Navigation – Plan du site
Articles

L’agriculture urbaine : un impensé des politiques publiques marocaines ?

Urban agriculture: an unthought-of element in Moroccan public policies?
Elodie Valette et Pascale Philifert
p. 75-83

Résumés

Alors même que de nombreux enjeux de développement se jouent à la périphérie des villes, le Maroc ne va pas dans le sens d'une prise en compte croissante de l'agriculture urbaine et de ses fonctions dans les politiques publiques agricoles et urbaines.

Malgré quelques prémisses d’un changement de regard porté sur cette agriculture, politiques urbaines et agricoles, construites dos à dos, laissent largement impensée la question des liens agricultures-villes, depuis la reconnaissance de la multifonctionnalité de l'agriculture urbaine et de sa contribution sociale et environnementale au développement durable, jusqu’à son éventuelle contribution à l'alimentation des villes. C’est à cet impensé des politiques publiques marocaines que cet article propose d’apporter des pistes d’interprétation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 A la suite de Soulard et Aubry (2011), nous utilisons le terme générique d’agriculture urbaine pour (...)

1La problématique de l’agriculture urbaine1 a émergé fortement dans les sphères scientifique et institutionnelle au cours des dernières années. Au Nord, les travaux portent sur les transformations et adaptations de cette agriculture dans le contexte d’une demande sociétale croissante pour tout à la fois sécurité et sûreté alimentaires ainsi que qualité environnementale (Zasada, 2011). Pour les pays du Sud, au-delà du constat de l’artificialisation des terres agricoles, le rôle de l’agriculture urbaine face aux enjeux de sécurité alimentaire, de réduction de la pauvreté et de préservation des ressources a été mis en évidence (De Zeeuw et al., 2011). Ces enjeux sont particulièrement vifs dans un contexte de forte croissance urbaine menaçant l’autonomie agricole de pays déjà fortement importateurs de denrées agro-alimentaires. L’opposition entre fonction alimentaire et économique au Sud et fonctions récréative, paysagère et environnementale au Nord s’estompe (Soulard et Aubry, 2011). Dans de nombreux pays, au Nord comme au Sud, la question des liens vertueux entre villes et agricultures s’invite dans l’action publique, pour repenser la planification urbaine, réinventer et enrichir les fonctions de l’agriculture, ou tout au moins s’interroger sur les modalités durables de leur interaction.

2Sur la rive Sud de la Méditerranée, les enjeux portent en priorité sur la préservation des terres agricoles périurbaines : la Méditerranée est la région du monde où les espaces agricoles et forestiers sont les plus rares, les plus productifs étant situés dans des plaines côtières favorables à l’urbanisation (Paillard et al., 2010). Malgré les réglementations, ces terres constituent des réserves foncières pour une urbanisation croissante (Jouve et Padilla, 2007) et la question de la pérennité de l’agriculture urbaine se pose avec acuité.

3Au Maroc, le rythme de consommation des terres est soutenu, en particulier en périphérie urbaine. Une étude commandée par le Ministère de l’agriculture marocain en 2004 estime que la superficie totale des terres agricoles consommées par l’urbanisation à l’horizon 2025 sera de près de 90 000 ha, soit un rythme moyen d’environ 4 500 ha par an (INAU, 2005). La concurrence entre urbanisation et agriculture est manifeste, et la disparition de terres à haute valeur agronomique inquiète.

4Peu de travaux portent sur la question de l’agriculture urbaine au Maroc. Abouhani (2001) l’aborde via celle de l’urbanisation des terres agricoles en périphérie urbaine de Beni Mellal tandis qu’Iraki (2004) propose quelques éléments généraux de définition et pointe justement l’absence de recherches sur la question. Les principaux travaux sont ceux issus du projet de recherche-action allemand Urban Agriculture in Casablanca (UAC) clos en 2013 et sur lequel nous reviendrons : le projet porte sur la transformation des relations villes-périphéries urbaines dans un contexte de méga-urbanisation et propose l’intégration de l’agriculture au développement urbain (Koch et al., 2013). Très ambitieux, le programme nous semble se limiter cependant à une conception de scenarii prospectifs dessinant des interactions positives entre ville et agriculture urbaine (Kasper et al., 2012) sans véritablement s’interroger sur les probabilités de réalisation de ces scenarii ni sur les conditions de leur mise à l’agenda politique.

5Notre article propose justement d’aborder plus précisément l’intégration de la question agricole dans les politiques et les outils de développement urbain au Maroc, mais également d’évaluer la considération de la dimension urbaine dans les politiques agricoles. La relation ville-agriculture est-elle reconnue et intégrée dans les politiques publiques ? Voit-on émerger une prise en compte des fonctions alimentaire, récréative, sociale, environnementale des agricultures urbaines ? Nous avançons qu’en dépit d’une préoccupation pour la préservation des terres agricoles périurbaines et de quelques initiatives témoignant d’un changement de regard sur les fonctions de l’agriculture en ville, le Maroc reste largement marqué par une séparation nette entre problématiques urbaines et problématiques agricoles, qui laisse impensée la question agri-urbaine.

  • 2 Cette recherche a été financée par le projet DAUME n° ANR-2010-STRA-007-01.
  • 3 Direction de l’aménagement du territoire, Ministère de l’habitat de l’urbanisme et de la politique (...)

6Pour l’analyse, l’article s’appuie sur deux sources d’informations. D’une part, une analyse des documents réglementaires et d’orientation dans le champ de l’urbanisme, de l’agriculture, de l’environnement et de l’aménagement du territoire a été menée, sous l’angle de la prise en compte des interactions villes-agricultures, à l’échelle nationale et locale. La ville de Meknès, ville moyenne située au cœur d’une région à forte vocation agricole, a fait l’objet de recherches approfondies2 et constitue une illustration privilégiée. Des travaux exploratoires ont été menés à Casablanca, Rabat, et Kenitra, où des expériences ont été identifiées. D’autre part, une série d’entretiens semi-directifs a été réalisée en 2012 et 2013 auprès d’acteurs de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme à l’échelle nationale3.

7Dans une première partie, l’article étudie les modalités de prise en compte de l’agriculture urbaine dans les politiques publiques. Dans une seconde partie, nous identifions les principaux facteurs expliquant la faiblesse des interactions entre villes et agriculture urbaine puis dégageons quelques pistes esquissant les contours d’une nouvelle dynamique entre les deux domaines.

Une faible prise en compte de l’agriculture urbaine dans l’action publique

L’agriculture urbaine, sous l’angle restreint de la consommation des terres agricoles

8Si la convergence des politiques et des acteurs concernés par l’agriculture et l’urbanisme est difficile, quelques éléments témoignent néanmoins d’une prise en compte de liens entre villes et agricultures dans les politiques publiques. Ils ont principalement trait à la consommation des terres agricoles, car le devenir de terres fertiles dans un contexte de retour en force de la question de la sécurité alimentaire est sujet à préoccupation. Deux études commandées par le Ministère de l’agriculture s’efforcent de quantifier la consommation de terres agricoles par l’urbanisation (CRTS, 1998 ; INAU, 2005). Une troisième étude était attendue fin 2013.

9Cette préoccupation s’ancre dans un ensemble de documents législatifs et réglementaires. Au niveau national, la loi 12/90 relative à l’urbanisme stipule la nécessité de « préservation de terres agricoles et des zones forestières lors de la détermination par le Schéma directeur d’aménagement urbain (SDAU) des zones nouvelles d’urbanisation ». Pour ce faire, les commissions locales d’élaboration des SDAU et des Plans d’aménagement, et les commissions pour l’attribution des permis de construire ou de lotir comprennent obligatoirement - en théorie - un représentant du Ministère de l’agriculture à travers un agent de la Direction provinciale de l’agriculture (DPA) ou de l’Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA). Depuis 2004, dans le cadre de la Commission régionale de certaines opérations foncières (CROF) et lors d’une cession ou location de terre agricole, la commission est tenue de « veiller à la préservation des terrains à hautes potentialités agricoles, notamment ceux situés dans les périmètres d'irrigation ». Ces commissions apparaissent comme des lieux formels de coopération « obligée » au niveau local où se croisent le monde de l’urbain et celui de l’agriculture, sans qu’il ne soit véritablement possible de connaître les compromis sur lesquels se fondent les décisions.

10Au sein des documents de planification et d’urbanisme, la question agricole est de la même façon considérée et énoncée sous l’angle de la préservation des terres. Cette indication n’est pas récente. Ainsi dès l’élaboration du SDAU de Rabat en 1970, les effets de la poussée de l’urbanisation et la pression des investissements urbains sur l’espace agricole sont soulignés (MHAT, 1972). Le processus de substitution des espaces libres par des constructions entamé à partir de 1930 est pratiquement achevé. Les espaces ouverts en médina et dans ses alentours ont été remplacés par des espaces bâtis. Les marges urbaines s'étendent et un processus de concurrence entre espaces apparaît. Dans le SDAU, ce conflit entre activité agricole et extension urbaine est illustré par une carte de « sensibilité à l’urbanisation » de l’espace périurbain. Pour limiter les changements d’usage du sol, l’idée d’une « réservation » d’espaces verts en s’appuyant sur des continuités voit le jour.

11Dans ce sens, la mise en place de « ceintures vertes » est proposée depuis les années 1990 par les SDAU de la plupart des grandes villes du Maroc (Rabat, Kenitra, Marrakech, Casablanca, Fès). Cet objectif de protection est manifeste dans le cas de la ville de Meknès, où le terme de « ceinture verte », initialement proposé lors de l’élaboration du SDAU (Cabinet Pinseau, 1992), a fait l’objet d’une controverse entre acteurs urbains et acteurs agricoles et a été finalement remplacé par le vocable de « zone d’agriculture intensive » exprimant avec moins d’ambigüité la vocation productive de la zone préservée.

12Si l’on s’attarde sur quelques documents de SDAU, les liens ville-agriculture font néanmoins l’objet d’élaborations théoriques et pratiques différentes. La quantification de la superficie de terres agricoles perdue prime souvent sur sa qualification, sans véritable regard sur la qualité agronomique des sols destinés aux ceintures vertes, la détermination des systèmes fonciers les plus vulnérables, ou celle des systèmes de production affectés préférentiellement par l’urbanisation. C’est notamment le cas à Meknès où la définition de la zone d’agriculture intensive s’appuie sur un diagnostic agricole très général. La situation foncière complexe, ainsi que la localisation des différents types de culture ne sont pas mis en avant (AUMK, MHUP, 2012).

  • 4 Le SOFA est un schéma de mise en cohérence spatiale des dynamiques fonctionnelles de Casablanca et (...)

13Cette qualification des terres agricoles périphériques, lorsqu’elle s’opère, acte justement d’un glissement de regard. La périphérie urbaine passe d’un espace agricole au sens large, à préserver en termes de superficie, à un espace polyfonctionnel au sein duquel la question agricole doit être traitée en lien avec l’ensemble des autres usages et où la préservation des terres agricoles se doit d’être ciblée. C’est le cas dans le Schéma d’organisation fonctionnelle et d’aménagement de l’aire métropolitaine centrale (SOFA) réalisé en 20054, où une présentation détaillée de l’état de l’agriculture urbaine est réalisée : l’urbanisation affecterait les terres cultivées en maraîchage plutôt que les terres céréalières, et opèrerait à 51% sur des terres relevant du domaine public de l’Etat (MATEE, DAT, 2005). Ce constat permet, dans le document, de proposer d’orienter les actions de préservation de l’agriculture vers l’activité maraîchère, reconnue comme « assez fortement rémunérée et source d’emplois ».

14Enfin, la contribution sociale et environnementale de l’agriculture au développement urbain est plus rarement observée dans nos analyses. Le rapport justificatif du SDAU de Casablanca (Min. Intérieur, AU Casablanca, 2008) insiste ainsi sur la nécessité de préserver les espaces agricoles de meilleure qualité agronomique afin de les intégrer dans « un ensemble cohérent d’espaces ouverts » au niveau régional. En outre, il valorise la multifonctionnalité de l’agriculture urbaine qui « offre par ailleurs de nombreux services indirects à la collectivité, protection des paysages et des espaces ouverts, ruptures d’urbanisation, protection contre des risques naturels ou technologiques, zones de calme.». L’importance est aussi soulignée de maintenir une agriculture de subsistance qui « permet de limiter les conséquences sociales pour une catégorie de la population, défavorisée ». Ceci ne va naturellement pas sans contradiction, le même SDAU prévoyant dans le même temps plus de 22000 ha de surfaces nouvelles à ouvrir à l’urbanisation entre 2008 et 2030, « sans compter les possibilités limitées de construction qui seront autorisées dans les espaces non ouverts à l’urbanisation (espaces ruraux, en particulier) ».

Vers un changement de représentation de l’agriculture et de ses fonctions ?

15Le projet d’aménagement de la vallée de l’oued Boufekrane de Meknès, initiée par l’Agence urbaine (AU) en 2008, est à notre connaissance le seul exemple au Maroc d’un projet urbain centré sur l’agriculture. D’une superficie de 900 ha, la vallée de l’oued Boufekrane forme une coupure naturelle au sein de l’espace urbain et marque la séparation entre la ville nouvelle et la médina. Dans sa partie intra-urbaine, elle accueille une activité agricole diversifiée (maraîchage, arboriculture, élevage), peu reconnue du fait de son faible volume de production. Pourtant les agriculteurs, souvent locataires ou métayers sur des exploitations de très petite taille pour la plupart, sont mono-actifs à plus de 70% et les revenus dégagés, globalement faibles, sont suffisants voire confortables pour environ 30% des familles (Grégoire, 2012). Au-delà de la fonction agricole, la vallée accueille des activités industrielles et résidentielles, sur ses marges. Sa vulnérabilité est réelle : sa situation l’expose à la pression urbaine et à des usages potentiellement polluants et dégradants (rejets de déchets industriels ou risques d’inondations du fait de la multiplication d’habitations légales ou illégales).

16A Meknès, la prise de conscience par l’AU du rôle potentiel de cet espace résiduel au sein de l’espace urbain a mené en 2008 à une réflexion sur l’aménagement possible de la vallée (AU Meknès, 2008). Ce projet s’inscrit dans le droit fil des modèles de la trame verte qui valorisent les continuités écologiques. Il s’inspire par ailleurs des modèles de parcs incluant l’agriculture proches de l’open-space anglo-saxon. L’agriculture y est reconnue et valorisée dans sa multifonctionnalité. Sa fonction de conservation d’espaces de respiration intra-urbains est mise en avant, tandis que la fonction de production alimentaire est présentée comme contribuant à l’identité d’un territoire historiquement reconnu pour sa vocation agricole. Enfin et surtout, il s’agit de mettre en valeur un espace non-constructible : le parc proposé s’inscrit avant tout comme une valorisation d’un espace de rebut, cultivé de longue date, dans la majorité des cas à l’aide d’eaux usées - avec les problèmes sanitaires que l’on peut supposer.

17Si les acteurs de la gestion urbaine ont à cœur de valoriser cette agriculture, en insistant sur sa fonction alimentaire de proximité, les acteurs de l'agriculture (DPA, Chambre d’agriculture) ne souhaitent pas la prendre en compte. Les agriculteurs sont tenus comme non redevables d'appui technique ou organisationnel : la trop petite taille des exploitations, le non-respect des normes sanitaires, le faible volume des productions, l’irrigation illégale ne plaident pas en leur faveur auprès d’instances agricoles tournées préférentiellement vers l’appui à une agriculture dite professionnelle.

18Enfin, et surtout, ce parc n’est pour l’instant pas en phase opérationnelle et ne semble pas en voie de l’être. Les actions proposées (ouverture au public, circuits courts, gestion raisonnée des intrants) restent dans le domaine de l’intention, sans préconisations quant à leur faisabilité. Pour exemple, dans l’amélioration des systèmes techniques souhaitée, rien n’est précisé quant aux moyens mobilisables pour y parvenir. Le problème le plus criant est bien celui de l’utilisation des eaux usées, polluées en amont par les usages urbains et industriels, qui nécessiteraient de lourdes interventions telles que la canalisation et le traitement des eaux des villes de Meknès et de Boufekrane en amont.

19Du projet à sa réalisation, le chemin est encore long. Néanmoins, l’existence d’un tel projet témoigne d’une prise de conscience réelle de l’enjeu de l’intégration de l’activité agricole au projet urbain. En particulier, la mobilisation des acteurs autour du projet dans sa phase initiale nous semble témoigner d’un déplacement des lignes de force concernant l’agriculture intra-urbaine.

20Hors du champ strict des politiques publiques, quelques initiatives, encore peu nombreuses, témoignent également d'un progressif changement de regard porté sur l'agriculture urbaine au Maroc. Quelques projets associatifs sont à relever, tels ceux de type AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) mis en œuvre à Rabat et Casablanca, en cours de réflexion à Meknès, suite à l’émergence d’une demande sociétale de la part des classes moyennes et supérieures pour des produits frais issus d’une agriculture bio et locale.

  • 5 Institut national d'aménagement et d'urbanisme, Université Hassan II Ain Chock, Direction régionale (...)

21Le projet de recherche-développement UAC renvoie quant à lui explicitement à la notion d’agriculture urbaine. Financé par la recherche allemande, le projet (2008-2013) avait pour objectif « d’analyser et d’examiner la pertinence de la contribution de l’agriculture urbaine au développement urbain durable ». Associant onze partenaires marocains5, le projet a proposé, au-delà d’une analyse spatiale des modes d’usage du sol établie à l’échelle du Grand Casablanca, quatre projets-pilote visant à mettre en œuvre des situations concrètes d'interaction de l’agriculture urbaine avec la ville dans le domaine de l'éducation (ferme solidaire), l’environnement (recyclage des eaux industrielles), l’alimentation (AMAP) et le tourisme (valorisation d'une vallée par l'activité agricole). Très médiatisé à l'échelle nationale et internationale et en dépit des réserves émises plus haut, le projet contribue indéniablement à la diffusion de la question de l'agriculture urbaine au Maroc. Les institutions internationales, à la recherche de « bonnes pratiques », en ont fait l'un des étendards de l'agriculture en ville : le RUAF (Resource Centres on Urban Agriculture & Food Security) a ainsi ouvert récemment un bureau à Rabat, autre signe d'un changement de regard.

Des politiques publiques marquées par des logiques sectorielles laissant en creux la question de l’agriculture urbaine

22En dépit de ces éléments montrant quelques interactions entre questions agricoles et urbaines, principalement autour du problème public de la consommation des terres agricoles, la question de l’agriculture urbaine, fondamentalement transversale, peine à s’insérer au sein des problèmes publics traités comme prioritaires par les politiques urbaines et agricoles. Malgré une décentralisation engagée de longue date, le pouvoir central garde la mainmise sur l'élaboration des politiques publiques, ce qui tend à renforcer la sectorisation des problèmes, confinés dans des ministères peu enclins à risquer une remise en cause de leurs prérogatives par la mise en débat de questions transversales. Ainsi, le pouvoir des échelons régionaux et locaux « se résume souvent à une subsidiarité de principe à l’égard des politiques nationales encore définies sur un mode sectoriel » (Planel, 2009). En matière d’urbanisme et de planification urbaine, les instances locales tels que les Conseils municipaux disposent de compétences étendues en apparence mais de ressources financières faibles, ainsi que d’un contrôle administratif astreignant (Iraki, 2010). Elles demeurent sous la coupe des Walis, préfets de région. En outre, à la faveur de la déconcentration, le jeu d’acteurs s’est complexifié avec la multiplication des AU et des IRHU mobilisées dans la production des documents d’urbanisme. Ainsi, dans un contexte où la gestion prime sur les stratégies urbaines à promouvoir et où les pratiques professionnelles des urbanistes tendent à la reproduction d’un univers normatif (Philifert, 2011), l’ouverture à des thématiques jusqu’alors peu prises en compte par les documents de planification est accessoire. Dans le domaine agricole, les DRA et DPA sont chargées d’appliquer une politique agricole nationale et restent cantonnées à un rôle d’administration. Ainsi la gestion intégrée de problèmes à l’échelle locale, comme ceux de la consommation des terres agricoles, ou de la sécurisation des formes d’approvisionnement alimentaire des villes, se heurte à des principes d’action définis à des échelles bien plus larges, ne favorisant pas une approche transversale de l’action publique.

23Cette posture n’est pas récente. Depuis les années 1960, la politique nationale marocaine n’a cessé d’osciller entre soutien au monde rural et agricole et appui aux villes. Le Maroc est un pays traditionnellement présenté comme un pays rural et plus spécifiquement agricole. De fait, 33% de l’emploi est agricole en 2006 selon Faostat, pour une contribution moyenne de 14 % au PIB total. 41% de la population vit encore dans les campagnes à la même date. Néanmoins, le Maroc est aussi aujourd’hui un pays marqué par une urbanisation croissante, comme nombre de pays du Sud. Le rythme de croissance urbaine au Maroc, très élevé entre 1960 et 1971 (5,5%/an), a connu un infléchissement pour la période 1982/1994 (3,6%/an), qui s’est accentué entre 1994 et 2004 (2,1%). La population urbaine est quant à elle estimée à 60% en 2009, contre 8% au début du 20e s. (HCP, 2005).

24Après l’indépendance, de 1960 à 1972, priorité est donnée au développement et en particulier à celui des campagnes en vue de freiner l’exode rural : programme d’habitat rural et d’équipements, Schéma d’aménagement régional. Le projet de loi-cadre rédigé en 1970 qui devait articuler aménagement urbain et rural restera lettre morte. Puis, à partir de 1972-1973 jusqu’à nos jours, on assiste à un renversement d’orientation : la priorité est donnée aux villes et à la réduction de l’habitat « sous intégré » avec la volonté d’inscrire l’urbanisme dans une politique volontaire d’aménagement du territoire rompant avec la planification sectorielle et créant un cadre d’ensemble des instruments de planification urbaine et rurale. Durant toute cette période, la politique agricole reste l’une des priorités nationales. Elle se construit néanmoins en dissociation des politiques de développement et d’aménagement rural.

25Le regard porté sur les périphéries urbaines et l’agriculture qui s’y développe, dans ce contexte, est médiatisé par une conception sectorielle des enjeux qui s’y jouent. Du côté agricole, la participation aux dynamiques de la mondialisation par le développement d’une agriculture d’exportation et la recherche prioritaire de productivité fondent l’action publique depuis une dizaine d’années, sans regard sur les enjeux territoriaux de l’agriculture, et en particulier d’une agriculture urbaine multifonctionnelle. Du côté des politiques urbaines, la compétitivité des territoires métropolisés et la production de logements pour résoudre la crise urbaine sont les référentiels affirmés depuis plus de 10 ans, reléguant les terres agricoles au statut de réserve foncière.

La politique agricole : pour une mono-fonctionnalité de l’agriculture ?

26Le développement de l’agriculture constitue de longue date l’un des piliers des politiques publiques marocaines. Le plan Maroc Vert (PMV) lancé en 2008 à la suite de la Stratégie 2020 de développement rural (MADRPM, 1999) et de la Prospective Maroc 2030 (Haut Commissariat au Plan, 2006), témoigne de cette volonté maintenue de soutenir et de dynamiser le secteur agricole.

27A l’image des agricultures des pays d’Afrique du Nord, l’agriculture marocaine subit de fortes contraintes foncières et hydriques qui tendent à concentrer l’agriculture intensive dans les régions littorales et les plaines, alors que le reste du territoire, aux conditions climatiques plus sèches et au relief moins propice, est voué au pastoralisme (Blanc, 2009). Les problèmes perdurent malgré les politiques agricoles successives engagées depuis l’indépendance : forte dépendance aux importations de produits de base et surtout de céréales, morcellement croissant des exploitations, accentuant la dualité entre petites agricultures de survie et agricultures compétitives tournées vers les marchés internationaux (Akesbi, 2012).

28La nouvelle stratégie agricole développée depuis 2004 repose sur une vision duale de l’agriculture marocaine. Dans le PMV, le premier pilier vise à développer une agriculture moderne, compétitive, à haute valeur ajoutée, grâce à des investissements importants (75 milliards de Dirham), organisés autour de projets de partenariat entre agriculteurs et acteurs privés agro-industriels ou organisations professionnelles. Le deuxième pilier (20 milliards de Dirham) s’adresse aux exploitants les plus fragiles et relève plus largement du développement rural. Il propose une stratégie de lutte contre la pauvreté, visant à augmenter le revenu agricole des agriculteurs les plus démunis, dans une perspective solidaire. Enfin, un socle commun regroupe des actions stratégiques transversales (52 milliards de Dirham), nécessaires à l’amélioration de l’accès au foncier, à l’eau, aux marchés (MAPM, 2008).

29Mentionnée à la marge de l’exercice de prospective Maroc 2030 pour évoquer l’artificialisation des terres périurbaines, l’agriculture urbaine est quasiment absente de ces documents de politique agricole. Cette absence nous semble tenir à deux éléments.

30Le premier tient à la conception de l’agriculture défendue par ces politiques marocaines. La stratégie de développement agricole proposée s’appuie sur une conception particulière de l’agriculture et de son rôle dans le développement économique : le PMV opère en effet un déplacement des problématiques, de l’autosuffisance alimentaire, chère aux années 1960-1970, vers la maîtrise du risque d’insécurité alimentaire, particulièrement vif suite aux crises de 2007 et 2008 (Hervieu et al., 2006). La stratégie adoptée implique la valorisation d’une agriculture compétitive, mécanisée, exportatrice : il ne s’agit pas tant de produire au Maroc pour les Marocains que de s’assurer de la capacité du Maroc à produire et exporter des denrées à haute valeur ajoutée fortement demandées sur le marché international. Dans ce contexte, la contribution à la sécurité alimentaire des formes d’agriculture de subsistance, souvent conduites par des pluriactifs dans les interstices du tissu urbain, est perçue comme insuffisante. La production d’aménités sociales, environnementales par l’agriculture urbaine est, quant à elle, totalement ignorée.

31Le deuxième élément reflète selon nous à une insuffisante prise en compte des interrelations de l’agriculture avec son environnement, en particulier urbain. Certes, le PMV établit des distinctions entre, notamment, agriculture de plaine et agriculture de montagne, agriculture irriguée et non irriguée et propose par là une territorialisation du soutien à l’agriculture selon les zones : plaines, littoraux, zones de pastoralisme, de sécheresse, périmètres irrigués. Néanmoins, l’activité agricole n’est pas pensée, à l’exception de la ressource en eau, en termes de concurrence d’usages ou de ressources. Les documents de politique publique et les discours des instances agricoles s’en tiennent à une conception de l’agriculture comme activité semblable à l’ensemble des activités économiques et commerciales, sans se saisir de sa spécificité principale : le foncier comme moyen de production. La concurrence évidente entre activités urbaines et agricoles dans les plaines ne constitue pas un axe de réflexion pour orienter les politiques agricoles, pas plus que la relocalisation des filières d’approvisionnement des villes en produits alimentaires. La question agricole se traite en dehors des autres secteurs qui l’affectent, ignorant la question urbaine et, paradoxalement, une partie de la question environnementale. Ainsi, l’agriculture urbaine ne parvient pas à se constituer en problème public, susceptible d’interroger le phénomène urbain et ses déclinaisons.

Extension urbaine et agriculture : l’échange inégal

32De fait, les relations entre ville et agricultures urbaines sont marquées du sceau de l’échange inégal : destruction des espaces agricoles légalement ou non, considérés comme des réserves foncières, faiblesse de la législation et déficience des instruments de planification urbaine et rurale face à l’extension urbaine, fluctuation des périmètres urbains, etc. La disparition et la désorganisation des espaces agricoles par les dynamiques urbaines, les conflits que ces phénomènes engendrent et les potentialités que pourraient représenter ces espaces pour la ville, apparaissent bien aujourd’hui comme l’angle mort des politiques urbaines.

33Depuis la fin des années 1990, l’accent est mis sur l’accroissement du rythme de production de logements sociaux (Le Tellier, 2010), question récurrente depuis le début des années 1970. Pour ce faire, le ministère mobilise les AU pour homologuer cette production tant privée que publique et encadrer l’extension urbaine, même si la planification a montré par le passé son impuissance à freiner les constructions, notamment non réglementaires. De plus, l’habitat social est réaffirmé comme priorité nationale, avec un objectif de construction de 100 000 logements par an et d’éradication des bidonvilles (Programme villes sans bidonvilles).

34Dans la pratique, la construction de logements réglementaires ou illégaux, le relogement des bidonvillois, les programmes destinés à l’activité économique font l’ordinaire de la croissance urbaine et réduisent inexorablement les surfaces agricoles. Les besoins en terrains constructibles sont élevés et les commissions chargées de délivrer les permis de construire statuent souvent en faveur du changement d’usage du sol agricole.

35Par ailleurs, le différentiel de prix entre foncier à bâtir et agricole produit une forte spéculation, à laquelle nombre d’élus ou techniciens impliqués dans les décisions d’urbanisme, sont associés (Navez-Bouchanine, 2003). En intégrant les conseils municipaux ou en y développant de solides appuis, notables locaux et grands propriétaires fonciers renforcent leur capacité d’agir et défendent leurs intérêts personnels. Ils peuvent ainsi, à la faveur de plans d’aménagement, intervenir sur la révision et l’extension du périmètre urbain, la définition des zones non constructibles, les autorisations de lotir, la procédure de régularisation des constructions clandestines dont ils ont favorisé l’éclosion ou l’équipement a posteriori de leurs terrains.

  • 6 Les terres habous relèvent d’un acte juridique par lequel une personne met son bien à la dispositio (...)

36Un autre élément déterminant pour analyser l’urbanisation des terres agricoles périurbaines est bien évidemment la maîtrise difficile du foncier eu égard à la diversité des statuts juridiques. Certains statuts qui permettaient de freiner l’urbanisation participent aujourd’hui aux dynamiques de spéculation. Au-delà de la mobilisation traditionnelle des terrains de l’État, on constate que tant pour les terres collectives tribales, dont certains membres des collectivités cèdent leurs parts aux opérateurs, que pour les terres habous6, aucun statut ne semble pouvoir résister à l’urbanisation des terres agricoles et à la promotion immobilière périphérique.

  • 7 Les plus avancées sont la ville nouvelle de Tamansourt - 1200 ha- proche de Marrakech et celle de T (...)
  • 8 Le Plan Azur lancé en 2002 mise sur le tourisme comme secteur prioritaire de développement et prévo (...)

37En outre, si l’habitat non réglementaire est un élément actif dans la destruction de terres agricoles, la responsabilité de l’Etat est aussi fortement engagée. L’Etat soutient ainsi le lancement de 15 villes nouvelles projetées sur des sites éloignés des tissus urbains existants7 et initie de grands projets qui empiètent sur une agriculture péri-urbaine déjà fragilisée (pour exemple le projet de la vallée du Bou Regreg, entre Rabat et Salé, portant sur 6 000 ha). En outre, l’amplification des dérogations au profit des projets à vocation économique et touristique a les faveurs des autorités politiques (François et al., 2013). Pour répondre aux logiques de développement promues au niveau national8, les grands complexes touristiques et immobiliers se multiplient et l’urbanisation du littoral progresse rapidement. Cette mise en œuvre de « grands chantiers » doit renforcer les capacités attractives du pays et répondre au doublement de la population dans les 25 prochaines années. Enfin, les projections en termes de consommation d’espaces urbanisables dans les futurs SDAU tout comme le non-respect des zonages des schémas directeurs et des plans d’aménagement concourent à amplifier le phénomène.

38Il n’en demeure pas moins que sur le plan des discours et de leur transposition dans certains documents (Schéma national d’aménagement du territoire - MATEE, 2003 -, Plan d’action national pour l’environnement - MATUH, 2002 - notamment) la référence au développement durable se développe et apparaît comme une ligne possible de mise en transversalité des politiques publiques.

La question environnementale comme voie d’intégration ?

39La question de l’articulation des villes avec leur environnement émerge dans les politiques publiques au début des années 1990 à la faveur de la signature de conventions et traités dans le sillage de la conférence de Rio 1992. Orientés par le référentiel du développement urbain durable (Philifert, 2011), les documents, principalement d’orientation stratégique, accordent de l’intérêt à la question de la nature en ville, sans toutefois y changer radicalement le traitement de la question agricole.

40Dans le rapport sur l’Etat de l’Environnement au Maroc (MATEE, 2001), la question de la consommation des terres agricoles est classiquement présentée comme la conséquence d’une urbanisation non maîtrisée et d’une planification qui octroie trop de terres aux périmètres urbains. Néanmoins, les termes de référence pour l’élaboration des plans verts urbains, documents stratégiques et non opposables au tiers, qui définissent la politique à mener en matière d’aménagement des espaces verts, adoptent une conception monofonctionnelle des espaces verts qui exclut de fait l’agriculture d’une possible contribution au système urbain. Dans le guide produit à destination des acteurs de la gestion urbaine (MHUP, 2008), les espaces qualifiés de « verts » sont listés : parcs, jardins (publics et privés), squares, arbres d’alignement, agencés de sorte à accroître le ratio d’espaces verts par habitants. La problématique de la création de nouveaux espaces verts pose la question des terres disponibles et des opportunités foncières en intra ou périurbain : les espaces inondables, en désindustrialisation, sont mentionnés, mais ici encore l’agriculture n’est pas évoquée.

41Il semble même que l’agriculture soit perçue en opposition à une fonction environnementale. Dans la mise en place des Agendas 21 locaux au Maroc à partir de 1996, et en particulier dans les profils environnementaux (Salé, Rabat, Agadir, Meknès), première phase de la deuxième vague lancée en 2003, la question agricole apparaît pour déplorer la consommation des terres agricoles, certes, mais aussi pour la mettre en regard de la question environnementale. Dans le profil de Meknès (MATEE, 2004), si le rôle économique et social de l’agriculture urbaine est reconnu, c’est pour mieux en souligner les nuisances environnementales et sanitaires, notamment dans l’usage des eaux usées servant à l’irrigation. Il est ainsi souhaité que soient préservés les espaces agricoles en tant qu’espaces de récréation, « même s’ils ne doivent pas garder une fonction agro-alimentaire ».

Conclusion

42Au-delà de la volonté de préservation de terres productives, la valorisation de l’agriculture pour ses fonctions alimentaire, sociale ou récréative est largement absente des politiques publiques marocaines. Celles-ci reflètent les antagonismes traditionnels entre ville et agriculture et une forte sectorisation de l’action publique : l’agriculture est pensée hors du système urbain et inversement, en dépit de situations manifestes de concurrence pour l’usage du sol ayant un impact sur l’un et l’autre secteur et pouvant préfigurer leurs évolutions futures. Elles témoignent également de la résistance de schémas culturels qui renvoient dos à dos villes et campagnes, laissant impensé le changement à l’œuvre à la périphérie des villes au Maroc.

43Les politiques environnementales, fondées sur une approche transversale des problèmes, abordent la question des espaces non bâtis mais s’en tiennent à des énoncés très marqués par la dimension environnementale : leur référence au développement durable n'intègre pas encore l'agriculture et ses fonctions. Néanmoins, la diffusion indéniable des problématiques environnementales puis du développement durable au Maroc pourrait être l’un des déclencheurs d’une prise en compte des liens ville-agriculture dans les politiques publiques. Dans sa déclinaison urbaine, l'une des idées fortes est bien de promouvoir la complémentarité entre ville et nature et d’en dépasser l’apparente opposition comme les documents de planification étudiés dans quelques villes en attestent. La nature dans la ville est en effet l’un des arguments clés qui donne légitimité au maintien et au développement d’une agriculture urbaine aujourd’hui (Banzo, 2009). On pose l’hypothèse que la diffusion des thématiques autour du renouvellement des liens villes-agricultures, qui font florès dans le monde occidental, aura des répercussions sur les énoncés, sinon sur l’action publique marocaine. Les prémisses d’un changement, identifiés en première partie de cet article, nous invitent à prolonger dans les années à venir la recherche ici initiée.

Haut de page

Bibliographie

ABOUHANI A., 2001, Le conflit entre agriculture et urbanisation dans le périmètre irrigué de Tadla, Options Méditerranéennes Série, vol. Séminaires Méditerranéens, n°44, p. 161-170.

AGENCE URBAINE DE MEKNES, MINISTERE DE L’HABITAT DE L’URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE, 2012, Etude du SDAU du Grand Meknes et Plan d’Aménagement de l’Agglomération de Meknès. Phase 1 : Diagnostic et orientations.

AGENCE URBAINE DE MEKNES, ECOLE NATIONALE D’ARCHITECTURE DE RABAT, 2008, Elaboration du plan paysager de la vallée de l’oued Boufekrane, Meknès, Etude de mise en valeur, 47 p.

AKESBI N., 2012, Une nouvelle stratégie pour l’agriculture marocaine : Le « Plan Maroc Vert », New Medit, vol. 11, n°2, p. 12-23.

BANZO M., 2009, L’espace ouvert pour une nouvelle urbanité, Université Michel de Montaigne - Bordeaux III, < http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00618968 >

BLANC P., 2009, Enseignements et défis pour le futur agricole au Maghreb et en Egypte, Options Méditerranéennes, n°64, p. 175-192.

CABINET PINSEAU, 1992, SDAU de Meknès. Analyses-Diagnostic, Meknès.

CRTS, 1998, Evaluation de l’impact de l’urbanisation sur les terres agricoles, Rapport final,

FRANÇOIS M., VALETTE E., EL HASSANE, DEBOLINI M., 2013, Urbanisation des terres agricoles à la périphérie de Meknès : ressorts, dynamiques et impact sur la durabilité des exploitations périurbaines, Maghreb-Machrek, vol 1, n°215, p. 123‑140.

GRÉGOIRE M., 2012, Les exploitations du bassin versant de l’Oued Boufekrane à Meknès (Maroc)  : situation agro-économique, valorisation des eaux usées et relations avec la ville, Dijon, Mémoire d’Ingénieur AgroSup Dijon.

HAUT COMMISSARIAT AU PLAN, 2006, Prospective Maroc 2013. Agriculture 2030. Quels avenirs pour le Maroc ?, 103 p.

HERVIEU B., CAPONE R., ABIS S., 2006, Mutations et défis pour l’agriculture au Maghreb, Les notes d’analyse du CIHEAM, n°16, 22 p.

INAU, 2005, Evaluation de l’utilisation des terres agricoles à des fins non agricoles, Ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes,

IRAKI A., 2010, Réformes institutionnelles, refonte des territoires et rapports de pouvoirs dans la ville, Les Cahiers d’EMAM, n°19, p. 79-91.

JOUVE A.-M., PADILLA M., 2007, Les agricultures périurbaines méditerranéennes à l’épreuve de la multifonctionnalité : comment fournir aux villes une nourriture et des paysages de qualité ?, Cahiers d’Agriculture, 1 juillet, vol. 16, n°4, p. 311-317.

KASPER C., GISEKE U., MARTIN HAN S., 2012, Designing multifunctional spatial systems through urban agriculture: the Casablanca case study, in Sustainable food planning. Evolving theory and practice, Wageningen Academic Publishers, p495‑506.

KOCH A., KRAFT U. G., KASPER C., SPARS G., MIEG H. A., 2013, Urban transdisciplinarity in a national program for applied megacity research, in Institutional and Social Innovation for Sustainable Urban Development, Routledge, p. 335‑355.

MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DU DEVELOPPEMENT RURAL ET DES PECHES MARITIMES, 1999, Stratégie 2020 de développement rural, Conseil Général du Développement Rural, Rabat.

MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME, 2008, Plan Maroc Vert: Premières perspectives sur la stratégie agricole, présentation du Ministre de l’Agriculture et des Pêches Maritimes, Salon International de l’Agriculture de Meknès, 22 Avril 2008 (18 diapositives).

MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT, 2004, Profil environnemental de Meknès, Agenda 21, 94 p.

MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DE L’URBANISME ET DE L’HABITAT, Capacité 21, 2002, Plan d’action national pour l’environnement.

MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT, 2003, Le Schéma National d’Aménagement du Territoire, synthèse, Rabat, Ed OKAD.

MINISTERE DE L’HABITAT DE L’URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE, 2008, Guide d’élaboration des plans verts urbains au Maroc, 91 p.

MINISTERE DE L'HABITAT ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, 1972, Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de l’agglomération de Rabat-Salé : Analyse préliminaire.

MINISTERE DE L’INTERIEUR, AGENCE URBAINE DE CASABLANCA, 2008, Schéma directeur du Grand Casablanca, rapport justificatif.

NAVEZ-BOUCHANINE F., 2003, Les chemins tortueux de l’expérience démocratique marocaine, Espaces et Sociétés, n°112, p. 59-83.

OBSERVATOIRE NATIONAL DE L’ENVIRONNEMENT AU MAROC, 2001, Rapport sur l’état de l’environnement du Maroc, Rabat.

PAILLARD S., TREYER S., DORIN B., 2010, Agrimonde : Scénarios et défis pour nourrir le monde en 2050, Paris, Quae, 296 p.

PHILIFERT P., 2011, La construction d’une politique de développement urbain durable au Maroc : principes, traductions et contradictions, in BARTHEL P.-A., Ville Durable Au Sud Méditerranée, p. 97-121.

PHILIFERT P., 2010, Maroc : des études urbaines saisies par le changement ?, Géocarrefour, Vol. 85/4, p. 323-331.

PLANEL S., 2009, Transformations de l’Etat et politiques territoriales dans le Maroc contemporain, Espace Politique. Rev. En Ligne Géographie Polit. Géopolitique, 30 juin 2009, n°7, http://dx.doi.org/10.4000/espacepolitique.1234

SOULARD C. T., AUBRY C., 2011, Cultiver les milieux habités : quelle agronomie en zone urbaine?, Agronomie, Environnement et Sociétés, 1(2), p. 89-101.

LE TELLIER J., 2010, Regards croisés sur les politiques d’habitat social au Maghreb : Algérie, Maroc, Tunisie, Lien Social et Politiques, n°63, p. 55-65. http://dx.doi.org/10.7202/044149ar >

ZASADA I., 2011, Multifunctional peri-urban agriculture—A review of societal demands and the provision of goods and services by farming, Land Use Policy, octobre, vol. 28, n°4, p. 639‑648. < http://dx.doi.org/10.1016/j.landusepol.2011.01.008

DE ZEEUW H., VAN VEENHUIZEN R., DUBBELING M., 2011, The role of urban agriculture in building resilient cities in developing countries, J. Agric. Sci., 2011, vol. 149, n°S1, p. 153‑163. http://dx.doi.org/10.1017/S0021859610001279

Haut de page

Notes

1 A la suite de Soulard et Aubry (2011), nous utilisons le terme générique d’agriculture urbaine pour désigner les « formes d’agricultures coproduites par les villes, que celles-ci se situent à l’intérieur de la cité ou en périphérie urbaine ». Ce choix d’un terme unique pour qualifier tout à la fois agriculture intra- et péri-urbaine n’empêche aucunement la reconnaissance de la diversité des agricultures présentes dans et autour des villes, mais opte pour un regard différenciant la nature des interactions entre la ville et son agriculture selon des critères pas seulement géographiques, mais également économiques, politiques et sociaux.

2 Cette recherche a été financée par le projet DAUME n° ANR-2010-STRA-007-01.

3 Direction de l’aménagement du territoire, Ministère de l’habitat de l’urbanisme et de la politique de la ville, Agences urbaines de Rabat, Meknès et Kenitra-Sidi Kacem ; Inspection régionale de l’habitat et de l’urbanisme (IRHU) de Meknès-Tafilalet, Divisions urbanisme et environnement de la Wilaya de Meknès ; Directions provinciale et régionale de l’agriculture de Meknès.

4 Le SOFA est un schéma de mise en cohérence spatiale des dynamiques fonctionnelles de Casablanca et de Rabat, initié dans le cadre du Schéma national d’aménagement du territoire (2001) selon une approche stratégique de développement centré sur les dynamiques économiques.

5 Institut national d'aménagement et d'urbanisme, Université Hassan II Ain Chock, Direction régionale de l'agriculture de Casablanca (DRA), AU de Casablanca, IRHU, Association pour le développement durable du Grand Casablanca.

6 Les terres habous relèvent d’un acte juridique par lequel une personne met son bien à la disposition d’une œuvre caritative ou sociale à perpétuité. On distingue les habous publics, gérés par des nadirs relevant du ministère des habous et des affaires islamiques, et les habous privés. Les habous sont imprescriptibles, insaisissables et inaliénables, sauf expropriation pour cause d’utilité publique.

7 Les plus avancées sont la ville nouvelle de Tamansourt - 1200 ha- proche de Marrakech et celle de Tamesna -860 ha- près de Rabat.

8 Le Plan Azur lancé en 2002 mise sur le tourisme comme secteur prioritaire de développement et prévoit la création de 6 stations balnéaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elodie Valette et Pascale Philifert, « L’agriculture urbaine : un impensé des politiques publiques marocaines ? », Géocarrefour, 89/1-2 | 2014, 75-83.

Référence électronique

Elodie Valette et Pascale Philifert, « L’agriculture urbaine : un impensé des politiques publiques marocaines ? », Géocarrefour [En ligne], 89/1-2 | 2014, mis en ligne le , consulté le 24 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9411 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9411

Haut de page

Auteurs

Elodie Valette

CIRAD, UMR TETIS, TA C-91/MTD, 34398 Montpellier Cedex 5 elodie.valette@cirad.fr

Pascale Philifert

Université Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex p.philifert@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page