Navigation – Plan du site

Langumier J., Revet S. (dir.), Le gouvernement des catastrophes

Jacques Donze
Référence(s) :

LANGUMIER J., REVET S. (dir.), 2013, Le gouvernement des catastrophes

Paris, Karthala, 280 p.

Texte intégral

1Si les sciences humaines et sociales se sont emparées de la question des risques dès le début des années 1980, l’intérêt pour l’analyse et les leçons des catastrophes est plus récent. Les sociologues, en particulier ceux du pôle risque de l’université de Caen, ont beaucoup travaillé sur la catastrophe de Tchernobyl et les conflits autour de l’usine de retraitement de déchets nucléaire de La Hague. Françoise Zonabend en avait tracé la voie. Une catastrophe, moment de crise majeure, brutale, touche certes un espace plus ou moins vaste et elle interroge à ce titre la géographie (Léone, Vinet, 2007). C’est surtout un moment où se révèlent les comportements des individus et des institutions. Et l’on comprend que les sociologues et les anthropologues s’y soient intéressés, avec les méthodes et le recul propres à leurs disciplines. Cet ouvrage collectif s’inscrit dans ce champ. Sa gestation remonte à 2006, au moment de la soutenance des thèses de S. Revet sur une étude anthropologique des coulées de boue de 1999 sur le littoral vénézuélien et de J. Langumier sur une ethnologie des crues de l’Aude de 2003. Cette réflexion a mûri lors de journées d’étude et de séminaires qui trouvent leur aboutissement dans cet ouvrage collectif dont les six contributions représentent une partie des actes d’un colloque organisé par le CERI, à l’Institut des Sciences Politiques de Paris en juin 2010. Elles sont accompagnées d’une introduction étoffée et d’une post-face de Nicolas Dodier qui recentrent les problématiques. La parution de cet ouvrage collectif donne l’occasion d’interroger les convergences et les divergences disciplinaires.

La culture du risque est-elle un leurre ?

2Les risques existent en permanence, la catastrophe n’en étant que la manifestation la plus violente et la plus sensible. On considère généralement que la prévention passe d’abord par la réduction des « risques à la source » selon l’expression consacrée - le danger au déclenchement aléatoire en fait -, la formation des gestionnaires de ces dits risques et l’information de la population sur les comportements à adopter, prédéfinis par de multiples plans de prévention, d’intervention, de secours… Toutes choses constitutives d’une culture collective du risque. C’est justement sur la critique de cette notion que porte cet ouvrage, s’inscrivant résolument dans le courant de sociologie de la critique, derrière L. Boltanski et L. Thévenot cités a de nombreuses reprises (Boltanski, Thévenot, 1991). « Pour en finir avec la culture du risque », tel aurait pu en être le titre. Intention iconoclaste, tant cette fameuse culture du risque semble être la panacée pour les gestionnaires.

3D’origine anglo-saxonne (Douglas, Wildavsky, 1982), cette approche est fondée sur l’idée que les perceptions et les représentations d’un risque sont différenciées en fonction d’une culture associée à un groupe social. Pour Ulrich Beck (1986) et Anthony Giddens (1994), le risque constitue même un aspect culturel fondamental de la modernité ; la conscience du risque – et elle est là malgré tout depuis Tchernobyl – devient un moyen de d’apprivoiser le futur, et donc de faciliter les mesures de prévention. Mais la construction de cette culture est hybride, répondant à deux formes d’injonction. Une culture du risque experte (les savoirs, discours, pratiques d’acteurs), exogène et conçue pour diffuser en top down les bonnes pratiques dans la société. Des cultures locales du risque, s’appuyant sur des pratiques ordinaires, des savoirs vernaculaires qui diluent la catastrophe dans le quotidien. Le gouvernement de la catastrophe, après tout, peut se faire par chacun de ces deux bouts, dans la mesure où il finit par normer l’exceptionnel, l’incertain. Mais il peut devenir un gouvernement par la catastrophe à partir du moment où cette dernière devient un moyen d’imposer un pouvoir, celui de l’institution, d’organisations internationales, d’un dictateur. Sébastien Hardy avait montré dans sa thèse (Hardy, 2003), comment le gouvernement somoziste au Nicaragua avait profité de la destruction du centre historique de la ville de Managua par le séisme de 1972 pour repousser les populations les plus pauvres dans des cités périphériques qui sont devenues ensuite des villes autonomes. L’imposition de cette culture du risque serait une mise en scène du local pour et par les interventions extérieures. On le sait, les anciens riverains avaient une mémoire et des pratiques du risque. Les nouveaux arrivants, non. Il faut donc les leur inculquer. La critique est sévère. Mais on voit bien que le mythe selon lequel cette culture serait la solution pour faire face à l’adversité, à l’incertain, à la crise brutale et injuste (d’aucuns y ont vu le signe de Dieu) est mis à mal par les retours d’expérience des exercices PPi (Plan Particulier d’Intervention) ou PCS (Plans Communaux de Sauvegarde). P. Lagadec a bien montré cela (Lagadec, 2009). D’autant que dans ce domaine, les « sachants » sont non seulement les experts, les ingénieurs, les gestionnaires, mais aussi de plus en plus les « citoyens avertis » participants aux CLI (Comités Locaux d’Information), aux séminaires ou autres manifestations où se rencontre le microcosme du risque. (rappelons-nous le dépit des représentants de France Nature Environnement au CLI après la catastrophe de Toulouse, où ils ont eu le sentiment d’avoir été leurrés par une information tronquée). Leur légitimité est dès lors mise à mal.

De la controverse à l’acceptation

4Les six articles choisis renforcent l’argumentation. Ils offrent un parcours comparatif entre les multiples dimensions du gouvernement des catastrophes et les critiques des formes de gouvernement par la catastrophe, que ce soit au sujet de coulées de boue au dessus d’Alma Ata au Kazakhstan (Marc Elie), de la diffusion de la grippe aviaire (Frédéric Keck), de la situation post tsunami au Sri Lanka (Mara Benadusi), du Plan Rhône (J. Langumier), des inondations à Santa Fé en Argentine (Suzann Ullberg), et enfin de la mémoire de la catastrophe de Seveso (Laura Centemeri). L’ouvrage est structuré en trois thèmes : les controverses apparaissant lors de l’anticipation et la préparation des évènements; la communauté locale entre participation et concertation; les enjeux de mémoire. Chaque thème est illustré par deux études de cas. J’en retiendrai quelques-unes particulièrement intéressantes pour le propos, ou parce qu’elles rentrent en résonance avec d’autres lectures.

5Frédéric Keck examine les dispositions prises pour lutter préventivement contre la « grippe A » (causée par la diffusion du virus H1N1 à partir du Mexique en 2009) et les controverses qui en ont résulté. Il rapporte cet épisode à celui de la grippe aviaire de 2005/2006 (causée par la diffusion rapide et mondial du virus H5N1 dit SRAS d’origine asiatique) qu’il avait eu l’occasion d’étudier à Hong Kong. Son « ethnographie de la grippe aviaire » montre le danger d’une culture du risque fondée sur l’épidémie précédente. Il observe les différentes rationalités qui sont entrées en tension. Une pluralité de discours et de pratiques entrent en compétition pour donner sens à des évènements qui brisent la continuité de la vie quotidienne. Mais un évènement ne prend son sens qu’en fonction des crises qui l’ont précédées, car elles ont structuré - figé même au travers de plans – l’organisation et la perception du cadre où il apparaît. Ainsi risque-t-on d’avoir toujours un train de retard, une ligne Maginot de plus, comme l’avait souligné aussi P. Lagadec (id.). Les dispositions prises pour lutter contre le H1N1 ont été calibrées sur l’expérience du H5N1. Mais le virus a déjoué les scénarios catastrophiques mis en place et rendu l’aspect quasi militaire de la campagne de vaccination et les stocks de vaccin disproportionnés.

6Mara Benadusi, en observant le déferlement de générosité sur les côtes du Sri Lanka après le tsunami de 2004, s’interroge sur la catastrophe naturelle comme facteur de recomposition urbaine. La catastrophe en tant que rupture traumatique (kata-strophê, ce qui retourne) peut être un moteur de changement social en intervenant sur les inégalités. Cela rappelle V. November (November, 2002) pour qui, s’appuyant sur les grands incendies urbains, le risque est une composante intrinsèque de la structuration de l’espace. Risque et catastrophe accélèrent par à-coup le processus de renouvellement urbain. De son côté, J. Langumier opère un retour critique sur les dispositifs de concertation mis en place dans le Plan Rhône à la suite des inondations de 2003. Il note une grande dissymétrie entre les discours des acteurs institutionnels et ceux des destinataires. Une culture du risque donnerait les moyens d’être acteur, de contribuer à mieux vivre en zone inondable, de faire partager la conscience du risque, en un mot, de le faire accepter. Cette invitation à partager une expertise, à participer à l’action publique de prévention, viserait à obtenir le consentement aux décisions publiques, à responsabiliser les habitants vis-à-vis de la prochaine catastrophe (l’auteur parle de transfert de responsabilité…). Cette question de l’acceptabilité sociale est au cœur des enjeux concernant les relations entre la puissance publique chargée, en France, de la gestion des risques majeurs et la population. Soraya Boudia (Boudia, 2010), s’interrogeant par ailleurs au sujet du nucléaire sur les modalités de prise de décisions en situation d’incertitude et sur les choix en matière de protection de la population, montre bien l’enjeu de la recherche d’une acceptabilité sociale, d’une adhésion obtenue par le développement d’une culture transformant les riverains en partie prenante.

7La mobilisation de la mémoire ne va pas de soi. Dans son enquête à Seveso, 30 ans après la catastrophe, Laura Centemeri montre comment le drame est relégué dans une « mémoire discrète », présente, mais refoulée face au retour au quotidien, à l’ordinaire. P. Lagadec, dans sa thèse (Lagadec, 1981), avait déjà noté que, face à l’impéritie des autorités, la population de cette banlieue industrielle de Milan avait très vite cherché à oublier. L’oubli comme médication. L’auteur montre ici que la quête de la normalité (« nous ne sommes pas des pestiférés ») semble incompatible avec la traduction de l’évènement en une culture collective. Vis-à-vis de l’expérience de l’exceptionnel, il peut y avoir ainsi différents « régimes d’engagement » (Thévenot, 2006), en particulier dans « l’habiter dans un territoire à risque » (Berque, 2000). L’enfouissement (de la terre polluée et de la mémoire) comme à Seveso ou l’interaction avec des pratiques ancrées dans le territoire. Parcours de mémoire, outil d’élaboration d’une mémoire collective et d’une culture pérenne des risques ; la catastrophe comme opportunité de changement passe ici par la révélation de la force de la communauté locale face à l’adversité et à son ancrage au territoire.

Des convergences avortées ?

8Cette déconstruction d’un mythe (selon le parti pris ici) est intéressante en ce qu’elle amène à réfléchir sur les discours et les dispositifs mis en place pour prévenir les catastrophes. Les auteurs cherchent à saisir les rationalités à l’œuvre et l’éclatement des logiques qui président au gouvernement en situation de crise. Ils pointent les tensions qui surgissent dans la gestion participative des risques.

9Il est dommage que ces analyses ne prennent pas en compte d’autres domaines (seul Nicolas Dodier tente de tracer cette diversité des approches dans sa postface). D’autant qu’au même moment sont publiés les actes d’un colloque de Cerisy animé par des philosophes en septembre 2011 (Bourg et al., 2013). A défaut d’en avoir les textes lors du bouclage de cet ouvrage, la manifestation aurait pu attirer l’attention car elle complétait très utilement la problématique. L’approche catastrophiste qualitative et complexe développée par la philosophie et la socio-anthropologie mériterait d’être ressaisie par les gestionnaires du risque. Ils n’y trouveraient pas un guide pratique pour décideurs tiraillés entre les injonctions, les directives, les lois, les plans et les demandes d’informations des média et des riverains. Sans parler des conflits d’échelles qui ne manqueraient pas de se produire. Mais ils y trouveraient un regard extérieur sur ces tensions, une analyse critique sur les formes de gouvernement par la catastrophe avec ses mots d’ordre : anticiper, prévoir, se préparer, participer, se concerter, commémorer, se souvenir.

10Les « nouveaux risques », et les « anciens » dans leurs excès, connaissent un bouleversement des limites spatio- temporelles. Aux effets de proximité de l’homme et de la rivière, de l’homme et de l’usine s’ajoutent des effets de connexité. Il a fallu très peu de temps pour que le virus H5N1 se propage de Hong Kong à Toronto. En quelques mois, la Dombes était brutalement confrontée au Monde par l’intermédiaire d’un canard sauvage. Les interconnexions rendent les réseaux paradoxalement plus fragiles. L’imbrication des niveaux d’échelle renforce la complexité des réponses. Les sciences humaines et sociales y trouvent toute leur place.

Haut de page

Bibliographie

BERQUE A., 2000, Œcoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.

BOLTANSKI L., THÉVENOT L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BOUDIA S., 2010, Gouverner les risques, gouverner par les risques, Pour une histoire du risque et de la société du risque, Mémoire de HDR, Strasbourg, Université de Strasbourg.

BOURG D., JOLY P. B., KAUFMANN A. (dir.), 2013, Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Université de Lausanne, PUF, mars.

DOUGLAS M., WILDAVSKY A., 1982, Risk and Culture: An Essay on the Selection of Technical and Environmental Dangers, Berkeley, University of California Press.

HARDY S., 2003, Processus de fragmentation urbain et risques dits “naturels” dans la ville de Managua, Thèse de Doctorat de géographie, Paris, EHESS.

LAGADEC P., 2009, La question des plans. Entre points d’appui et pièges stratégiques, Laboratoire d’économétrie de l’Ecole Polytechnique, Cahier n°2009-40, 2009.

LAGADEC P., 1981, La civilisation du risque, Paris, éd. Du Seuil.

LÉONE F., VINET F., 2007, Développement d’une méthodologie d’analyse spatiale des destructions consécutives au tsunami du 26 décembre 2004 (Banda Aceh, Indonésie), Géocarrefour, vol. 82, n°1-2, p. 77-90.

NOVEMBER V., 2002, Les territoires du risque : le risque comme objet géographique, Berne, Peter Lang.

THÉVENOT L., 2006, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Donze, « Langumier J., Revet S. (dir.), Le gouvernement des catastrophes », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9328

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page