Navigation – Plan du site
Articles

Requalifier les zones humides continentales : Logiques et paradoxes

Re-characterizing continental wetlands : logics and paradoxes
Delphine Gramond
p. 247-256

Résumés

Les nouveaux regards portés sur les zones humides depuis les années 1970, s’ils sont globalement bienveillants, restent multiformes, entre visions biocentriques et utilitaristes, mais s’orientent pleinement vers la reconnaissance de valeurs spécifiques aux zones humides. Se pose alors la question des logiques de requalification – et des instruments qui y sont associés – et qui permettent de réintégrer les zones humides dans le maillage territorial, en tant que ressources. L’article à pour objectif d’aborder les questions liées aux enjeux et défis actuels de la requalification des zones humides, dont la patrimonialisation fait partie. Il est également intéressant de voir comment, et si, la reconnaissance des valeurs des zones humides, non plus basées seulement sur des arguments purement écologiques, mais aussi au titre de services rendus - tels que le définit le Millenium Ecosystem Assessment (MEA, 2003) - peut proposer un regard bénéfique sur les zones humides et guider les stratégies de requalification.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’émergence de nouvelles connaissances et représentations sur les zones humides depuis les années 1990 (Bernard, 1994) se traduit aujourd’hui par la prise en compte de ces milieux en tant que ressources territoriales, infrastructures naturelles (Mermet,, 1995), susceptibles de rendre des services et donc d’offrir des bénéfices aux sociétés. Longtemps ignorées ou dépréciées, les zones humides semblent en voie de reconquête, tant spatiale que sociale, à en juger par la multiplicité des projets de territoires prônant leur “requalification”. La requalification des zones humides est alors comprise comme la réintegration à la fois structurelle et fonctionnelle des zones humides dans le maillage territorial ; elle consiste ainsi en une ou des opérations d’aménagement et de gestion visant à entretenir les interrelations avec les systèmes adjacents (biophysiques et/ou anthropiques) et ceci afin d’assurer le maintien d’une trajectoire spontanée ou réajustée dans leur contexte spatial d’insertion (Aronson et al., 1993). Reconquérir des zones humides, sous prétexte d’arguments écologiques, patrimoniaux, économiques, etc., mérite une discussion sur les logiques guidant les projets de requalification tout en pointant les questions paradoxales qu’elles supposent.

2Au sens étymologique, le terme de qualification (dérivé du latin qualitas) renvoie à une double acceptation, celle de définir un état, une caractéristique et celle également de lui attribuer un mérite. La requalification peut donc être entendue comme l’action de « remettre en état » couplée à celle, inhérente, de le « valoriser ». Ainsi, la double finalité de la requalification des zones humides serait d’entretenir les caractéristiques biophysiques, parfois considérées comme altérées, de ces écotones tout en favorisant les externalités visant à assurer la réussite de leur réinsertion dans les territoires. Les opérations de requalification font donc appel aux disciplines des sciences de la nature (écologie, biochimie, etc.) comme des sciences humaines et sociales (géographie, histoire, économie, etc.), et offre ainsi une conception transdisciplinaire de la prise en compte de ces milieux. La mise en pratique est complexe car les « qualités » des zones humides peuvent être définies sur la base d’arguments très divers qu’il est intéressant de discuter ici, car les problématiques de la requalification s’avèrent être un champ fécond de la prise en compte insécable des interactions et rétroactions dynamiques entre systèmes biophysiques et anthropiques.

3Dans cet article, après avoir exposé d’une part les divers regards portés par les sociétés aux espaces humides selon les époques et d’autre part les fonctions qui leur sont actuellement reconnues, nous proposons de développer les principaux arguments de requalification actuelle des zones humides (reconnaissance de fonctionnalités, de valeurs patrimoniales, de services rendus) puis de poser un regard critique sur l’opérationnalité des pratiques de requalification (ré-aménagement, ré-affectation, réhabilitation et restauration) dans l’objectif de mieux comprendre les défis actuels que ces projets suscitent et de mettre en perspective les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de ceux-ci (questions relatives à l’état de « référence », aux capacités fonctionnelles, aux instabilités des systèmes, etc.).

Confiance, méfiance, défiance vis-à-vis des zones humides : trois temps forts

4Avant de s’interroger sur les voies de requalification possibles des zones humides et les processus qui y sont associés, il convient de faire le point sur les « qualifications », autrement dit sur les regards portés aux zones humides, si divergents selon les époques considérées qu’ils justifient l’emploi du suffixe dans le terme « re »qualification. De nombreuses synthèses ont retracé l’histoire des liens entre zones humides et sociétés, de l’anathème des temps modernes à la reconquête contemporaine des zones humides (Derex, 2001 ; Suire, 2006 ; Moréra, 2011). Nous ne reprenons pas ici en détail la dynamique des représentations liées aux zones humides, mais en retenons schématiquement trois temps forts illustrant la conversion des regards portés sur ces milieux, ce qui permet de mieux interpréter les postures actuelles en faveur de leur (re)valorisation.

  • 1 MAR pour MARécages, MARshes, MARismas.

5Pendant longtemps, les rapports entre les zones humides et les hommes sont surtout basés sur la confiance, car même si ces milieux représentent alors une importante contrainte aux déplacements des populations, ils se sont imposés comme un atout pour leur installation, le lien étant construit par les propriétés nourricières des marécages sensu lato. Depuis le XIIème S. mais surtout à partir XVIIème S., le lien se rompt progressivement et la méfiance s’installe par le biais de postures soupçonneuses et inquiètes (images largement véhiculées de milieux malsains et stériles), jusqu’à la rupture consommée au XIXème S. lorsque les grands travaux de drainage visant à l’assainissement mènent à l’effacement parfois total des zones humides sur le principe de « ce qui n’existe pas ne fait pas peur » (Landes, Marais Vernier, Marais de Rochefort, Marais d’Arles, etc.). Les sociétés occidentales modernes se sont construites en drainant les zones humides. A partir des années 1950, dans le rang des naturalistes, les zones humides deviennent l’archétype d’un milieu en déclin avec un focus sur les conséquences directes sur les espèces associées (notamment les oiseaux). En 1962, une conférence internationale du programme MAR1 marquera les prémisses de ce qui deviendra en 1971 la Convention de Ramsar, seul traité intergouvernemental portant sur un écosystème particulier et qui ouvre la voie vers de nouvelles actions en faveur des zones humides (protection, valorisation, etc.). Ce troisième temps fort marque donc les quatre dernières décennies où les recherches sur les zones humides vont se multiplier de manière exponentielle et voir aboutir de nouvelles conceptions : les zones humides sont utiles, elles assurent de nombreuses fonctions, les rendant même attractives. La posture contemporaine est celle d’un rapport de défiance, caractérisé par un regard distancié, empreint de prudence entre attirance et répulsion, car si les zones humides sont scientifiquement reconnus comme des écotones essentiels au fonctionnement des bassins versants dans lesquels elles s’insèrent, elles génèrent encore parfois une image de milieux « austères », « insalubres », etc. pour les populations (Saïdi et al., 2012). Mais ce rapport de défiance introduit clairement les défis actuels liés aux changements de statuts (juridique, social, moral, etc.) des zones humides qui guident aujourd’hui les recherches pour une meilleure connaissance de ces milieux et de leurs intérêts dans le cadre des requalifications territoriales.

6Comme l’illustre bien l’exemple des hortillonnages d’Amiens (Dournel, 2009), après de grandes phases de « mise en cultures », les zones humides suscitent aujourd’hui des intérêts pour leur « remise en nature ». Il convient ainsi de s’interroger sur la nature des préoccupations qui stimulent ces requalifications, entre priorités environnementales (protection des milieux, préservation de la biodiversité, etc.) ou enjeux socio-économiques (Directive Cadre sur l’Eau, Grenelle 2 sur les trames vertes et bleues). Mais avant cela, il est important de préciser ce que sont - et ce que font - les zones humides car leurs caractérisations semblent aussi variables et mouvantes que leurs fluctuations, et cela reste un point de dissonance qui illustre en partie les difficultés rencontrées lors de prise en compte effective de ces milieux dans les pratiques gestionnaires.

Les zones humides, des formes et des forces

  • 2 L’Article 1.1. : « les zones humides sont des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eau (...)
  • 3 Arrêté du 24 juin 2008 précisant les critères de définition et de délimitation des zones humides en (...)

7Il est communément admis que ce sont les conditions hydrologiques qui contrôlent naturellement l’existence et le maintien des zones humides. En l’absence de forçages anthropiques, le fonctionnement hydrologique constitue donc la force motrice de ces écotones dont la présence reflète une forte hydromorphie des sols et se traduit par des formations végétales hygrophiles à méso-hygrophiles, de type muscinal, herbacé, arbustif et même arborescent. Ce qui fait l’unicité des zones humides est la présence d’eau. Ce qui explique la diversité des zones humides (tourbières, prairies humides, ripisylves, etc.) relève de la multiplicité des réponses biogéographiques (i.e. des interactions plantes-sols) aux processus hydrologiques – contrôlés ou non - dominants les hydrosystèmes dans lesquels elles s’insèrent (annexes fluviales, têtes de bassins versants, etc.). L’une des principales difficultés de caractérisation de ces milieux naît donc de la diversité des faciès rencontrés. A la définition très souple proposée par la Convention de Ramsar2 s’oppose celle très restrictive de la Loi sur l’Eau en France basée sur des critères pédologiques et botaniques très précis3, évaluables par dires d’experts. Ces différentes focales rendent les dispositifs d’étude et de gestion des zones humides complexes.

8La caractérisation pédo-botanique des zones humides est une approche nomenclaturale (e.g. types de sols et d’habitats) qui ne prend pas en compte ni leur organisation (i.e. mosaïque paysagère) ni leurs dynamiques spatio-temporelles, ces dernières étant guidées par des interactions biophysiques et anthropiques complexes. Cette vision « statique », « structurale », des zones humides n’est plus opérante dès que l’on dépasse l’objectif de l’inventaire à l’instant t. Les questions relatives à la gestion des zones humides (que ce soit à des fins de protection, d’exploitation, etc.) interrogent alors la dimension systémique de ces milieux, avec 3 niveaux intégratifs de caractérisation :

9- l’approche par les formes caractérisant les unités biophysiques de manière descriptive (formations végétales, types de sols) et qui a pour principale finalité de définir la zone humide (ex. : tourbières, bras-mort, etc.) mais également d’en décrire l’organisation, l’hétérogénéité structurelle (ex. : ceintures successives de formations herbacées, arbustives puis arborescentes dans le cas des ripisylves). Cette approche sert parfois de base à la mise en valeur d’un « capital naturel », comme la richesse écosystémique, mais elle reste fragmentaire et souvent inefficace en pratique car elle ne prend pas en compte les dynamiques spatio-temporelles, or par nature, faut-il le rappeler, les zones humides sont instables ;

10- l’approche par les processus dits « en cascade » qui relient les composantes identifiées précédemment par le biais de mécanismes-relais (ex. décomposition de la biomasse végétale entraînant l’accumulation de matières organiques puis l’humification, etc.). L’identification de ces processus permet de caractériser les fonctions des zones humides comme l’écrêtement et la désynchronisation des crues, la dissipation des forces érosives, le recyclage bio-géochimique, etc. (Fustec et Lefeuvre, 2000). Cette approche reste toutefois partielle, même si elle rend compte des aspects dynamiques (« réactions en chaine »), car sa lecture est linéaire et n’intègre pas les ajustements rétro-actifs permettant de comprendre dans quelle(s) mesure(s) les fonctions sont efficientes ;

11- l’approche par les processus-réponses qui intègrent les ajustements des composantes en réponse aux processus actifs. Par exemple, un changement de l’hydropériode au sein de la zone humide modifie l’engorgement donc l’hydromorphie donc la pédogénèse des sols (processus-cascade), ce qui peut provoquer une réponse de la végétation qui en retour modifie les conditions hydrologiques et physico-chimiques des sols (processus-réponses). Cette approche, inspirée du modèle systémique de Huggett (2007), analyse les zones humides à travers leurs forces et non seulement leurs formes ; elles sont ainsi considérés des systèmes en équilibre dynamique « métastable » (l’état stable alternatif des écologues), transitoires aussi bien dans l’espace (écotones entre milieux aquatiques et terres bien drainées) que dans le temps (dynamique « cicatricielle » par atterrissement ou paludification) selon les interactions complexes qui les caractérisent. Par référence à la théorie de l’iceberg, le « paysage végétal » d’une zone humide n’est que la partie « visible » (les formes), la signature biogéographique, dépendante – ou plutôt résultante – de processus et d’ajustements (les forces) intervenant dans la partie « non visible », plus vaste que les limites strictes de la zone humide, parce qu’ils intègrent les contraintes externes à l’échelle du bassin versant, et prennent en compte aussi le rôle des héritages, naturels et/ou humains, inscrits dans des temporalités diverses.

12Répondant à une large gamme de conditions et de fluctuations hydrologiques, les zones humides sont par nature variées et variables, ce qui les placent parmi les milieux les plus biodiversifiés et aussi les plus productifs de la planète. Ces deux qualités représentent des arguments forts en faveur de leur (re)valorisation. Or c’est l’approche par les forces dynamiques et rétroactives (processus-réponses) qui nous paraît la plus pertinente pour répondre aux défis de la requalification des zones humides. En effet, nous allons voir que la biodiversité, qui s’impose comme un argument prioritaire de patrimonialisation, mérite d’être considérée comme fonctionnelle (évolutive) et non pas seulement structurelle (énumérative). Par ailleurs la productivité des zones humides, qui est une conséquence de leur multifonctionnalité, s’inscrit également comme une option de valorisation profitant de l’émergence du concept de services rendus. Ces deux arguments phares des opérations de requalification offrent une lecture intéressante du regain d’intérêt pour les zones humides depuis une vingtaine d’années.

Zones humides et patrimonialité

13Dans le sens commun, le patrimoine englobe les biens, matériels et immatériels, passés et actuels, dont l’une des caractéristiques est de permettre d’établir un lien entre les générations. Le patrimoine est un construit social lié à la valorisation d’un donné ; tout héritage n’est pas patrimoine et procède donc d’un mécanisme de sélection de ce que l’on veut transmettre et conserver. En ce sens, la patrimonialisation peut être un instrument de requalification des zones humides et il convient alors de s’interroger sur ce qui fonde l’intérêt patrimonial des zones humides.

14Les prémisses de la patrimonialisation des zones humides apparaissent lors de la Convention sur le patrimoine mondial de l’UNESCO dans les années 1970, qui inscrit sur sa liste les premiers sites caractérisés par la présence de zones humides (ex : Parc National des Everglades, Parc National d’Ichkeul), sur la base de critères naturels, dont le critère relatif à la conversation in situ de la diversité biologique. Les logiques de la patrimonialisation des zones humides s’inscrivent alors dans un processus réactionnel, celui de la conservation de la nature, en réponse à une situation de crise à l’échelle globale. Cette crise, c’est celle de la disparition rapide de la moitié des zones humides continentales mondiales depuis 1900 (Dugan, 1993) dont l’homme porte une responsabilité majeure. Majoré par le bilan alarmant relatif à l’érosion de la biodiversité mis en perspective lors du Sommet de la Terre de Rio (1992), cette crise va déclencher à partir des années 1970 une prise en conscience collective de la nécessité de les préserver, en tant que patrimoine « naturel ». A une plus grande échelle, les zones humides représentent aussi une racine identitaire d’un territoire donné et que, face à la mondialisation, l’accroissement des désirs d’ « authenticité » marque fortement les projets de patrimonialisation, incluant progressivement, mais encore timidement, les dimensions culturelles de ces espaces singuliers (Sajaloli, 2009).

15La patrimonialisation peut donc être étudiée pour le(s) rôle(s) qu’elle est susceptible de jouer dans les pratiques de requalification des zones humides. Patrimonialiser permet de produire des territoires, par le changement de statut que le processus induit ; ainsi, la « mise en patrimoine » peut être une piste utile pour valoriser des zones humides. On peut citer ici le projet de parc national de zone humide (PNZH) en France métropolitaine, présenté en 2010 dans le cadre du plan national d’actions pour la protection des zones humides, et actuellement est en cours d’examen. L’objectif clairement affiché est celui de « la protection du patrimoine naturel et culturel » (MEDD, 2010). Trois sites sont pressentis : Zone de Brouage (33 000 ha, zones humides littorales), la Zone du val d’Allier (24 000 ha, zones humides alluviales) et la Zone de la basse vallée du Doubs (72 000 ha, zones humides continentales). Le suivi de la mise en place de ce parc sera sans doute riche d’enseignements sur la réussite de cette requalification, et notamment sur l’acceptation sociale du changement de statut et l’appropriation des changements d’usages que l’instrument « parc » induit.

16La patrimonialité des zones humides est encore largement définie en référence à leur richesse biologique en espèces floristiques et faunistiques, et, même si d’autres valeurs mémorielles leur sont plus récemment attribuées, comme celles d’archives environnementales dans le cas particulier des tourbières (Cubizolle et Sacca, 2008). Le critère « biodiversité remarquable » semble incontournable de la valorisation de ces milieux, érigés au rang de « réservoirs du vivant » par la Convention de Ramsar (1971), et c’est par le prisme de cette focale « biodiversité » que nous allons envisager la requalification des zones humides par la « biopatrimonialisation ». Gager sur la biodiversité pour « faire mémoire » est-il réducteur ? Oui, si l’on considère que la biodiversité ne revêt que des aspects purement quantitatifs, et qu’elle est confondue avec le terme de rareté. Faut-il patrimonialiser les zones humides sous prétexte qu’elles contiennent une ou des espèces rares ? Non, ou alors pas seulement. Car la biodiversité peut être forte, mais son caractère remarquable faible (beaucoup d’espèces mais peu d’espèces « phares ») ou au contraire faible mais avec des espèces très endémiques, justifiant des mesures de conservation. Mais « cette » biodiversité – quantitative et non qualitative - est encore trop biologique et associée à une (injustifiable) naturalité. D’ailleurs les conceptions actuelles de la biodiversité se désengagent de l’idée réductrice et déterministe qu’un écosystème anthropisé a forcément un niveau de diversité inférieur à celui d’un écosystème « naturel » ; la biodiversité « remarquable » n’est donc pas nécessairement celle des milieux peu impactés par les activités humaines, idée à laquelle elle est encore trop souvent associée (notamment dans le cadre de la définition de la zone « cœur » des parcs nationaux en France). Dans le monde académique, elle est largement acceptée aujourd’hui comme la résultante d’échanges complexes, dont une partie est imputable à l’homme, même si la plupart des définitions n’en font pas clairement mention. En 2009, Le rapport Chevassus-au-Louis lève cette imprécision, lourde de conséquences en terme de gestion des milieux, en précisant, dans sa définition de la biodiversité remarquable, que « la distinction d’entités remarquables n’est pas purement biologique : elle combine des critères écologiques (la rareté ou un rôle fonctionnel déterminant s’il s’agit d’espèces), sociologiques (le caractère patrimonial), économiques (la prédominance des valeurs de non-usage sur les valeurs d’usage) et éventuellement juridiques (aires bénéficiant d’un statut de protection, espèces inscrites sur une liste officielle)». L’observatoire Régional de la Biodiversité du Languedoc-Roussillon (ORB-LR, 2011) distingue ainsi quatre acceptations de la biodiversité remarquable (cf. tableau 1) dont l’une renvoie à l’idée que la dimension patrimoniale de la biodiversité dépend de son importance vis-à-vis de préoccupations humaines, et non seulement écologiques.

Tableau : Les dimensions accordées à la biodiversité remarquable

Tableau  : Les dimensions accordées à la biodiversité remarquable

Source : Chevassus-au-Louis, 2009 ; ORB-LR, 2011

17Le patrimoine à valoriser n’est donc ni forcément menacé ou rare ou protégé. Cette conception est donc qualitative, novatrice, et permet de lever un verrou sémantique sur ce que peut représenter une espèce patrimoniale. Elle permet aussi de considérer le roseau, espèce commune des zones humides, comme une espèce patrimoniale parce qu’elle est importante en tant que valeur d’usage (pour la chasse, pour la vannerie, etc.) mais aussi de non-usage (symbolisme) pour une société donnée ; il est par exemple chargé de valeurs rituelles dans la région de Tafilalt au Maroc (Gélard, 2007).

18Reste à ne pas succomber à la tentation du « tout patrimonial » soulignée par Di Méo (2007), mais sur ce point le coût aussi bien économique qu’environnemental de la conservation de la biodiversité se heurte rapidement à l’inévitable prise en compte de ses caractères instable, dynamique et opportuniste. La biodiversité n’est pas synonyme de durabilité, elle n’a pas de réalité stable, c’est un bien tutélaire, qui dépend de dynamiques complexes dont l’effet des forçages (anthropiques, climatiques, etc.) affectant son devenir n’est souvent pas immédiat et/ou est délocalisé, ce qui rend difficile (impossible ?) son maintien (Couvet et Teyssedre-Couvet, 2010). La logique de patrimonialisation par la conversation - en l’état (quel état ?) – semble vaine, et les tentatives souvent illusoires menées dans ce sens ont négligé le fait que la biodiversité n’est pas que structurelle (nombre d’espèces « remarquables ») mais bien fonctionnelle (i.e. une mosaïque d’états successionnels assurant une compétition inter- et intraspécifiques maximales pour maintenir un fort potentiel de biodiversité). Le patrimoine, surtout vivant, ne doit pas être considéré comme inerte, statique. Mais comment concevoir un patrimoine « dynamique » ? Peut-on considérer comme patrimoine des biens qui n’ont pas gardé la même identité ? Oui, s’ils gardent une importance aux yeux de la société. Les pistes de réflexions méritent alors d’approfondir la notion de biens fongibles relatifs à la biodiversité (ne pas focaliser sur des espèces « phares », qui peuvent être remplacées par de nouvelles sans que l’intégrité des zones humides ne soit radicalement perturbée).

Zones humides et services rendus

19Depuis une dizaine d’années, dans le sillage du Millenium Ecosystem Assessment (MEA) lancée par l’ONU, la rapide appropriation pour le monde académique puis par les sphères économiques et politiques de la notion de « services rendus » mérite que l’on discute de ses résonances dans le cadre de la (re)valorisation des zones humides, écosystèmes reconnus comme l’un de ceux qui procurent le plus de services à l’homme (De Groot et al., 2002). Cette relecture des zones humides par le prisme de leurs valeurs d’usage et de non-usages peut-elle être une voie féconde de la réussite de leur requalification territoriale ?

20Suite aux recherches menées sur les fonctions écosystémiques à partir des années 1980 (Adamus, 1983 ; Brinson et al., 1994 ; Fustec et Lefeuvre, 2000), la notion de services écosystémiques a émergée dans les années 1990, et s’est rapidement diffusée suite à la parution dans Nature d’un article phare sur « La valeur des services de l'écosystème mondial et du capital naturel » de Costanza et al. (1997), publication qui permettra d’accroître l’intérêt du public pour la conservation des milieux, sous une approche utilitariste, puisque les services écosystémiques procurent des bénéfices, monétarisables. Dans cet article, Costanza et al. estiment d’ailleurs les zones humides comme l’écosystème terrestre le plus avantageux en terme de services avec une valeur totale moyenne estimée à 15 000 $/ha/an (chiffres de 1994), soit pratiquement le double des lacs et rivières, classés seconds. L’engouement pour ce concept voit même apparaître en juillet 2012 une nouvelle revue, Ecosystem Services, dont le volume 3 vient de paraître.

  • 4 En référence à l’ouvrage de Rosenzweig M.L. (2003) sur l’écologie de la réconciliation.

21Le Millenium Ecosystem Assessment lancé en 2001 a permis notamment de recenser les services rendus par les écosystèmes et de proposer un cadre conceptuel identifiant quatre catégories de services (services de soutien, services de production, services de régulations et services culturels) (MEA, 2003). L’objectif prioritaire du MEA est de concilier protection de l’environnement, activités économiques et bien-être humain (principe de win-win ecology4). Appliqués selon cette logique, les services rendus peuvent jouer un rôle de premier plan dans les opérations de requalification des zones humides. En France, la typologie des services rendus a été simplifiée dans un souci de clarté et pour lever une confusion courante entre fonctions écosystémiques et services écosystémiques que soulève la catégorie « services de soutien » ; En effet, cette catégorie désignent les processus d’auto-entretien de l’écosystème, mais comme le signalent Maresca et al. (2011) « c’est parce que les fonctionnalités écologiques sont utilisées […] par l’activité humaine qu’elles rendent des services ». En conséquence, l’étude exploratoire pour une évaluation des services rendus par les écosystèmes en France (CREDOC et al., 2009) ne retiendra que trois catégories de services (cf. Tableau 2), qui correspondent à des productions de biens (services d’approvisionnement) ou de services (de régulation ou à caractère social).

Tableau : Les 25 services rendus par les zones humides continentales

Tableau  : Les 25 services rendus par les zones humides continentales

d’après la liste des 43 services rendus par les écosystèmes en France, CREDOC, ASCONIT, BIOTOPE, 2009

22Le concept de services rendus, appliqué théoriquement aux zones humides continentales, montrent qu’elles sont susceptibles de remplir environ 60% des services reconnus pour les écosystèmes en France (cf. Tableau 2). Cela dépend bien évidemment d’un certain nombres de facteurs, dont en premier lieu le type de zones humides car les tourbières et les ripisylves par exemple remplissent certes des fonctions communes (recyclage des éléments nutritifs), mais aussi des fonctions spécifiques (dissipation des forces érosives pour les grèves alluviales, stockage du carbone pour les tourbières). Il s’agit donc d’appliquer ce cadre conceptuel en faisant du « sur mesure » et non pas du « prêt à porter ». Le concept est prometteur en terme de valorisation des zones humides, il permet notamment de cautionner les mesures de gestion (conservatoire, restaurative, etc.) et de mieux les faire accepter par les différents acteurs. Mais nous pouvons relever au moins deux difficultés d’applicabilité de ce concept : le manque de connaissances sur les fonctions des zones humides et en corollaire sur l’évaluation de leurs (multi)fonctionnalités, ainsi que l’insuffisance de contextualisation des fonctionnalités pour la mesure effective des services rendus.

23Dans le cadre de la mise en pratique de méthodes d’évaluation des services écosystémiques, on se heurte rapidement à la difficulté d’identifier, mais surtout de mesurer, l’efficacité des fonctions des écosystèmes. Pour preuve, il existe pas moins de 40 méthodes différentes d’évaluation « rapide » des fonctionnalités des zones humides et aucune ne permet de prendre en compte soit tous les types de zones humides soit toutes les fonctions, si bien qu’aucune ne semble satisfaisante en soi (Fennesy et al., 2007 ; Barnaud et Coïc, 2011). En France, deux méthodes ont été testées individuellement, la FAP (Functional Assessment Procedure) testée sur un marais en Normandie (Meneau, 2011) et la méthode WSWRS (Washington State Wetland Rating System) expérimentée sur 3 types de zones humides en Limousin (Marin, 2012) ; une étude comparative de 6 méthodes RAM (Rapid Assessment Method) évaluées sur 13 sites en Isère conclut qu’aucune ne semble réellement plus efficace qu’une autre (Schwoertzig, 2011). Même en l’absence de reculs suffisants pour l’heure, il apparaît que ces méthodes, qui n’évaluent qu’un nombre limité de fonctions, les considèrent toujours de manière indépendantes or elles sont souvent intriquées (ex. : les fonctions de régulation des crues et de contrôle de l’érosion). Il reste donc encore des lacunes à combler sur l’identification et l’évaluation des capacités fonctionnelles des zones humides.

24Par ailleurs, les confusions sémantiques de la typologie du MEA, précédemment identifiées, provoquent l’émergence de nouvelles typologies, comme celle adoptée en France, ou celle de Fisher et al. (2008) qui distingue des services « intermédiaires » (correspondant aux services « d’auto-entretien » de la typologie MEA) et des services « finaux ». Mais le principal avantage de l’approche de Fisher et al. (2009) est la prise en compte de la spatialité, qui permet d’identifier et de localiser les bénéficiaires des services rendus, en terme de relation spatiale avec les zones de production du service. Des travaux de Fisher et al. (2009), nous retiendrons 3 types de relations spatiales entre fonctions produites par la zone humide et service rendu correspondant (Figure 1). Par exemple, les zones humides de tête de bassin-versant, qui méritent d’être valorisées sur la base des services écosystémiques majeurs qu’elles rendent (prévention des crues, régulation de l’érosion, stockage d’eau, limitation des avalanches, etc.) ont un espace de fonctionnalité qui dépasse très largement leurs limites et les sociétés qui en bénéficient sont surtout celles situées en aval, dans les vallées.

Figure : Relations spatiales entre zones de production de service (ZP) et zones qui bénéficient du service (ZB)

Figure  : Relations spatiales entre zones de production de service (ZP) et zones qui bénéficient du service (ZB)

(adapté de Fisher et al., 2009).

25Cette proposition encore théorique de spatialisation des services rendus fait aujourd’hui l’objet d’applications récentes. On peut citer ici les travaux d’une équipe hispano-britannique qui applique cette méthode pour mesurer l’impact spatial des bénéfices issus d’une aire protégée (le Parc National de Doñana) caractérisée par la présence de zones humides (Palomo et al., 2013). Bien que porteuse en terme de contextualisation des services rendus, cette approche spatiale doit être combinée à une réflexion sur les temporalités, les fonctions des zones humides ne s’exprimant pas toujours avec la même efficacité selon les dynamiques considérées (phénomènes lents ou rapides) et les héritages conservés (effets de seuils, irréversibilité, etc.). Cette exploration géohistorique (cf. 5-Discussion) pourrait lever l’une des incertitudes soulignées par Barnaud et al. (2011) au sujet des services rendus, à savoir ici la complexité des relations de cause à effet dans les dynamiques écosystémiques.

26En conclusion, le cadre conceptuel des services rendus, largement diffusé dans les sphères scientifiques, politiques et publiques, peut être un instrument utile à la valorisation des zones humides, caractérisées par une multifonctionnalité et donc une multitude de services potentiels. Cette voie est d’ailleurs largement empruntée dans les opérations de gestion des zones humides, lorsqu’il est question de leur conservation, et notamment des types d’interventions possibles comme la protection, la restauration ou la réhabilitation qui sont présentées dans la dernière partie. Néanmoins, si le concept semble largement accepté, son opérationnalité reste problématique et manque d’allers-retours récursifs entre théorie et pratique, si bien que le concept reste encore technocratique, encore éloigné d’une réconciliation aboutie entre pratiques d’usagers et valeurs de protection.

Discussion : les défis des opérations de requalification des zones humides 

27Nous avons vu que les zones humides (re)deviennent un écosystème utile, envisagé en effet comme une ressource territoriale, basée sur un capital (les « formes » correspondant aux stocks des compartiments eau/sol/végétation) et des productions (les « forces » issues des processus, relais ou réponses). Par l’engagement de logiques telles que la valorisation de biens patrimoniaux (axé sur le capital « mémoire ») ou de services rendus (privilégiant les processus donc les fonctions pour l’émergence de biens), les zones humides (ré)intègrent les plans de gestion territoriale, posant ainsi les questions relatives aux choix d’orientation entre conservation (sans objectif privilégié de gains de surface ou de fonctions), restauration (qui consiste à rétablir un état « antérieur » avec une priorité aux gains nets de surface et secondairement de fonctions) ou encore réhabilitation (qui vise à optimiser les fonctions). Le tableau 3 propose une synthèse des concepts discutés dans l’article.

Tableau : Mise en relation des termes, notions et concepts développés dans l'article

Tableau  : Mise en relation des termes, notions et concepts développés dans l'article
  • 5 Terme préféré à celui d ‘« état » qui renvoie une image statique négligeant les forces biophysiques (...)

28Que ce soit dans l’objectif d’un maintien d’un biopatrimoine, ou d’un entretien de fonctionnalités, la finalité de la requalification est bien la valorisation d’un existant (capital + forces). Cet « existant5» peut être très altéré suite, par exemple, à des opérations d’enrésinement de tourbières intra-forestières, menant à l’effacement des formes mais aussi des forces (Piriou et al., 2010). La conservation n’étant plus dans ce cas une option, la requalification nécessite alors soit une restauration des zones humides (sur la base de quelle(s) référence(s) ?) soit une réhabilitation (comment définir l’optimum fonctionnel ?). Dans les deux cas, la « référence » et l’ « optimum potentiel » peuvent être désignés par la reconstruction géohistorique de l’ « enveloppe des variabilités éco-anthroposystémiques ». Le concept de HRV (Landres et al, 1999 ; Keane R.E. et al., 2009) peut ici être mobilisé ; il nécessite de prendre deux précautions car il est logiquement très sensible aux questions d’échelle. Celle temporelle tout d’abord qui doit être pertinence en terme d’épaisseur historique pour ne pas être biaisée par des périodes peu représentatives ; si l’épaisseur historique concerne par exemple les périodes de 1000 à 1600, de 1600 à 1900, ou de 1000 à 1900, les variabilités reconstituées seront différentes à cause des variations climatiques et la trajectoire historique sur laquelle définir une « référence » ou un « optimum » peu fiable. Celle spatiale ensuite car il convient, pour ne pas sous-estimer ou sur-estimer les forçages externes vis-à-vis des processus internes, de définir une largeur spatiale significative. Pour le cas des zones humides, l’échelle du bassin versant peut-être pertinente. Ces limites d’interprétation des dynamiques écosystémiques, malgré le développement des recherches dans le domaine des paléoenvironnements, rendent encore complexe la bonne caractérisation des objectifs de restauration et de réhabilitation, ce qui explique en partie les semi-échecs de certains projets (Zedler et al., 1999) .

  • 6 « ecological condition is defined where the reference condition is an un-impacted condition in whic (...)

29Autre écueil, mais dont l’acuité se tarit progressivement, celui de la confusion nostalgique, parfois assumée (Anderson, 19916), entre « état de référence » et « état naturel ». Il est plus prudent et réaliste d’utiliser le terme d’« état historique de référence », car il est illusoire de reconstituer l’état « originel » d’un écosystème tant son déchiffrage est brouillé par des dynamiques biophysiques et anthropiques complexes, non-linéaires, depuis des millénaires. Par ailleurs il ne faut pas oublier que l’état historique « de référence » est aussi guidé par les conditions d’acceptation sociale des variations écosystémiques, selon le modèle SRV (Social Range of Variability) de Duncan (2010). N’oublions pas que 200 ans plus tôt, les zones humides ne pouvaient pas être considérées comme un état historique de référence souhaitable !

Conclusion

30Aujourd’hui, le terme de « bonification » des zones humides n’a plus la même résonnance qu’au temps des grands projets de dessèchement lorsque bonifier signifiait « drainer » pour assainir, « effacer » pour convertir. La « bonification » des zones humides exprime à présent une action « en faveur » de leur reconquête spatiale et surtout sociale, comme en témoigne des projets de requalification tels que celui de la réouverture de la Bièvre en Ile-de-France, justifiée par des arguments patrimoniaux (« rivière industrielle ») et à tonalité urbanistique (intégration de la trame verte et bleue et bénéfices attenants).

31La réussite des projets de requalification des zones humides est opérante si trois étapes complémentaires à leur mise en œuvre aboutissent. Ces étapes sont 1) la reconnaissance des potentialités des zones humides (biens, fonctions, valeurs, services rendus) qui conduit à leur changement de statut, 2) le choix concerté d’un mode de gestion valorisant la ressource selon les objectifs fixés, entraînant par voie de conséquence un changement d’état (ex : friches urbaines réhabilitées en prairies humides pour dissiper l’énergie des crues et protéger des inondations) et 3) la reconnaissance sociale qui est aussi une étape essentielle (acceptation, appropriation) aboutissant à un changement d’usage (ex. : pour prolonger l’exemple, loisirs de nature dans les prairies humides réhabilitées).

32Les zones humides sont des systèmes dynamiques, orientés par des processus cumulatifs (endogènes, exogènes et mixtes) sur le temps long, qui en constituent le capital. Ainsi, selon l’héritage laissé par le fonctionnement de la zone humide, sa dynamique pourra emprunter une trajectoire difficilement prédictible, mais toujours conditionnée par l’activation d’un stock (de matières, d’énergie, etc.), susceptible de faire émerger une priorité plutôt qu’une autre (ex. : la restauration d’une zones humides dépend prioritairement du rétablissement de processus hydrologiques clés, mais sa réussite sur le long terme est aussi soumise à l’activation d’un stock de semences par exemple). Tout projet de requalification doit prendre en compte, et accepter, les marges d’incertitudes inévitables inféodées aux dynamiques spontanées ou subspontanées des écosystèmes. Les sémantiques relatives aux nouveaux regards portés sur les zones humides sont chargées de « re » : retour à l’origine, remise en état, rétablissement, renaturalisation, réouverture, réhabilitation, reconquête, revalorisation, restauration, etc. Ces termes ne sont pas nécessairement synonymes et répondent à des logiques différentes, mais leurs finalités est commune, celle de redonner aux zones humides une certaine fonctionnalité, ou multifonctionnalité. L’objectif corollaire, moins précisé, mais pourtant bien crucial, est de réévaluer les interdépendances entre milieu et société.

33Pour conclure, il faut souligner qu’il y a une dimension qui n’a pas été abordée dans le cadre de cet article, c’est celle liée aux représentations que suscitent les concepts liés à la valorisation du patrimoine (y compris du biopatrimoine), ou à la définition des valeurs de bien-être procurés par les zones humides. Volontairement laissées de côté tant elles soulèvent bien d’autres mises au point conceptuelles et reculs d’expériences ; il conviendrait de poursuivre plus en avant la réflexion sur les dimensions culturelles qui animent les projets de requalification (retour vers la nature, oasis nature, etc.).

Haut de page

Bibliographie

ADAMUS P.R., 1983, FHWA Assessment method, v. 2 of Method for wetland functional assessment. Washington, D.C., U.S. Department of Transportation, Federal Highway Administration, Report no. FHWA-IP-82-24, 138 p.

Anderson J.E., 1991, A conceptual framework for evaluating and quantifying naturalness, Conservation Biology, vol. 5(3), p. 347-352.

Aronson J., Floret C., Le Floc’h E., Ovalle C., Pontanier R., 1993, Restoration and rehabilitation of degraded ecosystems in arid and semi-arid lands, Restoration ecology, vol.1, p. 8-17.

BARNAUD G., Coïc, 2011, Mesures compensatoires et correctives liées à la destruction de zones humides. Revue bibliographique et analyse critique des méthodes. Service du patrimoine naturel, Muséum national d'histoire naturelle, Paris, 104 p.

BARNAUD C., ANTONA M., MARZIN J., 2011, Vers une mise en débat des incertitudes associées à la notion de service écosystémique, VertigO, vol. 11, n°1, Varia, 24 p.

Bernard, P. (éd.), 1994, Les zones humides. Comité interministériel de l’évaluation des politiques publiques, Commissariat au Plan, La Documentation française. 391 p.

BRINSON M.M, Kruczynski W., Lee L.C, Nutter W., Smith R.D., Whigham D., 1994, Developing a approach for assessins the functions of wetlands. Global Wetlands : Old World and New (Ed. Mitch W.J.). Elsevier, p. 615-624.

Chevassus-au-Louis B., Salles J.M., Bielsa S., Richard D., Martin G., Pujol J., 2009, Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes, Contribution à la décision publique, Centre d'Analyse Stratégique, Paris, 376 p.

Costanza R., d'Arge R., de Groot R., Farber S., Grass, M., Hannon B., Limburg K., Naeem S., O'Neill R.V., Paruelo J., Raskin G.R., Sutton P., van der Belt M., 1997, The value of the world's ecosystem services and natural capital. Nature, 387, p. 253–260.

CREDOC, Biotope, Asconit Consultants, 2009, Etude exploratoire pour une évaluation des services rendus par les écosystèmes en France, application du Millennium Ecosystem Assessment à la France, Rapport de synthèse pour le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer (MEEDDM), 30 p.

COUVET D., TEYSSEDRE-COUVET A., 2010, Ecologie et biodiversité. Belin, 336 p.

CUBIZOLLE H., SACCA C., 2008, La patrimonialisation des zones humides : l’exemple de tourbières de l’Est de la France, Géographie et cultures, n°66, p. 11-24

DEREX J.-M., 2001, Pour une histoire des zones humides en France (XVIIe XIXe siècle), Histoire et Sociétés Rurales, 2001, Vol. 15, n°1, p. 11–36.

DOURNEL S., 2009, De l’exploitation historique de la tourbe dans la vallée de la Somme à la mise en nature des zones humides dans l’agglomération amiénoise : mutations paysagères et sociales, Collection Histoire et Terres Humides (DEREX J-M., GREGOIRE F., eds), Aesturia, p. 211-228.

De Groot R.S., Wilson M.A., Boumans R.M.J., 2002, A typology for the classification, description and valuation of ecosystem functions, goods and services, Ecological Economics, 41, 3, p. 393-408.

Di Méo G., 2007, Processus de patrimonialisation et construction de territoire, Patrimoine et industrie : connaître pour valoriser (Acte du colloque), Poitiers-Châtellerault, 19 p.

DUGAN P.J., 1993, Wetlands in Danger. Mitchell Beazley, London. 187 p.

Duncan S.L, McComb B., Johnson N., 2010, Integrating ecological and social ranges of variability in conservation of biodiversity : past, present, and future, Ecology and Society, 15(1) (en ligne : http://www.ecologyandsociety.org/vol15/iss1/art5/)

Fenessy M.S., JACOBS A.D., KENTULA M. E., 2007, An évaluation of rapid methods for assessing the ecological condition of wetlands, Wetlands, Vol. 27, n°3, p. 543-560.

FISHER B., TURNER K., ZYLSTRA M., BROUWER R., GROOT R. DE, FARBER S., FERRARO P., GREEN R., HADLEY D., HARLOW J., JEFFERISS P., KIRKBY C., MORLING P., MOWATT S., NAIDOO R., PAAVOLA J., STRASSBURG B., YU D., BALMFORD A., 2008, Ecosystem services and economic theory : integration for Policy-relevant research, Ecological Applications, vol. 18, n°8, p. 2050–2067.

FISHER B., TURNER K., MORLING P., 2009, Defining and classifying ecosystem services for décision making, Ecological Economics, 68, p. 643-653.

FUSTEC E., LEFEUVRE J-C. (eds), 2000, Fonctions et valeurs des zones humides. Paris, Dunod, 426 p.

GELARD M-L., 2007, Le roseau protecteur, Techniques & Culture, 48-49, p. 61-84.

HUGGETT R.J., 2007, A history of the systems approach in geomorphology, Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 2, p. 145-158.

KEANE R.E., HESSBURG P.F, LANDRES P.B., SWANSON F.J., 2009, The use of historical range and variability (HRV) in landscape management, Forest Ecology and Management, 258, p. 1025-1037.

LANDRES P.B., MORGAN P., SWANSON F.J., 1999, Overview of the use of natural variability concepts in managing ecological systems, Ecological Applications, vol. 9, n°4, p. 1179-1188.

MANNEVILLE O., 1983, Critères de détermination et de délimitation des zones d'intérêt naturel en vue d'une éventuelle protection, Thèse de 3ème cycle, Université de Grenoble, 69 p.

MARESCA B., Mordret X., Ughetto A-L., Blancher Ph., 2011, Évaluation des services rendus par les écosystèmes en France, Développement durable et territoires, Vol. 2, n° 3, Décembre 2001, (en ligne : DOI : 10.4000/developpementdurable.9053)

MARIN L., 2012, La gestion des zones humides dans les dossiers Loi sur l’Eau, Mémoire de M2, Université de Limoges, 96 p.

MEA (Millenium Ecosystem Assessment), 2005, Ecosystems and Human Well-being: A Framework for Assessment. Island Press. Washington DC., 245 p.

MEDD (Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable), 2010, Projet de parc national de zone humide en France métropolitaine : présentation de la démarche., 12 p.

Meneau L. 2011, Evaluation fonctionnelle et système d’aide à la décision : application aux marais du Bas-Couësnon. Université de Lille 1 Sciences et technologies, Master Ecologie : Master 2 pro spécialité « Gestion de la biodiversité et des écosystèmes terrestres » 38 p.

MERMET L., 1995, Les infrastructures naturelles : statut, principe, concept ou slogan ? Zones Humides Infos n°7, p. 7-9.

MORERA R., 2011, L’assèchement des marais en France au XVIIè Siècle. Presses Universitaires de Rennes, 265 p.

ORB-LR – Observatoire Régional de la Biodiversité du Languedoc-Roussillion, 2011, Biodiversité ordinaire, biodiversité remarquable.

En ligne : http://orblr.fr/wakka.php?wiki=SpecifiqueDefinitions

Palomo I., Martín-López B., Potschin M., Haines-Young R., Montes C., 2013, National Parks, buffer zones and surrounding lands : Mapping ecosystem service flows. Ecosystem Services 4, p. 104-116.

PIRIOU J., PETIT-BERGHEM Y., LEMPERIERE G., GRAMOND D., 2010, Les mosaïques paysagères en forêt : le cas des zones humides intraforestières du bois de Goult (forêt d’Ecouves, Orne), Revue Forestière Française, n°5, p. 555-574.

SAIDI M.R., BILLAUD J.-P., PICON B., 2012, La représentation sociale des zones humides. Enquête d’opinion. Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. 176 p.

SAJALOLI B., 2009, Petit patrimoine de l’eau et réhabilitation des zones humides, Zones Humides Infos, n°63, p. 2-3.

SCHWOERTZIG E., 2011, Sélection d’indicateurs appropriés à la définition d’échelles d’équivalence écologique, Rapport de stage de M2, Université de Strasbourg, 32 p.

SUIRE Y., 2006, Le marais poitevin : une écohistoire du XVIe à l'aube du XXe siècle. Poitiers, Centre vendéen de recherches historiques, 525 p.

ZEDLER J.B., CALLAWAY J.C., 1999, Tracking wetland restoration : do mitigation sites follow desired trajectories ? Restoration Ecology, 7, 1, p. 69-73.

Haut de page

Notes

1 MAR pour MARécages, MARshes, MARismas.

2 L’Article 1.1. : « les zones humides sont des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres » ; L’Article 2.1 précise que « les zones humides peuvent «inclure des zones de rives ou de côtes adjacentes à la zone humide et des îles ou des étendues d’eau marine d’une profondeur supérieure à six mètres à marée basse, entourées par la zone humide ».

3 Arrêté du 24 juin 2008 précisant les critères de définition et de délimitation des zones humides en application des articles L. 214-7-1 et R. 211-108 du code de l'environnement

4 En référence à l’ouvrage de Rosenzweig M.L. (2003) sur l’écologie de la réconciliation.

5 Terme préféré à celui d ‘« état » qui renvoie une image statique négligeant les forces biophysiques et anthropiques qui façonnent les milieux à toutes les échelles de temps, y compris instantanées.

6 « ecological condition is defined where the reference condition is an un-impacted condition in which ecosystems show little or no influence of human actions »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau : Les dimensions accordées à la biodiversité remarquable
Légende Source : Chevassus-au-Louis, 2009 ; ORB-LR, 2011
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9270/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau : Les 25 services rendus par les zones humides continentales
Légende d’après la liste des 43 services rendus par les écosystèmes en France, CREDOC, ASCONIT, BIOTOPE, 2009
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9270/img-2.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure : Relations spatiales entre zones de production de service (ZP) et zones qui bénéficient du service (ZB)
Légende (adapté de Fisher et al., 2009).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9270/img-3.png
Fichier image/png, 46k
Titre Tableau : Mise en relation des termes, notions et concepts développés dans l'article
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9270/img-4.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Gramond, « Requalifier les zones humides continentales : Logiques et paradoxes », Géocarrefour, vol. 88/4 | 2013, 247-256.

Référence électronique

Delphine Gramond, « Requalifier les zones humides continentales : Logiques et paradoxes », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/4 | 2013, mis en ligne le , consulté le 17 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9270 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9270

Haut de page

Auteur

Delphine Gramond

UMR 8185 ENeC (Espaces, Nature et Culture) CNRS/Université Paris-Sorbonne Institut de Géographie, 191 rue Saint-Jacques, 75003 Paris delphine.gramond@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page