Navigation – Plan du site
Articles

Développement urbain durable : Comment apprendre des expériences d’écoquartiers ?

Urban sustainable development: what is to be learnt from eco-districts?
Roelof Verhage et Marie Leroy
p. 235-245

Résumés

L’impératif du développement durable introduit de nouvelles exigences dans la production de la ville. Les éco-quartiers sont de nouveaux morceaux de ville prenant en compte ces nouvelles exigences. Ce texte interroge l’apprentissage des acteurs impliqués dans le développement d’éco-quartiers. Ce développement se fait par des réseaux d’acteurs interdépendants. Elle prend la forme d’un processus itératif, dans lequel les acteurs adaptent leurs démarches et leurs stratégies aux activités des autres et aux changements de contexte. Dans la littérature de l’apprentissage organisationnel, des concepts ont été développés pour saisir comment, dans une telle situation, les acteurs s’approprient de nouvelles connaissances et du nouveau savoir-faire. Cet outillage conceptuel est appliqué à deux écoquartiers (à Lyon et à Grenoble), pour éclairer le processus d’apprentissage du développement urbain durable.

Haut de page

Texte intégral

Le développement urbain durable

  • 1 Bien que la traduction de l’anglais « sustainable » par le mot « durable » en français ne fasse pas (...)

1La naissance de la notion de développement durable peut être située en 1987, à l’occasion de la publication du rapport Brundland. Ce dernier donne une définition du « sustainable development » qui fait référence depuis1 (WCED, 1987, p. 8). Le rapport Brundland cherche notamment à concilier le développement économique avec la préservation de l’environnement pour transmettre aux générations futures un monde capable de supporter ce développement. Cette approche du développement durable, explicitement appuyée sur une « new era of economic growth », qui diffère du passé dans la mesure où le développement doit répondre aux besoins de toute la population mondiale et respecter les limites environnementales, a été le point de départ de nombreuses interprétations. Toutes convergent autour de l’idée que le développement durable trouve un ajustement qui permet à long terme de concilier les dimensions environnementales, sociales et économiques. Le rôle central des villes dans ce développement a été souligné en 1994 dans la Charte d’Aalborg, dans laquelle plus de 200 villes européennes s’engagent à promouvoir un aménagement durable de leur territoire.

2L'ajustement des enjeux sociaux, économiques et environnementaux sur des territoires délimités, en prenant en compte le facteur du temps, n’est pas une préoccupation nouvelle dans la production de la ville. L’urbanisme et l’aménagement urbain cherchent justement à concilier sur un territoire donné ces différentes dimensions. La notion de développement durable marque une accentuation des enjeux environnementaux dans les pratiques de production de la ville. En suivant Rydin (2010), trois échelles peuvent être distinguées où cette accentuation se fait sentir : l’échelle des bâtiments, l’échelle des projets urbains et l’échelle de la ville/de la région urbaine. À l’échelle des bâtiments, il s’agit par exemple de limiter la consommation d’énergie fossile et la production de déchets par l’utilisation des matériaux plus respectueux de l’environnement et par la mise en œuvre de techniques de construction innovantes. À l’échelle des projets urbains, il s’agit entre autres de permettre une meilleure utilisation de l’énergie solaire par un choix judicieux de l’implantation des bâtiments ou d’une meilleure gestion de l’eau par un traitement adapté des eaux usées. A l’échelle de la ville ou de la région urbaine, le développement durable se traduit par une organisation spatiale qui favorise l’utilisation des transports en commun ou par la mise en place des trames « vertes et bleues » développant la biodiversité dans l’espace urbain.

  • 2 Morceaux de ville renvoie aux éco-quartiers. C'est à partir des années 1990 qu'on a commencé à en r (...)

3Cette prise de conscience de la contribution des villes au développement durable a conduit, à partir des années 1990, à la réalisation des morceaux de ville2 qui tentent de répondre au mieux aux exigences de durabilité. Les pionniers de cette démarche se trouvent essentiellement en Europe du Nord, où les premiers « quartiers durables » ont vu le jour. Des projets comme ceux de Vauban à Fribourg en Allemagne, d’Eva Lanxmeer à Culemborg aux Pays-Bas, ou de Bo01 à Malmö en Suède, deviennent des références. Leurs forces et faiblesses sont analysées et documentées pour permettre de concrétiser les contours d’un développement urbain durable (Charlot-Valdieu et Outrequin, 2004 ; Emilianoff, 2007 ; Souami, 2009). Suite à ces premières expériences, la réalisation de quartiers durables, rebaptisés « écoquartiers », devient un objectif affirmé de nombreuses collectivités françaises soucieuses de durabilité urbaine.

4Les impératifs du développement durable se traduisent dans le processus de réalisation de ces quartiers par des difficultés techniques, programmatiques et procédurales concrètes. Comment combiner activité économique et habitat dans un projet sans créer des nuisances ? Comment financer les coûts supplémentaires de la performance énergétique lors de la construction des immeubles ? Comment concilier la participation du public avec la technicisation de l’urbanisme et de l’aménagement ? Pour répondre à ces nouvelles questions, les acteurs de la production de la ville sont amenés à faire évoluer leurs pratiques professionnelles. En même temps, du fait de l’ajout de nouvelles contraintes, le contexte dans lequel se déroulent les jeux d’acteurs, à l’occasion de la réalisation de projets d’aménagement et d’urbanisme, se complexifie.

5Les écoquartiers peuvent être considérés comme des précurseurs d’un développement urbain plus durable. On y a réfléchi plus qu’ailleurs à ce que pourrait être une ville durable. Ce sont, pour le moment, des opérations relativement isolées, caractérisées par un portage politique fort. Beaucoup renvoient à des opérations de construction neuve en extension de la ville existante, et elles sont pratiquement toutes réalisées dans des démarches dans lesquelles une forte implication financière, organisationnelle et politique de la collectivité a permis de lever certains verrous, en particulier ceux liés à la disponibilité du foncier et à l’offre de mobilité. Mais ces opérations démontrent par ailleurs que la production d’une ville plus « durable » est possible, à la fois d’un point de vue technique et d’un point de vue organisationnel. L’enjeu, aujourd’hui, est de comprendre dans quelle mesure ces démarches exceptionnelles peuvent contribuer à l’émergence d’un urbanisme durable (cf. fig. 1).

Figure 1 : Ecoquartiers et apprentissage développement urbain durable

Figure 1 : Ecoquartiers et apprentissage développement urbain durable

Réalisation : Roelof Verhage

6Ce texte aborde la question de la contribution des écoquartiers à l’émergence d’un urbanisme durable au travers du prisme de l’apprentissage organisationnel. Il s’appuie sur l’étude de deux écoquartiers, la « Zone d’aménagement concerté (ZAC) de Bonne » (Grenoble) et « Lyon-Confluence » (Lyon). Tous deux sont envisagés comme des opérations « exemplaires » en matière de développement durable. Ces projets ont été l’occasion d’expérimenter de nouvelles connaissances et de nouvelles méthodes de travail. Tous deux sont intégrés dans des réflexions plus larges sur l’innovation et la performance énergétique, notamment via le programme européen Concerto de promotion des opérations de construction exemplaires en termes d’efficacité énergétique et de mise en œuvre des énergies renouvelables. Ces quartiers sont donc l’occasion d’une attention toute particulière au développement durable.

Le développement urbain et l’apprentissage organisationnel

7Le développement urbain nécessite des interactions entre acteurs interdépendants (Janvier, 1996 ; Bourdin, 2001 ; Arab, 2004). Depuis les années 1980, dérégulation, décentralisation et mobilisation des acteurs privés et civiques ont conduit à un phénomène de pluralisation, autrement dit d’ouverture à de nouveaux acteurs et de dispersion des ressources nécessaires pour le développement urbain. Dans le domaine de l’aménagement, un glissement s’opère du modèle linéaire, hiérarchique et cloisonné (reposant sur la recherche rationnelle de la meilleure solution), à un modèle négocié, flexible et transversal (Arab, 2004). La logique de projet est devenue centrale dans la production de la ville : comme le souligne Arab, elle est caractéristique du nouveau contexte d’action apparu dans les années 1980 et se voit renforcée par les questions environnementales plus récentes. Elle est une réponse à la recomposition du système d’acteurs, à la complexification des problèmes urbains, à l’incertitude, mais aussi à l’innovation, comme nouvel enjeu majeur. Le projet, comme dispositif de co-production, permet de pallier la dispersion des ressources financières, procédurales et cognitives dans la mesure où il facilite la mobilisation d’un ensemble d’acteurs et de compétences (Verhage et Linossier, 2009). Les partenariats public/public, mais surtout public/privé, permettent notamment de mobiliser les financements mais aussi le savoir-faire et les connaissances nécessaires pour mener à bien le projet territorial.

8Nous cherchons à comprendre comment ce dispositif spécifique de projet, que l’on retrouve dans les écoquartiers, peut-être l’occasion de modifications des pratiques professionnelles. Pour aborder cette question, nous mobilisons l’outillage conceptuel de l’apprentissage organisationnel. Le concept est né lorsque la notion d’apprentissage, auparavant appliquée aux seuls individus, a été transposée aux organisations (Simon, 1953). On considère, depuis, qu’une organisation est capable d’apprendre, c'est-à-dire qu’elle peut acquérir, stocker, traiter et utiliser des informations. Koenig (2006) donne la définition suivante : l’apprentissage organisationnel est un « phénomène collectif d’acquisition et d’élaboration de compétences qui, plus ou moins profondément, plus ou moins durablement, modifie la gestion des situations et les situations elles-mêmes ». Dans ce cas, l’apprentissage est a priori considéré comme s’effectuant de manière linéaire : il s’agit d’un processus dans lequel les acteurs adaptent leur comportement suite à l’évaluation des résultats de leur comportement précédant. Argyris et Schön (1978) ont développé cette idée dans leurs travaux sur l’apprentissage en simple et double boucle : l’apprenant se fixe des objectifs, agit pour les atteindre, évalue les résultats de son action et, en fonction de cette évaluation, adapte ses activités (simple boucle), ses stratégies (double boucle). Si cette vision de l’apprentissage est éclairante, elle ne suffit pas pour comprendre comment se fait l’apprentissage des nouvelles pratiques professionnelles dans le cadre de la production de la ville.

9En effet, la littérature sur la production de la ville nous montre que cette dernière se fait dans des réseaux d’acteurs interdépendants (Boino, 2009 ; Rydin, 2010). Le développement urbain est le fruit d’interactions entre acteurs qui ont tous des objectifs propres et un certain pouvoir de décision, mais qui ont besoin de travailler ensemble pour réaliser leurs objectifs (Verhage, 2002). Comme Healey (1997) l’a démontré, en s’appuyant sur la dialectique entre « structure » et « agency » développée par Giddens (1984) dans sa théorie de la structuration, la production de la ville dans un tel réseau est un processus itératif, dans lequel les acteurs adaptent continuellement leurs démarches et leurs stratégies aux changements dans leur environnement, faisant ainsi évoluer l’environnement dans lequel ils déploient leurs actions (cf. aussi Verhage et Linossier, 2009). Dans un tel contexte, l’idée d’apprentissage développée ci-dessus, basée sur l’évaluation du lien entre activités et résultats pour adapter son comportement, n’est pas suffisante. L’apprentissage doit aussi être compris comme un processus social impliquant une multitude d’acteurs, dans un environnement qui évolue continuellement.

10Il y a des interactions entre acteurs au sein d’une organisation, et les organisations elles-mêmes peuvent être dans des relations d’apprentissage avec d’autres organisations. Nonaka (1991) étudie la diffusion et la propagation de savoir (faire). Il montre qu’il s’agit d’une double « conversion » de connaissances tacites en connaissances explicites, et du savoir individuel en savoir collectif. L’apprentissage est donc un processus itératif, résultant d’une double dynamique d’extériorisation des savoirs (transformer le tacite en explicite) et d’intériorisation de ces mêmes savoirs (transformer l’explicite en tacite). Ce double processus met en relief l’importance de la socialisation et des échanges entre acteurs pour que les transferts de connaissance et le passage d’un niveau à l’autre s’effectuent.

11En appliquant la notion d’apprentissage aux écoquartiers, on s’intéresse à l’équipe projet comme groupe hétérogène d’acteurs qui forme néanmoins une organisation autour de l’objectif de la réalisation du projet. Les interactions entre ces acteurs offrent des occasions d’apprentissage. Dans le domaine des sciences de la gestion, la notion de communauté de pratique a justement été utilisée pour décrire la façon dont l’apprentissage s’effectue dans les interactions au sein d’un groupe. Wenger en donne la première définition, alors qu’il cherche l’échelle pertinente pour appréhender le processus de changement dans l’entreprise (Wenger, 1998 ; voir aussi Wenger, McDermott et Snyder, 2002). Selon lui, ce n’est ni au niveau de l’individu, ni au niveau de l’organisation dans son ensemble que l’innovation est produite, mais plutôt au sein de réseaux d’individus unis par la pratique. Il parle alors de « communautés de pratique ». Rydin (2010) a transposé le concept à la production de la ville, en montrant l’intérêt de cette notion pour comprendre comment les acteurs apprennent au sein de réseaux hétérogènes rendus solides par des engagements réciproques. L’apprentissage est alors appréhendé comme un processus continu, pris dans la pratique quotidienne et impliquant des pratiques et des interactions à la fois formelles et informelles.

12Toutefois, la pertinence du modèle pour analyser la situation des écoquartiers est limitée de deux façons (Rydin, 2010). Première restriction, la notion de communauté de pratique minore l’hétérogénéité de l’équipe-projet. Les travaux de Wenger s’appliquent essentiellement à des groupes dont les membres cherchent à faire coïncider leurs pratiques et leurs identités. Dans le cas de la production de la ville, ou plus précisément dans les opérations dans lesquelles la ville est produite, on ne peut pas postuler a priori que les équipes-projet fonctionnent ainsi. Les acteurs sont réunis autour d’un projet, et non d’un objectif commun. Les intérêts et les valeurs des acteurs peuvent être très différents, c’est l’interdépendance qui les réunit au sein du projet : ils ont besoin les uns des autres pour réaliser leurs propres objectifs. Autre limite à l’application du concept aux projets d’écoquartiers, la communauté de pratique minore les relations de pouvoir qui sont à l’œuvre dans le groupe, en mettant l’accent sur le consensus plus que sur le conflit. Or, le consensus est rarement atteint dans le cadre du projet urbain, et la coopération ou le conflit peuvent être moteurs d’apprentissage.

13Ainsi, bien que le concept de communauté de pratique soit intéressant, il ne semble pas être nécessairement pertinent pour décrire la manière dont l’apprentissage s’effectue au sein d’un groupe d’acteurs collaborant pour la réalisation d’un écoquartier. Les limites du concept ont incité Lindkvist (2005) à donner une autre lecture de l’apprentissage d’acteurs en interaction constante. S’intéressant à l’apprentissage dans le cadre du projet industriel, il préfère utiliser le terme de « collectivité », plutôt que communauté. Selon lui, les équipes-projet ne constituent pas des groupes bien développés autour de valeurs et d’interprétations communes. Selon le modèle de la collectivité de pratique, les membres du groupe ont une tâche commune à mener à bien : pour cela, une base minimale de connaissances communes suffit, les valeurs des acteurs restent très hétérogènes. Le moteur des collectivités de pratique n’est pas l’apprentissage mais le projet commun (le projet industriel dans les travaux de Lindkvist). Les acteurs ont une idée fine de ce que chacun des autres membres sait (ou sait faire) : ils peuvent alors, sur une base minimale de connaissances communes (et non pas d’une culture commune), mobiliser la connaissance collective nécessaire pour mener à bien leur tâche. Le ciment du groupe est l’efficace coordination entre ses membres.

14Un tel concept peut s’appliquer au projet urbain : il prend en compte l’interdépendance des acteurs, sans postuler que ces derniers partagent des valeurs communes. Qu’en est-il alors de l’apprentissage dans le cadre de la collectivité de pratique ? Il s’effectue surtout de manière incidente, n’étant pas présupposé : il dépend des caractéristiques du projet (durée, objectifs) et des relations entre les acteurs (intensité des échanges, relations de pouvoir et intérêt de chacun à apprendre). Néanmoins, une limite persiste si l’on veut appliquer le concept aux projets d’écoquartiers. Dans les travaux de Lindkvist, les membres d’une collectivité de pratique sont certes hétérogènes, mais ils sont issus de la même organisation. Dans le cas des écoquartiers, les acteurs impliqués dans le projet sont bien interdépendants, mais n’appartiennent pas à une même organisation. Tous ont un intérêt dans le projet. On doit donc considérer la collectivité de pratique comme un dispositif inter-organisationnel pour qu’elle ait une portée analytique concernant les écoquartiers, ce qui implique que l’on élargisse notre vision à d’autres niveaux que celui de l’équipe-projet.

15Pour confronter ces réflexions théoriques à la pratique, nous avons conduit en 2011 deux études de cas : Lyon Confluence et Grenoble ZAC de la Bonne. L’analyse des documents (plans, cahiers des charges de cession des terrains, comptes rendus des réunions…) a été combinée avec dix entretiens à Lyon et sept à Grenoble avec les acteurs principaux (collectivités, aménageurs, promoteurs, bailleurs sociaux, architectes, bureaux d’études), pour éclairer le déroulement itératif des opérations, les éventuelles modifications des pratiques lors des itérations et les raisons qui ont conduit à cette modification des pratiques.

16Sur ces bases, dans la suite de cet article, nous décrivons dans un premier temps le déroulement des projets, avec une attention particulière pour l’enchainement chronologique des événements ; les principaux acteurs et leurs rôles ; les interactions entre ces acteurs ; l’évolution de leurs activités et pratiques. Ensuite, nous essayons de voir si d’éventuels changements de comportement peuvent être expliqués en utilisant l’outillage conceptuel de l’apprentissage organisationnel. Pour cela, nous conduisons une analyse comparative qui permet de mettre à jour, en s’appuyant sur les différences entre les deux cas, à quel moment et par quel biais il y a apprentissage qui conduit à des modifications de pratiques professionnelles. Enfin il convient de situer les études de cas dans un contexte plus large pour savoir si l’apprentissage des acteurs est lié à leur implication dans le projet d’écoquartier, ou s’il est lié à des éléments en dehors du projet, qui influencent par d’autres biais les pratiques professionnelles.

Lyon Confluence et la Zac de Bonne : deux opérations devenues exemplaires

Le projet « Lyon Confluence » à Lyon

17Lancé à la fin des années 1990, le projet « Lyon Confluence » vise à étendre le centre-ville de Lyon sur des friches industrielles adjacentes, mais coupées du centre par la double barrière des voies ferrées et de l’autoroute. Ce projet permet au centre-ville de gagner environ 150 hectares composés initialement en partie de friches ferroviaires et industrielles et en partie d’un quartier résidentiel. Les orientations fixées par la Communauté urbaine de Lyon pour cette opération se sont traduites par la réalisation d'un tissu urbain mixte dans la continuité du quartier résidentiel existant, autour d'un pôle commercial et d'un vaste « place aquatique » à réaliser dès les premières phases du projet.

Figure 2 : Plan de situation de Confluence à Lyon

Figure 2 : Plan de situation de Confluence à Lyon

Source : SPL Lyon Confluence

18En 1999, l’aménagement du projet est confié par le Grand Lyon à une Société d’économie mixte (SEM) dédiée, la SEM Lyon-Confluence. Cette structure opère sous le droit privé, mais son capital provient majoritairement d’acteurs publics et en particulier du Grand Lyon, ce qui permet à ce dernier de suivre étroitement la mise en œuvre du projet. Suite à la loi de 2005 sur les concessions d’aménagement, la SEM Lyon-Confluence est transformée en 2008 en Société publique locale d’aménagement (SPLA) et, en 2013, suite à un élargissement de ces missions, en Société publique locale (SPL). La structure, devenue ainsi entièrement publique, opère toujours sous le droit privé.

19En 2000, la SEM Lyon-Confluence lance un concours international d'architectes-paysagistes pour la première phase du projet, qui couvre environ 40 hectares. Les lauréats sont François Grether (urbaniste) et Michel Desvigne (paysagiste). En 2002, quand le plan masse est arrêté, la SEM mandate le bureau d'études TRIBU pour réaliser une analyse et une évaluation environnementale du projet urbain et pour élaborer un cahier des charges haute qualité environnementale (HQE) pour les futures constructions. Cette étude a notamment permis un travail spécifique sur l'énergie et la gestion des déchets. Des groupes de travail thématiques sont organisés avec le Grand Lyon, la ville de Lyon, l'agence locale de l'énergie et l'ADEME. Les recommandations issues de ces groupes de travail ont ensuite été intégrées aux cahiers des charges de consultation lors du concours architectes-promoteurs des lots de logements et d'immeubles de bureaux.

20En parallèle, le Grand Lyon décide de participer à l’appel à candidature européen Concerto, mis en œuvre en 2003 dans le cadre du 6e Programme cadre de recherche et développement (PCRD) de la Direction générale de l’énergie et des transports de la Commission européenne. Ce programme vise à promouvoir des opérations de construction exemplaires en termes d’efficacité énergétique et de mise en œuvre des énergies renouvelables à l’échelle d’un territoire. Dans sa candidature, le Grand Lyon inscrit le projet Confluence comme unique projet démonstrateur sur son territoire. Si le programme Concerto ne concerne que trois îlots du projet (sur une douzaine d’ilots dans la première phase), il inspire par la suite les niveaux d'exigence pour les autres lots soumis à consultation. La sélection des équipes de promoteurs et architectes pour réaliser les trois îlots concernés par le programme Concerto devait se faire sur trois critères pondérés de manière identique : un critère de qualité architecturale; un critère de performance environnementale; un critère de programme.

Figure 3 : La partie centrale de Lyon Confluence

Figure 3 : La partie centrale de Lyon Confluence

Source : J. Léone/Grand Lyon

21Dans les faits, le choix a porté sur les projets présentant prioritairement une qualité architecturale, rendant les objectifs environnementaux plus difficilement atteignables. Ceci s'est soldé par des surcoûts au niveau de la construction, en partie subventionnés par la Commission Européenne via le projet Concerto. Néanmoins, l'objectif de haute qualité environnementale est atteint : sur les lots suivants, les promoteurs proposent des projets atteignant des niveaux de performance énergétique supérieurs à ceux des îlots ciblés par Concerto, et livrent ainsi des logements performants sans bénéficier d'aides financières européennes. En 2009, le projet Confluence reçoit le prix « Densité et formes urbaines » du Palmarès Ecoquartier du Ministère. En 2011, il est labellisé par l’association WWF, qui a depuis développé un partenariat avec le Grand Lyon pour développer des usages plus « durables » du quartier.

22La seconde partie du projet est en cours depuis 2009, sur 30 ha adjacents au territoire développé lors de la première phase. Des enseignements ont été tirés de la première phase et l'opération se déroule d'une manière différente. Avant le lancement d'un nouveau concours d'architecte-paysagiste, un travail amont de définition des cibles prioritaires « développement durable » est réalisé et piloté par le binôme SPLA Lyon-Confluence/bureau d’études TRIBU, dont la mission s'est étendue. En juin 2009, une nouvelle équipe de conception urbaine est retenue (les urbanistes Herzog et De Meuron et le paysagiste Michel Desvigne). Puis, de 2009 à 2011, un travail de définition du projet est expérimenté sous un principe de « conception partagée du projet urbain ». Pour éviter les cloisonnements thématiques, l'aménageur organise le travail en plusieurs pôles de compétences, travaillant de concert, et en interaction constante: un premier pôle relevant de la programmation et de la concertation, un second pôle technique (VRD, déplacements, énergie) et enfin un pôle urbanisme, paysage et architecture. Cette nouvelle organisation de projet traduit une autre manière d'envisager les processus de production de la ville en menant en parallèle une réflexion sur les dimensions environnementales, sociales, techniques et urbanistiques du projet, plutôt que de commencer, comme lors de la première phase, avec un plan masse qui sert ensuite de cadre dans lequel les solutions sociales, techniques et environnementales devront être trouvées. Ainsi, cette nouvelle méthode permet un traitement plus équilibré des différentes dimensions du projet. Le binôme aménageur-concepteur qui était aux commandes dans la première phase devient un trinôme avec la présence d'un bureau d'étude développement durable dès la phase de programmation de l'opération. Cette intervention permet de mieux intégrer les problématiques environnementales et d’optimiser les orientations du schéma de composition urbaine.

Figure 4 : Déroulement du projet Lyon Confluence

Figure 4 : Déroulement du projet Lyon Confluence

Réalisation : M. Leroy

23Aujourd'hui, le développement durable est inscrit dans l'ensemble des actions du Grand Lyon. On observe également, de la part de la Communauté urbaine, une tentative d'harmoniser les politiques sectorielles menées sur le territoire, notamment concernant l'habitat et les opérations d'aménagement. Le Grand Lyon a dépassé la phase « sensibilisation » pour une prise en compte systématique de l'environnement et désormais de la concertation dans les modes de production de la ville (sur le dernier volet, les marges de progression restent appréciables). Il existe une préoccupation constante de capitalisation des expériences acquises dans les différentes projets : plusieurs « référentiels » de la construction durable ont été élaborés, afin de diffuser à l'échelle de l'agglomération de nouveaux standards pour la production urbaine locale (référentiels « Habitat durable », « Quartiers durables », etc.). Dans ce processus, le rôle du projet Confluence est important : en marquant les esprits, il a donné un cadre de référence ensuite largement mobilisé au sein des différents référentiels. Le projet est récemment entré dans une troisième phase, avec la régénération du quartier résidentiel Sainte-Blandine, censée devenir le cadre de référence du Grand Lyon dans le domaine de l’ « éco-rénovation ».

Le projet « ZAC de Bonne » à Grenoble

24En 1994, l’armée quitte la caserne de Bonne à Grenoble : 8,5 ha se trouvent ainsi désaffectés, situés à la jonction de la ville du XIXe s., d’un secteur des années 1950 et d’un quartier social des années 1980. Ce terrain est cédé à la ville de Grenoble, qui ambitionne d’y réaliser un projet urbain avec l’appui de la communauté d’agglomération de la métropole grenobloise pour reconquérir cet espace stratégique. Il s’agit de réaliser un projet faisant la liaison avec les quartiers au sud du centre-ville, en favorisant une mixité des logements, en créant des équipements, des espaces verts et des activités tertiaires. La friche vendue par l’armée à la ville représente 8,5 ha, mais ce périmètre est rapidement élargi aux parcelles publiques et privées mutables pour permettre une meilleure insertion urbaine, doublant l’espace à aménager (15 ha). Jouxtant le centre de la ville, le projet vise à l’élargir par une offre complémentaire de commerces et de services, à accueillir des familles grâce à une offre de logements adaptée, et à créer un espace vert important.

Figure 5 : Plan de situation ZAC de Bonne à Grenoble

Figure 5 : Plan de situation ZAC de Bonne à Grenoble

Source : SEM SAGES

25L'opération ZAC de Bonne démarre en 2001 avec le lancement du marché de définition. À cette période, il n'est pas encore question d'écoquartier, même si, sur la base des expérimentations conduites dans les opérations précédentes, la ville entend poursuivre sa quête d’un urbanisme plus respectueux de l’environnement. La ville choisit Christian Devillers comme architecte en chef du projet et lui impose de se faire assister d'un prestataire en haute qualité environnementale, pour renforcer la composante environnementale du quartier. Mais ce n'est qu'à partir de novembre 2003 que l’opération devient véritablement un écoquartier, lorsqu’elle est inscrite dans la candidature Concerto portée par la ville de Grenoble devant la Commission Européenne. Dès lors, les logements construits dans ce quartier doivent répondre à des objectifs de performances énergétiques élevées. Un bureau d’étude spécialisé rédige les cahiers de recommandations en matière de qualité environnementale et d’accessibilité, reprenant les éléments présents dans la réponse à l'appel à projets Concerto.

26Les phases opérationnelles du projet débutent en 2004. Une société d’économie mixte, la SEM SAGES, est chargée de l’aménagement. Cette structure, qui opère sous le droit privé mais dont le capital provient majoritairement de la ville de Grenoble, permet à la ville de suivre étroitement la mise en œuvre du projet. Le foncier est transféré à la SEM SAGES et cette dernière lance rapidement les consultations avec les promoteurs. Ceux-ci doivent intégrer dans leurs opérations les exigences de développement durable (y compris celles du programme Concerto), présentées dans un cahier de charges élaboré par la SEM SAGES en collaboration avec la ville de Grenoble.

27Cette intégration ne se fait pas sans peine. Aux dires des promoteurs, les coûts de construction sont fortement accrus par les exigences de performance énergétique. Ces surcoûts ne pourront pas être reportés intégralement sur les prix de vente, d'autant plus que le cahier des charges exige une mixité sociale (avec 40% des logements sociaux, mais aussi des logements à coût abordable). L’aménageur est alors contraint de rendre le foncier disponible pour un prix inférieur au prix du marché, ce qui oblige la ville de Grenoble à participer financièrement pour couvrir le déficit initial du projet. De leur côté, les fonds européens accordés dans le cadre du programme Concerto sont directement versés aux promoteurs et aux bailleurs, afin de couvrir les surcoûts de construction.

Figure 6 : Le Parc des Vallons au cœur de la ZAC de Bonne

Figure 6 : Le Parc des Vallons au cœur de la ZAC de Bonne

Source : Paysagiste Jacqueline Osty

28Tout au long du processus, l'aménageur accompagne les promoteurs. En phase conception, ces derniers sont assistés par les bureaux d’études spécialisés mobilisés par la SEM SAGES, en particulier par Enertech qui vérifie et instruit les solutions techniques mises en œuvre pour garantir les objectifs de performance énergétique. En phase chantier, l'Agence locale de l'énergie (ALEC) a mis en place une série de formations destinées aux acteurs de la construction. Du fait de tous ces dispositifs, au moment de la fin de la conception des bâtiments, tous les objectifs semblent atteints. L'évaluation des consommations d'énergie en phase d’utilisation montre néanmoins un résultat mitigé : des erreurs de réalisation ont été commises en phase chantier, et l’on observe des différences de comportements chez les résidents, se soldant, pour certains, par des écarts de consommation d’énergie entre le prévisionnel et le réel. Cette réalité a conduit l’aménageur à interroger le processus de production actuel de la ville. La SEM s'est entourée pour ce projet d'experts environnementaux, fait inédit jusqu'alors. Mais cette pluridisciplinarité n’a pas suffi : selon elle, il faudrait désormais se focaliser davantage sur l'accompagnement des équipes de maîtrise d'œuvre des promoteurs et sur le suivi des entreprises en phase chantier.

Figure 7 : Déroulement « ZAC de Bonne »

Figure 7 : Déroulement « ZAC de Bonne »

Réalisation M. Leroy

29En 2009, le projet de Bonne reçoit le Grand prix du concours Ecoquartier du Ministère du développement durable. Les retombées en termes d'image sont importantes pour Grenoble et la SEM SAGES : d'une part, la durabilité de la ville est reconnue ; d'autre part, la SEM SAGES a acquis un certain savoir-faire, de même que les promoteurs engagés sur l'opération. Pour ces derniers, l'opération de Bonne a permis d'anticiper sur les normes de construction 2012, en bénéficiant d'une assistance technique financée par l'opération (en fait, intégrée dans le co-financement européen des surcoûts). Ils ont ainsi obtenu une meilleure connaissance de la filière des panneaux solaires, des caractéristiques techniques de l'isolation par l'extérieur ou encore de la gestion des déchets de chantier. Globalement, les voix concordent pour dire que la réussite de la ZAC de Bonne est en grande partie due à la détermination d’un élu, Pierre Kermen. A la tête de la Direction de l’urbanisme de la ville de Grenoble et de la SEM SAGES, il est en position d’assurer la prise en compte des exigences de qualité environnementale, architecturale et urbaine fixés dans le cadre de la ZAC par l’aménageur qu’est la SEM. La dernière a ainsi structuré une équipe opérationnelle autour d’elle, à laquelle elle impose ses objectifs.

Analyse comparative : l’apprentissage du développement urbain durable

30Les deux projets montrent des dispositions différentes vis-à-vis de l’apprentissage de nouvelles pratiques professionnelles. A Grenoble, les acteurs semblent avoir intégré le discours sur la nécessité d’une montée en compétence et d’une acculturation de tous les acteurs. Par ailleurs, les acteurs partagent un « répertoire » (notamment un vocabulaire technique précis comme les micro-cogénérations au gaz, que tous sont capables d’évoquer), ainsi qu’un diagnostic commun des difficultés à surmonter : la méthode d’accompagnement du projet est claire pour tous, il s’agit d’éviter les « ruptures dans la chaîne d’appropriation des acteurs de la production de la ville » (de l’aménageur aux promoteurs, des promoteurs aux équipes de construction, des équipes de constructions aux gestionnaires de l’énergie et aux usagers…). Le groupe est hétérogène du point de vue des cultures et des intérêts organisationnels (partenariat public/privé ; diversité des corps de métier), mais il paraît également très solidaire.

31A Lyon, les choses se passent de manière relativement différente : l’apprentissage ne fait pas l’objet d’un affichage a priori. La volonté d’apprentissage, lorsqu’on en parle, est presque reconstituée a posteriori, sauf du côté du Grand Lyon où un poste spécifique visant à transcrire les expérimentations de terrain en référentiels locaux a été créé au sein des services de la collectivité. En outre, les cultures professionnelles et les intérêts des acteurs sont plus hétérogènes, les missions plus diversifiées et parfois relativement cloisonnées. On observe notamment une certaine distance entre la collectivité territoriale (le Grand Lyon) et le monde du projet : la SPL est un aménageur territorialisé dédié au projet, à la différence de la SEM SAGES qui suit différentes ZAC grenobloises, et elle prend en charge une partie des tâches qui incombent d’ordinaire aux services du Grand Lyon. De plus, du fait du contact direct entre le directeur et le président de la SPL (ce dernier étant également le président du Grand Lyon), une bonne partie des décisions ne passe pas par les services de la collectivité territoriale. Globalement, hormis la SPL, peu d’acteurs possèdent une visibilité sur l’ensemble du projet. En même temps, la coordination efficace par la SPL des acteurs en fonction de leurs compétences et des besoins du projet permet des expérimentations intéressantes, dans le domaine de la performance énergétique notamment.

32A partir de la manière dont les personnes rencontrées se positionnent dans les projets, et à partir de la nature de leurs apprentissages, on peut identifier plusieurs groupes d’apprenants :

  • les acteurs qui n’appartiennent pas directement au domaine du projet, mais qui sont liés à lui (en particulier par l’engagement dans le programme européen Concerto), et qui en ont tiré des enseignements (la Ville de Grenoble, le Grand Lyon) ;

  • les acteurs traditionnellement plongés dans la réalité opérationnelle, qui font face à des difficultés nouvelles de terrain et tentent de les résoudre (les aménageurs, les promoteurs, les architectes) ;

  • les spécialistes des questions de développement durable et d’énergie, qui s’investissent dans les composantes environnementales et énergétiques du projet avec une motivation professionnelle et personnelle particulière (les AMO, les bureaux d’études et l’ALE).

33L’apprentissage de ces acteurs se fait principalement via deux vecteurs d’acquisition de nouvelles connaissances et de savoir-faire : une acquisition en cascade (ou hiérarchique, pyramidale), c’est-à-dire de manière descendante, des « sachants » vers les autres acteurs ; ou une acquisition au sein d’un réseau polycentrique, c’est-à-dire de manière diffuse et diagonale. Toutes deux opèrent par la socialisation des acteurs (Nonaka, 1991). Dans les deux cas, un acteur peut avoir un impact décisif sur la pratique des autres. Dans le cadre de l’écoquartier, ces formes d’apprentissage sont complémentaires, parce qu’elles touchent des publics différents : la génération de connaissances s’effectue de manière diagonale et collaborative entre les acteurs qui conçoivent l’écoquartier (aménageur, architectes, promoteurs, bureaux d’étude principalement). Elle permet notamment de produire des connaissances dans des domaines encore peu étudiés, pour lesquels des solutions ne préexistent pas. Le projet Concerto a notamment permis de développer des logiciels et des techniques de simulations thermiques dynamiques des bâtiments. La transmission de connaissances préexistantes s’effectue de manière hiérarchique depuis les « sachants » jusqu’aux acteurs de la production de l’écoquartier (depuis les experts de la qualité environnementale vers les entreprises notamment). Les bureaux d’études HQE ou thermiciens ont notamment sensibilisé et formé les équipes de maîtrise d’œuvre aux techniques de construction « durables ». L’association WWF forme aujourd’hui les gestionnaires aux usages durables des bâtiments.

34Ces observations font écho aux notions de communauté et de collectivité de pratique présentées plus haut. Ces deux concepts nous permettent en effet de définir les caractéristiques des « milieux apprenants » grenoblois et lyonnais. Il apparaît qu’à la ZAC de Bonne, le modèle de la communauté de pratique s’impose, tandis qu’à Confluence, le milieu apprenant peut être rapproché de la collectivité de pratique. L’intérêt relatif de la communauté et de la collectivité de pratique dépend du contexte urbain, de la nature du réseau d’acteurs et des objectifs visés par la collectivité. À Grenoble, il s’agit de renforcer un milieu local, en développant une culture locale spécifique et en entrainant toute la chaine des acteurs dans une stratégie de développement durable relativement consensuelle. Une communauté de pratique peut alors se former, favorisant l’acculturation de tous les acteurs. À Lyon, on intervient dans un territoire plus vaste, dans un milieu local moins fermé où le nombre d’acteurs est démultiplié. Une communauté de pratique peine à se former. En revanche, une collectivité émerge autour d’un objectif, celui de mener à bien le projet urbain.

35Par la suite, les acteurs parties-prenantes de cette collectivité peuvent devenir vecteurs de diffusion de nouvelles pratiques en étant présents dans d’autres collectivités de pratique (à d’autres échelles, ou à d’autres endroits). Des échanges de connaissances ont lieu au gré des besoins de chacun, grâce à l’efficacité du réseau. Des personnes (les « knowledge brokers » ou « courtiers de connaissances » selon les termes de Stone et Maxwell, 2005) jouent le rôle de nœud dans ce réseau, et font circuler les connaissances entre l’intérieur et l’extérieur de la collectivité de pratique (dans un sens comme dans l’autre), et notamment entre le milieu du projet et le milieu des stratégies urbaines. Au Grand Lyon, cette circulation reçoit une attention particulière qui se traduit par la fabrication de normes dans le cadre de référentiels locaux (notamment le référentiel « Quartiers Durables ») s’appliquant ensuite à l’ensemble du territoire. Une personne, la chargée de mission « développement durable », est plus précisément chargée de ces transferts de connaissances et agit comme courtier de connaissances.

36Dans la mesure où le projet repose sur la coopération entre une pluralité d’acteurs interdépendants, l’apprentissage ne peut se comprendre en dehors des rapports de pouvoir. C’est une caractéristique évidente pour l’apprentissage pyramidal, mais l’apprentissage en réseau s’inscrit lui aussi dans un dispositif de projet relativement contraint, du fait notamment des ambitions des projets (la pression politique y est plus forte qu’ailleurs, car les écoquartiers sont des « vitrines » de la politique de développement durable de la ville), et de l’importance des moyens que l’on se donne pour atteindre ces objectifs (présence d’experts, travail collaboratif au sein d’un dispositif de projet). Sur ce point, rappelons que le dispositif de projet est plus contraint à Grenoble qu’à Lyon (du fait du plus petit nombre d’acteurs mobilisés), ce qui explique en partie le fait que la communauté de pratique soit majorée.

Conclusion : de l’écoquartier au développement urbain durable

37La réalisation d'un écoquartier met les acteurs de la production de la ville dans une situation d'apprentissage : le concept d’écoquartier même les incite à pousser plus loin les connaissances existantes (notamment sur le plan technique) ainsi qu’à remettre en cause leurs pratiques habituelles. En effet, un « quartier durable » est tout sauf un objet figé pour lequel des recettes préconstruites existeraient : l’apprentissage prend donc la forme d’innovations et d’expérimentations pourvoyeuses de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques, mais aussi de transferts entre acteurs au sein de l’équipe projet et en dehors.

38Lorsque nous regardons de plus près les conditions qui font qu’il y a apprentissage, il apparaît que certaines de ces conditions sont spécifiques à l’écoquartier, mais d’autres relèvent plus généralement d’une dynamique globale d’apprentissage du développement urbain durable, à l’œuvre depuis une dizaine d’années dans les villes françaises. Cette observation permet de préciser et de relativiser l’impact des écoquartiers sur la production « banale » de la ville durable. Il s’agit d’éviter l’idée d’un apprentissage « automatique » dérivant du régime collaboratif des projets urbains. En effet, l’approche par les communautés de pratique suppose que les acteurs sont disposés à apprendre, voire que c’est leur motivation principale. Or, nous observons parfois une forme de résistance au changement chez les acteurs de la production de la ville à Lyon et dans une moindre mesure à Grenoble : la nécessité de modifier ses propres pratiques professionnelles n’est pas toujours bien perçue. Il faut donc que certains facteurs, quels qu’ils soient, soient venus inciter au changement.

39Parmi les facteurs internes au projet qui peuvent inciter à transformer les pratiques professionnelles, on retrouve le dispositif de projet, l’ensemble de règles et de contraintes permettant la mise en œuvre, le suivi et le contrôle des objectifs. Ses caractéristiques sont spécifiques au projet, et limitées dans le temps. Elles expliquent que l’on apprenne dans le cadre de l’écoquartier (objectifs ambitieux et dispositif de contrôle fort). Mais il faut également prendre en compte les facteurs extérieurs au projet, bien qu’ils ne concernent pas directement l’écoquartier : ce sont les intérêts et les valeurs des acteurs, partiellement déterminés par leur organisation d’origine et s’inscrivant dans un temps beaucoup plus long que celui du projet. Les intérêts des acteurs dépendent des dynamiques économiques et réglementaires générales : ils s’inscrivent dans un contexte économique donné (le marché, les politiques incitatives de l’État), et sont contraints par le contexte réglementaire (régulations nationales et locales). Ces intérêts et ces valeurs peuvent coïncider ou non avec les impératifs du développement durable, venant favoriser ou au contraire freiner l’apprentissage : en effet, chaque acteur agit de manière stratégique en essayant de maximiser son intérêt dans la mesure où son pouvoir vis-à-vis des autres acteurs le permet. Ce n’est que lorsque les intérêts de deux acteurs convergent et qu’ils travaillent dans le même sens que l’apprentissage s’effectue facilement.

40Par ailleurs, l’entrée par l’écoquartier invite surtout à élargir le spectre d’observation à tout le système local de production de la ville. L’émergence, l’expérimentation et la généralisation du développement urbain durable passe par tout un ensemble de processus qui se juxtaposent, se croisent et s’influencent mutuellement. Il conviendra donc d’élargir le champ d’étude pour intégrer l’ensemble du système de production de la ville, et pour comprendre comment des transferts s’opèrent entre les différentes sphères qui constituent la production de la ville (acteurs opérationnels et documents stratégiques, acteurs publics et acteurs privés, etc.). La qualité et la fréquence de ces différents transferts parait déterminante pour parvenir à une réelle « banalisation » du développement urbain durable.

Haut de page

Bibliographie

ARAB N., 2004, L’activité de projet dans l’aménagement urbain. Processus d’élaboration et modes de pilotage. Le cas de la ligne B du tramway strasbourgeois et d’Odysseum à Montpellier, Thèse de doctorat, 509 p.

ARGYRIS C., SCHÖN D., 1978, Organizational learning: a theory of action perspective, London, Addison-Wesley, 344 p.

BOINO P. (dir.), 2009, Lyon, la production de la ville, Marseille, Parenthèses, 261 p.

BOURDIN A., 2001, De la culture de l’opération à la culture de l’action, in MASBOUNGI A. (coord.), Fabriquer la ville. Outils et méthodes : les aménageurs proposent, Paris, La Documentation Française, 230 p.

BROWN J.S., DUGUID P., 2001, Knowledge and Organization: A Social-Practice Perspective, Organization Science, vol.12, n°2, p. 198-213.

CHANAL V., 2000, Communautés de pratique et management par projet : A propos de l’ouvrage de Wenger (1998), Communities of Practice : Learning, Meaning and Identity, Management, Vol. 3, n°1, p. 1-30.

CHARLOT-VALDIEU C., OUTREQUIN P., 2004, HQE2R Méthode pour intégrer le développement durable dans les projets d’aménagement et de renouvellement urbain, Paris, CSTB, 127 p.

EMELIANOFF C., 2007, Les quartiers durables en Europe : un tournant urbanistique ? Urbia, n°4 « Eco-quartiers et urbanisme durable », juin, Lausanne, p. 11-30.

GIDDENS A., 1984, The constitution of society: outline of the theorie of structuration, Cambridge, Polity Press, 402 p.

HEALEY P., 1997, Collaborative planning: Shaping places in fragmented societies, London, MacMillan Press, 338 p.

JANVIER Y., 1996, Nouveaux enjeux de société, in MARTINAND C., LANDRIEU J. (coord.), L’aménagement en questions, Paris, Editions ADEF – DAEI, p. 13-83.

KOENIG G., 2006, L’apprentissage organisationnel, repérage des lieux, Revue française de gestion, n°160, p. 293-306.

LINDKVIST L., 2005, Knowledge communities and knowledge collectivities: A typology of knowledge work in groups, Journal of Management Studies, 42/6, p. 1189-1210.

NONAKA I., 1991, The knowledge creating company, Harvard Business Review, novembre-décembre, p. 96-104.

NONAKA I., TAKEUCHI H., 1995, The Knowledge-Creating Company: How Japanese companies create the dynamics of innovation, New York, Oxford Univ. Press, 284 p.

RYDIN Y., 2010, Governing for Sustainable Urban Development, London, Earthscan, 224 p.

SIMON H., 1953, Administrative Behavior: a study of decision making processes in administrative organisation, New York, Macmillan, 259 p.

SOUAMI T., 2009, Ecoquartiers secrets de fabrication : analyse critique d’exemples européens, Paris, Editions Les Carnets de l’Info, coll. Modes de ville, 207 p.

STONE D., MAXWELL S. (coord.), 2005, Global Knowledge Networks and International Development: Bridges across Boundaries, London, Routledge, 192 p.

SYDOW J., LINDKVIST L., DEFILIPPI R., 2004, Project-based organizations, Embeddedness and Repositories of Knowledge: Editorial, Organization Studies, vol.25/9, p. 1475-1489.

VERHAGE R., 2002, Local policy for housing development: European experiences, Aldershot, Ashgate, 304 p.

VERHAGE R., LINNOSIER R., La coproduction public-privé des projets urbains, in BOINO P. (coord.), 2009, Lyon, la production de la ville, Marseille, Parenthèses, 261 p.

WCED (World Commission on Environment and Development), 1987, Our Common Future, Oxford: Oxford University Press, 416 p.

WENGER E., 1998, Communities of Practice: Learning, Meaning and Identity, New York, Cambridge University Press, 318 p.

WENGER E., MC DERMOTT R., SNYDER W., 2002, Cultivating communities of Practice: a guide to managing knowledge, Cambridge, Harvard Business School Press, 304 p.

Haut de page

Notes

1 Bien que la traduction de l’anglais « sustainable » par le mot « durable » en français ne fasse pas l’unanimité, certains trouvant le terme « soutenable » plus adéquat.

2 Morceaux de ville renvoie aux éco-quartiers. C'est à partir des années 1990 qu'on a commencé à en réaliser, sans toutefois utiliser nécessairement le terme d’éco-quartier, qui date d'un peu plus tard.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Ecoquartiers et apprentissage développement urbain durable
Crédits Réalisation : Roelof Verhage
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9558/img-1.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 2 : Plan de situation de Confluence à Lyon
Crédits Source : SPL Lyon Confluence
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9558/img-2.png
Fichier image/png, 503k
Titre Figure 3 : La partie centrale de Lyon Confluence
Crédits Source : J. Léone/Grand Lyon
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 4 : Déroulement du projet Lyon Confluence
Crédits Réalisation : M. Leroy
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9558/img-4.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure 5 : Plan de situation ZAC de Bonne à Grenoble
Crédits Source : SEM SAGES
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9558/img-5.png
Fichier image/png, 224k
Titre Figure 6 : Le Parc des Vallons au cœur de la ZAC de Bonne
Crédits Source : Paysagiste Jacqueline Osty
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9558/img-6.png
Fichier image/png, 777k
Titre Figure 7 : Déroulement « ZAC de Bonne »
Crédits Réalisation M. Leroy
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9558/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 718k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roelof Verhage et Marie Leroy, « Développement urbain durable : Comment apprendre des expériences d’écoquartiers ? », Géocarrefour, vol. 89/4 | 2014, 235-245.

Référence électronique

Roelof Verhage et Marie Leroy, « Développement urbain durable : Comment apprendre des expériences d’écoquartiers ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 89/4 | 2014, mis en ligne le , consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9558 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9558

Haut de page

Auteurs

Roelof Verhage

Institut d'Urbanisme de Lyon - Université Lyon 2 roelof.verhage@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Marie Leroy

Ancienne étudiante du Master "Urbanisme et aménagement urbain de l'Institut d'Urbanisme de Lyon" marie.a.leroy@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page