Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Éric Fassin et al., Roms et riverains. Une politique municipale de la race

Elise Roche
p. 263
Référence(s) :

FASSIN É., FOUTEAU C., GUICHARD S., WINDELS A., 2014, Roms et riverains. Une politique municipale de la race, Paris, La Fabrique éditions, 227 p.

Texte intégral

1Roms et riverains associe des textes de journalistes, d'un universitaire et d'un militant pour traiter de la « question Rom » dans les années 2010 en France. L’ouvrage débute sur un cadrage de la « question Rom » écrit É. Fassin. Cette introduction tire le constat d'un effacement des clivages politiques sur la « question Rom » en brossant un tableau des discours politiques au sommet de l’État. É. Fassin souligne ainsi la continuité qui affecte la construction de ce problème public malgré le changement de majorité parlementaire en 2012. Face à un traitement souvent ethniciste de cette « question » par les médias et la sphère politique, l’ouvrage prend le parti d’aborder les Roms non comme un groupe ethnique aux contours précis, mais bien comme un groupe minoritaire assigné à des discriminations. Cette analyse conduit à poser les hypothèses principales de l'ouvrage : l'exploitation politique de la question Rom conduirait à leur essentialisation en tant qu' « autres » ; Elle aurait en outre pour fonction de détourner les français de l'insécurité économique à laquelle ils sont exposés ; la question Rom ferait l'objet d'un intense travail de dépolitisation qui conduirait à la désertion de cet enjeu par les appareils (politiques, associatifs, religieux) et laisserait sa prise en charge à des individus ou à des collectifs ad hoc ; le traitement de la question Rom rendrait enfin compte d'une nouvelle gouvernementalité, d'un biopouvoir reposant sur une « assignation à la race » (Fassin, ibid.).

2Le titre de l'ouvrage et son sous-titre nous orientent vers deux pistes traitées en pratique par deux textes centraux, ceux de C. Fouteau et A. Windels. C. Fouteau s'intéresse à la politique municipale de gestion d’un bidonville, entre expulsion et projet de relogement à Ris-Orangis et Grigny. A. Windels s'attache à mettre au jour l'exploitation politique et médiatique du personnage du « riverain » de bidonvilles, en interrogeant, au fil de témoignages, les nuances de cet acteur, tantôt hostile, tantôt en soutien, individuel ou collectif. Le témoignage de S. Guichard, militant, fait suite aux deux chapitres précédent : il traite des poursuites et discriminations qui ont concernées tant les Roms que leurs soutiens. Il relate notamment combien l'opération de dépolitisation de cette « question Rom » contribue à rendre difficile et douloureuse les luttes des militants. Le livre s’achève sur une succession de récits de vie de « Roms » à la rue dans Paris. Recueillis par C. Fouteau et A. Windels, ces « mots des Roms » racontent les méandres de ces existences de rue. En annexe, une chronologie des « dérapages » médiatiques relatifs à ce sujet de 2010 à 2013 vient faire écho au texte introductif.

3Roms et riverains offre un témoignage sur la situation dans les années 2010 des populations désignées comme Roms par un processus conjoint de « dénationalisation de ces migrants et d’ethnicisation de la pauvreté » (Legros & Vitale, 2011, p. 11) : ceux-ci font face tant à des brimades, du harcèlement et des discriminations à des niveaux institutionnels variés, qu’à des politiques locales et nationales entravant l’accès à leurs droits (l’ouvrage est paru avant la récente levée des mesures transitoires relatives à l'accès à l'emploi, au 1er janvier 2014). Cet ouvrage s'inscrit dans une perspective critique, orientée vers une dénonciation de cette situation et des conditions institutionnelles offertes à un racisme anti-rom. La lecture en est aisée ; elle contribue à démonter les images d’Epinal associées à cette population. L’introduction de l’ouvrage tend en outre à répondre à l’objet de sa dénonciation : rendre une dimension politique à une question souvent reléguée à un problème de gestion et de sécurité. Un regard plus critique pourrait porter à regretter certaines redondances : chaque contribution relatant des faits similaires, à savoir des expulsions de bidonvilles, et s’attachant à démontrer la vacuité des clichés relatifs aux Roms migrants, certains arguments se voient rappelés à plusieurs occasions, par exemple sur l'absence de « goût » inné des habitants de bidonvilles pour le nomadisme. En outre, s’il n’y avait le risque d'alourdir une lecture fluide par un appareil de notes excessif, la posture critique de l’ouvrage se serait sans doute trouvée confortée par l’apport de précisions factuelles, de données quantitatives, de mise en comparaison, et par une mise en perspective de la bibliographie existante sur le sujet, qui soutient en l’occurrence des thèses concordantes. On trouvera ainsi à prolonger utilement la lecture de Roms et riverains par celle de l’ouvrage de M. Olivera (2011), tout aussi accessible, qui offre une mise en perspective historique et anthropologique des motifs et conditions de la migration et de la marginalisation des Roms roumains. Outre des ouvrages précis sur les Roms en tant que tels – comme ceux de H. Asséo (1994), J.-P. Liegeois, (2009), L. Piasere (2011), S. Delepine (2012) –, la lecture du numéro publié récemment par Géocarrefour sous la direction d’O. Legros et T. Vitale (2011) peut constituer un pendant intéressant pour poursuivre cette réflexion sur le rôle majeur des autorités locales sur cette question, et sur le rôle des pouvoirs publics dans la constitution d’un État d’exception prenant pour cible une population désignée.

Haut de page

Bibliographie

ASSÉO H., 1994, Les tsiganes, une destinée européenne, Paris, Gallimard, 160 p.

DELÉPINE S., 2012, Atlas des tsiganes, Paris, Autrement, 96 p.

LEGROS O., VITALE T. (dir.), 2011, Roms migrants en ville : pratiques et politiques en Italie et en France, Géocarrefour, Vol. 86, n°1, 80 p.

LIEGEOIS J.-P., 2009, Roms et Tsiganes, Paris, La Découverte, 125 p.

OLIVERA M., 2011, Roms en (bidon)villes, Paris, Ed. Rue d’Ulm, 80 p.

PIASERE L., 2011, Roms, une histoire européenne, Montrouge, Bayard, 263 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elise Roche, « Éric Fassin et al., Roms et riverains. Une politique municipale de la race », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 263.

Référence électronique

Elise Roche, « Éric Fassin et al., Roms et riverains. Une politique municipale de la race », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9342

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page