Navigation – Plan du site
Articles

L’impact des changements démographiques et socio-économiques sur la perception et la gestion de la mangrove en Basse Casamance (Sénégal)

The impact of demographic and socio-economic changes on the perception and management of mangroves in Basse Casamance (Senegal)
Olivier Agnandoul Bassene, Hervé Cubizolle, Marie Christine Cormier-Salem et Boubou A. Sy
p. 299-315

Résumés

La mangrove est perçue comme un écosystème vital pour certaines populations des littoraux d’Afrique occidentale. Pourtant les surfaces qu’occupe cet écosystème fluvio-marin dans le domaine intertropical ne cessent de se rétrécir surtout dans les régions à forte dynamique démographique et caractérisées par un étalement urbain très marqué. En Basse Casamance, une région du sud du Sénégal, et particulièrement dans notre secteur d’étude, les nouveaux venus, originaires soit des pays voisins soit des villes de la région, semblent suivre avec difficulté les règles de préservation et de gestion durable de ce milieu. La bonne connaissance des fonctions écosystémiques de la mangrove par l’ensemble des enquêtés ne suffit pas à obtenir une unanimité sur les modes de gestion conservatoire à mettre en œuvre pour garantir la pérennité de la mangrove. Sa restauration longtemps réalisée sans contrepartie financière par les populations bénéficiaires est désormais dépendante dans bien des cas de subventions dont l’utilisation conditionne l’adhésion des populations au projet ou son rejet.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont participé à toutes les étapes de sa réalisation depuis les recherches jusqu’à la fin de la rédaction. Ce sont notamment les co-rédacteurs et correcteurs, le personnel de la composante ISTHME et plus particulièrement les doctorants et le personnel encadrant installés au bâtiment D de l’université Jean Monnet. Nous ne citerons pas ici ceux qui ont été pour notre travail d’une grande aide. Qu’ils sachent, en revanche, que nous les portons dans nos cœurs et souhaitons que leurs projets se réalisent dans de bonnes conditions. Nous tenons enfin à dire un grand merci à toutes les personnes qui ont accepté de nous écouter, de répondre à nos questions et de nous aider à obtenir des données utiles à notre recherche. Il s’agit des institutionnels, des usagers de la mangrove et des opérateurs de la gestion et du développement. Que la mangrove leur procure le grand bonheur.

Problématique

1Longtemps qualifiées de sauvages et d’inhospitalières par les voyageurs occidentaux (Cormier Salem, 1999 ; Barrau et Montbrun, 1978), les mangroves ont fait l’objet de multiples publications (Marius, 1979 ; Barbier, 1996 ; Linneweber, De Lacerda, 2002 ; Millenium Ecosystem Assessment, 2005 ; Rapport annuel IMAO sur les mangroves du Sénégal, 2009 ; Guiral, Le Guen, 2012) qui n’ont cessé de mettre en avant les services écosystémiques de la mangrove et les avantages qu’il y a à les préserver. C’est ainsi qu’à partir de la fin des années 1970, notamment après la convention de Ramsar, des mesures de protection de la mangrove commencèrent à être prises (Cormier-Salem, 2006 ; CSE, 2010). Néanmoins, presque partout dans le monde les mangroves ont continué à régresser sous le double effet des changements environnementaux et surtout de l’accentuation de l’emprise des sociétés humaines (FAO, 2007 ; Rapport IMAO, 2009). En 2008 à Rome au 37e anniversaire de la signature de la convention Ramsar sur les zones humides, la FAO estimait à 3,6 millions d’hectares de superficie de mangrove perdue depuis 1980.

2L’objet de cet article est de présenter les résultats d’une étude portant sur le recul de la mangrove l’évolution de la perception qu’en ont les populations et les changements dans la gestion de cet écosystème depuis les années 1960. Le travail a porté sur trois sites de Basse-Casamance au sud du Sénégal. On s’est intéressé plus particulièrement :

  • aux conséquences de la croissance démographique et ses corollaires, l’étalement urbain, l’extension des cultures, l’augmentation de la consommation des produits de la mangrove, le bois en particulier ;

  • à l’impact sur l’exploitation et la gestion de cet écosystème fluvio-marin de l’arrivée de populations allochtones qui ont une perception de la mangrove très différente de celle des populations autochtones ;

  • aux implications socio-économiques des opérations et travaux de restauration lancés par les ONG et les autorités.

3Des recherches comparables sur les changements ayant affecté les mangroves au cours des dernières décennies ont concerné les mangroves du Brésil (Lebigre et al., 1995), de l’Afrique (Gourmelon et al., 2007), de Madagascar (Guillet, Robin et al., 2008 ; Robin et al., 2010), du Bengladesh et d’Indonésie (Dufumier 2008). En Basse-Casamance plus particulièrement, l’ONG IDEE Casamance (2005, 2006, 2009) et Cormier-Salem (1985, 1987, 1990, 1994, 1996, 2006) ont étudié plus généralement la gestion des espaces aquatiques et les stratégies d’adaptation des sociétés locales aux changements environnementaux tandis que Marius (1979, 1982, 1995), Vieillefon (1977), Andrieu et Mering (2008) ont mis l’accent sur l’évolution et les effets de la sécheresse sur les sols et la végétation.

4Notre terrain d’étude se compose des secteurs de Ziguinchor, Tobor, et Niaguis (fig. 1), des villes de Basse Casamance où d’importants changements environnementaux et socio-économiques sont survenus. Ziguinchor, Tobor et Niaguis sont des sites connus pour les multiples interventions des services publics et des opérateurs de développement privés dans le cadre de projets d’aménagement urbain ou hydro-agricole (fig. 2) ayant affecté la mangrove.

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude (Basse Casamance, Sénégal)

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude (Basse Casamance, Sénégal)

Figure 2 : Les premiers programmes de développement et aménagements hydro-agricoles dans la zone d’étude (Basse Casamance, Sénégal)

Figure 2 : Les premiers programmes de développement et aménagements hydro-agricoles dans la zone d’étude (Basse Casamance, Sénégal)

Source : Direction du développement rural de Ziguinchor

Le milieu physique

5La Casamance est une région d’Afrique occidentale située au sud du Sénégal (fig. 1). On la divise généralement en trois sous-ensembles : la Haute Casamance, la Moyenne Casamance et la Basse Casamance. La Basse Casamance est la partie aval qui elle-même correspond au bassin fluvial du fleuve Casamance et accueille trois villes principales qui sont autant de départements, Bignona, Oussouye et Ziguinchor, chef-lieu de région.

6La Basse Casamance est une région topographiquement basse avec des altitudes ne dépassant pas 50 m. D’un point de vue climatique, elle est caractérisée par une pluviométrie plus importante que dans le reste du Sénégal avec une moyenne annuelle à Ziguinchor de 1 300 mm contre 700 à 300 mm plus au nord (fig. 3). La température moyenne annuelle à Ziguinchor est de 27°C. Les températures minimales sont atteintes au mois de janvier alors que les maximales sont enregistrées pendant la saison des pluies en juillet et août voire en septembre.

Figure 3 : Evolution de la pluviométrie à Ziguinchor de 1951 à 2011, en mm (Basse Casamance, Sénégal)

Figure 3 : Evolution de la pluviométrie à Ziguinchor de 1951 à 2011, en mm (Basse Casamance, Sénégal)

Figure 4 : Profil de la mangrove en Basse Casamance (Sénégal)

Figure 4 : Profil de la mangrove en Basse Casamance (Sénégal)

7La région est drainée par le fleuve Casamance long de 350 km et dont le bassin versant couvre 20 150 km2. Sur notre secteur d’étude, à l’aval, le cours d’eau est sous l’influence des marées et son tracé se scinde alors en de nombreux chenaux de marée, les bolons, qui sont bordés par la mangrove au sein de laquelle les espaces rizicoles et l’habitat sont très présents (fig.5).

Figure 5 : Dégradation de la mangrove à Niaguis (Basse Casamance, Sénégal)

Figure 5 : Dégradation de la mangrove à Niaguis (Basse Casamance, Sénégal)

8D’un point de vue géologique deux types de formations structurent la Casamance :

  • les grès argileux continentaux du Miocène qui couvrent la majeure partie du bassin du Sénégal (Michel, 1973 ; Sall et al., 2000)  ;

  • Les dépôts du Quaternaire qui sont constitués de formations alluviales et de vases d’origine à la fois marine et continentale (Fournier, 1983 ; Marius, 1985).

9D’un point de vue pédologique on observe deux grandes familles de sols (AFES, 2008) : les ferrasols sur les plateaux (Pages, 1987 ; Montoroi, 1996 ; Vieillefon, 1977) et les sols hydromorphes dans le domaine fluvio-marin. Ceux-ci se subdivisent en thiosols dans les secteurs où la nappe plus ou moins salée se maintient toute l’année à de hauts niveaux et en sulfatosols dans les secteurs subissant des abaissements de nappe. On parle alors fréquemment de sols de tannes, un mot emprunté à une langue au Sénégal, le Wolof (Lebigre, 2007).

Contexte démographique et socio-économique

10Ziguinchor et sa région sont caractérisées par une forte croissance démographique. Ziguinchor, qui ne comptait que 723 habitants en 1910 et 10 000 habitants en 1945, a vu sa population passer à 45 772 habitants en 1976, 124 283 habitants en 1988, 155 575 habitants en 2002 (ANSD, 2002). En 2009, l’Agence Nationale de la Statistique et Démographie a estimé la taille de cette population à 269 003 habitants. Cette croissance démographique s’est accompagné d’un étalement urbain et d’une extension des surfaces vouées à l’agriculture dans une partie empiète sur la mangrove (Badiane, 1986).

11Les gros villages de Niaguis et de Tobor, en revanche, présentent un habitat plus regroupé. Mais l’augmentation de la population y est forte également. Entre les recensements de 1976 et de 1988, la population de Niaguis a progressé de 817 habitants à 2 159 habitants, tandis que celle de Tobor passait de 867 habitants en 1976 à 1 349 en 2002. Aucune donnée postérieure n’est malheureusement disponible. Un recensement a été fait en 2014 mais les données ne sont pas encore accessibles au public.

12La ville de Niaguis a été marquée par deux vagues migratoires, dans les années 1960 et 1990. A partir des années 1960, Niaguis est en effet devenue une zone de grande pêche et de collecte de la crevette du fait de l’installation des usines de transformation de la crevette à Ziguinchor (Soseshal, Amerger, etc.). L’abondance des ressources halieutiques et le développement d’une activité commerciale rentable constituent ainsi la première cause de l’arrivée massive de pêcheurs allochtones saisonniers originaires du nord du Sénégal, N’Guetdarien, Niominka, Walo walo, Toucouleur de la moyenne vallée du fleuve Sénégal etc., mais aussi du Mali, de la Guinée Bissau et du Niger. Dans les années 1990 c’est l’occupation par l’aile armée du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) des villages voisins implantés dans la forêt dense et proche de la frontière avec la Guinée Bissau qui a poussé une partie de la population à regagner Niaguis attirée par ailleurs par la sécurité fournie par une base militaire sénégalaise et la certitude d’être bien accueillie par une population aux parentés proches. Ainsi des villages entiers ont trouvé refuge à Niaguis et plus loin encore à Ziguinchor (Pélissier, 1995).

13Tobor est un autre gros village aux origines Baïnounk et Diola mais qui est marqué actuellement marqué par une forte diversité ethnique. La population, majoritairement agricole, est en contact étroit avec la mangrove qui longe la rive nord du fleuve Casamance. Cette ville a vu sa démographie et son économie dynamisées par la proximité de Ziguinchor. Les actifs travaillent dans bien des cas à Ziguinchor et font la navette quotidienne, des déplacements facilités par l’aménagement de l’axe routier N1 qui permet d’atteindre la capitale régionale en un quart d’heure.

14Dans toute cette région de la Basse-Casamance, les Diolas représentent 57,8% de la population (ANSD, 2008) et sont depuis plusieurs générations l’ethnie dominante. Leur forte présence s’explique par l’ancienneté de l’habitat (Thomas, 1959 ; Pélissier, 1966). Ces populations autochtones utilisaient traditionnellement la mangrove pour la riziculture, l’apiculture, la collecte de sel et l’exploitation des ressources halieutiques : poissons, huîtres et autres coquillages comme présenté sur la figure 4. La riziculture reste l’activité principale - le riz est consommé au moins une fois par jour - et elle est très fortement liée à l’écosystème mangrovien puisqu’une partie des nouvelles rizières est obtenue après leur défrichement. La pêche, quant à elle, est également pratiquée par une grande partie de la population active et notamment les hommes. Elle reste cependant une activité secondaire puisqu’elle se pratique à la fin de la journée de travail au champ en saison des pluies et durant toute la saison sèche. Les prises généralement composées de poissons (Tilapia, ethmolose, poisson « capitaine » etc.) et de crevettes (rose ou noire) servent principalement à la consommation familiale. La cueillette des huîtres et le ramassage de coquillages est le travail des femmes tout comme la production du sel. Le sel comme les huîtres sont destinés à la consommation familiale, au don et à la vente dans les maisons par colportage ou au marché.

La méthodologie

15La méthodologie comporte trois volets :

  • une analyse et un traitement d’images aériennes et satellites pour montrer les changements dans l’occupation du sol ;

  • des observations directes sur le terrain lors des missions de recherche ;

  • un travail d’enquête de terrain.

16Les images choisies sont de trois dates : 1957, 1984 et 2010. Elles ont été traitées à partir des logiciels Envi 4.5, Arcgis 10.1 et Adobe illustrator.

17Les visites de sites ont servi à vérifier sur le terrain les résultats de l’analyse cartographique. C’est durant ces moments que les photographies ont été prises.

18Le travail d’enquête a été fait auprès des utilisateurs locaux de la mangrove et des opérateurs de la gestion et du développement, privés et publics. Ce travail de terrain a été effectué dans les localités de Ziguinchor, Tobor et Niaguis.

Figure 6 : Evolution de l’occupation du sol dans la zone d’étude (Basse Casamance)

Figure 6 : Evolution de l’occupation du sol dans la zone d’étude (Basse Casamance)

19Pour la réalisation des enquêtes nous nous sommes appuyés simultanément sur les travaux de Blanchet (1985), Beaud (1996), Beaud et Weber (2003) et de Berthier (2010). Les objectifs étaient les suivants :

  • recueillir auprès des populations locales des informations sur les changements récents survenus dans leurs usages de la mangrove et leur appréciation sur les nouveaux modes proposés et les opérations de restauration de la mangrove ;

  • collecter auprès des opérateurs du développement des données sur l’évolution et les stratégies de gouvernance et de gestion des espaces aquatiques où se développe la mangrove mais aussi sur les constats et les perspectives de développement.

20Nous avons donc cherché à faire émerger les constats, les impressions et les suggestions dont la prise en compte peut contribuer à rendre durables les usages dans la mangrove.

21Le protocole mis en place est le suivant :

  • un questionnaire adressé aux populations utilisatrices des ressources de la mangrove. Les sites choisis étant Tobor, Niaguis et Ziguinchor, nous avons, dans un premier temps, ciblé un échantillon très limité d’acteurs dans le cadre d’un test. Cette étape a permis, après analyse, de reformuler le questionnaire pour mieux l’adapter au contexte ;

  • un guide d’entretien a été utilisé comme support tout le long de nos entretiens avec les décideurs (services déconcentrés de l’Etat), les conseillers et intervenants directs au niveau local (Association, ONG, GIE etc.) considérés comme opérateurs du développement. Chaque responsable de volet environnemental et/ou de division agricole des secteurs d’étude a été interrogé.

22L’échantillon de personnes interrogées n’a pas été construit sur la base de l’appartenance à des catégories socio-professionnelles. En effet, la plupart des gens ont plusieurs activités, ce qui rend très subjectif leur classement dans telle ou telle catégorie. Ainsi, par exemple, nombre de fonctionnaires et de paysans sont aussi pêcheurs. En revanche nous avons distingué les gestionnaires et les décideurs, publics ou privés, du reste de la population.

La typologie de nos questions

23Les questionnaires comprenaient des questions fermées comme des questions ouvertes. Concernant les questions fermées, les personnes interrogées ont la possibilité de choisir une ou plusieurs réponses entre des réponses que nous avons formulées à l’avance. Ce type de questions facilitent la compréhension de la question, fixent le sens de la réponse et rapportent plus d’éléments exploitables. En revanche, elles limitent les possibilités d’expression et influencent les réponses des enquêtés (Berthier, 2010).

24Concernant les questions ouvertes nous avons utilisé un dictaphone dans le but d’enregistrer et éviter ainsi les mauvaises interprétations lors de la restitution. Pour ce type de question, il est presque impératif de parler la langue des répondants. Ne m’exprimant qu’en diola et wolof en langues locales nous avons donc engagé un interprète pour interroger les interlocuteurs parlant le bambara, le manding, le pular et le sérère.

25Au total 45 personnes ont été interrogées à Ziguinchor, 30 à Tobor et 30 à Niaguis. Nous avons interrogé plus de personnes à Ziguinchor que dans les autres localités. Ce choix s’explique par plusieurs raisons :

  • Ziguinchor a une population beaucoup plus élevée avec une demande en ressources plus importante ;

  • dans cette ville les gestionnaires et opérateurs du développement et les usagers sont plus nombreux ;

  • la migration et les échanges sont plus marqués ;

  • la ville est une des principales destinations des populations issues des zones rurales en raison non seulement de l’exode rural et la baisse de la production agricole mais aussi du conflit armé qui oppose le MFDC au gouvernement du Sénégal.

26La suite de cet article est donc le résultat de l’analyse et de l’interprétation des réponses des 105 enquêtés dont 22 opérateurs de la gestion et du développement et 83 utilisateurs locaux de la mangrove.

Résultats

Le recul et la dégradation de la mangrove depuis les années 1970

27La mangrove de nos sites de recherche est marquée par une forte régression. Ce recul a été vérifié après avoir visité les zones de mangroves et parcouru les chenaux de marée qui font partie de notre secteur de recherche. La figure 5 montre en effet un milieu autrefois occupé par une mangrove abondante et qui est, aujourd’hui, complètement détruit. Sur les lieux on observe des troncs de palétuviers morts, un sol recouvert d’une couche blanche fine et/ou épaisse suivant le niveau de la pente. Cette couche n’est rien d’autre que le sel qui colonise tous ces milieux qui passent désormais de milieux anciennement recouvert d’un couvert végétal en zone de tanne, des milieux impropres à la riziculture. La figure 6 présente par ailleurs les changements de l’occupation du sol entre 1957 et 2010. Dans cette figure on remarque une véritable régression des surfaces de mangrove, une progression du bâti et des sols nus salés (tannes) surtout entre 1984 et 2010.

28Les opérateurs du développement ainsi que les populations locales consolident ce constat de diminution des surfaces de mangroves. Les 22 opérateurs du développement interrogés sont tous d’accord sur ce recul. Les utilisateurs locaux ne dérogent pas à la règle. Sur les 83 enquêtés, 65 sont également de cet avis. Les 18 utilisateurs locaux qui ont répondu « non » ou encore « je ne sais pas » sont surtout des allochtones et ou des personnes qui se sont basées sur les récents reboisements réalisés sur des sites où il n’existait plus de palétuviers. En effet, de grandes campagnes de sensibilisation et de reboisement ont été faites par des opérateurs publics comme privés. Reste maintenant à suivre l’évolution de ces réalisations.

L’action des opérateurs publics et privés (histoire depuis 1960)

29La riziculture reste ici une occupation fortement liée à l’écosystème de la mangrove puisqu’une partie des nouvelles rizières est obtenue après leur défrichement et le riz est consommé au moins une fois par jour durant toute une année.

30A partir des années 1960, on assiste à une sécheresse sur toute la bande du Sahel qui s’est traduit par une baisse des pluies et une accentuation de la salinisation des rizières de mangrove. Les conséquences de cet épisode climatique sont une réduction des terres aptes à la riziculture et une forte baisse de la production de riz. En réponse à cette contrainte en Basse Casamance et particulièrement dans le secteur de Ziguinchor, Tobor et Niaguis des aménagements hydro-agricoles ont été réalisés par des sociétés pour le compte de l’Etat du Sénégal (fig. 2).

31Les aménagements des premières sociétés n’ont pas résolu le problème de salinisation qui empêchait de produire de grandes quantités de riz comme c’était le cas durant les décennies précédentes. Selon les opérateurs de la gestion et du développement, le barrage de Guidel dans la zone de Niaguis a entrainé la mortalité de palétuviers sur de grandes étendues en aval. Le barrage d’Affiniam et les aménagements de la société ILACO, quant à eux, ont affecté les mangroves et les rizières de Tobor.

32Face à cette dégradation de nouvelles sociétés publiques et privées (ONG, GIE, Association, etc.) ont commencé à travailler pour la protection et la restauration de la mangrove à partir des années 1990. Les interventions des ces sociétés se sont d’abord appuyées sur deux activités principales :

  • des séances de sensibilisation et

  • des activités de reboisements de palétuviers.

33Ainsi, de grandes étendues de mangroves détruites ont été reboisées par les utilisateurs locaux avec l’appui technique des services forestiers (fig. 7) sans cependant avoir réalisé au préalable des études pour évaluer les capacités d’adaptation des palétuviers.

34Les interventions se sont ensuite reposées sur la valorisation des services que la mangrove peut apporter aux populations. C’est le début des aménagements de bassins piscicoles et des parcs ostréicoles de l’ONG IDEE Casamance, de l’Agence Nationale d’Aquaculture (ANA), du PADERCA, et plus récemment de l’ONG OCEANIUM.

La perception de la mangrove

35Les populations de notre échantillon de recherche perçoivent la mangrove de différentes façons. Elle est fonction :

  • de l’origine de la population enquêtée ;

  • de la nature de son activité ;

  • du lieu de résidence.

36Les populations dont les ancêtres ont vécu depuis de nombreuses générations sur nos sites (Diola, Baïnounk) et qui connaissent bien l’utilité de la mangrove la considèrent comme un milieu qui apporte de nombreux services à l’homme. Ce sont :

  • des services d’approvisionnement ;

  • des services écologiques dont la protection des berges et des rizières et un lieu de vie pour de nombreuses ressources halieutiques (poissons, crustacées), présence d’ espèces végétales (palétuviers par exemple) et de nombreux oiseaux migrateurs ;

  • des services d’alimentation (prélèvement d’huîtres, de poissons et de coquillages).

37Certaines de ces populations sont en mesure d’expliquer les interactions qui existent entre les composantes de cet écosystème (populations autochtones des villages surtout) tandis que d’autres se limitent seulement à détailler les types de ressources que l’on peut tirer de ce milieu. Pour ces populations qui ont acquis des connaissances ancestrales sur la gestion et la protection des ressources naturelles la mangrove est un écosystème à protéger pour les services actuels qu’elle apporte et pour les générations à venir. Cette perception est valable pour les populations déplacées à l’intérieur de la Basse Casamance à la suite du conflit opposant la branche armée du MFDC et le gouvernement du Sénégal même si l’évolution de leur nouveau contexte peut contribuer à changer cette perception.

38Les populations venues du nord du pays (Niominka, Toucouleurs, Lébous et Sérères) et ceux des pays de la sous-région (Mali, Guinée, Niger) ont une autre perception de la mangrove puisqu’ils ne sont présents dans les sites d’accueil qu’une partie de l’année. Ces populations saisonnières ne pensent pas beaucoup à la restauration et à la protection de la mangrove. Ils sont tout le temps présents dans les cours d’eau à la recherche de ressources halieutiques sans penser au renouvellement des stocks. Ils prélèvent, perturbent le cycle de la ressource dans le seul objectif de gagner beaucoup d’argent à ramener dans leur lieu de provenance. La mangrove est pour eux seulement un lieu de pêche, un lieu de ravitaillement contrairement aux utilisateurs autochtones qui l’utilisent comme un milieu de subsistance.

39La perception de la mangrove dépend également de l’activité pratiquée. On dénombre ici presque toutes les catégories socio-professionnelles.

40Pour les paysans, la mangrove est le lieu d’extension de ses rizières. Lorsqu’il veut gagner de nouvelles rizières les paysans ceinturent un périmètre qu’ils définissent à l’avance avant de procéder à l’abattage des palétuviers. C’est aussi pour eux un lieu de pêche. A la fin de la journée de travail au champ, les hommes parcourent le bolon à bord d’une pirogue à rame et d’un filet (généralement l’épervier) à la recherche de poissons pour la consommation familiale. Les femmes quant à elles pêchent le poisson par piégeage avec des nasses.

41Les pêcheurs et les femmes cueilleuses des huîtres sont ceux qui accordent plus d’importance à la qualité de la mangrove. Cette catégorie socio-professionnelle est en permanence dans les cours d’eau à la recherche de ressources halieutiques (huîtres, crevettes, poissons, coquillages, etc.) destinées à la vente et à l’autoconsommation. Ces ressources sont l’essentiel de leurs revenus et leur principal milieu de vie puisqu’une grande partie de leur journée ou de leur nuit est passée dans ce milieu.

42Les autres catégories socio-professionnelles ont une autre perception de la mangrove. Leur activité dans la mangrove est secondaire. Dans ce groupe on retrouve ceux qui sont en contacts avec la mangrove une partie de l’année (saison des pluies pour les cultures), ceux qui n’y vont que très rarement (une ou deux fois l’année) et ceux qui n’y vont jamais. Pour cette catégorie, les principaux revenus résultent du salaire perçu à chaque fin de mois contrairement aux pêcheurs dont les revenus dépendent totalement du fleuve. Pour ces derniers la mangrove est un milieu de vie secondaire ou pas du tout et le riz obtenu après la récolte des champs vient seulement compléter celui acheté par sac de 50 kg chez le commerçant du quartier. Cette population n’est pas totalement dépendante de la mangrove. Elle ne l’utilise qu’en complément.

Figure 7 : Milieux reboisés en Rhizophora à Tobor (Basse Casamance, Sénégal)

Figure 7 : Milieux reboisés en Rhizophora à Tobor (Basse Casamance, Sénégal)

43La perception de la mangrove dépend aussi du lieu de résidence. Les populations qui vivent dans les grandes villes comme Ziguinchor n’ont pas la même considération de la mangrove que celles vivants dans les villages comme Tobor ou Niaguis. La ville de Ziguinchor est seulement en contact avec le canal principal du fleuve Casamance alors que les villages de Tobor et de Niaguis sont traversés par le canal principal du fleuve Casamance et le chenal de Tobor pour le premier et par le canal principal du fleuve Casamance et le chenal du Guidel pour le second. Les populations de ces deux villages sont ceux qui sont le plus en contact avec les cours d’eau et connaissent mieux l’utilité de la mangrove. Ainsi à la question « quelles services la mangrove peut apporter à l’homme ? », les bonnes réponses, à hauteur de 58% sur l’ensemble des enquêtés, se répartissent géographiquement comme suit : 51% pour Tobor, 17% pour Ziguinchor et 32% pour Niaguis. Pour cette question qui a été posée seulement à la population, l’expression « bonnes réponses » est utilisée lorsque l’interlocuteur énumère les principaux services que la mangrove peut rendre à la population (service thérapeutique, disponibilité en huîtres, présence d’espèces poissonneuses, tourisme, éducation environnementale). Si on se réfère au pourcentage des réponses de cette dernière question, nous pouvons conclure que les habitants de Tobor et de Niaguis ont une meilleure connaissance des services fournis par la mangrove.

Discussion

Les causes du recul et de la dégradation de la mangrove

44Nous allons analyser dans cette partie les facteurs ayant véritablement participé à la régression de la mangrove de nos sites de recherche. Ce sont notamment la hausse de la population marquée par des arrivées de populations aux origines diverses.

La croissance démographique et ses conséquences

45L’analyse et l’interprétation des données démographiques des villes de notre échantillon d’étude montrent que cette population a commencé à grossir depuis la période coloniale ce qui est attesté par les données démographiques recueillies dans les archives coloniales. La taille de la ville de Ziguinchor était de 723 habitants en 1910 et 10 000 habitants en 1945 (Trincaz, 1979). Les recensements nationaux viennent ensuite confirmer ses propos (fig. 8).

Figure 8 : Evolution de la population de 1976 à 2002 dans la zone d’étude (en nombre d'habitants).

Figure 8 : Evolution de la population de 1976 à 2002 dans la zone d’étude (en nombre d'habitants).

Source : Agence Nationale de la statistique et de la démographie (ANSD)

46L’augmentation de la population a provoqué des changements dans l’occupation du sol. Un des effets de la dynamique urbaine est un abattage systématique de la mangrove le long des berges du fleuve Casamance pour la réalisation de nouvelles habitations résidentielles- le cas des quartiers Boudody, Escale et Goumel à Ziguinchor- et pour l’aménagement d’infrastructures portuaires (port et débarcadères de Ziguinchor) et touristiques (hôtel Kadiandoumagne, hôtel le Perroquet, bar Erobon).

47L’autre conséquence de cette dynamique urbaine reste notamment une augmentation de la demande en ressources ligneuses avec pour conséquences des prélèvements amplifiés des ressources de la mangrove et un usage destructeur par des populations aux intérêts spécifiques.

Le rôle des populations allochtones dans la dégradation de la mangrove

48La mangrove a été utilisée par les populations autochtones depuis de nombreuses générations. C’est un milieu qui leur fournit de multiples services. Le tronc du palétuvier par exemple participe à la réalisation de plafonds, de clôtures et pour la cuisson. Les racines portent les huîtres, un mollusque marin bivalves que les femmes récoltent pour recueillir la chair. Les racines et les feuilles du palétuvier sont utilisées pour soigner certaines maladies comme le paludisme, la diarrhée et pour alléger les douleurs des femmes avant et après l’accouchement. Ce milieu renferme aussi de nombreuses ressources halieutiques et faunistiques (crabes, poissons, oiseau migrateurs) qui participent fortement à améliorer des besoins alimentaires et à promouvoir des parcours touristiques.

49Ce milieu est maintenant affecté par des modes d’utilisation qui contribuent fortement à son recul. Il s’agit d’une surexploitation aux objectifs commerciaux que des populations allochtones ont mise en place depuis les années 1960 notamment depuis l’arrivée des pêcheurs étrangers, c’est le cas de Niaguis. Cette surexploitation de la mangrove dans le site de Ziguinchor est, en revanche, liée à l’installation de populations d’origine guinéenne en raison de la guerre de libération de la Guinée Bissau. Les « éramé » qui sont l’une de ces populations sont par ailleurs ceux qui se sont véritablement illustrés dans ce commerce.

50Selon les populations enquêtées à Niaguis, les pêcheurs allochtones sont ceux qui ont fortement perturbé le développement des ressources halieutiques de la mangrove le long du Guidel, un chenal de marée très fréquenté par les pêcheurs. En effet, dans les codes locaux d’usage, un temps de repos est observé pour permettre aux poissons de se reproduire et se développer convenablement. Pour cela des zones interdites à la pêche sont délimitées suivant une cartographie mentale. Et pour les milieux où une pêche intense a récemment été faite, un morceau de tissu attaché à un bâton enfoncé dans le sol argileux en guise d’alerte. Les autres pêcheurs dépassaient la zone pour pêcher plus en amont dans un milieu autorisé et plus propice.

51Les pêcheurs allochtones, et surtout les nigérians, ne respectent pas ces règles. Ils sont en permanence dans le cours d’eau nuit comme jour à la recherche de poissons. Ils sont partout présents même dans les zones temporairement interdites à la pêche. Certains se permettent même de secouer avec force et de façon récurrente les racines des palétuviers pour faire sortir le poisson de son refuge et de le capturer ensuite. Les perturbations écologiques ainsi provoquées sont très dénoncés par les premiers utilisateurs locaux ce qui ne manque pas de créer occasionnellement des tensions entre ces différents groupes pour l’exploitation d’un milieu fortement dégradé par la salinisation causé par l’échec du barrage de Niaguis, une infrastructure qui avait été réalisé pour lutter contre la forte salinité enregistrée en amont du cours d’eau et qui affectait la production des rizières.

52A Ziguinchor et dans une faible mesure à Tobor, en revanche, l’une des principales causes du recul de la mangrove reste le commerce du bois de mangrove, une activité très liée à l’augmentation de la population et de ses besoins. Le commerce du bois de mangrove est devenu une activité de plus en plus lucrative (fig. 9) pour ces populations dans le secteur de Ziguinchor et aussi dans certains sites de Tobor.

Figure 9 : Bois de mangrove destinés à la vente à Ziguinchor (Basse Casamance, Sénégal)

Figure 9 : Bois de mangrove destinés à la vente à Ziguinchor (Basse Casamance, Sénégal)

53Les populations déplacées à la suite du conflit casamançais se sont aussi associées aux « éramé » pour faire de la vente du bois de la mangrove un des principaux moyens de gagner de l’argent. En effet, à leur arrivée à Ziguinchor, ces populations n’avaient plus assez de terres à cultiver pour assurer une autosuffisance alimentaire comme c’était le cas avant leur déplacement. Il fallait donc trouver une solution pour pallier ce déficit.

54Pour ces populations le recours aux bois de mangrove est très faible dans leurs villages d’origine puisqu’elles récoltaient le bois toujours abondant de la forêt pour assurer les besoins domestiques et cela sans grandes contraintes ni représailles. A Ziguinchor la coupe du bois de la forêt est très contrôlée par les services forestiers à l’exception du bois de mangrove, qui, en revanche, n’est soumise à une règlementation spécifique. La mangrove est un milieu qui dépend à la fois du ministère de l’environnement et de la protection de la nature, du Ministère de l’agriculture et du Ministère de la pêche. Les acteurs du secteur profitent ainsi de cette faille pour exploiter massivement ce bois. Il n’est donc pas rare de voir de grandes surfaces de mangroves entièrement détruites (fig. 10) au voisinage de la ville par des coupes abusives de bois destinés à la vente pour satisfaire les demandes urbaines et rurales en augmentation.

Figure 10 : Racines de Rhizophora portant des huîtres à Ziguinchor (Basse Casamance, Sénégal)

Figure 10 : Racines de Rhizophora portant des huîtres à Ziguinchor (Basse Casamance, Sénégal)

55Il faut également associer à la vente du bois de mangrove la coupe des racines des palétuviers faite par les femmes pour recueillir les huîtres. Les populations pêcheurs et paysannes, dont la présence est quasi permanente dans les cours d’eau pour les premiers et occasionnelle pour les second déplorent vivement les changements dans les modes de cueillette. La technique de cueillette qui consistait à un détachement des huîtres des racines des palétuviers avec un couteau ou une machette sans altérer les racines des palétuviers est aujourd’hui très rarement observée. Les acteurs de ce secteur procèdent de nos jours davantage à des coupes systématiques des racines des palétuviers (fig. 10) qui seront ensuite placés dans des pirogues avant d’être traités dans des chantiers situés généralement aux voisinages des débarcadères. Ces nouvelles pratiques sont cependant plus constatées dans le site de Ziguinchor secteur très urbanisé où les codes locaux sont moins suivis que dans les milieux villageois comme Tobor et Niaguis. En effet, après le dépouillement du questionnaire, on remarque que 63% des femmes qui exploitent les huîtres dans les sites de Ziguinchor viennent de villages tels que Affiniam, Eramé, Enampore, Diakène et Niassya, des villages éloignés de la ville de Ziguinchor. Ces femmes ne sont soumises à aucune contrainte réglementaire et répressive sur la façon de récolter les huîtres contrairement aux sites comme Tobor où la solidarité et l’entente villageoise est à l’origine d’initiatives de lutte contre les pratiques destructrices de la mangrove. A Ziguinchor, en revanche, Les autochtones tentent de freiner cette dynamique avec beaucoup de difficultés car il n’existe aucune organisation communautaire volontaire pour la défense de cette ressource.

56Pour ces populations dont les agissements sont motivés par la recherche acharnée d’argent, les anciennes mesures de protection visant à développer la ressource, la « jachère » par exemple et les pratiques naturalistes transmises de générations à générations (Ka et al., 2009), deviennent de plus en plus obsolètes.

Le changement dans la perception de la mangrove

57Face à cette pression, les questions relatives à la vulnérabilité et à la résilience des milieux mangroviens, très étudiées pour d’autres milieux (Barry, 2005 ; Fazey, 2010) et en Basse Casamance (Cormier-Salem, 2006 ; IDEE Casamance, 2002 et 2009 ; Faugere, 2009) doivent être bien élucidées.

58Après les campagnes de sensibilisation réalisées par les services forestiers, les organisations intervenant dans la gouvernance de l’environnement et la protection des ressources naturelles, les groupements associatifs et culturels depuis les années 1990 constituent des preuves d’une volonté exprimée de participer à la reforestation de la mangrove et à la lutte contre les dégradations anthropiques telles que bien commenté dans les travaux de Neumann de 1998, de Gertjan en 2004, de l’ONG IDEE Casamance en 2006 et de l’Initiative Mangrove en Afrique de l’Ouest (IMAO) en 2009. Les populations, qu’elles soient plus anciennement installées que d’autres, connaissent pour la plupart les services issus de la mangrove et sont prêtes à protéger ce milieu. De la connaissance et la compréhension des multiples avantages que l’on peut gagner à préserver et à restaurer la mangrove (fonctions de refuge, de production et reproduction des poissons, de nourricerie et de captage du gaz carbonique, de prélèvement et de régulation), est née l’acceptation des différentes campagnes de reboisement des palétuviers organisées par l’ANCAR, l’ONG IDEE Casamance, l’ONG Océanium, le PADERCA et l’implication des populations dans les opérations de restauration. On passe d’une société Diola fortement liée à sa terre et à la nature à une société pluriethnique (Pular, Toucouleur, Mandingue, Wolof etc.) à qui les opérateurs du développement ont permis de renforcer les savoirs et les comportements qui visent à une appropriation du lieu de vie par l’apprentissage et le respect de ce qui fait la réponse culturelle et/ou moderne aux modifications de la nature. C’est le cas de Tobor où la protection de l’environnement a d’ailleurs fait l’objet d’un congrès villageois en 2006, congrès à partir duquel est né le Projet de gestion intégrée de l’écosystème mangrove de Tobor (PGIEM). Cette rencontre qui visait la sensibilisation pour la protection de la mangrove et sa mise en valeur s’articulait autour de présentations théâtrales, d’échanges sur la mise en place d’un budget destiné à financer les reboisements à venir de palétuviers et des possibilités d’exploiter convenablement ce milieu. Cet événement a vu la participation aux activités de tous les habitants du village, sans différence ethnique ou de religion. Dans ce village, les grands programmes de reboisement récemment appliqués ne sont donc que la suite des actions engagées depuis quelques décennies et les reboisements de palétuviers sont perçus comme une « troisième religion » après l’islam et le christianisme. Cela fait qu’en plus des Diola et Baïnounk, premiers installés, les ethnies Mandingues, Balante, Pular, Wolof et Serere se sont distinguées par leur participation à ces reboisements. Cette mobilisation constitue une des réponses culturelles longtemps utilisées pour faire face aux difficultés liées aux changements climatiques et modifications anthropiques largement étudiés par Heyd et Dupuis (2012), Rey (2009), Barrau et al. (1978) et Ka et al., 2009.

59Si à Tobor la mobilisation est collective (habitants, chef de village, autorités religieuses et populations nouvellement venues), elle ne semble pas l’être dans les autres sites. A Ziguinchor et à Niaguis par exemple, la méconnaissance des atouts de la mangrove par certains (17% des enquêtés) et généralement chez les nouveaux venus et le manque d’implication des étrangers sont dénoncés lors des reboisements. Dans ces secteurs on rencontre des populations étrangères qui exploitent encore massivement le bois de mangrove malgré les sensibilisations. Certains pêcheurs étrangers continuent même à se déplacer dans des milieux nouvellement reboisés, ce qui est fortement interdit puisque pêcher dans ces zones participe à la perturbation de la croissance et à la destruction des propagules nouvellement plantés. Pour ces pêcheurs, les reboisements réduisent leur espace de pêche, limitent leur déplacement et diminuent les mises à terre. Les reboisements constituent donc une entrave à leur activité.

60Les différences de comportement des populations de ces sites s’expliquent pour Tobor par la grande implication des anciens, des adultes et des chefs religieux dans les opérations de reboisement et de protection de la mangrove. C’est une catégorie sociale très respectée et très écoutée dans le village. Ceci n’est pas le cas à Ziguinchor et à Niaguis où la participation à ces opérations est davantage constituée de jeunes et surtout de femmes.

Rôle de l’irruption des opérateurs publics et privés venus pour restaurer le milieu

61Dans l’ensemble des sites on observe des changements dans les modes et conditions d’intervention et de participation des populations locales aux opérations de restauration. Les reboisements, longtemps motivés par une mobilisation volontaire et culturelle sont, de nos jours, considérés comme une activité génératrice de revenus immédiats plus importante qu’une simple colonisation d’un milieu détruit. En effet, suivant les sites et les années, la rétribution par personne et/ou par association a été faite sous diverses formes. À Niaguis par exemple, les participants aux premiers reboisements initiés par l’ONG IDEE Casamance en collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM) étaient payés en nature ; seuls des sacs de riz étaient alors offerts aux participants. En revanche, les reboisements les plus récents réalisés par Océanium sont rétribués en espèces à 2 500 f CFA (3,8 euros) par participant et par journée reboisée. Si cette grille salariale semble acceptable et motivante par rapport au niveau de vie, elle n’est pas pour autant partout appliquée. Ainsi, à Djifangor, village proche de Niaguis comme à Tobor on passe d’un salaire individuelle à une rémunération collective à hauteur de 5 000 f CFA (7,6 euros) par hectare reboisé pour chaque association sportive et culturelle (ASC). Les disparités dans le traitement des participants ont justifié le refus de reboiser, en 2012, de l’association sportive et culturelle de Djifangor qui jugeait la rémunération très faible par rapport au nombre de participants.

62Au-delà des divergences, ce mode de travail a par ailleurs permis de replanter de grandes surfaces dénudées en Rhizophora, une espèce de palétuvier qui régénère en enfonçant dans le sol boueux les propagules murs sous forme de bouture, une technique contraire à celle de la régénération de l’espèce Avicennia qui repousse à partir des graines mises en terre. Ce mode de reboisement constitue cependant une monosylviculture de l’espèce Rhizophora dans un milieu où Marius (1979 et 1985), a aussi répertorié d’autres espèces de palétuviers notamment Avicennia africana, Conocarpus erectus et Laguncularia racemosa. Voilà autant de facteurs qui pourraient compromettre la réussite des tentatives de restauration de la mangrove (milieux aux multiples composantes en constante interaction) et autant de questionnements sur la capacité de reconstitution de l’écosystème, de son adaptation mais également de la durée des opérations de reboisement. Est-ce que les populations continueront à reboiser sans subvention après l’exécution des programmes disposant de grands moyens financiers? Les différences de traitement de salaire ne constituent-t-elles pas pour l’avenir une source de tensions et de désintéressement de la part des populations ?

63A l’opposé des populations de Tobor, celles de Ziguinchor comme celles de Niaguis considèrent la paie comme la principale source de motivation du reboisement contrairement à une initiative volontaire par amour de la nature. Il en est de même des opérateurs du développement qui laissent comprendre que seules les étendues de superficies reboisées importent : il faut rendre compte aux bailleurs de fonds.

64Ces populations comptent poursuivre la restauration de l’écosystème avec l’encadrement des opérateurs du développement tant qu’elle est rémunérée. Elles semblent conscientes que ces derniers s’enrichissent sur leur dos par l’acquisition de financements qui servent d’abord à leurs propres intérêts. 80% des populations enquêtées sont unanimement persuadées qu’une bonne partie des financements destinés à un projet X sert plus à acquérir des équipements dévolus au personnel que de réaliser des actions concrètes pour les bénéficiaires. Les ONG, par exemple, existent parce qu’elles interviennent dans des zones anthropisées, des zones considérées comme étant en difficulté comme bien illustrées sur la figure 8. Ainsi pour ces populations, programmes de « développement » riment avec partage des moyens d’intervention.

65Les réponses des populations puisent leurs origines dans l’échec de plusieurs interventions nationales et privées dans le secteur d’étude (fig. 2) et en Basse Casamance en général. Des projets de développement ont été élaborés et réalisés pour certains ; pour d’autres, ils ont seulement été élaborés et, faute de financement ou suite à des désaccords, ils ont été bloqués. Certes, les ressources financières et une planification concertée constituent une nécessité pour le bon fonctionnement d’une initiative bien mûrie, cependant il serait intéressant de s’interroger sur ce qui est primordial dans la réalisation d’un projet : l’amélioration d’une situation antérieure jugée problématique ou le renforcement du confort des opérateurs du développement. Cette remarque s’adresse beaucoup plus aux opérateurs privés que publics, ces derniers étant au contraire financièrement mal dotés. Pour preuve le budget pour l’année 2012 du volet environnement du Conseil régional de Ziguinchor s’élève à seulement 500 000 f CFA (763 euros) (Division environnement du Conseil régional de Ziguinchor) contre 1,2 millions d’euros pour l’ONG Océanium en 2010 (Holzbauer, 2011) et 2,3 millions d’euros en 2010 et 2011 (Les Afriques, 2011). Avec un montant aussi faible, il est difficile d’accomplir des actions de grande envergure.

66En revanche, dans le secteur privé, les budgets sont considérables. Aussi, les populations s’interrogent sur l’utilité de certaines ONG et le bien-fondé de leur intervention. En effet, ce questionnement trouve sa pertinence dans le suivi des projets et des réalisations après projet. La majorité des projets et des ONG ne font pas l’objet d’une évaluation lorsque le financement est consommé ; ils sont seulement arrêtés. Les objectifs de productivité sont rarement atteints et les paysans ne se réapproprient pas les projets (Rue, 1998). Les principales conséquences qui en découlent sont une dégradation accélérée du milieu par rapport à la situation de départ, l’accentuation de la demande des bénéficiaires, l’ébranlement d’un espoir fondé sur un appui extérieur mieux outillé en savoir-faire et en moyens matériels. Ces défaillances entraînent les populations dans une situation de dépendance accrue. Pour les paysans de Niaguis par exemple, l’arrêt du fonctionnement du barrage anti-sel a rendu les rizières plus salées qu’avant son installation.

Conclusion

67L’analyse faite dans cet article expose les changements de perception qui peuvent survenir chez les populations sous l’effet de divers facteurs : déplacement, compétition sur l’utilisation de la mangrove, essais de restauration et diversité des acteurs aux différentes motivations.

68Aussi, la conception qu’ont les usagers de la gestion de la mangrove dans notre secteur d’étude nous conduit à nous questionner sur les véritables approches et stratégies à présenter aux populations pour tenter de réduire fortement la surexploitation de la mangrove et de concilier les pratiques anciennes de gestion conservatoire de la mangrove avec celles issues de recherches modernes. En effet, les résultats de certaines interventions qui visent à restaurer ces milieux sans véritable connaissance et implication des usagers pour la gestion conservatoire de leurs propres milieux de vie sont de plus en plus dénoncés étant donné qu’aucune stratégie de suivi n’est préalablement élaborée (Faugère, 2009). Aussi l’Etat du Sénégal a initié dans ce cadre des Conseils locaux de la Pêche Artisanale (CLPA). Ces CLPA sont le dernier instrument d’uniformisation et de concertation pour la pêche et la gestion des milieux aquatiques au Sénégal. Réussiront -ils à faire leurs preuves ?

69L’exploitation de la mangrove par coupe de palétuviers doit être encadrée et organisée par la définition de quotas de prélèvement et la délimitation de zones de coupes suivant un calendrier bien aménagé et bien discuté.

70Il serait également bénéfique pour le suivi de cet écosystème de procéder à une évaluation cartographique des opérations de reboisement. L’analyse de ces données permettrait de montrer les écarts entre la situation antérieure aux reboisements et la situation actuelle. Les responsabilités d’une réussite ou d’un échec d’un programme étant partagées, il sera intéressant de suivre l’action des pouvoirs publics dans leur volonté de promouvoir une gestion conservatoire de la mangrove au niveau local puisque des actions similaires sont déjà réalisées au niveau de la sous-région par le réseau Initiative Mangrove en Afrique de l’Ouest (IMAO).

Haut de page

Bibliographie

ANDRIEU J., MERING C., 2008, Cartographie par télédétection des changements de la couverture végétale sur la bande littorale ouest africaine : exemple des rivières du sud du delta du Saloum (Sénégal) au Rio Géba (Guinée Bissau), Télédétection, vol. 8, n°2, p. 93-118.

ANAMS, 2013, Recueil de données de terrain.

ANSD, 2008, Situation économique et sociale du Sénégal en 2007, Dakar, Rapport Agence Nationale de la Statistique et Démographie, 280 p.

BADIANE S., 1986, Rapport sur la mangrove de Casamance, Dakar, Centre de Recherche Océanographique Dakar-Thiaroye (CRODT), 90 p.

BARRAU J., MONTBRUN C., 1978, La mangrove et l’insertion humaine dans les écosystèmes insulaires des Petites Antilles : le cas de la Martinique et de la Guadeloupe, Social Science Information, 17, 6, 3 fig., Sage Publications, Beverly, Hills, p. 897-919.

BEAUD S., WEBER F., 2003, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, p. 235-290.

BEAUD S., 1996, L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’ « entretien ethnographique », Revue des sciences sociales du politique, Vol. 9, n°35, p. 226-257.

BLANCHET A., GIAMI A., GOTMAN A., LEGER J.M., 1985, L’entretien dans les sciences sociales, Paris, Dunod, 289 p.

BERTHIER N., 2010, Les techniques d’enquête en sciences sociales : méthodes et exercices corrigés, Paris, Armand Colin, manuels universitaires, 4e éd., vol 1, 350 p.

CORMIER-SALEM M.C., 1987, Une pratique revalorisée dans un système de production en crise la cueillette des huîtres par les femmes diola de Basse Casamance (Sénégal), Document scientifique ISRA-CRODT, n°106, p. 91-107.

CORMIER-SALEM M.C., 1994, Dynamiques et usages de la mangrove dans les pays des rivières du Sud (du Sénégal à la Sierra Léone), ORSTOM, collections et séminaires, 354 p.

CORMIER-SALEM M.C., 1996, Les littoraux à mangrove, des régions fragiles ? Éléments de réflexion, Orléans, ORSTOM, 16-17 octobre 1996, p. 173-183.

CORMIER-SALEM M.C., 2006, Vers de nouveaux territoires de la conservation. Exemple des littoraux ouest-africains, Annales de géographie, n°651, p. 597-617.

CSE, 2010, Rapport sur l’état de l’environnement au Sénégal, Edition Ministère de l’Environnement et de la protection de la nature (MEPN), Dakar, 266 p.

DUFUMIER M., 2008, Mutations de l’agriculture de l’Asie du Sud-Est, Tiers Monde 2000, tome 41, n°162, p. 249-255.

FAO, 2007, The world’s mangrove 1980-2005, FAO forestry paper N°153, 89 p.

FAUGERE N., 2009, Etude du projet de reboisement de palétuviers rhizophora en Basse-Casamance par l’ONG Océanium, Mémoire de fin d’étude, Ecole d’Ingénieur en agro-développement International, 100 p.

GRDR, 2000, Appui du G.R.D.R. aux dynamiques de base et au développement local en Casamance (Sénégal), rapport année 3 : janvier 1999 – avril 2000, et rapport de synthèse 1997, 28 p.

GUILLET M., RENOUX E., ROBIN M., DEBAINE F., RATSIVALAKA S., LAMBERTS C., 2007, Suivi et analyse de l’évolution de la mangrove de Mahajamba (Nord-Ouest de Madagascar), Actes de colloque « le littoral : subir dire agir », Lille, France 16-18 janvier 2008, 8 p.

HESSELING G., 1986, Le droit foncier dans une situation semi-urbaine : le cas de Ziguinchor, in, Espaces disputés en Afrique noire : pratiques foncières locales, Paris, Karthala, p. 113-132

HEYD T., DUPUIS I., 2012, Réponses culturelles aux changements rapides de la nature, Vertigo-la revue électronique en sciences de l’environnement, débats et perspectives, URL : http://vertigo.revues.org/11526 ; DOI : 10.4000/vertigo.11526, 12 p.

HOLZBAUER C, 2011, face au réchauffement climatique, il faut s’adapter, Journal La Croix mise en ligne le 11/01/2011, www.la-croix.com

IDEE Casamance, 2009, L’approche écosystémique des pêcheries pour le projet USAID/Wula Nafaa volet pêche par IDEE Casamance, Rapports et études IDEE Casamance, Ziguinchor, 8 p.

IDEE Casamance, 2006, Rapport sur le reboisement à Adéane, Baghagha et Bandial, Rapports et études IDEE Casamance, Ziguinchor, 13 p.

IDEE Casamance, 2005, Vade-mecum de l’exploitation des bassins piscicoles traditionnels en Casamance, Rapports et études IDEE Casamance, Ziguinchor, 18 p.

IDEE Casamance, 2002, Exploitations communautaire et responsable des ressources halieutiques des zones humides en Casamance : une stratégie de conscientisation des acteurs et populations riveraines, Rapports et études IDEE Casamance, Ziguinchor, 11 p.

Initiative Mangrove en Afrique de l’Ouest (IMAO), 2009, Rapport annuel sur les mangrove du Sénégal, UICN, Dakar, 65 p.

KA S., SARR O., CORMIER-SALEM., 2009, Pratiques locales de gestion des ressources dans les mangroves ouest-africaines et impacts : cas des coquillages, Communication collective lors du Colloque International « les produits locaux : une voie des Suds ?, Du 9 au 11 juin 2009, Unesco, Paris, 11 p.

LEBIGRE, J-M, 2007, Les marais à mangroves et les tannes, dossier Futura-environnement, en ligne : http://www.futura-sciences.com/magazines/voyage/infos/dossiers/d/geographie-marais-mangrove-tannes-683/.

LEBIGRE J-M., REBELO M.OCHEL F., 1995, Le littoral à mangrove d’Alcantara (Brésil)- évolution et conséquences relatives à sa gestion, Travaux du laboratoire de géographie physique appliquée- Bordeaux, n°13, p. 23-27.

LES AFRIQUES.COM, 2011, Danone se lance dans le social-green business au Sénégal et vise l’ensemble de l’Afrique, Journal en ligne, n°148 du 10 au 16 février 2011.

LINNEWEBER V. et DRUDE DE LACERTA L., 2002, Mangrove Ecosystems: Function :.and Management, Berlin, Springer-Verlag, 292 p.

NIABALY B., DIATTA A., 2010, Diagnostic des ressources naturelles, des modes de gestions traditionnels et des savoirs locaux à Tobor, Baghagha et Djagoubel, Mémoire de Master, Université de Ziguinchor, 39 p.

MARIUS C., 1995, Effets de la sécheresse sur l’évolution des mangroves du Sénégal et de la Gambie : synthèse, Sécheresse, 6, p. 123-128.

MARIUS C., 1979, Effet de la sécheresse sur l’évolution phytogéographique et pédologique de la mangrove de basse-Casamance, Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN), série A, 4, p. 669-691.

MARIUS C., 1979, Les mangroves du Sénégal : écologie, pédologie, utilisation, Dakar, ORSTOM, 84 p., +annexes.

MARUT J.C., 2010, Le conflit de Casamance, ce que disent les armes, Paris, Karthala, 420 p.

MICHEL P., 1973, Les bassins des fleuves Sénégal et Gambie. Etude géomorphologique, Mémoire ORSTOM, 383 + 571 p. + 1volume de cartes.

Organisation Internationale des Bois Tropicaux (OIBT), 2003, La mangrove, une forêt digne de ce nom, Collection brochures OIBT, 8 p.

PAGES J., DEBENAY J-P., LEBRUSQ J.-Y., 1987, L’environnement estuarien de la Casamance, Revue hydrobiologique tropicale, 20, (3-4), p. 191-202

PÉLISSIER P., 1995, Transition foncière en Afrique Noire : du temps des terroirs au temps des finages, in Blanc-Pamard C. (ed.), Cambrézy Luc (ed.). Dynamique des systèmes agraires : terre, terroir, territoire : les tensions foncières, Paris, ORSTOM, p. 19-34 (Colloques et Séminaires). Dynamique des Systèmes Agraires : Terre, Terroir, Territoire : les Tensions Foncières, 8, Paris (FRA), 1992-1994.

REY P., 2009, Quelles base pour les approches ascendantes ? Une redéfinition de l’approche participative dans la construction des politiques de gestion des ressources naturelles en Guinée maritime, VertigO - La revue en sciences de l’environnement, Vol.9, n°1, 20 p.

ROBIN N., NDIONE B., 2006, L’accès au foncier en Casamance, l’enjeu d’une paix durable, Dakar, IRD, 15 p.

ROBIN M., GUINEBERTEAU T., DEBAINE F., CHAUVEAU E., GUILLET M., RENOUX E., 2010, Perceptions, pratiques, gestions traditionnelles et modernes d’un écosystème forestier tropical : les mangroves du nord-ouest de Madagascar- mise en place d’une méthode d’optimisation des plans de gestion, in Connaissance et gestion des écosystèmes tropicaux : résultats du programme de recherche « écosystèmes tropicaux, 2005-2010, Paris, ECOFOR, MEEDDM, p. 191-201.

TRINCAZ P. X., 1979, Colonisation et régionalisme, la double domination : exemple de Ziguinchor en Casamance, Sénégal. Etude urbaine socio-économique d’une capitale régionale d’Afrique, Thèse pour le doctorat de troisième cycle, Paris, Université René Descartes, Sciences humaines, 270 p.

VIEILLEFON J., 1977, Les sols des mangroves et des tannes de Basse Casamance (Sénégal) : Importance du comportement géochimique du souffre dans leur pédogenèse, ORSTOM, Paris, 291 p.

Sites WEB et blogs

www.eco-volontaire.com/la-mangrove/

www.documentation.ird.fr

www.goodplanet.info

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de la zone d’étude (Basse Casamance, Sénégal)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-1.png
Fichier image/png, 138k
Titre Figure 2 : Les premiers programmes de développement et aménagements hydro-agricoles dans la zone d’étude (Basse Casamance, Sénégal)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 3 : Evolution de la pluviométrie à Ziguinchor de 1951 à 2011, en mm (Basse Casamance, Sénégal)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-3.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 4 : Profil de la mangrove en Basse Casamance (Sénégal)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-4.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 5 : Dégradation de la mangrove à Niaguis (Basse Casamance, Sénégal)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-5.png
Fichier image/png, 489k
Titre Figure 6 : Evolution de l’occupation du sol dans la zone d’étude (Basse Casamance)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-6.png
Fichier image/png, 641k
Titre Figure 7 : Milieux reboisés en Rhizophora à Tobor (Basse Casamance, Sénégal)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-7.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Figure 8 : Evolution de la population de 1976 à 2002 dans la zone d’étude (en nombre d'habitants).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-8.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Figure 9 : Bois de mangrove destinés à la vente à Ziguinchor (Basse Casamance, Sénégal)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-9.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Figure 10 : Racines de Rhizophora portant des huîtres à Ziguinchor (Basse Casamance, Sénégal)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9306/img-10.png
Fichier image/png, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Agnandoul Bassene, Hervé Cubizolle, Marie Christine Cormier-Salem et Boubou A. Sy, « L’impact des changements démographiques et socio-économiques sur la perception et la gestion de la mangrove en Basse Casamance (Sénégal) », Géocarrefour, vol. 88/4 | 2013, 299-315.

Référence électronique

Olivier Agnandoul Bassene, Hervé Cubizolle, Marie Christine Cormier-Salem et Boubou A. Sy, « L’impact des changements démographiques et socio-économiques sur la perception et la gestion de la mangrove en Basse Casamance (Sénégal) », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/4 | 2013, mis en ligne le , consulté le 17 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9306 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9306

Haut de page

Auteurs

Olivier Agnandoul Bassene

EVS-ISTHME UMR 5600 CNRS, Université Jean Monnet, 6 rue Basse des Rives, 42023 Saint-Etienne cedex 2 bolivieraghandoul@yahoo.fr

Hervé Cubizolle

Professeur des Universités, Directeur de la composante EVS-ISTHME UMR 5600 CNRS, Université Jean Monnet, 6 rue Basse des Rives, 42023 Saint-Etienne cedex 2 herve.cubizolle@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Marie Christine Cormier-Salem

Professeur des universités, Directrice adjointe UMR 208 Patrimoines Locaux IRD-MNHN, IRD B.P. 1386 CP 18524 Dakar, Sénégal

Boubou A. Sy

Maitre de conférences (Section géographie), Laboratoire Leïdi, Université Gaston Berger B.P. 234, Saint-Louis, Sénégal

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page