Navigation – Plan du site
Articles

L'espace public à l'épreuve des jardins collectifs à New York et Paris

Public space facing the test of community gardens at New York and Paris
Sandrine Baudry, Julie Scapino et Elisabeth Rémy
p. 41-51

Résumés

Cet article propose d’instruire la question des rapports entre intérieur et extérieur dans les jardins collectifs, afin de comprendre leur rôle dans les dynamiques urbaines et questionner ainsi leur légitimité en tant qu’occupation de l’espace public. À partir de terrains ethnographiques à Paris et à New York, l'analyse des liens et barrières entre quatre jardins et leur environnement révèle une porosité importante entre intérieur et extérieur. Elle passe par des échanges physiques, mais aussi des liens sensoriels et surtout visuels, à travers la création de paysages et l’exercice d’une surveillance par les citadins eux-mêmes. Enfin, le jardin, en tant qu’entité sociale, s’inscrit dans divers réseaux de sociabilité et devient ainsi un acteur local à part entière. À ce titre, il participe d'une dialectique socio-spatiale qui redonne au citadin un rôle à jouer dans la fabrique de la ville.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le film Playtime (1967), le cinéaste Jacques Tati met en scène une ville fictive dans laquelle la modernité urbaine est incarnée par une visibilité absolue. Le ressort comique initial tient à ce que le personnage principal, M. Hulot, est en contact visuel permanent avec la personne avec laquelle il veut communiquer, sans jamais réussir à s’en approcher suffisamment pour lui parler. C’est seulement une fois que l’illusion de la transparence absolue comme gage de lien social est mise à mal, par la reconstruction informelle d’un intérieur et d’un extérieur après l’effondrement du plafond d’un restaurant, que la communication redevient possible ; on peut alors définir qui peut entrer et qui doit rester dehors, créant ainsi une dynamique de groupe qui engendre enfin une véritable sociabilité. Les urbanistes de Tativille ont cherché à occulter toute frontière visible, mais la véritable communication à taille humaine passe par la formation de la communauté et la notion d’inclusion, inévitablement liée à celle d’exclusion. Doit-on en déduire que la frontière, la porte fermée, sont indispensables à la création de lien social, de groupes cohérents ? Ou mènent-elles nécessairement au renfermement sur soi et à l’accaparement de l’espace urbain ?

2La question de la privatisation de l’espace public et de son contrôle est fondamentale, en ce qu’elle est étroitement liée à la notion de justice sociale (Mitchell, 2003). Il peut s’agir aussi bien d’un contrôle par des entreprises privées, par le biais de caméras de surveillance (Davis, 1992) ou de mobilier urbain impropre à une station prolongée (Whyte, 2001), que par les pouvoirs publics, à travers la présence policière ou des législations visant à exclure des comportements jugés déviants et, par là-même, les personnes adoptant ces comportements (Smith, 2001). Mais il ne faut pas oublier non plus les formes de surveillance, d’exclusion et d’auto-exclusion, appliquées par les citadins eux-mêmes dans leur vie quotidienne, qui font que, en l’absence même de barrières physiques, certaines personnes ne fréquenteront jamais certains espaces. Il semble raisonnable d’en conclure que peu d’espaces dits publics le sont entièrement pour tout le monde et en permanence. Cependant, cette même analyse des espaces publics montre que ceux-ci ne peuvent fonctionner que s’ils font l’objet d’une certaine appropriation sociale, d’une certaine « domestication » (de Coninck et Deroubaix, 2012). Dès lors, comment imaginer un usage collectif qui fasse vivre les espaces publics sans en limiter l’accès ?

  • 1 1 - Bien que le terme « jardin collectif » désigne à Montréal une forme d’organisation bien spécifi (...)

3Le cas du jardinage collectif urbain1 nous permet d’aborder cette question dans toute sa complexité. Du point de vue de la recherche, les jardins collectifs sont souvent présentés comme porteurs de bénéfices sociaux, notamment liés à la mixité, à la création de lien et de capital social (Hynes, 1996 ; Caggiano, 2010 ; Baudelet et al., 2008), mais parfois aussi comme territoires de l’entre-soi (Demailly, 2012), voire comme espaces publics accaparés par quelques-uns (Bourdeau-Lepage et Vidal, 2013), en réaction à un discours perçu comme trop angélique et militant. Ils représentent donc un bon exemple de cette quête d’un équilibre entre appropriation sociale et maintien d’une large accessibilité de l’espace. Cet article propose d’interroger la légitimité de ces jardins en tant qu’usages de l’espace public urbain, et le rôle que peuvent jouer les collectifs de jardiniers dans l’émergence de nouvelles dynamiques urbaines. Partant de l’idée qu’ « une action ne se situe pas à l’intérieur d’un environnement mais définit à la fois son intérieur et son extérieur » (Latour et al., 1991, p. 44), nous chercherons à instruire cette dynamique dedans/dehors (Lévy et Lussault, 2003 ; Rémy et al., 2007) propre à chacun des jardins, par le biais de l’étude des liens et barrières qu’ils entretiennent avec leur environnement proche. Notre hypothèse est que les jardins collectifs urbains participent, au-delà de l’espace qu’ils occupent, d’une dialectique socio-spatiale complexe par laquelle les citadins modifient l’espace dans lequel ils vivent et sont à leur tour influencés par celui-ci (Soja, 1980).

4Nous explorerons cette question sur la base de deux terrains de recherche ethnographique effectués respectivement à New York (Baudry, 2010) et à Paris (Scapino, 2012), et relus ici à la lumière du questionnement sur l’appropriation de l’espace urbain par des habitants. Le terrain new yorkais, d’une durée d’un an, reposait sur l’étude fine de quatre community gardens, situés dans des quartiers présentant des différences socioculturelles et architecturales. Seuls les deux cas les plus contrastés en termes de dynamiques urbaines (quartier touristique en voie de gentrification et quartier défavorisé excentré) ont été retenus pour cet article. Le terrain parisien portait quant à lui sur deux jardins, l’un créé à partir d’une initiative citoyenne, l’autre né d’un projet d’origine institutionnelle. Les données ont été récoltées à partir d’entretiens semi-directifs, d’observations participantes et de diverses archives. Les réflexions présentées ici reposent principalement sur la confrontation des observations issues de ces deux terrains, ainsi que d’observations plus larges menées dans d’autres jardins collectifs à New York et Paris.

5L’article présentera, pour chaque ville, un bref historique du jardinage collectif et deux cas d’étude, afin d’illustrer les liens et barrières, matériels et immatériels, entre ces espaces jardinés et la ville. Les jardins seront décrits selon trois formes de relations entre intérieur et extérieur : physiques, visuelles et sociales. Il ne s’agit pas, par ces descriptions, d’effectuer une comparaison à proprement parler entre les jardins ou entre les deux villes, mais de proposer plusieurs cas permettant d’instruire notre hypothèse, dans des contextes urbains et socioculturels différents. Enfin, la discussion s’articulera autour de six entrées conceptuelles, construites à partir des observations de terrain, pour tenter de rendre compte de la complexité de l’inscription sociale et spatiale des jardins collectifs dans la ville.

New York : du squat de l’espace public à l’insertion dans les politiques municipales

  • 2 2 - Le terme de community, difficilement traduisible en français, désigne aux États-Unis le concept (...)

6Héritiers d’une tradition de jardinage collectif urbain remontant aux sociétés philanthropiques de la fin du 19e s., les community gardens2 new yorkais ont vu le jour au début des années 1970, dans un contexte de crise sociale et économique nationale, particulièrement exacerbée dans les grands centres urbains (Lawson, 2005), mais aussi d’effervescence sociale, avec la montée de mouvements alternatifs et contestataires. Nés de la volonté des habitants, ils ont donné voix à une revendication citoyenne du droit à la ville (Lefebvre, 1968) et notamment du droit à l’accès à un espace urbain alors désinvesti par ses propriétaires publics et privés. Les infrastructures et les services publics étaient en déclin pour raisons budgétaires et les espaces publics servaient de tribune aux habitants pour exprimer leurs revendications. Dans le même temps, les incendies accidentels et volontaires se multipliaient dans les quartiers les plus difficiles, laissant dans leur sillage des terrains vagues dont la propriété retournait automatiquement à la Ville (Benoit, 1982).

  • 3 3 - Voir le site www.abbeygardens.org pour la recette de ces grenades.

7Le mitage et la dégradation du tissu urbain ont favorisé des mouvements d’appropriation citoyenne de l’espace, notamment par le biais des community gardens. À New York, on attribue généralement leur origine à Liz Christy, propagatrice du concept de bombe à graines, destinées à être lancées illégalement à l’intérieur de terrains fermés au public, pour protester contre leur délaissement3. En 1973, les Green Guerillas allèrent plus loin en déblayant un terrain à Manhattan pour y créer un jardin. La Ville, consciente de l’aubaine que représentaient ces citoyens prêts à entretenir bénévolement ses terrains, leur a proposé un contrat de location, dont l’association a cherché à faire profiter d’autres citadins, notamment chez des populations plus défavorisées, souvent issues du milieu rural, désirant cultiver par nécessité économique. Dès 1978, la Ville a créé le programme Operation Green Thumb, chargé de proposer des terrains en friche à la location pour un dollar symbolique par an, à des groupes de résidents enclins à y jardiner, en attendant de leur trouver un usage plus productif financièrement.

8Cet arrangement peu contraignant s’est avéré efficace jusque dans les années 1990, lorsque la reprise économique et la hausse du prix du foncier ont fait apparaître les jardins comme des occupations trop peu rentables des terrains municipaux, déclenchant un débat entre valeur d’échange et valeur d’usage de l’espace urbain (Schmelzkopf, 2002 ; Staehli et al., 2002). De plus, la politique de « tolérance zéro » de Rudolph Giuliani, maire de la ville de 1994 à 2001, avait pour but d’éliminer de l’espace public tout comportement considéré comme inapproprié (Smith, 1998 et 2001). Ceci explique pourquoi les premiers jardins visés étaient les portoricains, avec leurs casitas (petites maisons) faites de bric et de broc, leurs poules et leurs festivités (Sciorra et Cooper, 1990). Plusieurs community gardens ont ainsi été rasés, les bulldozers étant souvent envoyés sans préavis, au petit matin, pour arracher les arbres et retourner la terre. Paradoxalement, ce sont ces actes violents - quoique légaux, puisque les baux arrivaient généralement à leur terme -, qui ont permis la cristallisation d’un mouvement de soutien à ces jardins, finalement sauvés grâce à l’intervention financière de partenaires privés et à un accord signé en 2002 entre le nouveau maire et l’État de New York (Spitzer, 2002). On compte aujourd’hui environ 650 community gardens à New York ; leur grande diversité continue à refléter celle des quartiers dans lesquels ils sont situés, mais leur protection est également accompagnée d’un contrôle grandissant à l’échelle de la ville, et d’une normalisation qui fait parfois fi des spécificités locales, alors que ces dernières, par l’adéquation entre besoins et moyens, participent au succès à long terme des jardins.

Clinton Community Garden

9Clinton Community Garden (CCG) est un bon exemple de cette longévité. Il est situé dans un quartier de Manhattan ayant subi de fortes transformations sociales et économiques depuis les années 1970. À l’époque, face à la pauvreté et à la criminalité, les résidents ont recherché des solutions locales, dont le déblaiement en 1978 d’une parcelle délaissée afin d’y créer un community garden (Baudry, 2012). Aujourd’hui, le quartier est en plein essor, perpétuellement en travaux, densément peuplé et très fréquenté par les touristes. La population demeure socialement mixte, mais nettement dominée par la classe moyenne et les artistes attirés par la proximité de Broadway.

  • 4 4 - Contrairement à de nombreux parcs publics parisiens, ceux de New York ne ferment pas la nuit.

10Avec ses 1 400 m2, le jardin est aujourd’hui l’un des plus grands de Manhattan. Cet espace est séparé de la rue par une clôture érigée au début des années 1980 en raison de vols et de vandalisme. Cette grille cadenassée a provoqué des débats enflammés en 1986, lorsque la municipalité a proposé d’intégrer CCG dans le réseau des parcs publics. En effet, s’il semblait justifié de protéger le travail d’habitants bénévoles, l’idée qu’un espace pourvu du statut de parc public soit fermé à clef la plupart du temps choquait une partie de la population et lui faisait craindre un dangereux précédent4.Cas rare, il est possible d’obtenir une clef de la porte principale pour $ 5, à condition de résider ou de travailler à proximité. Cette clef donne accès, du lever au coucher du soleil, à la partie antérieure (front garden), conçue pour le repos sur les bancs ou sous les arbres. Dans cet espace, géré collectivement par des volontaires, les usages sont plus ou moins ceux d’un parc public. Nul besoin de participer à l’entretien ni à la vie du jardin pour pouvoir en profiter, la seule exigence est d’obéir aux règles, qui ont varié en fonction des comportements des utilisateurs et de la patience des membres de l’association. La végétation haute et touffue permet, une fois dans le jardin, de ne presque plus voir la ville alentour, essentiellement perçue à travers les bruits de circulation (Photo 1). D’autre part, à l’endroit où la clôture borde des parcelles cultivées, une plaque de plexiglas a été ajoutée pour empêcher les chiens et les hommes d’uriner sur les légumes. Il s’agit donc, là même où la perméabilité visuelle est conservée, de créer une imperméabilité matérielle pour empêcher l’entrée de pollutions extérieures.

Photo 1: La végétation du Clinton Community Garden (2007)

Photo 1: La végétation du Clinton Community Garden (2007)

Cliché S. Baudry

11Au fond, le back garden est quant à lui réservé aux cultures gérées par les membres à part entière, au nombre de 134 en 2007, tous résidents du quartier et certains impliqués dans le jardin depuis sa création. Il est séparé de la partie « parc » par une autre grille, dont seuls les jardiniers bénéficiaires de parcelles ont la clef. Il existe donc une hiérarchie entre usagers « actifs » et usagers « passifs », très nettement marquée par cette frontière physique infranchissable qui permet cependant un accès visuel. Cette clôture, érigée quelques années après celle donnant sur la rue, également dans le but de protéger les récoltes d’éventuels pilleurs, est appropriée tout du long, avec des jardinières et des décorations, par les jardiniers dont elle longe les parcelles. Ainsi, elle devient, au-delà de son rôle protecteur, une extension de l’espace jardiné.

12À l’échelle municipale, CCG appartient officiellement au réseau Green Thumb, mais participe rarement aux animations qu’il propose. Il ouvre également ses portes aux habitants du quartier lors d’événements festifs comme le 1er mai ou le 4 juillet, ou pour des célébrations privées, et participe au « food festival » local, mais il n’entretient pas de rapports particuliers avec des associations du quartier. Il attire en effet déjà énormément de visiteurs, dont la fréquentation régulière se ressent sur l’état de la végétation.

La Isla

13Le second jardin diffère du CCG sur presque tous les points. Il est situé dans le South Bronx, quartier tristement célèbre pour ses taux de criminalité et de pauvreté. Son histoire traduit les enjeux liés à l’équilibre entre appropriation et accessibilité de parcelles enregistrées en tant que community gardens. La Isla (littéralement « l’île ») l’est depuis au moins 1978, mais pendant de nombreuses années, elle a été utilisée à des fins strictement personnelles et non horticoles par la famille propriétaire de l’immeuble attenant, seule à détenir la clef de la grille constamment verrouillée. Ce n’est qu’en 1994 qu’une association de quartier a obtenu un minimum d’ouverture. En 2000, le jardin avait toujours un fonctionnement très informel avec peu de jardiniers impliqués, les parcelles n’étaient pas entretenues et aucune activité ouverte au public n’y était organisée. À partir de 2002, le groupe de jardiniers a commencé à grossir et à s’organiser. Les membres adultes se sont vu attribuer un minimum de devoirs, et le jardin s’est ouvert au public à travers l’organisation d’événements destinés à récolter des fonds, et surtout par le biais d’activités proposées aux enfants et aux adolescents du quartier. En 2007, on comptait 31 membres, dont 21 enfants.

14Le jardin mesure un peu plus de 440 m2. Il est flanqué sur deux côtés de petits immeubles d’habitation. Au fond il donne sur un jardin privé et l’entrée se fait par une petite rue tranquille à sens unique. La clôture de ce côté n’est bordée que de quelques arbustes bas qui ne gênent pas la vue sur la rue (Photo 2). On se surveille et on communique d’un côté à l’autre. La Isla est pour l’essentiel ce que les New Yorkais appellent un communal garden : tout y est commun, les prises de décision et le travail comme la récolte, et toute aide de jardiniers de passage y est la bienvenue. En revanche, les horaires d’ouverture affichés à l’entrée sont rarement respectés, puisque le quartier, et donc le jardin, attirent très peu de visiteurs. Cette difficulté d’accès est néanmoins compensée par la tradition de surveillance bienveillante entre habitants, qui permet d’identifier la présence de visiteurs devant la grille et de contacter quelqu’un possédant la clef pour l’ouvrir.

Photo 2: La clôture séparant La Isla de la rue (2007)

Photo 2: La clôture séparant La Isla de la rue (2007)

Cliché S. Baudry

15L’intégration dans le quartier se fait également par le biais de relations avec divers acteurs locaux, comme le community center ou Taqwa Community Farm, un community garden ciblant particulièrement la production alimentaire dans ce quartier où les produits frais sont difficilement accessibles (Paddeu, 2012), et situé deux rues plus loin. Le jardin est également lié à des réseaux d’aide sociale à l’enfance auxquels il offre son espace, en échange d’un soutien financier ou matériel, indispensable pour ces jardiniers peu fortunés.

Les jardins « partagés » à Paris : entre espaces appropriés et espaces institutionnalisés

  • 5 5 - Réseau du Jardin dans tous ses états (JTSE) : http://jardins-partages.org/.

16La France, quant à elle, n’a connu longtemps qu’un modèle de jardins collectifs, les jardins ouvriers (rebaptisés plus tard jardins familiaux), constitués de parcelles louées par les usagers à titre individuel (Cabedoce et Pierson, 1996). Dans les années 1990, la Fondation de France, voyant dans les pratiques nord-américaines l’opportunité de créer du lien social tout en intégrant les préoccupations liées à l’autosuffisance alimentaire, organisa des séjours au Québec et à New York autour de ces nouvelles formes de jardins créés et gérés par des groupes d’habitants. Quelques-uns des futurs fondateurs du réseau national français des jardins partagés5 s’y rencontrèrent et organisèrent par la suite deux forums internationaux autour de l’articulation entre jardinage et citoyenneté. Alors que le premier jardin « communautaire » est créé à Lille en 1997, les années 2000 verront ces nouveaux modèles de jardinage associatif se diffuser dans toutes les grandes villes de France.

  • 6 6 - Charte consultable dans la brochure Jardins partagés, programme Main verte, Mairie de Paris, éd (...)

17À Paris, les premiers jardins gérés par des habitants (dits ensuite jardins « partagés ») sont apparus au début des années 2000, sous la forme de squats ou en partenariat avec des grands propriétaires fonciers (bailleurs sociaux, Réseau ferré de France...). Ils étaient créés par des habitants engagés, associatifs pour la plupart, professionnels militants ou artistes, sur des espaces sous-utilisés ou délaissés. Dès 2001, l’équipe du nouveau maire, Bertrand Delanoë, se saisit de ce phénomène émergent. L’enjeu est de rendre possibles, aux niveaux légal et administratif, ces occupations temporaires de fragments d’espace public, en confiant officiellement leur gestion à des associations d’habitants. Après deux études prospectives, le programme municipal Main verte est lancé en 2003, avec l’ouverture du premier jardin partagé (JP) signataire d’une charte sur laquelle repose ce programme6 et dans laquelle sont décrits les engagements de la ville et des associations gestionnaires de jardins. Pour la ville, ceux-ci consistent principalement à réaliser les travaux de sécurisation et de viabilisation des terrains, et à fournir au minimum une arrivée d’eau, une clôture et une cabane. Les associations s’engagent quant à elle à ouvrir le jardin au public au moins deux demi-journées par semaine, à organiser des événements publics chaque année et à pratiquer un jardinage respectueux de l’environnement. Elles sont également signataires d’une convention d’occupation temporaire et s’engagent à restituer le terrain qu’elles occupent dès que la Ville décide d’un nouvel usage de l’espace. Dix ans après son lancement, le programme compte plus de soixante-dix jardins dont certains, depuis 2005, ont été créés dans l’enceinte d’espaces verts municipaux. Dans ces cas-là, l’occupation est pérenne et les jardin partagé sont ouverts aux mêmes heures que les parcs et jardins de la ville.

Le Poireau agile

  • 7 7 - Association créée en 2001 qui accompagne des projets de jardin partagé en Île-de-France et est (...)

18Le Poireau agile est le premier jardin partagé parisien créé dans un espace vert : le Jardin Villemin dans le 10e arrondissement de Paris. Ce parc est fréquenté par des populations diverses, en raison de sa localisation entre la Gare de l’Est (autour de laquelle gravitent des personnes en situation de précarité) et le canal Saint-Martin, un quartier fortement gentrifié (Clerval, 2010). En 2001, des élus se mobilisèrent pour que le jardin public soit étendu sur une parcelle en friche attenante et qu’y soit créé un jardin partagé. Quatre ans plus tard, l’association Graine de jardins7 est mandatée par la ville pour créer une association d’habitants et élaborer un projet dans un délai de trois mois. Rapidement, un groupe porteur du projet est constitué, composé d’une quinzaine de personnes aux motivations multiples : évidemment jardiner, mais aussi créer du lien, entre l’association et le public du jardin Villemin, ainsi qu’avec des publics en difficulté. Le Poireau agile ouvrit officiellement en juillet 2005 et rencontra dès la saison suivante un vif succès : le nombre d’adhérents augmenta rapidement, comptant des habitants du quartier, quelques associations et des groupes scolaires.

  • 8 8 - Petits arrangements divers, rapportés par de nombreux acteurs impliqués dans les jardins partag (...)

19L’aménagement de ce jardin partagé a été imaginé par un paysagiste de la Ville de Paris et soumis à l’avis de l’association, dont la marge de manœuvre s’est avérée restreinte. D’une superficie cultivable d’environ 220 m2, le jardin partagé est situé au pied d’une façade d’immeuble aveugle. Proche d’une entrée secondaire du jardin Villemin, il est un lieu de passage entre le parc public et la rue, d’où il n’est cependant pas visible, étant en partie entouré de hauts arbres. À la demande des élus initiateurs du projet, le Poireau agile ne dispose d’aucune clôture (fait inédit en 2005) et n’a donc pas de frontières physiques nettes. Les parcelles sont essentiellement délimitées par une allée circulaire, longée par une haie basse (Photo 3). Précisons cependant que le jardin partagé est protégé par les grilles du parc public, qui ferme ses portes chaque nuit. Si elle est limitée côté rue, la vue sur l’espace du jardin partagé est, côté jardin public, totalement dégagée. Le regard constant du public est perçu tour à tour par les jardiniers de manière positive ou négative : cette position exposée facilite le contact avec le public, mais n’offre aucune intimité aux jardiniers. Les agents municipaux du jardin Villemin, représentants de la Ville et de ses règles, participent aussi à cette surveillance par leur présence constante, qui influence la vie au jardin. Les observations, tout comme les discours recueillis, montrent que cette présence rend par exemple difficiles les petits arrangements avec la réglementation constatés dans d’autres jardins partagés moins exposés8, sans pour autant empêcher des désagréments, comme le vandalisme.

Photo 3 : La haie basse du Poireau agile (2012)

Photo 3 : La haie basse du Poireau agile (2012)

Cliché J. Scapino

  • 9 9 - À ces difficultés s’ajoutent des problèmes internes à l’association, principalement liés à l’ab (...)

20Ces modalités d’ouverture particulières sont déterminantes dans les rapports qu’entretiennent les membres du jardin partagé avec l’extérieur. Elles offrent peu de contrôle sur les entrées de personnes extérieures. Cela a entraîné des difficultés à plusieurs reprises, comme des vols ou l’occupation du jardin partagé par des populations en situation de grande précarité, dont la présence demande une gestion qui dépasse souvent les compétences des jardiniers. Ces difficultés ont participé au délitement progressif du groupe et au délaissement du jardin9. Au moment de l’enquête, la plupart des parcelles étaient à l’état de friche. L’association comptait près de 90 adhérents, mais principalement au titre de « sympathisants », payant une cotisation par soutien sans participer activement.

21Si les relations au sein de l’association, et avec d’autres groupes fréquentant le jardin public, sont ou ont été problématiques, certains membres ont créé des liens au-delà des frontières du jardin partagé. À travers une externalisation de leur action (qui a peut-être aussi participé au délaissement du jardin), d’autres relations se sont tissées avec d’autres acteurs à l’échelle du jardin public (associations, jardiniers municipaux…) et du quartier (écoles, mairie d’arrondissement…).

22Les difficultés rencontrées au Poireau agile peuvent aussi bien tenir à l’absence de clôture et au contrôle institutionnel quotidien, qu’au fait qu’il s’agisse d’une initiative municipale précédant la constitution d’un groupe de bénévoles cohérent et maître de son projet. Quelle qu’en soit la cause, ces difficultés soulignent l’importance d’une appropriation forte de l’espace du jardin par le groupe et les conséquences que peut avoir – dans certains cas – l’institutionnalisation d’un modèle comme celui du jardin partagé, issu d’une initiative citoyenne mais ensuite devenu un nouvel équipement urbain.

Le Bois Dormoy

23Le jardin du Bois Dormoy, situé dans une petite impasse du quartier de la Chapelle dans le 18e arrondissement, a une histoire, ainsi qu’une organisation spatiale et sociale, radicalement différentes. Une petite forêt s’est développée sur ce terrain de 1 400 m2, en friche depuis plus de vingt ans, et qu’un groupe d’habitants a décidé d’ouvrir au public et de préserver. Suite à une demande infructueuse à la mairie du 18e en 2006, les habitants ont créé une association et ont investi le terrain sans autorisation en 2008. Après deux ans de squat, le jardin est finalement entré officiellement dans le programme Main verte.

24Le Bois Dormoy est l’un des plus grands jardins partagés de Paris. Le terrain est délimité sur trois côtés par de hauts immeubles, dont les murs servent de support à diverses formes d’expression artistique. Du quatrième côté, le jardin est longé par une petite impasse, fréquentée surtout par des riverains. À l’époque du squat, une palissade entièrement opaque de plusieurs mètres de haut séparait le jardin de la rue. Cette palissade et le caractère touffu du bois donnaient au lieu un aspect caché, camouflé qui, ajouté à l’illégalité de l’occupation, repoussait de nombreuses personnes et compliquait le recrutement de nouveaux membres. Les responsables du jardin partagé étaient très demandeurs d’une clôture permettant au jardin d’être visible de la rue, afin de mieux le faire connaître et de rassurer les usagers potentiels. Une telle clôture fut installée par la Ville quand le jardin partagé acquit un statut officiel. Deux ans plus tard, une végétation grimpante s’était développée çà et là le long de la grille, mais pas assez pour limiter la visibilité. Étant donné les difficultés connues précédemment par l’association, on peut supposer que le but était avant tout d’orner une clôture assez peu esthétique, tout en transformant le paysage de la rue. Les riverains rapportent d’ailleurs aux responsables de l’association que, après une vingtaine d’années passées à longer une grande palissade grise sentant l’urine de chien, le jardin est devenu un important facteur d’embellissement de leur cadre de vie.

25Le rapport visuel entre l’intérieur et l’extérieur du jardin doit aussi être pris en compte dans sa dimension verticale. Le Bois est en effet surplombé par les fenêtres de nombreux logements. Selon leur hauteur, elles donnent soit sur une vaste masse végétale (Photo 4), soit sur l’intérieur du jardin, permettant de surveiller ce qu’il s’y passe. Il est d’ailleurs déjà arrivé que des voisins se plaignent de nuisances sonores ou visuelles engendrées par certaines activités du jardin partagé.

Photo 4 : Le Bois Dormoy, vue de la fenêtre d’un immeuble mitoyen (2008)

Photo 4 : Le Bois Dormoy, vue de la fenêtre d’un immeuble mitoyen (2008)

Cliché V. Lefebvre

26En 2012, l’association comptait une soixantaine d’adhérents et près de 300 sympathisants, recevant les actualités du Bois par mail et participant surtout aux événements. Le noyau le plus actif de l’association comptait une vingtaine de personnes. Une trentaine (pas nécessairement les mêmes) venait jardiner de manière régulière. L’officialisation du jardin et la visibilité acquise ont entraîné une diversification des profils des usagers, avec l’arrivée de nombreux riverains, dont des familles et des enfants, et quelques personnes d’origine immigrée (néanmoins sous-représentés par rapport à la population du quartier). Même s’il repose sur un noyau particulièrement actif, le fonctionnement du jardin est essentiellement collectif.

27Le Bois Dormoy est ouvert deux fois par semaine dont chaque dimanche après-midi, moment privilégié à la fois d’ouverture et de rassemblement des membres. De nombreux événements publics sont organisés et réunissent parfois plusieurs centaines de personnes. L’association fait partie d’un collectif rassemblant les lieux alternatifs du quartier de la Chapelle et entretient des relations avec diverses associations, dont l’objet est proche ou éloigné du jardinage. L’avenir de ce lieu est actuellement en suspens, car la Ville, propriétaire du terrain, a programmé de longue date la création d’équipements sociaux sur ce terrain, dont la construction devrait débuter prochainement.

Discussion : De la porosité des frontières entre jardins collectifs et milieu urbain

28À partir des observations issues du terrain et des ressources bibliographiques mobilisées, six entrées conceptuelles ont été élaborées pour tenter de rendre compte des multiples liens existant entre espaces jardinés et espace urbain : la temporalité, les échanges physiques, les échanges sensoriels, la surveillance, les réseaux sociaux et le changement d’échelle.

  • 10 10 - Lors d’un travail de terrain sur les jardins urbains, le recueil des discours de personnes n’y (...)

29Tout d’abord, il convient de considérer les occupations qui ont précédé et suivront la présence du jardin, et qui imposent elles aussi à l’espace des degrés variables d’accessibilité. Il faut aussi analyser les évolutions des usages au cours de l’existence du jardin lui-même, puisque les groupes de jardiniers, les quartiers, la conjoncture à l’échelle municipale se transforment avec le temps et leurs interactions dynamiques font évoluer les relations entre le jardin et son environnement. C’est d’ailleurs cette capacité d’adaptation et d’évolution – évolution vers le repli sur soi ou l’ouverture à l’autre – qui explique la longévité d’espaces gérés par des bénévoles très souvent formés sur le tas, à la fois au jardinage et à la vie associative. Ainsi, pour le Clinton Community Garden, la pression subie par le jardin et les jardiniers face à une fréquentation grandissante a poussé à une multiplication des règles, alors qu’à La Isla ou au Bois Dormoy, les jardiniers ont ouvert au quartier et à ses habitants l’accès physique et visuel à des espaces auparavant fermés. Cette observation diachronique implique de prendre du recul vis-à-vis de l’occupation physique de l’espace par ces jardins, parfois considérée comme inappropriée car visant le bien-être d’une minorité. Cette discussion renvoie à la nature finie de l’espace urbain en tant que ressource, qui entraîne nécessairement une compétition entre les usages possibles à un moment donné. Or, le choix des jardins collectifs peut en effet être contesté, d’une part à cause de leur statut ambigu entre public et privé – si l’on se détache des simples considérations de propriété foncière. D’autre part, bien que ces espaces se multiplient, soient de plus en plus médiatisés et encouragés par les politiques publiques, leur nature et leur fonctionnement demeurent difficilement identifiables par une partie du public, tout comme leurs modalités d’accessibilité, malgré la signalétique censée définir clairement ces paramètres10. Dans les deux villes, les jardins signataires des chartes doivent afficher les logos des programmes et leurs heures d’ouverture. À Paris, la Ville a aussi fait le choix d’une clôture standardisée pour la plupart des jardins partagés, qui permet de les identifier et de voir, de la rue, l’intérieur de ces espaces clos.

30Cette apparente ambiguïté entre un désir de fermeture à visée protectrice et de visibilité vis-à-vis des passants, montre une reconnaissance implicite que la relation entre intérieur et extérieur ne relève pas d’une stricte dichotomie et qu’il existe une porosité entre ces deux notions (Deleuze et Guattari, 1980). Dans le cas des jardins collectifs, cette porosité à double sens peut être source de nuisances autant que de bénéfices. Sa forme la plus évidente tient aux échanges physiques entre le dedans et le dehors. Échanges de plantes et de matériaux, souvent de récupération et qui circulent dans un sens comme dans l’autre, mais également intrusion d’éléments néfastes depuis la rue, par négligence ou malveillance : déchets, urine, ballons atterrissant sur les plantes, etc. L’idée d’échanges physiques renvoie surtout à l’accessibilité de ces espaces à des citadins non-jardiniers, qui, lorsqu’elle est effective, les rend véritablement publics, mais peut aussi entraîner vandalisme ou squat, ce qui en retour peut pousser à une plus grande protection du jardin. C’est ainsi qu’à Clinton, la grille principale est cadenassée la nuit depuis que des soirées sauvages y ont été organisées. À Paris comme à New York, les statuts instaurent une obligation d’ouverture hebdomadaire au public, mais plusieurs usagers non jardiniers de Clinton rapportent que l’ouverture limitée leur procure aussi la satisfaction de connaître et de fréquenter un lieu « secret ». La question de l’accessibilité physique demeure délicate et mérite donc d’être posée, comme l’ont montré les débats autour de la fermeture de Clinton, ou les difficultés liées à l’absence de clôture au Poireau agile.

31Par ailleurs, la porosité des frontières relève de l’approche sensible, qui soutient que « notre corps habite l’espace au moyen de chacun de ses sens » (Chelkoff et Thibaud, 1992). Comme l’a souligné Mark Francis (1989), les jardins urbains offrent aux passants les bénéfices psychologiques de la présence de nature, et le sentiment de sécurité qu’induit un espace bien entretenu par ses usagers. En un mot, ils jouent un rôle dans l’élaboration du cadre de vie urbain (Reyburn, 2002). Les bruits et les odeurs du jardin franchissent les grilles : ceux, généralement appréciables, des oiseaux et des fleurs, ou au contraire ceux perçus comme des nuisances, liées à des fêtes nocturnes (au Bois Dormoy ou à Clinton) ou à la macération du compost. La végétation du jardin déborde elle aussi et influence l’ambiance sonore urbaine (Marry et Delabarre, 2011). Inversement, les bruits et odeurs des voitures sont perceptibles au jardin. Mais c’est surtout l’entrée visuelle qui nous semble propice à brouiller la frontière entre dedans et dehors, entre public et privé, et ce à double titre. En effet, les jardins produisent un paysage vert et fleuri le plus souvent perceptible depuis la rue, comme depuis les fenêtres des immeubles mitoyens (Kinoshita, 2010), qui contraste généralement avec la minéralité alentour, et dont les bénéfices psychologiques ont été largement démontrés (Taylor et al., 2002). Les jardins sont aussi révélateurs de la confrontation entre différentes représentations du « beau » et du « propre », puisque les jardins en friche, négligés ou expérimentaux, les matériaux de récupération, les expressions artistiques qui trouvent souvent leur place dans ces espaces, choquent parfois la sensibilité des riverains.

32Au-delà des considérations esthétiques, l’accessibilité visuelle fonctionne également comme un vecteur de surveillance depuis la rue sur les activités du jardin, et vice-versa. Cette problématique nous renseigne sur l’intégration du jardin et des jardiniers dans la vie sociale du quartier. En fonction de la situation du jardin dans la ville et du projet des jardiniers, cette surveillance peut s’apparenter aussi bien au panoptique décrit par Michel Foucault (1975), une pression sociale inhibant les jardiniers, qu’aux « yeux sur la rue » dont Jane Jacobs (1961) nous explique qu’ils participent du bien-être, de la sécurité et de l’échange social dans la ville. Le rapport au regard d’autrui comporte aussi une dimension culturelle et peut être perçu comme plus ou moins intrusif selon les sociétés (Hall, 1990). Lorsque la surveillance est perçue positivement, comme un élément constitutif de la sociabilité du quartier, on observe que la végétation le long des grilles est maintenue volontairement basse, afin de ne pas gêner ce contact visuel à double sens, généralement assorti de communications verbales. C’est le cas de La Isla, et plus généralement des jardins new yorkais observés dans les quartiers plus populaires et éloignés des centres touristiques, dans lesquels la sociabilité se fait beaucoup dans la rue, en sortant des chaises sur le trottoir pour dialoguer avec les passants. Le jardin devient alors une extension de cette vie de quartier sur la voie publique. Même si l’on n’observe pas un tel degré de sociabilité de rue à Paris, le cas du Bois Dormoy montre une même volonté d’instaurer un contact visuel entre rue et jardin, et donc entre riverains, passants et jardiniers, qui constitue de fait une forme de surveillance. À l’inverse, si le quartier attire de nombreux visiteurs dont le regard étranger peut gêner, on constate un désir d’opacifier la clôture par une haie végétale, autant pour masquer la ville depuis l’intérieur du jardin, afin de créer l’impression de sortir de l’urbain, que pour protéger cet espace des regards de la rue. Au Poireau Agile, l’absence de clôture rend impossible cette technique protectrice, mais les discours soulignent bien la perception d’une surveillance inhibante. C’est en revanche la stratégie adoptée à Clinton, situé non loin de Times Square, dans un quartier de plus en plus fréquenté par des populations diverses dont le regard peut être perçu comme intrusif. Cependant, le résultat est tout autant de masquer la grille elle-même, si bien que ce qui semble devoir diviser l’intérieur et l’extérieur fait au contraire office de connecteur entre les deux (Plowright et al., 2010) : en poussant entre les barreaux, la végétation fait littéralement sortir le paysage du jardin dans la rue dont il cherche à s’isoler.

33Enfin, les relations entre l’intérieur et l’extérieur du jardin correspondent aussi à des connexions à divers réseaux de sociabilité, préexistant au jardin ou découlant de sa création, et qui le connectent à différents acteurs de la ville : habitants, associations, institutionnels, etc. (Kingsley et Townsend, 2006). Au sein de ces réseaux, le jardin peut entretenir avec les autres des liens « forts » (entre proches se fréquentant à un rythme soutenu, qui assurent une cohésion locale, mais introduisent le risque de créer des groupes fermés sur eux-mêmes) ou des liens « faibles » (entre personnes plus diverses dépassant l’environnement immédiat et offrant un accès à des informations et opportunités plus diversifiées) (Granovetter, 1973). Cette distinction apporte un éclairage pour penser l’intérêt et la portée de chacun des liens que créent les jardins avec leur environnement immédiat ou plus lointain. Précisons que « liens » ne signifie pas automatiquement relations « positives », car ils peuvent aussi bien être porteurs de coopérations, de partenariats, que d’oppositions et de conflits. On observe par exemple qu’un jardin peut autant servir de relais à la politique municipale, que constituer une force vive d’opposition à celle-ci. Le jardin collectif est dans tous les cas un acteur local à part entière, dont il a été montré qu’il peut offrir un apprentissage de la démocratie (Alaimo et al., 2010).

34La notion de réseau est fondamentale pour changer d’échelle et rappeler que le jardinage collectif ne se résume pas à la somme des parcelles occupées par cette activité. La mise en réseau des jardins à plusieurs échelles permet de créer une alternative à l’organisation verticale de la société et peut permettre une longévité des pratiques au-delà des aléas électoraux (Castells, 1996). Elle permet aussi de questionner le rôle de l’habitant dans la ville d’aujourd’hui, dans le contexte d’un glissement de l’urbanisme fonctionnaliste à un « urbanisme des modes de vie », s’attachant à privilégier une réflexion sur les usages qui seront faits de l’espace construit (Tonnelat, 2010). Donner la possibilité à l’habitant d’intervenir dans la construction socio-spatiale de son environnement quotidien, c’est aussi le faire passer de consommateur à acteur du milieu urbain, rôle qu’il a souvent délaissé, de gré ou de force, au profit des propriétaires fonciers et des « experts » (Harvey, 2006). Si cette implication nouvelle peut parfois relever d’un désir de privatisation de l’espace, elle sait aussi se faire dans la perspective d’offrir de nouvelles opportunités de coprésence et de créativité. Au-delà donc de l’observation de chaque jardin, dont le fonctionnement peut dans certains cas confiner à une forme de privatisation de l’espace public, c’est le mouvement dans son ensemble et sa diversité qu’il faut prendre en compte pour pouvoir analyser plus avant ces pratiques émergentes et bénévoles.

35Cet article donne à voir la diversité de cas que peuvent offrir les jardins collectifs, diversité qui découle du rôle qu’ils jouent dans l’espace urbain à une échelle sociale locale et micro-locale. Les cas décrits montrent quant à eux que le rapport entre intérieur et extérieur des jardins recouvre des réalités complexes, qui ne peuvent être réduites à la simple opposition entre privatisation et ouverture. Il semble impossible de trancher cette question, car il est fort probable que les situations soient très variables d’un jardin à l’autre, d’un quartier à l’autre et d’une ville à l’autre.

36Dans ce texte, nous avons montré l’intérêt d’aborder par une approche anthropo-géographique la question de l’ouverture et des liens (à la fois spatiaux, sociaux, sensibles et matériels) dans les jardins collectifs. Sont ainsi mis en évidence la richesse et l’intrication des relations qui se tissent entre l’intérieur et l’extérieur et façonnent l’identité, toujours mouvante, de chaque jardin collectif urbain.

Haut de page

Bibliographie

ALAIMO K., REISCHL T. M. et OBER ALLEN J., 2010, Community Gardening, Neighborhood Meetings and Social Capital, Journal of Community psychology, Vol. 38, n°4, p. 497-514.

BAUDELET L., BASSET F. et LE ROY A., 2008, Jardins partagés : utopie, écologie, conseils pratiques, Mens, Terre vivante, 157 p.

BAUDRY, S., 2012, Reclaiming urban space as resistance : the infrapolitics of gardening, Revue Française d’Études Américaines, n°131, p. 33-49.

BAUDRY, S., 2010, Cultiver son jardin, s’inscrire dans la ville : anthropologie de quatre community gardens de New York City, Thèse de doctorat, Université Paris Diderot, 474 p.

BENOIT P., 1982, Incendies dans le South Bronx : l’argent du feu, New York Haute Tension, Paris, Autrement, p. 282-286.

BOULIANNE, M., 2001, L’agriculture urbaine au sein des jardins collectifs québécois : Empowerment des femmes ou ‘domestication de l’espace public’?, Anthropologie et Sociétés, vol. 25, nº1, p. 63-80.

BOURDEAU-LEPAGE L. et VIDAL R., 2013, Nature urbaine en débat : à quelle demande sociale répond la nature en ville ?, Déméter 2013, p. 195-210.

CABEDOCE B. et PIERSON P., 1996, Cent ans d’histoire des jardins ouvriers, 1896-1996, La Ligue Française du Coin de Terre et du Foyer, Paris, Créaphis, 221 p.

CAGGIANO M., 2010, Les “jardins partagés” in Paris: cultivating visions and symbols, 9th European IFSA Symposium, Vienne, 4-7 juillet, p. 1214-1221.

CASTELLS M., 1996, The rise of the network society, Oxford, Blackwell, 687 p.

CHELKOFF G. et THIBAUD J.-P., 1992, L’espace public, modes sensibles : le regard sur la ville, Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, p. 7-16.

CLERVAL A., 2010, Les dynamiques spatiales de la gentrification à Paris, Cybergeo : European Journal of Geography, En ligne : http://cybergeo.revues.org/23231 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23231.

DAVIS M., 1992, City of Quartz: Excavating the Future in Los Angeles, New York, Vintage Books, 462 p.

DE CONINCK F. et DEROUBAIX J.-F. (dir.), 2012, Transformations des horizons urbains : Savoirs, imaginaires, usages et conflits, Paris, L’Oeil d’Or, 375 p.

DELEUZE G. et GUATTARI F., 1980, Capitalisme et schizophrénie : Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit, 645 p.

DEMAILLY K.-E., 2012, Les délaissés urbains : supports d’une participation citoyenne constitutive de nouveaux territoires ? Le cas des jardins partagés de l’est parisien, Actes de la seconde journée doctorale sur la participation du public et la démocratie participative, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, 18 octobre, En ligne : http://www.participation-et-democratie.fr/sites/default/files/atelier_1-2_eve_demailly.pdf, 11 p.

FOUCAULT M., 1975, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 360 p.

FRANCIS M., 1989, The Urban Garden as Public Space, Places, Vol.6, n°1, p. 52-59.

GRANOVETTER M., 1973, The Strength Of Weak Ties, American Journal of Sociology, n° 78, p. 1360-80.

HALL, E., 1990, The Hidden Dimension, New York, Anchor Books, 217 p.

HARVEY D., 2006, Spaces of Global Capitalism: Towards a Theory of Uneven Geographical Development, New York, Verso, 154 p.

HYNES P., 1996, A Patch of Eden: America’s Inner-City Gardeners, White River Junction, Chelsea Green Publishing Company, 185 p.

JACOBS J., 1961, The Death and Life of Great American Cities, New York, Vintage Books Edition, 433 p.

KINGSLEY J. Y. et M. TOWNSEND, 2006, ‘Dig In’ to Social Capital: Community Gardens as Mechanisms for Growing Urban Connectedness, Urban Policy and Research, Vol. 24, n°4, p. 525-537.

KINOSHITA I., 2010, Niwa-roju : Private Gardens Serving the Public Realm, in HOU J. (dir.), Insurgent Public Space: Guerrilla Urbanism and the Remaking of Contemporary Cities, New York, Routledge, 276 p.

LATOUR B., SCHWARTZ C. et CHARVOLIN F., 1991, Crises des environnements : défis aux sciences humaines, Futur antérieur, n° 6, p. 28-56.

LAWSON L. J., 2005, City Bountiful: A Century of Community Gardening in America, Berkeley, University of California Press, 382 p.

LEFEBVRE H., 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 135 p.

LEFEBVRE H., 1974, La production de l’espace, Paris, Economica, 485 p.

LÉVY J., 2003, Lieu, in LEVY J., LUSSAULT M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 560 -561.

MARRY S. et DELABARRE M., 2011, Naturalité urbaine : l’impact du végétal sur la perception sonore dans les espaces publics, VertigO, Vol. 11, n°1, En ligne : http://vertigo.revues.org/10874 ; DOI : 10.4000/vertigo.10874.

MITCHELL D., 2003, The Right to the City: Social Justice and the Fight for Public Space, New York, London, The Guilford Press, 270 p.

MURAMATSU K., 2012, Les jardins collectifs : une agriculture du social, in NIZET et al. (Eds), Agroécologie : entre pratiques et sciences sociales, Dijon, Educagri, p. 219-232.

PADDEU, F., 2012, L’agriculture urbaine dans les quartiers défavorisés de la métropole New-Yorkaise: la justice alimentaire à l’épreuve de la justice sociale, VertigO, Vol. 12, n°2. En ligne http://vertigo.revues.org/12686.

PLOWRIGHT P., STEVENS J. et ADHYA A., 2010, Rethinking Enclosures: Lineages, Proceedings of the Conference on Sustainability and the Built Environment. King Saud University, p. 365-390.

RÉMY E. et ESTADES J., 2007, Nez à nez avec des nuisances odorantes, l’apprentissage de la cohabitation spatiale, Sociologie du travail, Vol.49, n°2, p. 237-252.

REYBURN, S., Le cadre de vie et les jardins potagers communautaires à Montréal, VertigO, Vol. 3, n°2. En ligne http://vertigo.revues.org/3794.

SCAPINO, J., 2012. Modalités d’appropriation et niveau d’expérimentation dans les jardins partagés parisiens, mémoire de master 2, Paris, Museum national d’histoire naturelle, 99 p.

SCHEROMM P., 2013, Les jardins collectifs, entre nature et agriculture, Métropolitiques, En ligne : http://www.metropolitiques.eu/Les-jardins-collectifs-entre.html

SCHMELZKOPF K., 2002, Incommensurability, Land Use, and the Right to Space : Community Gardens in New York City, Urban Geography, Vol. 23, n°4, p. 323-343.

SCIORRA J. et COOPER M., 1990, “I feel Like I’m in My Country”: Puerto Rican Casitas in New York City, The Drama Review, Vol. 34, n°4, p. 156-168.

SMITH N., 1998, Giuliani Time: The Revanchist 1990s, Social Text, Vol. 57, p. 1-20.

SMITH N., 2001, Global Social Cleansing: Postliberal Revanchism and the Export of Zero Tolerance, Social Justice, vol. 28, n°3, p. 68-72.

SOJA E, 1980, The Socio-Spatial Dialectic, Annals of the Association of American Geographers, Vol. 70, n°2, p. 207-225.

SPITZER E., Attorney General of the State of New York, and CARDAZO, M. A. Cardozo, Corporation Counsel of the City of New York, « Memorandum of Agreement », September 17, 2002.

STAEHLI L.A., MITCHELL D. et GIBSON C., 2002, Conflicting Rights to the City in New York’s Community Gardens, GeoJournal, n°58, p. 197-205.

TATI J., 1967, Playtime, Specta Films.

TAYLOR, FABER A., KUO F. E. et SULLIVAN W. C., 2002, Views of Nature and Self-Discipline: Evidence from Inner City Children, Journal of Environmental Psychology, n°22, p. 49-63.

TONNELAT S., 2008, Comment intégrer les usages dans la démarche de projet ? Cahiers de l’IAU Ile-de-France, n°149, p55-56.

WHYTE W., 2001, The Social Life of Small Urban Spaces, New York, Project for Public Spaces, 125 p.

Haut de page

Notes

1 1 - Bien que le terme « jardin collectif » désigne à Montréal une forme d’organisation bien spécifique (Boulianne, 2001), nous choisissons de l’employer ici pour désigner à la fois les jardins partagés parisiens et les community gardens new yorkais, en considérant que, malgré leurs différences, leur statut commun d’espaces jardinés gérés par un groupe de citadins permet de les rassembler sous une étiquette commune pour des raisons de clarté. Notons qu’une telle utilisation du terme est courante dans les publications portant sur les jardins en Europe (voir par exemple Scheromm, 2013 ou Muramatsu, 2012).

2 2 - Le terme de community, difficilement traduisible en français, désigne aux États-Unis le concept multiple de groupe humain, mais aussi de pouvoir politique alternatif fort.

3 3 - Voir le site www.abbeygardens.org pour la recette de ces grenades.

4 4 - Contrairement à de nombreux parcs publics parisiens, ceux de New York ne ferment pas la nuit.

5 5 - Réseau du Jardin dans tous ses états (JTSE) : http://jardins-partages.org/.

6 6 - Charte consultable dans la brochure Jardins partagés, programme Main verte, Mairie de Paris, édition décembre 2011.

7 7 - Association créée en 2001 qui accompagne des projets de jardin partagé en Île-de-France et est le correspondant du réseau JTSE pour cette région : http://jardinons-ensemble.org/.

8 8 - Petits arrangements divers, rapportés par de nombreux acteurs impliqués dans les jardins partagés à Paris (Scapino, 2012).

9 9 - À ces difficultés s’ajoutent des problèmes internes à l’association, principalement liés à l’absence d’un véritable projet commun.

10 10 - Lors d’un travail de terrain sur les jardins urbains, le recueil des discours de personnes n’y étant pas impliquées pose des problèmes méthodologiques. Nous ne disposons pas de données aussi concrètes que nous le voudrions sur les discours de ces personnes, mais les enquêtes menées à New York ont révélé que des résidents interrogés de manière aléatoire, y compris à proximité d’un jardin, disent ne pas connaître ces types d’espaces. A Paris, ce sont les acteurs institutionnels qui rapportent des plaintes de riverains à propos de jardins trop souvent fermés, ou dont les modalités et horaires d’ouverture ne sont pas clairs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1: La végétation du Clinton Community Garden (2007)
Crédits Cliché S. Baudry
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Photo 2: La clôture séparant La Isla de la rue (2007)
Crédits Cliché S. Baudry
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Photo 3 : La haie basse du Poireau agile (2012)
Crédits Cliché J. Scapino
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9388/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Photo 4 : Le Bois Dormoy, vue de la fenêtre d’un immeuble mitoyen (2008)
Crédits Cliché V. Lefebvre
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9388/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Baudry, Julie Scapino et Elisabeth Rémy, « L'espace public à l'épreuve des jardins collectifs à New York et Paris », Géocarrefour, 89/1-2 | 2014, 41-51.

Référence électronique

Sandrine Baudry, Julie Scapino et Elisabeth Rémy, « L'espace public à l'épreuve des jardins collectifs à New York et Paris », Géocarrefour [En ligne], 89/1-2 | 2014, mis en ligne le , consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9388 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9388

Haut de page

Auteurs

Sandrine Baudry

UMR SAD-APT, INRA AgrosParisTech sandrine.baudry35@gmail.com

Julie Scapino

UMR Éco-anthropologie et Ethnobiologie, MNHN julie.scapino@yahoo.fr

Elisabeth Rémy

UMR SAD-APT, INRA AgrosParisTech inra-elisabeth.remy@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page