Navigation – Plan du site
Articles

Quand l’Homme crée des tourbières ou comment les tourbières d’origine anthropique changent la manière de percevoir les écosystèmes tourbeux

When human activities launch peat accumulation or how anthropogenic fens are changing our perception of mires
Hervé Cubizolle, Céline Sacca et Fabrice Grégoire
p. 257-272

Résumés

L’étude des tourbières basses minérotrophes de petite taille, souvent inférieure à 1 ha, a conduit à mettre en évidence l’origine anthropique de nombre de ces tourbières présentes dans toutes les régions géographiques françaises jusqu’alors prospectées. Apparues au cours des 4 500 dernières années, installées à l’emplacement de bassins, comblant d’anciennes pièces d’eau à l’arrière de barrages ou se substituant peu à peu à des prés hydromorphes en amont d’une digue supportant un chemin, ces tourbières se sont révélées de véritables objets archéologiques qui, de par leur existence même, nous renseignent sur certains aspects de l’histoire humaine et plus spécialement sur l’histoire des sociétés agricoles. Par ailleurs, à l’instar des autres écosystèmes tourbeux elles stockent des archives naturelles indispensables aux travaux de reconstitution paléo-environnementale. Ces caractéristiques leur confèrent une réelle valeur patrimoniale malheureusement rarement reconnue tant est méconnu ce type de tourbières, d’une surface trop modeste et d’une diversité floristique trop faible pour intéresser naturalistes, gestionnaires et décideurs.

Haut de page

Texte intégral

Ces études ont été conduites avec l’appui financier de nombreux partenaires : le conseil général de la Loire, le Conservatoire Régional des Espaces naturels de Rhône-Alpes, l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, le Plan Loire Grandeur Nature et sa plate-forme recherche l’Etablissement Public Loire (fonds FEDER) et le CNRS via sa zone Atelier « Bassin de la Loire ». Nous remercions également les communes pour l’accès aux archives et les propriétaires pour les autorisations de travailler sur leurs terrains.

INTRODUCTION

1Cet article se propose, d’une part, de présenter un type a priori très particulier de tourbières découvertes au début des années 2000 dans le Massif Central oriental et dont l’originalité est d’avoir été créées par des aménagements qui ont modifié l’hydromorphie des fonds de vallée et, d’autre part, de réfléchir aux conséquences de la diffusion de cette nouvelle donnée scientifique en termes de représentation des tourbières et de gestion conservatoire.

2En France, les tourbières sont en effet très souvent perçues comme des écosystèmes dont la mise en place et le développement au fil des millénaires ont été contraints uniquement par les facteurs naturels que sont les conditions climatiques, géomorphologiques, hydrologiques et phyto-sociologiques. C’est vrai dans le monde des gestionnaires mais aussi dans celui des écologues pour lesquels les tourbières sont l’archétype du milieu naturel. Et cette idée ressort encore dans la littérature scientifique associée à la préservation des milieux. Quant à la prise en considération de l’emprise humaine, elle se fait souvent à travers les dégradations induites par le drainage, le feu et l’extraction de tourbe. Deux raisons principales sont très vraisemblablement à l’origine de cette vision des choses :

  • le caractère relativement inhospitalier, voire localement dangereux pour l’Homme, de ces - zones humides difficiles à parcourir et à mettre en valeur ;

  • la localisation aux latitudes boréales, dans des régions peu affectées par l’action humaine et notamment par les activités agricoles, des tourbières les mieux étudiées qui sont aussi pour beaucoup les plus vastes de la planète, un facteur qui, combiné aux conditions climatiques rudes de ces latitudes, renforce l’image, transposée aux tourbières d’Europe occidentale, d’un milieu inhospitalier et « sauvage ».

3A noter que ce type de représentation sociale touche ou a touché d’autres milieux naturels. On se souvient, entre autres, de la Loire « dernier fleuve sauvage d’Europe » selon les militants anti-barrages des années 1980 (Courtet et al., 1991). Cette façon de considérer les tourbières comme des milieux éminemment naturels est ainsi un des fondements de leur gestion conservatoire avec trois idées toujours sous-jacentes :

  • tout d’abord que ce qui est intéressant et mérite d’être préservé c’est ce qui est naturel – mais on ne définit jamais ce que l’on entend par « naturel » ;

  • ensuite que sans l’Homme ces écosystèmes se porteraient mieux ;

  • et enfin que c’est en éloignant l’Homme que l’on peut les protéger ou/et les régénérer.

4L’inventaire de 623 tourbières de la région Rhône-Alpes, réalisé par le Conservatoire régional des paysages naturels illustre clairement cette conception puisque l’un des principaux critères retenus pour son élaboration est la présence d’au moins un « habitat naturel », au sens de Corine Biotope (Coïc et al., 2001 ; Sacca, 2009). Ainsi, la flore et les niveaux trophiques sont à la base de la classification et c’est bien leur présence ou leur absence qui détermine l’intérêt du site. La tourbière est ainsi perçue uniquement comme une surface accueillant une flore considérée comme plus ou moins intéressante au regard de la législation. On laisse totalement de côté le fait que cette flore n’existe que grâce à l’accumulation d’un volume d’eau et de tourbe dont la genèse et le développement peuvent avoir des origines diverses : géologiques, climatiques ou encore anthropiques (Cubizolle, 2005 ; Cubizolle, Sacca, 2011 ; Cubizolle et al., 2012).

5L’inventaire rhônalpin n’enregistre par ailleurs que les sites dont la superficie dépasse 1 ha, ce qui amène à exclure de la connaissance de très nombreuses tourbières pourtant très intéressantes du point de vue des archives paléoclimatiques, paléoécologiques et hydrologiques qu’elles conservent mais aussi des données archéologiques qu’elles sont en mesure de fournir (Sacca, Cubizolle, 2008).

6Cette représentation sociale des tourbières est toutefois propre aux sociétés urbaines actuelles, fortes consommatrices de nature pendant leur temps de loisirs, mais qui ignorent les usages historiques de la tourbe et des tourbières. Néanmoins, dans les régions où existaient de vastes surfaces tourbeuses comme la Brière, la Somme, le Pas de Calais, la Marne, l’Isère ou le Jura on rencontre encore de nombreuses personnes, principalement parmi les plus de 50 ans, qui connaissent cet aspect de l’histoire économique rurale et qui voit les tourbières avant tout comme une composante d’un système agro-artisanal pluri-séculaire, c'est-à-dire un lieu où des hommes travaillaient, exploitant des ressources, la tourbe, les plantes, l’eau. Localement, des élus mais aussi des associations à caractère culturel essaient d’ailleurs, à l’occasion de manifestations festives comme celle de Frasnes dans le Haut-Doubs, de tirer de l’oubli ces usages de la tourbe et des tourbières qui, dès le Moyen Âge dans le nord-ouest de la France, plutôt aux XVIIIe et XIXe s. ailleurs, participaient de l’activité économique. Cette représentation des tourbières s’inscrit parfaitement dans la logique de l’histoire d’un pays de vieille civilisation agraire comme la France où, avec la mise en place de l’agrosystème il y a environ 5500 ans et le développement des activités artisanales et proto-industrielles, les tourbières ont été exploitées, certes à des degrés divers et selon des modalités différentes. Toutefois, pour les périodes anciennes les preuves manquent encore pour la France mais elles existent pour d’autres pays comme l’Irlande (Branigan et al., 2002 ; Deforce et al., 2007, Derex, Grégoire, 2009).

7Le développement de la recherche sur l’origine des tourbières d’Europe de l’Ouest et du Nord-Ouest permet d’ailleurs d’aller encore plus loin dans la connaissance du rôle des sociétés humaines sur la mise en place et l’évolution des milieux tourbeux. Ainsi, au Royaume-Uni et en Irlande, de nombreux travaux ont montré que les tourbières de couverture (blanket bog) ne devaient leur existence qu’à la déforestation, au pâturage et aux feux qui, combinant leurs effets, ont provoqué une diminution de l’évapotranspiration et une remontée des nappes suffisante pour déclencher le processus d’accumulation de tourbe (Moore, 1975, 1988, 1993 ; Caseldine, Hatton, 1993). En France, depuis les années 2000, les études sur l’origine des tourbières du Massif Central oriental ont prouvé que ce schéma élaboré par les Britanniques pouvait être appliqué à de nombreuses tourbières basses qui appartiennent ainsi à une génération qui s’est développée au cours des 4 500 dernières années (Cubizolle, 2005 ; Cubizolle et al., 2003 ; Cubizolle et al., 2012). A cette génération appartiennent les tourbières qui sont l’objet de cet article et qui se sont mises en place grâce à la construction de barrages, de digues ou au creusement de bassins, aménagements aux fonctions pas toujours clairement identifiées faute d’étude archéologique mais dont la réalisation eut pour effet la modification des bilans hydriques locaux dans le sens d’une accentuation suffisante de l’hydromorphie pour initier des processus turfigènes (Cubizolle et al., 2004 ; Cubizolle et al., 2012). Les sociétés humaines des cinq derniers millénaires seraient ainsi à l’origine de la mise en place de certaines tourbières, celles-ci apparaissant alors autant comme des objets archéologiques que comme des écosystèmes. La diffusion de cette donnée scientifique nous semble en mesure de modifier sensiblement la perception que les gestionnaires et le grand public peuvent avoir de ces tourbières et, par voie de conséquences, les modalités de leur gestion.

8Outre la question de leur fonctionnalité qui relève davantage d’investigations archéologiques, ces recherches sur les tourbières d’origine humaine amènent à s’interroger sur au moins trois points : Ces tourbières sont-elles nombreuses ? Quelle est leur distribution géographique et sont-elles présentes sur tout le territoire français de la même façon que les tourbières de couverture sont omniprésentes en Ecosse et en Irlande, ou alors ne sont-elles associées qu’à des contextes physiques et socio-économiques particuliers ? Continue-t-il de s’en créer et n’y a-t-il pas là un moyen de recréer des tourbières, notamment au cœur des territoires agricoles qui en ont vu beaucoup disparaître sous l’effet du drainage ?

9Les recherches en France ont concerné principalement le Massif Central oriental granitique et métamorphique, en particulier les massifs du Livradois, du Forez et des Bois Noirs (Cubizolle et al., 2012) (fig. 1). Les études ont été étendues depuis quelques années, d’une part, à d’autres secteurs du Massif Central oriental, le sud du Massif du Livradois, le plateau de la Chaise-Dieu, le Tanargue, le Devès, le Velay Oriental et les Monts du Vivarais et, d’autre part, à d’autres régions françaises, des cas de figure intéressants ayant été mis en évidence par différentes équipes de chercheurs dans le Poitou, l’Aisne et les Vosges du Nord (fig. 1). Nous proposerons d’abord une typologie, rendue possible par l’augmentation du nombre de sites découverts et étudiés à des degrés divers ces dernières années, puis nous présenterons quelques exemples très représentatifs. Nous discuterons enfin les implications du caractère anthropique de ces tourbières en termes de gestion conservatoire.

Figure 1 : Localisation des régions géographiques et des sites présentés dans cet article

Figure 1 : Localisation des régions géographiques et des sites présentés dans cet article

Méthodologie

10Démontrer une relation de cause à effet entre un aménagement et la présence d’une accumulation de tourbe n’est pas chose aisée. Deux cas de figure sont possibles : soit l’intervention humaine a déclenché l’accumulation, soit elle n’a fait qu’accélérer ou prolonger une accumulation dont l’origine est naturelle. La méthodologie mise au point par l’équipe de l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne (UMR 5600 CNRS EVS) comporte 6 volets :

  • le premier est celui de l’observation du terrain, c'est-à-dire de la géométrie des volumes, des continuités ou des ruptures topographiques, des modelés et des formations superficielles, que l’on cherchera à distinguer des structures construites par l’Homme ou découlant d’activités humaines. L’exemple du travail réalisé sur la tourbière de Cessières, dans l’Aisne, dont nous connaissons assez bien l’histoire, illustre cette démarche (Grégoire, Amat, 2007) ;

  • le second correspond au travail de levé topographique et de restitution des stratigraphies, seules opérations à même, tout d’abord, de replacer la tourbière dans son contexte géomorphologique et hydrologique, ensuite de valider ou d’infirmer les hypothèses émises à l’issue de la phase d’observation et, enfin, de comprendre les relations éventuelles entre dynamique turfigène et aménagement. Cet aspect de la méthodologie de terrain est largement détaillé dans la bibliographie à laquelle nous renvoyons le lecteur (Cubizolle, 2005, 2009) ;

  • le troisième concerne les investigations archéologiques nécessaires pour préciser, d’une part, la fonction des ouvrages ou des aménagements et, d’autre part, la période de leur réalisation. Or, l’archéologie s’intéresse très rarement à ce type de site généralement situé en milieu rural à l’écart des chantiers routiers et urbains susceptibles de bénéficier d’opérations d’archéologie préventive. Ainsi, très peu de sites sont renseignés sur le plan archéologique, ce qui demeure une limite notable à la connaissance de l’origine de la turfigenèse ;

  • le quatrième volet méthodologique vise à tirer parti de la capacité de la tourbe à stocker et à conserver les archives naturelles – pollen, macro-restes et micro-restes végétaux et animaux, frustules de diatomées - en procédant à des analyses paléoécologiques. Mais les expertises sont encore peu nombreuses pour ce type de tourbières dont les séquences couvrent seulement entre quelques siècles et les quatre derniers millénaires, ce qui n’en a jamais fait une priorité pour les paléoécologues, plus adeptes des longues durées. Les archéologues sont eux très intéressés mais, comme nous l’avons signalé ci-dessus, ces sites bénéficient très rarement de leurs investigations. Des résultats sont tout de même disponibles, qui ont déjà été publiés (Cubizolle et al., 2004 ; Argant, Cubizolle, 2005) tandis que de nouvelles études sont en cours ou en projet ;

  • le cinquième volet consiste, d’une part, à exploiter le corpus de données archéologiques disponibles auprès des Services régionaux de l’archéologie et, d’autre part, à travailler sur les différentes catégories d’archives disponibles, municipales, départementales, nationales. Concernant les sites ardéchois, un travail complémentaire de dépouillement des revues locales à caractère historique, géographique et culturel (Revue du Vivarais, Cahiers des Amis du Mézenc) a été conduit. Ont enfin également été mises à contribution les archives privées, les cartes anciennes et les différentes générations de cadastres ;

  • le sixième et dernier volet du travail est la datation par le radiocarbone des couches de tourbe qui permet de caler chronologiquement le démarrage de l’accumulation de tourbe et de préciser le rythme de la turfigenèse. Concernant les critères de sélection des niveaux à dater et la méthode de datation, nous renvoyons aussi à la bibliographie (Cubizolle 2005, 2009 ; Cubizolle et al., 2004, 2007, 2012). Les datations présentées dans cet article ont porté soit sur de la tourbe soit sur des sédiments très organiques. Le bois a été soigneusement éliminé de tous les échantillons. Toutes les dates figurant sur les diagrammes et dans les tableaux sont fournies calibrées avec une probabilité de 95,4 %, soit 2 sigma, et exprimées en cal. BP et cal. BC/AD. Les datations ont été réalisées principalement par le Centre de Datation par le RadioCarbone (CDRC) de l’Université Claude Bernard (Lyon I, France) en collaboration avec le Centre for Isotope Research de Groninguen (Pays-Bas). Elles ont toutes été recalibrées au moyen du programme OxCal 2010 v. 4.1.7, lequel utilise la courbe de calibration IntCal 2009 (Reimer et al., 2009).

11Il convient toutefois de noter que si cette méthodologie a été appliquée dans toute sa rigueur sur tous les sites étudiés par l’équipe des chercheurs de l’université de Saint-Etienne, ce n’est pas le cas pour toutes les tourbières utilisées pour établir la typologie qui suit. C’est pourquoi nous n’avons sélectionné dans la bibliographie que les études qui nous apportaient suffisamment d’éléments pour, d’une part, nous convaincre de l’origine anthropique des tourbières et, d’autre part, pouvoir comparer les sites entre eux.

Résultats

Des découvertes dans diverses régions françaises

12Pour des raisons liées à l’histoire des recherches entreprises sur le sujet, menées principalement par l’équipe des géographes de l’université de Saint-Etienne, la plupart des tourbières dont la mise en place est associée à l’action des sociétés humaines sont situées dans le Massif Central oriental, des Monts de la Madeleine, au nord, au Tanargue et au Velay oriental au sud. Néanmoins, d’autres ont été repérées dans plusieurs régions françaises et dans des contextes géographiques très différents (fig. 1). Cependant, un petit nombre d’entre elles ont été étudiées du point de vue de leur genèse. Les tourbières qui seront décrites à titre d’exemples dans cet article illustrent cette diversité des localisations (fig. 1) :

  • les Monts du Forez, le massif du Livradois et les confins occidentaux des plateaux de la Chaise-Dieu, entre la rivière Allier et le fleuve Loire ;

  • le sud-ouest du Velay oriental, en partie volcanique, pour les tourbières ardéchoises ;

  • le marais de Pau, en vallée de l’Isère, dans les Alpes du Nord, près de Saint-Pierre-d’Albigny (Girel, Manneville, 2007) ;

  • les plateaux argileux à bancs de meulières du seuil du Poitou pour les landes du Pinail (Dubech, Sellier, 2010);

  • les sables du Thanétien (fin du Paléocène) du Laonnois, avec les tourbières de Cessières et de la Souche, dans l’Aisne (Morand, 1971) ;

  • les plateaux gréseux des Vosges du Nord dans la région de Bitche (Bonnel, Tholozan, 2007) ;

  • le Massif armoricain dans la région de Landemarais en Ille-et-Vilaine (Visset et al., 1989 ; Clément et al., 2011).

13On les rencontre ainsi autant sur des plateaux sédimentaires et dans des plaines alluviales qu’au cœur de massifs anciens granitiques, métamorphiques ou volcaniques, entre 200 m et 1 400 m d’altitude et dans des contextes climatiques à dominante océanique mais présentant des nuances montagnardes, continentales voire sub-méditerranéennes.

14Dans l’état actuel des travaux, une vingtaine de tourbières a fait l’objet d’investigations suffisantes pour pouvoir soit prouver une origine de la turfigenèse directement liée à un aménagement, soit disposer d’un faisceau d’indices concordants allant dans le même sens. Ces tourbières sont toutes installées dans des fonds de vallées, le plus souvent très en amont des réseaux hydrographiques, dans les fonds de vallons des têtes de bassins. D’une manière générale, la typologie est fondée sur la nature de l’intervention humaine qui est à l’origine du blocage des eaux et de l’exhaussement de la nappe, responsable à son tour de l’accumulation de tourbe. On peut ainsi dégager la typologie suivante.

Les tourbières de bassin

15Ces tourbières se sont développées dans des dépressions creusées par l’Homme. Elles peuvent être barrées, ou pas, à l’aval, par un barrage ou une digue supportant un chemin. Mais dans tous les cas de figure, c’est bien la dépression qui explique l’essentiel de l’accumulation de tourbe. Leur superficie varie de quelques centaines à plusieurs milliers de m². Le premier stade a été celui d’une pièce d’eau aux fonctions pas toujours très claires, faute d’investigations archéologiques et historiques suffisantes : abreuvement du bétail, bassin piscicole, réserve d’eau pour l’irrigation ou pour le fonctionnement des moulins. La tourbe ne constitue souvent que la phase terminale du remplissage du bassin, la première étant constituée de sédiments argilo-sableux à sablo-argileux plus ou moins riches en matière organique. Dans certains bassins parmi les plus profonds, on observe quelques niveaux lacustres de type gyttje interstratifiés dans les faciès organo-minéraux puis tourbeux de la partie inférieure de la séquence sédimentaire : c’est le cas pour la tourbière du Verdier, dans le sud des Bois Noirs, qui présente une séquence de 4 m d’épaisseur dont la base est calée chronologiquement à la charnière âge du Bronze final/1er âge du Fer (Cubizolle et al., 2004). A noter que le bassin a pu faire l’objet de curages, si bien que les âges radiocarbone que l’on obtient doivent être considérés comme des terminus ante quem, la dépression pouvant être plus ancienne que le matériau organique daté.

16Mais la tourbe, plus ou moins enrichie en sable et limon, peut aussi constituer la quasi totalité du remplissage, comme c’est le cas pour la tourbière du Jas dans le sud-est des Monts du Forez, qui affiche seulement 10 à 20 cm de sédiments à dominante sablo-graveleuse sous la séquence tourbeuse, épaisse au maximum de 291 cm (fig. 2). Cette tourbière s’inscrit dans un contexte géo-archéologique associant une maison forte du bas Moyen Âge (XIVe-XVe s.) qui domine d’anciennes terres cultivées révélées tant par la consultation du cadastre ancien de la commune de Saint-Jean-Soleymieux que par la présence de banquettes d’érosion agricoles (fig. 2). Le comblement de la dépression a commencé ici aux VIIe-VIIIe s. ap. J.-C., ce qui correspond dans cette région à l’accentuation de l’emprise agro-pastorale et notamment à un développement de la céréaliculture (Argant et Cubizolle, 2005 ; Cubizolle et al., 2005 ; Cubizolle et al., 2013 ; Cubizolle et al., sous presse).

Figure 2 : La tourbière de bassin du Jas dans le sud des Monts du Forez (alt. 1075 m, Massif Central oriental)

Figure 2 : La tourbière de bassin du Jas dans le sud des Monts du Forez (alt. 1075 m, Massif Central oriental)

17Dans le Massif Central oriental granitique et métamorphique, ces tourbières de bassin sont minérotrophes, légèrement acide à neutre – pH 6 à 7 – et elles offrent une flore relativement banale quoique peu étudiée. Ainsi, la tourbière du Jas est dominée par des communautés oligo-mésotrophes de type Caro verticillati-Juncetum acutiflori (Korn. 62, Oberd 1993 ; Juncion acutiflori Br.-Bl. in Br.-Bl. et Tüxen 1952). Seules deux espèces sont clairement identifiées comme capables de produire de la tourbe : Sphagnum teres et Aulacomnium palustre ; d’autres espèces complètent ce cortège floristique qui évolue vers l’aulnaie : Climatium dendroïdes, Carex panacea et Caltha palustris. Pedicularis sylvatica est quant à elle caractéristique des secteurs pâturés, ce qui est effectivement le cas de la tourbière du Jas qui accueille une quinzaine de vaches quelques semaines en été.

18Ce type de tourbière d’origine humaine est de ceux qui offrent les sites les plus récents. On peut citer l’exemple de la tourbière de l’étang de Prélager à 1 100 m d’altitude dans le massif du Pilat. C’est en 1870 que des étangs ont été creusés par le propriétaire des lieux à des fins de loisirs, dans la haute vallée de la Dunerette. Le plus à l’amont, le Grand étang, renforcé par une digue, est vaste d’environ 2,5 ha et partiellement comblé par des sédiments lacustres et de la tourbe.

Les tourbières de dépression

19Les dépressions dans lesquelles sont installées ces tourbières n’ont ni la même origine ni la même morphologie que les bassins artificiels précédents. Elles sont la conséquence de l’exploitation d’une roche. Le cas le plus typique est celui des mares tourbeuses méso-oligotrophes de la Réserve naturelle nationale des landes du Pinail au nord-est de Poitiers en Poitou-Charente (Dubech, Sellier, 2010). Sur ce plateau, constitué de calcaires et de marnes lacustres d’âge éocène-oligocène – entre - 45 et - 23 millions d’années –, les hommes ont extrait des meules dans les faciès à meulières, vraisemblablement dès la période gallo-romaine et jusqu’à la fin du XIXe s. D’un point de vue pétrographique, les meulières sont considérées comme des formations superficielles résultant du dégagement d’accidents siliceux de calcaires ou de marnes lacustres (Pomerol et al., 2000). La silice peut avoir plusieurs origines : frustules de diatomées, altération pédologique de faciès argileux… (Dubech, Sellier, 2010). Une fois extraites, ces meules de plusieurs mètres carrés et épaisses de quelques décimètres, laissent une dépression imperméable du fait de l’abondance des argiles dans les faciès marno-calcaires. Les mares qui se forment alors ont, pour certaines, évolué en tourbières accueillant Sphagnum magellanicum, Oxycoccos palustris, Rhynchospora alba, Juncus acutiflorus… (Dubech, Sellier, 2010). Malheureusement, aucune datation par le radiocarbone de ces accumulations tourbeuses n’a été réalisée ou publiée, si bien qu’il est impossible d’en connaître leur âge.

20Des exemples assez similaires, quoique de dimensions beaucoup plus modestes, existent sur le plateau ardéchois. La tourbière du Villaret-aux-Narcettes, près de Montselgues, qui ne couvre que 0,5 ha, s’est développée à l’emplacement d’une ancienne carrière de grès qui a fourni les pierres de construction pour le village et qui a fonctionné jusqu’au milieu du XIXe s. (Grégoire, 2008). La tourbe n’est épaisse, au maximum, que de 70 cm, mais la dynamique actuelle des sphaignes est forte.

21D’autres exemples peuvent être signalés, comme celui des tourbières associées à certaines mares de la forêt de Sénart, à l’extrémité occidentale du plateau de Brie, dans le Bassin Parisien. Bien qu’aucune publication scientifique mentionnant les résultats des datations réalisées dans les couches basales de ces tourbières ne soit parue, tout porte à penser que la mise en place de ces tourbières est historique (Climent, Herbuveaux, 2010).

Les tourbières de barrage

22Ce type est le plus répandu, au moins dans le Massif Central oriental. Il en existe trois sous-types :

  • Le premier sous-type est celui du barrage ou de la digue qui, construit en travers d’un fond de vallon pour créer une pièce d’eau ,qui bouleverse les écoulements de l’eau, entraînant des changements dans les bilans hydriques à l’origine de l’accumulation de la tourbe.

  • Dans le deuxième sous-type, l’ouvrage est construit dans un autre objectif – surélévation d’un chemin par exemple - et la création de la zone humide est une conséquence non voulue et non prévue.

  • Dans le dernier sous-type, le plus complexe, le site est un véritable palimpseste avec plusieurs générations d’ouvrages dont les effets respectifs sur l’hydrologie locale sont parfois difficiles à déterminer surtout lorsque la chronologie des aménagements est mal connue, ce qui est malheureusement le cas le plus fréquent.

23La tourbière de l’étang de Berbézit est l’archétype du premier sous-type de figure. Elle s’est développée à 940 m d’altitude dans le fond de la vallée de la Trinité, une rivière du haut bassin de l’Allier qui draine les confins des plateaux de la Chaise-Dieu et du massif du Livradois. La tourbière s’étale sur environ 2 800 m² en queue d’un étang créé par la construction d’un barrage. Faute d’études historiques précises, on sait seulement que ce barrage appartenait à la seigneurie de Berbézit avant qu’il ne soit acheté, en 1753, par le propriétaire actuel, la famille Vimal (archives de la famille Vimal).

24L’étude stratigraphique et sédimentologique montre que la tourbe, dont l’épaisseur atteint 163 cm, repose sur 20 à 50 cm de faciès lacustre, ce qui indique qu’une faible tranche d’eau préexistait au démarrage de la turfigenèse (fig. 3). Le développement de la tourbière est donc bien une conséquence de la mise en eau de ce barrage. La datation par le radiocarbone, obtenue dans les couches basales de la tourbe, place le démarrage de l’accumulation de tourbe à l’âge du Bronze final, ce qui constitue un terminus ante quem pour la construction du barrage (fig. 3). En effet, s’il est peu probable que ce vaste étang ait été curé, il faut tenir compte du temps nécessaire aux dépôts des faciès lacustres qui ont servi de support à la tourbe basale.

Figure 3 : Profil en long de la tourbière et de l’étang de Berbézit aux confins des plateaux de la Chaise-Dieu et du massif du Livradois (alt. 940 m, Massif Central oriental)

Figure 3 : Profil en long de la tourbière et de l’étang de Berbézit aux confins des plateaux de la Chaise-Dieu et du massif du Livradois (alt. 940 m, Massif Central oriental)

25On note par ailleurs que les dates radiocarbone sont d’autant plus récentes que l’on remonte vers l’amont de la tourbière: elles sont en effet comprises entre 1 254-1 004 av. J.-C. (âge du Bronze final) à 10 m du bord de l’eau, et le XVe s. ap. J.-C. à l’autre extrémité de la tourbière (fig. 3). L’extension de la tourbe vers l’amont suppose donc que le barrage ait été rehaussé à une ou plusieurs reprises.

26Bien que l’on ne dispose pas encore d’éléments de datation suffisants pour tous les sites, ces tourbières de barrage semblent exister à toutes les époques. Parmi les plus récentes, on peut présenter deux sites :

  • la tourbière des Roussis-barrage qui s'est développée à 900 m d’altitude dans le sud des Bois Noirs à l'emplacement d'un étang créé au début du XXe s. – la date précise n’est pas connue - grâce à la construction d'un ouvrage en pierres imposant, encore parfaitement visible sur le terrain. Plusieurs fermes ont exploité les terrains alentours jusqu'à la fin des années 1930 (Cubizolle, 2005). A cette date, la pièce d’eau a été vidée et le secteur abandonné à la forêt de sapins pectinés. L’ancien fond d’étang, qui couvre environ 750 m², est désormais occupé par une cariçaie à Carex rostrata dominants, accompagnées de saules (Salix aurita, Salix cinerea, Salix acuminata), de bouleaux (Betula pendula) et de quelques conifères (Picea abies, Abies alba). Les sphaignes (Sphagnum flexuosum, Sphagnum papillosum) et les polytrics (Polytrichum commune) constituent par ailleurs un important tapis interrompu ponctuellement par Juncus effusus et Juncus acutiflorus. L’épaisseur maximale de tourbe, enrichie en sables et limons, est de l’ordre de 60 cm. Elle repose sur des colluvions riches en sédiments organiques :

  • la tourbière de la Plagnette située en queue d’étang à 625 m d’altitude au sud des Bois Noirs est, dans l’état actuel des connaissances, la plus récente, puisqu’elle est associée à un ouvrage maçonné massif construit au début des années 1960 (Cubizolle et al., 2004).

  • 1 NDLR : La période de La Tène (second Âge du Fer) succède à celle de Hallstatt (premier Âge du Fer). (...)

27Le second sous-type correspond le plus souvent à celui de la levée de pierres et de terre construite pour surélever un chemin et ainsi mettre la voie de circulation à l’abri des bourbiers. Les accumulations de tourbe à l’amont de ces aménagements sont peu épaisses – souvent moins de 1,5 m – et leur géométrie en lentille est totalement différente des volumes plus massifs accumulés dans les bassins. On rencontre toutefois plusieurs configurations. Dans le cas de Champgrimaud, à 1 130 m d’altitude dans le sud des Monts du Forez, le chemin historique qui permettait l’accès au hameau jusqu’à la construction de la route moderne en 1972, plus en amont sur le versant, franchit un vallon en pente relativement forte, 8 à 10 % (fig. 4). Ce chemin est installé sur une levée qui constitue un obstacle à l’écoulement des eaux et a entraîné le rehaussement de la nappe à l’origine du démarrage de l’accumulation de tourbe dont la base est datée du plein Moyen Âge (XIe-XIIIe s.) (Cubizolle, 2005 ; Cubizolle et al., 2004). A la Plagnette/Les Meaudres-ruines, dans la partie aval de la tête de vallon, à 665 m au sud du massif des Bois Noirs, l’accumulation est plus ancienne puisqu’elle commence à se mettre en place à La Tène1 (Cubizolle et al., 2004). Les données archéologiques montrent que le chemin, surélevé d’environ 1 m qui la délimite à l’aval, est effectivement protohistorique (Cubizolle et al., 2004 ; Georges, 2007).

Figure 4 : Profil en long de la tourbière de Champgrimaud dans le sud des Monts du Forez (alt. 1162 m, Massif Central oriental) (d’après Cubizolle et al., 2004)

Figure 4 : Profil en long de la tourbière de Champgrimaud dans le sud des Monts du Forez (alt. 1162 m, Massif Central oriental) (d’après Cubizolle et al., 2004)

28Mais le blocage de l’eau peut aussi être le fait d’un simple muret construit pour délimiter deux parcelles en fond de vallon. C’est le cas à Souvazoux, à 930 m d’altitude sur le versant oriental des Monts du Forez, où une petite tourbière d’environ 200 m² affichant 1,05 m d’une tourbe riche en sphaignes est datée à la base de l’extrême fin de l’Antiquité (Cubizolle et al., 2004, Cubizolle et Thébaud, 2014).

29Un très bel exemple illustre le troisième et dernier sous-type : c’est celui de la tourbière du Grafenweiher, laquelle est localisée en rive droite du ruisseau le Rothenbach, environ 1,7 km au nord-ouest du bourg de Neunhoffen dans les Vosges du Nord (49° 01’ 26’’ N / 7° 36’09’’ E, alt. 232 m). Cette tourbière s’étend sur environ 4 ha le long du Rothenbach à l’amont d’une digue qui fut peut-être bâtie une première fois par les moines cisterciens de l’abbaye de Sturzelbronn. Les archives sont plus précises à partir du XVIIe s., période au cours de laquelle les cisterciens (re)construisent la digue afin de créer un étang indispensable au fonctionnement d’une forge qu’ils installent en 1764. Dans les années 1930, c’est l’armée française qui modifia la configuration du site dans le cadre de la création de la ligne Maginot. Le Rothenbach est alors endigué en rive gauche, des barrages et des digues sont bâtis de façon à pouvoir ennoyer le site et bloquer l’avancée allemande ; des ouvrages plus anciens sont, soit détruits, soit modifiés (Duchamp et al., 2007). Quelles relations de causalité peut-on établir entre ces interventions humaines et la dynamique turfigène ? Tous les profils en travers montrent très clairement que la tourbe est au contact de la digue qui sépare la tourbière du Rothenbach, et ce sur toute la hauteur de l’ouvrage, si bien que la surface de la tourbière domine le cours d’eau d’environ 2 m (fig. 5). Pourtant, les deux premières dates par le radiocarbone, obtenues en deux points à la base de la tourbe, ont donné des âges très anciens, soit 5836-5621 av. J.-C (6810 +/- 60 BP, Ly-13247) et 3332-2914 av. J.-C. (4420 +/- 50 BP, Ly-16248) (Bonnel et Tholozan, 2007). Ces âges renvoient donc à une origine très vraisemblablement climatique, du déclenchement de la turfigenèse, scénario conforme à celui mis en évidence pour les tourbières du Massif Central oriental (Cubizolle et al., 2012). En revanche, eu égard à la configuration stratigraphique et archéologique des lieux, il est impossible d’exclure un rôle de la digue dans le processus d’accumulation de la tourbe au cours des derniers siècles. Toutefois, il reste à conduire un important travail de datation par le radiocarbone, couplé à des recherches dans les archives, pour pouvoir apprécier plus finement les relations de causalité entre les rythmes de la turfigenèse et l’histoire des aménagements hydrauliques.

Figure 5 : Profil en travers de la tourbière du Grafenweiher en rive gauche du Rothenbach dans les Vosges du Nord (alt. 232 m)

Figure 5 : Profil en travers de la tourbière du Grafenweiher en rive gauche du Rothenbach dans les Vosges du Nord (alt. 232 m)

Autres cas de figures

30Dans de nombreuses situations il est difficile de démontrer la relation de cause à effet entre la présence d’un ouvrage et le démarrage de la turfigenèse et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord la configuration du site a pu être profondément bouleversée. C’est le cas à la Sagne Redonde, près de Lanarce, au nord de l’Ardèche où la tourbière de maar est barrée à l’aval par une énorme levée de terre longue d’une cinquantaine de mètres, large de 6 m et haute de 4 m, dont on ne peut pour l’instant spécifier ni l’âge ni la fonction pas plus que l’impact sur l’hydromorphie à l’amont tant le site a été perturbé par l’extraction de la tourbe jusqu’en 1998.

31Ensuite, il est fréquent que l’ouvrage, abandonné depuis longtemps, se soit si fortement dégradé qu’il est difficile à caractériser. Ainsi en est-il à Beauregard, à quelques centaines de mètres de la Sagne Redonde, où la tourbière qui s’étale sur 0,7 ha dans le fond d’un vallon est très nettement délimitée à l’aval par un aménagement en pierres qui barre la petite vallée au niveau où celle-ci se resserre et s’encaisse. L’ouvrage est en grande partie démantelé ce qui rend difficile sa caractérisation. Il s’agit vraisemblablement d’une construction qui permettait de franchir le ruisseau et qui a pu constituer une gêne pour l’écoulement des eaux, favorisant ainsi l’accumulation de près de 1,6 m de tourbe à l’amont. Or, étant donné la topographie locale et le contexte géomorphologique, on ne comprend pas la présence d’une telle épaisseur de tourbe sans l’existence d’un ouvrage barrant l’écoulement des eaux. Les deux dates obtenues par le radiocarbone dans la tourbe d’une part et les sédiments organiques sous-jacents d’autre part, placent le démarrage de la turfigenèse entre le début du XIVe s. et le début du XVe s. (fig. 6).

Figure 6 : Profil en travers de la tourbière de Beauregard en tête de vallée sur le plateau de Lanarce, dans le nord de l’Ardèche (alt. 1278 m, sud-est du Massif Central)

Figure 6 : Profil en travers de la tourbière de Beauregard en tête de vallée sur le plateau de Lanarce, dans le nord de l’Ardèche (alt. 1278 m, sud-est du Massif Central)

32On a un cas de figure assez similaire au Prat Sauvage, toujours sur le plateau ardéchois, où une tourbière située en amont d’une levée de pierres et de terre d’une hauteur d’environ 4 m couvre 4,6 ha d’un fond de vallon. S’il est actuellement endommagé l’ouvrage devait jadis bloquer l’évacuation des eaux. L’accumulation de tourbe s’appuie en effet contre la levée où sa puissance maximale avoisine 2 m. Ainsi, toute la géométrie du site est en cohérence avec l’hypothèse d’une accumulation de tourbe déclenchée par les modifications de l’hydrologie locale induites par la construction de la levée.

33Dans d’autres situations le barrage ou la digue peuvent exister mais ils sont postérieurs au démarrage de la turfigenèse et n’ont contribué, au mieux, qu’à prolonger ou à redynamiser l’accumulation de tourbe. On a déjà vu le cas du Grafenweiher dans les Vosges du Nord mais il en existe beaucoup d’autres. A Sarras, à 900 m d’altitude au sud-ouest du Massif du Livradois, le contexte est un peu similaire avec une langue tourbeuse qui s’étale dans le fond d’un vallon sur environ 500 m² (Fassion et al., sous presse). Son épaisseur ne dépasse pas 90 cm et sa mise en place est datée entre la fin de l’Antiquité et l’an Mil selon les secteurs (fig. 7). Or, si un barrage bloque bien les eaux qui circulent dans l’axe du vallon, il est difficile de prouver qu’il est à l’origine de la turfigenèse. Les carottages dans la pièce d’eau ont montré que la tourbe plonge sous les sédiments organo-minéraux qui reposent au fond de la pièce d’eau. Celle-ci serait donc postérieure à la tourbe. Une réponse définitive à la question ne pourrait être apportée que par le démontage du barrage et l’examen des stratigraphies sous et autour de ses fondations. La démonstration est plus simple pour la partie amont du site de la Plagnette/Les Meaudres ruines dans le sud du massif des Bois Noirs (fig. 1) (Cubizolle et al., 2004) et la configuration est très vraisemblablement identique à Parigné en Ille-et-Vilaine, où la tourbière de Landemarais a commencé à se développer vers 370 ap. J.-C. mais semble devoir l’essentiel du volume de tourbe à la construction d’un barrage et à la création d’un étang au début du Xe s. (Visset, 1989 ; Clément et al., 2011). A Cessières enfin, dans l’Aisne, un travail de terrain doublé, là aussi, d’analyses polliniques, a permis de mettre en évidence un schéma dans lequel les aménagements hydrauliques ont renforcé le potentiel turfigène, jusqu’à entraîner le doublement de la vitesse d’accumulation de tourbe. Les premières hypothèses de F. Morand (1971) mettaient en avant les modifications de couvert végétal. Mais des travaux récents ont démontré que c’est bien l’implantation du moulin de Tervanne, à l’exutoire de la tourbière, qui était responsable de la forte dynamique turfigène (Grégoire, Amat, 2007). Les aménagements associés au moulin indiquent, pour autant qu’ils puissent être évalués d'après les ruines, une hauteur maximale de la digue d'environ 4 m, ce qui explique l’élévation de la nappe et une accentuation de l’hydromorphie en amont, très favorable à l’accumulation de tourbe.

Figure 7 : Profil en long du vallon et de la tourbière de Sarras au sud-ouest du Massif du Livradois (alt. 900 m)

Figure 7 : Profil en long du vallon et de la tourbière de Sarras au sud-ouest du Massif du Livradois (alt. 900 m)

34Enfin, il est des cas où l’ouvrage a disparu quoique très fortement suspecté. Ainsi en est-il sur le site de la tourbière de Grangeneuve qui est située près d’Usson-en-Forez, à 915 m d’altitude au sud des Monts du Forez. Cette tourbière, d’une superficie d’à peine 500 m², n’est plus fonctionnelle d’un point de vue hydro-écologique. En effet, les 120 à 130 cm de tourbe mésique et saprique sont recouverts par 30 à 50 cm d’un réductisol qui évolue vers un rédoxisol en périphérie (fig. 8). Les datations par le radiocarbone, obtenues sur des échantillons prélevés à la base et au sommet de la couche de tourbe, placent le développement de cette tourbière enfouie entre l’an Mil et le XVIIe s. (fig. 8). Actuellement, la route qui franchit la vallée et qui est surélevée d’environ 1,5 m par rapport à la surface de la tourbière, sépare le pré et son histosol fossile à l’amont, des prés simplement hydromorphes et non tourbeux à l’aval. On peut émettre l’hypothèse que cette route moderne reprend le tracé d’un chemin historique qui faisait office de digue et qui a été à l’origine du basculement des bilans hydriques en faveur de l’accumulation de tourbe.

Figure 8 : Profil en travers de la tourbière de Grangeneuve près d’Usson en Forez dans le sud des Monts du Forez (alt. 915 m, Massif Central oriental)

Figure 8 : Profil en travers de la tourbière de Grangeneuve près d’Usson en Forez dans le sud des Monts du Forez (alt. 915 m, Massif Central oriental)

Discussion

35Cette typologie des tourbières s’appuie ainsi, non pas sur des critères géomorphologiques, hydrologiques, écologiques ou phyto-sociologiques comme c’est le cas des classifications les plus répandues (Gore, 1983 ; Charman, 2002), mais sur le type d’aménagement qui a induit les modifications hydrologiques à l’origine du rehaussement de la nappe et du déclenchement ou de la redynamisation de la turfigenèse. Ainsi, c’est l’Homme, par le biais de certaines de ses interventions sur les milieux, qui est le fondement de cette typologie, une option qui nous paraît cohérente avec le fait que ces tourbières n’existeraient pas sans les interventions des sociétés humaines. Cette typologie est donc à rapprocher de celles, peu utilisées malheureusement, qui sont basées sur le degré d’influence des activités humaines sur le fonctionnement des tourbières (Cross, 1990 ; Warner, 1996 ; Warner et Bunting, 1996 ; Charman, 2002 ; Cubizolle, 2005).

36A la question sur la répartition géographique de ces tourbières, on peut répondre en deux temps :

  • du point de vue hydro-géomorphologique, on voit que ces tourbières peuvent être présentes partout, à l’exception peut-être des régions karstiques qui sont potentiellement moins favorables, sinon dans certains fonds argileux de dolines, d’ouvalas ou de poljés. Quant à la surreprésentation des montagnes granitiques et métamorphiques du Massif Central oriental, elle ne nous paraît être que la conséquence de l’effort de recherche réalisé depuis 15 ans dans cette région ;

  • du point de vue du contexte socio-économique, toutes les régions françaises ont offert, à un moment ou à un autre depuis la mise en place de l’agrosystème, les conditions nécessaires à la genèse de ces tourbières. Il n’est pas exclu par ailleurs que, compte tenu de la forte valeur marchande à l’hectare des « terres à tourbe » au cours de certaines périodes, comme la première moitié du XIXe s., certains aménagements hydrauliques aient eu pour principal objectif de produire de la tourbe (Herbin de Halle, Peuchet, 1803). Finalement, il est théoriquement possible de retrouver ce type de tourbière un peu partout en France, mais également dans tous les pays de vieille civilisation agricole. Toutefois, très nombreuses sont les tourbières qui ont dû être détruites depuis les années 1950, du fait de l’expansion urbaine et des infrastructures touristiques et de transport, mais aussi à cause de l’évolution des méthodes de production agricole. Il ne serait donc pas étonnant que les concentrations les plus fortes se situent dans les régions les plus rurales où se maintiennent les petites exploitations familiales qui créent et utilisent encore souvent ces pièces d’eau.

37Il est donc très probable que ce type de tourbières est très répandu, spécialement dans les moyennes montagnes comme le Massif Central, les Vosges, les Ardennes, le Massif Armoricain où, si l’agriculture a très fortement reculé depuis quelques décennies, la configuration des lieux n’a guère changé. Ainsi demeurent en l’état, plus ou moins masqués par les friches ou les plantations de conifères , les aménagements et les tourbières qui leur sont associées, mais aussi les banquettes d’érosion agricole et les ruines de multiples ouvrages et bâtiments, tous ces éléments constituant autant de témoignages de l’emprise pluri-séculaire, voire pluri-millénaire, des sociétés agro-pastorales sur les milieux. Aussi, dans le cadre d’une gestion patrimoniale, il nous paraît fondamental de ne pas dissocier ces éléments qui participent de la même histoire. Quant à l’intérêt plus spécifique de la présence d’une tourbière, et ce quelle que soit sa superficie et la nature de sa végétation, il est triple :

38par son existence même, la tourbière révèle une modification des bilans hydriques qui, dans les contextes qui nous intéressent ici, ne peuvent provenir que d’une intervention humaine. Ainsi la tourbière signale la présence, à un moment de l’histoire, d’une communauté d’agriculteurs ou d’agro-pasteurs et d’artisans. C’est à ce titre que nous assimilons ces tourbières à des objets archéologiques. Et, dans les régions comme le Massif Central, peu accessibles aux archéologues à cause de la rareté des opérations de diagnostic et de l’omniprésence des prés et des forêts, les tourbières anthopiques sont un moyen d’accéder aux périodes antérieures au Moyen Âge.

39La tourbière stocke des archives naturelles – pollen, frustules de diatomées, macro-restes végétaux … - qu’il est possible de valoriser en termes de reconstitution des histoires climatiques, écologiques, hydrologiques et agro-pastorales.

40La tourbe rend enfin possible la réalisation de datations par le radiocarbone qui permettent de caler chronologiquement les différentes étapes de l’histoire du site et de ses alentours, mises en évidence par les études sur l’origine de la tourbière et les analyses paléo-écologiques.

41L’introduction du caractère archéologique de certaines tourbières dans le processus de patrimonialisation nous amène ainsi à une requalification de ces écosystèmes tourbeux. Les critères qui satisfont la conservation de la biodiversité et ceux qui garantissent la qualité de l’information paléo-environnementale produite par l’existence de ces tourbières anthropiques et des archives paléo-écologiques qu’elles conservent étant différents, de nouveaux sites pourraient être protégés. En effet, la modification des conditions hydriques dans le sens d’une variation saisonnière plus grande des niveaux de la nappe, souvent rédhibitoire en matière de biodiversité et d’intérêt paysager, est beaucoup moins gênante en matière de conservation des données paléoécologiques et archéologiques. Certes, les archives des premiers centimètres ou décimètres sont détruites et l’accumulation de tourbe est bloquée, ce qui empêche la conservation des données actuelles ; mais l’essentiel du volume est préservé, ce qui représente des milliers d’années d’histoire environnementale.

42En conséquence, il nous semble primordial d’inventorier systématiquement ces tourbières qui, faute d’intérêt botanique majeur et du fait de leur petite taille, passent inaperçues et ne sont pas protégées. Beaucoup sont ainsi comblées, drainées voire détruites avant d’avoir été découvertes. Certes, la préservation de toutes ces tourbières est impossible, mais leur signalement ou, mieux encore, leur enregistrement dans des bases de données régionales, permettrait d’intervenir sur les sites menacés pour récupérer l’information scientifique, notamment en extrayant des carottes de sédiments qui pourraient être aisément conservées en chambre froide dans l’attente d’analyses.

43Enfin, une réflexion doit être engagée sur l’opportunité de s’inspirer de la façon dont sont apparues ces tourbières anthropiques pour, d’une part, créer des étangs afin de stimuler le développement de tourbières et, d’autre part, utiliser le potentiel d’accumulation de tourbe que constituent les très nombreuses pièces d’eau et retenues collinaires qui sont construites partout en France depuis une dizaine d’années (Graie, 2006). La création d’étangs ex nihilo nous semble, au regard des exemples historiques que nous avons présentés, et en particulier celui de Berbézit dans le massif du Livradois, la plus efficace. Ce serait le meilleur moyen, notamment en plaine où les conditions climatiques sont peu favorables à la paludification, de compenser les destructions de tourbières qui se poursuivent malgré l’élaboration, au cours des 15 dernières années, d’un important corpus législatif et réglementaire français et européen (MEEDD, 2010). Quant aux bassins voués aux besoins agricoles, ils offrent un potentiel difficile à exploiter. Tout d’abord, il est entendu que la configuration de nombre de ces bassins n’offre pas des conditions optimales à la turfigenèse, car trop profonds et aux pentes très fortes. Il est par ailleurs vraisemblable que certains d’entre eux ont été ou seront régulièrement curés pour maintenir une tranche d’eau suffisante, le développement d’une tourbière n’étant évidemment pas l’objectif des agriculteurs.

Conclusion

44Les tourbières dont la mise en place est une conséquence de la modification de l’hydrologie locale par la construction d’aménagements de type barrage, digue, levée, sont donc présentes sur la plus grande partie du territoire français. Elles sont vraisemblablement très nombreuses, voire innombrables, puisque souvent associées aux pratiques agricoles traditionnelles. Elles sont toutefois encore peu étudiées pour elles-mêmes, si bien que la bibliographie ne les révèle qu’au détour de quelques observations trop souvent insuffisantes pour s’assurer du lien de cause à effet entre l’accumulation de tourbe et les ouvrages. Tout un travail reste donc à conduire, impliquant géographes, paléo-écologues, archéologues, historiens, et s’appuyant méthodologiquement sur les études déjà menées dans le Massif Central oriental où, toutefois, de précieuses informations complémentaires pourraient être apportées par une implication plus forte des historiens et des archéologues.

45L’inventaire et l’étude des tourbières anthropiques ouvrent par ailleurs des perspectives nouvelles pour la gestion conservatoire et patrimoniale de ces écosystèmes dans un pays de vieille civilisation agraire comme la France, où la biodiversité des tourbières ne peut être que le résultat de la très longue histoire des interactions entre les activités humaines et les dynamiques naturelles. Cet éclairage interroge ainsi le caractère exclusivement « naturel » que l’on prête aux tourbières et atteste de la légitimité patrimoniale de leur potentiel paléo-environnemental, archéologique et historique, au nom du passé qu’elles raniment dans le présent. La valorisation de ce potentiel des tourbières conduirait ainsi à une réappropriation, par les sociétés, de ces milieux dont elles ont été dépossédées par un mode de gestion qui considérait toute intrusion humaine comme une menace pour la biodiversité.

46Car il existe donc bien deux types de représentation des tourbières : l’une fortement dominante, qui impulse la gestion conservatoire mais qui ne correspond que partiellement à la donne scientifique ; l’autre, minoritaire qui, pourtant, colle bien davantage à ce qui ressort des études paléoécologiques, historiques et géoarchéologiques. Ces dernières peuvent donc amener à valoriser aux yeux des gestionnaires ces liens avec l’histoire des campagnes et des sociétés agricoles, ce qui poussera à la préservation de ces tourbières. Dans le cas où cette information scientifique n’atteindrait pas ou ne convaincrait pas les décideurs, alors le caractère anthropique de ces milieux humides, combiné à leur petite taille et à la relative banalité de leurs biocénoses, les déconsidèreraient et conduiraient inexorablement à leur dégradation, voire à leur disparition.

Haut de page

Bibliographie

ARGANT J., CUBIZOLLE H., 2005. L'évolution holocène de la végétation des Monts de la Madeleine, du Forez, du Livradois et du Pilat (Massif Central oriental, France) : l'apport d'une nouvelle série d'analyses palynologiques, Quaternaire, vol. 16, n° 2, p. 119-42.

BONNEL P., THOLOZAN A., 2007, Genèse et développement des tourbières du pays de Bitche dans les Vosges du Nord, in CUBIZOLLE H. (coord), Origines, fonctionnement et conservation des tourbières, Saint-Etienne, Publications de l’Université , p. 144-167.

BRANIGAN K., EDWARDS K.J., MERRONY C., 2002, Bronze Age fuel : the oldest direct evidence for deep peat cutting and stack construction ? Antiquity, vol. 76, p. 849-855.

Caseldine C., Hatton J., 1993, The development of high moorland on Dartmoor: fire and the influence of Mesolithic activity on vegetation change, in CHAMBERS F.M. (éd), Climate change and human impact on landscape, London, Chapman & Hall, p. 119-131.

CHARMAN D., 2002, Peatlands and environmental changes, Chichester, John Wiley, 301 p.

CLEMENT B., LEBAS J.-F., NOGUES E., AIDOUD A., 2011, Restauration de la tourbière de Landemarais. Vingt années de suivi, Sciences Eaux et Territoires, 5, p. 48-53.

CLIMENT A., HERBUVEAUX G., 2010, Campagne tourbières en forêt de Sénart du 5 au 7 octobre 2009, Groupe d’Etude des Tourbières de Sénart, rapport de terrain.

COIC B., FRAPPA F., LAZA L., 2001, Tourbières en Rhône-Alpes, un patrimoine commun à gérer, Vourles, Conservatoire Rhône-Alpes des espaces naturels, 48 p.

COURTET L., GATEAUD P., STEPHAN B., 1991, La Loire en sursis. Croisade pour le dernier fleuve sauvage d’Europe, Paris, Editions Sang de la terre, 304 p.

CROSS J.R., 1990, Survey and selection of peatland sites for conservation in the Republic of Ireland, in DOYLE G.J., Ecology and Conservation of Irish Peatlands, Dublin, Royal Irish Academy, p. 175-188.

CUBIZOLLE H., 2005, Paléoenvironnement et turfigenèse, l'apport de l'étude des tourbières à la connaissance de l'évolution holocène des milieux montagnards du Massif Central oriental granitique, Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Limoges, 750 p.

CUBIZOLLE H., 2009, Paléoenvironnements, Paris, Armand Colin, collection U, 271 p.

CUBIZOLLE H., TOURMAN A., ARGANT J., PORTERET J., OBERLIN C., SERIEYSSOL K., 2003, Origins of European biodiversity: palaeo-geographic signification of peat inception during the Holocene in the granitic eastern Massif Central (France), Landscape Ecology, vol. 18, n° 3, p. 227-238.

CUBIZOLLE H., GEORGES V., LATOUR C., ARGANT J., SERIEYSSOL K., 2004, La turfigenèse à la fin du Subboréal et au Subatlantique dans les tourbières basses du Massif Central oriental granitique (France) : une manifestation de l'action humaine ? Quaternaire, vol. 15, n° 4, p. 343-359.

CUBIZOLLE H., SERIEYSSOL K., ARGANT J., 2005, Holocene vegetation dynamics and human impact on the peatland of Virennes (french Massif Central). Diatoms Research, vol. 20, n° 2, p. 257-273.

CUBIZOLLE H., BONNEL P., OBERLIN C., TOURMAN A., PORTERET J., 2007, Advantages and limits of radiocarbon dating applied to peat inception since the end of the Late Glacial: the example of mires in the eastern Massif Central (France), Quaternaire, vol. 18, n° 2, p. 187-206.

Cubizolle H., Sacca C., 2011, Les définitions des tourbières et des marais revisitées. Pour une approche pédologique des zones humides, in Regards sur les tourbières, les vallées alluviales, les peupleraies et les pâturages, ENEC UMR 8185 CNRS, EVS UMR 5600 CNRS, Agence de l’Eau Seine-Normandie, Agence de l’Eau Artois-Picardie, Publications Natura Agora, p. 204-214.

CUBIZOLLE H., FASSION F., ARGANT J., LATOUR-ARGANT C., GALET P., OBERLIN C., 2012, Mire initiation, climatic change and agricultural expansion over the course of the Late-Holocene in the Massif Central mountain range (France): causal links and implications for mire conservation, Quaternary International, vol. 251, p. 77-96.

CUBIZOLLE H., HAAS J.N., BIELOWSKI W., DIETRE B., CHATELARD S., ARGANT J., LATOUR-ARGANT C., PORTERET J., LEFEVRE J.-P., 2013, Palaeopaludification, environnemental changes and human impact during the mid and late Holocene in Western Europe: the example of la Prenarde-Pifoy mire in French Massif Central, Quaternaire, vol. 24, n° 4, p. 419-442.

CUBIZOLLE H., THEBAUD G., 2014, A geographical model for an altitudinal zonation of mire types in the uplands of Western Europe: the example case being the Monts du Forez mountain range in France. Mires and peat (in press, online from May 2014, http://www.mires-and-peat.net/ ).

CUBIZOLLE H., ARGANT J., FASSION F., LATOUR-ARGANT C., DIETRE B., sous presse, L’histoire de la végétation depuis la fin du Tardiglaciaire et l’évolution de l’emprise humaine à partir du milieu de l’Holocène dans le Massif Central oriental (France), Quaternaire.

DEFORCE K., BASTIAENS J., AMEELS V., 2007, Peat re-excavated at the Abbey of Ename (Belgium): archaeobotanical evidence for peat extraction and long distance transport in Flanders around 1200 AD, Environmental Archaeology, vol. 12, n°1, p. 87-94.

DEREX J.-M., GREGOIRE F., 2009, Histoire économique et sociale de la tourbe et des tourbières, Groupe d’Histoire des Zones Humides, Aestuaria, Cordemais, 316 p.

DUBECH P., SELLIER J., 2010, Plan de gestion 2011-2015 de la réserve naturelle nationale des Landes du Pinail, GEREPI, 119 p.

DUCHAMP L., SCHNITZLER A., GRANDMOUGIN L., 2007, Histoire et dynamique actuelle d’un complexe tourbeux sur grès : l’exemple de la tourbière du Grafenweiher dans le pays de Bitche (Vosges du Nord), in CUBIZOLLE H. (éd), Origines, fonctionnement et conservation des tourbières, Saint-Etienne, Publications de l’Université, p. 169-180.

FASSION F., CUBIZOLLE H., ARGANT J., BONNEL P., THOLOZAN A., sous presse, Evolution de l’emprise humaine sur les milieux montagnards à travers une analyse des dynamiques d’occupation humaine de la fin de l’Age du Fer au haut Moyen Age : l'exemple d'une moyenne montagne granitique d’Europe occidentale, le massif du Livradois (France), in TRÉMENT F. et LEVEAU P. (ed.), Aménagement et exploitation des zones humides depuis l’Antiquité, approches comparées en Europe méditerranéenne et continentale, Clermont-Ferrand, Maison des Sciences de l'Homme, 11-13 juin 2009.

GEORGES V., 2007, Le Forez du VIème au 1er millénaire av. J-C. Territoires, identités et stratégies des sociétés humaines du Massif Central dans le bassin amont de la Loire (France), Thèse d’Université pour le Doctorat d’Archéologie, Université de Dijon, 1, 435 p.

GIREL J., MANNEVILLE O., 2007, L’origine de la turfigenèse dans la plaine alluviale de l’Isère, in CUBIZOLLE H. (éd), Origines, fonctionnement et conservation des tourbières, Saint-Etienne, Publications de l’Université , p. 183-197.

GORE A.J.P., 1983, Mires: swamp, bog, fen and moor, Ecosystems of world, 4A: General Studies, Elsevier Scientific Publications Company, 440 p.

GRAIE, 2006, Les retenues collinaires. Quel fonctionnement et quels impacts ? L’Arbresle, Syndicat de rivière Brévenne-Turdine, 76 p.

GREGOIRE F., AMAT J.-P., 2007, Archéologie du paysage du Marais de Cessières et des Coteaux de Montbavin, Document d’objectifs du site Natura 2000 « Coteaux et tourbières de Cessières-Montbavin », 57 p.

GREGOIRE F., 2008, Les tourbières du plateau de Montselgues, relief, eau et hommes. Rapport d’étude réalisé dans le cadre d’une convention avec le Conservatoire des Espaces Naturels de Rhône-Alpes, 82 p.

HERBIN DE HALLE P.E., PEUCHET J., 1803, Statistique générale et particulière de la France et de ses Colonies, t. 1, Paris, F. Buisson, 442 p.

MINISTERE DE L’ECOLOGIE, DE L’ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER (MEEDD), 2010, Les zones humides : un enjeu national. Bilan de 15 ans de politique publique, MEEDD, Direction de l’Eau et de la Biodiversité, 95 p.

MORAND F., 1971, Contribution à l’étude de la formation des marais et tourbières de Cessières et Montbavin (Aisne), Bulletin de l’Association de géographes français, 387-388, p. 97-115.

MOORE P.D., 1975, Origin of blanket mires, Nature, vol. 256, p. 267-269.

MOORE P.D., 1988, The development of moorlands and upland mires, in JONES M., Archaeology and the flora of the British isles: human influence on the evolution of plant communities, Oxford University Committee for Archaeology, Monograph number 14, Botanical Society of the British Isles conference report number 19, p. 116-122.

MOORE P.D., 1993, The origin of blanket mire, revisited, in CHAMBERS F.M. (éd), Climate change and human impact on landscape, London, Chapman & Hall, p. 217-224.

POMEROL C., LAGABRIELLE Y., RENARD M., 2000, Eléments de géologie, Paris, Dunod, Masson Sciences, 746 p.

REIMER P.J., BAILLIE M.G.L., BARD E., BAYLISS A., BECK J.W., BLACKWELL P.G., BRONK RAMSEY C, BUCK C.E., BURR G.S., EDWARDS R.L., FRIEDRICH M., GROOTES P.M., GUILDERSON T.P., HADJDAS I., HEATON T.J., HOGG A.G., HUGHEN K.A., KAISER K.F., KROMER B., McCORMAC F.G., MANNING S.W., REIMER R.W., RICHARDS D.A., SOUTHON J.R., TALAMO S., TURNEY C.S.M., van der PLICHT J. & WEYHENMEYER C.E., 2009, INTCAL09 and marine09 radiocarbon age calibration curves, 0–50,000 years Cal BP. Radiocarbon, vol. 51, n° 4, p. 1111-1150.

SACCA C., 2009, Analyse de la perception et des fonctions des tourbières : l’exemple rhônalpin, Thèse de doctorat, Université Jean Monnet, Saint-Étienne, 355 p.

SACCA C., CUBIZOLLE H., 2008, La patrimonialisation des zones humides : l'exemple de tourbières de l'est de la France, Géographie et Cultures, 66, p. 11-26.

VISSET L., 1989, La tourbière de Landemarais en Parigné (Ille-et-Vilaine, France), 2, étude pollinique, Lejeunia, 129, p. 16-36.

WARNER B.G., 1996, Vertical gradients in peatlands, in MULAMOOTTIL G., WARNER B.G. et MCBEAN E.A. (ed.)., Wetlands: environmental gradient, Boundaries and buffers, Boca Raton, Florida, CRC Press, p. 45-65.

WARNER B.G., BUNTING M.J., 1996, Indicators of rapide environmental change in northern peatlands, in BERGER A.R, IAMS W.J., BALKEMA A.A (ed.), Geoindicators: Assessing Rapid Environmental Changes in Earth systems, Rotterdam, p. 235-246.

Haut de page

Notes

1 NDLR : La période de La Tène (second Âge du Fer) succède à celle de Hallstatt (premier Âge du Fer). Chronologiquement, elle se place entre 450 av.J.-C. et le début de notre ère.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des régions géographiques et des sites présentés dans cet article
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9252/img-1.png
Fichier image/png, 190k
Titre Figure 2 : La tourbière de bassin du Jas dans le sud des Monts du Forez (alt. 1075 m, Massif Central oriental)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9252/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 3 : Profil en long de la tourbière et de l’étang de Berbézit aux confins des plateaux de la Chaise-Dieu et du massif du Livradois (alt. 940 m, Massif Central oriental)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9252/img-3.png
Fichier image/png, 103k
Titre Figure 4 : Profil en long de la tourbière de Champgrimaud dans le sud des Monts du Forez (alt. 1162 m, Massif Central oriental) (d’après Cubizolle et al., 2004)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9252/img-4.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figure 5 : Profil en travers de la tourbière du Grafenweiher en rive gauche du Rothenbach dans les Vosges du Nord (alt. 232 m)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9252/img-5.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 6 : Profil en travers de la tourbière de Beauregard en tête de vallée sur le plateau de Lanarce, dans le nord de l’Ardèche (alt. 1278 m, sud-est du Massif Central)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9252/img-6.png
Fichier image/png, 91k
Titre Figure 7 : Profil en long du vallon et de la tourbière de Sarras au sud-ouest du Massif du Livradois (alt. 900 m)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9252/img-7.png
Fichier image/png, 69k
Titre Figure 8 : Profil en travers de la tourbière de Grangeneuve près d’Usson en Forez dans le sud des Monts du Forez (alt. 915 m, Massif Central oriental)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9252/img-8.png
Fichier image/png, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Cubizolle, Céline Sacca et Fabrice Grégoire, « Quand l’Homme crée des tourbières ou comment les tourbières d’origine anthropique changent la manière de percevoir les écosystèmes tourbeux », Géocarrefour, vol. 88/4 | 2013, 257-272.

Référence électronique

Hervé Cubizolle, Céline Sacca et Fabrice Grégoire, « Quand l’Homme crée des tourbières ou comment les tourbières d’origine anthropique changent la manière de percevoir les écosystèmes tourbeux », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/4 | 2013, mis en ligne le , consulté le 29 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9252 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9252

Haut de page

Auteurs

Hervé Cubizolle

UMR 5600 CNRS EVS-ISTHME, Université Jean Monnet, 6 rue Basse des Rives, 42023 Saint-Etienne cedex 2 herve.cubizolle@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Céline Sacca

UMR 5600 CNRS EVS-ISTHME, Université Jean Monnet, 6 rue Basse des Rives, 42023 Saint-Etienne cedex 2 celine.sacca@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Fabrice Grégoire

UMR 5600 CNRS EVS Fabrice.Gregoire@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page