Navigation – Plan du site

Annie Bleton-Ruget, La Bresse bourguignonne. Les dynamiques d'un territoire, XVIIIe-XXIe siècle

André Buisson
Référence(s) :

BLETON-RUGET A., 2014, La Bresse bourguignonne. Les dynamiques d'un territoire, XVIIIe-XXIe siècle, Paris, L’Harmattan, collection « Historiques », 224 p.

Texte intégral

1Annie Bleton-Ruget nous offre ici une synthèse d’historienne sur la concrétisation des rêves identitaires du pays de la Bresse louhannaise. Elle montre, au long d’une minutieuse enquête d’archives, comment et autour de quels moyens s’est réalisée cette formation. Elle explique également, de manière fort judicieuse, comment cette demande s’est exprimée dans la dialectique. L’ouvrage est ainsi divisé en trois parties qui reprennent, l’une après l’autre et chronologiquement, les trois paliers de cette évolution : ce territoire est identifié sous le nom de Bresse chalonnaise d’abord, de Bresse louhannaise ensuite et de Bresse bourguignonne enfin. Par cette recherche très patiente, dans les archives locales et nationales, à travers les portraits des gens qui ont été à l’origine de ce « pays », elle apporte une contribution majeure à la connaissance du fait régional, celui qui aujourd’hui encore divise les hommes politiques et les hommes de la rue sur l’appartenance à une région, un département ou même un lieu. Et, là encore, il faut s’entendre sur les termes de vocabulaire utilisés, au risque de se perdre dans leur dédale.

2Histoire passée ou présente, c’est toute l’aventure de cette Bresse louhannaise qui nous est contée en détails : son émergence au détriment de la Bresse chalonnaise, son acmé jusque dans les années 1960 et sa disparition dans la Bresse bourguignonne.

  • 1 Ponsot P., 2003, La Bresse, les Bresses, 2 volumes, Saint-Just-les-Bourg, éd. Bonavitacola.

3Ce livre pose au fond une question plus générale, celle de l’identification d’un « pays ». Au travers de l’exemple bressan, que l’auteure connaît admirablement, elle soulève la question des sources et des forces qui ont construit le territoire. La Bresse (ou Les Bresses, pour paraphraser le titre d’un livre d’un autre grand Bressan, Pierre Ponsot1) est un vaste territoire dépassant les limites administratives révolutionnaires, prenant sur les départements de l’Ain, du Jura et de la Saône-et-Loire. C’est tout le but de ce livre que de « prendre en compte les territoires comme des objets historiquement construits » (p. 187).

4Plusieurs éléments sont formateurs ou structurants d’un territoire, et ce sont bien souvent des personnalités fortes qui en portent la demande et la réalisation. Elle identifie ici quelques-uns (pour ne pas dire tous, tant son enquête est fouillée) de ces individus, dans un premier temps issus de l’Ancien Régime, puis laissant la place à de nouvelles générations tout aussi actives et déterminées ; ces gens vont mener de véritables batailles tout au long de ces deux siècles d’histoire, pour faire reconnaître leur territoire, celui de Louhans.

5Il s’agit tout d’abord, au moment de la Révolution française, des débats nombreux qui ont agité le département de Saône-et-Loire sur le nombre de districts et de cantons2 ainsi que sur le choix du chef-lieu ; ensuite, ce fut sur l’attribution du tribunal, pour Louhans, et la création d’une justice de paix dans chaque canton (14 pour la région étudiée).

6Sous le Second Empire, le débat se porte vers la création d’une ligne de chemin de fer, d’abord dénommé « chemin de fer de Bresse », puis « chemin de fer de la Bresse louhannaise » plus général.

7La concurrence entre Pierre-de-Bresse et Louhans s’avère féroce : à qui le chemin de fer ? à qui l’écomusée ? Deux époques, une même bataille ! En 1977, Pierre-de-Bresse gagne contre Louhans la bataille de l’écomusée de cette Bresse, définitivement bourguignonne.

  • 3 Notes et remarques sur la Bresse louhannaise . Topographie, météorologie, terrains, eaux, localités (...)

8Si, sur place, on ne pouvait faire émerger ce terroir, le pourrait-on de Paris ? Le club des Bressans de Paris, comme il y a, notamment, celui des Auvergnats, lui donnerait-il ses lettres de noblesse ? Le rôle de Lucien Guillemaut, fondateur de ce club après sa réélection en 1885, est alors primordial, tout comme sa thèse de Médecine dont le titre3 identifie le territoire (p. 86-96). Le point d’appui principal est alors le folklore, folklore qui formera la base de la recherche d’un autre grand Bressan, Gabriel Jeanton (p. 107-112) dont Annie Bleton-Ruget dresse un fin portrait. Quels en sont les éléments structurants ? La production de maïs (n’appelait-on pas les Bressans « ventres jaunes », parce qu’ils mangeaient les « gaudes » ?), le poulet de Bresse (définitivement caractérisé par un plumage blanc et pattes bleues, suivant le standard de Bény adopté à partir de 1937, et qui écarte malheureusement la volaille de Louhans de ses Glorieuses), p. 112s., les cheminées sarrasines…

9L’autre problème soulevé, c’est celui de l’implication de l’Etat, à travers ses rouages administratifs, dans l’aménagement du territoire et la création, voire le maintien, d’une identité locale à travers l’existence économique. Cela est très visible ici avec la revendication de création, puis de maintien, d’un arrondissement de Louhans, supprimé en 1926 pour des raisons budgétaires (déjà !), puis avec l’implantation d’un tribunal d’instance et les batailles pour son maintien.

  • 4 Il serait intéressant, pour ne pas dire édifiant, d’étudier les conséquences de la suppression ou n (...)

10La troisième question, c’est celle du rôle du chemin de fer dans l’essor économique de la ville de Louhans : une ligne de chemin de fer, c’est, sous le Second Empire, la survie ou la mort ; un tribunal en 2010, c’est encore question de survie (voire les implications locales de la réforme Dati dans la survie de certains chefs-lieux)4. Et finalement, c’est l’Etat qui gagne, avec le Programme régional de développement coordonné (1989-1990) : Louhans a perdu !

11L’argument est dense, le texte est finement écrit, complété d’un cahier de 20 pages de « Cartes, tableaux et courbes », de l’inventaire des sources manuscrites et d’une riche bibliographie… pour la plus grande satisfaction du lecteur.

Haut de page

Notes

1 Ponsot P., 2003, La Bresse, les Bresses, 2 volumes, Saint-Just-les-Bourg, éd. Bonavitacola.

2 Les cantons sont créés par le décret du 22 décembre 1789, relatif à la constitution des assemblées primaires et des assemblées administratives, par lequel l'Assemblée nationale constituante prévoit la division du royaume de France en soixante-quinze à quatre-vingt-cinq départements, la division de chaque département en trois à neuf districts, et celle de chaque district en cantons, d'une superficie d'environ quatre lieues carrées (soit un peu moins de dix-huit kilomètres carrés). (http://fr.wikipedia.org/wiki/Canton_fran%C3%A7ais#cite_note-Derosier-1)

3 Notes et remarques sur la Bresse louhannaise . Topographie, météorologie, terrains, eaux, localités, habitations, vêtements, nourriture, usages, mœurs, préjugés, superstitions, charlatanisme, instruction, patois, population, statistiques, culture, commerce, industrie.

4 Il serait intéressant, pour ne pas dire édifiant, d’étudier les conséquences de la suppression ou non d’un tribunal d’instance sur la valeur de l’immobilier local.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Annie Bleton-Ruget, La Bresse bourguignonne. Les dynamiques d'un territoire, XVIIIe-XXIe siècle », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 16 septembre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9303

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org