Navigation – Plan du site
Articles

Les « sans domicile fixe » du bois de Vincennes : une précarité dans des espaces de durabilité

The « homeless » in the Bois de Vincennes: insecurity in areas of sustainability
Etienne Gresillon, Jean-Paul Amat et Aurélie Tibaut
p. 261-269

Résumés

En deux décennies, le bois de Vincennes a vu croître une population de sans domicile fixe (SDF) évaluée pendant l’été 2010 à environ deux cents personnes. Il accueille aussi, chaque année, plus de dix millions de visiteurs en quête d’aménité. À la question de la coexistence de types de fréquentation s’ajoute l’injonction des pouvoirs publics pour une gestion durable des bois parisiens. Cette double polarisation des attentes sur un même espace offre un contexte intéressant pour interroger les rapports entre les politiques de développement durable et les SDF.

Cette recherche qui vise à comprendre la manière dont les SDF s’insèrent et s’inscrivent dans le bois croise des études paysagères (relevés de végétation, photo-interprétations) et des enquêtes effectuées auprès des SDF et des gestionnaires. Les gestionnaires interviennent-ils, et, si oui, comment, dans le choix d’espaces d’implantation ? Existe-t-il des liens entre des types de gestion paysagère et les sites de campement des SDF ?

Les résultats montrent une corrélation entre ces sites et les parcelles boisées en régénération naturelle. Or ces parcelles font l’objet d’un double enjeu. Les gestionnaires de la Direction des espaces vert et de l’environnement (DEVE) de la ville de Paris estiment qu’elles méritent d’être laissées à une dynamique spontanée qui favorise l’augmentation de la biodiversité spécifique et la diversité paysagère. Les SDF y trouvent un refuge, car le développement des strates basses favorise la fermeture latérale des peuplements et rend plus difficile l’accès à leurs campements. Ainsi, un modus vivendi s’installe entre les gestionnaires et les SDF, qui s’accordent sur un compromis d’occupation des campements sur des espaces en gestions durables.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous préférons cette dénomination qui fait référence à une mobilité des habitats à celles se rappor (...)
  • 2 Ce chiffre relève d’une estimation faite après une campagne de terrain d’une semaine (début juillet (...)

1Sans chercher à redéfinir le vocable « sans domicile fixe »1 (SDF), dont la « définition flottante […] varie en fonction des gens et des événements » (Damon, 2002), nous retenons la dénomination générique qui désigne les populations dormant dans des abris relativement temporaires (de quelques jours à quelques années) ou même parfois dans des sacs de couchage. Derrière cette appellation réductrice se cachent des hommes qui, au travers de leurs lieux de campement, dévoilent une intéressante capacité d’adaptation à l’espace. En deux décennies, le bois de Vincennes a vu croître une population de SDF que des travaux réalisés durant l’été 2010 évaluent à environ deux cent soixante-dix personnes2. Nous avons repéré une petite centaine de campements dans le bois, dont la distribution spatiale s’organise selon des logiques collectives ou individuelles.

2Le campement s’édifie autour d’une ou de plusieurs tentes. Les SDF aménagent dans ce lieu de fixation des espaces spécifiques, souvent complexes et multifonctionnels, couchage, cuisine et toilette. L’observation de ces habitats montre que le vagabondage associé aux populations sans-domicile (Damon, 2002 ; Penzim, Araújo (de), 2004) relève de « préjugés d’une mobilité au caractère excessif et qui ne renverrait à aucun espace » (Zeneidi-Henry et Fleuret, 2007, p. 1). Nous intéresse ici l’inscription, dans le paysage forestier du Bois, d’un habitat relativement temporaire qui « contribue à faire l’habitus, […] à travers les usages sociaux, plus ou moins adéquats, qu’il incline à en faire » (Bourdieu, 1993, p. 166). Comme le montrent Marie Morelle et Catherine Fournet-Guerin pour les enfants dans les rues de Tananarive (Morelle, Fournet-Guerin, 2006), les SDF constituent l’envers du décor. L’utilisation de l’espace vert pour dormir, manger, se chauffer, se laver, s’associe aux fonctions écologiques et d’agrément pour donner au Bois une autre consistance.

3Les espaces publics sont régentés par des règles et des codes sociaux (Habermas, 1993). « Les formes de sociabilité, les modes de coprésence, les manières d'aborder autrui ou de l'observer, et ce, tout en veillant à la présentation de soi sous le regard des autres, en somme toutes ces pratiques, qu'elles soient ritualisées ou non dans les comportements qu'elles exigent, instituent l'espace public et militent en même temps […] contre toute appropriation permanente par un groupe particulier » (Berdoulay, 1997). L’arrivée des SDF dans le bois de Vincennes a posé des questions de gouvernance de l’espace public dans une ville dense, et de durabilité de cette gouvernance. L’espace public peut-il servir à la fois pour l’aménité et pour l’accueil de populations exclues ?

4Au cœur d’une métropole de plus de quinze millions d’habitants, ce bois urbain de 995 hectares reçoit annuellement onze millions de visiteurs aux motivations très diverses, sorties scolaires, activités sportives et culturelles, visites de site, détente… (APUR, 2009). Par ailleurs, depuis l’hiver 2000, les gestionnaires mènent une politique pilote de valorisation et de préservation de la biodiversité ordinaire dans les espaces lourdement touchés par les tempêtes Lothar et Martin de la fin 1999 : des peuplements en régénération naturelle ont supplanté des futaies régulières et la charte d’aménagement durable (signée le 26 avril 2003) a fait du Bois un maillon essentiel du Plan Biodiversité de Paris, adopté le 15 novembre 20113. Après une quinzaine d’années de gestion environnementale, ces espaces de durabilité s’avèrent de grand intérêt pour comprendre l’intégration des politiques de gestion de la biodiversité dans une ville dense où les prix du marché de l’immobilier battent des records. Dans une mégapole dont une partie de la population se paupérise, la protection d’une biodiversité commune doit-elle être retenue comme prioritaire ?

  • 4 Cette approche géographique confronte la spatialité aux représentations. Une autre approche tout au (...)

5Les sans-abris sont porteurs de messages relatifs à leur choix de fixation (Lion, 2013 ; Girola, 2005 ; Mathieu, 1997) et à leur empreinte paysagère car, comme le montre Patrick Gaboriau, « l’univers de la rue n’est pas seulement dominé, mais il est, dans le même temps, l’expression de valeurs autres » (Gaboriau, 2004, p. 111). Une étude de paysages et des cartes associées tente de comprendre les messages que les SDF esquissent et construisent dans l’espace. Le paysage est compris ici comme l’expression d’un système dynamique qui associe aux éléments biotiques et abiotiques du Bois les pratiques des SDF. Notre approche biogéographique, parce qu’elle intervient au moment de la prise de conscience du phénomène (années 2009 et 2010) par les pouvoirs publics, donne accès à une pluralité de facteurs explicatifs de l’interaction entre les dynamiques végétales et sociales. Les SDF du Bois ont en effet bénéficié d’un suivi opéré par la Maîtrise d’œuvre urbaine sociale (MOUS), mise en place en 2008 et active jusqu’en mars 2011. Pour comprendre la manière dont les SDF mobilisent les paysages dans leurs campements, nous partons d’observations des pratiques micro-géographiques des SDF et d’entretiens avec des acteurs impliqués dans la gestion des paysages et des campements (Direction de l’environnement et des espaces verts de la Mairie de Paris - DEVE-, Direction de la voirie et des déplacements de la Mairie de Paris – DVD -, Direction de la prévention et de la protection de la Mairie de Paris - DPP -, Emmaüs…)4. Pour respecter le droit et l’intimité des SDF, l’article ne présente pas de photos et la cartographie est volontairement floue sur l’emplacement exact des tentes. Ainsi n’indiquons-nous pas les chemins secondaires qui offriraient, à cette échelle, des informations trop précises.

6Cette étude contextualise d’abord l’irruption des SDF dans l’histoire des pratiques et des politiques menées dans le Bois ; puis, à partir de cartes de localisation des campements et d’un croquis de leur inscription paysagère, elle montre les logiques paysagères des SDF.

Le bois de Vincennes : bien national et bien public

Le Bois, entre intérêts nationaux et fonctions de proximité

7Deux logiques antagonistes, l’une nationale, l’autre locale, ont toujours contrôlé la destinée du Bois (Derex, 1997). Cette dualité exprime les forces ou les faiblesses des autorités politiques. Sous une administration d’État (monarchique ou républicaine) forte, la vocation du bois est sylvicole et (ou) esthétisante ; sous une autorité défaillante, surtout en situation de crise intérieure ou internationale, le bois répond aux besoins, souvent vitaux, des habitants riverains qui se l’approprient.

8Stabilité et pouvoir politique fort valorisent la dimension patrimoniale. Les monarques firent du Bois, propriété de la Couronne depuis le XIe siècle, un espace réservé tant pour la chasse aristocratique que pour une « gestion raisonnée », illustrée par des politiques récurrentes de plantations d’arbres. Afin de préserver le gibier, Philippe Auguste (1180-1223) avait emmuré le bois tout en prenant soin d’octroyer un droit d’usage aux religieux et autres habitants. Afin d’assurer la fourniture de bois de construction, Louis XI, Henri II et, plus tard, Louis XV continuèrent d’en limiter l’accès et ordonnèrent des plantations de chênes pour combler les vides dans les peuplements. Après la Révolution, l’armée convoita le Bois ; en 1808, Napoléon 1er y fit réserver 166 hectares pour des manœuvres de troupes et des expérimentations de matériel. Le Fort neuf, construit entre 1841 et 1844, est l'un des seize forts détachés de l’enceinte de Thiers. Entre 1870 et 1914, l’armée développa un champ de tir pour l’artillerie et un champ de manœuvre pour l’infanterie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands remilitarisèrent totalement le Bois, avant le retour à la gestion civile actuelle et la disparition de la présence militaire (hormis le Fort neuf et la caserne de gendarmerie Carnot).

9En période de disette, le bois de Vincennes alimentait le peuple de l’Est parisien en gibier et petits produits ; il fournissait aussi bois de chauffage et matériaux de construction (Derex, 1997). Ainsi, en 1419, une des années de fréquentes misères de la guerre de Cent Ans, le parlement de Paris (parlement « bourguignon » depuis la prise de la capitale par les troupes du duc de Bourgogne un an auparavant) autorisa des coupes. Avant et pendant la Révolution, durant le siège de Paris et la Commune (1870-1871), les populations riveraines affamées traquèrent le gibier et abattirent sans distinction les arbres du taillis et de la futaie pour se chauffer.

10Le bois de Vincennes offre ainsi un cadre intéressant pour comprendre les relations, conflictuelles ou apaisées, entre les gestionnaires, quels qu’ils aient été, et les usagers, tels les SDF aujourd’hui.

Le Bois entre fonctions récréatives et exigences écologiques

11Les prémisses de la fonction récréative du bois de Vincennes datent du XVIIIe siècle. Louis XV avait, par tolérance royale, ouvert le Bois au public. En 1791, sorti des biens de la Couronne, le Bois devint bien national. L’aménagement forestier exprima peu à peu la volonté d’ouverture aux visiteurs. Des secteurs du Bois acquirent un statut de parc ; Napoléon III demanda à Adolphe Alphand (chef du Service des promenades et des plantations sous la direction du baron Haussmann) de transformer des espaces vacants sur le modèle des jardins londoniens, avec allées sinueuses, canaux, lacs et rotondes. L’objectif de l’empereur était de faire des espaces verts et des bois parisiens des lieux d’accueil qui offrent aux familles ouvrières repos, salubrité et sécurité (Choay, 2000). L’ouverture s’exprima aussi dans le foncier et la gestion : en juillet 1860, un senatus consulte sortait le bois de la liste civile impériale et en transmettait la propriété à la Ville de Paris, à charge pour celle-ci d’en pérenniser les fonctions sociales.

12La dimension écologique s’affirme depuis la fin du XXe siècle. En plus d’être un espace de loisirs, d’activités sportives et de production de biens forestiers, le Bois est un atout bioclimatique, îlot de fraîcheur et de moindre pollution de l’air, et un cœur de biodiversité. L’objectif du plan de gestion (2006-2020) est de renforcer la naturalité des espaces boisés. En 2011, par son Plan Biodiversité, la Ville de Paris inscrivit le Bois de Vincennes dans le prochain Schéma régional de cohérence écologique (SRCE), qui propose de créer une continuité écologique entre les espaces verts du centre de l’agglomération et les grands espaces naturels régionaux. Le Bois est un des quatre sites pilotes des enjeux urbains en matière de biodiversité. Le projet EPICEA (Étude pluridisciplinaire des impacts du changement climatique à l’échelle de l’agglomération parisienne), présenté par la Ville en octobre 2012, en fait aussi une composante territoriale majeure dans la lutte pour la régulation de l’îlot de chaleur urbain (EPICEA, 2012).

13Le Bois de Vincennes – bien-fonds parisien depuis 1929 – est une mosaïque de parcelles aux statuts et destinations multiples (domaine de l’État, espaces gérés par la ville ou concessions privées), et aux attributions variées (écologiques, récréatives, sylvicoles). Sa multifonctionnalité est source d’incertitudes sociétales qui diversifient les appropriations, auxquelles les SDF se sont récemment ajoutés.

14Le bois de Vincennes est autant central que périphérique, à la fois proche de Paris (au cœur de choix stratégiques nationaux) et extérieur à l’activité régulée par le pouvoir central. Ses fonctions s’avèrent aussi plurielles, écologique, récréative, sylvicole. Ce statut hybride est assurément le terreau qui a permis aux SDF de s’installer dans le Bois.

Le bois de Vincennes et ses SDF

Dynamique spontanée et milieu d’accueil

  • 5 Par exemple, en octobre 2007, l’évacuation policière des tentes installées par des familles soutenu (...)

15Les SDF profitent de cet entre-deux du Bois, entre un accès facile à la capitale et l’isolement qu’offre le couvert végétal. En effet, dans les rues parisiennes, leur visibilité brutale et sans filtre voue les tentes à un démontage rapide, sinon immédiat, comme l’ont montré des événements récents5. Vivre dans le Bois autorise un « chez soi » de compensation. Le Bois est suffisamment isolé des activités et du bâti urbains pour suggérer une installation constante, voire durable (plusieurs décennies pour quelques sans-abris).

16Première logique distributive, la majorité des campements de SDF se situe dans la partie boisée, qui couvre un peu moins de la moitié de la surface du Bois de Vincennes. Deux ensembles boisés, est et ouest, s’individualisent (fig. 1). Les 300 hectares du bloc occidental concentrent la plupart des sans-abris. À l’est du fort de Vincennes, le bloc oriental abrite la seconde concentration importante de tentes. Les secteurs gérés en parc, les rives des lacs Daumesnil et de Saint-Mandé, les bordures nord-ouest et sud du bois n’en abritent pas.

figure  : Le bois de Vincennes, ses massifs forestiers et ses SDF

figure  : Le bois de Vincennes, ses massifs forestiers et ses SDF

E. Grésillon

17Des logiques de gestion sous-tendent la préférence des sans-abris. Les plans d’aménagement successifs ont fait des massifs forestiers des espaces de tranquillité pour les visiteurs, d’accueil pour la biodiversité. De nombreuses routes et allées qui traversent les massifs ont été, depuis 1996, progressivement fermées à la circulation. La charte d'aménagement durable du Bois déclare que le massif forestier doit être protégé du bruit6. Pour renforcer la tranquillité, elle prévoit la création de lisières de transition entre « les milieux forestiers sauvages » et « les pelouses et les parcs plus sophistiqués »7. Ces espaces de silence offrent au SDF le calme indispensable au repos et au sommeil.

18Afin de préserver ces espaces boisés, la charte et la Proposition pour le schéma directeur du bois de Vincennes (Apur, 2009) préconisent la réduction de la fréquentation. Les bancs et les tables de pique-nique ont été retirés ; les visiteurs, moins nombreux, sont engagés à circuler sans s’attarder ni s’arrêter afin d’alléger la pression sur les écosystèmes. Peu dérangés par les passants, les SDF trouvent là, ne fût-ce que de manière temporaire, un peu d’intimité.

19Par ailleurs, les SDF ont choisi les peuplements touchés par la tempête de 1999. Dans les parcelles concernées, de jeunes tiges issues de la régénération naturelle et de plantations ont remplacé les grands arbres de futaie abattus (fig. 2). Les gestionnaires de la DEVE notent que ces peuplements favorisent la biodiversité : pour les préserver, ils les parcourent peu, laissant agir les dynamiques spontanées et la régénération des jeunes plantations. De ce fait, l’absence de passage quotidien et de contrôle régulier des employés de la Mairie offre aux SDF une double opportunité : s’installer puis aménager doucement leurs espaces sans provoquer de tension ou de heurt avec les gestionnaires. Ceux-ci considèrent d’ailleurs que les campements sont peu contraignants puisqu’ils ne les gênent pas dans leurs travaux journaliers. D’après un employé de la Mairie de Paris rencontré lors de la campagne de terrain, « il vaut mieux que les SDF soient dans le sous-bois moins visible que dans les parterres fleuris ».

figure  : Les dégâts de la tempête de 1999 et l’implantation des SDF

figure  : Les dégâts de la tempête de 1999 et l’implantation des SDF

E. Grésillon

Un cadre de vie aménagé

20Le territoire de chaque campement est visible ou invisible, conscient ou inconscient, biotique ou abiotique, en fonction du nombre et de l’origine de ses habitants, et de son ancienneté dans le Bois. Une implantation peut être vécue comme temporaire alors même qu’elle se pérennise. Certains sans-abris passent quelques nuits dans le Bois, d’autres y changent régulièrement de lieu de campement, d’autres encore y vivent depuis plus 30 ans. Chaque arrivée, chaque intégration, est personnelle, chaque perception est unique, qui renvoie souvent à la propre histoire du SDF. Certains se considèrent dans la ville, d’autres, en pleine campagne.

21Autour de la tente, une logique fonctionnelle différencie des espaces (coin repas, coin cuisine, coin toilette) qui découpent le territoire de vie et construisent des paysages autonomes.

22La dynamique végétale de reconquête et de fermeture du couvert rend difficile l’accès aux parcelles touchées par la tempête. Dans celles occupées par les SDF, la densification de la barrière visuelle des arbustes et des jeunes arbres engendre des murs naturels (au moins durant la période de feuillaison) entre les chemins fréquentés par les visiteurs et les campements. Ces dynamiques végétales, spontanées ou assistées, laissent libre cours à des pratiques irréalisables dans l’espace bâti. Les sans-abris reconnaissent que les ronciers qui s’épanouissent entre chemins et sous-bois sont d’excellentes barrières et que leur localisation joue dans le choix des sites d’installation. Ce puissant « répulsif » les assure, par exemple, contre les vols de tentes. La connaissance de certaines espèces, ronces, ortie, robinier, dont les juvéniles sont armés de rameaux épineux, esquisse une ouverture vers la botanique appliquée. Un mutualisme s’instaure entre ces végétaux souvent nitrophiles et les SDF, dont le genre de vie, qui enrichit en retour les sols en nitrate, répond à l’autoécologie de ces plantes barrières. S’est établie une sorte de double boucle de rétroaction, positive pour la végétation, négative pour les hommes, qui favorisent les plantes grâce auxquelles ils délimitent leurs territoires.

23De nombreux SDF travaillent les enchevêtrements végétaux. Certains coupent branches et rameaux pour dresser des palissades ; d’autres recyclent des branches mortes ou coupent de jeunes arbustes pour édifier des clôtures de plessis. Quelques téméraires accotent un fossé à ces barrières ligneuses, fossé parfois camouflé sous un tapis de branches pour piéger des visiteurs non informés. Les espaces de vie prennent en compte la répartition de la végétation et la visibilité du lieu depuis les chemins (fig. 3). Dans les espaces ouverts ou semi-ouverts ensoleillés et tapissés d’une strate herbacée, des lieux de séjour sont aménagés pour le repas et la discussion. Au-dessus de la table, une bâche fait office autant de parasol que de parapluie. Les campements les mieux organisés comportent, dans les recoins sombres proches des tentes, un espace pour la toilette avec miroir, bac, parfois un jerrican solaire pour chauffer l’eau. Sur une tige coupée, sur une planche appuyée à un enfourchement, le SDF pose tube de dentifrice, brosse à dent, mousse à raser… Dans les espaces reculés, loin des chemins et du campement, certains édifient des feuillées (WC), utilisant une cuvette de chablis naturelle ou creusant une fosse à la pelle. S’il est trop visible, le lieu est entouré d’une bâche tendue entre des arbres.

24Les SDF utilisent avec ingéniosité la ressource bois pour fabriquer du mobilier. Les gros volis (arbres renversés) de la tempête servent de banc (fig. 3). Les perchis contribuent à la construction de tables, de vaisseliers. Le plessis des branches souples assure la clôture autour du campement. Les plantes vivantes aussi contribuent à l’aménité du site. Les branches feuillées camouflent les tentes ou les matériels laissés à l’extérieur ; les moignons de branches coupées à hauteur d’homme font office de patères ; sur les fougères, on étend le linge ; les tiges étêtées deviennent des poteaux pour attacher des bâches, des cordes à linge, des tendeurs de tentes…

25L’ouverture « aux quatre vents » conduit les SDF à protéger leurs territoires des agressions météorologiques. Contre le froid, des palettes posées à même le sol de la tente font office de sommiers. L’abondance des branches mortes et la discrétion offerte par les fourrés laissent la possibilité d’allumer un feu (interdit par le gestionnaire) pour cuisiner et se chauffer. Des bâches suspendues entre les arbres, souvent au-dessus de la table ou au-dessus d’une vieille tente, isolent de la pluie (fig. 3).

Figure 3 : Un campement multifonctionnel regroupant des caractères de plusieurs campements

Figure 3 : Un campement multifonctionnel regroupant des caractères de plusieurs campements

(E. Grésillon)

26Le croquis montre les étroites corrélations entre le cadre paysager du Bois et le territoire du SDF, qui entretient un rapport dual au paysage ; il s’adapte à l’existant et le transforme dans les limites des actions tolérées par les gestionnaires de la DEVE, qui passent assez souvent aux abords des campements. Les SDF font preuve de créativité pour que l’environnement végétal participe à l’aménagement de leurs lieux de vie et pour faire des végétaux vivants ou morts des éléments du mobilier.

Une offre urbaine proximale

  • 8 Formule utilisée par Andrée Corvol dans la préface à l’ouvrage de Derex,1997.

27Durant le XXe siècle, les politiques d’aménagement ont cherché à faire du bois de Vincennes « un espace public gratuit »8. Afin de répondre à cette attente, les gestionnaires ont renforcé l’accueil de publics variés, amélioré les entrées du bois et diversifié les éléments de confort.

28Le Bois dispose d’une desserte solide, diverse et maillée de transports publics (bus, métro, vélib’). Les lignes de métro 1 et 8 proposent huit stations de proximité (Saint-Mandé, Bérault, Château de Vincennes, Porte Dorée, Porte de Charenton, Liberté et Charenton-Écoles). Tramway et bus acheminent les visiteurs en lisière (T3) ou dans le bois (lignes 46, 86, 112, 325). Depuis 2008, des stationnements de vélib’ de proximité ont démultiplié la mobilité cycliste. Ce renforcement de l’accessibilité et de la pénétrabilité pour les visiteurs et les usagers a été attractif pour les SDF, à la fois proches par les transports et distants par la végétation. Les trois-quarts d’entre eux sont à moins de cinq minutes à pied d’une station de bus ou de métro, et beaucoup disposent d’un vélo, engin de déplacement rapide. La multimodalité est un puissant motif de fixation.

29Dans le Bois, des fontaines publiques permettent aux cantonniers d’arroser les parterres fleuris et aux usagers de se désaltérer. Leur répartition, qui répond d’abord à cette logique d’arrosage, est aussi très favorable aux SDF, dont la majorité est installée à moins de quatre cents mètres de ces points d’eau (fig. 4). Ils s’y ravitaillent par bouteilles et bidons, assurant ainsi leur indépendance pour la toilette, la cuisine et la vaisselle.

Figure 4 : Les fontaines et les SDF

Figure 4 : Les fontaines et les SDF

E. Grésillon

  • 9 Plusieurs articles de journaux traitent de ce sujet, dans Le Monde (Rollot, 2013), Paris Match (Fon (...)

30Sur un autre plan, les fortes connexions avec la ville assurent les services hygiéniques essentiels, offerts en particulier par les toilettes et les douches chaudes qui équipent les centres sportifs appartenant aux villes de Paris et de Vincennes. La médiatisation des conditions de vie des SDF9, greffée sur la dimension publique intra-urbaine du Bois, a conduit les pouvoirs publics à mettre en place une cellule de suivi dans le cadre d’une Maîtrise d'œuvre urbaine et sociale (MOUS). L’action temporaire (2008-2011) de cette cellule a mobilisé la DEVE, la DVD, la DPP, la préfecture et l’association Emmaüs, dont la mission était d’aider les SDF à « sortir du bois » en leur assurant un soutien psychologique, une aide pour les déplacements sanitaires (visite chez le médecin, urgence…), une réponse à des demandes d’abri temporaire (en cas de canicule ou de gelée) ou d’eau potable en quantité. Les SDF qui le désiraient obtenaient aussi l’aide d’une assistante sociale pour toute démarche administrative.

31De plus, afin de garder propre le Bois, la DVD assure, fût-ce irrégulièrement, un ramassage et un nettoyage des ordures aux abords des campements. Certains cantonniers s’entendent avec les SDF pour leur assurer ce ramassage. Lorsque ceux-ci déménagent, la DVD assure le déblaiement du site.

32Le bois de Vincennes s’avère ainsi pour les SDF un compromis entre une ville difficile à vivre, bruyante, rarement amène, et un espace à consonance rurale, plus silencieux et plus riche en intimité. Grâce au souci des gestionnaires d’améliorer l’attractivité du bois, les SDF trouvent dans les aménagements publics (fontaine, réseaux de transport) des raisons objectives pour s’installer.

33L’arrivée des SDF dans le bois oblige les gestionnaires à revoir leurs politiques d’aménagement qui sont centrées sur l’accueil du public et sur l’écologie. Lorsque les tentes sont trop voyantes et que les habitants sont mécontents, la DPP ou la préfecture interviennent assez rapidement pour déloger les campements. En novembre 2010, les SDF autour du lac de Saint-Mandé ont ainsi été expulsés. Les tentes cachées par les sous-bois ont quant à elles une longévité plus longue. Les gestionnaires agissent ainsi en fonction de petits ajustements locaux.

Conclusion

34Souvent présenté, avec son alter ego de Boulogne, comme un « poumon vert » de l’agglomération parisienne, le Bois de Vincennes est aussi un espace de « respiration » pour les SDF. Ceux-ci trouvent dans les peuplements en régénération naturelle une forme de liberté qui s’affirme dans la construction d’un type de territoire dont l’agencement témoigne d’une réelle ingéniosité. La volonté écologique sous-tend une dynamique sociétale. Encourager l’installation, la croissance et la reproduction d’espèces végétales, voire animales, spontanées, c’est aussi rendre le Bois attractif à de nombreux types d’usagers, tels les SDF. L’encouragement à promouvoir une nature autre ouvre aussi à des valeurs autres.

35Les politiques de développement durable qui supposent de prendre en compte les trois piliers, l’économie, l’environnement et la société, trouvent dans le Bois une application et un prolongement intéressants. La volonté affichée par les gestionnaires de préserver une certaine biodiversité favorise l’installation des SDF. Penser la durabilité des espaces sous le seul angle environnemental mène à une impasse. En installant leurs campements, les SDF empêchent une reprise totale de la végétation et donc une gestion écologique du milieu. Nous espérons que cet article invitera les gestionnaires à veiller à l’intégration de tous les habitants dans les planifications à visées écologiques. Intéressante initiative de sensibilisation des populations défavorisées aux enjeux de durabilité fut ainsi le programme d’éducation à l’environnement pour les enfants des établissement scolaires relevant de Zone d’éducation prioritaire (ZEP) développé dans la forêt de Bondy durant les année 1990 par l’Agence des Espaces verts d’Ile-de-France et l’Office national des forêts. Les enfants étaient initiés aux travaux sylvicoles (plantation, élagage, martelage…) et recevaient après une épreuve un diplôme de Forestier Junior. Cette distinction devait instaurer une relation privilégiée entre le gestionnaire forestier et son titulaire et ainsi sensibiliser les habitants aux objectifs de la gestion forestière.

36La gestion en spontané de la partie forestière du Bois, qui laisse s’installer et s’épanouir une biodiversité commune, bouleverse la pratique de l’espace public. La densification des peuplements forestiers produit des espaces retirés, « espaces en marge ou marge de manœuvre » (Janin, Andres, 2008) pour les SDF, à l’abri des regards du gestionnaire et du visiteur. Les logiques paysagères et écologiques de ces espaces sont proches de la friche. Anne-Claire Vallet a montré que les friches sont des micro-territoires dans lesquels les SDF développent des solutions d’habiter résistantes (Vallet, 2011). Ces espaces de biodiversité délimitent ainsi un antimonde qui servent « à enfanter le changement, ou à limiter quelques dégâts du changement » (Brunet et al., 1992, p. 36). La nature s’y développe selon la variabilité de son cycle de vie, sa diversité, son imprévisibilité, indépendamment des gestionnaires (Lepart, Marty, 2006).

37En temps de crise, les espaces de biodiversité offrent une bulle de respiration aux habitants précarisés. Ce phénomène concerne d’autres espaces urbains végétalisés laissés à des dynamiques naturelles, comme les bords de Loire près d’Orléans (Sajaloli et al., 2012). Les gestionnaires de milieu naturel dans des espaces urbains denses deviennent des acteurs sociaux puisqu’ils doivent intégrer dans leurs opérations les attentes des populations marginalisées qui participent à la durabilité environnementale et sociale des villes. Ils doivent également surveiller ces espaces qui peuvent également accueillir des activités illicites (prostitution, drogue). Dans le bois de Vincennes, les lieux accueillant la prostitution se recoupent souvent avec les campements de SDF, en particulier lorsqu’ils sont en périphérie du Bois. Cette association renforce des sentiments d’insécurité pour les usagers. De ce fait, l’actuelle réflexion sur la biodiversité en ville est une question éminemment sociale (Grésillon et al., 2012). Décider de laisser, dans les villes, des espaces pour la préservation des espèces animales et végétales oblige les gestionnaires à poser la question de l’accessibilité.

  • 10 Les projets de trames vertes et bleues du Grenelle de l’Environnement en sont l’expression.

38L’éthique écologique qui prône la multiplication d’espaces de biodiversité commune en réseau (trame verte et bleue) s’avère aujourd’hui un levier très puissant pour l’élaboration des projets de villes dites durables10. La biodiversité commune se mue ainsi en un « bien commun », qu’il convient de protéger. Mais cette diversité du vivant est ambivalente ; ainsi les tiques qui transmettent la borréliose de Lyme pourraient-elles engendrer un problème sanitaire majeur, pour les visiteurs (Méha et al., 2010) comme pour les SDF. Tant qu’à promouvoir des espaces pour la biodiversité commune, le temps ne serait-il pas venu de penser des villes qui laisseraient une place décente, acceptable et acceptée, aux populations défavorisées ?

39L’arrivée et l’installation des SDF pose aussi la question de la destinée de l’espace public (Mitchell, 1995, 1998). L’édification d’une tente transforme l’espace du campement en espace de vie. Elle détourne de fait le Bois de certaines de ses fonctions naturelles (biodiversité), et sociales (récréatif, aménité). Des usagers voient ces installations comme des appropriations et des privatisations de l’espace qui signeraient la fin de l’espace public. Ils attribuent la multiplication de ces campements à un laxisme des gestionnaires. Ces derniers renvoient la responsabilité aux échelles de gestion nationale ou internationale qui ne règlent pas les problèmes du manque de structure d’accueil. L’installation des SDF dans le Bois devient ainsi un sujet éminemment politique, qui pose la question multiscalaire de la gouvernance, de l’échelle locale à celle des collectivités intermédiaires et aux échelles nationale et internationales.

Haut de page

Bibliographie

APUR, 2009, Proposition pour le schéma directeur du bois de Vincennes, Paris, 64 p.

BERDOULAY V., 1997, Le lieu et l’espace public, Cahiers de géographie du Québec, vol. 41, n°114, p. 301-309.

BOUCHEZ Y., CHALMANDRIER È., FRANCOIS J.-B., 2010, Au bois de Vincennes, la survie de sans-domicile-fixe, La Croix, mis en ligne le 12 avril 2010, consulté le 14 février 2014,

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Au-bois-de-Vincennes-la-survie-de-sans-domicile-fixe-_NG_-2010-04-12-602862

BOURDIEU P., 1993, Effets de lieu, in BOURDIEU P. (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, p. 159-167.

BRUNET R., FERRAS R., THERY H. (dir.), 1992, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Montpellier-Paris, Reclus-La Documentation française, 470 p.

CHOAY F. (éd.), Les mémoires du Baron Haussmann, Paris, Seuil, coll. Philosophie Générale, 1 204 p.

DAMON J., 2002, « Les S.D.F., de qui parle-t-on ? ». Une étude à partir des dépêches AFP. Population, 57e année, n°3, p. 569-582.

DAVEZIES L., KORSU E., 2002, Un essai de géographie de la pauvreté, in ONPES, 2001-2002, Les Travaux, La Documentation Française, p. 167-247

DEREX J.-M., 1997, Histoire du Bois de Vincennes. La forêt du roi et le bois du peuple de Paris, Paris, l’Harmattan, 279 p.

DRYEF Z., 2008, Avec les sans-abri du bois de Vincennes : « On vous fait peur », Le Nouvel Observateur, mis en ligne le 27 novembre 2008, consulté le 14 février 2014. http://rue89.nouvelobs.com/2008/11/27/avec-les-sans-abri-du-bois-de-vincennes-on-vous-fait-peur

EPICEA, 2012, Étude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l’Échelle de l’Agglomération parisienne, rapport final du projet, Paris, Mairie de Paris, 29 p. http://www.cnrm-game-meteo.fr/IMG/pdf/epicea-rapport-final_v4.pdf.

FONTAINE C., 2009, Les amoureux SDF du bois de Vincennes, Paris Match, mis en ligne le 25 décembre 2009, consulté le 14 février 2014. http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-amoureux-SDF-du-bois-de-Vincennes-146616

GABORIAU P., 2004, Mettre les questions à la question », Travail de terrain et raisonnement sur les « sans-logis, Espaces et sociétés, n°116-117, p. 111-123.

GIROLA G., 2005, Le temps et l'espace : deux termes indissociables pour la compréhension des pratiques identitaires des personnes sans-abri, in BALLET D. (dir.), Les SDF, visibles, proches, citoyens, Paris, PUF, p. 65-78.

GRESILLON E., COHEN M., LEFOUR J., GOELDNER L., SIMON L., 2012, Les trames vertes et bleues habitantes : un cheminement entre pratiques et représentations. L’exemple de la ville de Paris (France), Développement durable et territoires, tome 3, n° 3, mis en ligne le 06 décembre 2012, consulté le 13 mars 2014. http://developpementdurable.revues.org/9470

HERVIEU-LEGER D., HERVIEU B., 1979, Le retour de la nature : au fond de la forêt, l’État, Paris, Le Seuil, 234 p.

HABERMAS J., 1993, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 324 p.

JANIN C., ANDRÈS L., 2008, Les friches : espaces en marge ou marges de manœuvre pour l’aménagement des territoires ?, Annales de Géographie, n° 663, p. 62-81.

LEPART J., MARTY P., 2006, La nature : un antimonde ?, Géographie et cultures, n°57, p. 87-102.

LION G., 2012, L’espace public en question : le cas des tentes et cabanes du bois de Vincennes, Espace public et sans domicile fixe : la recherche s’expose, Colloque international, Saint-Étienne, communication orale.

LION G., 2013, Des hommes, des bois. Déboires et débrouilles. Ethnographie des habitants du bois de Vincennes, Mémoire de master 2, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 228 p.

MATHIEU N., 1997, Pour une nouvelle approche spatiale de l’exclusion sociale, Strates, n° 9, mis en ligne le 19 octobre 2005, consulté le 5 octobre 2014. http://strates.revues.org/612

MEHA C., GODARD V., GRAMOND D., 2010, Forêts et santé : identification d’indicateurs spatiaux de foyers épidémiologiques. Exemple de la borréliose de Lyme en forêt de Sénart, in GALOCHET M., GLON E., 2010, Des milieux aux territoires forestiers, Mélanges en l’honneur de Jean-Jacques Dubois, Arras, éditions Artois Presse Université, p. 323-336.

MITCHELL D., 1995, The End of Public Space? People's Park, Definitions of the Public, and Democracy, Annals of the Association of American Geographers, Vol. 85, n°1, p. 108-133.

MITCHELL D., 1998, Anti-homeless laws and public space: I. Begging and the first amendment, Urban Geography, vol.19, n°1, p. 6-11.

MORELLE M., FOURNET-GUERIN C., 2006, Les nuits tananariviennes : citadinités et marginalités en construction, Cybergeo : European Journal of Geography, document 342, mis en ligne le 28 juin 2006, consulté le 21 février 2014. http://cybergeo.revues.org/2560 ; DOI : 10.4000/cybergeo.2560

OSTROM E., 2010, Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Paris, De Boeck, 301 p.

PENZIM A. M. B., ARAUJO (de) W. M., 2004, Formes d’habiter et styles de vie. Étude de trois groupes de sans-logis à Belo Horizonte (Brésil), Espaces et sociétés, n° 116-117, p. 63-78.

ROLLOT C., 2013, A Vincennes, les « hommes des bois » ont trouvé leur fragile refuge, Le Monde, mis en ligne le 16 avril 2013, consulté le 14 février 2014. http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/04/16/a-vincennes-les-hommes-des-bois-ont-trouve-leur-fragile-refuge_3160467_3224.html

SAJALOLI B., MARTOUZET D., RODE S., 2012, Habitat précaire et vulnérabilité environnementale en Val de Loire, Solidarités sociales et environnementales, Journée d’études pluridisciplinaire du laboratoire CEDETE, Orléans, communication orale.

VALLET A.-C., 2011, Dans les friches de la ville, in AGIER M., BOUILLON F., GIROLA C., KASSA S., Paris refuge : Habiter les interstices, Paris, Editions du Croquant, 191 p.

ZENEIDI-HENRY D., FLEURET S., 2007, Fixes sans domicile, réflexion autour de la mobilité des SDF, L'Espace géographique, n°1, tome 36, p. 1-14.

Haut de page

Notes

1 Nous préférons cette dénomination qui fait référence à une mobilité des habitats à celles se rapportant à des qualifications des individus (pauvre, exclu) ou même à la désignation « sans-abris » qui, dans le cas des campements, est inexacte puisque la majorité des SDF vivent dans des tentes.

2 Ce chiffre relève d’une estimation faite après une campagne de terrain d’une semaine (début juillet 2010). Le nombre de SDF varie avec les saisons et en fonction des offres de logement d’urgence. Il y a environ deux fois plus de SDF l’été que l’hiver. Les services de la mairie de Paris, la préfecture de Paris et Emmaüs ont estimé qu’il y avait cent-dix et cent-trente habitants dans le Bois pendant les mois de janvier 2011 et 2012.

3 Accessible sur le site http://www.paris.fr/loisirs/paris-au-vert/nature-et-biodiversite/plan-biodiversite-duplique/rub_9233_stand_109572_port_22522

4 Cette approche géographique confronte la spatialité aux représentations. Une autre approche tout aussi pertinente aurait commencé par les représentations et les pratiques pour ensuite étudier l’espace. A ce sujet, Gaspard Lion a une approche complémentaire plus anthropologique des SDF (Lion, 2012 et 2013).

5 Par exemple, en octobre 2007, l’évacuation policière des tentes installées par des familles soutenues par l'association Droit Au Logement près de la Bourse.

6 Charte signée le 26 avril 2003, consultable sur le site internet : http://www.paris.fr/loisirs/paris-au-vert/bois-de-vincennes/charte-d-amenagement-du-bois-de-vincennes/rub_6566_stand_8692_port_14913

7 Ibid.

8 Formule utilisée par Andrée Corvol dans la préface à l’ouvrage de Derex,1997.

9 Plusieurs articles de journaux traitent de ce sujet, dans Le Monde (Rollot, 2013), Paris Match (Fontaine, 2009) , La croix (Bouchez, Chalmandrier, Francois, 2010), rue 89 (Dryef, 2008).

10 Les projets de trames vertes et bleues du Grenelle de l’Environnement en sont l’expression.

Haut de page

Table des illustrations

Titre figure  : Le bois de Vincennes, ses massifs forestiers et ses SDF
Crédits E. Grésillon
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9569/img-1.png
Fichier image/png, 256k
Titre figure  : Les dégâts de la tempête de 1999 et l’implantation des SDF
Crédits E. Grésillon
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9569/img-2.png
Fichier image/png, 237k
Titre Figure 3 : Un campement multifonctionnel regroupant des caractères de plusieurs campements
Crédits (E. Grésillon)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9569/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 4 : Les fontaines et les SDF
Crédits E. Grésillon
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9569/img-4.png
Fichier image/png, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Etienne Gresillon, Jean-Paul Amat et Aurélie Tibaut, « Les « sans domicile fixe » du bois de Vincennes : une précarité dans des espaces de durabilité », Géocarrefour, vol. 89/4 | 2014, 261-269.

Référence électronique

Etienne Gresillon, Jean-Paul Amat et Aurélie Tibaut, « Les « sans domicile fixe » du bois de Vincennes : une précarité dans des espaces de durabilité », Géocarrefour [En ligne], vol. 89/4 | 2014, mis en ligne le , consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9569 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9569

Haut de page

Auteurs

Etienne Gresillon

Université Paris-Diderot, UMR 7533 LADYSS etienne.gresillon@univ-paris-diderot.fr

Jean-Paul Amat

Université Paris-Sorbonne, UMR 8185 ENeC jmjpamat@club-internet.fr

Aurélie Tibaut

Université Paris-Sorbonne, UMR 8185 ENeC aurelie.tibaut@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org