Navigation – Plan du site

Identités, développement local et territoires : Nowa Huta et Cracovie

Identities, local development and territories: Nowa Huta and Cracow
Franck Chignier-Riboulon et Nora Semmoud
p. 27-34

Résumés

Nowa Huta est un quartier exemplaire de l’urbanisme du réalisme socialiste, construit à 10 km de Cracovie dans les années 1950 et composé d’un combinat sidérurgique et d’ensembles d’habitations. L’article examine l’évolution des relations entre Nowa Huta et Cracovie, des origines jusqu’au tournant politique et économique de 1990. L’analyse est menée sous l’angle de l’identité propre à Nowa Huta, mise en relation avec le destin du combinat. La réintégration de ce quartier dans l’ensemble cracovien est notamment prise en charge par le Forum de Nowa Huta, nouvelle instance démocratique locale qui joue un rôle majeur dans le développement urbain aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La nouvelle aciérie en polonais. A propos de traduction, nous tenons à remercier notre collègue po (...)
  • 2  C’est pourquoi bien qu’elle constitue une entité infra-urbaine (qu’on ne saurait appeler quartier, (...)
  • 3  Après Gniezno (capitale du premier Royaume de Pologne du XIe s. à 1138) et avant Varsovie (capital (...)

1Nowa Huta1, riche d’un passé social, socialiste et militant, est confrontée depuis la réorientation économique de la Pologne aux difficultés de la reconversion d’un lourd passif mono-industriel. Aujourd’hui, Nowa Huta compte plus de 200 000 habitants, soit près du quart de la population de Cracovie. Elle occupe la partie orientale de cette vaste municipalité (330 km2), à dix kilomètres de la place centrale de la vieille ville. Coupée de cette dernière par un ancien no man’s land (fig. 1) récemment transformé en une vaste zone commerciale et de loisirs, Nowa Huta est en quelque sorte une seconde ville sur la même commune2. Ancienne ville phare du socialisme, Nowa Huta est aujourd’hui en crise. En effet, depuis les années 1990, le centre économique de Cracovie s’est déplacé vers l’Ouest, sur la vieille ville et ses extensions. Le potentiel de ville historique et de cité universitaire qui a échappé aux destructions de la Seconde Guerre mondiale a prévalu pour redéfinir les axes de développement de cette ville qui fut historiquement la deuxième capitale polonaise3. Dès lors, la croissance s’organise autour du tourisme ou des nouvelles technologies, bien loin de la sidérurgie privilégiée durant la période communiste.

  • 4  En particulier pendant la période d’opposition syndicale de Solidarnosc.

2Dans ces conditions, les habitants de Nowa Huta ont le sentiment d’être abandonnés, d’être les laissés-pour-compte de la libéralisation économique. Ce sentiment est d’autant plus fort qu’il marque un renversement des représentations par rapport aux décennies précédentes. Les sociabilités locales étaient en effet très développées et définissaient une conscience collective (Durkheim, 1893) génératrice d’une identité positive. Cette conscience s’est forgée lors de la construction du combinat et de la ville nouvelle, puis a été entretenue à l’âge d’or des luttes4 sociales et politiques. L’identité positive a été contrebalancée depuis 15 ans par des représentations négatives, notamment du fait des élus de Cracovie souhaitant effacer les signes du passé socialiste.

3On assiste alors à un processus de recomposition identitaire au cours duquel les habitants de Nowa Huta s’attachent à construire une identité positive, un élément nécessaire à une réaffirmation de soi (Malewska-Peyre, Tap, 1993 ; Devereux, 1973) et de la collectivité. Cette quête identitaire, portée par des sociabilités héritées et réinterprétées débouche au début des années 2000 sur l’émergence du Forum, une initiative nouvelle, originale et significative d’une forme de recomposition territoriale. Le Forum de Nowa Huta constitue un des fondements de la réinscription de Nowa Huta dans la dynamique d’ensemble de l’agglomération cracovienne, particulièrement par la mise en valeur de représentations porteuses qui ont une visée pratique d’organisation, de maîtrise de l’environnement (matériel, social, idéel) et d’orientation des conduites et des communications (Jodelet, 2003).

Cracovie et Nowa Huta, les sœurs ennemies

4Depuis la création de Nowa Huta par le pouvoir communiste, le territoire de la municipalité de Cracovie fonctionne selon une bipolarité urbaine (Soja, Gorka, 1988). Jusqu’au début des années 2000, cette bipolarité était vécue avant tout comme une contrainte. Nowa Huta a été conçue comme l’antithèse de Cracovie, mais aujourd’hui, la construction de la dynamique cracovienne fonctionne en partie aux dépens du pôle nowa hutien. Ces perceptions de l’autre territoire et du territoire de l’autre engendrent un développement déséquilibré, nourri par un déni réciproque auquel s’ajoute un sentiment d’injustice partagé par les deux pôles urbains. La cristallisation identitaire a généré de part et d’autre des images négatives : une image négative de la ville industrielle pour les Cracoviens (Domanski, 1989) ; une Cracovie figée dans le passé pour l’aristocratie ouvrière de l’époque du communisme triomphant.

Figure 1 : Nowa Huta et Cracovie, deux entités distinctes

Figure 1 : Nowa Huta et Cracovie, deux entités distinctes

Nowa Huta contre Cracovie

5La relation entre Nowa Huta et Cracovie est empreinte de la volonté historique d’effacer l’ancienne cité conservatrice par la ville nouvelle socialiste. Lors de l’avènement du socialisme en Pologne, Cracovie était dans le camp des espaces du refus, et l’édification de Nowa Huta devait à terme en faire une ville de la classe ouvrière (Stenning, 2000, p.100). L’idée de bâtir le socialisme par une urbanisation nouvelle et l’industrialisation n’était pas propre à la région de Cracovie, mais l’originalité consistait ici à réduire la ville historique à un quartier vieillot marginalisé par Nowa Huta. Cette dernière, construite pour des travailleurs et par des travailleurs, devait être ainsi la négation de Cracovie. L’élimination d’une ville considérée comme bourgeoise, intellectuelle et catholique devait se faire par son appauvrissement, d’une part, et par une polarisation autour de la ville nouvelle, d’autre part, assurée pensait-on par sa puissance économique et culturelle et par la qualité de son urbanisme.

  • 5  Propos recueillis auprès du professeur Stanislaw Juchnowicz, actuellement directeur de l’Internati (...)
  • 6  Ebenezer Howard, socialiste anglais, créateur de la garden-city définit ce modèle comme un établis (...)
  • 7  Selon les habitants, la conception des bâtiments autour d’une cour s’expliquerait par raisons de p (...)

6Première cité polonaise socialiste, la ville de Nowa Huta, construite entre 1949 et 1960, a été conçue comme l’emblème de l’urbanisme nouveau, celui du réalisme socialiste. En 1960, la ville comptait déjà 120 000 habitants. Selon ses concepteurs5, Nowa Huta se réclame à la fois de l’urbanisme fonctionnaliste et des cités jardins d’Ebenezer Howard6 (1850-1928). Pur produit du réalisme socialiste, elle évoque aussi l’esthétique post-moderne de Ricardo Bofill. Quand bien même ces optiques urbanistiques peuvent s’opposer, elles se rejoignent sur l’idée de transformer l’Homme et de maîtriser son mode de vie par le biais de l’organisation de l’espace. Ainsi, la rigueur de la géométrie renvoie à l’ordre, la monumentalité de l’architecture classique du centre inspirée de la Renaissance symbolise la grandeur et la réussite du modèle socialiste, et enfin l’habitat collectif, structuré en unités de voisinage et agencé autour d’une cour intérieure7, doit encourager l’esprit communautaire. La structuration se distingue par une forte axialité, formalisée par de larges avenues plantées (photo 1). L’ensemble est caractérisé par une faible densité, avec une graduation vers le centre, et par une importante trame verte (squares, espaces de jeux, mails d’arbres, etc.) qui atténue l’effet de délabrement actuel de nombreux bâtiments. Au sein des unités de voisinage, les équipements sociaux tels que l’école et la crèche, ont fini par être sinon un vecteur des sociabilités de voisinage, du moins un support stimulant.

Figure 2 : Vue aérienne de Nowa Huta

Source : Nowa Huta-Miejsca ciekawe i nieznane (www.polskihh.host.sk)

  • 8  L’un des centres s’avère être l’un des plus importants de Pologne avec une fréquentation de 650 00 (...)

7La ville devait ainsi offrir toutes les aménités sociales, culturelles et sportives censées compenser dans une certaine mesure la pénurie de biens de consommation courante. Le domaine de la culture fut particulièrement développé et fit l’objet d’importants investissements de la part du combinat, notamment à travers le développement de sept centres culturels8 qui ont eu et continuent à avoir (malgré la baisse des financements) un rôle social important auprès de la population. De la même manière, la principale librairie locale offre toujours un grand choix de livres. Ces équipements fonctionnaient comme une véritable centralité et cristallisaient toute la vie sociale du quartier. A cette époque, les élites vivaient dans la ville nouvelle.

8Quels que soient les objectifs de contrôle idéologique que pouvait représenter cet encadrement à l’origine, il semble avoir laissé un héritage culturel important caractérisé encore par une forte ambition de formation. Le niveau d’études supérieur élevé à Nowa Huta, selon les responsables des centres culturels, est significatif de cet héritage. L’intensité de la vie culturelle et le niveau d’instruction ont sans doute préparé l’adaptation de la population à des sociabilités originales, comme le Forum. En définitive, Nowa Huta était une ville intégrée et pensée, même si les derniers quartiers construits témoignent d’une diminution des ambitions et des moyens, et d’un accroissement des densités urbaines.

9Cependant, l’édification de Nowa Huta s’est faite aux dépens de Cracovie. Selon Maria Soja (1987), la ville nouvelle a concentré 74 % des investissements de 1954 à 1979 et, certaines années, comme entre 1964 et 1965, Cracovie n’a bénéficié d’aucun financement, alors que Nowa Huta utilisait ses infrastructures. Toujours selon M. Soja, cette période correspond à une baisse du niveau de vie des habitants de Cracovie, contrairement à Nowa Huta où la production de l’usine et la situation de plein emploi ont entretenu des conditions de vie moyenne qui ont particulièrement marqué les heures de gloire de la ville.

Nowa Huta, un lieu de socialisation et d’identification

  • 9  Ils constituaient 74% de la population de Nowa Huta.

10La ville est le cadre où s’est effectuée la socialisation urbaine (Verpraet, 1994) de nombreux paysans9 (Stenning, ibid., p. 101) issus de toute la Pologne, de Tsiganes obligés de se sédentariser et de populations rapatriées des confins orientaux laissés à l’Union Soviétique en 1945. On assiste ainsi à une territorialisation qui résulte d’un double mouvement de socialisation de la spatialité et de spatialisation de la socialité (Bourdieu, 1980). Dans cette dynamique de socialisation et d’apprentissages, les perspectives de vivre mieux par le travail, par l’école et par la formation ont permis la construction d’une véritable communauté.

11Les ouvriers étaient privilégiés par rapport aux intellectuels, tant du point de vue des salaires que de celui des logements attribués, et de leur localisation dans la ville. Aujourd’hui, on assiste à un renversement des valeurs mais le passé n’est pas sans inertie, notamment sur les représentations vis-à-vis du groupe ouvrier. La logique de peuplement qui consistait à faire vivre ensemble le même groupe de travail était vécue comme une forme de contrôle de la vie quotidienne par le combinat. Dans le même temps cette proximité résidentielle de collègues de travail avait fini par instaurer des rapports quasi familiaux et un véritable réseau de solidarité. Même si l’idée sous-jacente de cette politique de peuplement et de collectivisation visait la mobilisation des masses pour la construction du socialisme, elle a fini par produire un puissant ferment pour la démocratie. Ainsi, paradoxalement, l’édification d’une identité autour du travail, de l’entreprise et d’une vie sociale riche a généré assez rapidement une remise en cause du modèle socialiste, d’abord à partir du religieux ensuite à travers les revendications de Solidarnosc.

La dynamique cracovienne actuelle

  • 10  4 millions de visiteurs en 2003 et capitale européenne de la culture en 2000.

12Cracovie s’est métamorphosée depuis la libéralisation économique et politique. La place centrale du Rynek et les rues adjacentes de la vieille ville sont aujourd’hui les lieux d’une forte fréquentation touristique10, où sont rassemblés les enseignes occidentales et les restaurants branchés. Dans cette dynamique, l’ancien quartier juif Kazimierz est devenu un lieu à la mode. Ainsi, depuis quelques années, l’espace central se gentrifie, parallèlement à la tertiarisation de la ville (business centre Lubicz). En revanche, Nowa Huta connaît des restructurations brutales : le combinat, en situation de sous-compétitivité y compris par rapport aux autres complexes du même type dans les anciens pays de l’Est, démembré et privatisé, ne compte plus que 8 000 salariés contre plus de 40 000 à la fin des années 1970 ; la reprise de l’usine de tabac par le cigarettier Philip Morris s’est traduite par la disparition de 2 500 emplois sur 4 000 ; le rachat de la cimenterie par une multinationale turque a abouti à sa fermeture, probablement dans le but d’éliminer un concurrent. Les chiffres restent cependant discutés et les pertes d’emploi sont peut-être malgré tout surévaluées, particulièrement pour l’ancien combinat. Selon les services économiques municipaux, son démantèlement a entraîné la disparition de 24 000 emplois et non de 32 000 car 8 000 salariés de l’aciérie ont été absorbés par les entreprises issues de l’éclatement. Malgré tout, les restructurations à marche forcée ont des effets sensibles sur les commerces et les services de proximité : fermeture de magasins, cafés et cinémas. Cette situation révèle à la fois la précarisation des habitants et la concurrence nouvelle des grandes surfaces implantées sur l’ancien no man’s land (fig. 1) où des enseignes françaises (Auchan, Carrefour…) et des chaînes de cuisine étrangères (grecque, italienne, états-uniennes…) sont largement représentées.

  • 11  L’évaluation du chômage s’avère difficile car les personnes ayant perdu leur emploi ou les demande (...)

13Certes, la situation est moins grave que d’autres régions polonaises (Lodz, Katowice…), voire que dans certains grands ensembles de logements sociaux français ou néerlandais. Le chômage, bien que largement sous-évalué11, est estimé officiellement à 4 % pour Cracovie et à 7 % pour Nowa Huta. Cependant, des responsables associatifs ou de centres culturels, impliqués de longue date dans la ville, estiment qu’au début des années 1980, l’ensemble de Nowa Huta offrait plus de 130 000 emplois, entre le combinat et les 82 entreprises plus ou moins liées à ce dernier. En fin de compte, au-delà de l’incertitude sur les chiffres, la perte d’emploi est lourde de conséquences sur la vie sociale et les représentations qui l’accompagnent.

14L’arrivée au pouvoir du premier gouvernement non communiste en 1989 a correspondu avec un renversement de situation à Cracovie. Au début des années 1990, les Cracoviens éprouvaient un sentiment de revanche sur l’autre pôle urbain qui symbolisait le totalitarisme et la négation de leur ville. Par la suite, Nowa Huta fut considérée comme une parenthèse historique, une aberration idéologique et un héritage subi. De surcroît, dans l’urgence de l’adaptation à la nouvelle situation économique et politique née de l’ouverture et de l’intégration à terme dans l’Union européenne, cet héritage apparut comme un boulet, antinomique avec les évolutions à réaliser. Nowa Huta a alors été délaissée. Les habitants se sont sentis non seulement abandonnés mais également disqualifiés socialement et niés dans leur identité. La situation n’est donc pas uniquement liée à l’emploi mais à un sentiment de rejet de leur territoire, de leur histoire, de leur travail et de leurs sociabilités. Or ce territoire avait pourtant constitué un projet social et une des avant-gardes des transformations de la société polonaise.

Un moteur du changement démocratique mis à l’écart

15Privilégiée par le pouvoir communiste, Nowa Huta a paradoxalement été le fer de lance d’une résistance active, dès les années 1960, contre l’autoritarisme du régime en place. Par la suite, elle fut un bastion du syndicat Solidarnosc. Dès lors, l’arrivée au pouvoir des non-communistes et le désintérêt qui s’en est suivi, laissent place à un profond sentiment d’injustice et de mise à l’écart. La démocratisation n’a apporté ni travail ni reconnaissance à un territoire qui a conscience d’avoir été un des pôles du changement.

Revendications religieuses et engagement dans Solidarnosc

  • 12  La révolte d’avril 1960 fut l’objet d’une répression sauvage, à laquelle participèrent des milicie (...)

16A l’origine, les revendications avaient un caractère religieux. Elles se justifiaient à la fois par l’histoire religieuse de la Pologne, par le sentiment populaire que construction du socialisme et foi catholique ne s’opposaient pas, et par l’inscription du religieux comme emblème de la lutte pour la démocratisation. En 1960, une croix fut plantée dans la nuit par les habitants de Nowa Huta, entre les rues Karl Marx et du Grand Prolétariat. Cet acte inaugura un bras de fer meurtrier12 avec les autorités politiques qui dura plusieurs années. L’église de Nowa Huta, construite entre 1967 et 1977 (grâce à des dons des fidèles et de nombreux pays étrangers), fut consacrée par le futur pape Jean-Paul II. En fin de compte, le sentiment communautaire est sorti renforcé de cette longue lutte. Le nom de l’église témoigne même de ce front commun pour l’obtention de ce lieu de culte : Notre-Dame-de-l’Arche.

17A la fin des années 1970, l’agitation sociale et politique montante trouva à Nowa Huta un terreau favorable. En 1980, les sidérurgistes locaux suivirent rapidement dans la grève les ouvriers de la construction navale de Gdansk, menés par Lech Walesa. Après deux mois de lutte, la quasi-totalité des travailleurs du combinat adhérait à Solidarnosc. Les années suivantes sont marquées par la constance de l’engagement local, avec notamment des batailles de rues et des manifestations en 1982 et 1983 contre la militarisation du travail et les blocages politiques à la démocratisation, malgré la reconnaissance formelle du syndicat Solidarnosc. Dans les années 1980, Nowa Huta apparaît comme un des principaux lieux de résistance au pouvoir communiste. Le changement attendu est perceptible à travers la plus grande liberté de ton des universitaires. A la fin de la décennie, la cité représente un des points d’appui aux mouvements d’opposition et prépare l’arrivée du premier gouvernement non communiste (Stenning, ibid., p. 106).

Désillusions et déclin industriel

18Les revendications du mouvement ouvrier portaient d’une part sur la démocratisation politique et la liberté syndicale et, d’autre part, sur les augmentations de salaires en relation avec les savoir-faire et l’établissement de primes liées à la dureté du travail. La déception de la population, inscrite dans cette dynamique, fut d’autant plus forte face à la libéralisation économique et aux fortes restructurations qu’elle généra. Cependant, le déclin du combinat est bien antérieur au changement de régime politique. Selon encore Maria Soja (1986, p. 79-81), entre 1979 et 1983, le combinat avait déjà perdu plus de 7 000 emplois. De surcroît, la demande de nouveaux droits politiques et sociaux est à mettre en parallèle avec des évolutions économiques et psycho-sociales. Ainsi, en premier lieu, Nowa Huta était concurrencée par l’aciérie de Katowice, plus productive, qui sonnait le glas des espoirs de modernisation du combinat cracovien et, par conséquent, des possibilités d’amélioration des conditions de travail. En second lieu, les années 1970 sont une période de transition qui succède à une époque où le travail sidérurgique était considéré comme une promotion individuelle et une participation collective à l’édification d’une nouvelle société. La dureté des conditions de travail et l’absence de sécurité, acceptées au démarrage de cette dynamique, le devinrent de moins en moins dans cette période de transition. De la même façon, la question de la pollution, qui a toujours été présente mais occultée, commença à être soulevée.

19Aujourd’hui, la crise identitaire et la perte de confiance et de respectabilité sociale ont peu ou prou effacé les perceptions du passé. Le chômage des uns et le mutisme des autres, surtout des plus âgés, ont probablement contribué à privilégier une lecture sélective du passé. Seuls restent partagés un sentiment d’injustice par rapport aux combats passés et à la participation à l’économie locale et nationale, ainsi qu’un sentiment de dévalorisation sociale et identitaire. L’image de Nowa Huta est aujourd’hui négative au sein de l’ensemble cracovien. De fait, la déstructuration sociale se traduit par la fragilisation des sociabilités locales, en lien avec la croissance du chômage et de la précarité, et par une déconsidération des hommes qui traduit la difficulté qu’éprouve la société à accepter l’héritage de la ville socialiste. Le mal-être social se conjugue ainsi avec un mal-être psychologique collectif dans lequel le sentiment de dévalorisation identitaire accentue celui d’inutilité sociale. En outre, la négation du passé accroît la coupure entre les deux villes dans les représentations : une urbanité forte à l’ouest, et au contraire réduite dans l’espace nowa hutien à l’est.

20La crise identitaire touche toutes les tranches d’âge mais avec des manifestations différentes. Les plus âgés ont participé à construire l’idéal socialiste qui non seulement n’existe plus, mais apparaît comme une erreur historique et une expression du totalitarisme. Ces derniers s’accrochent alors aux dogmes du passé ou adoptent un mutisme qui exprime leurs doutes quant au passé, voire leur culpabilité. Les personnes d’âge mûr, qui se sont généralement impliquées dans les luttes sociales et politiques des décennies précédentes, ont le sentiment que cet engagement est oublié par les Cracoviens et terni localement par les effets de la libéralisation. Les plus jeunes ont connu le déclin de la cité et la mémoire n’est guère transmissible dans ces conditions, d’autant plus que le pôle attractif s’est déplacé vers l’ouest, vers les lumières de la ville et de la modernité.

21Cependant, cette situation ne rencontre pas seulement des manifestations de fatalisme et de démobilisation. Il semble qu’on assiste moins à la disparition des sociabilités qu’à leur recomposition. Aux traditionnelles luttes ouvrières se substituent des formes inédites de participation citoyenne. Elles contribuent à leur manière à peser sur les acteurs locaux, notamment ceux de la municipalité. Ainsi, de nombreuses stratégies sont mises en œuvre pour effacer les stigmates de la reconversion (appauvrissement, chômage, agonie du complexe…) et promouvoir une image moderne de Nowa Huta qui encourage le développement économique dans une démarche écologique et offre des espaces culturels et de loisirs de qualité. Par exemple, les initiatives culturelles modernes et de qualité, comme de grands concerts au sein du complexe, attirent les résidents de l’ensemble de l’agglomération et contribuent à leur manière à faire évoluer les représentations. Les différents discours (institutionnels, associatifs, habitants…) sur la ville l’associent de plus en plus à des images comme Nowa Huta ville verte, ou encore la présentent comme une alternative face à la congestion de Cracovie. Ces images s’appuient néanmoins sur la réalité probante de la diminution sensible de la pollution du combinat et de la tendance au repeuplement des villages autour de Nowa Huta. Ces stratégies de transformations d’image, qui visent à attirer les investisseurs étrangers et à contrer la tendance à la concentration des investissements à Cracovie, semblent toutes se fondre au sein d’une initiative pour le moins originale : le Forum de Nowa Huta.

Réinsérer pleinement Nowa Huta dans le territoire cracovien

  • 13  Les cadres du Forum ont eu l’occasion de rencontrer les initiateurs d’expériences similaires à She (...)

22Le Forum est né d’une fondation pour l’environnement et le développement durable, conçue selon les expériences13 anglo-saxonnes, notamment des villes de Sheffield et de Rotherham. La fondation, créée au début des années 1990, a multiplié les initiatives afin de fédérer de nouveaux partenaires, jusqu’en 2000 où elle s’est transformée en Forum. En plus d’organiser de véritables synergies entre les acteurs associatifs, les opérateurs économiques et les représentants de la municipalité, elle apparaît sinon comme un levier du développement local du moins de son animation. Ses actions couvrent des domaines extrêmement étendus qui vont de manifestations culturelles et de loisirs à l’organisation de rencontres entre les partenaires, les habitants et les autorités pour penser l’aménagement de la ville. Les projets d’aménagement, conçus pour valoriser Nowa Huta et attirer des opérateurs économiques, concernent la création d’un technopole, dont une partie sera zone franche, la qualification paysagère de la ville par la création d’un corridor écologique et un centre de loisirs le long de la Vistule, et enfin l’amélioration de l’accessibilité par la création d’une autoroute et le développement des transports en commun.

Le Forum de Nowa Huta, la capacité à saisir des thèmes porteurs

  • 14  Comme Krzysztof Kwatera, un des membres les plus actifs de l’encadrement du Forum.

23Né d’initiatives locales, le Forum a bénéficié du soutien de fondations internationales, puis de grandes entreprises régionales. Cependant, c’est l’implication d’anciens ingénieurs14 du combinat et d’habitants de toujours de la ville, qui assure les bases militantes de l’action citoyenne. Le Forum a constitué pour ses initiateurs à la fois un catalyseur d’énergie et un outil de réinsertion de l’ex-ville socialiste dans l’ensemble cracovien. Il conjugue la prise de conscience par les acteurs locaux de la dégradation de la situation économique et sociale et l’implication de partenariats internationaux.

24En effet, dès le début des années 1990, nombre de fondations philanthropiques européennes et états-uniennes s’intéressent à ces nouveaux Etats sortis de l’emprise soviétique. Derrière la philanthropie existe également la volonté de rattacher rapidement et pleinement les économies et les sociétés civiles est-européennes au libéralisme et à la démocratie moderne, selon une définition quelque peu anglo-saxonne. Cet humanisme bien compris est rapidement saisi par les citoyens et les acteurs locaux à la recherche de formes d’action pour Nowa Huta. Le partenariat international se concrétise par des voyages d’études dans les anciennes régions industrielles de l’ouest européen (North Lanarkshire, en Ecosse, Valenciennes) pour échanger les bonnes pratiques, selon l’expression consacrée. Il permet une visibilité de l’action à travers les jeux de réseaux et une focalisation sur l’accompagnement social et économique nécessaire à la création de nouvelles activités.

25Ainsi, cette dynamique intègre Nowa Huta dans un réseau de partenaires internationaux, comme la CASTER (Conference and Association of Steel Territories in European Regions) et la PEPF (Polish Environmental Partnership Foundation). Par ailleurs, le Forum est localement soutenu par l’engagement de grandes entreprises locales, telles que ESK (filiale polonaise d’EDF), Philip Morris, ou bien encore la Fondation Sendzimir de l’aciérie. Cette participation d’entreprises locales apparaît comme une forme de mécénat social, à moins qu’elle ne soit plutôt un engagement moral d’entreprises qui souhaitent investir le local après l’avoir restructuré. En d’autres termes, les entreprises agissent également pour bonifier leur image. Ce travail sur l’image associe deux objectifs : façonner une image locale d’entreprise citoyenne, et apparaître comme une entreprise moderne auprès des dirigeants de grandes entreprises.

  • 15  Une étudiante en biologie qui habite Nowa Huta nous a fait part d’une phrase célèbre dans la ville (...)

26Le Forum est donc un instrument à géométrie variable, utile à plus d’un partenaire. Il a permis de constituer un large rassemblement des acteurs locaux et de structurer rapidement un lobby pour la ville nouvelle. Parmi ces acteurs locaux se trouvent des associations ou des organismes de service public, des centres sociaux, des centres culturels, des écoles, le théâtre Ludowy, etc. Soutenu, voire poussé par le lobbying des fondations internationales, le Forum a inscrit son action dans la définition de l’actuelle modernité et organise concrètement son travail autour des principes du développement durable. D’abord, il s’agit de promouvoir des projets de développement sur le long terme qui respectent l’homme et l’environnement. Les actions prennent ainsi en compte et soutiennent les initiatives locales, dans une perspective bottom up ; cela signifie également que la participation des habitants est valorisée, à travers les propositions, leur montage et leur suivi. Ensuite, le travail sur l’environnement vise à limiter la pollution industrielle et urbaine, tout en oeuvrant à réhabiliter les espaces pollués. Enfin, les objectifs de la démarche sont aussi d’éduquer les citoyens et avant tout les jeunes générations (journée de la terre, projets pédagogiques, etc.). Cet ensemble de dispositions a été facilement accepté par la population locale, sensible à la pollution15 et à une nouvelle forme de développement. Par ailleurs, cette modernité versus développement a permis de sensibiliser les autorités locales à la problématique de Nowa Huta.

De l’investissement local à la reconnaissance par la municipalité

  • 16  Propos de Tadeusz Kasprzyk, conseiller du président de la centrale électrique de Cracovie (groupe (...)

27Le Forum s’appuie largement sur les traditions de luttes et de solidarité de la population. Il semble alors suppléer à l’affaiblissement des syndicats, offrir une alternative à ceux qui ne se reconnaissent plus dans les partis politiques et donner plus de force aux associations. Le Forum, en fédérant les initiatives et les énergies contrecarre la tendance à l’isolement et au fatalisme, tant des structures que des individus. Il renouvelle ainsi les sociabilités et propose un nouvel espace d’apprentissage et de circulation des connaissances, un espace de coordination, de communication et de synergie16. Cette dynamique n'échappe pas en revanche aux situations conflictuelles entre partenaires, notamment avec la municipalité.

  • 17  Propos de Tadeusz Kasprzyk.
  • 18  En septembre 2004.

28Comme tout acteur émergent, le Forum a été perçu comme un contre-pouvoir par la mairie centrale de Cracovie, le contentieux urbain passé ne facilitant probablement pas la reconnaissance de l’un par l’autre, au moins jusqu’au milieu de l’année 2003. Il est même possible que le système de partenariat avec les fondations et les entreprises ait renforcé ce sentiment. L’adhésion à l’Europe a rendu plus urgentes des problématiques telles que l’exclusion sociale. De surcroît, de telles entrées bénéficient de financements européens. Dès lors, le Forum représente un partenaire pour les services techniques de la ville qui enclenchent une véritable collaboration. Aujourd’hui, les membres du Forum et notamment les représentants des entreprises17 participent à l’élaboration de documents d’urbanisme pour Nowa Huta, une démarche qui doit permettre d’insérer l’ancienne ville ouvrière dans l’aménagement global de l’agglomération de Cracovie. Ils ont réalisé18 un Programme stratégique à long terme, basé sur un diagnostic et une cartographie de la majeure partie des parcelles. Diagnostics et cartes constituent des éléments essentiels pour la compréhension d’une zone mal connue pour laquelle les services municipaux manquent d’informations et de documents d’urbanisme. Par ailleurs, il existe un problème foncier car si les parcelles du combinat ont bien été nationalisées à la fin des années 1940, en revanche celles de la zone de protection ont été pour partie nationalisées et pour le reste figées en l’état. Or, aujourd’hui, le droit de propriété et de restitution est avancé par des petits propriétaires dont certains estiment que la nationalisation a été illégale.

29Dans ces conditions, l’intérêt nouveau de la municipalité ne s’explique pas uniquement par les questions sociales. Les disponibilités foncières représentent un enjeu dans une perspective de développement de l’agglomération vers l’est. Le Forum et ses partenaires apparaissent désormais comme des aides auprès des instances de l’Union européenne, particulièrement pour les opérations de dépollution. Si la requalification de la ville nouvelle s’intègre à une logique de développement large, elle ne se focalise pas moins sur la reconversion de certains espaces pour en faire une véritable vitrine de la Nowa Huta moderne, comme le corridor écologique. Par ailleurs, l’accroissement des coûts fonciers du centre et du péricentre de Cracovie relance l’intérêt pour la ville nouvelle et ses alentours. La programmation d’une autoroute s’intègre à une telle problématique. La municipalité est sensible à des concurrences nouvelles sur sa périphérie, par exemple celle de la commune de Niepolomice, au sud-est de Nowa Huta, qui base son développement sur une politique très favorable à l’accueil des entreprises et du logement des ménages aisés. Dans ce cadre, une des négociations actuelles du Forum est de débattre des projets : ainsi, la municipalité souhaiterait que l’autoroute passe par l’ancien no man’s land, tandis que le Forum défend un tracé qui passe à l’est de Nowa Huta, pour l’intégrer pleinement.

Le corridor écologique : sens et pratiques d’un projet fédérateur

  • 19  Selon Stanislaw Juchnowicz, architecte-urbaniste, entretien du 20 septembre 2004.

30Le projet de Corridor constitue un exemple de l’action du Forum et de sa coopération avec les autorités de Cracovie. Il est envisagé comme un préalable aux projets économiques car il est censé qualifier la ville et ainsi attirer les investisseurs. Il s’agit en fait d’un vaste aménagement paysager offrant un espace de détente, de sport et de loisir (lac artificiel, golf, protection faunistique et floristique…) dans le prolongement sud du centre de Nowa Huta. Il est à noter que cet aménagement avait déjà été imaginé lors de la conception de la ville19. La focalisation du Forum sur le projet du corridor écologique et, à travers lui, sur la question environnementale rend compte de plusieurs dimensions qui s’entrecroisent. D’abord, il faut rappeler que la pollution de Nowa Huta par le site industriel semble avoir considérablement marqué les esprits et ce traumatisme collectif milite pour des projets compensatoires. Ensuite, et surtout, au cœur de ce projet se pose la question de la transformation d’image pour attirer les investisseurs étrangers. Ainsi, avec la requalification par le paysage et la valorisation des espaces publics, on s’attache à s’aligner sur les normes urbaines des autres villes européennes - un mimétisme qui tente d’effacer les différences. Pour les mêmes raisons, est mise en œuvre une démarche patrimoniale pour le classement du site et sa protection. Enfin, l’orientation écologique du projet est également une façon d’absorber les financements de l’UE et des fondations étrangères, des institutions et des structures qui subordonnent aujourd’hui l’attribution de fonds à la capacité des projets à faire du développement durable.

31Les bailleurs de fonds, comme la Banque Mondiale, assujettissent leurs financements à la bonne gouvernance, c’est-à-dire à la capacité des bénéficiaires à faire participer largement la population aux projets. Il semble que cette exigence, qui peut s’avérer difficile à mettre en œuvre dans des pays où il n’existe pas de traditions démocratiques, trouve une traduction moderne dans les pratiques du Forum. Ce dernier a sollicité les habitants directement et à travers leurs représentants (les associations, les institutions, les universités, les centres culturels, les coopératives représentants des immeubles, etc.) pour les inviter à imaginer le dessin du projet : une sorte de consultation des habitants par le dessin, inspirée d’expériences américaines (Lynch, 1971 ; Alexander, 1976). Le projet construit ainsi un véritable consensus, malgré la diversité des partenaires, de leurs intérêts et de leurs positionnements.

32Le consensus qui se dégage s’attache à la diversification de Nowa Huta avec une forte connotation écologique : activités économiques, habitat, tourisme, loisirs, etc. Il permet de contrer la tendance de certains élus qui souhaitent remplacer les habitations par des industries. L’encadrement du Forum considère que dans la dynamique de mondialisation actuelle, les nouveaux investisseurs étrangers peuvent partir à tout moment. L’aménagement écologique est alors envisagé comme une garantie de protection de la qualité du paysage, même si de nouvelles friches apparaissent, et comme un facteur d’attraction d’autres investisseurs.

Conclusion

332004 est une période charnière pour la ville de Nowa Huta. Après une courte mais riche histoire, les années 1990 avaient marqué un déclin économique doublé d’une répudiation sociale et territoriale. Le choc de la libéralisation économique et politique n’avait pu être compensé par la force de l’identité, fragilisée. La conjonction d’intervenants extérieurs (les fondations tout particulièrement) et d’une prise de conscience locale permet de rebâtir une identité collective dans la perspective de retrouver une fierté et une place dans la Cracovie du XXIe s. Pour autant, cette perspective probable est tout autant le fait des acteurs locaux (militants, entrepreneurs) que des stratégies de développement de la municipalité, sans même parler du rôle essentiel, en termes d’impulsion, de l’Union européenne. Néanmoins, cette bonne gouvernance, pour reprendre l’idée force de la Banque mondiale, est une base solide pour la construction d’un vivre ensemble dépassant les représentations passées.

Haut de page

Bibliographie

ALEXANDER C., 1976, Une expérience d’urbanisme démocratique, Paris, Le Seuil, coll. Espacements, 172 p.

BOURDIEU P., 1980, Le Sens pratique, Paris, Les Editions de Minuit, coll. Le sens commun, 474 p.

CHOAY F., 1965, Urbanisme, mythes et réalités. Une anthologie, Paris, Le Seuil, 448 p.

DEVEREUX G., 1973, Essais d’ethno-psychiatrie générale, Paris, Gallimard, 394 p.

DOMANSKI B., 1989, Public attitudes towards industry in Cracow and its region, Bochumer geographische arbeiten, heft 51, p. 77-89.

DURKHEIM E., 1973, De la Division du travail social (1e édition 1893), Paris, PUF, 416 p. 

JODELET D., (dir.), 2003, Les Représentations sociales, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Sociologie d’Aujourd’hui, 447 p.

LYNCH K., 1971, L’Image de la cité, Paris, Dunod, coll. Aspects de l’urbanisme, 222 p. 

MALEWSKA-PEYRE, H., 1993, Les troubles de la socialisation chez les jeunes issus de l'immigration, in MALEWSKA-PEYRE H. et TAP P., Marginalités et troubles de la socialisation, Paris, PUF, p. 109-129.

SOJA M., 1986, Functioning of the Lenin steel works in Cracow in the light of selected spatial links, Zeszyty naukowe Uniwersytetu Jagiellonskiego, vol. 66, p 61-92.

SOJA M., 1987, Wplyw zakladu przemyslowego na ksztaltowanie infrastruktury miasta (na przykladzie Huty im. Lenina w Krakowie) [L’impact de l’usine sur la formation des infrastructures urbaines : l’exemple de la sidérurgie Lénine à Cracovie], Zeszyty naukowe Uniwersytetu Jagiellonskiego, vol. 70, p 71-78.

SOJA M., GORKA Z, 1988, Wplyw Huty Lenina na rozwoj przestrzenny Krakowa [L’impact de l’usine Lénine sur le développement spatial de Cracovie], Folia geographica, vol. XXI, p 77-90.

STENNING A., 2000, Placing (post-) socialism, the making of Nowa Huta, Poland, European Urban and Regional Studies, vol. 7 n°2, p. 99-118.

VERPRAET G., 1994, La Socialisation urbaine. Transitions sociales et transactions culturelles dans la cité périphérique, Paris, L’Harmattan, coll. Villes et entreprises, 255 p.

Haut de page

Notes

1  La nouvelle aciérie en polonais. A propos de traduction, nous tenons à remercier notre collègue polonaise, Katarzyna Rotter de l’Université Jagellon de Cracovie, pour l’accompagnement de ce travail, sa disponibilité et son amitié.

2  C’est pourquoi bien qu’elle constitue une entité infra-urbaine (qu’on ne saurait appeler quartier, vu sa taille), on l’appellera ville dans le texte.

3  Après Gniezno (capitale du premier Royaume de Pologne du XIe s. à 1138) et avant Varsovie (capitale depuis 1526).

4  En particulier pendant la période d’opposition syndicale de Solidarnosc.

5  Propos recueillis auprès du professeur Stanislaw Juchnowicz, actuellement directeur de l’International Educational and Urban study Centre au sein de l’université de Technologie de Cracovie. Il a été l’un des architectes de la ville de Nowa Huta. L’architecte général de la ville est Tadeusz Ptaszycki.

6  Ebenezer Howard, socialiste anglais, créateur de la garden-city définit ce modèle comme un établissement propre à résoudre le problème de l’habitat humain à l’ère industrielle. Cette solution répond à une triple critique politico-sociale, hygiéniste et culturelle de la société industrielle dont les tares et les contradictions se résument dans l’antagonisme de la ville et de la campagne. La cité jardin permet en effet la combinaison saine, naturelle et équilibrée de la vie urbaine et de la vie rurale […]. CHOAY, 1965.

7  Selon les habitants, la conception des bâtiments autour d’une cour s’expliquerait par raisons de prévention contre des bombardements éventuels.

8  L’un des centres s’avère être l’un des plus importants de Pologne avec une fréquentation de 650 000 personnes/ an.

9  Ils constituaient 74% de la population de Nowa Huta.

10  4 millions de visiteurs en 2003 et capitale européenne de la culture en 2000.

11  L’évaluation du chômage s’avère difficile car les personnes ayant perdu leur emploi ou les demandeurs d’emploi n’ont pas le réflexe de se déclarer, étant donné qu’ils n’ont aucun avantage à le faire.

12  La révolte d’avril 1960 fut l’objet d’une répression sauvage, à laquelle participèrent des miliciens venus de Silésie.

13  Les cadres du Forum ont eu l’occasion de rencontrer les initiateurs d’expériences similaires à Sheffield et Rotterdam.

14  Comme Krzysztof Kwatera, un des membres les plus actifs de l’encadrement du Forum.

15  Une étudiante en biologie qui habite Nowa Huta nous a fait part d’une phrase célèbre dans la ville : “Nous avons tous le tableau de Mendéleiev dans les poumons.”

16  Propos de Tadeusz Kasprzyk, conseiller du président de la centrale électrique de Cracovie (groupe EDF) et chargé du développement économique local. Il représente son entreprise au sein du Forum ; de même pour Rafal Serafin, directeur du PEPF.

17  Propos de Tadeusz Kasprzyk.

18  En septembre 2004.

19  Selon Stanislaw Juchnowicz, architecte-urbaniste, entretien du 20 septembre 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Nowa Huta et Cracovie, deux entités distinctes
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/927/img-1.png
Fichier image/png, 201k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/927/img-2.png
Fichier image/png, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Chignier-Riboulon et Nora Semmoud, « Identités, développement local et territoires : Nowa Huta et Cracovie », Géocarrefour, Vol. 80/1 | 2005, 27-34.

Référence électronique

Franck Chignier-Riboulon et Nora Semmoud, « Identités, développement local et territoires : Nowa Huta et Cracovie », Géocarrefour [En ligne], Vol. 80/1 | 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/927 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.927

Haut de page

Auteurs

Franck Chignier-Riboulon

Maître de conférences
UFR LLSH. CERAMAC
Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand
29, Bd Gergovia, 63037 Clermont-Ferrand cedex 1
tel. 04 73 34 66 53
E.mail : Franck.CHIGNIER-RIBOULON @univ-bpclermont.fr

Nora Semmoud

Architecte-Urbaniste,
Maître de conférences
UFR LLSH. CERAMAC
Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand
Adresse personnelle :
30, rue de Lourmel
75015 Paris
tel. 06 75 74 97 80
E.mail : norasemmoud@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org