Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Hervé Quénol (coord.), 2014, Changement climatique et terroirs viticoles

Florent Renard
p. 350
Référence(s) :

QUÉNOL H. (coord.), 2014, Changement climatique et terroirs viticoles, Paris, Lavoisier, Tec & Doc, 444 p.

Texte intégral

1Le réchauffement actuel de notre planète est maintenant unanimement reconnu au sein de la communauté scientifique des climatologues. « Chacune des trois dernières décennies a été successivement plus chaude à la surface de la Terre que toutes les décennies précédentes depuis 1850 [et] les années 1983 à 2012 constituent probablement la période de 30 ans la plus chaude qu’ait connue l’hémisphère Nord depuis 1 400 ans » (GIEC, 2013). Plus localement, en France, une hausse des températures moyennes, comprise entre 0,6°C et 1,3°C, toutes saisons confondues, par rapport à la moyenne de référence calculée sur la période 1976-2005, selon les différents modèles et scénarios, devrait être constatée à l'horizon 2021-2050. A l'horizon 2071-2100, une hausse des températures moyennes est également attendue. En fonction des différents scénarios, elle passe de 0,9°C en hiver et de 1,3°C en été, à 3,4°C en hiver et à 5,3°C en été (Jouzel et al., 2014).

2Continu, et de plus en plus rapide depuis le milieu du XIXe siècle, ce changement est la source de nombreuses interrogations, notamment pour le monde agricole, et en particulier pour l’industrie viticole, thème central de cet ouvrage, coordonné par Hervé Quénol. Les ouvrages et les articles traitant des conséquences du changement climatique sur nos sociétés et les stratégies d’adaptation développées face à ces modifications sont le thème de nombreuses publications, en France comme à l’étranger, mais les études se situant à l’interface du climat et des terroirs viticoles sont plus rares, alors que les enjeux y sont bien présents.

3Le changement climatique global est donc un centre d’intérêt majeur pour les professionnels de la viticulture, mais son évaluation à une échelle fine, celle du terroir, l’est plus encore. Les tendances du changement climatique, issues des différents modèles de circulation général et scénarios du GIEC, sont à prendre d’une manière globale. Bien que de véritables progrès aient été obtenus ces dernières années en ce qui concerne la modélisation climatique régionale, les résultats ne s’avèrent pas satisfaisants aux échelles fines, celles du terroir viticole, car ils fournissent encore des résultats trop approximatifs. L’estimation des conséquences futures du changement climatique en termes économiques et sociales ne peut donc se passer d’une analyse du changement climatique à une échelle fine, à l’aide notamment d’un réseau de mesure in situ.

  • 1 Programme ANR-TERVICLIM « Observation et modélisation spatiale du climat des terroirs viticoles dan (...)
  • 2 Programme GICC-TERADCLIM « Adaptation au changement climatique à l’échelle des terroirs viticoles » (...)

4C’est donc ce qu’ont proposé de faire des équipes de recherche nationales (dont l’UMR 6554 LETG de Rennes, l’UMR 8586 PRODIG de Paris et l’UMR 6049 THEMA de Besançon) et internationales (le Departemento de estudios enologicos y sensoriales de Mendoza – Argentine, le department of viticulture and oenology de Stellenbosch – Afrique du Sud et le Centre for atmospheric research de Christchurch – Nouvelle-Zélande, etc.), associant aussi bien des chercheurs (géographes, agronomes, physiciens de l’atmosphère, etc.) que des professionnels de l’industrie viticole (ingénieurs, viticulteurs, etc.), dans les programmes de recherche interdisciplinaires ANR-TERVICLIM (2008-2012)1 et GICC-TERADCLIM (2011-2013)2. Cette interdisciplinarité est un des atouts de cet ouvrage, susceptibles d’intéresser des lecteurs aux profils professionnels très variés, même si certains chapitres sont clairement destinés à des spécialistes.

5Les objectifs de ces programmes de recherche étaient d’établir des méthodologies de mesures météorologiques et agronomiques pour optimiser les modélisations spatiales du climat, adaptées aux échelles fines, et les principaux résultats sont présentés dans cet ouvrage. Cela est passé par la mise en place de modes opératoires qui ont reposé sur des observations climatiques et agronomiques in situ, sur des parcelles de vignobles de renommée internationale, en Bourgogne, en Champagne, dans le Bordelais ou dans le Val de Loire ; mais aussi dans les vignobles de Cotnari en Roumanie, de Stellenbosch en Afrique du Sud, ou à Marlborough, en Nouvelle-Zélande. Ces mesures sur le terrain ont été complétées par une modélisation spatiale du climat, qui a permis de définir finement la variabilité spatiale des caractéristiques climatiques à l’échelle du terroir. Ces dernières ont été associées à des mesures agronomiques, pour déterminer précisément le climat propre des terroirs en question.

  • 3 http://koeppen-geiger.vu-wien.ac.at/
  • 4 http://www.dwd.de/GWL

6Ainsi, le premier chapitre fait le point sur les notions de terroirs viticoles et d’échelles spatiales afférentes, et le deuxième chapitre revient en détail sur les méthodes d’analyses météorologiques multiscalaires, les mesures et les indices agronomiques, et les modélisations agro-climatiques du changement climatique à l’échelle des terroirs viticoles. Les deux chapitres suivants se focalisent sur les variabilités climatiques spatiales et temporelles des vignobles mondiaux, en recourant à la classification des types de climats de Köppen3 et à la classification des types de circulation de Hess-Brezowsky4. Les chapitres 5 à 12 sont plus localisés et ont un caractère plus pratique pour le monde viticole, en analysant les caractéristiques agroclimatiques locales de vignobles expérimentaux, distribués dans des espaces macroclimatiques distincts, respectivement en Champagne, dans le Val de Loire, dans le Bordelais, en Bourgogne, en Roumanie, en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande et en Amérique du Sud. Enfin, les trois derniers chapitres présentent comment les résultats des mesures in situ et la modélisation à l’échelle du terroir viticole peuvent permettre une adaptation de la viticulture au changement climatique.

7Il s’avère que les limites géographiques des grandes régions viticoles pourraient être questionnées, suite aux vagues de chaleur et à la hausse des températures, avec des possibilités d’extension spatiale de la viticulture. Cela ouvrirait ainsi de nouveaux territoires aux productions françaises, en Angleterre, en Belgique ou aux Pays-Bas. Les vins du « nouveau-monde » seraient aussi touchés, avec une délocalisation des vignobles australiens en Tasmanie, ou encore avec une modification des pratiques d’irrigation des vignobles argentins et chiliens, qui tirent leur ressource en eau des glaciers des Andes. Cela mettra à l’épreuve l’adaptabilité des systèmes de production traditionnels, voire ancestraux, mais pourra aussi être l’occasion d’expérimenter de nouveaux territoires et terroirs du vin, grâce aux nouvelles opportunités climatiques qui émergeront, avec la possibilité de nouveaux encépagements. En outre, le réchauffement a déjà commencé à faire sentir ses premiers effets en avançant les dates des vendanges, mais aussi en modifiant les caractéristiques des productions, telles que la baisse de l’acidité et la hausse de la concentration en sucre, bien que l’amélioration des pratiques viticoles joue aussi un rôle à ne pas négliger.

8In fine, les résultats de ces travaux permettent de combler le manque de données à l’échelle du terroir, d’affiner les prévisions de changement climatique à court et à moyen terme, pour en estimer au mieux les impacts économiques. Il est notamment ressorti, à l’aide des mesures in situ et des modélisations climatiques à échelle fine, qu’il existe de très fortes variabilités spatiales du climat local sur de très petites parcelles. Plus précisément, en termes d’augmentation de la température, les effets liés à la topographie, notamment, peuvent prévaloir sur les prévisions simulées par les scénarios du GIEC à l’horizon 2050. Il appartient maintenant au monde viticole de s’emparer de ces résultats pour s’adapter à cette variabilité spatiale du climat et conserver la typicité et les particularités de chaque vin.

Haut de page

Bibliographie

GIEC, 2013. Changements climatiques 2013. Les éléments scientifiques. Résumé à l’intention des décideurs, résumé technique et foire aux questions, 222 p.

JOUZEL J., OUZEAU G., DÉQUÉ M., JOUINI M., PLANTON S., VAUTARD R., 2014, Le climat de la France au XXIème siècle. Volume 4 Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer, Rapport de la Direction générale de l’Énergie et du Climat, Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, 64 p.

Haut de page

Notes

1 Programme ANR-TERVICLIM « Observation et modélisation spatiale du climat des terroirs viticoles dans un contexte de changement climatique », financé par l’Agence nationale de la recherche dans la catégorie jeune chercheur

2 Programme GICC-TERADCLIM « Adaptation au changement climatique à l’échelle des terroirs viticoles », financé par le Groupement impact du changement climatique du MEEDM.

3 http://koeppen-geiger.vu-wien.ac.at/

4 http://www.dwd.de/GWL

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Renard, « Hervé Quénol (coord.), 2014, Changement climatique et terroirs viticoles », Géocarrefour, 90/4 | 2015, 350.

Référence électronique

Florent Renard, « Hervé Quénol (coord.), 2014, Changement climatique et terroirs viticoles », Géocarrefour [En ligne], 90/4 | 2015, mis en ligne le , consulté le 23 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9552

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page