Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Martouzet D. (dir.), Ville aimable

Lisa Rolland
p. 264
Référence(s) :

MARTOUZET D. (dir.), 2014, Ville aimable, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. Villes et territoires, 384 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage à plusieurs voix issu de travaux d’enquêtes de terrain et de communications scientifiques nous invite à une réflexion sur le rapport affectif à la ville. Question des ambiances et des perceptions urbaines qui n’est pas nouvelle (Lynch, 1969), mais mise en lumière ici à plusieurs échelles de temps et d’espaces et au prisme de plusieurs clés de lecture. L’équipe de sept auteurs qui a conçu le livre est composée essentiellement de géographes et d’urbanistes, qui tentent de dépasser les modèles théoriques et méthodologiques propres à chaque discipline.

2Ce travail n’est pas sans rappeler une géographie sensorielle de l’espace et des territoires, dans la lignée des travaux de J. Bonnemaison (1981), ou encore les travaux sur la poétique de la ville de P. Sansot (2004). Si nous percevons l’espace par nos sens, nous le lisons à travers des schèmes, la mémoire, des valeurs, que nous reproduisons, que nous avons entendus, vus, vécus, ou imaginés. L’introduction de l’ouvrage insiste sur l’intensité de ces perceptions en ville et les sentiments qui y sont liés (p. 13) : on déteste (ou on aime) le bruit, la pollution, certaines odeurs, on se rappelle d’un café, d’une place, on marche dans une ruelle ou une autre; l’image de quartier répulsif, d’injustices socio-spatiales ou l’accessibilité à la culture nous renvoie vers nos idées, nos idéaux, ce que l’on cherche dans notre environnement de vie. Ces perceptions amènent toutes les sociétés à (re)modeler l’espace, à modifier des pratiques, à chercher parfois de nouveaux sens à la ville, lieu de vie, de travail, d’économie, de tourisme.

3En premier lieu, les auteurs situent leur propos à l’interface du spatial et du psychosociologique (p. 18). Ce positionnement laisse supposer que, parfois, l’espace ne serait pas social (et réciproquement), ce qui rend une problématique de travail assez fragmentée. L’angle de recherche vise la compréhension du « aimer la ville » (p. 16). Ainsi, selon les auteurs, chaque individu, également partie prenante du collectif, exprime des émotions, des sentiments pour la ville ; mais celle-ci nous renvoie également des images, des représentations de notre environnement de vie, de soi : de par sa morphologie, ses divisions, ses objets. C’est seulement dans la conclusion que les auteurs définissent ce rapport dialectique de l’affect à la ville : « c’est la relation, éternellement changeante, que l’on entretient envers la ville, directement ou à travers ce qui la compose et ce que l’on s’en représente, et qui porte un enjeu de soi » (p. 350). C’est le vif du sujet et il aurait peut-être pu trouver sa place dès l’introduction, les parties manquant de liant(s). Un premier axe (chapitres 1 à 6) décline des entrées théoriques et des perspectives méthodologiques pluridisciplinaires de la relation à la ville et plus généralement à l’espace, que les auteurs nomment « affect ». A cet égard, l’absence d’illustrations et de grilles de lecture des outils méthodologiques mobilisés et cités en introduction (entretiens, enquêtes, cartes mentales) rend la lecture assez difficile. Ils donneraient corps à ces chapitres très denses, dépassant parfois l’entrée urbaine du rapport affectif (l’habiter, le rapport affectif de l’espace de Jean-Jacques Rousseau). Une deuxième partie (chapitres 7 à 12), celle-là un peu plus illustrée dans certains chapitres (images, tableaux, cartes) analyse des imaginaires, des représentations, des émotions de la ville à travers des études de cas de terrain plus ciblées.

4En deuxième lieu, l’ouvrage est conçu à partir de la mise en place d’études de recherche qui visent à comprendre les représentations individuelles et collectives de l’affect à la ville et à l’espace. Les entrées de lecture variées alimentent une approche constructiviste du rapport affectif à l’espace, nourri par une volonté des auteurs de dépasser le clivage entre le discours savant, le discours technique, celui des travailleurs et des concepteurs de la ville, et enfin le discours de la population, « des gens en général » (p. 11). Ainsi, en allant du cinéma à la patrimonialisation, ou des attitudes individuelles à la participation citoyenne et à l’instrumentalisation des images de la ville, les émotions de et pour la ville révèlent la question plus large de l’appropriation des acteurs. Cette grille de lecture paraît centrale chez les auteurs, qui reviennent aussi sur la posture du chercheur sur son objet de recherche. A son tour bousculé, l’objet de l’affect est déconstruit par les représentations complexes exprimées par les personnes rencontrées. A ce titre, il est regrettable de ne pas avoir connaissance du corpus détaillé et des outils méthodologiques mis en place pour répondre aux questions de recherche soulevées.

5Enfin, entre discours et pratiques, l’ouvrage renouvelle la question de « faire » la ville, ou plus globalement « faire » l’espace. Au prisme d’une vision au « Nord » (France) par des acteurs du « Nord » non identifiés (corpus inexistant), les auteurs font sans cesse l’aller-retour entre la ville agissant sur l’affect et l’acteur agissant sur la ville. Ce rapport est décliné à la fois dans la mobilisation de la littérature (exemples pris du Moyen-Âge à nos jours) et, plus rarement à partir d’études de cas de terrain françaises, abordées en regards croisés (sans le dire) et ce sans en expliciter le choix (Tours, Rennes, Lyon, Rouen, par exemple). Le lecteur reste en attente de résultats plus concrets. Cependant, chaque chapitre ouvre des problématisations variées de l’objet de recherche commun dans la perspective d’un regard croisé sur la ville, entre chercheurs et acteurs. Les auteurs déconstruisent notamment les frontières entre les disciplines (chapitre 3), dans le temps (chapitre 5), entre les acteurs (chapitre 10). Ils intègrent les oppositions entre acteurs (chapitre 8) et le rôle du politique (chapitre 11). Dans ce sens, ce travail appelle à un dépassement d’une lecture parfois réductrice des projets urbains et encourage l’analyse de la complexité de la multitude d’acteurs impliqués.

6Entre vision poétique de la ville et construction d’un concept par des approches variées, cet ouvrage suggère de nouveaux champs d’étude. La question des perceptions et des représentations mentales relie en effet les acteurs à leur espace vécu, ou imaginé (Paulet, 2002). On peut souhaiter que se sentent interpellés par le titre urbanistes, architectes, géographes, sociologues et tous ceux qui alimentent la réflexion sur le rapport cognitif de tout et chacun à la ville et à l’espace.

Haut de page

Bibliographie

BONNEMAISON J., 1981, Voyage autour du territoire, L’espace géographique, n°4, p. 249-262.

LYNCH K., 1998, L’image de la cité, Paris, Dunod, (éd. originale 1969), 221 p.

PAULET P., 2002, Les représentations mentales en géographie, Paris, Anthropos, 152 p.

SANSOT P. 2004, Poétique de la ville, Paris, Payot, 640 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lisa Rolland, « Martouzet D. (dir.), Ville aimable », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 264.

Référence électronique

Lisa Rolland, « Martouzet D. (dir.), Ville aimable », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 20 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9286

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page