Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Georges Pichard, Émeline Roucaute, Sept siècles d’histoire hydroclimatique du Rhône d’Orange à la mer (1300-2000). Climat, crues, inondations

Jean-Paul Bravard
p. 245
Référence(s) :

PICHARD G. et ROUCAUTE E., 2014, Sept siècles d’histoire hydroclimatique du Rhône d’Orange à la mer (1300-2000). Climat, crues, inondations, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, Hors-série de la revue Méditerranée, 194 p.

Texte intégral

1Les grandes inondations ont parfois pour effet de susciter un besoin de connaissances issues du passé, soit pour justifier leur caractère exceptionnel au moment où elles surviennent, soit pour au contraire alerter sur le caractère récurrent d’épisodes dommageables et en améliorer la prévention. L’inondation générale de 1856 fut ainsi suivie de la publication des 6 tomes des Inondations en France de Champion ; les crues du Rhône aval de 2002 et 2003 d’une attention particulière portée par Météo-France aux évènements antérieurs à la période de l’instrumentation. Le récent débat rhodanien sur la fréquence réelle de débits qui ont provoqué la rupture des digues de la basse vallée du Rhône et causé des pertes humaines et matérielles considérables pouvait ne reposer que sur le traitement statistique de données contemporaines, mais l’heure est venue de remonter beaucoup plus loin dans le passé. De fait, la connaissance scientifique de l’hydrologie du bas Rhône vient de faire un nouveau progrès significatif avec la mise en ligne de la base de données spatialisée HISTRHONE (http://histrhone.cerege.fr et http://www.planrhone.fr/​front/​594-252-0-HISTRHONE). Le mérite en revient à deux historiens du climat et de l’hydrologie du fleuve, Georges Pichard (moderniste bien connu pour ses études sur l’histoire de l’environnement en Provence) et Emeline Roucaute (jeune médiéviste spécialiste des zones palustres de Provence) ; le financement assuré par le Plan Rhône et le FEDER a permis la réalisation de la base et la publication d’un numéro hors-série de la revue Méditerranée consacré à cette importante mise en perspective scientifique des données brutes de la base de données.

2Avec cette Histoire hydroclimatique du Rhône d’Orange à la mer, nous disposons sans doute de la meilleure étude réalisée sur l’histoire hydrologique d’un fleuve français depuis les recherches de Maurice Pardé, qui fut la première sur une aussi longue durée, au terme d’un considérable travail de collecte d’archives. À ce jour, car la base ne cesse de s’enrichir, ce sont plus de 1068 crues qui sont documentées, sans compter les étiages, les embâcles ou les pluies sur une vaste région méridionale. Les données hydrologiques, critiquées de manière rigoureuse, sont issues de sources particulièrement riches tant le fleuve a suscité de mesures, de réflexions sur les conditions de leur mise en œuvre ou de travaux académiques. La tradition régionale, étonnante par sa généralisation et sa durée, fut d’écrire sur les eaux et les caprices de la nature. C’est une immense base de données centrée sur la ville d’Arles, où les livres de raison sont légion, qui est enfin ordonnée et analysée. Les crues, réparties par décennies en 4 degrés de gravité en fonction de leur manifestation dans le lit du fleuve et son lit majeur, révèlent un premier élément nouveau : leur regroupement en deux « hyperphases » datées, la première de 1450-1599, et la deuxième de 1647-1711 ; elles sont séparées par une période d’hydrologie modérée (1600-1646) contemporaine d’une période de prospérité pour la céréaliculture camarguaise. La double décennie 1701-1710 fut la plus dure dans l’histoire du fleuve devant celle des années 1481-1500. Signe d’une réalité bien appréhendée au début du XVIIIe siècle et suivie de la prise de mesures, les Chevaliers de l’Ordre de Malte, possessionnés le long du Petit Rhône, organisèrent des « reculats » ou retrait de digues pour rendre de l’espace au fleuve. Pendant l’hyperphase n°1, la crue de 1548 surpassa même celle de 1856 bien que l’ingénieur Kleitz ait cherché et réussi à soustraire la première à la postérité pour mieux mettre en avant la sienne, si l’on peut dire (ce point constitue une découverte fort curieuse). Ainsi la crue de 1856 est-elle indûment devenue la crue historique du Rhône, la « référence » absolue de nos jours.

3On ne saurait résumer tout à fait un ouvrage aussi riche qui analyse aussi finement les liens entre hydrologie et morphologie fluviale sur des périodes anciennes que l’on ne connaissait pas. On dispose dorénavant du commentaire d’une nouvelle carte de la Camargo (1592) dessinée pour Charles-Emmanuel de Savoie qui occupa brièvement le delta. Les auteurs nous fournissent également une étude des étiages du Rhône en relation avec la profondeur du lit (l’enfoncement du Rhône à Arles à partir de 1879 est encore une nouveauté) ; un élément qui intéressera l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée, soucieuse de l’avenir de la ressource, est la relative constance du niveau des étiages à Beaucaire ; ils mettent encore en relation les phases de forte pluviosité et de sécheresse avec les phases de l’hydrologie du Rhône. Autre élément important, la mise en place du régime hydrologique contemporain avec des poussées de forte hydraulicité dans les décennies 1770-1780, 1801-1810 et 1841-1850. Si les crues de 1840 et 1856 n’appartiennent pas à ces séquences, c’est qu’elles sont des manifestations isolées sur un fond de faible hydraulicité ; c’est l’un des marqueurs de la nouvelle hydrologie du fleuve. Les auteurs font aussi la part des modifications du lit fluvial qui est endigué et rétréci de sorte que les crues de type C3 (de gravité intermédiaire) débordent moins alors que les crues de type C4 (extrêmes) de la fin du XIXe siècle s’épanchent en provoquant des dégâts très sérieux. Notons aussi la progression (entrecoupée de baisses) des modules à la fin du XIXe et au début du XXe siècles : on passe en effet de moins de 1450 m3/s à 1750 m3/s à Beaucaire, respectivement dans les décennies 1897-1906 à 1927-1936, évolution que Maurice Pardé avait finalement comprise, comme le montrent les compléments apportés à sa thèse sur le Régime du Rhône. Le développement sur la saisonnalité du régime, analysé sur les moyennes décennales, met en avant le glissement de forts écoulements printaniers (1840-1940) à de forts écoulements hivernaux assortis de creux estivaux (1950-1990) ; on passerait ainsi d’un régime sous contrôle pluvio-nival dominant à un régime à composante glaciaire réduite et sous l’influence des réservoirs d’altitude. Enfin, démontrer que la stabilité des crues de ce fleuve depuis plus d’un siècle, telle que présentée par les ingénieurs, ne résiste pas à l’analyse de la longue durée, n’est pas la moindre des conclusions de cet ouvrage. Un des apports de cette étude est que l’analyse statistique appliquée à des séries courtes n’est pas « adaptée aux amples mouvements séculaires d’un fleuve à échelle continentale ». Voilà qui est important dans cette période où le thème du changement climatique vient enfin d’acquérir droit de cité dans la vallée du Rhône.

4Cette belle Histoire du Rhône nous donne aussi des biographies de savants et d’ingénieurs ainsi que la relation critique d’épisodes remarquables, jusqu’aux invasions de sauterelles et aux embâcles. Ce livre, très vivant, bien écrit, riche de nombreuses illustrations (cartes et documents anciens, graphiques originaux) et dont le contenu dépasse largement l’austérité des chiffres bruts, doit figurer dans les bibliothèques des Rhodaniens et des spécialistes des cours d’eau

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Bravard, « Georges Pichard, Émeline Roucaute, Sept siècles d’histoire hydroclimatique du Rhône d’Orange à la mer (1300-2000). Climat, crues, inondations », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 245.

Référence électronique

Jean-Paul Bravard, « Georges Pichard, Émeline Roucaute, Sept siècles d’histoire hydroclimatique du Rhône d’Orange à la mer (1300-2000). Climat, crues, inondations », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 26 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9491

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org