciences humaines : relier la détermination de la ressource dans sa plus grande complexité (données statistiques, équations, probabilités, modèles) à sa gestion administrative et politique par la société (Khan et al. 2010). Cet ouvrage s’inscrit dans cette perspective ambitieuse. Il n’est donc pas certain que chacun, avec des compétences spécialisées, puisse tout lire avec un égal bonheur… En définitive, cet ouvrage présente des qualités pédagogiques incontestables pour traiter du vaste thème de l’eau sous ses aspects historiques, naturalistes, scientifiques et sociétaux. En cela, il intéressera à n’en pas douter, un public très vaste et diversifié.

Haut de page

Bibliographie

Lambert R., 1996, Géographie du cycle de l’eau, PUM Toulouse, 439 p.

Bravard J.-P. et Petit F., 2000, Les cours d'eau : dynamique du système fluvial, Paris, A. Colin, 222 p.

Khan S., Savenije H., Demuth S. et Hubert P., 2010, Hydrocomplexity: New Tools for Solving Wicked Water Problems, IAHS publications 338, 272 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Serrat, « André Musy, Christophe Higy et Emmanuel Reynard, Hydrologie 1 - Une science de la nature, une gestion sociétale  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 24 novembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9701

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page