Navigation – Plan du site

Lodz, ou les ressources territoriales d’une stratégie métropolitaine

Lodz, or the territorial resources of a metropolitan strategy
Lydia Coudroy de Lille et Anita Wolaniuk
p. 35-48

Résumés

L'article propose de répondre à la question de l'intégration ou plutôt de la réintégration de la deuxième ville de Pologne dans le système urbain européen, en étudiant les ressources territoriales mobilisées par les acteurs locaux depuis une quinzaine d'années. Les étapes et modalités de l'extraordinaire croissance économique et démographique de Lodz sont présentées en première partie. Puis l'article étudie les choix opérés depuis 1990 en faveur de l'insertion de Lodz dans le réseau métropolitain européen, et leurs effets. On s'intéresse enfin aux paradoxes et ambiguïtés de la mobilisation de la mémoire comme ressource territoriale.

Haut de page

Texte intégral

1Comment entrer dans le jeu métropolitain ? Depuis les années 1990, la métropolisation est omniprésente et structure le champ des recherches urbaines mais aussi de l’action politique à tous les niveaux, et par conséquent, les stratégies urbaines. Un consensus à la fois scientifique et politique s’est établi sur le fait que le salut des villes passe par leur intégration dans un champ de forces métropolitain de portée nationale, continentale, voire mondiale. Ainsi, les recherches menées par l’équipe PARIS montrent comment ce champ de forces structure un système urbain d’échelle supranationale : Des enjeux importants opposent de plus en plus vivement les grandes villes européennes. Les devenirs de ces métropoles sont de plus en plus interdépendants. Un véritable système de villes européennes est en cours de formation. La concurrence entre les villes se fonde sur des rapports de force pour l’attraction sélective des activités, de la population et des équipements (Equipe PARIS, 1993). Ce constat était suivi d’une comparaison de l’évolution des systèmes de villes d’Europe occidentale et orientale, et montrait par l’analyse des réseaux urbains d’Europe de l’est combien ceux-ci étaient faiblement métropolisés.

2Les villes de l’Est européen, en effet, présentent un profil particulier, car après une croissance chaotique sur le temps long, dans des frontières nationales souvent perturbées, elles ont connu après 1945 un développement séparé, à l’est du rideau de fer. À l’écart des grands courants d’échanges économiques, migratoires, intellectuels, touristiques et culturels internationaux, les plus grandes d’entre elles ont vu leur croissance bridée au nom d’une politique anti-métropolitaine à partir des années 1960 en général. La métropole représentait alors le spectre de l’urbanisation capitaliste, et l’exacerbation d’une forme de domination spatiale que l’on souhaitait éradiquer. Mais depuis 1990, les grandes villes d’Europe médiane ont assez brutalement découvert ou redécouvert ces courants d’échanges, à des degrés divers. Globalisation et intégration européenne constituent le cadre général de l’évolution urbaine en Europe centrale et orientale. Tout change dès lors pour ces villes : l’horizon des opportunités et des contraintes se mondialise, les fonctions économiques ne sont plus dictées par la planification économique, les décisions politiques sont soumises à l’approbation des urnes et de la Commission européenne, et les populations sont entraînées dans de nouvelles mobilités sociales et spatiales. En un mot, ces villes font leur entrée dans le système urbain européen, ou plutôt le réintègrent. Les acteurs locaux, face à ce bouleversement structurel, et dotés d’une nouvelle autonomie dans le cadre de la décentralisation politique, ont donc saisi le défi de l’intégration métropolitaine afin d’assurer les meilleures chances de développement pour leurs villes : ils se sont saisi de cet enjeu à la faveur d’un renversement de valeurs, en faveur au contraire de la métropolisation.

3Certaines agglomérations possèdent des atouts liés à leur statut politique (les capitales), leur situation (proximité géographique et bonnes connexions avec l’UE) ; d’autres souffrent de handicaps structurels liés à un tissu économique peu adapté à la nouvelle donne de la mondialisation. Pour celles-ci, l’intégration métropolitaine à marche forcée soulève des défis considérables liés au contexte politico-économique des années 1990 de la pré-intégration européenne : comment réussir une reconversion structurelle par adaptation à une nouvelle demande internationale, tout en limitant la casse socialement ? Faut-il répondre à cette demande en accueillant à tout prix les investissements étrangers, au risque de devenir un site atelier au destin menacé par les délocalisations ? Ou bien le salut passe-t-il par un saut post-industriel pour aller directement vers les fonctions tertiaires ?

4L’objet de cet article est de mesurer les modalités de l’insertion métropolitaine des villes de l’est dans le réseau métropolitain européen par l’échelle locale, à partir de l’exemple de la deuxième ville de Pologne, Lodz (774 000 hab. en 2004). Cette approche invite à questionner non pas les atouts supposés objectifs (matières premières, population, infrastructures, etc.) dont cette ville dispose, car on peut difficilement prétendre en faire une analyse objective et déconnectée des usages sociaux qui en sont faits. On étudiera donc plutôt les ressources territoriales mobilisées dans les stratégies métropolitaines. Ces ressources territoriales sont entendues ici comme un capital social (la population), morphologique (l’espace matériel de la ville), économique (les matières premières et le tissu économique existant), mais aussi culturel (les valeurs identitaires, l’histoire) accumulé sur le temps long. Ces ressources n’existent que si elles sont mobilisées par des acteurs territoriaux dotés d’intentions dirigées vers le développement du territoire (Gumuchian et al., 2003). On se basera ici sur les notions de ressources génériques et spécifiques développées par B. Pecqueur (2003 et 2004) : Les ressources génériques se définissent par le fait que leur valeur existante est indépendante de leur participation à un quelconque processus de production. Les ressources spécifiques (activées ou non) existent comme telles, mais leur valeur est fonction des conditions de leur usage […]. L’attractivité d’un territoire ainsi que sa permanence sont d’autant plus forts qu’il dispose de ressources et d’actifs spécifiques (Pecqueur, ibid.). Les acteurs politiques, économiques et sociaux locaux ont acquis une autonomie élargie depuis le changement de régime : la question de la mobilisation de ressources métropolitaines revient donc à se demander s’ils parviennent à construire une spécificité territoriale susceptible d’assurer l’insertion de leur ville dans le système urbain international, et comment.

5Mais pour bien comprendre la portée de cette entreprise, il est nécessaire de présenter le singulier parcours de cette ville-champignon de l’Europe industrielle. On pourra alors mieux comprendre la teneur des stratégies métropolitaines mises en œuvre aujourd’hui, puisqu’elles puisent largement dans la mémoire urbaine. Les résultats et les freins de cette métropolisation seront l’objet de la dernière partie de l’article.

Lódz, ville industrielle

La Terre Promise

1820-1865 : la naissance très encadrée d’une ville

  • 1  Tous les chiffres concernant l’évolution démographique jusqu’à la Première Guerre Mondiale provien (...)

6Lódz est un exemple de ville champignon née à l’ère du capitalisme aventurier de la révolution industrielle. L’or blanc qui fit entrer cette simple bourgade dans l’histoire urbaine européenne à partir du XIXe s. était fait de laine, de lin, et de coton. A environ 130 km au sud-ouest de Varsovie, entre Mazovie et Grande Pologne, sur un bas plateau (culminant à 283 m) drainé par de nombreux ruisseaux mais aux sols ingrats, Lodz disposait en fait d’un cadre favorable à l’industrie textile : les cours d’eau se distinguaient par leur pureté, les sols par les nombreuses forêts qu’ils portaient à défaut de labours. Mais l’irruption de Lodz comme véritable ville tient à une décision politique très précisément datée dans l’histoire polonaise. Peu après la création en 1815 du Royaume de Pologne, sorte d’Etat fantoche fondé dans l’empire russe après l’épopée napoléonienne, les autorités régionales mazoviennes décidèrent le 18 septembre 1820 de créer des villes industrielles (miasta fabryczne), dont Lodz, qui fut promue au rang de centre de production de draps pour les besoins notamment de l’armée tsariste. Il s’agit presque d’une création urbaine, puisqu’en 1820, Lodz rassemblait 767 habitants, répartis dans une centaine de maisons1. Mais une ville de taille considérable naquit en quelques décennies (18 000 hab en 1851), grâce à des mesures favorables à l’installation de nouveaux habitants et surtout d’entrepreneurs. Les immigrants affluèrent de toutes parts : des autres régions du Royaume, de Prusse, de Silésie, de Bohême, du reste de l’empire russe. Dès le départ, Lodz était une ville multiculturelle, avec en 1831 une population majoritairement allemande (74% de la population, industriels et ouvriers), puis secondairement polonaise (15%, ouvriers d’origine paysanne) et juive (8%, commerçants, artisans, industriels). Il faut y ajouter les Russes, peu nombreux, mais assurant les fonctions d’encadrement administratif de la ville. Le noyau villageois insignifiant (Stare Miasto sur la figure 1) fut ignoré au profit de l’aménagement de la Ville Nouvelle (Nowe Miasto) avec un plan d’inspiration classique, structuré par la nouvelle place du marché (Nowy Rynek) et une aire de jardins pour les drapiers. La configuration singulière, très allongée, de la ville est dictée par la phase de première industrialisation, avec l’aménagement de la longue rue Piotrkowska, qui s’étire de la place du marché sur 5 km vers le sud. Le parcellaire rural lanièré, perpendiculaire à cette artère, détermine un plan remarquablement régulier associant les immeubles sur la rue Piotrkowska et en arrière du bâti, les jardins tout en longueur, progressivement construits sous forme de colonies (kolonia) réservées à différents groupes d’ouvriers (Koter, 1970). Ainsi la rue Piotrkowska longeait-elle la colonie des tisserands (de lin et de coton) derrières lesquelles se trouvaient les colonies des fileurs de lin. Certaines colonies portaient le nom des immigrants qui les occupaient (Tchèques, Silésiens).

Figure 1 : L’organisation spatiale de Lodz vers 1840

Source : d’après Koter, 1970

7La machine à vapeur, adoptée en 1839, permit d’intensifier la production cotonnière et fit de Lodz une véritable ville industrielle, celle qu’Elisée Reclus décrivait en 1880 lorsqu’elle était au faîte de sa puissance : Ce n’est pas une ville ordinaire ; c’est plutôt une rue d’une dizaine de kilomètres de longueur, de chaque côté de laquelle se succèdent les maisons des ouvriers, les filatures de coton, les fabriques de draps, les teintureries et autres établissements industriels, au nombre de plusieurs centaines (Reclus, 1880, p. 409).

L’avènement de la “Terre Promise” : 1865-1914

8Lodz acquit le surnom de Terre Promise lorsqu’un certain nombre de verrous réglementaires furent levés, permettant le véritable décollage économique de la ville, générateur d’un formidable potentiel d’ascension sociale. Le premier carcan à céder fut le contrôle des migrations internes dans l’empire russe en 1864. La suppression de ce frein déclencha un puissant exode rural vers les centres industriels du Royaume. La croissance démographique fut vertigineuse (fig. 2) : de 50 000 habitants en 1872, la population passa à 100 000 dès 1883, 300 000 en 1902, et 480 000 en 1914 ! En outre, la politique commerciale de l’empire fut déterminante : l’ouverture des frontières russes aux importations du Royaume de Pologne (1851), et surtout, l’imposition de droits de douane très élevés pour les importations d’Europe occidentale (1877) faisaient de la Russie un débouché obligé des exportations industrielles du Royaume, notamment textiles. Lodz à la fin du XIXe s. contribuait donc à la moitié des exportations et au quart de la production industrielle de l’ensemble du Royaume de Pologne. Cette période marqua de façon caractéristique l’espace urbain, à travers la constitution de royaumes patronaux, gigantesques enclaves comprenant la fabrique, les immeubles ouvriers, et divers équipements (caserne de pompier, gare, école, magasins, etc.) sous la tutelle d’un même entrepreneur (photos 1 à 5). Les royaumes de Karl Scheibler, d’Izrael Poznanski, de Ludwik Geyer, dominent ainsi de façon écrasante le territoire concret, et plus encore mental de la ville. Les magnats du textile, juifs ou allemands, ont massivement investi dans la pierre, d’abord dans un style éclectique, puis au début du XXe s. selon les canons de l’art nouveau (appelé sécession en Europe centrale). Palais pour entrepreneurs, immeubles de rapport, édifices publics : cette esthétique architecturale imprègne le paysage du centre-ville et témoigne de la prospérité économique de cette époque.

Figure 2 : Croissance démographique et spatiale de Lodz, 1820-2005

Source : d'après Koter, Liszewski, Paczka (1993) complété par Wolaniuk

9La composition de la population connut un changement radical à la fin du XIXe s., car les pogroms perpétrés contres les juifs en Russie les poussèrent à émigrer en masse dans le Royaume de Pologne : ils devinrent majoritaires à Lodz (47% de la population en 1905, contre 44 % d’Allemands, et le reste de Polonais surtout). L’immigration juive explique largement l’extraordinaire croissance démographique de la fin du XIXe s. Néanmoins, pendant toute cette période, Lodz n’était pas une ville au sens plein du terme, puisqu’elle n’avait aucune fonction administrative. Durant tout le XIXe s., elle ne fut jamais capitale de région, mais au mieux de département (de powiat, en 1867), ce qui constituait une anomalie notoire pour une ville de presque 500 000 habitants en 1914. Cette absence de culture administrative, associée au manque de bâtiments publics monumentaux a durablement marqué à la fois les paysages et les mentalités locales. Elle va de pair avec un retard d’équipements tertiaires : la première banque s’installa en 1865, l’hôpital en 1846, et le premier journal local sortit de presse en 1863.

Photo 1 : La fabrique de Poznanski

Photo 1 : La fabrique de Poznanski

Photo 2 : Palais Poznanski

Photo 2 : Palais Poznanski

Photo 3 : Rue Ogrodowa, logements vus de la cour

Photo 3 : Rue Ogrodowa, logements vus de la cour

Photo 4 : Ksiezy Mlyn, le complexe de Scheibler, la caserne de pompiers

Photo 4 : Ksiezy Mlyn, le complexe de Scheibler, la caserne de pompiers

Photo 5 : Ksiezy Mlyn, les logements ouvriers

Photo 5 : Ksiezy Mlyn, les logements ouvriers

10L’assise territoriale de Lodz à ses débuts est singulière, car à la charnière entre des flux est-ouest : les flux d’immigrants ayant peuplé la ville sont venus de l’ouest (Allemands) puis de l’est (juifs), et les produits de l’industrie étaient écoulés vers l’est, vers l’empire. En outre, dans un rayon d’une cinquantaine de km autour de Lodz gravitaient des villes satellites textiles qui fonctionnaient en complémentarité avec elle. Malgré des conditions de naissance assez artificielles et largement exogènes, le fonctionnement industriel avait donc créé une assise territoriale régionale avec ces centres textiles secondaires.

Les traumatismes historiques contre le développement urbain : 1914-1945

  • 2  Environ 86 000 juifs vivaient à Lodz en 1939. Le ghetto de Litzmannstadt organisé par les nazis es (...)

11Cette phase de surchauffe fut brusquement interrompue en 1914, et pour des raisons historiques très différentes, les deux Guerres mondiales ont figé une partie des structures économiques, sociales et spatiales de la ville. La ville perdit 250 000 habitants sous l’occupation allemande pendant la 1ère Guerre mondiale, et l’industrie fut partiellement démantelée. En outre, la perte du marché russe après 1918 fut très médiocrement compensée par un rééquilibrage des échanges avec l’Europe occidentale (investissements italiens, anglais, etc.) et par une relative diversification économique (vers le marché de gros notamment). Néanmoins, Lodz gagna enfin le rang de capitale de voïvodie en 1919, reconnaissance tardive de sa position dans la hiérarchie urbaine polonaise. Du coup, des fonctions d’encadrement social de rang supérieur firent aussi leur apparition dans les années 1920 (enseignement supérieur, bibliothèque, associations professionnelles, etc.). Mais l’âge d’or était bel et bien terminé. La croissance démographique reprit pendant l’entre-deux-guerres : Lodz comptait presque 600 000 habitants en 1939, et la composition ethnique de la population reposait toujours sur les quatre identités : polonaise (les Polonais n’étant majoritaires que depuis le début du XXe s., constituaient 58% des habitants de Lodz en 1939), juive (31%), allemande (8%) et russe (à l’état résiduel depuis l’indépendance de la Pologne). Les pertes humaines de la seconde Guerre mondiale furent considérables : la ville perdit 430 000 habitants, dont les 320 000 juifs enfermés dans le ghetto2 de Litzmannstadt, liquidé en 1944. Les destructions matérielles touchèrent environ les deux tiers de l’appareil industriel.

Croissance industrielle sans développement urbain : 1945-1989

  • 3  On entend par institutions métropolitaines les banques et les assurances, les hôpitaux spécialisés (...)
  • 4  Les guides touristiques polonais ignoraient cette ville, l’historiographie privilégiait l’histoire (...)

12La vocation résolument industrielle et textile de la ville fut confirmée après la Seconde Guerre mondiale dans la Pologne socialiste, mais à un coût minimal d’investissements. A l’inverse d’autres centres industriels polonais, l’activité manufacturière demeura confinée à Lodz dans des usines édifiées au XIXe s., et l’équipement lui-même fut modernisé très lentement. La part de la ville dans la production industrielle nationale déclina notoirement par rapport à l’entre-deux-guerres, y compris dans le textile (Lodz réalisait 60% de la production textile en 1937 mais 32 % en 1960). Certes, Lodz gagna des fonctions administratives en devenant chef-lieu de voïvodie, mais ce statut ne lui conférait qu’un rôle de courroie de transmission de l’Etat. En outre, la circonscription (voïvodie) de Lodz était la plus petite du pays selon la dernière réforme socialiste des maillages territoriaux de 1975. Même si l’armature tertiaire - notamment éducative - s’enrichit sous le socialisme, le modèle de développement urbain fondé sur l’industrie (60% de population active dans l’industrie en 1970) ne corrigea pas les déséquilibres fonctionnels acquis dans la phase de croissance inaugurale. On peut toutefois noter une diversification industrielle vers le meuble, l’électromécanique, la chimie, dans des zones industrielles périphériques près desquelles on construisit des quartiers d’habitat collectif typiques des villes socialistes. Du point de vue du rayonnement métropolitain, la période d’après-guerre constitue à l’évidence une régression : en 1919, la ville abritait 253 institutions de type métropolitain, puis un maximum de 408 en 1939, pour retomber au niveau de 1919 en 1975, avec 246 (Wolaniuk, 1997)3. Ainsi, la croissance économique et démographique fut soutenue, en accord avec la conception de l’aménagement du territoire après 1945, mais sans véritable développement urbain. Le territoire lui-même se transforma, les quartiers périphériques prirent les formes d’une modernité tout en grisaille, mais le centre-ville, privé d’investissements, resta figé, pour le meilleur (un patrimoine industriel et résidentiel très cohérent est resté en place) et pour le pire (les conditions de logement et de travail des ouvriers n’ont guère progressé en un demi-siècle dans les quartiers anciens). Le patrimoine architectural érigé pendant la phase de croissance de la ville fut négligé, au nom d’un modernisme fonctionnel (qui se solda par la rénovation brutale d’une partie du centre-ville dans les années 1970). L’identité multi-culturelle de la ville avait quasiment disparu avec la Shoah et le départ des Allemands. Les purges antisémites menées en Pologne en 1968 effacèrent quasiment les dernières traces de la présence juive dans la société locale, et la diversité ethnique ne fut pas entretenue dans la mémoire collective4. Le déficit d’investissement pendant la période socialiste a entretenu dans l’opinion locale le complexe selon lequel Lodz est une ville de second rang, méprisée par le pouvoir central dans le territoire polonais. En effet, son statut de ville ouvrière était minoré par le fait qu’elle était restée orientée sur l’industrie légère, branche beaucoup moins valorisée que les mines ou la métallurgie dans le panthéon idéologique de l’ancien régime.

Lodz en quête de métropolisation

  • 5  Sous le nom également de commerce de fourmis, l’expression désigne le commerce informel exercé par (...)

13Le choc économique lié au changement de régime et à l’économie de marché s’est avéré brutal pour Lodz. La ville a tout d’abord perdu le marché soviétique vers lequel étaient exportés 60% des produits locaux. Puis l’industrie textile polonaise s’est heurtée à la concurrence asiatique qui a déferlé massivement dans les bazars via le commerce de valises5 dès 1990. Ces chocs exogènes se sont déroulés au moment où l’appareil industriel était en pleine restructuration, soumis à la difficile reprivatisation des entreprises. Dès 1995, 65% des entreprises relevaient du secteur privé, et en 2004 cette part atteint 97%. Les plus grands combinats furent scindés en plusieurs PME, certaines reconverties au passage en sociétés commerciales plutôt que productives. Mais ces restructurations sont loin d’avoir endigué le chômage, qui atteignit un maximum de 25% en 1993, et est encore à 18% en 2004. A cela s’ajoute la persistance de salaires médiocres, alors que les mineurs silésiens, tout aussi touchés par les restructurations post-socialistes, continuent de toucher des salaires parmi les plus élevés de Pologne. Tous les indicateurs sociaux montrent que Lodz est la plus pauvre des grandes villes polonaises.

14C’est dans ce contexte difficile que les nouveaux acteurs politiques ont été amenés à élaborer des stratégies de développement urbain pour enrayer le déclin économique et démographique. Quelles ressources ont-ils mobilisées afin de développer et de promouvoir le territoire urbain et de le faire entrer dans la course métropolitaine ?

Vers une reconversion économique

15Plusieurs plans stratégiques ont été mis en chantier dans les années 1990. Dans une première étape, qui va de 1990 à 1995 environ, la ville élabore une stratégie économique qui continue de s’appuyer sur le potentiel industriel textile, en l’adaptant au nouveau contexte économique. Le premier plan stratégique de développement de la période post-socialiste (1992) pose comme objectifs prioritaires le rééquilibrage économique en faveur des services, et la diversification industrielle, sans toutefois se couper des bases manufacturières existantes, que l’on se propose de renforcer (Kaczmarek, 1997). Les arguments présentés comme valorisants pour la ville sont d’ordre fonctionnel : bonne situation géographique dans le territoire polonais, bases industrielles, main-d’œuvre, etc. Le deuxième plan stratégique date de 1994, mais il fut vertement critiqué pour sa vacuité et un nouveau plan fut présenté en 1995, intitulé De nouveau la Terre Promise. Ce dernier mise encore sur la mode et le textile tout en mettant l’accent sur la revalorisation de l’image de Lodz (Urzad Miasta Lodzi, 1995).

  • 6  Il existe 14 zones économiques spéciales en Pologne. Voir Bost, 2006 et le site de la zone de Lodz (...)

16Après 1995, les stratégies de développement local privilégient la diversification économique afin d’élever le niveau de vie : les salaires dans le textile sont sensiblement plus faibles que dans les autres branches industrielles et maintiennent la population dans un état de pauvreté relative par rapport aux autres villes polonaises (en 1994, les salaires à Lodz étaient de 30% plus faibles que dans la capitale ou qu’à Katowice, autre grande ville ouvrière). En outre, les faillites à répétition dans le secteur textile entretenaient un chômage nettement au-dessus de la moyenne nationale (18% à Lodz en 1995 contre 15 en Pologne). L’ampleur de la modernisation nécessaire à la survie de cette activité sur les marchés internationaux semblait rédhibitoire. C’est pourquoi on a choisi d’ouvrir radicalement l’horizon des activités à Lodz vers des secteurs à plus forte valeur ajoutée et moins sensibles à la conjoncture. La zone économique spéciale ouverte à Lodz en 1997 avec un financement de l’Etat (75%) et de la ville (25%) entend soutenir cette politique de reconversion économique, en favorisant l’implantation de nouvelles technologies, dans des industries diversifiées ainsi que dans les services, au moyen de dérogations fiscales6. Le plan de développement de la zone va jusqu’à interdire l’installation de firmes textiles. Le dernier plan stratégique de développement urbain de 2005 confirme l’abandon du secteur textile, partant du constat que la concurrence chinoise achèvera de laminer cette activité. La mairie estime les pertes d’emplois dans le textile à 15 000 d’ici 2010 (Urzad Miasta, 2005). La ville a donc choisi de monter un cluster prenant appui sur trois spécialisations économiques : le business process offshoring, la logistique, l’électroménager. Le choix de la sous-traitance financière repose sur le pari d’une externalisation de cette activité délocalisée de l’ouest vers l’est européen ; l’électro-ménager est déjà bien implanté à Lodz (40% de la production nationale en 2004, avec des firmes comme ABB, Indesit, Philips et en 2005 Gillette), et la synergie sera renforcée dans ce domaine avec les centres de recherche et d’enseignement locaux. Enfin le choix de la logistique s’appuie sur le schéma autoroutier polonais selon lequel les deux axes majeurs traversant le pays (l’A1 Gdansk-Katowice et l’A2 Poznan-Varsovie) se croiseront à quelques km au nord de Lodz). L’Union Européenne intervient à 47% dans la mise en place du cluster. Les avantages objectifs du territoire qui sont vantés auprès des investisseurs reviennent avec une grande constance dans les différents documents chargés d’informer sur la ville et de la promouvoir ; on y trouve la situation géographique centrale dans l’espace polonais, le futur croisement des deux principales autoroutes, et des ressources liées… aux faiblesses du territoire : la main-d’œuvre de 40% moins chère qu’à Varsovie ou Katowice (car largement féminine et peu qualifiée), les terrains, l’énergie, l’eau eux aussi bien meilleur marché (tabl. 1).

Tableau 1.Données comparatives sur quelques grandes villes polonaises (2004)

Salaire moyen
Mensuel
(en €)

Prix moyen du m2
de terrain dans le centre (en €)

Prix moyen du m2
de terrain dans la périphérie (en €)

Loyer mensuel
moyen du m2 de bureau (en €)

Łódź

483

37

12,5

10-15

Cracovie

528

125

32

15-20

Katowice

818

-

-

10-15

Varsovie

759

1125

50

20-35

17Source : ŁSSE, 2005.

L’identité culturelle : une ressource pour la métropolisation ?

  • 7  Wladyslaw Reymont (1867-1925) reçut le prix Nobel de littérature pour son livre Ziemia Obiecana (1 (...)
  • 8  Zygmunt Bartkiewicz (1867-1944) publia La mauvaise ville  (Zle miasto) en 1911 et dresse lui aussi (...)

18La volonté de refaire de Lodz une métropole qui compte dans l’espace polonais et européen s’accompagne d’une vaste entreprise de retournement d’image. Dans un premier temps, l’idée dominante se limitait à tenter de renverser les stéréotypes négatifs accumulés par Lodz pendant son histoire. C’est dans un second temps seulement, à partir des années 1995, que les élites politique locales allèrent plus loin, et considérèrent l’histoire de leur ville comme une ressource qu’il convenait de valoriser. L’identité locale passée fut dès lors convoquée et élevée au rang de mythe. Ainsi, le programme stratégique présenté par l’équipe municipale en 1995 s’intitulait De nouveau La Terre Promise et se proposait de recréer les ingrédients, le climat euphorique et entrepreneurial de cette épopée capitalistique, en inversant les stéréotypes (Kaczmarek, 1997) : Lodz ne devait plus être présentée comme une ville industrielle pauvre et dévastée par un chômage structurel, mais comme la ville de tous les possibles, où les success stories des années 1880-1900 pouvaient de nouveau surgir. Tout se passe comme si la fin du système communiste signifiait pour les élites politiques locales un retour à l’état d’innocence des origines. Pourtant, cette ville et surtout les modalités de son développement ont toujours suscité des représentations très contrastées. L’ouvrage de Wladyslaw Reymont qui popularisa l’expression de la Terre Promise7 faisait en réalité un portrait fort peu flatteur du Lodzermensch, personnage cupide, corrompu et exploiteur, quelque soit sa nationalité. Quelques années plus tard, un journaliste ancré dans le milieu nationaliste catholique publia un essai très accusateur sur Lodz, implacablement intitulé La mauvaise ville8 : cette expression est longtemps restée accolée à la ville. Mais aujourd’hui, on retient de cette phase de croissance débridée l’idée que le capitalisme suscite en soi des opportunités, libère les énergies. Ainsi, il est frappant de constater à quel point l’identité locale, dans ses composantes historiques plus que contemporaines, est utilisée comme une ressource au service d’une stratégie métropolitaine. Cette redécouverte identitaire passe par le souhait de voir publiés des guides touristiques ou de mettre en valeur l’âme de la ville, ainsi que le suggère la plaquette du département stratégique de 1995 : Une ville avec du caractère. Sous le socialisme, on mettait en avant le mouvement social pionnier en 1905 ; désormais on redécouvre surtout la dimension multiculturelle de l’identité locale. Depuis 2002, le Festival du Dialogue des Quatre Cultures met en scène à travers diverses manifestations culturelles les identités juive, allemande, polonaise et russe, et assure un rayonnement international à Lodz pendant son déroulement. Il participe à la reconquête d’une mémoire collective occultée depuis 1945. Cette reconquête passe également par une valorisation renouvelée de l’espace et du bâti urbains, considérés désormais comme un patrimoine.

La revitalisation urbaine au service de la tertiarisation

  • 9  Le bâtiment de l’usine de Scheibler fait 200 m de long par exemple. Le complexe de Poznanski mis e (...)

19L’espace est toujours profondément marqué par l’empreinte industrielle, qui en 1988 occupait 1280 ha, soit 4,5% de la superficie urbaine. Certains éléments de ce patrimoine industriel avaient été depuis longtemps reconvertis (le musée de la ville occupe le palais résidentiel de Poznanski depuis 1975), mais pas les bâtiments réservés à la production, qui ont continué de fonctionner jusqu’au début des années 1990. Depuis, des friches industrielles totales ou partielles se sont multipliées : des surfaces ont été louées à des entreprises industrielles ou tertiaires, donnant naissance à un paysage urbain quelque peu chaotique, sans vision d’ensemble. Ce mouvement spontané de requalification économique a précédé l’élaboration d’une politique urbaine de revitalisation (Kaczmarek, 2001). Celle-ci partit du constat que puisque la requalification des fabriques classées, ainsi que leur gigantisme9, constituaient un obstacle à leur réutilisation industrielle, il fallait tenter de les sauver en les adaptant à de nouveaux usages. L’idée d’une reconversion de ce bâti pour des activités de services, notamment culturels, s’est vite imposée auprès des élites locales, inspirées par les exemples britanniques et américains. Elle a rejoint par ailleurs la stratégie globale de tertiarisation de la ville comme moyen d’attirer de créer de nouveaux emplois et d’améliorer l’image de Lodz, afin d’en faire une métropole enracinée dans son patrimoine, mais ouverte vers l’économie moderne.

  • 10  L’ouverture du site est prévue en 2006. Voir www.manufaktura.lodz.pl

20Le projet phare illustrant cette politique de revitalisation concerne les 28 ha de l’ancien complexe de Poznanski, au nord du centre-ville, attenant au palais de l’entrepreneur. Dès 1993, un investisseur français (Apsys) s’est montré intéressé, afin d’y installer un centre de congrès, doté d’une base hôtelière et gastronomique de haut niveau, d’un centre commercial, et d’un centre de loisirs (cinémas, discothèques, etc), le tout dans les bâtiments d’origine. Cet ambitieux projet, baptisé Manufaktura10, soulève la question de l’adéquation de l’offre qu’il propose aux capacités de consommation de la population locale. Il pose également un problème d’ordre social et spatial : le complexe Poznanski était structuré par la rue Ogrodowa, qui séparait la fabrique et le palais (au nord) des logements ouvriers situés au sud (photo 4). Le projet Manufaktura brise la cohérence spatiale du complexe, car il ne concerne que le côté nord, et ignore totalement le devenir des logements (dans un état fort médiocre) et de leurs habitants (cf. photo). C’est pourquoi on peut dire que l’objectif implicite de ce projet de revitalisation, avalisé par la ville, est de créer un effet vitrine auprès de l’extérieur, comme en témoigne le slogan qui l’accompagne (Lodz, ville du futur).

  • 11  Nom populaire donné aux appartements patronaux dans les villes industrielles.

21La requalification du patrimoine industriel se poursuit par la transformation de l’autre principal complexe hérité du XIXe s., le royaume de Scheibler, en lieu artistique. Inutilisé depuis 2003, le bâtiment industriel abritait une biennale d’art contemporain, des festivals de photographie, etc. Il est prévu de pérenniser la vocation artistique du complexe en le transformant en fabrique artistique avec des musées (de la photographie, des beaux-arts) et des manifestations régulières (le Festival du Dialogue des Quatre Cultures, la Triennale des Tissus, etc.). Des projets ont été déposés pour requalifier les 18 petits immeubles de familoki11 pour en faire des appartements attractifs, des lofts pour artistes (photo 5). On peut s’interroger sur la violence symbolique que représente ce type de proposition pour la population qui habite ces logements modestes, très mal entretenus, mais souvent transmis de génération en génération.

Les effets contrastés des stratégies métropolitaines

Transformations fonctionnelles : la place de Lodz dans l’espace économique européen

  • 12  L’année de l’intégration européenne s’est soldée par l’ouverture de 3000 nouveaux emplois dans la (...)

22Que peut-on dire aujourd’hui de la place de la ville dans l’espace économique polonais et européen, au bout de 15 ans de transformations structurelles ? Quels sont les effets des stratégies métropolitaines déployées depuis une quinzaine d’années ? Lodz, à l’instar de l’ensemble de l’économie polonaise, a réintégré l’espace économique européen, voire mondial, à la fois par le haut et par le bas. La ville devient un des relais de l’industrie manufacturière européenne et accueille à ce titre des investisseurs au chevet de son industrie légère. Le nombre de firmes à capitaux étrangers a connu une croissance tardive mais fulgurante, passant de 47 en 1991 à 84 en 1995 pour atteindre 1900 en 2004. Cela place Lodz au quatrième rang des villes polonaises choisies par les investisseurs étrangers Dans les années 1990, les plus nombreux étaient les Allemands. Mais la création de plus de 1000 emplois par la firme Gillette en 2004 a fait passer les Américains au premier plan. Dans la zone économique spéciale, les sociétés polonaises sont majoritaires, mais au total, 58% des capitaux investis proviennent de sociétés étrangères (par ordre décroissant, américaines, allemandes, italiennes, etc.). L’ouverture de la zone économique spéciale a permis d’endiguer quelque peu le chômage, puisqu’elle a créé 7200 postes de travail12 en 7 ans. Elle occupe, en 2005, 383 ha répartis en 15 sous-zones dans Lodz même et dans le reste de la voïvodie. A l’heure actuelle, la zone participe activement à la spécialisation de la ville dans l’électroménager : avec 9 sites de production, Lodz est la plus grande concentration de cette branche en Europe, les plus grands groupes (ABB, Indesit, Bosch) attirant les sous-traitants à leur suite.

Figure 3 : Les zones de revitalisation

Source : d'après Koter, 2002

  • 13  Rzgow, Tuszyn, Gluchow. La principale zone commerciale est appelée Ptak, du nom des frères Ptak à (...)
  • 14  En 1995 on comptait chaque  jour 10 000 visiteurs, 2000 firmes présentes sur les 12 ha occupés par (...)
  • 15  Wojewodzki Urzad Statys-tyczny, 2003.

23Mais Lodz est aussi la plaque tournante d’un commerce textile entre Asie et Europe, qui associe subtilement les sphères noire et grise de l’économie aux circuits officiels, et assure des débouchés non négligeables aux firmes textiles locales. Un centre de commerce de gros et de détail a émergé à partir de 1992 à 15 km au sud de l’agglomération, en dehors de toute initiative officielle (photos 6 à 8). Un commerce informel de vêtements sur le bord d’une route nationale a pris en quelques années une ampleur exceptionnelle, et a donné naissance à des bazars, puis à un complexe commercial étalé sur trois communes limitrophes13. Il génère des milliers d’emplois directs et indirects (dont beaucoup au noir), et attire des commerçants de toute la Pologne14 et surtout des pays voisins (Lituaniens, Russes, Biélorusse, Ukrainiens). La marchandise échangée provient à la fois des entreprises locales et d’Asie (Chine, Vietnam, Thaïlande) ; les grossistes revendent ensuite à Varsovie, à Berlin, etc (Werwicki, 2000). On est typiquement face à un processus de mondialisation et de privatisation par le bas : les deux tiers des marchands sur les bazars étaient autrefois employés dans une compagnie d’Etat de Lodz, et le rayonnement international est patent, même s’il est fragilisé par l’instauration de politiques de contrôle frontalier à l’est de la Pologne. Il ne faut pas sous-estimer l’effet économique et social de cette économie de bazar : de nombreux chômeurs déclarés sont employés ici au noir car les salaires proposés dans les usines sont trop faibles. C’est pourquoi les collectivités locales et l’administration concernées ferment pudiquement les yeux sur les rentrées fiscales qui leur échappent très largement. Elles ont du reste financé une grande partie des aménagements nécessaires à la montée en puissance du phénomène. L’enrichissement de la population locale se mesure à l’aune de la superficie moyenne des logements construits (167 m2 en 2003 à Tuszyn)15.

Photo 6 : Le complexe Rzgow-Tuszyn-Gluchow. Zone sud réservée au commerce de gros la nuit

Photo 6 : Le complexe Rzgow-Tuszyn-Gluchow. Zone sud réservée au commerce de gros la nuit

Photo 7 : Le complexe Rzgow-Tuszyn-Gluchow. Zone nord réservée au commerce de détail

Photo 7 : Le complexe Rzgow-Tuszyn-Gluchow. Zone nord réservée au commerce de détail

Photo 8 : L’intérieur de la halle de Ptak

Photo 8 : L’intérieur de la halle de Ptak
  • 16  Wojewodzki Urzad Statys-tyczny, 2005.

24Au total, la branche textile reste prédominante puisqu’elle occupe toujours, en 2004, 41% de l’emploi industriel (22% dans la confection, et 19% dans la production textile), c'est-à-dire environ 30 000 salariés. En valeur, seul le textile a progressé (+2,8%) entre 2003 et 2004 parmi les activités industrielles. Mais le maintien de cette branche s’explique aussi par des gains de compétitivité qui in fine entretiennent le chômage. L’hypothèse d’une stratégie de développement post-industriel résiste à l’épreuve des faits : l’industrie reste un pilier de l’économie, elle continue d’employer 53 945 personnes en 2004, ce qui représente 30% de la population active (avec le BTP). La tertiarisation progresse toutefois très vite, sous l’effet d’un phénomène de rattrapage. Cela passe par le renforcement de bases existantes comme l’organisation de foires (la foire expo consacrée à la mode Interfashion date de 1987). Cette activité de salon s’est élargie et rénovée dans les années 1990. Mais de plus en plus, Lodz entend rattraper le retard originel qu’elle avait en termes de fonctions métropolitaines : banques, assurances, hôtels, immobilier, enseignement supérieur, presse, services juridique et médicaux spécialisés. Depuis 1990, les fonctions tertiaires supérieures connaissent une progression constante (246 institutions à caractère métropolitain16 en 1993, 1099 en 2005). L’effort a surtout porté sur l’enseignement supérieur et la recherche (32 institutions dans ce domaine en 1975, 39 en 1993, 97 en 2005) et aujourd’hui, la ville abrite 100 000 étudiants. Lodz a également pris ses marques dans une compétition ouverte depuis une dizaine d’années entre les grandes villes d’Europe centrale pour attirer la production cinématographique et figurer comme métropole culturelle. Elle peut s’appuyer sur la renommée internationale de son École de Cinéma, dont les figures tutélaires se nomment Roman Polanski, Krzysztof Kieslowski, ou Andrzej Wajda. Le festival Camerimage (depuis 2000) en témoigne, ainsi que le projet très convoité d’un studio de cinéma proposé par le cinéaste David Lynch.

Photo 9 : Parcelle revitalisée pour du commerce de centre-ville. Rue Piotrkowska

Photo 9 : Parcelle revitalisée pour du commerce de centre-ville. Rue Piotrkowska

Transformations socio-spatiales : la difficile réappropriation du centre-ville

  • 17  Un tiers des logements de Lodz sont antérieurs à 1939. En 1995 dans l’ensemble de la ville, un log (...)
  • 18  GUS, 2004.

25Qui dit ressource territoriale dit appropriation de l’espace concerné. Les politiques de revitalisation présentées plus haut supposent non seulement la faisabilité économique des montages, mais aussi et surtout l’assentiment de la population locale, soucieuse de voir aboutir la remise en état d’un territoire qu’elle estime sien. Or on est plutôt face à une attitude de ressentiment (Frykowski, 2002). L’espace clé en la matière est compris à l’intérieur de la couronne de voies ferrées qui délimite le centre-ville. La quantité de réserves immobilières et foncières libérées par le déclin de l’industrie ouvre ici la voie à l’installation de fonctions tertiaires de tous types, ce que montrent plusieurs exemples réussis de requalification d’édifices industriels pour l’enseignement par exemple. Mais la réhabilitation de l’habitat pose beaucoup plus de problèmes. Le patrimoine résidentiel construit entre 1850 et 1918 est encore largement en place - la ville a été très peu endommagée pendant la guerre -, mais dans un état préoccupant après des décennies sans entretien autre que courant. Les immeubles étayés, aux balcons effondrés (photo 10), sont légion dans le centre ancien, et les conditions de logement y sont souvent précaires (appartements sans chauffage central, sans salle de bain)17. Si l’on y ajoute le fait que la population du centre-ville est la plus précarisée, on comprend que la tendance à une gentryfication du centre-ville reste une hypothèse d’école, malgré le potentiel architectural qu’on y trouve. En termes d’appropriation territoriale, il reste un vaste travail à accomplir pour améliorer l’image de la ville auprès de ses propres habitants. Des enquêtes menées auprès d’agences immobiliers confirment cette faible attractivité du centre : 1% des clients sondés (et 4% de ceux ayant des revenus élevés) déclaraient souhaiter y habiter (Groeger, 2004). La classe métropolitaine qui émerge, dans les milieux de l’entreprise ou dans la sphère académique, est en croissance (19% de la population active en 1993, 22 en 2003), mais une très faible part réside en centre-ville (Wolaniuk, 2003). Seuls les plus fortunés achètent des logements : c’est pourquoi dans cette ville globalement pauvre, la superficie moyenne des logements neufs urbains atteint un record de 170 m2 en 2003 (contre 102 pour la moyenne des villes polonaises18). Le centre-ville abrite de plus en plus de fonctions commerciales et récréatives (en particulier la rue Piotrkowska qui est jalonnée de pubs, de cafés remplis chaque week-end par une clientèle locale et varsovienne, photo 9). L’artère centrale est aussi le théâtre de manifestations culturelles urbaines (dont une célèbre techno-parade). Cette atmosphère festive contribue à faire revivre un centre dévitalisé sous le socialisme, et en fait de le principal support de la fièvre urbaine fin de siècle que l’on souhaite raviver. Mais celle-ci entretient le dépeuplement de ce quartier en aggravant la dégradation de la qualité de vie. Dans un contexte de baisse démographique générale, le centre-ville de Lodz accuse les plus fortes pertes : il comptait 163 500 hab. en 1965 (soit 23% de la population totale), mais 86 100 en 2001 (soit 11% de la population). Cette baisse s’explique par un déficit naturel prononcé (-8 %° contre -6,7 dans l’ensemble de la ville en 2003) mais aussi par l’absence de nouveaux venus (sauf les petits-enfants des habitants âgés de ces immeubles après leur disparition). Le centre constitue la poche de pauvreté majeure de Lodz : 52% des personnes dépendant de l’aide sociale y vivent (en 2004).

Conclusion : quelle insertion métropolitaine ?

26Lodz est donc en train de rejoindre le système métropolitain européen, à un niveau subalterne, en accueillant des sites productifs aux mains de grands groupes étrangers dans l’industrie légère. Elle est en phase de rattrapage pour les activités tertiaires supérieures, sans toutefois faire de l’ombre à aucune grande agglomération en Pologne. Le véritable enjeu pour la ville est de trouver sa place dans le réseau urbain national, à 130 km de la capitale, sans autre avantage comparatif que sa localisation centrale dans le futur schéma autoroutier et les faibles coûts fonciers et salariaux. Cela fait peu pour une ville de presque 800 000 hab. Mais les réussites de la zone économique spéciale (insertion métropolitaine par le haut) et du centre commercial spontané (insertion métropolitaine par le bas) montrent que les voies d’accès au système urbain européen sont multiples.

  • 19  L’édition du Business Guide de 2005-2006 mentionne simplement en trois lignes que 30 000 salariés (...)

27Un territoire est une construction sociale en permanente mutation. Ce qui semblait inscrit dans les structures peut être relégué en arrière-plan en quelques générations ; les territoires centre-européens en font l’incessante expérience. Les habitants de Lodz et leurs élus sont ainsi pris dans une phase de reconstruction identitaire qui passe par l’appropriation symbolique des paysages, de l’histoire, de la culture de leur ville, et qui finalement recompose ou reconstruit un territoire. Cette réappropriation peut donner naissance à un sentiment d’appartenance, voire de fierté locale. Pour cela, un travail profond de réappropriation de la mémoire urbaine est en cours, et ravive l’histoire multi-culturelle de la ville des débuts. La recomposition territoriale de la ville s’appuie bien sur la mémoire, entendue comme ce qui est actif dans notre comportement, ce qui est mobilisé par le corps social, et non sur le passé (l’ensemble des phénomènes qui se sont enchaînés les unes après les autres, Durand-Dastès, 2005, p.111). Il est frappant de constater à quel point cette quête identitaire sert des objectifs contrastés : d’une part, elle a pour but de réconcilier la société avec elle-même, avec son espace de vie, de renforcer la cohésion et la fierté d’une population ébranlée par les chocs économiques. Mais par ailleurs, cette identité retrouvée est mobilisée comme une ressource spécifique par les acteurs politiques et économiques qui n’ont de cesse d’en vanter l’unicité, de la dévoiler depuis 1990, et qui tentent d’en ranimer quelques éléments (l’esprit d’initiative et d’entreprise par exemple). On aurait tort de considérer cette reconstruction territoriale par l’identité locale comme un gadget de marketing territorial, car les villes polonaises ont connu des fractures démographiques et historiques majeures. Les disparitions et déplacements de population, l’exode rural massif, les destructions matérielles ont défiguré et dépersonnalisé bien des villes, à commencer par la capitale. L’appropriation de la mémoire participe d’un processus de reterritorialisation. L’unicité du développement urbain exubérant de Lodz et les formes urbaines du patrimoine ainsi constituées (et préservées) étaient objet de déni depuis 1945, mais sont proposées comme motif de fierté aujourd’hui. Cependant, dans le même temps, un autre pan de l’identité locale commence à être démantelé : celui de Lodz comme ville textile19. Les choix économiques et les stratégies de marketing territorial oblitèrent de plus en plus nettement cette dimension, au profit de nouvelles directions économiques comme l’électro-ménager et les services financiers. A la question Comment entrer dans le jeu métropolitain ?, Lodz répond donc par l’affirmation de sa différence, et tente un périlleux exercice de reconstruction de l’identité multiculturelle (qui n’est plus) sans l’identité ouvrière textile (qui demeure).

Haut de page

Bibliographie

BOST F., 2006, Atlas mondial des zones franches, Paris, La Documentation Française (à paraître).

CATTAN, PUMAIN, ROSENBLATT, SAINT-JULIEN, 1999, Le système des villes européennes, 2e éd, 197 p.

DURAND-DASTES, F. 2005, Histoire et mémoire de l’espace, in REY V., SAINT-JULIEN Th., Territoires d’Europe : la différence en partage, Lyon, ENS-Edition, p.109-117.

FRYKOWSKI Marek, 2002, Mieszkancy miasta wobec Srodowiska lokalnego. Lodz jako przedmiot resentymentu [Les citadins et le milieu local. Lodz comme objet de ressentiment] in JAZDZEWSKA I. (dir.), Miasto post-socjalistyczne – organizacja przestrzeni miejskiej i jej przemiany, Lodz, XIV Konwersatorium Wiedzy o Miescie, p.141-150.

GROEGER L., 2004, Waloryzacja przestzeni mieszkaniowej w opiniach klientow biur obrotu nieruchomosci [La valorisation de l'espace résidentiel par les clients des agences immobilières], Lodz, Uniwersytet Lodzki, 125 p.

GUMUCHIAN H. et al., 2003, Les acteurs oubliés du territoire, Paris, Anthropos, 185 p.

JANCZAK J., 1982, Ludnosc Lodzi Przemyslowej 1820-1914 [La population de Lodz industrielle 1820-1914], Lodz, PUL, 164 p.

KACZMAREK J., 1997, Local governance and urban restructuring in Lodz, in LISZEWSKI S. et YOUNG C., A comparative study of Lodz and Manchester, Lodz, University of Lodz, p.249-262.

KACZMAREK S., 2001, Rewitalizacja terenow poprzemyslowych [La revitalisation des friches industrielles], Lodz, WUL,141 p.

KOTER M., 1970, Geneza ukladu przestrzennego lodzi przemyslowej [La genèse du système spatial de Lodz industrielle], Varsovie, PAN, Prace Geograficzne n°79, 133 p.

KOTER M., KULESZA M., PUS W., et PYTLAS S., 2005, Wplyw wielonarodowego dziedzictwa kulturowego lodzi na wspolczesne oblicze miasta [L’influence de l’héritage multiculturel de Lodz sur les aspects urbains contemporains], Lodz, WUL, 300 p.

MICHLIC J., 2005, Lodz in the post-communist era : in search of a new identity, Communication à la conference Cities after the wall : European integration and urban history, Center for European Studies, Harvard, 11-12 mars 2005.

Voir www.fas.harvard.edu/~ces-lib/michlic.html

Equipe PARIS, 1993, Le poids économique des villes dans le système urbain européen, in SALLEZ A. (dir.), Les villes lieux d’Europe, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, p.19-64

PECQUEUR B., 2003, Dans quelles conditions les objets patrimoniaux peuvent-ils être support d’activité ? XIIIe conférence internationale du RESER, Services et développement régional.

PECQUEUR B., 2004, Vers une géographie économique et culturelle autour de la notion de territoire, Géographie et cultures, n°49, p.71-86.

RECLUS E., 1880, Nouvelle géographie universelle, vol. 5, L’Europe scandinave et russe, Paris, Hachette, 944 p. 

Urzad Miasta Lodzi, 1995, Wydzial Strategii Miasta, Lodz, miasto z charakterem [Lodz, une ville avec du caractère], 12 p.

Urzad Miasta Lodzi, 2005, Sytuacja spoleczno-ekonomiczna Lodzi w 2004 r. [La situation socio-économique de Lodz en 2004], Lodz, 26 p.

WERWICKI A., 2000, Handel targowiskowy aglomeracji Lodzkiej na tle jego znaczenia ogólnopolskiego w latach 1994-97 [Le commerce de bazar dans l'agglomération de Lodz dans le contexte polonais des années 1994-97], Lodz, Uniwersytet Lodzki, 120 p.

WOLANIUK A, 1997, Funkcje metropolitalne Lodzi i ich rola w organizacji przestrzeni [Les fonctions métropolitaines de Lodz et leur rôle dans l'organisation de l'espace], Lodz, Uniwersytet Lodzki,193 p.

WOLANIUK A., 2003, Elity intelektualne na tle przestrzeni spolecznej Lodzi[Les élites intellectuelles dans l'espace social de Lodz], in SAGAN I., et CZEPCZYNSKI M. (eds), Wymiar i wspolczesne interpretacje regionu, Gdansk, Uniwersytet Gdanski, p. 189-196.

Haut de page

Notes

1  Tous les chiffres concernant l’évolution démographique jusqu’à la Première Guerre Mondiale proviennent des études historiques de Julian Janczak (1982), repris notamment par M. Koter et al. (2005).

2  Environ 86 000 juifs vivaient à Lodz en 1939. Le ghetto de Litzmannstadt organisé par les nazis est celui qui fonctionna le plus longtemps, de 1940 à 1944. L’extermination de la population amenée ici de multiples régions polonaises et européennes commença en décembre 1941, sur place, puis par l’envoi des survivants à Auschwitz, jusqu’en août 1944.

3  On entend par institutions métropolitaines les banques et les assurances, les hôpitaux spécialisés, les institutions judiciaires,scientifiques, culturelles, administratives, les organes de presse, les hôtels et agences de voyage.

4  Les guides touristiques polonais ignoraient cette ville, l’historiographie privilégiait l’histoire du mouvement social, et donc valorisait à Lodz le soulèvement de 1905.

5  Sous le nom également de commerce de fourmis, l’expression désigne le commerce informel exercé par une multitude d’individus chargés de quelques valises de marchandise.

6  Il existe 14 zones économiques spéciales en Pologne. Voir Bost, 2006 et le site de la zone de Lodz : www.sse.lodz.pl

7  Wladyslaw Reymont (1867-1925) reçut le prix Nobel de littérature pour son livre Ziemia Obiecana (1899) qui retrace l’épopée industrielle et urbaine de Lodz à la fin du XIXe s. Ce livre fut adapté au cinéma par Andrzej Wajda en 1975.

8  Zygmunt Bartkiewicz (1867-1944) publia La mauvaise ville  (Zle miasto) en 1911 et dresse lui aussi un portrait très critique de Lodz, répercutant en cela les valeurs “terriennes” du mouvement nationaliste polonais, aux antipodes des réalités métropolitaines apparues dans la société et l’espace polonais à la fin du XIXe s. Pour une lecture critique de la quête identitaire de Lodz aujourd’hui, voir Michlic, 2005.

9  Le bâtiment de l’usine de Scheibler fait 200 m de long par exemple. Le complexe de Poznanski mis en liquidation en 1991 était fait de 20 bâtiments classés, regroupés dans un espace de 28 ha.

10  L’ouverture du site est prévue en 2006. Voir www.manufaktura.lodz.pl

11  Nom populaire donné aux appartements patronaux dans les villes industrielles.

12  L’année de l’intégration européenne s’est soldée par l’ouverture de 3000 nouveaux emplois dans la zone, concen-trés sur de très gros investissements.

13  Rzgow, Tuszyn, Gluchow. La principale zone commerciale est appelée Ptak, du nom des frères Ptak à l’origine de ce processus.

14  En 1995 on comptait chaque  jour 10 000 visiteurs, 2000 firmes présentes sur les 12 ha occupés par les trois sites.

15  Wojewodzki Urzad Statys-tyczny, 2003.

16  Wojewodzki Urzad Statys-tyczny, 2005.

17  Un tiers des logements de Lodz sont antérieurs à 1939. En 1995 dans l’ensemble de la ville, un logement sur dix n’avait pas l’eau courante, un quart pas de salle de bains.

18  GUS, 2004.

19  L’édition du Business Guide de 2005-2006 mentionne simplement en trois lignes que 30 000 salariés vivent encore de la confection et du textile !

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-1.png
Fichier image/png, 184k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-2.png
Fichier image/png, 117k
Titre Photo 1 : La fabrique de Poznanski
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-3.png
Fichier image/png, 313k
Titre Photo 2 : Palais Poznanski
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-4.png
Fichier image/png, 290k
Titre Photo 3 : Rue Ogrodowa, logements vus de la cour
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-5.png
Fichier image/png, 297k
Titre Photo 4 : Ksiezy Mlyn, le complexe de Scheibler, la caserne de pompiers
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-6.png
Fichier image/png, 215k
Titre Photo 5 : Ksiezy Mlyn, les logements ouvriers
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-7.png
Fichier image/png, 354k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-8.png
Fichier image/png, 99k
Titre Photo 6 : Le complexe Rzgow-Tuszyn-Gluchow. Zone sud réservée au commerce de gros la nuit
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-9.png
Fichier image/png, 263k
Titre Photo 7 : Le complexe Rzgow-Tuszyn-Gluchow. Zone nord réservée au commerce de détail
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-10.png
Fichier image/png, 421k
Titre Photo 8 : L’intérieur de la halle de Ptak
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-11.png
Fichier image/png, 514k
Titre Photo 9 : Parcelle revitalisée pour du commerce de centre-ville. Rue Piotrkowska
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/941/img-12.png
Fichier image/png, 397k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lydia Coudroy de Lille et Anita Wolaniuk, « Lodz, ou les ressources territoriales d’une stratégie métropolitaine », Géocarrefour, Vol. 80/1 | 2005, 35-48.

Référence électronique

Lydia Coudroy de Lille et Anita Wolaniuk, « Lodz, ou les ressources territoriales d’une stratégie métropolitaine », Géocarrefour [En ligne], Vol. 80/1 | 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/941 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.941

Haut de page

Auteurs

Lydia Coudroy de Lille

Université Lumière-Lyon 2Faculté GHHAT5, avenue Pierre Mendès-France69676 Bron cedexlydia.coudroydelille@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Anita Wolaniuk

Université de LodzKollegium GeographicumUl. Kopcinskiego 3190-162 LodzPologne

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page