Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Claire Guiu, Guillaume Faburel, Marie-Madeleine Mervant-Roux, Henry Torgue, Philippe Woloszyn, Soundspaces. Espaces, expériences et politiques du sonore

Lionel Francou et Sarah Van Hollebeke
p. 228
Référence(s) :

GUIU CL., FABUREL G., MERVANT-ROUX M.-M., TORGUE H., WOLOSZYN Ph., 2015, Soundspaces. Espaces, expériences et politiques du sonore, Rennes, Presses universitaires de Rennes (« Géographie sociale »), 411 p.

Texte intégral

  • 1 Où l’on songe à l’analyse des coexistences de Sloterdijk P., 2005.

1Négligée jusqu’alors, la question des « ambiances » (Amphoux et al., 2004) et des « paysages sonores » occupe, depuis les années 2000, un nombre grandissant de chercheurs en sciences humaines et sociales, mais aussi en lettres, ainsi que des techniciens, des concepteurs ou des artistes. Elle est depuis au centre d’enjeux épistémologiques, politiques et plus concrets (par exemple d’aménagement) que les textes rassemblés dans cet ouvrage collectif proposent de mettre en exergue en s’appuyant pour ce faire sur des exemples concrets. Soucieux de dépasser les « zonages et indicateurs normatifs propres à l’action publique dans ce domaine » (p. 9), des chercheurs contribuent à un mouvement visant à promouvoir une « écologie acoustique » (p. 8) qui considère le son comme une « expérience sensible » digne d’intérêt. Cette approche qualitative des sonorités porte à la fois son attention aux contextes, aux perceptions et aux sources sonores. Si les ambiances sonores sont partagées, elles sont néanmoins éprouvées de façon individuelle. Elles peuvent rassembler, mais sont également susceptibles de diviser. Des difficultés peuvent survenir lorsque des « bulles individuelles » se cognent aux « sphères collectives »1 (p. 11). Toutefois, les évolutions technologiques rendent les frontières sonores de plus en plus « poreuses » en multipliant les formes individuelles d’écoute.

2Les évolutions technologiques récentes transforment autant les formes d’apparition du sonore que les manières de le saisir. De nouveaux outils en sciences sociales et appareils numériques permettent de diversifier les approches de terrain et d’ainsi réinterroger nos connaissances en fonction de ce qu’ils permettent d’observer. Au cœur de cet ouvrage se trouve l’idée d’« espace sonore » (soundspace) qui « désigne tout à la fois l’espace tonal entre des notes, une bulle ou enveloppe, une ambiance, un paysage, une dimension de la création théâtrale ou chorégraphique contemporaine, une salle de concert, un projet d’architecture, d’urbanisme, d’aménagement ou encore un territoire de politiques culturelles ou environnementales » (p. 7). Par la mise en avant de cette notion protéiforme les coordinateurs de cet ouvrage cherchent à promouvoir des réflexions et des actions portant sur les sons qui s’attaquent au « cloisonnement des recherches » et aux « “verrous cognitifs” [qui existent] entre certains domaines de l’action et certains producteurs de connaissance » (p. 15). L’interdisciplinarité crée certes une « situation d’incertitude » car elle conduit à une rencontre entre une multiplicité de « façons de penser, de percevoir, d’enquêter » (p. 15) ; mais elle offre aussi des possibilités de renouvellement et de découvertes si elle est pleinement réalisée. Cet ouvrage ambitieux a le mérite de rassembler des auteurs aux profils très différents, qui ne considèrent pas les sons de façon similaire et écrivent à leur manière sur cet objet que d’aucuns pourraient penser insaisissable. La combinaison de ces nombreux regards sur les espaces du son permet d’approcher la « complexité des modes d’appréhension, de construction et d’écoute des espaces sonores » (p. 16). Cet ouvrage propose à la fois de faire le point, en évoquant les différentes approches du sonore qui ont prévalu par le passé, et d’envisager la suite, sur base de nombreuses contributions qui sont tournées vers l’avenir.

3L’ouvrage est divisé en trois parties composées chacune de deux ou trois chapitres qui rassemblent à chaque fois un grand nombre de contributions – de tailles inégales et le plus souvent limitées à quelques pages – sur trois thématiques annoncées dès le sous-titre de l’ouvrage : les « espaces », les « expériences » et les « politiques du sonore ». Notons que le fait que certains textes proposent des réflexions plus abouties et scientifiques tandis que d’autres se limitent plutôt à relater en deux ou trois pages des expériences sonores plus concrètes contribue à enrichir l’ouvrage et à y faire entendre différentes voix.

4La première partie, intitulée « Mises en scènes et écritures sonores des espaces », rassemble des textes qui témoignent de « la pluralité et [de] la complexité des compositions ou recompositions spatiales à partir d’écritures sonores et/ou musicales » (p. 13). Dans un premier chapitre, ce sont les compositions sonores qui se trouvent au centre de l’attention. Qu’il s’agisse de paysages, de théâtre ou d’urbanisme, les sons peuvent jouer des rôles variés et participer à la fabrication de lieux et d’espaces aux tonalités particulières. Ils ne sont pas le fruit du hasard mais découlent – à des degrés divers – de choix et d’actions qui influencent les formes qu’ils prennent. Le deuxième chapitre est consacré à l’écoute qui, similairement à la composition des sons, est influencée par « différents processus de construction (sociale, esthétique, artistique) » (p. 20). L’apparition et de la diffusion de nouvelles technologies ont « engendré une pluralité des modes, des occasions et des espaces d’écoute » (p. 20). Les archives audio sont au centre du troisième chapitre de cette partie. Le peu de place accordé aux sons dans les archives témoigne de leur faible considération lorsqu’il s’agit de connaissances (scientifiques) légitimes ou d’éléments à considérer en vue d’une opération plus concrète, d’urbanisme notamment. Néanmoins, la prise en compte du sonore dans les archives semble être grandissante, ce qui laisse penser qu’il sera désormais également pris plus au sérieux dans d’autres domaines.

5La deuxième partie (« L’expérience sonore des lieux. Spécificités, approches, enjeux »), abordant les liens entre les sons et « l’expérience quotidienne » (p. 155), invite à prendre en considération une dimension sensible souvent écartée. Le sonore est un « embrayeur de parole » : il est entremêlé à nos modes de vie présents et à nos souvenirs mais peut également servir un déploiement de notre créativité. Il possède une triple dimension « politique, éthique et culturelle » et ne se cantonne pas au domaine artistique et à sa perception – agréable ou non –, mais participe de la vie sociale et de ses tensions. L’expérience de l’espace est toutefois « polysensorielle » car le sonore n’est pas isolé des autres sens. Le premier chapitre de cette partie présente plusieurs analyses d’ambiances sonores et des activités qui les accompagnent dans des contextes spatio-temporels donnés. Il s’intéresse notamment aux crieurs publics du Caire, à la régulation sociale des ambiances sonores par les soignants d’un service de cancérologie ou encore à aux effets sur les sentiments des passants d’annonces sonores produites par un chercheur et diffusées dans les couloirs du métro. Dans un second chapitre, ce sont les manières de saisir les sons et d’en rendre compte qui sont étudiées, chose d’autant plus difficile qu’ils sont par nature insaisissables et immatériels. Certains outils d’enregistrement ont été pensés par les auteurs pour recueillir les sons, les représenter et en créer une mémoire. Par exemple, la « cartophonie », une base de données interactive composée de sons, de textes et d’images, participe de « la constitution d’une mémoire sonore urbain » à même d’accroître la place de « la dimension auditive au cœur de l’aménagement des territoires » (p. 203). Le sonore est dès lors mobilisé comme outil de connaissance des territoires, donnant accès aux « vécus » et aux « ambiances » (p. 210). Il est aussi un révélateur de « trois dimensions de notre “être au monde” » : la « corporéité », l’« émotion » et l’« altérité » (p. 159).

6Quant à la troisième partie, « Les territoires politiques de l’environnement sonore », elle s’intéresse à l’articulation entre ces deux dimensions ou, autrement dit, à la « mise en politique du sonore » (p. 14). Les textes qui y sont rassemblés analysent la construction d’outils d’intervention et d’action (cartes et indicateurs) mais aussi les savoirs, les référentiels et les autres cadres cognitifs qui les fondent ; la production du savoir est perméable aux expériences sensibles des acteurs. Dans le premier chapitre de cette partie, des contributeurs s’intéressent au bruit et à sa « mise en politique », résultat de la production d’un « savoir technique » capable d’objectiver et de mesurer le problème combiné à des éléments relevant d’une « perception subjective et insaisissable » (p. 261). La création d’indicateurs passe par la sélection de ce qu’ils observent, ce qui constitue un « travail de politisation » (p. 267), dont il faut être conscient, qui cadre et réduit à la fois ce qu’il sera possible d’observer. En effet, les indicateurs permettent par exemple de constater l’existence d’un problème, le bruit, mais « ne suffisent pas pour comprendre le “vécu” sonore des habitants » (p. 265) (voyez aussi Pecqueux, 2012). Dans le chapitre suivant, les contributions défendent l’établissement d’un rapport différent à l’environnement en vue de construire des connaissances nouvelles pour l’agir. La subjectivité et l’expérience deviennent des atouts, complémentaires aux indicateurs. Cet intérêt croissant pour le sonore et le sensible pourrait inviter à une transformation de l’aménagement du territoire en un « ménagement de l’espace et de l’homme » (p. 316), plus attentif à leurs besoins. Dans un troisième chapitre, c’est la « cohabitation dans la ville » qui est étudiée à travers la dimension sonore. Des études portant sur les coprésences et les choix résidentiels permettent de mettre en évidence différents usages normés de l’espace, parfois contradictoires (récréatif, détente, fête, etc.), qui produisent des sons pouvant être source de conflit et de politique.

7Cet ouvrage fait le point sur une nouvelle approche qui invite à repenser l’implication des habitants dans les processus de décision et de construction de l’action qui façonnent leurs territoires et milieux de vie, au gré d’« opérations techniques et scientifiques » (p. 364). Les connaissances devraient être coproduites tout au long de ces processus et tenir compte des « expériences », des « affects » et des « vécus » pour repenser les « méthodes de recueil » (p. 368). Cet ouvrage collectif assez épais permet de mettre en avant une approche par les espaces sonores, dont la valeur heuristique par-delà les frontières disciplinaires semble évidente, tant des démarches et des travaux qui ont peu en commun arrivent à entrer en dialogue par ce biais. Les éclairages réalisés sur différents espaces pourront intéresser aussi bien les chercheurs (en sciences humaines et sociales comme en lettres, mais aussi en architecture, en géographie, en urbanisme, voire en ingénierie), que les artistes, les fonctionnaires ou un public plus large, soucieux des transformations de notre environnement sonore. Au-delà d’une première impression de mélange rassemblant pêle-mêle toutes sortes de contributions, il faut reconnaître que les coordinateurs de cet ouvrage ont réussi le pari de réaliser un véritable travail interdisciplinaire mené avec suffisamment de rigueur que pour se révéler fécond. Un bémol néanmoins, une conclusion aurait été bienvenue pour souligner les acquis de cette entreprise collective, ses limites et les pistes à suivre. Notons aussi qu’un certain nombre d’illustrations enrichissent l’ouvrage, bien qu’elles ne soient malheureusement pas reproduites en couleurs.

Haut de page

Bibliographie

AMPHOUX P., THIBAUD J.-P. et CHELKOFF G., 2004, Ambiances en débat, Grenoble, À la croisée.

SLOTERDIJK P., 2005, Écumes. Sphères III, Paris, Maren Sell.

PECQUEUX A. (coord.), 2012, Les bruits dans la ville, Communications, n° 90.

Haut de page

Notes

1 Où l’on songe à l’analyse des coexistences de Sloterdijk P., 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Francou et Sarah Van Hollebeke, « Claire Guiu, Guillaume Faburel, Marie-Madeleine Mervant-Roux, Henry Torgue, Philippe Woloszyn, Soundspaces. Espaces, expériences et politiques du sonore », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 228.

Référence électronique

Lionel Francou et Sarah Van Hollebeke, « Claire Guiu, Guillaume Faburel, Marie-Madeleine Mervant-Roux, Henry Torgue, Philippe Woloszyn, Soundspaces. Espaces, expériences et politiques du sonore », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 26 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9649

Haut de page

Auteurs

Lionel Francou

CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Sarah Van Hollebeke

CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page