Navigation – Plan du site
Articles

L’invention de l’agri-urbain en Île-de-France. Quand la ville se repense aussi autour de l’agriculture

The invention of the agri-urban in Ile-de-France. When the city also rethinks itself around agriculture
Monique Poulot
p. 11-19

Résumés

L’objectif de cet article est d’analyser les processus de transaction initiés dans certaines formules inédites qui intègrent l’agriculture dans le projet urbain à l’aune notamment des enjeux du développement durable. Le terrain d’investigation est l’Ile-de-France, première région métropolitaine française, qui a une longue tradition d’aménagement à l’échelle régionale et soutient la nécessité d’articuler ensemble ses espaces urbains et ruraux. L’hybridation en cours entre le rural et l’urbain dans le dispositif phare régional, les programmes agri-urbains, celle des acteurs -institutionnels, associatifs ou individuels-, des modalités d’actions et des formes de gouvernance pose la question de l’avènement d’un système agri-urbain où se réinventent ensemble ville et agriculture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le développement de la ville et de l’agriculture ont en effet été pensés dans des espaces dédiés sé (...)

1Après quasiment un siècle de séparation1 entre agriculture et ville dans le cadre de politiques de développement sectoriel (Poulot, 2011 ; Salomon Cavin et Niwa, 2011), les crises répétées des systèmes urbains et agricoles conduisent à repenser les liens entre espaces agricoles et sociétés urbaines (Sieverts, 2002). Quand les métropoles éclatées englobent des zones agricoles toujours plus vastes – 75% du potentiel agricole français selon le recensement de l’agriculture de 2010 et le zonage en aires urbaines de l’INSEE-, de « nouvelles combinaisons qui ne les exemptent pas de conflits et de contradictions mais les lient toujours plus » (Vanier, 2005) se repèrent partout pour faire advenir l’agri-urbain (Galli et al., 2010 ; Daniels, 1999).

  • 2 Dispositifs éprouvés d’abord de manière informelle, les programmes agri-urbains reçoivent une recon (...)

2Déjà perceptibles depuis deux voire trois décennies ces mises en lien de la ville et de l’agriculture ont trouvé dans le paradigme du Développement durable un cadre théorique susceptible d’articuler les différents courants de l’aménagement. En effet, la formule autorise la construction de figures qui intègrent les dimensions naturalistes mais aussi économiques et sociales d’un lieu (prise en compte des pratiques et représentations des différents acteurs, des conflits éventuels) pour en favoriser l’appropriation. L’objectif est d’aller vers un développement local endogène, soucieux d’une bonne mise en partage des ressources entre les parties prenantes in situ mais attentif aussi à replacer le local dans le global, comme si chaque site était un « bien commun » pour l’humanité toute entière. La réflexion sur l’agriculture dans et autour de la ville participe totalement de ce registre : reconnue multifonctionnelle depuis la Loi d’Orientation agricole de 1999, fournissant à la ville, en plus des produits alimentaires dans le cadre de circuits courts réinventés (Aubry et Chiffoleau, 2009), des biens environnementaux, récréatifs, pédagogiques et patrimoniaux, devenue durable elle s’impose comme un élément de fabrique de la ville durable (Zasada, 2011 ; Brinkley, 2012). Les schémas de cohérence territoriale institués en France en 2000 s’en font l’écho à petite échelle, redoublés à grande échelle par des formes spécifiques dont les programmes agri-urbains, derniers territoires de projet institutionnalisés en 20052.

3Notre propos est d’analyser les « processus de transaction » initiés dans ces formules inédites qui intègrent l’agriculture dans le projet urbain (Duvernoy et al., 2005) à l’aune des nouveaux enjeux et manières de faire un aménagement rural et urbain partagé ou agri-urbain. Nous retiendrons dans la notion de « transaction sociale » définie par J. Remy (2005) « les jeux multiples entre le rationnel et l’affirmation de sens, le formalisé et le diffus, le continu et le discontinu, l’interaction et l’interdépendance (pour déboucher sur) la dialectique de l’invention ». Ce cadre théorique se révèle fécond tant les tâtonnements sont nombreux dans cette recherche de modalités nouvelles tant de découpages territoriaux que de gestion territoriale, puisqu’il s’agit de penser la ville depuis sa périphérie et l’agriculture hors des bassins de production.

  • 3 La législation européenne prévoit une évaluation des impacts environnementaux des grandes opération (...)

4Le terrain d’investigation est l’Ile-de-France, première région métropolitaine française, qui a une longue tradition d’aménagement à l’échelle régionale depuis les années 1970 (Poulot et Rouyres, 2003) et reconnaît la nécessité d’articuler ensemble les espaces urbains et ruraux qui la composent en associant tous les acteurs à tel point que l’agri-urbain fait son entrée dans le Schéma directeur voté en octobre 2013. Si les Parcs naturels régionaux participent de ces constructions agri-urbaines, l’enquête portera sur les seuls programmes agri-urbains institués en Ceinture verte et désignés par l’Autorité environnementale3, « indicateurs majeurs de contexte » pour évaluer les retombées positives du nouveau Schéma d’aménagement. L’article veut envisager leur mise en œuvre tant dans le dernier SDRIF que sur le terrain avec une étude des différentes étapes de négociation sur deux des derniers programmes reconnus par la Région. Les formalisations en cours révèlent clairement le jeu des acteurs entrés en transaction d’autant qu’à ces créations répondent aussi des disparitions ou réaménagements faute d’alliances ou de leadership (fig. 1). Si les expériences suggèrent des manières multiples pour que « l’agriculture locale devienne actrice du développement durable et de la gouvernance urbaine dans un projet commun de territoire » (Vidal et Fleury, 2007), elles témoignent toutes de processus d’hybridation entre le rural et l’urbain, celui des acteurs, des modalités d’actions et des formes de gouvernance. Elles viennent ainsi confirmer la robustesse de ces espaces en passe de devenir des lieux où se réinventent la ville et l’agriculture (Poulot, 2008a et b).

L’avènement de l’agri-urbain en Ile-de-France dans le SDRIF, Ile-de-France 2030

  • 4 Le Plan Vert régional de 1995, qui préconise interrelations et complémentarités entre ville et camp (...)

5Les documents d’urbanisme de la Région Ile-de-France ont longtemps affirmé une logique d’extension de la ville par absorption des campagnes environnantes considérées comme de simples réserves foncières (Berger, 2004 ; Charvet et Poulot, 2006). En dépit d’infléchissements dans le SDAURIF de 1976 et dans le SDRIF de 19944, le discours dominant demeure plus paysager qu’agricole, les aménités de nature et de loisirs l’emportant sur les considérations alimentaires (Donadieu, 1999), Les outils d’intervention restent peu nombreux : la procédure d’Espace naturel sensible, pilotée par les départements, est alors la plus employée avec comme objectif premier l’ouverture au public.

  • 5 La mise en révision du SDRIF 1994 débute en en 2004 et s’achève en 2008 par l’adoption d’un nouveau (...)

6Le nouveau Schéma, Ile-de-France 2030, qui veut engager la « transition de l’aménagement régional » dans l’esprit des préconisations des Grenelle I et II, paraît en ce sens profondément novateur. Quand le projet de 20085 était centré sur trois piliers, « i) le développement de l’excellence économique en prônant ii) la réduction des inégalités territoriales, sociales et environnementales et iii) la promotion d’une organisation urbaine répondant aux mutations climatiques et énergétiques », celui de 2013 y ajoute « le défi alimentaire » « car nourrir 11,5 millions de Franciliens interroge directement (…) les politiques de maîtrise et de valorisation des espaces agricoles et des filières agroalimentaires » (SDRIF 2012, p. 6).

Au-delà de la catégorie générique des espaces ouverts, vers une reconnaissance de la spécificité des espaces agricoles

  • 6 Dès 1976 la région francilienne préfigure les contours des régions de 1982 puisqu’elle se saisit de (...)
  • 7 www.aev-iledefrance.fr

7La notion « d’espaces ouverts », transposée de la recherche anglo-saxonne par l’Institut d’Aménagement de la Région Ile-de-France, figure expressément dans tous les schémas régionaux. Conçus comme des « zones (…) où la nature prédomine soit en raison de l’état initial, soit par une action d’aménagement, de protection ou d’abandon », ces espaces participent d’une réflexion sur l’organisation de la métropole puisqu’ils « assurent des fonctions variées et complémentaires, économiques, esthétiques et paysagères, récréatives, biologiques et même scientifiques et pédagogiques » (Strong, 1968). Ils sont d’ailleurs la première compétence saisie par la Région6, confiés dès 1976 à un organisme spécifique, l’Agence des Espaces Verts (AEV). L’outil est le Périmètre régional d’intervention foncière (PRIF), « secteur (…) délimité et voté par les conseils municipaux et le Conseil régional, au sein duquel l’Agence est autorisée à acquérir des espaces, à l’amiable, par voie de préemption, ou par expropriation »7. Ces secteurs, destinés à élargir l’offre d’espaces de loisirs de plein air ont surtout concerné forêts et paysages remarquables jusque dans la décennie 1990.

  • 8 Contrat entre l’AEV et la Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement rural.

8Le SDRIF 2013, s’il demeure fidèle à la notion d’espaces ouverts, souligne fortement la spécificité des espaces agricoles en tant qu’« élément incontournable du développement régional » (p. 66). L’agriculture y acquiert une importance nouvelle reconnue en premier lieu pour « sa production importante », puis pour sa « contribution au cadre de vie » et enfin pour « son rôle dans la fonctionnalité des milieux » (ibid, p. 32) quand les derniers documents valorisaient l’agriculture « cadre de vie » (Perrier-Cornet, 2002). Ainsi les dernières opérations de l’AEV portent de plus en plus sur les espaces agricoles : ces derniers constituent en 2013 40% de la surface des 78 Périmètres régionaux d’intervention foncière ; et 2 000 ha de Surface agricole utilisée y ont été acquis8 par la Région et loués à une centaine d’agriculteurs. Ce patrimoine récent, bien que limité à 0,3% de la SAU régionale, équivaut au marché agricole régional libre annuel (Guiomar, 2012) et témoigne de l’inflexion de la politique régionale qui veut « pérenniser et renforcer l’activité agricole et ses filières (…) en permettant une lisibilité pour les exploitants agricoles » (SDRIF, 2012, p.154)

De nouveaux enjeux alimentaires : réinventer une agriculture de proximité

  • 9 L’International Urban Food Network, réseau international de recherche et de coopération sur la gouv (...)
  • 10 Il s’agit de déclinaisons de préconisations nationales. En outre, l’Ile-de-France soutient la reche (...)
  • 11 Le nombre de pages consacrées aux espaces agricoles et à l’agriculture a été multiplié par 4 ou 5 p (...)

9Ce choix marque le retour de la question alimentaire dans un contexte de transition climatique, énergétique et économique, notamment pour les grandes cités, « qui ne produisent pas elles-mêmes leurs moyens de subsistance alimentaire » (Ascher, 2001), au point d’être qualifiées de « naked cities » (Steel, 2009) ou « hungry cities » (Zukin, 2009)9. La thématique irrigue désormais l’ensemble du document, en écho au Plan régional d’Agriculture durable et au Programme Régional pour l’Alimentation adoptés en 2011 et 201310 : quand nourrir 11,5 millions d’habitants est devenu un défi (partie 1), les espaces agricoles s’imposent comme un enjeu majeur (partie 2) pour « améliorer la vie quotidienne des Franciliens » (partie 3), pour « consolider le fonctionnement métropolitain » (partie 4) et « promouvoir des territoires d’intérêt métropolitain » (partie 5)11.

  • 12 Sources Agreste, France AgriMer, DRIAAF, sources professionnelles.

10Les préconisations s’appuient sur le taux de couverture alimentaire régionale -estimations du ratio production/consommation- qui affiche 1,7% pour le lait, 2% pour la viande de volailles, 3,9% pour les fruits, 21,8% pour les légumes (à l’exception de la salade verte avec 158%) et 120% pour le blé panifiable12. Un tel déséquilibre appelle « la mutation de certaines superficies agricoles vers la production alimentaire locale (…), notamment maraîchère afin de favoriser des circuits courts de distribution et d’alimentation » (p. 74). Loin d’une ceinture maraîchère patrimoine à préserver (Phlipponneau, 1956), la Région opte pour une ceinture à étendre et à rendre fonctionnelle par des interventions actives de la collectivité pour la protection du foncier, le maintien ou la recréation d’industries agro-alimentaires d’amont ou d’aval et des aides aux nouveaux modes de commercialisation (p. 74). Le terme « proximité » revient plusieurs fois, caractérisant tantôt l’agriculture, tantôt les filières alimentaires ou encore les agriculteurs. Minorée dans les logiques de la mondialisation, réinvestie aujourd’hui dans le sillage des réflexions portées par l’économie spatiale (Pecqueur et Zimmerman, 2004), la proximité est préconisée dans le développement des systèmes agro-alimentaires localisés (SYAL). Le nouveau SDRIF la décline en « interfaces », formes de contact et/ou de contiguïté, « entre territoire et alimentation, entre ville et campagne, entre agriculteurs et citadins », afin d’aller vers une connectivité soit « des alliances, des synergies, des symbioses » (SDRIF, p. 42 et 57).

La recherche de « symbioses » : de la ville-nature à l’agri-urbain

11Cette symbiose signifie le dépassement de « l’opposition entre ville dense et secteurs périurbains, voire ruraux » puisque les « grands espaces agricoles (…) contribuent de l’intensité urbaine comme aux ouvertures paysagères remarquables » (SDRIF, préambule). A l’image désormais classique de la ville-nature (Chalas, 2005) se substitue celle de la ville-campagne, voire agricole, où espaces agricoles et espaces bâtis deviennent constitutifs ensemble de la ville étalée (Fleury et Donadieu, 2003 ; Torre et al., 2013).

  • 13 Mots en gras soulignés par moi et repris dans l’analyse des négociations de mise en place des progr (...)

12Surtout, plusieurs territoires sont expressément identifiés comme des points d’ancrage de futures constructions agriurbaines. Le terme « agriurbain » revient à quatre reprises, qualifiant qui des enjeux urbains et agricoles à concilier, qui des formes spécifiques d’aménagement combinant rural et urbain, qui des portions de territoires existants ou en devenir désignant les programmes agri-urbains. Le projet pour le territoire situé dans le Val d’Orge sur l’ancienne base aérienne de Brétigny (91) fournit un véritable discours de la méthode : « La vocation agricole du site doit être maintenue et valorisée. La partie centrale sera vouée au maraîchage biologique sur 90 hectares. Un front urbain divisera l’ancienne base aérienne : au nord et à l’ouest des réserves foncières urbanisables à terme et au sud des espaces ouverts à préserver et en partie utilisés pour de la recherche agroalimentaire. Le projet d’écosite devra permettre de définir un projet stratégique (…) limitant l’urbanisation et favorisant une intégration paysagère »13 (SDRIF, p. 200). Ces propositions pourraient s’appliquer à tous les programmes agri-urbains : elles soulignent les logiques de partage sur un même espace et désignent les domaines de transaction entre acteurs à la recherche d’un projet commun autour de l’agriculture depuis la délimitation de l’enveloppe territoriale jusqu’aux modalités de culture et aux formes de contact entre bâti et agriculture. De fait si les programmes agri-urbains sont soutenus par la Région, leur finalisation dépend des acteurs de terrain et de leur capacité à se fédérer autour d’un projet.

Vers l’agri-urbain : les jeux de la transaction

  • 14 AEV-Mairie de Coubron, Charte des Côteaux d’Aulnoye, 20 septembre 2011, 18p
  • 15 AEV- Association agri-urbaine de la plaine de Montesson, Plaine d’Avenir 78, 12 décembre 2012, 15p
  • 16 Ce sont deux terrains privilégiés de stages pour les étudiants de master 2 d’aménagement de l’Unive (...)

13L’analyse de ces jeux de la transaction a été conduite sur deux nouveaux programmes agri-urbains franciliens signés en septembre 2011 et décembre 2012 : celui des Côteaux d’Aulnoye-Coubron avec les dernières prairies de la Seine-Saint-Denis14 et celui de Plaine d’Avenir 78 pour la boucle de Montesson15 (fig. 1). Nous avons suivi les différentes étapes de construction d’interrelations entre les acteurs depuis plusieurs années (observations participantes, entretiens semi-directifs16), lesquelles se repèrent plus aisément du fait de leur formalisation récente. Ces programmes montrent de surcroît une spécialisation agricole « nourricière de proximité » différente qui a conduit à des arbitrages originaux : élevage bovin pour le premier dans une région qui n’en compte pratiquement plus et maraîchage intensif (production de salades) dans le cadre de grandes exploitations pour le second (près de 15 hectares de moyenne au dernier recensement).

A la recherche de sens dans une interdépendance urbain-agricole : reconnaître la place de l’agriculture en ville

14Le premier temps, le plus long, est celui de la mise en convergence des représentations des acteurs afin de faire émerger une vision commune de l’agriculture en ville pour envisager un programme d’actions. L’engagement de la Région sur ces territoires remonte aux années 1980 : délimitation d’un PRIF à Coubron en 1981 et désignation officielle dans le SDRIF de 1994 et le Plan vert de 1995 comme espaces paysagers remarquables à conserver. L’adoption du Schéma Directeur des huit communes de la boucle de Montesson en 1998 témoigne de cette étape : il prévoit un partage de l’espace avec un parc d’agrément de 130 hectares en bordure de Seine, une zone agricole contigüe de 165 hectares et un projet d’habitat sur des superficies équivalentes ; ce schéma ne sera jamais rendu exécutoire faute de consensus.

  • 17 Le renouvellement des populations a sans doute joué également.

15Durant toute cette phase, les débats se multiplient, portés en priorité par des associations, à l’image du Collectif d’Associations de Défense de l’environnement de la Boucle de Montesson créé en 1996, parfois accompagnés par les collectivités. L’entrée d’abord environnementale et/ou « nimbyste » (maintien des prairies calcicoles en Aulnoye et refus d’un échangeur à Montesson) se double de préoccupations agricoles au fur et à mesure du travail réflexif mené par les uns et les autres sur leur espace de vie17 (Melé, 2009) : les enquêtes en généalogie révèlent la profondeur historique de l’agriculture qui a modelé le paysage, son potentiel patrimonial autour de savoirs vernaculaires en voie de disparition (témoignages des vieilles familles) tout comme sa capacité à nourrir la population locale dans des circuits courts réactivés. Expertises savantes (études commandées à l’AEV par la Région) et citoyennes concourent à révéler un territoire oublié autour de l’agriculture en contexte urbain, porteur d’un avenir, alternatif à l’urbanisation, pour tous les acteurs. La pérennité de l’activité agricole devient ainsi une priorité pour maintenir « le caractère exceptionnel du cadre paysager, en préservant la biodiversité et permettant l’accueil du public urbain » (charte de Coubron, p. 8) ou « aller vers un développement durable dans la ville » dans une recherche patrimoniale et nourricière (statuts Plaine d’Avenir 78, mars 2013).

Figure 1 : Les territoires de projet agriurbains en Île-de-France

Figure 1 : Les territoires de projet agriurbains en Île-de-France

Délimiter l’agriurbain : continuités et discontinuités socio-spatiales18

  • 18 Des brisures temporelles ont été évoquées dans le paragraphe précédent.

16Mais si la transaction porte sur le sens à donner au territoire dans ses liens entre agriculture et ville, elle concerne aussi ses limites sur le terrain. Si les périmètres d’études prévus par l’AEV sont larges, ceux d’engagement illustrent l’adhésion des acteurs au moment de la signature (fig. 1). Quand les coteaux d’Aulnoye embrassent la seule commune de Coubron avec un processus d’élargissement en direction de communes plus agricoles de Seine-et-Marne, celui de Montesson n’a pu fédérer que les quatre communes du sud de la boucle, les projets d’urbanisation l’emportant pour les quatre autres signataires du Schéma de 1998.

  • 19 Cas unique dans les interventions de l’AEV en zone agricole.
  • 20 Installations assorties de baux à long terme consentis par l’AEV (9 ans en général).
  • 21 Les premiers projets préconisaient le seul maraîchage. La mise au jour du lien entre élevage et pra (...)

17Plus encore, les contours des territoires d’action sont éminemment plus complexes, calqués sur les espaces agricoles et naturels selon le statut de la terre. Les 300 hectares de Coubron comprennent des massifs forestiers gérés par l’ONF (le Parc national forestier de Sevran, celui régional de Bondy et le bois de Vaires) et 92 hectares de SAU exploités par trois agriculteurs. Depuis trente ans, l’AEV y développe une politique d’acquisition : le PRIF de 1981 s’est traduit par une Zone d’aménagement différé en 1986 puis une Déclaration d’Utilité Publique le 12 juillet 2006 sur 120 hectares à vocation agricole et de loisir (fig. 2). Du fait d’un morcellement extrême de la propriété et de logiques de rétention foncière, l’AEV et la commune ont dû procéder en partie par expropriation19. En accord avec les associations au terme du travail de redécouverte de l’agriculture, l’OTEX « élevage » a été conservée et renforcée pour valoriser les prairies (installation d’éleveurs, bovin laitier en itinéraire « biologique » avec 80 têtes et caprin20), les vergers et vignes enfrichés sur les coteaux sont en phase de restauration, les dernières parcelles sont prévues pour le maraîchage21 ou des jardins familiaux conçus comme des lieux de rencontre entre agriculteurs et habitants jardiniers. Les arbitrages agricoles patrimoniaux l’ont emporté sur certains arbitrages environnementaux, faisant passer l’élevage bovin d’activité polluante à activité valorisante sur les prairies calcicoles.

18Les contours de ce territoire agri-urbain entérinent ainsi la notion de front urbain qui « en Ceinture verte dans le nouveau SDRIF est intangible quand il est reconnu d’intérêt régional. Aucune urbanisation nouvelle ne peut le franchir » (Ferri, 2010). Il est prévu d’y accueillir pour ménager la transition entre bâti et espaces agricoles, des infrastructures de services à partager entre les différents usagers, agricoles et urbains, à l’image de la « Maison des agri-cultures périurbaines, pôle d’animation et centre de ressources pour l’agriculture et le patrimoine agricole et rural local (…) afin de responsabiliser le public sur son territoire, sur son alimentation et sur sa santé » (Goldscheider, 2011, p. 48).

Organiser l’agriurbain : du formalisé et du diffus

19Enfin, les négociations ressortissent aux usages des uns et des autres de ces espaces et de leurs aménités, et partant des « droits et devoirs » afférents, le tout formalisé dans une charte comme pour les autres territoires de projet (des parcs naturels régionaux aux pays). La charte des coteaux d’Aulnoye signée pour cinq ans détaille les axes d’intervention, les principes et les mesures d’aménagement et en regard définit les engagements des signataires. La liste des signataires illustre la multiplication des acteurs concernés par l’agriculture : aux acteurs institutionnels et associés (Collectivités, AEV, SAFER, Directions régionales et Interdépartementales tant de l’Alimentation et de l’Agriculture et de la Forêt que de l’environnement, Comités départementaux du tourisme et de la randonnée pédestre) s’ajoutent des associations d’habitants –citoyens (associations environnementales, Jardinot pour les jardins familiaux, la Confrérie des Compagnons du Clos de Bréon en charge du rituel des vendanges) et les agriculteurs représentés ici par le Groupement de l’Agriculture biologique (charte, 2011). Cantonnée durant les années 1970 à un face-à-face quasi exclusif entre Etat et Profession pour son développement économique, l’agriculture multifonctionnelle est devenue chose publique : territoriale (Rieutort, 2009), elle dépend des collectivités qui l’abritent ; écologique, paysagère, sociale, elle ne peut ignorer les acteurs qui usent du même territoire qu’elle (autres secteurs économiques comme le tourisme, habitants) ou ceux qui la pratiquent de manière « non professionnelle ». Les enquêtes révèlent une nébuleuse « concernée » plus grande encore à tel point que « les particuliers désirant apporter une contribution » sont sollicités dans le document préparatoire à la charte pour Plaine Avenir 78 (statuts, 2013).

20Les relations entre partenaires s’organisent autour d’accords contractuels dont la variété exprime tout l’arc des négociations menées entre acteurs sur le projet agricole. Le nouvel éleveur bovin lait de Coubron a ainsi contractualisé avec la puissance publique : bail avec l’AEV après acceptation d’un cahier des charges et passage devant une commission d’installation comprenant tous les acteurs, contrat avec la DRIAAF pour la construction de bâtiments, signature des dispositifs régionaux PRAIRIE (Programme Régional Agricole d’Initiative pour le Respect et l’Intégration de l’Environnement) et AGRIURBAIN (compensation de pertes générées par la situation périurbaine). Mais d’autres contrats, d’ordre commercial ou citoyen, le lient de manière « plus diffuse » aux habitants : à l’égal de son prédécesseur retraité, l’éleveur pratique exclusivement la vente directe selon des circuits multiples (Associations pour le maintien de l’Agriculture Paysanne, vente à la ferme, grandes et moyennes surfaces…) et il s’est engagé pour recevoir les enfants des écoles de la commune autour d’ateliers pédagogiques. Ces formes de régulation participative sont au cœur des programmes agri-urbains depuis l’origine (Poulot, 2008b) mais chaque situation locale est porteuse de demandes particulières et d’innovations : ainsi la volonté de Coubron de créer une « Maison des Agricultures périurbaines » engage les agriculteurs locaux et les associations vers de nouvelles alliances en termes de redécouverte d’un patrimoine agricole local (produits et savoir-faire), de transmission intergénérationnelle voire interethnique au regard de la composition de la population..

  • 22 Toutes les études sur l’agriculture urbaine et périurbaine confirment cette extrême variété (Fleury (...)

21L’avènement de l’agri-urbain en Île-de-France, pris en charge par la Région, signifie sur le terrain mises en cohérences et négociations entre les différents acteurs sur le mode de la transaction. La reconnaissance d’un sens à conserver et développer l’agriculture dans et pour la ville en constitue la première étape : elle est une expression de la publicisation de l’agriculture et de ses espaces qui s’impose comme un des fondements des partenariats agriculture/ville en émergence (Poulot, 2013). Le processus appelle ensuite des discussions serrées sur les périmètres et les modalités d’action avec à tous les stades des formes de contrôle des uns et des autres –à tout le moins un droit de regard. En dépit de certains écarts et différences qui s’enracinent dans les situations locales extrêmement variées, tant agricoles22 qu’urbaines, tous les programmes agri-urbains participent ainsi d’histoires heurtées, sans cesse remis en chantier autour d’acteurs en recomposition permanente. Jacques Remy (2005) conclut à des jeux ou mécanismes susceptibles d’œuvrer à « l’invention » et c’est bien le sens de l’agri-urbain, fruit d’une alliance inédite entre ville et agricole. Cette invention peut se lire dans les adaptations ou plus encore les hybridations en cours de législations, d’actions et d’acteurs, hybridations nécessaires dans ce tiers-espace mi-ville, mi-campagne, ni ville, ni campagne qu’est le périurbain (Charmes, 2011 ; Poulot, 2012).

Figure 2 : Le périmètre de la Charte des Coteaux de l’Aulnoy : continuités et discontinuités sociospatiales

Figure 2 : Le périmètre de la Charte des Coteaux de l’Aulnoy : continuités et discontinuités sociospatiales

L’agri-urbain en invention : des hybridations inédites

22L’agri-urbain appelle à penser agriculture et ville articulées ensemble bien loin des logiques de la période fonctionnaliste des Trente Glorieuses quand aménagement rural et aménagement urbain empruntaient à des référentiels totalement disjoints. Il exige la recherche de solutions combinant les deux modalités et conduit à des hybridations complexes pour aller vers des formes et des normes agri-urbaines. L’évolution de la problématique des entrées de villes, dont certaines recoupent les programmes agri-urbains, en témoigne : longtemps préemptée par l’aménagement urbain, elle sollicite aujourd’hui des solutions agricoles avec des acteurs émargeant dans les deux espaces.

Des hybridations d’acteurs : vers une gouvernance agri-urbaine

23Cette hybridation se lit notamment dans les formes de gouvernance des programmes qui privilégient des structures multi-collégiales regroupant tous les acteurs. Plaine d’Avenir 78 s’organise autour d’un triptyque avec un collège d’élus (des communes adhérentes), un collège d’associations et d’habitants et un collège d’agriculteurs et de propriétaires fonciers, les trois étant associés à un comité de partenaires rassemblant collectivités territoriales régionales et départementales et organisations afférentes (AEV, Comité du Tourisme…). Certaines réunions sont collégiales : la recherche de diversifications et de moyens de conversion en fonctionnement périurbain échoit aux agriculteurs ; l’urbanisation et les choix économiques aux élus ; l’invention de formules originales d’ouverture des espaces agricoles dans des logiques d’éducation, de (re-)connaissance du territoire de vie et de l’activité agricole, aux habitants. Mais d’autres sont communes –souvent en présence de représentants du comité paritaire et d’invités venus d’autres programmes agri-urbains- afin de confronter les points de vue et d’aller vers des prises de décision sur les options choisies par l’un ou l’autre collège. La gouvernance des espaces agricoles devient ainsi le fait de la ville et vice-versa : le plan de déplacement par exemple se décline en plan de déplacement des engins agricoles, de circulations douces, de circulation… le tout articulé en un plan de déplacement agri-urbain.

24Cet enchevêtrement d’acteurs se retrouve sur les questions clefs, à l’image de la gestion foncière. L’AEV, chargé d’appliquer la politique foncière régionale, est le maître d’œuvre ; les acquisitions sont toutefois confiées aux SAFER, opérateurs traditionnels sur le marché agricole depuis les années 1960 mais dont le rôle a été modifié dans la dernière décennie. C’est l’entrée dans leur conseil d’administration de représentants des collectivités locales qui comptent pour un quart des voix ; c’est un élargissement de leurs compétences en matière de foncier environnemental ; c’est la montée du rôle de conseil ou de veille auprès des collectivités si bien que les SAFER sont désormais « placées dans des rôles d’intermédiation entre des acteurs hétérogènes, portant des visions différentes d’usage et de partage des terres » (Sencébé, 2012). Le rapport d’orientation de 2010 de la Fédération nationale des SAFER reconnaît cette hybridation des rôles qui les conduit à « œuvrer dans le sens de la pérennité du rôle des agriculteurs mais aussi dans le développement durable et partagé du territoire rural et périurbain » (p. 11). Plus encore, avec des marchés de moins en moins étanches en périurbain, la SAFER Île-de-France a conclu des conventions avec les Etablissements Publics Fonciers (EPF), opérateurs du foncier urbain : ces partenariats concernent notamment la gestion d’éventuelles compensations foncières pour tenir les fronts urbains comme le recommande le SDRIF 2013. Tous ces organismes siègent enfin dans les Commissions départementales sur la consommation des espaces agricoles (CDCEA) créées par la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche du 27 juillet 2010 (article 51).

  • 23 Créée en 2003, cette association nationale, partenaire des Conseils régionaux et généraux et de la (...)

25Le développement de coordinations citoyennes et habitantes à vocation foncière complexifie encore cette gouvernance foncière agri-urbaine. L’association nationale Terres de Liens23 dont le capital provient de parts sociales prises par les citoyens, plutôt urbains, est déjà propriétaire de plusieurs exploitations agricoles, l’objectif étant de sécuriser des terres agricoles pour un agriculteur devenu fermier avec un bail à long terme. Une telle intervention se repère dans le programme agri-urbain du Plateau de Saclay avec l’achat d’une vingtaine d’hectares pour un agriculteur s’engageant dans les circuits courts. En outre, ces associations tendent à diversifier leurs interventions : ainsi, Terres de Liens et le réseau AMAP-Île-de-France ont créé en 2009 le pôle Abiosol (Accompagnement des projets agricoles biologiques et solidaires) qui offre des formations aux élus, appuie les collectivités dans leurs recherches d’agriculteurs à installer, aide à l’élaboration des projets de territoires autour de l’agriculture de proximité. Ces exemples illustrent la volonté marquée des habitants du périurbain de réfléchir à des modalités d’action et de gouvernance qui intègrent totalement l’agriculture : ils se retrouvent dans tous les programmes agri-urbains fondés précisément sur une reconnaissance de l’agriculture et des agriculteurs comme acteurs à part entière de la ville.

Des hybridations réglementaires : vers des normes d’action agri-urbaines

  • 24 Ex- ZPPAUP, loi du 12 juillet 2011.

26Ces coordinations parfois improbables d’acteurs débouchent sur des agencements complexes de législations avec des emprunts tantôt au droit de l’urbanisme, tantôt au droit rural ou à celui de l’environnement au vu des sujets traités (Poulot, 2012). Là encore, la question foncière, celle qui décide de la mise en œuvre du programme, offre la meilleure illustration. Ainsi les élus, souvent aidés ou contraints par les associations environnementales, mobilisent tout l’arsenal d’outils opérationnels, notamment de classement, pour orienter l’urbanisation et conserver l’agriculture : ainsi les espaces naturels sensibles, les sites classés ou inscrits ou encore les Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine ou AVAP24 qui peuvent concerner aussi bien les espaces forestiers que naturels ou agricoles. L’ensemble du territoire communal de Coubron est ainsi quasiment couvert de zonages environnementaux, à l’image de la plupart des programmes agri-urbains (Poulot, 2011).

27Au quotidien de la gestion, des formes d’hybridation se repèrent tout autant. Le recours à des textes issus de corpus différents (notamment la procédure de Déclaration d’utilité publique relevant du droit de l’urbanisme et du droit administratif) pour rendre effective la vocation agricole d’un programme agri-urbain, est devenu la norme tant à Vernouillet (Poulot, 2012b) que sur les coteaux d’Aulnoye. Ces pratiques brisent clairement avec la séparation traditionnelle ville-campagne pour aller vers une fabrique de l’agri-urbain et des manières de faire agri-urbain. La démonstration vaut aussi pour le remembrement, procédure éminemment agricole mais qui depuis la loi de 2005 est devenu « aménagement foncier » certes pour améliorer le parcellaire agricole mais aussi afin de constituer des réserves foncières pour « des projets communaux ou intercommunaux d’équipement, d’aménagement, de protection et de gestion de l’environnement et des paysages ou de prévention des risques naturels » (art. L. 123-27 du Code rural). Les dernières procédures menées sur les programmes agri-urbains de l’ouest francilien soulignent cette appréhension désormais partagée des questions foncières entre la ville et la campagne qui « rend poreuses les limites entre un remembrement agricole et ce que l’on pourrait appeler un remembrement urbain, lequel existe d’ailleurs dans certains pays comme en Suisse, Belgique ou Japon » (Aragau, 2013).

Conclusion

28En 2013, avec le nouveau SDRIF et les différentes programmations régionales sur l’alimentation et l’agriculture, l’agri-urbain semble quitter son statut expérimental pour devenir une modalité majeure de la ville durable de demain. Sur les dix programmes labellisés dans la première phase, sept subsistent auxquels sont venus s’ajouter cinq nouveaux et plusieurs démarches sont en cours qui pourraient déboucher rapidement. Cette formule originale s’inscrit dans l’histoire longue de l’agriculture en Île-de-France puisqu’elle tend à reconduire la Ceinture maraîchère ancienne mais aussi de l’étalement urbain en revisitant les fronts urbains déjà présents dans le SDAURIF de 1976 : elle intervient sur les lieux déjà retenus dans les premières études de l’IAU comme des secteurs à enjeux pour des raisons agricoles mais aussi environnementales et urbaines et rappelle le poids de la planification en Île-de-France. Cette épaisseur historique n’est pas neutre qui explique pour une grande part les relais désormais assurés par la société civile dans leur territorialisation qui de possible ou latente devient souhaitée et effective.

  • 25 Les débats restent vifs en dépit d’un accord sur le sens agricole de la Plaine.

29En effet, l’analyse diachronique, si courte soit-elle, permet de faire ressortir l’importance des processus de transaction entre les acteurs. La recherche de sens ne semble plus un problème tant les visions de la ville post-carbone sous-tendent désormais tous les projets. Mais la difficulté réside dans le triomphe d’une vision urbaine de l’agriculture, réduite le plus souvent au maraîchage, aux ventes en circuits courts, voire au tout biologique. Si la plupart des programmes agri-urbains obéissent encore à cette logique –soutenue par les édiles régionaux- des infléchissements se dessinent avec un début de reconnaissance des traditions locales agricoles et rurales. La Charte des coteaux d’Aulnoye qui a initié une réflexion sur l’élevage bovin laitier dans la ville et partant sur les laiteries et autres industries agro-alimentaires quasiment toutes déplacées hors Île-de-France en témoigne. Plaine Avenir 78 en est une autre illustration quand il s’agit d’œuvrer pour conserver et conforter des parcellaires d’exploitation assez éloignés de la petite agriculture paysanne mais susceptibles de soutenir des interactions anciennes et fortes entre ville et agriculture25. Plus globalement, les données agronomiques, quasi absentes des premiers diagnostics, font aujourd’hui un retour dans les documents (Jarrige et al., 2006). D’une certaine manière, cette seconde génération de programmes, forte des expériences passées et d’une hybridation désormais possible des référentiels d’action, s’attache à formaliser non seulement l’agriculture pour les urbains mais l’agri-urbain dans un processus gagnant-gagnant où ville et agriculture se réinventent ensemble.

Haut de page

Bibliographie

ARAGAU C., 2013, L’agriculture et le projet urbain : exemples d’aménagements fonciers en Plaine de Versailles, in POULOT M. (coord.), Agriculteurs pour la ville, agriculteurs dans la ville : acteurs, pratiques et enjeux, BAGF, n°3, p. 377-395.

ASCHER F., 2001, Les nouveaux principes de l’urbanisme. La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 110 p.

AUBRY C., CHIFFOLEAU Y., 2009, Le développement des circuits courts et l’agriculture péri urbaine : histoire, évolution en cours et questions actuelles, Innovations Agronomiques, 5, p. 53-67.

BERGER M., 2004, Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, Paris, CNRS, 317 p.

BRINKLEY C., 2012, Evaluating the benefits of periurban agriculture, Journal of Planning literature, http://jpl.sagepub.com/content/early/2012/02/09/0885412211435172 http://jpl.sagepub.com/content/early/20/12/09/0885412211435172

CHALAS Y., 2005, La ville-nature contemporaine. La demande habitante à l’Isle-d’Abeau, Annales de la Recherche urbaine, n°98, p. 43-49.

CHARMES E, 2011, La ville émiettée, Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF, coll. La ville en débat, 288 p.

CHARVET J.-P., POULOT M., 2006, Conserver des espaces ouverts dans la métropole éclatée, le cas de l’Ile-de-France, in DORIER APPRILL E. (dir.), Ville et environnement, Paris, SEDES-DIEM, p. 215-248.

DANIELS T.L, 1999, When City and Country Collide : Managing Growth in the Metropolitan Fringe, Washington DC, Island Press, 382 p.

DONADIEU P., 1998, Campagnes urbaines, Arles, Actes Sud ; Versailles, École nationale supérieure du paysage, 219 p.

DUVERNOY I., JARRIGE F., SERRANO J., 2005, Une agriculture multifonctionnelle dans le projet, urbain : quelle reconnaissance quelle gouvernance, Cahiers de la multifonctionnalité, 8, p. 87-104.

FERRI M., 2010, Le Schéma Directeur de la Région Île-de-France (SDRIF) et la protection des espaces agricoles et des espaces naturels, Pour, n°205-206, p. 63-71.

FLEURY A., DONADIEU P., 2003, La construction contemporaine de la ville-campagne en Europe, Revue de géographie alpine, 91-4, p. 19-29.

FLEURY A., POULOT M., VIDAL R. (coord.), 2013, Les agricultures périurbaines. Un enjeu pour la ville. Vers des projets de territoire, Actes de colloque, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense-Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, http://agriurbanisme.fr/nanterre/

GALLI M., LARDON S., MARRACCINI E., BONARI E., 2010, Agricultural management in peri-urban areas, Ghezzano, Felici. 166 p.

GUIOMAR X., 2013, Les politiques et les lois visant à développer l’agriculture (péri)urbaine française, Demeter 2013, p. 157-180.

GOLDSCHEIDER M., 2011, L’agriculture et sa valorisation en Seine-Saint-Denis : diagnostics et perspectives, Conseil Général de Seine-Saint-Denis, 76 p.

IAU, 2012, Ile-de-France 2030. Défis, projet spatial régional, objectifs. Projet de schéma directeur de la Région Ile-de-France, Octobre 2012, 110 p.

JARRIGE F., THINON P., NOUGAREDES B., 2006, La prise en compte de l’agriculture dans les nouveaux projets de territoires urbains : exemple d’une recherche en partenariat avec la Communauté d’agglomération de Montpellier, Revue d’Economie régionale et Urbaine, 3, p. 393-414.

MELE P., 2009, Identifier un régime de territorialité réflexive, in VANIER M. (dir.), Territoires, territorialité, territorialisation, controverses et perspectives, Rennes, PUR, p. 45-55.

PECQUEUR B., ZIMMERMAN J.-B., 2004, Economie de proximités, Paris, Hermès Lavoisier, 264 p.

PHLIPPONNEAU M., 1956, La vie rurale de la banlieue parisienne, étude de géographie humaine, Paris, Colin, 593 p.

POULOT M., 2013, Du vert dans le périurbain., EspacesTemps.net, 06.05.2013

http://www.espacestemps.net/articles/du-vert-dans-le-periurbain-les-espaces-ouverts-une-hybridation-de-lespace-public/

POULOT M., 2012, Résurgences paysagères et nouvelles économies agricoles dans le périurbain francilien : Programme agri-urbain et zone agricole protégée versus Opération d’intérêt national, Projets de Paysage, 8,

http://www.projetsdepaysage.fr/fr/resurgences_paysageres_et_nouvelles_economies agricoles dans_le_periurbain_francilien

POULOT M., 2011, Des arrangements autour de l’agriculture en périurbain : du lotissement agricole au projet de territoire, VertigO-la revue électronique en sciences de l’environnement, Vol. 11, n°2, http://vertigo.revues.org/11188.

POULOT M., 2008a, Les territoires périurbains : « fin de partie » pour la géographie rurale ou nouvelles perspectives ?, Géocarrefour, 83-4, p. 269-278.

POULOT M., 2008b, Des territoires de projet en périurbain : les programmes agri-urbains, Historiens & Géographes, 403, p. 159-172.

POULOT M., ROUYRES T., 2003, Les espaces ouverts en Ile-de-France : quels enjeux pour quels acteurs ?, Canadian Journal of Regional Science/Revue canadienne de sciences régionales, XXVI, 2 & 3, été-automne, p. 431-446.

REMY J., 2005, Négociations et transaction sociale, Négociations (n°3), p. 81-95 URL :www.cairn.info/revue-negociations-2005-1-page-81.htm.

RIEUTORT, L. 2009. Dynamiques rurales et re-territorialisation de l’agriculture, L’Information Géographique, 73-1, p. 30-48.

SALOMON CAVIN J., NIWA N., 2011, Agriculture urbaine en Suisse : au-delà des paradoxes, Urbia. Les cahiers du développement urbain durable, n°12, p. 3-16.
SDRIF, 2012, Ile-de-France 2030. Evaluation environnementale. Projet de Schéma Directeur de la Région Ile-de-France, 112 p.

SENCEBE Y., 2012, La SAFER. De l’outil de modernisation agricole à l’agent polyvalent du foncier : hybridation et fragmentation d’une institution, Terrains &Travaux, n°20, p. 105-120.

SIEVERTS T., 2004, Entre-ville : une lecture de la Zwischenstadt, Marseille, Parenthèses, coll. Eupalinos, 192 p.

STEEL C., 2009, Hungry City : How Food Shapes Our Lives, Londres, Vintage/gb, 383 p.

STRONG, A.L., 1968, Open space for urban America, Washington, Department of Housing and urban development, n.p.

TORRE A., TRAVERSAC J.-B., DARLY S., MELOT R., 2013, Paris, métropole agricole ? Quelles productions agricoles pour quels modes d’occupation des sols ?, Revue d’Economie régionale et Urbaine, 3, p561-593.

VANIER M., 2005, La relation ville/campagne ré-interrogée par la périurbanisation, Cahiers français, n°328 « Villes et territoires ». p. 13-17.

VIDAL R., FLEURY A., 2007, De la ville nature à la ville agriculture : le projet agriurbain, Anthos n°3, p. 59-60.

ZASADA I., 2011, Multifunctional peri-urban agriculture--A review of societal demands and the provision of goods and services by farming, Land Use Policy, vol. 28, n°4, p639-648.

ZUKIN S., 2009, Naked Cities. The death and life of Authentic Urban Places, Oxford University Press,

Haut de page

Notes

1 Le développement de la ville et de l’agriculture ont en effet été pensés dans des espaces dédiés séparés. Mais les interactions ont toujours existé comme le montrent certaines études rétrospectives (cf. Pauline Marty, Les appropriations urbaines de la question agricole : le cas de Brive de 1945 à 2012, thèse Université Paris 1, octobre 2013).

2 Dispositifs éprouvés d’abord de manière informelle, les programmes agri-urbains reçoivent une reconnaissance officielle en juillet 2001 avec un accompagnement financier pour sept d’entre eux, avant d’être institutionnalisés dans la loi de 2005 relative au développement des territoires ruraux. Si l’Île-de-France a investi cette formule sous ce vocable, d’autres régions affichent des procédures similaires sous d’autres appellations : parcs, champs urbains…

3 La législation européenne prévoit une évaluation des impacts environnementaux des grandes opérations d’aménagement par une « autorité compétente » : l’Autorité environnementale a été créée en France par le décret n° 2009-496 du 30 avril 2009.

4 Le Plan Vert régional de 1995, qui préconise interrelations et complémentarités entre ville et campagne,, marque une inflexion mais sans effet avant 2012.

5 La mise en révision du SDRIF 1994 débute en en 2004 et s’achève en 2008 par l’adoption d’un nouveau document. Le projet du Grand Paris conduit à la Région à proposer une nouvelle version encore en attente d’approbation par le Conseil d’Etat.

6 Dès 1976 la région francilienne préfigure les contours des régions de 1982 puisqu’elle se saisit de la compétence « espaces verts ».

7 www.aev-iledefrance.fr

8 Contrat entre l’AEV et la Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement rural.

9 L’International Urban Food Network, réseau international de recherche et de coopération sur la gouvernance alimentaire urbaine durable a organisé un colloque à Paris en mars 2013 sur ce thème : www.iufn.org.

10 Il s’agit de déclinaisons de préconisations nationales. En outre, l’Ile-de-France soutient la recherche sur l’agriculture urbaine et périurbaine (Domaine d’intérêt majeur ASTREA depuis 2010).

11 Le nombre de pages consacrées aux espaces agricoles et à l’agriculture a été multiplié par 4 ou 5 par rapport au SDRIF 1994. Les pages majeures sont dans la partie 2 (p. 42, 66, 74) et 4 (p. 126-127 et 146 et sq).

12 Sources Agreste, France AgriMer, DRIAAF, sources professionnelles.

13 Mots en gras soulignés par moi et repris dans l’analyse des négociations de mise en place des programmes agri-urbains (cf. partie suivante).

14 AEV-Mairie de Coubron, Charte des Côteaux d’Aulnoye, 20 septembre 2011, 18p

15 AEV- Association agri-urbaine de la plaine de Montesson, Plaine d’Avenir 78, 12 décembre 2012, 15p

16 Ce sont deux terrains privilégiés de stages pour les étudiants de master 2 d’aménagement de l’Université de Nanterre (rapports en 2008, 2010, 2011 et 2013).

17 Le renouvellement des populations a sans doute joué également.

18 Des brisures temporelles ont été évoquées dans le paragraphe précédent.

19 Cas unique dans les interventions de l’AEV en zone agricole.

20 Installations assorties de baux à long terme consentis par l’AEV (9 ans en général).

21 Les premiers projets préconisaient le seul maraîchage. La mise au jour du lien entre élevage et prairie a conduit à un infléchissement des demandes habitantes.

22 Toutes les études sur l’agriculture urbaine et périurbaine confirment cette extrême variété (Fleury et al., 2013).

23 Créée en 2003, cette association nationale, partenaire des Conseils régionaux et généraux et de la Fondation de France, a des antennes régionales dont une en Ile-de-France, depuis 2005.

24 Ex- ZPPAUP, loi du 12 juillet 2011.

25 Les débats restent vifs en dépit d’un accord sur le sens agricole de la Plaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les territoires de projet agriurbains en Île-de-France
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9363/img-1.png
Fichier image/png, 166k
Titre Figure 2 : Le périmètre de la Charte des Coteaux de l’Aulnoy : continuités et discontinuités sociospatiales
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9363/img-2.png
Fichier image/png, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Poulot, « L’invention de l’agri-urbain en Île-de-France. Quand la ville se repense aussi autour de l’agriculture », Géocarrefour, 89/1-2 | 2014, 11-19.

Référence électronique

Monique Poulot, « L’invention de l’agri-urbain en Île-de-France. Quand la ville se repense aussi autour de l’agriculture », Géocarrefour [En ligne], 89/1-2 | 2014, mis en ligne le , consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9363 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9363

Haut de page

Auteur

Monique Poulot

Université Paris Ouest Nanterre-La Défense Département de géographie et aménagement UMR LAVUE Laboratoire Mosaïques monique.poulotmoreau@u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page