Navigation – Plan du site
Articles

L’agriculture urbaine camerounaise. Au-delà des procès, un modèle socioculturel à intégrer dans l’aménagement urbain

Urban agriculture in Cameroon. Beyond indictments, a socio-cultural model to be integrated in urban planning
Aristide Yemmafouo
p. 85-93

Résumés

L’agriculture est un élément marquant du paysage des villes camerounaises. Alors que les taux d’urbanisation frôlent partout les 50%, l’agriculture urbaine s’est paradoxalement intensifiée. Dans un premier temps, il ne s’agissait que d’une activité de crise, mais progressivement, elle est devenue une activité permanente que les pouvoirs publics ont de plus en plus du mal à contenir. Chercheurs, administrateurs et sociétés civiles locales en lui faisant des procès n’ont fait que renforcer sa multifonctionnalité et l’affranchir des interdictions multiformes. L’objectif du présent article est de montrer que l’agriculture urbaine dans les villes camerounaises n’est pas seulement une soupape de sécurité alimentaire et foncière, mais aussi un modèle socioculturel faisant partie intégrante de la conception de la ville chez les citadins qui la pratiquent. Pour eux, la ville devient un continuum rural quand ils ne peuvent plus compter sur elle pour satisfaire leurs besoins. L’agriculture urbaine est alors une composante permanente et valorisante de l’espace urbain mal planifié ou en crise.

La réflexion est menée à partir des études réalisées sur la question de l’agriculture urbaine au Cameroun et des observations récentes en rapport avec la mobilisation des gestionnaires de villes pour la mise en œuvre de nouveaux programmes de développement urbain dans le cadre de la stratégie d’émergence en 2035 sont mises en évidence les crises urbaines et les difficultés d’approvisionnement des villes justifiant l’intensification de l’agriculture urbaine, la nature des procès à propos de cette activité et la validation de son caractère socioculturel. Ceci permet de l’envisager comme modèle d’aménagement urbain à l’ombre de la pauvreté et du déficit de planification.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 1 - L’initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE, HIPC Heavily Indebted Poor Countri (...)

1Depuis que les cultures urbaines tendent à s’uniformiser avec la mondialisation comme le soutiennent Latouche (1989) ou Warnier (2004), les gestionnaires des villes africaines ont de plus en plus de mal à tolérer l’agriculture dans leur espace de commandement. Bien qu’on semble dépasser le débat sur le rejet ou l’acceptation de cette agriculture au profit de celui de l’intégration (Moustier et Pagès, 1997 ; Olanrewaju et al., 2004 ; Dauvergne, 2011), les administrateurs continuent de rejeter sur l’agriculture urbaine certains maux de leur ville, comme l’insécurité, la laideur du paysage urbain ou la pollution. Les critiques se sont renforcées au cours des deux dernières décennies au sein des classes dirigeantes et des groupes sociaux face aux nouveaux programmes de développement, après la fin de la crise économique des années 1980 et l’admission à l’initiative PPTE1 des années 2000. En voulant éradiquer la pauvreté urbaine ou rétablir l’autorité de l’Etat sur l’espace public, les dirigeants ont oublié qu’ils ne portaient pas seulement atteinte aux citadins-agriculteurs indésirables, mais à tout le corps urbain. En dehors de l’aspect socio-économique de l’agriculture urbaine souvent mis en exergue, ils ont sous-estimé le fait qu’elle fait partie intégrante de la conception de la ville chez nombre de citadins. Or, elle n’a jamais été prise comme telle dans le processus d’aménagement urbain. Pourtant, elle est omniprésente et rappelle constamment l’être de ces villes. Au-delà des procès socio-économiques axés sur sa contribution à la lutte contre la pauvreté, cette agriculture est sous-tendue par des logiques profondes de marquage de l’espace public ou privé qu’il convient d’intégrer dans la planification urbaine. Son intensification est également révélatrice d’un malaise profond dans le système d’approvisionnement des villes.

  • 2 2 - Douala et Yaoundé ont plus de 2 millions d’hab., Bamenda et Bafoussam, 300 000 hab., Dschang et (...)

2La réflexion est menée à partir d’études réalisées au Cameroun et d’observations récentes (2012-2013) à Douala, Bafoussam, Bamenda, Dschang, Mbouda et Yaoundé2, en rapport avec la mobilisation des gestionnaires de villes pour la mise en œuvre de nouveaux programmes de développement urbain. Ces observations ont été faites lors d’entretiens à deux niveaux. A un premier niveau, une quinzaine d’agriculteurs urbains, menacés dans leur activité, ont été enquêtés sur chaque site pour comprendre leur attachement aux lieux. Au niveau des conseils municipaux et des services techniques, le guide d’entretien cherchait à appréhender le manque de vision intégrative de l’agriculture urbaine comme paysage et activité structurante de la ville dans les PDU/POS en cours de réalisation ou à réaliser. Les personnalités retenues étaient le maire ou son adjoint, le secrétaire général, le chef des services techniques et un conseiller. Un responsable de la préfecture était soumis au même guide d’entretien, le préfet étant le garant de l’Etat et responsable des actions d’ordre et de sécurité dans la ville. Il est question de montrer que cette activité, objet de plusieurs procès, n’est pas seulement une soupape de sécurité alimentaire et foncière, mais aussi un modèle socioculturel et donc une composante permanente et valorisante de l’espace urbain mal planifié.

Urbanisation et développement de l’agriculture urbaine au Cameroun : des réalités complexes

Aperçu de l’urbanisation camerounaise

  • 3 3 - On se souvient du 16e sommet France-Afrique tenu à La Baule le 20 juin 1990 où François Mitterr (...)

3Le Cameroun aborde sa transition urbaine depuis 2010, avec 10 091 172 citadins, soit 52% de la population ; en 1967, le pays comptait à peine 23% de citadins. Entre 1976-1987, 5,3% d’accroissement annuel de la population urbaine sont enregistrés pour une moyenne générale de 2,9%. En 2005, le rapport est de 4,2% contre 2,8%. En dehors des deux métropoles millionnaires, la population urbaine est majoritairement concentrée dans les villes de 20 à 100 000 h. Cette urbanisation rapide se fait dans un contexte de crise aigüe depuis le milieu des années 1980. Le Cameroun, comme beaucoup d’autres pays d’Afrique subsaharienne, est mis sous Programme d’ajustement structurel et réduit à la survie. Entre privatisation, compression des effectifs et réduction de plus de 70% des salaires dans la fonction publique, le taux de chômage atteint les 50%. La grogne sociale s’accentuant se transforme en revendications démocratiques dont les « villes-mortes » et la désobéissance civile sont l’expression vivante la plus connue entre 1992-19933. La dévaluation du franc CFA en 1994 enclenche une timide croissance incapable, dix ans après, de combler le fossé laissé par la crise. L’approvisionnement des villes par les bassins de production est donc fortement perturbé par le piteux état des routes et les problèmes de gouvernance marquée par la corruption. Même si le pays est autosuffisant, des menaces sérieuses pèsent sur la sécurité alimentaire en ville, notamment sur l’accès aux denrées alimentaires.

L’agriculture urbaine comme activité de crise devenue permanente au Cameroun

  • 4 4 - Au cours de cette étude, nous insisterons plus sur l’agriculture intra-urbaine que sur l’agricu (...)

4Face à la crise économique et politique paralysant l’approvisionnement des villes pendant les années 1990, les citadins les plus vulnérables ont développé une production maraîchère et vivrière de substitution tout azimut4 dans les espaces publics réservés ou non constructibles et sous le regard complice de l’administration. Cependant, le flux de migrants vers les villes a peu ralenti. Bien que la production du vivrier marchand et du maraîchage se soit sensiblement accrue et orientée vers un rapprochement plus étroit entre villes et campagnes, elle n’est pas accessible dans le temps et dans l’espace escomptés. Le processus de métropolisation de Douala et de Yaoundé étouffe l’approvisionnement des autres villes et oblige à une intensification de l’agriculture urbaine dans les villes secondaires. Par exemple, les villes comme Dschang et Mbouda structurant le bassin de production des monts Bamboutos à l’ouest du pays perdent progressivement le contrôle des flux de produits de leur arrière-pays, car les camions viennent directement dans les champs charger leurs cargaisons et n’y transitent plus. Elles ne reçoivent plus que des approvisionnements irréguliers à des prix de plus en plus élevés. Bien que les flux de produits agricoles soient prioritairement tournés vers les deux métropoles, cela ne garantit pas la sécurité alimentaire de tous les citadins. L’alourdissement des coûts de transport et la flambée constante des prix de denrées alimentaires sur les marchés urbains provoquent une intensification des activités agricoles en ville. Les interstices de l’espace public et privé sont ainsi mis en culture et interpellent une réglementation hésitante entre interdiction et tolérance.

5Une synthèse de la littérature existante confirme quatre systèmes de production dans l’agriculture urbaine camerounaise (Temple, 2004 ; Nguegang, 2008 ; Bodpda et al., 2010 ; Dauvergne, 2011). Le système vivrier est le plus important et domine réserves foncières privées et espaces publics en cours d’appropriation. Il épouse le calendrier rural agricole et obéit plus à une logique d’autoconsommation et d’appropriation foncière. Céréales et tubercules contribuent, par exemple, pour plus de 50% à l’économie des sommes allouées à l’alimentation des ménages pauvres à Mbouda (Yemmafouo, 2007), Dschang (Lemouogué, 2007) et Bafoussam (Nokam, 2012). Le système maraîcher abonde dans les vallées et les bas-fonds urbains. C’est le domaine des légumes, tomates et condiments divers que les citadins consomment au quotidien. Les filières maraîchères urbaines, à force de sollicitations, se sont bien structurées et même professionnalisées suivant le schéma de circuits courts de distribution alimentaire urbaine promu par les chercheurs et les ONG. Le cas de Yaoundé a ainsi été abondamment étudié sous divers angles (Temple et Moustier, 2004 ; Dongmo et al., 2005 ; Nguegang, 2008 ; Bodpda et al., 2010 ; Dauvergne, 2011). Le système agroforestier est un mélange de vivrier et de fruitiers au sein de l’espace urbain. Il participe de logiques variées allant de l’appropriation foncière à la vente et à l’autoconsommation. Enfin, le système d’élevage urbain se dégage de plus en plus dans toutes les villes avec les efforts de structuration du secteur réalisés par les organisations de la société civile. Il s’est développé dans un système de complémentarité bien ajusté avec l’agriculture. Un agriculteur urbain est presque toujours éleveur de porcins et de volailles ou est en relation avec ces derniers. Les échelles d’élevage font la différence entre l’éleveur de quelques porcs des quartiers pauvres et les grands éleveurs périurbains approvisionnant des marchés plus importants. A Bafoussam, par exemple, les fermes avicoles et porcines se partagent l’espace avec les habitations et les cultures, sans préjudice des nuisances et autres implications environnementales. Ce sont d’importants arguments pour reconsidérer la place de l’agriculture urbaine, mais les pouvoirs publics s’y opposent.

6Si les produits cultivés varient peu en diversité, les surfaces et les quantités produites augmentent sensiblement vers le milieu rural (Yemmafouo, 2007 ; Nguegang, 2008). Très peu d’interstices échappent aux agriculteurs urbains (fig. 1) et l’on comprend pourquoi la lutte pour la conservation des espaces verts est un défi permanent pour les gestionnaires de villes. Cependant, le dynamisme agricole dans les villes n’est pas le même partout. Les conditions pédologiques pénalisent fortement Douala : blottie sur un site d’estuaire, la ville ne peut pas compter sur les sols sablo-limoneux pour soutenir son approvisionnement en cas de défaillance ; en revanche, à Yaoundé, tout comme à Bafoussam et Bamenda dans l’ouest du pays, l’agriculture fait partie des activités quotidiennes des citadins tant les conditions morpho-pédologiques et sociales s’y prêtent. Cette agriculture s’est même renouvelée à travers des pratiques innovantes valorisant sa multifonctionnalité et s’est intensifiée avec l’appui des ONG de gestion de l’environnement urbain. En effet, les financiers internationaux soutiennent fortement le recyclage des ordures ménagères, en partant de l’hypothèse de rentabilisation d’une action salvatrice pour l’environnement urbain menacé par les défaillances du système de ramassage des ordures. Il s’en est suivi un marketing des déchets organisé par les organisations de la société civile dans la quasi-totalité des villes camerounaises. Les produits dérivés, comme le fumier organique, sont moins chers et participent au développement d’une agriculture biologique. Que ce soit dans l’agglomération de Douala, à Yaoundé, Bafoussam ou Bamenda, l’adoption du fumier organique est quasi-généralisée, au point que son utilisation échappe de plus en plus aux petits agriculteurs. Les grands producteurs s’en réservent en effet des quantités plus importantes et créent la rareté et donc la hausse des prix.

Figure 1 : Aspects de l’agriculture urbaine dans quelques villes Camerounaises

Figure 1 : Aspects de l’agriculture urbaine dans quelques villes Camerounaises

Site de compostage et champ d’expérimentation d’une association réclamant plus de 1000 t. de compost produit et valorisé à Bépanda, Douala en 5 ans (avril 2013). Les « trieurs » de nourriture de porcs sont aussi à l’œuvre dans le nettoyage des poubelles de quartiers.

Cliché Yemmafouo, avril 2009

A Bamenda l’agriculture urbaine a précédé le quartier haut standing se développant sur le site de l’ancienne forêt communale, raison de plus pour comprendre le combat du délégué du gouvernement de l’époque pour y interdire l’agriculture (avril 2009).

Cliché Yemmafouo, juin 2011

Football et maïs se discutent l’aire de jeu pendant les vacances à Dschang (juin 2011). Agriculture de pauvreté ou agriculture sentimentale, les objectifs varient.

Cliché Yemmafouo, juin 2011

Agriculture urbaine sur un front d’urbanisation à Bafoussam : Quand l’urbanisation est à dominante discontinue dans un contexte de précarité foncière, que peut-t-on faire d’autre que de cultiver les lots non bâtis ? (janv. 2010)

Cliché Yemmafouo, avril 2013

7La typologie des acteurs de l’agriculture urbaine et les objectifs de la production sont en évolution, car toutes les classes sociales s’y adonnent désormais. Les études précédemment citées caractérisent maraîchers urbains et vivriers marchands comme des jeunes ménages de 35-45 ans ayant perdu leur premier emploi urbain ou livrés à une situation de multi-activité après avoir rejeté un retour précoce au village natal. Temple et Moustier (2004, p. 2-3) décomptent environ 2 000 agriculteurs intra-urbains à Yaoundé, pour un revenu moyen mensuel d’environ 80 000 FCFA. Les productions sont dominées par le vivrier (±38%), le maraîchage (±28%) et les fruitiers (±28%), en fonction des opportunités foncières et des objectifs de production.

8Dans les quartiers planifiés ou semi-planifiés, l’agriculture urbaine s’est intensivement développée sur les lots privés sans que l’on ne sache exactement qui pratiquaient l’agriculture. Nous avons interrogé une vingtaine parmi les plus riches dans deux lotissements de haut standing à Bafoussam et Bamenda. Il en ressort qu’il s’agit d’activités de loisirs et de « garde de lots » de hauts cadres de l’administration et autres gros commerçants dans l’attente de projets plus ambitieux. En dehors de ces quartiers de mixité sociale où l’activité agricole peut être doublement interprétée, le développement d’une agriculture urbaine sentimentale est aussi observé dans les quartiers huppés, comme Bastos à Yaoundé ou Bonandjo-Bonapriso à Douala. Elle est marquée par des murs drapés de légumes ligneux, des potagers bien entretenus ou des pots de condiments en lieu et place de pots de fleurs décorant l’entrée des villas cossues. L’agriculture urbaine camerounaise a donc des fonctions hiérarchisées appelant à des logiques et stratégies d’action différentes (fig. 2). Dès lors, ses développements suscitent des réactions et contre-réactions de la part des acteurs urbains, qui sont autant de procès à l’agriculture urbaine.

Figure 2 : Hiérarchie des priorités de l’agriculture urbaine dans les villes camerounaises

Figure 2 : Hiérarchie des priorités de l’agriculture urbaine dans les villes camerounaises

Procès de l’agriculture urbaine au Cameroun

9Le premier procès est celui de la reconnaissance et de la définition de l’activité. Il se fait de plus en plus un consensus sur la définition de l’agriculture urbaine : acteurs, produits et territoires sont mis en cohérence pour en préciser les entrées. L’une des conceptualisations les mieux élaborées de cette activité dans les villes francophones d’Afrique a été menée par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et le Centre de recherches pour le développement international (CRD) autour de l’équipe dirigée par P. Moustier (2004). Mais ces développements conceptuels semblent plus une affaire de scientifiques que de décideurs. Les pouvoirs publics voient en effet l’agriculture plus comme une étape d’occupation de l’espace public et ne lui associent pas les espaces horticoles. Leurs inquiétudes sont beaucoup plus paysagères, sécuritaires et environnementales et ils sont donc le plus souvent dans une logique d’interdiction. Bien que les pouvoirs ne s’attaquent pas tellement à l’usage agricole des propriétés privées pourtant plus nombreuses. Ainsi, si les finalités de l’agriculture sont les mêmes (autoconsommation et/ou vente, loisirs…) et s’il n’y a officiellement aucune différenciation entre l’intra- et le péri-urbain, il existe une forte différenciation entre les territoires puisque des pouvoirs et des actions différentes sont mobilisés. L’acceptation ou non de l’agriculture semble dépendre de l’administration municipale et du préfet garant de l’ordre et de la paix sociale, puisque non le périurbain ni l’intra-urbain ne disposent de plans d’aménagement concret et exécutable. En général, l’agriculture urbaine est interdite et la périurbaine est tolérée.

10Le second procès est lié à la volonté des autorités de promouvoir une forme de civilisation urbaine universelle. Les critiques de l’agriculture se sont renforcées au cours des deux dernières décennies au sein des classes dirigeantes et des groupes sociaux composant la ville : l’agriculture serait source d’enlaidissement du paysage urbain, de maladies, d’insécurité et de pauvreté, etc. Malgré les études montrant la nécessité d’intégration (Olanrewaju et al., 2004 ; Parrot et al., 2008), nombre d’administrations, pour des raisons locales apparentes, comme la recrudescence de l’insécurité, déportent le débat ailleurs (Moustier, Pagès, 1997, p. 50). Ainsi, plusieurs villes camerounaises où se sont amplifiés les crimes rituels peuvent en témoigner. A Mimboman, quartier de la banlieue de Yaoundé, les autorités s’en sont prises aux lots non bâtis abritant friches et cultures, considérés comme des gîtes de criminalité. Injonction a ainsi été faite aux propriétaires de ces parcelles de les bâtir, au risque de les voir réattribuées à d’autres demandeurs. La même requête a été faite dans les quartiers à risque criminel des autres villes. L’opinion publique s’est même dressée contre les propriétaires de ces terrains au sein de l’espace urbain, en fustigeant leur refus de les vendre à ceux qui sont capables d’y bâtir des immeubles destinés au développement de la ville. Loin d’être une opération ponctuelle, le rejet de l’agriculture intra-urbaine s’inscrit dans la stratégie d’embellissement des villes et de restauration de l’autorité de l’Etat (Assako, 2012) en vue de « l’émergence du Cameroun en 2035 », tel que prévoit le Document de stratégie de la croissance et de l’emploi (DSCE, 2009).

11En troisième lieu, les débats sur la sûreté alimentaire des produits de l’agriculture urbaine sont féconds, car les environnements et les méthodes de production prêtent à équivoque. Temple et Moustier (2004), tout comme Dongmo et al. (2005) et Bopda et al. (2010), ont posé ces questions environnementales à propos des méthodes employées par les maraîchers dans les bas-fonds de Nkolbisson et Etoug-Ebé à Yaoundé. Les mêmes inquiétudes sont relevées à Kampala en Ouganda (Nasinyama, 2010) comme à Nakuru au Kenya (Kang’ethe, 2010). Les études sur l’impact sanitaire de l’agriculture urbaine en Afrique révèlent d’importantes sources de contamination biologique et chimique des acteurs et des consommateurs. Toutefois, ce n’est pas tout le système qui en souffre, comme le soulignent Olanrewaju et al. (2004), Parrot (2008) ; il s’agit de pratiques marginales appelant plus de contrôle, comme dans toute autre agriculture.

12Contrairement aux études qui assurent que l’agriculture est une activité essentiellement pratiquée par les pauvres, l’observation du cas camerounais montre que tout le corps urbain en est demandeur, sans doute à des degrés divers et avec des finalités différentes, mais de manière toujours plus pressante. Les acteurs se recrutent dans toutes les couches sociales. A quoi rattache-t-on le jardinage intensif des riches de Bastos à Yaoundé et Bonapriso à Douala ? Qu’est ce qui explique le fait que la ménagère moderne se fait livrer de façon préférentielle les légumes frais des Elobi de Yaoundé ou des Matanda de Douala, sans trop se soucier de leurs conditions de production ? Les éléments incitent à mieux comprendre la relation entre agriculture urbaine, alimentation et aménagement urbain.

Le citadin camerounais et l’agriculture : une conception intégrée non perçue

Derrière le statut d’activité de crise émerge une conception intégratrice de l’agriculture dans l’espace urbain

13En Afrique subsaharienne, l’urbanisation est essentiellement le fruit de l’exode rural, et ce depuis les indépendances. Or, en quittant son village pour la ville, aucun villageois n’a l’intention d’y reproduire ce qu’il faisait au village. Tant que la ville prospère, l’agriculture urbaine ne prend pas d’ampleur. Cependant, le phénomène urbain, aussi fulgurant soit-il, n’a pas radicalement changé la nature du rapport que ce citadin entretient avec le rural (Chaléard et Dubresson, 1989, 1999). En effet, lors de la création et du développement des villes, l’industrialisation et même l’essor du du secteur tertiaire ne sont pas les seuls moteurs de l’urbanisation. Si nous considérions la ville comme un lieu où les espaces sont imbriqués au sein de communautés agissant en groupes ou en réseaux et gardant un lien fort avec le milieu d’origine, alors, il est aisé de comprendre qu’elle n’est composée que de pseudo-citadins tentant de s’accommoder à la civilisation urbaine et pouvant donc très rapidement revenir à leurs anciennes occupations. Ainsi, en même temps que l’on cherche à asseoir une identité urbaine globale s’alignant sur les réalités et normes occidentales, l’urbanité composite (mi-rural/mi-urbain) se renforce parce que la nécessité se fait sentir. C’est ce qui arrive quand les citadins en difficultés économiques s’adonnent à l’élevage urbain ou au jardinage intensif. C’est aussi le cas dans les quartiers huppés où les plus fortunés, en difficultés psychologiques, entretiennent des jardins de fruits et légumes leur rappelant leur enfance et surtout d’où ils viennent, suivant un sentiment de « nostalgie du village ». En Europe comme en Afrique, c’est toujours un grand plaisir de consommer le fruit de son jardin et ce plaisir s’est accru, même si les urbanistes ne l’ont pas pris en compte. C’est aussi ce à quoi on peut rattacher la périurbanisation en cours au Cameroun, c’est-à-dire le fait que des citadins, pour des raisons culturelles et non de pauvreté, se replient à la périphérie et s’installent pratiquement selon le modèle de périurbanisation en Europe (Yemmafouo, 2013). A défaut de jardiner en ville, les plus aisés aiment à s’octroyer, à la périphérie ou au village natal, de vastes champs dans lesquels ils investissent plus ou moins, sans souci de rentabilité. Les investissements productifs comme des palmeraies ou des bananeraies traduisent une agriculture périurbaine de type semi-moderne devant former un front d’urbanisation par l’implantation des résidences des employés. Dans le cas contraire, l’agriculture est l’expression d’une réussite économique et sociale qui se manifeste localement par la possession d’un large patrimoine foncier. Dès lors, dans l’attente d’un projet comme par exemple un lotissement privé, le champ est confié en exploitation aux amis ou frères du village. Il s’agit d’éviter la loi foncière qui exige que la mise en valeur soit prise en compte parmi les preuves de propriété. La même urbanité s’affiche quand on observe qu’à côté de l’organisation sociopolitique de la ville, se superposent une transposition de l’organisation sociopolitique de la chefferie du lieu d’origine et toutes les manifestations culturelles d’obédience ethniques occupant les rues les week-ends. Ces éléments ne révèlent-ils pas une urbanité intégrant l’agriculture urbaine ? De la même manière, malgré l’extraversion alimentaire semblant se confirmer par l’importation croissante du riz, du blé et des produits laitiers depuis les années 1980, les produits locaux à base de tubercules et de céréales gardent encore une place importante dans les habitudes alimentaires urbaines selon les études de Bricas (1993), Bricas et Seck (2004), Fofiri Nzossié et al. (2010).

14Pour les habitants, l’agriculture urbaine fait donc partie intégrante de la conception camerounaise de la ville et joue un rôle socio-économique avéré. Cultiver un champ reste ainsi la première source de subsistance en cas de chomage, rappelant que la différenciation ville-campagne n’est pas définitive. Le citadin retrouve ainsi sa vie du village tout en restant en ville et sans contradiction apparente, comme l’a aussi remarqué Calas (1999, p. 94) à Kampala. Bien que très peu de politiques et d’urbanistes le perçoivent encore, l’agriculture urbaine est donc un incontestable facteur d’intégration à la ville. De la même façon, cette agriculture est sous-tendue par des fortes logiques de marquage de l’espace public ou privé que la planification urbaine ne prend pas en compte.

L’agriculture urbaine comme élément d’appropriation et de sécurisation foncière dans un contexte de fragilité des institutions et des textes

15L’agriculture sert aussi à marquer l’espace et à sécuriser le foncier. Puisque les systèmes d’appropriation foncière sont fragiles et fondés sur des bases ethno-tribales, la mise en culture des espaces urbains non bâtis est très contrôlée, voire redoutée. La location par exemple n’autorise que des cultures saisonnières de type maraîchage tandis que les cultures pérennes préfigurent une appropriation définitive (Yemmafouo, 2007 ; Dauvergne, 2011, p. 314-316). Le régime foncier énonce qu’en cas de litige sur une propriété non immatriculée, l’auteur de la mise en valeur emporte les droits de propriété. Même immatriculés, les terrains privés en attente d’investissements immobiliers sont intensément cultivés. Cette situation de « garde de lots » est d’autant plus nécessaire que la sécurité foncière est précaire. En effet, très peu de citadins engagent ou achèvent leurs procédures d’immatriculation même dans les lotissements réalisés par les pouvoirs publics. L’agriculture permanente est la marque d’appropriation populaire la plus tangible d’un lot non bâti, même si elle n’a rien à voir avec la propriété du lot que confère le titre foncier. Dans certains quartiers de la ville nouvelle au nord de Douala, nous avons enregistré près de la moitié de lots non bâtis plus de vingt ans après l’attribution. Ils faisaient pourtant l’objet d’un intense jardinage malgré les bornes et les barrières bien visibles.

16L’agriculture urbaine est aussi preuve et source d’accumulation, de spéculation foncière. Sur les fronts d’urbanisation, les plus fortunés s’accaparent des lots dans un temps t dans l’espoir d’engranger une plus-value au temps t+1. Les interstices urbains non constructibles ou réservées affichent un processus d’appropriation illégale commençant toujours par une étape d’agriculture urbaine durant en moyenne 5 ou 10 ans. Puis vient l’étape de construction en matériaux provisoires, et enfin, si les pouvoirs publics se font toujours complices ou aveugles, l’étape de construction en matériaux définitifs, assortie parfois de titres de propriété frauduleusement acquis.

Un modèle d’aménagement urbain à l’ombre de la pauvreté et du déficit de planification

17Si l’agriculture urbaine est au départ un phénomène lié à la pauvreté urbaine et au déficit de planification, les agriculteurs urbains, tout en résolvant leurs problèmes de pauvreté, participent à la vie et à l’entretien des espaces verts abandonnés par les pouvoirs publics. Nous faisons ainsi l’hypothèse d’une participation accidentelle de l’agriculture à l’aménagement urbain. A quoi sert un espace vert ou un bois municipal non entretenu ? A cacher criminels ou à élever reptiles et autres animaux nuisibles à la quiétude des citadins, disent ces derniers ! En préférant mettre en culture l’espace public non entretenu, ces citadins donnent ainsi un sens aux espaces « abandonnés ». L’agriculture urbaine est donc une réaction sociale à l’inefficience de la gestion urbaine. Dans les banlieues métropolitaines et les fronts d’urbanisation (fig. 4), l’image de ville « verte » donne à penser à un modèle écologique spontané ne demandant qu’à être structuré. De même, à Dschang, les administrateurs s’évertuent à préciser le type de culture à pratiquer, notamment les cultures basses tels haricots, pommes de terre, choux et taro, qui ne peuvent pas obstruer la visibilité et servir de cachettes aux voleurs et autres délinquants. Très peu respectent cette note de service du préfet, mais un pas est au moins franchi, celui de la tolérance et d’un début de réglementation de l’agriculture.

18Toutefois, il ne s’agit que d’une étape transitoire vers la ville dense dans un processus plus ou moins long, car l’agriculture urbaine, bien qu’elle résiste dans les interstices urbains arrive toujours par devenir minoritaire quand la ville achève son implantation. Cependant, elle ne disparaît pas complètement. Or, cette ville conquise sur l’espace public ou privé par le truchement de l’agriculture urbaine est toujours illégale et anarchique. Pour l’administrateur, l’agriculture sur l’espace public ou réservé n’est qu’un prétexte pour y construire des maisons. Elle est donc vivement combattue, car au moment où l’agriculteur-urbain passe à l’étape de propriétaire immobilier, les conflits d’appropriation subviennent presque toujours. Comme dans le programme d’émergence à l’horizon 2035, l’une des composantes urbaines consiste à embellir les villes et aucun administrateur ne prendrait le risque de contribuer à la reproduction des quartiers comme Ntaba à Yaoundé. En effet, les scènes macabres de déguerpissements ayant mis des familles entières dans la rue procèdent de cette logique « d’agriculture-prétexte » et de laisser-faire permettant l’occupation de sites non dédiés. Les administrateurs de villes plaident donc pour l’interdiction de l’agriculture urbaine sur l’espace public ou les domaines réservés. Or, le véritable problème est celui de la tolérance de l’étape où l’agriculteur-citadin passe au bâti.

19En Europe, la réflexion sur l’intégration de l’agriculture dans la planification urbaine est plus avancée comme à Toulouse ou à Clermont-Ferrand (Duvernoy et al., 2005 ; Loudiyi et al., 2011). La négociation locale rassemble tous les acteurs y compris les non-agriculteurs, non pas dans un esprit de revendication, mais de partage de l’espace urbain. En Afrique noire, ces discussions piétinent, sans doute parce que deux camps opposés s’affrontent et ne sont pas encore prêts à dialoguer sur l’articulation de leurs logiques. Pour le camp populaire, l’agriculture urbaine est une activité normale et ne doit susciter aucun débat. Pour les administrateurs, aménageurs et autres intellectuels militants, l’interdiction ou, à la limite, un contrôle rigoureux de cette activité est nécessaire. Pour nourrir le débat autour de l’intégration, on peut partir d’une vision, celle d’une possible urbanité agricole reconnue comme telle. C’est le défaut des urbanistes ne voyant l’espace urbain qu’en termes d’espace à bâtir et l’agriculture comme activité de l’espace rural. Or nous ne cessons de constater la désuétude de cette dichotomie. Ce constat rejoint les préoccupations étouffées de nombreux citadins africains, qui souhaitent pratiquer librement l’agriculture en ville quand la nécessité s’impose. L’équivoque levée, il est ensuite possible d’agir sur les systèmes de production pour garantir la sécurité des produits et des consommateurs.

20Le cadre d’action d’une intégration de l’agriculture dans l’aménagement urbain est celui de la municipalité. Or, cette dernière agit encore uniquement dans le sens coercitif à travers son service d’hygiène, de salubrité et de sécurité urbaine. Nous avons observé des actions de répression à travers des casses et des amendes pour pollution et obstruction de l’espace public. Il est donc indispensable de commencer la sensibilisation au niveau des conseils municipaux. Les ONG et associations défendant l’agriculture urbaine n’interviennent que de manière sectorielle, par exemple pour promouvoir le recyclage des déchets dans l’agriculture et l’emploi agricole urbain, sans toutefois former un groupe de pression solide sur les pouvoirs publics. Toutefois, l’espoir de la pression internationale portée par ces ONG locales est de nature à faire espérer des avancées dans le débat de l’intégration (Duvernoy, 2005, p. 100-101).

21Dans le cadre de la promotion des « villes vertes », l’agriculture urbaine, en l’absence de planification, joue un rôle écologique certain en plus des autres. Cette multifonctionnalité n’est plus à démontrer, et il s’agirait donc d’encourager les cultures plus écologiques et d’assurer un contrôle des pratiques. Cela passe par une acceptation institutionnelle et par la mise sur pied d’un bonus écologique pour les citadins conservant des vergers dans leur environnement. Mais l’évolution institutionnelle de l’agriculture urbaine montre plutôt un parallélisme et un chevauchement de compétence entre les administrations en charge du développement rural et urbain et les collectivités territoriales décentralisées (Bopda et Awono, 2010, p. 84-86). Le risque de pollution, agité constamment par les structures de contrôle technique, est le point d’achoppement des discussions entre ces structures administratives et, de plus en plus, les organisations de la société civile jouant le rôle de protectrice, organisatrice et formatrice des agriculteurs urbains. C’est le cas de la Coalition des ONG et associations pour l’Agriculture urbaine à Yaoundé.

22L’Afrique est encore loin d’une traduction des intérêts de l’agriculture urbaine dans les documents d’urbanisme. Comparativement à l’Ouganda et au Kenya, le Cameroun a du chemin à faire. Cette différence semble bien marquer l’ensemble de l’Afrique francophone et anglophone, comme le démontrent les recherches du programme African Urban Harvest. La situation de Yaoundé y est comparée à celle de Kampala et Nairobi (Prain et al., 2010, p. 303) et il en ressort une illustration de ces écarts entre Afrique francophone et anglophone. Les variables testées autour de l’intégration formelle montrent que Yaoundé présente la plus faible avancée. La priorité de la recherche est justement orientée vers l’évolution institutionnelle qui permettrait une meilleure prise en compte de l’agriculture dans la planification urbaine et ses rapports à la santé des populations. Cette évolution est accentuée par de nouvelles spécificités fonctionnelles et de nouvelles représentations qui renouvellent la définition de l’agriculture urbaine comme mode d’habiter et d’aménagement urbain dans la ville durable.

Conclusion

23L’agriculture urbaine prend de l’ampleur au Cameroun depuis la crise économique. Entre interdiction et tolérance, elle fait l’objet de plusieurs procès, centrés sur ses aspects négatifs. Pourtant, l’activité est elle-même victime des griefs qu’on lui reproche. Au fil de ces procès, sa multifonctionnalité est toujours exaltée, mais est aussi source de risques et d’inquiétudes quand des dérives s’invitent dans ses fonctions. Cette agriculture ne témoigne plus seulement d’une pauvreté, mais fait partie d’une conception intégrée de la ville et de la campagne révélée au citadin en temps de crise, économique pour les uns et culturelle pour d’autres. Elle s’affirme donc comme un modèle d’aménagement préfigurant la ville compacte à court terme pour les espaces privés (5 à 10 ans) et à long terme pour les espaces relevant du domaine privé de l’Etat (10-20 ans). Mais cela ne signifie en aucun cas qu’il s’agit d’un phénomène temporaire et non planifiable. Il revient à chaque ville de définir les espaces et le type d’agriculture urbaine souhaités en fonction de son plan d’aménagement. L’évolution institutionnelle est de plus en plus favorable à l’intégration de l’agriculture à la planification urbaine, non plus seulement en termes de paysage, mais en termes d’activités socio-économiques durables, capables de soutenir l’approvisionnement des villes.

Haut de page

Bibliographie

ASSAKO ASSAKO R.-J., 2012, A propos de l’opération d’embellissement de Yaoundé, capitale d’Afrique centrale, Cahiers d’Outre-Mer, Vol. 65, n°259, p. 371-393.

BOPDA A., AWONO L., 2010, Institutional development of urban agriculture. An ongoing history of Yaounde, in PRAIN G., KARANJA N., LEE-SMITH (eds.), African urban harvest. Agriculture in the cities of Cameroon, Kenya and Uganda, Ottawa, Springer, p. 71-94.

BOPDA A, BRUMMETT R., DURY S., ELONG P., FOTO-MENBOHAN S., GOCKWOSKI J., KANA C., KENGUE J., NGONTHE R., NOLTE C., SOUA N., TANAWA E., TCHOUENDJEU Z., TEMPLE L., 2010, Urban farming systems in Yaounde; building a mosaic, in PRAIN G., KARANJA N., LEE-SMITH (eds.), African urban harvest. Agriculture in the cities of Cameroon, Kenya and Uganda, Ottawa, Springer, p. 39-60.

BOPDA A., AWONO J., 2003, L’agriculture urbaine et périurbaine à Yaoundé (Cameroun). Aspects institutionnels, Rapport final, INC, CUY/SUIPA, 88 p.

BRICAS N., 1993, Les caractéristiques et l’évolution de la consommation alimentaire dans les villes africaines ; conséquences pour la valorisation des produits vivriers, in MUCNIK J. (dir.), Alimentation, techniques et innovations dans les régions tropicales, Paris, L’Harmattan, p. 127-160.

BRICAS N., SECK P.-A., 2004, L’alimentation des villes du Sud : les raisons de craindre et d’espérer, Cahiers Agricultures, Vol.13, n°1, p. 10-14.

CALAS B., 1999, Les paradoxes des rapports villes-campagnes à travers l’analyse du ravitaillement kampalais (Ouganda), in CHALEARD J.-L., DUBRESSON A. (éds.), Villes et campagnes dans les pays du Sud. Géographie des relations, Paris, Karthala, p. 87-103.

CHALEARD J.-L., DUBRESSON A. (éds.), 1999, Villes et campagnes dans les pays du Sud. Géographie des relations, Paris, Karthala, 260 p.

CHALEARD J.-L., DUBRESSON A., 1989, Un pied dedans, un pied dehors : à propos du rural et de l’urbain en Côte d’Ivoire, in Tropiques : liens et lieux, Florilège offert à Paul Pélissier et Gilles Sautter, Paris, ORSTOM, p. 277-290.

DAUVERGNE S., 2011, Les espaces urbains et périurbains à usage agricole dans les villes d’Afrique subsaharienne (Yaoundé et Accra) : une approche de l’intermédiarité en géographie, thèse de doctorat de géographie, Université Lyon 2, 390 p.

DONGMO T., GOCKOWSKI J., HERNANDEZ S., AWONO L., MBANG R., 2005, L’agriculture périurbaine à Yaoundé: ses rapports avec la réduction de la pauvreté, le développement économique, la conservation de la biodiversité et de l’environnement, Tropicultura, vol.23, n°3, p. 130-135.

DUVERNOY I., JARRIGE F., MOUSTIER P., SERRANO J., 2005, Une agriculture multifonctionnelle dans le projet urbain : quelle reconnaissance ? Quelle gouvernance ?, Les Cahiers de la Multifonctionnalité, n°8, p. 87-104.

FOFIRI E.-J., NDAME J.-P., TEMPLE L., DURY S., NDJOUENKEU R., SIMEU M., 2010, L’émergence du maïs dans la consommation alimentaire des ménages urbains au Nord-Cameroun, Économie rurale [En ligne], 318-319 | juillet-octobre 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012. URL: http://economierurale.revues.org/index2769.html.

PRAIN G., KARANJA N., LEE-SMITH, (eds.), 2010, African urban harvest. Agriculture in the cities of Cameroon, Kenya and Uganda, Ottawa, Springer, 322 p.

KANG’ETHE K.-E., NJEHU A., KARANJA N., NJENGA M., KURIA GATHURU, KARANJA A., 2010, Benefits and selected health risks of urban dairy production, in PRAIN G., KARANJA N., LEE-SMITH (eds.), African urban harvest. Agriculture in the cities of Cameroon, Kenya and Uganda, Ottawa, Springer, p. 229-247.

LATOUCHE S., 1989, L’Occidentalisation du monde. Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire, Paris, La Découverte, 144 p.

LEE-SMITH D., PRAIN G., 2010, The contribution of research-development partenerships to building urban agriculture policy, in PRAIN G., KARANJA N., LEE-SMITH (eds.), African urban harvest. Agriculture in the cities of Cameroon, Kenya and Uganda, Ottawa, Springer, p. 287-308.

LEMOUOGUE J., 2007, Citadins-agriculteurs et mutation des relations ville/campagne dans le périurbain d’une ville moyenne : cas de la ville de Dschang (ouest-Cameroun), Mémoire de master Géographie, Université de Dschang, 179 p.

LOUDIYI S., MAURY C., LARDON S., 2011, Agriculture(s) et projet urbain durable : issues incertaines, destinées imprévisibles, VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 11 n°2, septembre 2011, mis en ligne le 22 janvier 2012, URL : http://vertigo.revues.org/11481 ; DOI : 10.4000/vertigo.11481.

MOUSTIER P., PAGES J., 1997, Le péri-urbain en Afrique : une agriculture en marge ? Economie Rurale, n°241, p. 48-55.

MOUSTIER P., SALAM FALL A., 2004, Les dynamiques de l’agriculture urbaine : caractérisation et évaluation, in OLANREWAJU B. SMITH, MOUSTIER P., MOUGEOT L.-J., FALL A. (dir.), Développement durable de l’agriculture urbaine en Afrique francophone. Enjeux, concepts et méthodes, CIRAD-CRDI, p. 25-43.

NASINYAMA W.-G., COLE C., LEE-SMITH, 2010, Health impact assessment of urban agriculture in Kampala, in PRAIN G., KARANJA N., LEE-SMITH (eds.), African urban harvest. Agriculture in the cities of Cameroon, Kenya and Uganda, Ottawa, Springer, p. 167-190.

NGUEGANG P.-A., 2008, L’agriculture urbaine et périurbaine à Yaoundé : analyse multifonctionnelle d’une activité montante en économie de survie, Thèse en Sciences Agronomiques et Ingénierie Biologique, Université Libre de Bruxelles, 200 p.

NOKAM G., 2012, Approvisionnement et gestion des espaces marchands de vivres à Bafoussam : une contribution à l’étude de la sécurité alimentaire dans la capitale régionale de l’ouest Cameroun, Mémoire de master Géographie, Université de Dschang, 204 p.

OLANREWAJU B. SMITH, MOUSTIER P., MOUGEOT L.-J., FALL A. (dir.), 2004, Développement durable de l’agriculture urbaine en Afrique francophone. Enjeux, concepts et méthodes, Montpellier, CIRAD-CRDI, 173 p.

PARROT L., NJOYA A., TEMPLE L., ASSOGBA-KOMLAN F., KAHANE R., DIAO M.-B., HAVARD M., 2008, Agricultures et développement urbain en Afrique subsaharienne ; environnement et enjeux sanitaires, Paris, L’Harmattan, 201 p.

REPUBLIQUE DU CAMEROUN, 2009, Document de stratégie de la croissance et de l’emploi (DSCE), 174 p.

TEMPLE L., MOUSTIER P., 2004, Les fonctions et contraintes de l‘agriculture périurbaine de quelques villes africaines (Yaoundé, Cotonou, Dakar), Cahiers d’Agricultures, Vol.13, n° 1, p. 15-22.

WARNIER J.-P., 2004, La Mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 120 p.

YEMMAFOUO A., 2007, Pratiques foncières et dynamiques des paysages périurbains de Mbouda: une contribution à l’étude des mutations spatiales autour des villes moyennes de l’Ouest-Cameroun, thèse de doctorat Ph.D de géographie, Université de Dschang, Cameroun, 375 p.

YEMMAFOUO A., 2013, Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne. Pratiques à l’Ouest-Cameroun, Paris, L’Harmattan, 270 p.

Haut de page

Notes

1 1 - L’initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE, HIPC Heavily Indebted Poor Countries en anglais) est un mécanisme international d’allégement de la dette fournissant une aide spécialisée aux pays les plus pauvres. Elle a été lancée lors du sommet du G7 à Lyon, en France, en 1996, à la suite d’une proposition de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). L’objectif principal de l’initiative est de ramener l’endettement des pays pauvres à un niveau considéré comme soutenable. http://europa.eu/legislation_summaries/development/least_developed_countries/r12402_fr.ht

2 2 - Douala et Yaoundé ont plus de 2 millions d’hab., Bamenda et Bafoussam, 300 000 hab., Dschang et Mbouda, autour de 100 000 h.

3 3 - On se souvient du 16e sommet France-Afrique tenu à La Baule le 20 juin 1990 où François Mitterrand, dans son discours, avait expressément exigé des réformes démocratiques comme conditionnalités de la pérennisation des échanges avec le Nord. Le vent de liberté soufflant à l’Est devait inévitablement souffler en direction du sud comme le disait Roland Dumas, Ministre des Affaires Etrangères de l’époque. C’était donc un quitus pour descendre dans la rue et manifester parfois violemment, jusqu’à ce qu’un certain nombre de libertés fondamentales soient acquises.

4 4 - Au cours de cette étude, nous insisterons plus sur l’agriculture intra-urbaine que sur l’agriculture périurbaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Aspects de l’agriculture urbaine dans quelques villes Camerounaises
Légende Site de compostage et champ d’expérimentation d’une association réclamant plus de 1000 t. de compost produit et valorisé à Bépanda, Douala en 5 ans (avril 2013). Les « trieurs » de nourriture de porcs sont aussi à l’œuvre dans le nettoyage des poubelles de quartiers.
Crédits Cliché Yemmafouo, avril 2009
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9413/img-1.png
Fichier image/png, 606k
Légende A Bamenda l’agriculture urbaine a précédé le quartier haut standing se développant sur le site de l’ancienne forêt communale, raison de plus pour comprendre le combat du délégué du gouvernement de l’époque pour y interdire l’agriculture (avril 2009).
Crédits Cliché Yemmafouo, juin 2011
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9413/img-2.png
Fichier image/png, 567k
Légende Football et maïs se discutent l’aire de jeu pendant les vacances à Dschang (juin 2011). Agriculture de pauvreté ou agriculture sentimentale, les objectifs varient.
Crédits Cliché Yemmafouo, juin 2011
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9413/img-3.png
Fichier image/png, 458k
Légende Agriculture urbaine sur un front d’urbanisation à Bafoussam : Quand l’urbanisation est à dominante discontinue dans un contexte de précarité foncière, que peut-t-on faire d’autre que de cultiver les lots non bâtis ? (janv. 2010)
Crédits Cliché Yemmafouo, avril 2013
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9413/img-4.png
Fichier image/png, 414k
Titre Figure 2 : Hiérarchie des priorités de l’agriculture urbaine dans les villes camerounaises
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9413/img-5.png
Fichier image/png, 312k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aristide Yemmafouo, « L’agriculture urbaine camerounaise. Au-delà des procès, un modèle socioculturel à intégrer dans l’aménagement urbain », Géocarrefour, 89/1-2 | 2014, 85-93.

Référence électronique

Aristide Yemmafouo, « L’agriculture urbaine camerounaise. Au-delà des procès, un modèle socioculturel à intégrer dans l’aménagement urbain », Géocarrefour [En ligne], 89/1-2 | 2014, mis en ligne le , consulté le 23 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9413 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9413

Haut de page

Auteur

Aristide Yemmafouo

Chargé de Cours (Maître de Conférences) Département de Géographie Université de Dschang, Cameroun ayemmafouo@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org