Navigation – Plan du site
Varia

Retour d'expérience sur la cartographie interactive du Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs de la Ville de Saint-Étienne

Feedback on the interactive cartography used in the ‘Information Document on Major Hazards’ produced by the city of Saint-Etienne
Elisabeth Chesneau et Adeline Clément
p. 317-331

Résumés

Afin d’informer les populations des risques qu’elles encourent sur leur lieu de vie, les communes élaborent un Document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM) dans lequel la carte constitue un média essentiel pour localiser les phénomènes, aléas, risques et pour visualiser leur répartition sur le territoire. Avec l’évolution d’une cartographie plus dynamique basée sur les technologies de l’information et de la communication, des cartes interactives sont conçues dans un DICRIM multimédia développé sur le web pour la Ville de Saint-Étienne. À travers une enquête réalisée sur dix-huit participants, cet article s’intéresse à identifier les éléments des cartes interactives qui fonctionnent et ceux qui ne fonctionnent pas en termes de perception, compréhension, mémorisation et appréciation. Ces éléments concernent les données cartographiées et leurs modes de représentation, les fonctionnalités interactives des cartes, leur mise et page au sein du DICRIM. Les résultats obtenus permettent d'énoncer des premières recommandations en vue d’une optimisation des cartes et de leur interactivité

Haut de page

Texte intégral

Apports de l'interactivité cartographique pour informer sur les risques majeurs

1Pour anticiper un risque et éviter qu’il ne se transforme en catastrophe, plusieurs stratégies complémentaires existent. La prévision des phénomènes, basée sur des modèles empiriques, déterministes ou probabilistes, permet d'obtenir une représentation précise d'un événement futur. Elle est fonction de nombreux paramètres, du type de risques mais aussi des connaissances avérées et de la volonté de la société à anticiper le risque (Dauphiné et al., 2013). Les résultats issus des modèles peuvent servir dans des actions de prévention et de réduction du risque. Certaines de ces actions agissent directement sur l'aléa. Par exemple, pour faire face aux inondations, des ouvrages de protection (barrages écrêteurs de crues, digues) sont implantés sur le territoire. D'autres actions de prévention portent sur la réduction de la vulnérabilité des personnes, des biens et de l'environnement. C'est le cas des plans de zonage tels que les Plans de Prévention des Risques (PPR) qui permettent de réglementer l'usage des sols et de limiter voire interdire les constructions dans les zones à risques. Il existe d'autres outils de la prévention parmi lesquels la formation et la sensibilisation des populations, la surveillance, l'alerte, la planification des secours et le retour d'expérience (MEDDE, 2011). Toutes ces démarches s'intègrent au sein d'outils plus globaux comme les Programmes d'actions de prévention des inondations qui visent à promouvoir une gestion intégrée du risque en combinant gestion de l'aléa et réduction de la vulnérabilité des territoires et des sociétés. À l'échelle européenne, la directive inondations d'octobre 2007 (2007/60/CE du 23 octobre 2007), transposée dans le droit français en 2010, impose aux États-membres une méthodologie pour concevoir des plans de gestion des risques d'inondation qui traitent de différents aspects relatifs à la prévention, la protection et la préparation aux situations de crise. A propos de l'information préventive, celle-ci « doit permettre au citoyen de connaître les dangers auxquels il est exposé, les dommages prévisibles, les mesures préventives qu’il peut prendre pour réduire sa vulnérabilité ainsi que les moyens de protection et de secours mis en œuvre par les pouvoirs publics. C’est une condition essentielle pour qu’il surmonte son sentiment d’insécurité et renforce sa résilience face aux risques majeurs » (MEDDE, 2008). De nombreux moyens sont mobilisables pour assurer cette information. Par exemple tout riverain peut consulter le PPR dans sa mairie et une fiche information acquéreur locataire, renseignant sur les zones à risque, lui est systématiquement fournie lors de l'achat ou la location d'un bien immobilier. Des documents réglementaires à valeur informative sont également élaborés avec le Dossier départemental sur les risques majeurs sous la responsabilité du préfet et le Document d'information communal sur les risques majeurs de l'autorité du maire. Plusieurs aspects de l'information préventive y sont décrits : la connaissance des risques naturels et technologiques sur la commune, la liste des principaux événements qui ont eu lieu, les mesures prises par la collectivité pour y faire face avec des exemples de réalisations, les mesures de sauvegarde à respecter en cas de danger ou d'alerte et le plan d'affichage des consignes de sécurité. Les enfants ne sont pas en reste dans la communication d'informations avec de nombreux supports pédagogiques qui leur sont dédiés comme ceux de l'IFFO-RME (2014). Dans une démarche plus participative, les populations ont la possibilité de concevoir leurs propres documents. C'est le cas du Plan Familial de Mise en Sûreté et du DICRIM jeune (Risques Majeurs Info, 2014).

2Avec les technologies de l'information et de la communication, la diffusion des connaissances sur les risques à travers de multiples média (photographie, texte, carte, vidéo, bande sonore) est facilitée. Pour le cas des DICRIM, le ministère chargé de l'écologie a démarré depuis 2009 la constitution d'une base de données nationale recensant l'ensemble des DICRIM existants afin de les rendre consultables par tout un chacun (portail DICRIM, 2014). Cependant, malgré ces efforts de mise à disposition des données et des documents, ceux-ci ne tirent pas encore pleinement profit des avantages issus des TIC et les DICRIM numériques sont encore le plus souvent de simples reproductions statiques de leurs aînés en format papier avec une structuration proche de celle d'un livre.

3Pour illustrer plus précisément ce constat, prenons l'exemple du média cartographique. Selon plusieurs auteurs (Cauvin et al., 2007 ; Dent, 1999 ; Robinson et al., 1995 ; Béguin et al., 1994 ; Bertin, 1967), la carte est un outil efficace et attractif pour localiser des informations selon leurs caractéristiques thématiques, spatiales, temporelles et visualiser des relations. D'après une enquête réalisée auprès des maires en 2001, près de 84% d'entre eux souhaitent d'ailleurs avoir une cartographie dans leur DICRIM (Association les Eco-Maires, 2001). Or, l’étude d’une trentaine de DICRIM sous format statique (Chesneau et al. 2010) montre que les cartes contiennent souvent trop d’informations en superposition ce qui nuit à leur lisibilité. Il peut également être difficile de se repérer dans l’espace cartographié et notamment dans son quartier parce que la seule échelle proposée est celle de la ville. De plus, la mise en page des cartes dans le document, en page entière ou à l'inverse dans un espace restreint sous forme de vignettes, ne facilite pas la bonne perception de ses liens avec d’autres média. S'ajoute à cela des manques d'explications du contenu des cartes (tel que le zonage PPR) au détriment d'une bonne interprétation. Ceci contribue à augmenter les problèmes de lisibilité et de compréhension des données sur les risques (Clément et al., 2012, p. 10-11, MEDDE 2006-07 ; Marchisio, 2005, p. 17).

4Nous pensons que de nouveaux outils plus interactifs basés sur les Systèmes d'Information Géographique et les technologies de webmapping peuvent contribuer à améliorer les cartes dans les DICRIM. En particulier, l’ajout de l’interactivité, « interaction entre un être humain et un programme informatique » (Stopper et al., 2012), apporte des avantages indéniables qui répondent aux limites de la cartographie statique. Antoni et al. (2004) soulignent que la cartographie interactive constitue un palliatif pour mieux communiquer à l’aide d’une image, en particulier grâce au zoom dynamique et à la sélection d’informations. « D’une carte très générale, on élabore une carte particulière, adaptée à un besoin particulier et évolutive en même temps que ce besoin […] Le récepteur passe d’un rôle passif de lecteur à celui d’acteur et d’utilisateur qui peut directement interagir avec le canal de communication, la carte ». A partir d’actions réalisées par l’utilisateur (clic-souris, survol, entrée de commande), il est possible d'interagir avec la carte en centrant celle-ci sur son lieu de vie ou en choisissant les informations à afficher. En outre, la carte devient plus « intelligente » (Hurni et al., 1999) avec une représentation adaptée au niveau de zoom. « Pour chaque niveau de zoom, la qualité de la carte est toujours élevée et les principes cartographiques sont respectés. Le zoom adaptatif décrit l’ajustement d’une carte, ses contenus et la symbolisation pour cibler l’échelle en conséquence d’une opération de zoom » (Stopper et al., 2012). Un autre avantage de l’interactivité est que la carte peut être enrichie de données complémentaires sans pour autant la surcharger graphiquement. Comme le souligne Kraak (2001), il est désormais facile de relier implicitement des objets de la carte avec des éléments externes à partir d’info-bulles ou de liens hypertextes. La carte devient ainsi multimédia (texte, image, son, vidéo). Selon (Cartwright et al. 1999), le multimédia est une interaction entre de multiples formes de média reconnus par un ordinateur. Il implique deux fonctionnalités : la diversification des média utilisés et l’utilisation de liaisons interactives entre eux (Caquard, 2001). Enfin, un dernier intérêt de la cartographie interactive est son caractère très attractif (Koussoulakou et al., 1992 ; DiBiase et al., 1992).

  • 1 http://www.reperesdecrues-seine.fr/carte.php
  • 2 http://www.risquesmajeurs-hautes-pyrenees.pref.gouv.fr/
  • 3 http://memoiredescatastrophes.org

5De nombreuses applications cartographiques interactives sur le web de type Géoportail ou Google Maps sont développées aujourd'hui mais elles concernent encore peu le domaine de l'information sur les risques majeurs. À l’échelle régionale, la Direction Régionale de l'Environnement d'Ile-de-France a mis en place un portail cartographique interactif relatif aux repères de crues qui permet à l’utilisateur de naviguer dans la carte, de changer de fond de plan et d’afficher des informations textuelles ou photographiques associées à un repère de crue1. À l'échelle départementale, le Conseil général des Hautes-Pyrénées a développé une interface cartographique pour montrer la répartition des risques présents dans les communes du département. En sélectionnant une commune, des informations détaillées sur les risques sont affichées2. Au-delà de l’interactivité, la carte peut prendre une dimension collaborative. C’est le cas du site Internet de l'Institut pour l’histoire et la mémoire des catastrophes qui permet à un internaute non seulement de s'informer sur des événements à partir d'une carte interactive et de fiches mais aussi d'ajouter ses propres données3. Comme le souligne le Ministère chargé de l'écologie, ce site « unique en son genre en Europe, participe au développement des connaissances en lien avec les catastrophes survenues sur le territoire français. Son objectif est de contribuer à une mémoire et à une culture du risque à travers la constitution d’une banque de témoignages, afin de favoriser la résilience des générations actuelles et futures » (MEDDE-1, 2013).

  • 4 Ce projet a été financé par la Ville de Saint-Étienne, la région Rhône-Alpes et la Direction Région (...)

6En 2011, la Direction de la police et de la sécurité civile municipale (DPSCM) de la ville de Saint-Étienne, en lien avec l'Institut des risques majeurs (IRMa) de Grenoble et le laboratoire ISTHME de l'université Jean Monnet de Saint-Étienne, a développé un DICRIM multimédia sur le web composé de deux applications cartographiques interactives4. Ce document est en ligne sur le site Internet de la Ville depuis mai 2012 (Ville de Saint-Étienne, 2012). Un guide de recommandations a été rédigé pour toute collectivité souhaitant réaliser le même travail (Clément et al., 2012).

7Les valeurs ajoutées identifiées avec la cartographie interactive apparaissent comme des nouvelles solutions pour représenter la complexité du monde qui nous entoure. Toutefois à l’heure actuelle, il n'est pas affirmé que celles-ci sont effectivement plus efficaces que les solutions statiques (Antoni et al., 2004) et un besoin croissant émerge dans l'évaluation de l’impact de ces nouvelles formes cartographiques sur leurs utilisateurs (Fuhrmann et al., 2005 ; Koua et al., 2006 ; Nivala et al., 2008).

  • 5 Le projet CEMORAL (2011-2013) est financé par l'Etablissement public Loire et le fonds européen FED (...)

8Avec le projet CEMORAL5, une enquête exploratoire est réalisée pour identifier les éléments des cartes interactives qui fonctionnent et faire des recommandations ainsi que ceux qui ne fonctionnent pas et proposer des solutions alternatives. L'objectif est d'étudier comment les utilisateurs prennent en main les cartes et de repérer ce qui est compris, mémorisé, apprécié et ce qui ne l'est pas. Il s'agit également d'obtenir des suggestions d'améliorations des cartographies. À plus long terme, il serait envisageable d'utiliser ce travail pour choisir des éléments spécifiques des cartes interactives à analyser en priorité.

9Après une présentation des cartes interactives développées dans le DICRIM multimédia de la Ville de Saint-Étienne, nous décrivons la méthodologie choisie pour l’enquête, ses principaux résultats et concluons avec des perspectives de travail.

Les cartes interactives du DICRIM de la Ville de Saint-Étienne

10Deux applications cartographiques composent le DICRIM multimédia de la Ville de Saint-Étienne, l'une sur le risque d'inondation potentiel actuel, l'autre sur des événements passés réels qui ont eu lieu sur le territoire communal de 1587 à nos jours. Leur conception émane d'un travail mené en collaboration entre plusieurs acteurs : la DPSCM de la ville en tant que maître d'ouvrage, la Direction des Systèmes d'Information comme expert en technologies SIG-webmapping et développeur des applications, la Direction de la communication en tant qu'administrateur pour intégrer le DICRIM sur le site Internet de la ville, la Direction urbanisme pour évaluer la cohérence des informations diffusées en rapport avec la réglementation, le laboratoire ISTHME de l'université Jean Monnet de Saint-Étienne en tant qu'expert en cartographie et l'IRMa comme référent sur les aspects relatifs aux risques. Après une présentation des données représentées dans les cartes, il est décrit les fonctionnalités interactives qui les accompagnent ainsi que leur mise en page au sein de l'environnement web.

Risque d'inondation et événements passés affichés sur les cartes

11Dans l’application sur le risque d’inondation, la zone inondable passant dans la ville est représentée selon différentes formes (2D, 3D, photographie) pour faciliter la bonne compréhension de ce type d'informations issu d'experts auprès du grand public. La carte montre donc le périmètre de la zone inondable correspondant à la crue centennale du Furan telle que définie dans le Plan de prévention des risques du bassin du Furan (Conseil général de la Loire, 2005) et d’autres types de visualisations de la zone inondable dans des secteurs stratégiques de la ville : des vues panoramiques 3D représentant l'extension de la zone inondable et des photomontages pour comparer un lieu avec ou sans les hauteurs d'eau atteintes en cas de crue centennale. La carte localise également les lieux concernés par des actions de prévention (construction d’aménagements écrêteurs de crues, campagnes de sensibilisation au risque d’inondation). Pour chaque action, des documents explicatifs (texte, photographie, plan, vidéo), regroupés au sein d'une base de données, sont consultables depuis la carte à travers des hyperliens .L’application sur les événements passés permet de capitaliser de nombreux documents d’archives (texte, gravure, iconographie, plan, photographie, vidéo, bande sonore) qui les illustrent. L'avantage de cette proposition est qu'elle fournit des informations descriptives sur des événements de manière ludique en utilisant différents types de média. De plus, la consultation des documents est adaptée aux besoins du lecteur, celui-ci pouvant cibler sa recherche sur un lieu ou un type d'événement particulier. Comme pour les actions de prévention, les documents sur les événements sont regroupés dans une base de données et ils sont consultables à travers des hyperliens associés à des points sur la carte, ceux-ci étant positionnés en fonction des lieux mentionnés ou visualisés dans les documents (par exemple, on localise une photographie selon l’endroit d’où elle a été prise).

12Des fonds de plan complètent les cartes pour faciliter le repérage dans l’espace : un plan ville qui schématise les principaux éléments structurants du territoire (axes de transport, bâtiments, espaces verts), un plan cadastral, plus détaillé que le plan ville, et une photographie aérienne.

13Concernant la représentation cartographique, nous optons pour des solutions respectueuses des règles de sémiologie graphique (Robinson et al., 1995 ; Bertin, 1967) et privilégions des figurés qui soient à la fois évocateurs des informations représentées, intuitifs et attractifs pour un public novice dans les domaines des risques et de la cartographie. La figure 1 présente les figurés cartographiques choisis pour les informations relatives au risque d’inondation et aux événements passés.

Figure 1. Figurés cartographiques pour les informations thématiques

Figure 1. Figurés cartographiques pour les informations thématiques

14Le violet est utilisé pour les figurés ponctuels parce qu'il correspond à la couleur officielle de l’information préventive. Les pictogrammes représentant les événements selon leur type (inondation, mouvement de terrain) proviennent du Ministère chargé de l’écologie (MEDDE-2, 2013). Concernant les actions de prévention, le bouclier représente un ouvrage de mitigation (bassin d'orage, barrage à sec, consolidation d'un pont) sans oublier que les ouvrages de protection présentent eux-mêmes des risques de rupture. Des signes issus du domaine touristique sont utilisés comme le i pour les actions d'informations et le point de vue pour les panoramas en 3D. L'appareil photographique représente un photomontage afin de souligner qu'il s'agit d'un support photographique.

Fonctionnalités et outils interactifs accompagnant les cartes

15Cron (2006), en s'inspirant des travaux d'Ormeling (1997), de Bär et al. (1997) et d'Hurni (2005) propose de catégoriser les fonctions utilisées dans des atlas interactifs selon différentes catégories explicitées sur la figure 2 (celles implémentées dans les applications cartographiques du DICRIM multimédia de la ville de Saint-Étienne sont affichées en gras).

Figure 2. Fonctions interactives (Cron 2006)

Figure 2. Fonctions interactives (Cron 2006)

16Parmi les fonctions générales, en plus de l'impression, du retour en arrière et de la page d'accueil du DICRIM, l'info-bulle est choisie pour la consultation de documents depuis la carte. En cliquant sur un figuré représentant un événement, un moyen de prévention, un rendu 3D ou un photomontage, un texte descriptif s'affiche dans une info-bulle à partir de laquelle il est possible de consulter des documents qui l'illustrent (fonction SIG). Dans ces cartographies, une navigation spatiale incluant la recherche spatiale, le zoom adaptatif et le déplacement dans la carte est choisie. Les fonctions cartographiques et de visualisation correspondent au cochage/décochage d'informations thématiques (zone inondable, moyen de prévention, rendu 3D, photomontage, type d'événement) ainsi qu'au choix du fond de plan parmi trois possibles (plan ville, plan cadastral, photographie aérienne pour lesquels le niveau d'opacité peut être modifié). Concernant les fonctions SIG, en plus de l'accès aux données thématiques vu plus haut, il y a la requête spatiale avec la localisation d'un lieu en fonction de son adresse et, pour l'application sur les événements passés, la requête thématique avec la recherche d'événements selon leur type ou leur date. Les fonctions explicatives se résument à un titre accompagné d'un texte.

17L'utilisation de ces fonctionnalités dans l'interface graphique nécessite l'implémentation d'outils que la figure 3 expose.

Figure 3. Position des outils interactifs autour de la carte

Figure 3. Position des outils interactifs autour de la carte

18Des icônes et un texte cliquables permettent d'accéder aux fonctionnalités d'impression, de retour en arrière et d'ouverture de la page d'accueil du DICRIM. Concernant l'info-bulle, elle s'affiche grâce à une action-clic sur un figuré de la carte et des hyperliens permettent d'ouvrir les documents multimédia associés. La navigation spatiale s'effectue à partir d'icônes cliquables, d'une barre modulable et d'actions sur la souris réalisées dans la carte. Des cases à cocher et des boutons alternatifs permettent de sélectionner les données à visualiser sur la carte et une barre modulable sert à gérer la transparence des fonds de plan. Des boutons cliquables sont choisis pour réaliser des requêtes ainsi que pour l'affichage d'une vue Street-view. Enfin, un texte inscrit directement dans la page web fournit les explications.

19La figure 4 présente les deux applications cartographiques du DICRIM multimédia de la Ville de Saint-Étienne, celle sur le risque d'inondation en 4a et celle sur les événements passés en 4b, au sein de leur page web. Celles-ci sont intégrées à l'intérieur d'une rubrique propre au DICRIM dans le site Internet de la Ville. Elles s'affichent à partir de pages de contenu texte comme la page d'accueil ou des pages plus spécifiques. Chaque carte occupe tout l'espace disponible de la page web et est accompagnée des outils interactifs de l'interface graphique.

Figure 4. Cartes interactives du DICRIM sur le risque d'inondation (a) et sur les événements passés (b)

Figure 4. Cartes interactives du DICRIM sur le risque d'inondation (a) et sur les événements passés (b)

Proposition d'enquête pour l'étude des perceptions, compréhensions, mémorisations et appréciations des cartes

20Les enquêtes traditionnellement menées en cartographie consistent en une comparaison de cartes peu différentes (combinaisons de couleurs à tester) pour effectuer un ensemble restreint de tâches (extraction d'une valeur ou comparaison de région). Or ces démarches ne suffisent plus avec le développement de cartes basées sur les TIC (Koua et al., 2004). Les cartographes s'appuient alors sur d'autres méthodes issues de plusieurs disciplines comme l'ingénierie d'utilisabilité ou les sciences cognitives. L'ingénierie d'utilisabilité correspond à un « ensemble de techniques et de concepts pour évaluer la facilité d'utilisation d'un produit, basée sur des évaluations systématiques, la vérification du produit et des méthodes d'enquête » (Good et al., 1986 ; Nielsen, 1993) et elle permet d'évaluer la facilité d'utilisation des cartes en termes d'efficacité (tâche réalisée avec succès ou non), d'efficience (rapidité d'exécution de la tâche) et de satisfaction (préférences des utilisateurs dans la manipulation de l'outil). Plusieurs études menées en cartographie se focalisent sur ces méthodes comme celles de MacEachren et al., 1998, d'Andrienko et al., 2002, de Skarlatidou et al., 2006. D'autres cartographes se réfèrent à des méthodes issues des sciences cognitives qui, dans un contexte cartographique, « cherchent à comprendre comment nous créons et utilisons des représentations mentales de l'environnement obtenues à travers des cartes » (Slocum et al. 2001). Elles peuvent être utilisées seules ou en complémentarité avec des techniques d'ingénierie d'utilisabilité, comme le proposent Fabrikant et al. (2008) et Coltekin et al. (2009) en analysant les mouvements oculaires pour enrichir les résultats. Quoi qu'il en soit, dans ces démarches, il faut fixer en amont de l'enquête des tâches précises à faire réaliser par les utilisateurs afin d'obtenir des résultats facilement exploitables et significatifs. Or ceci apparaît ardu dans un contexte de géovisualisation puisque le public et les utilisations des applications sont variés. Pour aller dans ce sens, Slocum et al. (2001) soulignent l'importance de développer une méthodologie pertinente pour examiner l'efficacité des méthodes de géovisualisation.

21Dans cette étude, étant dans une approche de découverte, aucune tâche précise n'est à faire réaliser aux participants. Ainsi, une démarche exploratoire, appelée également pré-enquête qualitative, est choisie afin de « délimiter le champ de la recherche, d'identifier son terrain ou sa population, d'affiner ses hypothèses, de définir le contenu des notions, de choisir sa population d'enquête » (Petit, 2006). L'enquête a pour objectif de déterminer des tendances portant sur la façon dont les utilisateurs naviguent dans les applications et sur leurs niveaux de compréhension, de mémorisation et d'appréciation des informations représentées. Dans une perspective à plus long terme, il s'agit d'identifier des éléments de la cartographie interactive à analyser de manière précise et indépendante en utilisant des méthodes complémentaires de l'ingénierie d'utilisabilité et des sciences cognitives qui sont expérimentées dans le domaine de la recherche en cartographie interactive aujourd'hui (Coltekin et al., 2009 ; Nivala, 2008).

22Avant d'aller plus loin dans l'explication de la méthodologie, il convient de définir plusieurs termes utilisés dans la suite de l'article. La navigation se rapporte à la façon dont les utilisateurs se servent des applications : manière dont ils naviguent dans les cartes, informations recherchées, commandes les plus souvent utilisées. La compréhension se définit comme l'interprétation qu'a l'utilisateur des données représentées sur la carte, qui doit s'approcher au mieux de leur signification réelle. La mémorisation correspond à l'action de se rappeler ce qui compose les cartes une fois celles-ci visionnées. L'appréciation permet de juger de la valeur des cartes, tant dans leur contenu que dans leur graphisme et esthétisme.

Thèmes de la cartographie interactive à étudier et méthodes de collecte

23La démarche choisie étant exploratoire, les cartes interactives sont évaluées sans fixer d'hypothèses au départ. Toutefois, afin de faciliter l'analyse des résultats, il est défini en amont de l'enquête des thèmes pour lesquels des données devront être collectées. En se basant sur les conseils d'Arleth (1999), ces thèmes se répartissent dans deux groupes thématiques. Le premier groupe traite de l'intérieur de la carte : informations cartographiées, figurés cartographiques, documents multimédia. Le deuxième groupe concerne l'extérieur de la carte : fonctions et outils pour interagir avec la carte, habillage et mise en page des cartes et des outils interactifs, accès aux cartes depuis les autres pages du DICRIM.

24Une fois ces thèmes fixés, il s'agit de collecter des données qui les caractérisent à travers une étude de ce qui est consulté, compris, mémorisé, apprécié ou pas dans les applications cartographiques. Pour ce faire, plusieurs méthodes complémentaires issues des sciences humaines et sociales sont utilisées : l'observation, l'entretien, le questionnaire et la construction d'une carte mentale.

25Avec l'observation, la navigation dans les cartes interactives et leurs niveaux de compréhension et d'appréciation sont analysés. Pendant que le participant visualise librement les cartes, il doit mentionner oralement les actions qu'il veut ou est en train de réaliser, ainsi que ses avis sur ce qu'il manipule. Ses paroles et gestes sont enregistrés sous formats audio et vidéo. Dans le même temps, l'animateur prend des notes sur ce qui lui semble important, à la fois dans ce que dit le participant et dans ce qu'il repère de son propre chef.

26Avec l'entretien semi-directif, des données sur les niveaux de compréhension et d'appréciation des cartes sont obtenues. Ceci permet d'avoir une discussion avec le participant, orientée en fonction des types d'informations que l'animateur cherche à obtenir. Celui-ci a une grille de questions sous les yeux et il guide l'entretien de telle sorte que toutes les questions à aborder soient traitées. Tout est enregistré sous format audio afin de conserver une trace exacte de ce qui est dit.

27Avec le questionnaire, deux finalités sont poursuivies. Tout d'abord il s'agit d'obtenir des notes d'appréciation sur les cartes. Ces notes, allant de 0 (mauvais) à 5 (parfait), portent sur différents critères : pour chaque carte, compréhension et intérêt de ce qui est présenté, facilité de repérage, lisibilité, esthétisme. Le questionnaire est également utilisé pour mesurer ce que le participant a compris et mémorisé comme informations après avoir visionné les cartes.

28Toujours pour évaluer la mémorisation, le participant construit une carte mentale : sur un fond de carte des quartiers de la ville, il a à indiquer les informations qu'il a retenues suite à la phase d'observation. « La carte mentale est une technique graphique reflétant une réalité subjective de l’espace, c’est-à-dire la façon dont un individu se représente une portion d’espace. Cet outil permet de recueillir les représentations spatiales que les individus se font de leur environnement » (Gueben-Venière, 2011). En géographie, ces cartes mentales constituent un outil d'analyse particulièrement intéressant. Une façon de traiter les résultats graphiques obtenus consiste à compiler les cartes mentales obtenues. Pour ce faire, les cartes mentales sont numérisées dans un SIG. Une grille de résolution adéquate est ensuite appliquée à la superposition des dessins, révélant l'occurrence des informations citées. Une carte mentale moyenne des représentations est ainsi élaborée (Gueben-Venière, 2011 ; Bonnet, 2004).

29La figure 5 présente les méthodes de collecte utilisées pour l'enquête ainsi que leurs objectifs sous la forme d'une grille d'animation. Cette grille précise les étapes du test, leur ordre et leur durée.

Figure 5. Grille d'animation du test

Figure 5. Grille d'animation du test

30L'étape 1 concerne l'accueil du participant. Des questions générales sur sa connaissance des risques à Saint-Étienne sont posées.

31L'étape 2 porte sur le DICRIM papier de la ville de Saint-Étienne. Même si cette étape ne constitue pas le cœur de l'enquête, elle permet de recueillir des avis sur le support du document et sur les cartes qui le constituent.

32Les étapes 3 à 5 sont dédiées aux applications cartographiques interactives. Nous intéressant au risque d'inondation, le participant est invité à se concentrer sur ce type d'événement.

33En étape 3, le participant navigue dans le document interactif et les cartes. La page d'accueil du DICRIM est affichée au départ afin de voir si le participant se dirige facilement et rapidement vers les cartes. Le participant décrit oralement ses actions, les problèmes rencontrés, les éléments qu'il juge intéressants.

34Avec l'étape 4, l'objectif est de déterminer ce que le participant a mémorisé, tant au niveau des données affichées que de leurs figurés : par exemple la zone inondable est représentée en quelle couleur et quelle est sa signification ? Pour y répondre, le participant a un questionnaire à remplir. Ensuite, il doit construire une carte mentale.

35L'étape 5 correspond à un entretien entre le participant et l'animateur. Il a pour objectif de recueillir ses avis sur les cartes et leur environnement interactif : ce qu'il a cherché à voir et à comprendre, sa façon de se repérer, son avis sur les figurés cartographiques et les documents multimédia, sur les fonctions de navigation et de consultation, sur les outils interactifs et leur emplacement dans la page. Il mentionne également des propositions d'améliorations des cartes. Suite à cet entretien, l'animateur montre des cartes alternatives à celles visionnées, à la fois dans les données affichées et leur représentation cartographique. Le participant note et compare ces cartes avec ce qui est proposé dans le DICRIM en ligne.

36Pour terminer (étape 6), le participant remplit une fiche d'identité.

37La figure 6 montre le contenu du questionnaire et une grille de questions pour l'entretien sur les cartes interactives.

Figure 6. Questionnaire et questions pour l'entretien sur les cartes interactives

Figure 6. Questionnaire et questions pour l'entretien sur les cartes interactives

Choix des participants et des conditions de déroulement du test

38L'approche qualitative se caractérise par un nombre réduit d'enquêtés avec lesquels il est possible de réaliser des études approfondies (Petit, 2006). Dans un premier temps, un test-pilote effectué sur deux personnes permet de relever les parties du protocole à améliorer. Une fois celui-ci validé, nous interrogeons dix-huit participants qui se répartissent en quatre groupes de taille équivalente (4 à 5 personnes par groupe) selon leur niveau de connaissances sur la thématique des risques et la cartographie.

39Le premier groupe se compose de personnes non spécialistes des risques et de la cartographie, habitant la ville de Saint-Étienne depuis plus ou moins longtemps ou l'ayant déjà visité. Il s'agit du grand public pour qui le DICRIM est créé en priorité. L'objectif est d'obtenir des données sur leur façon de prendre en main les applications et ce qui les intéresse, ainsi que sur ce qui leur pose problème ou ce qui leur paraît inintéressant. Cette population devrait se focaliser sur des éléments personnels tels que leurs lieux de vie, les endroits et itinéraires sécurisés en cas d'événement dangereux, les hauteurs d'eau atteintes en ville afin d'évaluer l'impact éventuel d'une inondation. Celle-ci ne possédant pas de connaissances en cartographie a besoin de repères connus donc personnels pour se situer dans l'espace.

40Le deuxième groupe est constitué de gestionnaires en risque qui travaillent en collectivité territoriale et dont le terrain d'étude englobe la ville de Saint-Étienne. Ce groupe connaît la ville grâce à son métier mais aussi parce que c'est son lieu de vie et de travail. Les gestionnaires en risque devraient avoir des attentes doubles : d'une part, concernés personnellement par les risques, ils vont chercher à connaître leurs impacts sur des éléments personnels ; d'autre part, ils seront à la recherche d'informations plus générales utiles à la prévention (délai d'arrivée de l'eau, hauteur d'eau, mesures préventives). Ce deuxième groupe peut éclairer sur le niveau de transparence à avoir en matière de communication sur les risques majeurs.

41Le troisième groupe rassemble des spécialistes en risques et de leur volet historique, avec une connaissance spécifique sur ce qui se passe à Saint-Étienne. Experts techniques en risque, ils ont des connaissances poussées sur l'aléa, les vulnérabilités, la prévention des risques. Ils pourront aiguiller sur les types d'informations à transmettre au grand public et sur la façon de les présenter pour les rendre faciles à comprendre.

42Le quatrième groupe regroupe des experts en cartographie. Il s'agit de spécialistes qui peuvent apporter leurs avis non seulement en matière de sémiologie graphique mais aussi dans les fonctionnalités interactives associées aux cartes.

43La différenciation des sujets selon ces quatre catégories n'a pas pour objectif d'étudier leurs différences de comportements ou de réponses lors de l'enquête, leur nombre étant insuffisant pour en déduire des conclusions exploitables. Étant dans une démarche exploratoire, l'idée de questionner des gestionnaires en risque, des spécialistes des risques et des cartographes en plus d'un public novice est de recueillir des conseils d'experts en vue d'améliorer les cartographies, tant dans leur contenu thématique que dans leur représentation cartographique.

44Chaque participant fait l'objet d'un test individuel avec un animateur qui suit les étapes présentées dans la grille d'animation de la figure 5.

Premières pistes d'améliorations des cartes interactives dans le DICRIM

45Suite à la réalisation des tests, les données collectées sont réparties dans les thèmes (cf. ci-dessus). Au fil de l'analyse, plusieurs documents sont générés pour obtenir un document final mettant en lumière des idées-phares.

46Les résultats décrits ici concernent des aspects pour lesquels une majorité d'observations et d'opinions provenant des enquêtés convergent. Ils sont de ce fait importants à prendre en compte pour proposer des améliorations et repérer des éléments de la cartographie interactive à étudier de manière plus précise lors d'une prochaine enquête. Ce qui suit présente des premières recommandations pour la création de cartes interactives dans un DICRIM qui portent sur la compréhension des objectifs et du contenu des cartes, leur lisibilité, leur fonction de repérage et leur mise en page au sein de l'environnement web. La dernière partie traite du cas particulier des cartes mentales.

Des explications claires et présentées avec différents média

47Plusieurs éléments contribuent à l'amélioration de la compréhension des cartes : l'utilisation de plusieurs média pour présenter une information issue d'experts, l'ajout d'éléments explicatifs et la création d'un habillage complet aux cartes (titre, légende).

48L'affichage de la zone inondable sous la forme de rendus 3D et de photomontages en plus d'une cartographie classique en 2D est appréciée des participants. Ces supports sont jugés parlants et intéressants car ils apportent une information supplémentaire.

49Un autre facteur de compréhension réside dans la description claire et simple pour un public novice des données affichées sur les cartes, en particulier celles issues d'un domaine particulier comme les risques. Selon les participants, la zone inondable n'est pas suffisamment expliquée et il conviendrait de préciser ce qu'elle signifie et comment elle a été définie. Ils souhaitent aussi connaître les hauteurs d'eau atteintes dans les secteurs concernés. Concernant l'application sur les événements passés, les participants comprennent difficilement que les points correspondent à des documents relatifs aux événements et ils se demandent pourquoi un événement qui concerne toute la ville est représenté par un ou plusieurs points dans la carte. En effet, quand plusieurs points sont associés au même événement, il apparaît surreprésenté au regard d'un événement moins documenté, ce qui ne correspond pas forcément à la réalité.

50La création d'un habillage complet et visible des cartes est nécessaire, comme c'est le cas pour toute carte, qu'elle soit statique, animée ou interactive. Or, dans les applications cartographiques évaluées, la légende, qui correspond aux menus déroulants qui servent à sélectionner des informations, n'est pas vue et est recherchée. Il faudrait plutôt créer une légende pérenne située à côté ou en dessous de la carte ou encore l'afficher dans un pop-up que l'utilisateur peut fermer. Dans cette légende, il serait intéressant d'avoir un message d'indication au survol d'un outil ou d'un figuré pour préciser sa signification ou son utilité. Afin de compléter les éléments explicatifs associés à la carte, Il convient de l'accompagner d'un titre explicite qui mentionne ce qui est effectivement affiché. Une orientation et une échelle graphique sont aussi utiles.

51Enfin, un participant suggère d'élaborer un guide d'utilisation pour expliquer au lecteur le contenu et le principe de navigation de chaque application cartographique.

La création d'une hiérarchie visuelle de lecture et d'une densité graphique correctes

52La lisibilité, comparable à l’audibilité d'un discours (Bertin, 1967), doit permettre de créer des cartes simples et claires. Deux principes sont à respecter : ne pas surcharger la carte en informations superposées et créer un ordre visuel de lecture de telle sorte que les informations les plus significatives apparaissent en premier.

53Un premier facteur de lisibilité concerne l'affichage des données recherchées au démarrage de l'application. En effet, alors que les participants mentionnent que la zone inondable constitue l'information la plus significative, seulement 55% d'entre eux la visualisent, celle-ci n'étant pas affichée dès le démarrage de l'application. A l'inverse, les moyens de prévention, jugés secondaires, sont tout de suite repérés parce qu'ils sont montrés dès le départ.

54Un deuxième facteur de lisibilité porte sur les choix des figurés cartographiques. Dans l'application sur les événements passés, les participants sont tout particulièrement intéressés par les plus récents. Or, il est difficile de hiérarchiser les informations les unes par rapport aux autres car leurs figurés sont trop semblables, pas assez intuitifs, trop compliqués à lire et à comprendre. Pour y remédier, de nouveaux figurés doivent être proposés. Il serait aussi pertinent de présenter les logos dans la page de texte avant de visionner la carte.

55Afin de renforcer la création d'une hiérarchie visuelle de lecture de la carte, l'ajout d'options interactives sur les informations les plus significatives est à utiliser, comme ceci est proposé pour les rendus 3D et les photomontages.

56Un autre facteur de lisibilité repose sur la densité graphique, quantité optimale de taches dans la carte (Bertin, 1967). Les participants trouvent que la carte des événements passés est trop dense au démarrage de l'application puisque toutes les données sont montrées à l'échelle des environs de la ville. L'affichage de la carte à l'échelle de la ville avec une quantité minimale d'informations centrées sur ce qui est important à montrer à l'utilisateur est à choisir. Par exemple, n'afficher que les événements les plus récents ou les inondations est une possibilité. Un autre aspect mentionné par les participants est que les documents multimédia associés aux événements, même s'ils sont jugés intéressants car apportant une information supplémentaire, sont trop nombreux et certains ne semblent pas pertinents (trop techniques, dont la source est peu fiable). De plus, ils sont parfois peu lisibles ou trop longs pour donner envie d'être lus. Il faudrait ne présenter que les documents les plus pertinents de par la valeur de l'information communiquée, sa source, la qualité graphique et esthétique du document.

Des outils interactifs et des fonds de plan facilitant le repérage spatio-temporel et thématique

57Le repérage dans les cartes, spatial, temporel et thématique, est nécessaire pour faciliter la navigation et la sélection d'informations en fonction des besoins de l'utilisateur.

58Concernant le repérage spatial, les participants utilisent les outils de zoom et de déplacement qu'ils trouvent simples à utiliser. Cependant, il est facile de se perdre dans l'espace quand la carte est trop « dézoomée » ou l'endroit affiché trop éloigné de Saint-Étienne. Certes, il existe un outil de requête à l'adresse mais il est jugé trop précis puisque quand le participant ne connaît pas les rues, il ne peut pas l'utiliser. Il faudrait contraindre l'échelle de zoom minimale à la visualisation de la ville et de ses environs et permettre de recentrer automatiquement la carte sur la ville.

59Le repérage spatial s'appuie également sur les fonds de plan. Parmi ceux proposés, le plan ville est le plus consulté, celui-ci s'affichant au démarrage des applications. En outre, il est le plus apprécié puisque lisible à toutes les échelles tout en restant discret afin de mettre en valeur les informations superposées. Les participants suggèrent tout de même d'améliorer la visibilité de points de repère connus des Stéphanois, comme le centre-ville, les axes structurants, les bâtiments stratégiques. Même si le plan ville est le plus utilisé, les participants trouvent qu'il est important d'avoir le choix entre plusieurs fonds de plan. En effet, cela permet de visualiser le territoire selon différentes formes et chacun peut choisir le fond de plan qui lui convient le mieux. De plus, à travers cette action, l'utilisateur a la possibilité d'agir sur la carte, ce qu'il ne pouvait pas faire avec la cartographie statique. Toutefois, certains fonds de plan sont plus ou moins intéressants en fonction de l'échelle de la carte. Ainsi la photographie, qui permet de se transposer et d'avoir un effet immédiat, est surtout adaptée à l'échelle d'un quartier tandis qu'un fond montrant le relief servira à expliquer le risque à une échelle plus vaste que la ville.

60Le repérage temporel est judicieux quand les données s'ordonnent selon un ordre chronologique comme dans la cartographie des événements passés. Plusieurs solutions sont émises comme mettre en valeur les dates, distinguer des périodes avec un code couleur ou avoir une frise chronologique.

61Enfin, le repérage thématique est indispensable pour que l'utilisateur puisse sélectionner des informations cartographiées en fonction de ses besoins, en particulier si celles-ci sont nombreuses et variées. Dans l'application sur les événements passés, un requêteur par type et date d'événement est disponible. Il faudrait également proposer un filtre des événements selon d'autres critères comme la période temporelle, le type de document ou le secteur géographique.

Une mise en page et un accès aux cartes intuitifs et couramment utilisés

62La mise en page des cartes et leur accès depuis le reste du DICRIM doit être classique, en suivant des modèles existants, et homogène en adoptant la même charte pour l'ensemble des cartes.

63Dans les applications développées, le fait de pouvoir sélectionner des informations à travers des menus déroulants est intéressant. Mais ceux proposés ne sont pas assez visibles puisqu'il faut survoler un bandeau situé au-dessus de la carte pour qu'ils apparaissent. Or, ce bandeau fait plus office d'élément décoratif que d'outil de manipulation cartographique. Ces menus devraient être plus classiques en reprenant des modèles comme celui du Géoportail, les participants ayant une grande probabilité de les connaître et donc d'y être familiers.

64Concernant l'accès aux cartes depuis le reste du document, il est à améliorer puisque les liens sont nombreux et prennent des formes différentes (texte ou carte-miniature situé en page centrale ou dans un menu annexe). Il faudrait avoir des chemins similaires pour accéder aux deux cartographies et un seul point d'entrée pour ouvrir chacune d'entre elles. Un autre aspect négatif mis en évidence est qu'une fois une carte affichée, il est uniquement possible de revenir à la page d'accueil du DICRIM. Il conviendrait d'afficher à côté des cartes un menu qui permette de revenir à n'importe quelle page du DICRIM.

Les cartes mentales pour mieux comprendre les informations mémorisées

65L'analyse des cartes mentales, utiles pour relever quelles informations cartographiées sont retenues, a pour objectif d'identifier des premiers éléments explicatifs. Pour ce faire, nous créons des cartes spécifiques selon la démarche proposée par Bonnet (2004). Pour la zone inondable, après une intégration dans un SIG des secteurs dessinés par les participants, une grille de résolution de 150 mètres est appliquée et pour chaque pixel de la grille, le nombre de cartes en superposition est calculé. Les autres informations recueillies étant en implantation ponctuelle (rendus 3D, photomontages, actions de prévention, événements passés), elles sont affichées directement dans la carte finale sans effectuer de traitements au préalable.

66Les figures suivantes présentent les résultats obtenus : carte de la zone inondable et des autres types de visualisations en figure 7, carte des moyens de prévention en figure 8, carte sur les événements passés en figure 9. Concernant la zone inondable, cinq classes représentent le pourcentage des cartes mentales en superposition par pixel de la grille selon la méthode des quantiles (une classe représente environ 25% des cartes ou enquêtés). S'ajoute à la carte la zone inondable issue du PPR (contour orange). A propos des signes ponctuels, un point correspond à la réponse d'un enquêté. Ces points mémorisés sont à comparer avec les cartes de la figure 4 qui présente ce qui est effectivement affiché dans les applications à l'échelle de la ville (4a pour les autres types de visualisation et les moyens de prévention, 4b pour les événements passés).

Figure 7. Zone inondable mémorisée et réelle. Autres types de visualisations mémorisés

Figure 7. Zone inondable mémorisée et réelle. Autres types de visualisations mémorisés

Figure 8. Moyens de prévention mémorisés

Figure 8. Moyens de prévention mémorisés

Figure 9. Évènements passés mémorisés

Figure 9. Évènements passés mémorisés

67Plusieurs raisons expliquent pourquoi une information est consultée puis mémorisée : ses caractéristiques graphiques et interactives, sa position dans la carte et par rapport aux autres informations, sa valeur au regard de l'objectif de la carte et de l'intérêt de l'utilisateur.

68La figure 7 montre que la zone inondable est correctement mémorisée, en particulier au niveau de la grand-rue. Sa haute valeur significative, son ampleur spatiale et sa position centrale dans la page renforcent l'attention visuelle et par là même sa mémorisation. Toutefois, il convient de rappeler que la moitié seulement des participants ont visualisé la zone inondable sur la carte, celle-ci n'étant pas affichée au départ. Son rappel peut donc aussi s'expliquer par la lecture du DICRIM papier au début de l'enquête ou par des connaissances antérieures du participant.

69Les rendus 3D, les photomontages (fig. 7), les moyens de prévention (fig. 8) et les événements passés (fig. 9) mémorisés se situent principalement dans les quartiers du centre-ville et de Valbenoîte, ceux-ci étant situés le long de l'axe Nord-Sud. Colonne vertébrale du territoire stéphanois que la zone inondable longe, ce secteur concentre des lieux stratégiques de la ville très fréquentés (mairie, places centrales, commerces, trajet du tram). De manière plus générale, le choix de figurés évocateurs et cliquables pour représenter ces informations renforce leur visibilité, leur attractivité et leur repérage. Le fait de mieux se rappeler de ceux situés en centre-ville et à Valbenoîte peut s'expliquer par leur forte densité graphique par rapport au reste de la carte. En outre, les éléments jugés marquants par les participants sont mémorisés plus facilement comme les actions de sensibilisation avec le i ou les rendus 3D et les photomontages qui incitent au rappel avec leur caractère impressionnant. Le côté exceptionnel d'un élément entre aussi en jeu dans sa mémorisation, comme l'événement rupture de barrage situé à Valbenoîte (point rose en figure 9). Ensuite, c'est l'intérêt que porte chaque participant aux données représentées et à leur localisation géographique qui conduit à retenir telle ou telle information (lieu d'habitation, de travail, de loisirs).

70Concernant plus spécifiquement l'application sur les événements passés, les mieux mémorisés sont les inondations puisque l'enquête est centrée sur ce thème. Il s'agit surtout des inondations les plus récentes parce qu'elles sont bien documentées dans la cartographie et parce que le lecteur se sent plus concerné du fait qu'il ait vécu l'événement ou que celui-ci puisse se reproduire avec les mêmes impacts sur le territoire.

71Au-delà du projet, ces hypothèses mériteraient d'être évaluées au cas par cas dans le cadre d'enquêtes associant des méthodes issues de l'ingénierie d'utilisabilité et des sciences cognitives.

Perspectives pour le projet

72Cette enquête a permis d'évaluer les cartes interactives du DICRIM de la ville de Saint-Étienne de manière ouverte, en étudiant comment les participants les prennent en main, les mémorisent, les comprennent, les apprécient selon différents thèmes : informations cartographiées, figurés, documents multimédia, fonctions et outils interactifs, habillage et mise en page des cartes et des outils, accès aux cartes depuis les autres pages du DICRIM.

73Au-delà des préconisations émises, nous avançons quelques recommandations et pistes d'améliorations que la figure 10 expose en fonction de quatre thèmes : compréhension, lisibilité, repérage, mise en page et accès.

Figure 10. Quelques pistes d'améliorations des cartes interactives

Figure 10. Quelques pistes d'améliorations des cartes interactives

74Dans le cadre de prochaines expérimentations, l'objectif est de développer certaines de ces suggestions et de les évaluer auprès de différents participants en choisissant une démarche itérative pour les affiner pas à pas (Lieghio et al., 2012 ; Chesneau et al., 2013 a et b).

75Toutefois, cette méthode d'enquête reste exploratoire puisque de nombreux éléments composant les cartes interactives sont étudiés de manière simultanée. Ceci ne permet donc pas d'obtenir des résultats précis sur un élément en particulier et de trouver des explications à ce qui est observé. Pour aller dans cette voie, il faudrait choisir une méthode d'enquête basée sur les techniques de l'utilisabilité et des sciences cognitives comme le proposent Coltekin et al. (2009). Après l'écriture d'hypothèses sur un élément particulier de la carte interactive à tester, l'enquête se baserait sur des tâches précises à faire réaliser aux participants pour obtenir des données portant par exemple sur la stratégie de lecture, les qualités et temps de réponses, qui serviraient à valider les hypothèses. 

76Une autre piste serait de réaliser ce travail sur une autre collectivité afin de voir si les résultats de notre enquête sont généralisables à tout territoire ou s'ils sont propres à la Ville de Saint-Étienne. Par exemple, la zone inondable est-elle correctement mémorisée quelle que soit la commune ou est-ce spécifique à Saint-Étienne (zone inondable qui suit l'axe majeur de la grand-rue) ?

Haut de page

Bibliographie

ANDRIENKO N., ANDRIENKO G., VOSS H., BERNARDO F. HIPPOLITO J., KRETCHMER U., 2002, Testing the Usability of Interactive Maps in CommonGIS, Cartography and Geographic Information Science, 29, p. 325-342.

ANTONI J-P., KLEIN O., MOISY S., 2004, Cartographie interactive et multimédia : vers une aide à la réflexion géographique. Cybergéo : European Journal of Geography, Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 288, http://cybergeo.revues.org/2621 [dernière consultation le 24 février 2014]

Association les Eco-Maires, 2001, Rapport d'enquête sur les DICRIM : propositions d'orientations stratégiques et plan d'actions pour leur relance, Éco Maires, 83 p.

ARLETH M., 1999, Problems in Screen Map Design, Proceedings of the 19th International Cartographic Conference, Ottawa, Canada, 1, p. 849-857.

BÄR H.R. & SIEBER R., 1997, Atlas of Switzerland – Multimedia Version: Concepts, Functionality and Interactive Techniques, Proc. of the 18th ICC, Stockholm, Vol. 2, p1141-1149.

Directive inondations, 2007, Directive 2007/60/CE du Parlement Européen et du Conseil du 23 octobre 2007 relative à l'évaluation et à la gestion des risques d'inondation, Journal Officiel de l'Union européenne, 6 nov., 8 p.

BEGUIN M., PUMAIN D., 1994, La représentation des données géographiques, Paris, A. Colin, 192 p.

BERTIN J., 1967, Sémiologie graphique, Paris, Éd. Gauthier-Villars Mouton, 431 p.

BONNET E., 2004, Risques industriels : les territoires vulnérables de l'estuaire de la Seine. Mappemonde, Vol. 76, n°4, 6 p., http://mappemonde.mgm.fr/num4/articles/art04401.pdf [dernière consultation le 28 février 2014].

CAQUARD S., 2001, Des cartes multimédia dans le débat public. Pour une nouvelle conception de la cartographie appliquée à la gestion de l'eau, Université Jean Monnet de Saint-Étienne, Thèse de doctorat.

CARTWRIGHT W., PETERSON M-P., GARTNER G., Multimedia Cartography, Berlin, Springer.

CAUVIN C., ESCOBAR F., SERADJ A., 2007, Cartographie thématique IGAT, Paris, Lavoisier, éd. Hermès, 269 p. (5 vol.).

CHESNEAU E., LIEGHIO E., 2013a, Interactive maps for informing the population about flood risks: experiment in the City of Saint-Étienne, France. 26ème Conférence Cartographique Internationale, Dresde, Allemagne, 25-30 août 2013, http://www.icc2013.org/, 14 p.

CHESNEAU E., AYEL G., 2013b, Quelles cartes interactives pour informer sur les risques majeurs d'une commune ? Exemple avec le DICRIM de la Ville de Saint-Étienne, Assises Nationales des Risques Naturels, Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie, IRSTEA, 2 et 3 décembre 2013, Bordeaux. Communication sous forme de poster.

CHESNEAU E., ULTSCH J., 2010, Cartographie et dimension historique dans le cadre de l'information préventive du risque majeur d'inondation : des outils et des réflexions au service de la résilience ?, In Actes des 23èmes entretiens du Centre Jacques Cartier, 22-23 nov. 2010, Vulnérabilité et résilience des écosystèmes : l'utopie d'une gestion durable ?, Lyon, http:/www.resilienceejc2010.uottawa.ca, [dernière consultation le 23 mai 2013].

CLEMENT A., CELLE G., CHESNEAU E., GIANNOCCARO F., FOURNEL M., PADUANO L., 2012. Élaboration d'un Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) interactif : Guide de recommandations, Les dossiers de l'Institut des Risques Majeurs, en partenariat avec la Ville de Saint-Étienne, avec le concours de l'unité de recherche ISTHME – CNRS UMR 5600 EVS et les soutiens du Conseil Régional Rhône-Alpes et du Ministère chargé du développement durable, 86 p., http://www.irma-grenoble.com/05documentation/01publications_index.php [dernière consultation le 12 juin 2013].

COLTEKIN A., HEIL B., GARLANDINI S., FABRIKANT S-I., 2009, Evaluating the Effectiveness of Interactive Map Interface Designs: A Case Study Integrating Usability Metrics with Eye-movement Analysis, Cartography and Geographic Information Science, vol. 36, n°1, p. 5-17.

Conseil Général de la Loire, 2005, Le PPRNP Inondation du bassin du Furan, http://www.loire.gouv.fr/le-pprnp-inondation-du-bassin-du-a590.html [dernière consultation le 19 février 2014]

CRON J., 2006, Graphische Benutzeroberflächen interaktiver Atlanten, Diploma thesis, Department of Surveying and Cartography, Dresden, University of Applied Sciences.

DAUPHINÉ A., PROVITOLO D., 2013, Risques et catastrophes : observer, spatialiser, comprendre, gérer, Paris, A. Colin, Collection U, 2e éd., 412 p.

DENT B., 1999, Cartography: Thematic Map Design, 5e ed., WCB McGraw-Hill, 417 p.

DIBIASE D., MACEACHREN A. M., KRYGIER J. B., REEVES C., 1992, Animation and the role of map design in scientific visualisation, Cartography and Geographic Information Systems, 19(4), p. 201-214.

FABRIKANT S-I., REBICH-HESPANHA S., ANDRIENKO N., ANDRIENKO G., MONTELLO D-R., 2008, Novel Method to Measure Inference Affordance in Static Small-Multiple Map Displays Representing Dynamic Processes, The Cartographic Journal, vol. 45, n°3, p. 201-215.

FUHRMANN S., AHONEN-RAINIO P., EDSALL M., FABRIKANT S-I., KOUA E-L., TOBON C., WARE C., WILSON S., 2005, Making useful and useable geovisualisation: Design and evaluation issues, in DYKES M., MACEACHREN A-M., KRAAK M-J., Exploring Geovisualisation. Amsterdam, The Netherlands, Elsevier Ltd, p. 553-566.

GOOD M., SPINE T-M., WHITESIDE J., GEORGE P., 1986, User-derived impact analysis as a tool for usability engineering. In: Proceedings, Human Factors in Computing Systems (CHI'86), New-York, USA, p. 241-246.

GUEBEN-VENIERE S., 2011, En quoi les cartes mentales, appliquées à l’environnement littoral, aident-elles au recueil et à l’analyse des représentations spatiales ?, EchoGéo, http://echogeo.revues.org/12573, [dernière consultation le 12 juin 2013].

HURNI L., 2005, Anwendung kartographischer Medien im Rahmen aktueller I+K-Technologien. In: Kartographische Nachrichten (KN), Vol. 5, No. 55, p. 244-249.

HURNI L., BÄR H-R., SIEBER R., 1999, The Atlas of Switzerland as an Interactive Multimedia Atlas Information System, in CARTWRIGHT W., PETERSON M., GARTNER G., Multimedia Cartography, Berlin, Springer.

IFFO-RME, 2014, Supports pédagogiques, http://www.iffo-rme.fr/supports-p%C3%A9dagogiques, [dernière consultation le 5 mai 2014].

KOUA E-L., MACEACHREN A-M., KRAAK M-J., 2006, Evaluating the usability of visualisation methods in an exploratory geovisualisation environment, International Journal of Geographical Information Science, 20, p. 425-448.

KOUA E-L., KRAAK M-J., 2004, A Usability Framework for the Design and Evaluation of an Exploratory Geovisualisation Environment, Proceedings of the 8th International Conference on Information Visualisation. IV'04, IEEE Computer Society Press.

KOUSSOULAKOU A., KRAAK M.J., 1992, Spatio-temporel maps and cartographic communication, The Cartographic Journal, December 1992, Vol 29, p. 101-108.

KRAAK M-J., 2001, Settings and needs for web cartography, in KRAAK M-J., BROWN A., Web Cartography, Taylor and Francis, London and New-York, p. 1-7.

LIEGHIO E., CHESNEAU E., 2012, Cartographie interactive pour informer la population sur le risque majeur d’inondation à Saint-Étienne. Concours de géovisualisation, 23ème Festival International de Géographie, 11-14 oct. 2012, Saint-Dié, France, http://www.afigeo.asso.fr/manifestations.html, [dernière consultation le 10 juin 2013].

MACEACHREN A-M., BOSCOE F-P., HAUG D., PICKLE I-W., 1998, Geographic Visualisation: Designing Manipulable Maps for Exploring Temporally Varying Georeferenced Statistics, Infovis, Proceedings of the 1998 IEEE Symposium on Information Visualisation, p. 87-94.

MARCHISIO A., 2005, Prévention des risques majeurs : quels moyens pour informer ? La place du DICRIM dans l'information préventive : le cas de la commune de la Terrasse dans le Grésivaudan, Rapport de stage, IRMa, Master 2 Recherche Sciences du Territoire, Spécialité Ville, Montage et Durabilité, Institut de Géographie Alpine, Université Joseph Fourier Grenoble 1, 89 p.

MEDDE-1, 2013, Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie, http://www.risquesmajeurs.fr/memoiredescatastrophesorg-la-m%C3%A9moire-de-chacun-au-service-de-la-r%C3%A9silience-de-tous, [dernière consultation le 7 septembre 2013].

MEDDE-2, 2013, http://www.risquesmajeurs.fr/mise-%C3%A0-jour-la-police-aleagram-un-outil-de-pr%C3%A9vention-des-risques, [dernière consultation le 7 septembre 2013].

MEDDE, 2011, http://www.developpement-durable.gouv.fr/Introduction,24018.html, [dernière consultation le 22 mai 2013].

MEDDE, 2008, Les rôles des acteurs de la prévention des risques naturels. Dossier réalisé dans le cadre du programme Information, participation du public, concertation et association dans les plans de prévention des risques, 50 p.

MEDDE, 2007, Programme Information, participation du public, concertation et association dans les PPR. Cahier de recommandations pour la réalisation de supports de communication pédagogiques sur les risques à destination des élus et du public, Direction de la Prévention des Pollutions et des Risques, Sous-direction de la Prévention des risques majeurs, CERTU, 36 p.

MEDDE, 2006, Programme Information, participation du public, concertation et association dans les PPR. Les rôles des acteurs de la prévention des risques naturels, Direction de la Prévention des Pollutions et des Risques, Sous-direction de la Prévention des risques majeurs, 52 p.

NIELSEN J., 1993, Usability Engineering, San Diego, California, USA, Academic Press.

NIVALA A-M., BREWSTER S-A., SARJAKOSKI L-T., 2008, Usability evaluation of web mapping sites, Special Issue on Use and User Issues of The Cartographic Journal, 45 (2), p. 130-140.

ORMELING, F., 1997, Functionality of Electronic School Atlases,. Proceedings of the Seminar on Electronic Atlases II, ICA Commission on National and Regional Atlases, p. 33-39.

PETIT V., 2006, Enquête par questionnaire, http://joseph.larmarange.net/IMG/pdf/deroulement_enquete.pdf [dernière consultation le 25 février 2014].

Portail DICRIM, 2014, Base de données sur les DICRIM. http://www.bd-dicrim.fr/ [dernière consultation le 5 mai 2014].

Risques Majeurs Info, 2014, Exemples de DICRIM jeunes, http://risques-majeurs.info/fiche/dicrim-jeunes [dernière consultation le 5 mai 2014].

ROBINSON A., MORRISON J., MUEHRCKE P., KIMERLING A., GUPTILL S., 1995, Elements of Cartography, Londres, John Wiley & Sons Ltd, 6e éd., 674 p.

SLOCUM T-A., BLOK C., JIANG B., KOUSSOULAKOU A., MONTELLO D-R., FUHRMANN S., HEDLEY N-R., 2001, Cognitive and Usability Issues in Géovisualization. 28 p., http://www.schiewe-online.de/geovis_refs/SlocumLong.pdf [dernière consultation le 25 février 2014].

SKARLATIDOU A., HAKLAY M., 2006, Public Web Mapping: Preliminary Usability Evaluation, GIS Research UK 2005, Nottingham.

STOPPER R., SIEBER R., SCHNABEL O., 2012, Multimedia Cartography, http://www.e-cartouche.ch/, [dernière consultation le 25 février 2014].

Ville de Saint-Étienne, 2012, DICRIM interactif, http://www.saint-etienne.fr/cadre-vie/inondation, [dernière consultation le 22 mai 2013].

Haut de page

Notes

1 http://www.reperesdecrues-seine.fr/carte.php

2 http://www.risquesmajeurs-hautes-pyrenees.pref.gouv.fr/

3 http://memoiredescatastrophes.org

4 Ce projet a été financé par la Ville de Saint-Étienne, la région Rhône-Alpes et la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Rhône-Alpes.

5 Le projet CEMORAL (2011-2013) est financé par l'Etablissement public Loire et le fonds européen FEDER au titre du programme pluriannuel Plan Loire Grandeur Nature. Ce projet est piloté par l'UMR CITERES de l'université de Tours et l'Ecole nationale des mines de Saint-Etienne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Figurés cartographiques pour les informations thématiques
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-1.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 2. Fonctions interactives (Cron 2006)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 3. Position des outils interactifs autour de la carte
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-3.png
Fichier image/png, 546k
Titre Figure 4. Cartes interactives du DICRIM sur le risque d'inondation (a) et sur les événements passés (b)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 5. Grille d'animation du test
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-5.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 6. Questionnaire et questions pour l'entretien sur les cartes interactives
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-6.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 7. Zone inondable mémorisée et réelle. Autres types de visualisations mémorisés
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-7.png
Fichier image/png, 188k
Titre Figure 8. Moyens de prévention mémorisés
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-8.png
Fichier image/png, 155k
Titre Figure 9. Évènements passés mémorisés
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-9.png
Fichier image/png, 155k
Titre Figure 10. Quelques pistes d'améliorations des cartes interactives
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9258/img-10.png
Fichier image/png, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Chesneau et Adeline Clément, « Retour d'expérience sur la cartographie interactive du Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs de la Ville de Saint-Étienne », Géocarrefour, vol. 88/4 | 2013, 317-331.

Référence électronique

Elisabeth Chesneau et Adeline Clément, « Retour d'expérience sur la cartographie interactive du Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs de la Ville de Saint-Étienne », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/4 | 2013, mis en ligne le , consulté le 29 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9258 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9258

Haut de page

Auteurs

Elisabeth Chesneau

Laboratoire ISTHME, UMR CNRS 5600 EVS, Université Jean Monnet de Saint-Étienne elisabeth.chesneau@univ-st-etienne.fr

Adeline Clément

Laboratoire ISTHME, UMR CNRS 5600 EVS, Université Jean Monnet de Saint-Étienne adelineclement86@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page