Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Jean-Yves Authier, Alain Bourdin & Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs

Lionel Francou
p. 266
Référence(s) :

Authier J.-Y., Bourdin A., Lefeuvre M.-P. (dir.), 2014, La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs, Lyon, Presses universitaires de Lyon coll. Sociologie urbaine, 244 p.

Texte intégral

1Si le choix d’un tel titre, ambitieux et assez vague, semble un pari risqué de la part des trois directeurs de l’ouvrage, le lecteur, après un doute initial, verra progressivement se dégager une réelle cohérence d’ensemble qui donne sens au titre et à l’entreprise éditoriale ici menée. La jeune sociologie urbaine francophone est le prolongement d’une démarche visant à délimiter les contours de la sociologie urbaine francophone actuelle. En 2010, un colloque était organisé à Lyon sur le sujet, suivi par la parution d’un dossier dans la revue SociologieS, en 2012. Différentes contributions à visée théorique y dressaient l’état des lieux de la sociologie urbaine dans différents contextes nationaux. Le présent ouvrage correspond quant à lui à un prolongement plus empirique de ce colloque, sans être pour autant une simple publication d’actes. En effet, cette sélection de douze interventions permet, en les combinant, de formuler une réponse à la question « en quoi la jeune sociologie contribue-t-elle au renouvellement de la sociologie urbaine ? ».

2L’ouvrage est divisé en trois parties, regroupant chacune quatre contributions, qui renvoient à autant de questionnements centraux pour la sociologie urbaine. Les chapitres ne traitent pas de sujets restés inexplorés jusqu’alors, mais ils apportent un regard neuf et proposent des prolongements intéressants et originaux aux travaux fondateurs qu’ils dépassent en les critiquant, les approfondissant, en en renversant la perspective, etc. Ces contributions témoignent toutes, à leur manière, de l’émergence de pistes de travail nouvelles qui pourraient redessiner les contours de la sociologie urbaine dans les années à venir. Le fait que les deux tiers des auteurs (huit sur douze) soient liés ou aient été liés à un moment donné aux universités Lumière Lyon 2 et Paris-Est Marne-la-Vallée relativise cependant la portée de cette affirmation. De plus, tous les travaux présentés dans cet ouvrage ne s’inscrivent pas directement dans la branche urbaine de la sociologie, voire n’ont que des liens faibles avec cette dernière. Cependant, ils contribuent tous de façon stimulante à sa redéfinition, sur base de recherches subtiles et construites sur des matériaux solides. En effet, chaque auteur présente des conclusions, relativement à son sujet d’étude mais aussi théoriques ou méthodologiques, basées sur la conjonction de plusieurs méthodes, souvent innovantes, en soi ou de par leur articulation.

3La première partie de l’ouvrage, « Mobilités, ancrages, expériences citadines », regroupe des contributions qui s’intéressent à la mobilité à partir de l’expérience des individus. Aurélien Gentil identifie trois figures particulières de travailleurs saisonniers à partir de leur façon d’habiter et de socialiser : les ambulants, les habitués et les locaux. À partir de l’étude des « pratiques matérielles » des Français d’origine algérienne durant leurs vacances « au bled », Jennifer Bidet met au jour plusieurs types de rapports au pays d’origine. Quant à Nicolas Oppenchaim, il suggère que la mobilité est une épreuve qui permet aux adolescentes des ZUS franciliennes de faire un apprentissage leur permettant de dépasser les pratiques propres à la famille ou au quartier. Anne Jarrigeon présente les enjeux d’une « anthropologie poétique des expériences urbaines » attentive au corps et au regard, éléments pouvant être saisis par la photo et la vidéo.

4Dans « Agrégation, ségrégation, gentrification », la deuxième partie de l’ouvrage, les auteurs invitent à considérer ces processus en étudiant les pratiques urbaines de différentes catégories de la population, en ne se limitant pas à la dimension résidentielle. Violaine Girard présente des ménages ouvriers pour qui une certaine forme de périurbain permet l’accès à la propriété et la promotion résidentielle. Clément Rivière met en avant la « dimension stratégique des pratiques urbaines » et l’impact de la façon dont les parents encadrent les enfants sur les pratiques de ceux-ci dans les espaces publics. Pour Anaïs Collet, les premiers gentrifieurs du Bas-Montreuil furent des convertisseurs, producteurs du renouvellement de l’espace, et non de simples consommateurs de projet portés par des promoteurs ou des autorités publiques. Colin Giraud s’est intéressé à la « gaytrification » et a démontré l’impact des hommes homosexuels sur l’évolution d’un quartier, de par le type de logement qu’ils recherchent et aménagent.

5La troisième et dernière partie de l’ouvrage, intitulée « Production de l’espace et action collective », porte sur les multiples acteurs et formes de régulation de la fabrique de la ville. À Istanbul, le développement du nouveau centre d’affaires est régulé par une dialectique entre trois catégories d’acteurs (l’industrie immobilière, les autorités publiques et la société civile) et par le rôle d’arbitre joué par la justice, comme le montre Burcu Özdirlik. Marie Muselle déconstruit le stéréotype de territoires et de gestionnaires opposés au changement qui affecte les communes périurbaines françaises et belges. À Rio de Janeiro, comme l’explique Maira Machado-Martins, les plus pauvres imitent les riches en tentant de se protéger de la violence par la « privatisation des espaces ». Les études sur les « copropriétés fermées » sont nuancées par Eleonora Elguezabal qui souligne la diversité des types d’immeubles ainsi désignés et un enjeu, pour certaines populations, relatif à la reconnaissance de ce statut.

6Dans une postface, Jean-Yves Authier, Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre identifient les apports de ces contributions empiriquement fondées au processus de redéploiement, en cours et futur, de la sociologie urbaine. Les géographes seront particulièrement intéressés par quelques spécificités de cette nouvelle sociologie urbaine qu’ils mettent en avant. Premièrement, l’interdisciplinarité amène les chercheurs à se positionner entre différents champs de la sociologie ou plusieurs disciplines, dont la géographie. Ensuite, cette sociologie se trouve de nouveaux terrains, dans une démarche de comparaison (inter)nationale fine, de nouvelles méthodes et des matériaux originaux. Les frontières disciplinaires restent présentes, mais il devient de plus en plus commun d’évoluer à l’intersection de différentes approches. Si les sociologues gagnent à lire les géographes, ces derniers ont tout intérêt à effectuer le chemin inverse. Pour ces auteurs, enfin, par le déplacement du regard disciplinaire qu’elles provoquent, les contributions de ces jeunes chercheurs invitent à renouveler l’étude de la production de la ville et de ses producteurs, la question de l’habiter et celle de l’espace ; ce dernier effectuerait ainsi un « retour » en force dans la sociologie urbaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Francou, « Jean-Yves Authier, Alain Bourdin & Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 266.

Référence électronique

Lionel Francou, « Jean-Yves Authier, Alain Bourdin & Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 27 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9347

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page