Navigation – Plan du site

Géographie et aire culturelle : témoignage et perspective

Geography and cultural areas: testimony and perspectives
Cynthia Ghorra-Gobin
p. 33-41

Résumés

Evoquer en tant que géographe son travail de recherche en mettant en évidence les choix épistémologiques et méthodologiques est loin d'être aisé quand de surcroit on s'inscrit dans une aire culturelle. Expliquer la manière de "faire société" aux Etats-Unis à partir de l'objet "ville" exige de prendre en compte le paradigme des américanistes et de reconnaître que la ville n'est pas non plus un objet exclusivement abordé par la géographie. Tout en reconstituant la démarche de géographe et d'américaniste ancrée sur Los Angeles, l'article met en évidence les références et les emprunts faits à d'autres disciplines afin de valider l'hypothèse d'une conception américaine de la ville. La conclusion suggère un regard comparatiste entre aires culturelles pour expliquer métropolisation et mondialisation.

Haut de page

Texte intégral

1Prendre la ville américaine pour objet d'analyse afin de rendre compte de la manière dont les Américains font société et organisent leur enracinement spatial à partir de la ville ne va pas de soi. Un objectif aussi ambitieux exige un cheminement dont il convient de préciser les étapes et les interrogations et de rendre explicite les recours et emprunts à d'autres disciplines. La première partie retrace le discours dominant de la recherche urbaine dans les années 1970/8O et celle de l'aire culturelle qualifiée d'Etudes Américaines (American Studies) tout en présentant la construction de l'hypothèse de recherche. La deuxième partie évoque la remise en cause des lectures traditionnelles de Los Angeles au profit des représentations sociales et culturelles des acteurs en se référant aux débats politiques autour de son aménagement ainsi qu'à son inscription dans le récit national. Après avoir explicité le choix des recours faits à d'autres disciplines de la même aire aire culturelle afin de cerner les représentations des acteurs soit la "culture politique" de Los Angeles, la troisième partie présente les limites d'une recherche centrée sur la métropolisation à partir d'un ancrage limitée à une aire culturelle (ici les Etudes Américaines). La conclusion suggère et défend le principe d'une démarche comparatiste entre aires culturelles, au sein de la géographie.

La recherche urbaine et le choix d'une ville américaine

2Tout en resituant les priorités de la recherche urbaine dans les années 1970/80 ainsi que celles des Etudes Américaines, cette partie aborde la construction d'une hypothèse de travail ainsi que le choix du terrain afin d'être validée ou infirmée.

Les priorités de la recherche urbaine et des Etudes Américaines

3Dans les années 1970-1980 la recherche urbaine (en géographie) s'intéressait principalement à l'analyse de l'influence des modes de production économique sur la production de l'espace urbain1. Elle abordait les thématiques de la ségrégation sociale -qui se traduit par une distinction entre les quartiers industriels, les quartiers ouvriers et les quartiers bourgeois-, de la hiérarchisation spatiale -en fonction des revenus des ménages ou encore de leur appartenance ethnique et raciale- et des pratiques spatiales liées au positionnement de l'individu (ou ménage) au sein des différentes catégories sociales. Cette approche qui avait pour objectif principal de souligner les inégalités sociales et spatiales inhérentes à la logique économique répondait à l'attente de tout chercheur en quête de modèles explicatifs universels. En exagérant à peine on peut dire que la localisation de la ville et ses spécificités importaient peu. Il fallait avant tout repérer une certaine régularité dans les rythmes urbains afin de conforter les lois sur le fonctionnement des sociétés urbaines issues du capitalisme industriel, en Europe, en Amérique du Nord, comme en Amérique du sud. Cette recherche présentait l'intérêt de contribuer à une politique de régulation des effets pervers liés à la loi du marché au travers par exemple d'une politique d'équipements publics à l'initiative de l'Etat central ou encore de la municipalité.

4Dans ce contexte, il n'était pas vraiment utile d'insister sur les spécificités propres à une ville qui pouvaient relever de son contexte historique ou de la volonté et de la motivation des acteurs locaux. Il était également hors de question de prendre en compte tout aspect relevant de la culture civique locale pour expliquer la croissance économique, celle-ci allait de soi. En fait, à la suite seulement des publications d'Alain Touraine sur le rôle des acteurs dans la dynamique sociale (au milieu de la décennie 1980) et de celles de Robert Putnam qui -en vue d'expliquer la différence de dynamique économique entre l'Italie du nord et l'Italie du sud-, a mis en évidence la qualité des relations sociales entre des partenaires relevant a priori d'institutions différentes, la recherche urbaine s'est intéressée aux acteurs donc à la variable socio-culturelle. L'illustre expression de Putnam "civics predict economics" (la culture civique explique l'économique) a contribué à jeter un nouveau regard sur la sphère économique et sur la ville. La théorie économique autorise simplement à rendre compte de la stratégie spatiale d'implantation des entreprises ainsi que de l'organisation spatiale issues des nouvelles conventions entre les entreprises et leurs sous-traitants, comme l'exprime le terme de cluster.

5Du côté de l'aire culturelle intitulée Etudes Américaines, les questions locales n'étaient pas vraiment à l'ordre du jour. Les historiens et les politologues (deux disciplines fortement impliquées dans les Etudes Américaines en France) privilégiaient l'Etat fédéral, ses institutions, sa vie politique ainsi que les relations internationales. Les questions sociales, les revendications des Noirs, la contre-culture artistique étaient des sujets mineurs plutôt abordés par les civilisationistes (départements d'anglais) ayant une bonne connaissance de la littérature et des ouvrages publiés aux Etats-Unis mais accordant peu d'importance au travail de terrain ou encore aux archives. Une démarche résolument ancrée dans l'aire culturelle présentait justement l'avantage d'avoir plus facilement et surtout plus légitimement accès aux travaux américains et aux travaux des Américanistes -quel que soit leur discipline d'appartenance.

Construire une hypothèse de travail

6Le travail de recherche engagé sur la ville américaine -à la fin des années 1970- qui se donnait pour objectif de dire si les Etats-Unis, en tant que nation considérée comme l'héritière du Siècle de Lumières, et en tant que pays figurant au premier rang de la puissance économique et technique, avait donné un nouveau sens à la ville. Cette interrogation s'inscrivait en dehors du paradigme de la recherche urbaine mais allait de soi dans la démarche de tout américaniste, sensible à cette notion de spécificité depuis les écrits de Tocqueville. La question "la ville américaine était-elle une réplique de la ville européenne (ville continentale) dans le Nouveau Monde ? ou encore relève-t-elle de l'invention américaine ?" s'est en fait imposée, à la suite d'une thèse de troisième cycle qui avait porté sur les lotissements suburbains dans la croissance et l'étalement spatial de la ville de Beyrouth (Liban). La thématique était bien cernée, correspondait à la recherche en cours en géographie et en sociologie et pouvait s'appuyer sur des références bibliographiques. L'acquis essentiel de ce travail de recherche sur la suburbanisation est apparu au cours du travail de terrain, lors des enquêtes menées auprès des résidents de huit lotissements et de quelques promoteurs. Ces lotissements qui s'addressaient à des classes aisées n'étaient pas clôturés mais pouvaient se qualifier d'enclaves dans la mesure où ils bénéficiaient d'un traitement paysager et se caractérisaient par une certaine homogeneité sociale et confessionnelle : les lotissements au sud de Beyrouth (le long de la route en direction de Damour et du Chouf) étaient majoritairement peuplés de musulmans alors que les lotissements au nord de Beyrouth étaient majoritairement habités par des chrétiens. La caractéristique confessionnelle des lotissements présentait tout compte fait un intérêt limité dans la mesure où elle correspondait en partie à la ségrégation spatiale de la ville de Beyrouth2.

7Le plus surprenant fut d'entendre, lors des entretiens, la majorité des habitants des lotissements dire combien ils appréciaient ce mode de vie suburbain et étaient satisfaits de vivre dans une maison individuelle. Ils parlaient de leur "villa" avec beaucoup d'émotion et précisaient souvent qu'ils avaient vécu de cette manière lors de leurs séjours à l'étranger, aux Etats-Unis ou encore en Angleterre. En fait la plupart des habitants parlait anglais, -outre la langue arabe-, avait vécu à l'étranger et avait fait fortune dans les pays du golfe. N'ayant pas à proprement parler de racines dans la ville de Beyrouth, ils avaient résolument opté pour une localisation en dehors de la ville et à proximité de la nature. Les lotissements se trouvaient dans des sites fort agréables : ils bénéficiaent d'une vue sur la mer et sur les premières collines de la montagne et se trouvaient à mi-chemin entre la capitale -qui concentrait l'essentiel des emplois de la région- et les centres de villégiature de la montagne. L'accent mis sur la "villa" et sur le choix d'un  mode de vie suburbain était un moyen d'afficher un standing de vie tout en marquant une rupture avec l'expérience urbaine de la majorité des Libanais et en se référant à la modernité anglo-américaine. Seules quelques familles (extrêmement aisées)  vivant à Basta ou à Achrafié (deux quartiers de Beyrouth) faisaient l'expérience de la maison individuelle - en dehors bien entendu des campagnes et des villages. L'expérience de la maison individuelle pour les citadins était en fait limitée aux vacances dans les lieux de villégiature.

8Dans le contexte de Beyrouth, le lotissement se qualifiait moins en tant qu'entité paysagère que comme l'expression d'une communauté en quête d'identité et se donnant par aileurs pour référence la modernité anglo-américaine (centrée sur la sphère domestique). Dans notre contexte, des lotissements de pavillons avaient certes fait l'objet d'une politique menée par l'Etat avec notamment les cités-jardins, puis par les promoteurs  mais l'analyse des chercheurs était en fait essentiellement centrée sur une comparaison implicite entre le pavillon et le logement social collectif. L'enquête menée dans les lotissements périphériques de Beyrouth avait permis de se distancier du point de vue des historiens et des architectes qui, pendant plusieurs décennies avaient fait du gratte-ciel la figure centrale de la modernité américaine3. La permanence de la référence à l'expérience urbaine anglo-américaine n'était pas passée inaperçue et fut même décisive pour la suite de la recherche : il fallait juger de la validité de l'argument autour de la maison individuelle. Le choix d'une ville américaine s'imposait comme terrain susceptible de répondre de manière pertinente à l'hypothèse de la maison individuelle comme figure de la modernité.

Le choix du terrain

9L'hypothèse de la recherche étant défini, le choix du terrain se porta sur Los Angeles, une ville de la côte Pacifique qui, au moment de son entrée dans la fédération américaine (milieu du XIXe siècle), ne détenait aucun passé urbain à l'instar des villes de la côte atlantique qui -avant de devenir américaines- avaient été des villes coloniales européennes. Los Angeles avait été fondée en tant que pueblo (établissement humain à vocation agricole) en 1782 et avait été identifiée, par les Mexicains puis par les Américains comme un village : elle ne détenait que 1.620 habitants en 18504. Les cinq plus importantes villes européennes du Nouveau Monde à la fin du XVIIe siècle étaient Boston, Newport, New York, Philadelphie et Charleston. Ces premières villes coloniales ressemblaient au niveau de leur apparence physique aux villes européennes même s'il est vrai qu' elles s'en différenciaient au niveau des mentalités dans la mesure où elles avaient rompu avecle monde féodal.

10Compte tenu de l'information limitée sur la ville de Los Angeles et d'un nombre de publications restreint dans les années 70 et 80, en dehors de quelques articles rendant compte de son façonnement par la voiture, il fallait se rendre sur le terrain (1) pour prendre connaissance du corpus scientifique existant, (2) d' y pratiquer l'observation-participante à l'image des anthropologues et des sociologues avant (3) de se lancer dans des enquêtes auprès de responsables locaux5. A peine débarqué à l'aéroport de Los Angeles et après avoir parcouru quelques kilomètres en voiture, tout individu -peu familier de l'expérience urbaine de l'Ouest américain- ne peut qu'affirmer le caractère inédit de ce contexte urbain. La ville de Los Angeles ne ressemble en rien aux villes de l'Ancien monde6 : elle est construite sur le principe de la maison individuelle et du jardin pour tous, y compris dans les quartiers pauvres. Se familiariser dans un premier temps avec les modes de vie des habitants vivant dans une telle configuration spatiale a contribué à rendre la phase d'entretiens plus pertimente par rapport à l'objectif de savoir si la maison individuelle était susceptible d'être une référence de la modernité américaine.  

Lire Los Angeles

11Expliquer Los Angeles s'est d'abord par une mise à distance de la thèse (alors prédominante) d'une "ville façonnée par la voiture". Cela avait été possible grâce aux études relatant l'histoire locale de la Southern Pacific (entreprise privée de chemin de fer), les débats concernant les tracés des voies ferrées et du tramway ainsi que ceux relatifs aux choix de l'aménagement urbain dès les années 20. Mais expliciter les conditions locales du développement de la ville ne suffisait pas, il fallait également inscrire Los Angeles dans le récit national.

Relativiser la thèse de la voiture dans la production de l'espace

12La première étape a relativisé - pour ne pas dire rejeté -  une première interprétation de Los Angeles perçue comme "phénomène urbain indissociable de la voiture" car entièrement façonnée par l'usage de la voiture comme mode de déplacement  pour tous. Expliquer le paysage de Los Angeles par l'avènement de la voiture avait été une hypothèse facile à mettre en évidence, compte tenu de l'extrême rapidité de la diffusion de la voiture dans cette ville, en raison du climat et du niveau de vie de ses habitants (moyenne des revenus supérieure aux autres villes américaines). La voiture était un engin extrêmement fragile au moment de son apparition sur le marché, elle craignait notamment le froid. A New York à ses débuts on ne l'utilisait que la moitié de l'année (Bottles 1987). Tout Angelino souhaitant disposer d'une voiture pour ses loisirs (usage principal de la voiture à ses débuts), n'avait pas, en outre, à se soucier des question de stationnement : il disposait d'un jardin pour la garer (Bottles 1987). A la fin du XIXe siècle, Los Angeles était  une ville essentiellement Anglo/Yankee/Wasp, en raison de la nature des flux migratoires composées d'Américains provenant de la côte est ou du mid-west. Le fait d'avoir presqu'ignoré les flux migratoires en provenance de l'Europe -composés essentiellement de populations rurales et pauvres (Fogelson 1967)-, expliquait son niveau de vie ainsi que la configuration spatiale de la ville : les Américains qui se rendaient à Los Angeles partageaient cet idéal d'une ville de maisons et de jardins.

13L'historien de Los Angeles, Fogelson, avait mis en évidence comment Los Angeles, -contrairement à la majorité des villes-, ne s'était pas développée à partir d'un centre ou encore d'un territoire communal mais au gré de la construction de voies de transports en commun souvent en liaison avec la promotion de lotissements. Los Angeles n'a jamais vraiment différencié la ville de la banlieue en raison d'une prospérité économique qui n'exigeait aucune centralité mais concernait différentes parties du territoire urbanisé. Les principales activités comme la promotion foncière, l'exploitation du pétrole, l'agriculture irriguée, l'industrie des loisirs ou entertainment business ayant précédéé l'arrivée du  cinéma et plus tard l'industrie aéronautique disposaient chacun d'un territoire et n'exigeaient pas non plus de rencontre entre les dirigeants de ces différents secteurs relevant chacun d'une culture qui lui est propre. Los Angeles a ainsi favorisé l'émergence de pôles économiques variés en périphérie le long des voies du chemin de fer (Longstreth 1997). L'absence de distinction entre un paysage de ville relativement dense et des banlieues périphériques -antérieures à l'avènement de la voiture- a contribué à infirmer la thèse d'un "phénomène urbain unique" en raison de la voiture et du réseau autoroutier. Cette thèse avait notamment été défendue par Raynar Banham qui avait mis en évidence le rôle structurant du réseau autoroutier en lui attribuant l'expression de "quatrième écologie" après la plage, la plaine et les montagnes (trois caractéristiques du site).

14La recherche menée sur Los Angeles a également bénéficié des travaux d'urbanistes et de spécialistes des transports qui ont démontré que la forme de la ville de Los Angeles et sa structure avaient été initialement dessinées par le tracé des lignes de transport en commun (Foster 1981). La ville disposait au tournant du siècle d'un vaste réseau composé de tramways et de chemins de fer irriguant l'ensemble de son territoire. Les chemins de fer et les tramways avaient structuré la ville et certaines autoroutes avaient même repris le tracé des réseaux antérieurs, un argument souvent cité par les habitants dont certains se rappelaient l'époque où encore adolescents, ils utilisaient le tramway pour se rendre à la plage.

Les débats sur l'aménagement urbain

15Les urbanistes qui avaient mis en scène les débats politiques des années 1920 au sujet de l'aménagement urbain et du futur des transports en commun ont contribué à infirmer la thèse de Los Angeles façonnée par la voiture mais ont également abordé la question de son organisation spatiale. A Los Angeles dès les années 20, la voiture en raison de son succès commençait à poser de sérieux problèmes de circulation et ralentissait sensiblement le temps des trajets effectués en tramway. Face à ce sérieux défi posé aux transports en commun, les autorités municipales ont demandé l'avis de plusieurs experts et ont ensuite formulé un proposition qui fut soumise au référendum des électeurs : "fallait-il moderniser et municipaliser les transports en commun ou tout simplement opter pour la voiture comme mode de déplacements pour tous. Les commerçants des pôles périphériques étaient hostiles à toute idée de modernisation des transports en commun dans la mesure où ils craignaient en fait que celle-ci ne favorise exclusivement les commerces du centre-ville. Les habitants ont résolument voté contre toute modernisation parce que les transports en commun risquaient de porter atteinte à ce paysage composé de maisons et de jardins. Ils n'avaient pas a priori de préférence marquée pour la voiture mais les médias (reprenant les principaux arguments des experts sollicités par la municipalité) avaient réussi à faire passer l'idée que toute entreprise de transports en commun (privée ou publique) aurait intérêt -dans le but d'équilibrer son budget de fonctionnement- à acquérir du foncier et plus tard à contribuer à densifier le tissu urbain. Craignant cette possible densification, les Losangelinos ont choisi la voiture parce qu'elle se présentait comme un outil flexible susceptible de préserver cette idée de "ville de maisons et de jardins" qu'ils avaient jusqu'ici défendu et qui les différenciaient des habitants des villes de la côte est. A la suite de ce référendum, aucun effort d'investissement n'a été entrepris par le secteur privé en charge des transports en commun : le dernier tramway a ainsi disparu au début des années 60.

16La diffusion de la maison et du jardin n'aurait certainement pas été aussi rapide si le niveau de vie des Américains ne s'était pas considérablement élevé au tournant du XXe siècle et si l'Etat fédéral n'était pas intervenu plus tard par sa politique d'équipement. L'Etat fédéral a délibérément choisi de subventionner le développement de la banlieue au travers de sa politique du logement et de son programme d'investissements en faveur du réseau autoroutier interurbain et infra-urbain. Il a maintenu des taux d'intérêts extrêmement faibles pour tout achat d'une maison en banlieue en même temps qu'il exigeait des promoteurs le principe d'une homogeneité sociale et raciale pour tout lotissement suburbain. Il a, en outre, pris en charge la majeure partie des financements en vue de la construction du réseau autoroutier des grandes villes, ce qui a considérablement facilité la tâche de la promotion foncière. Grâce à une loi votée par le Congrès en 1956, Los Angeles (comme d'autres villes américaines) bénéficia de larges subventions de l'Etat fédéral pour la construction de son réseau (Bottles 1987).

17Les Américains qui venaient à  Los Angeles avaient choisi de construire une ville de maisons et de jardins, un objectif qui fut rendu possible grâce au déploiement des transports en commun (chemin der, tramway), au tournant du XIXe siècle, avant l'arrivée de la voiture. La structure spatiale de Los Angeles n'est pas contemporaine de la diffusion de la voiture individuelle mais résulte, en fait, de ce choix délibéré pour la maison individuelle comme mode d'habitat. Expliquer le choix des Américains venus à Los Angeles et porteurs d'une forte conviction en faveur de la maison individuelle revenait à posquer la question suivante : Comment inscrire Los Angeles dans le récit de la nation ?

La ville dans  le recit de la nation

18Contextualiser Los Angeles dans le récit national afin de répondre aux exigences de l'aire culturelle intitulée études américaines a consisté à prendre très au sérieux l'histoire du peuplement des Etats-Unis, histoire qui distingue les flux migratoires internes au territoire national (ou interrégionaux) des flux migratoires en provenance de l'étranger. L'uniformité du paysage de Los Angeles assuré par le principe de la trame orthogonale, une végétation relativement importante (dans un milieu naturel relativement sec) ainsi qu'une préférence pour la maison individuelle, y compris dans les quartiers traditionnellement habités par les immigrés étrangers et les minorités comme Boyle Heights, East Los Angeles,  Watts et South Los Angeles où des émeutes urbaines se sont produites en 1965 (Watts) et en 1992 (South Los Angeles)7.

19Los Angeles était essentiellement peuplée d'Américains au tournant du XXe siècle, ce qui n'était pas le cas de New York, Philadelphie ou Boston comme le démontre l'historien Robert Fogelson qui a mis en évidence la spécificité des flux migratoires en direction de Los Angeles. Dès que la ville fut reliée par le train à San Francisco et dans le reste du pays, elle a essentiellement accueilli des flux migratoires internes en provenance de la côte est et du Midwest. Les immigrés (venus de l'étranger) représentaient moins de 15% de la population alors que ce chiffre pouvait osciller entre 30% et 50% ailleurs. Les Américains qui se dirigeaient vers Los Angeles n'avaient pas, comme dans le cas de Chicago ou San Francisco, de fortes motivations économiques ; en d'autre termes ils ne cherchaient pas vraiment à faire fortune. Ils étaient en quête d'un cadre de vie différent de ce que pouvaient leur offrir les villes de la côte est. Los Angeles avait réussi à les attirer grâce à une vaste campagne publicitaire orchestrée par la Chambre de commerce qui mettait en évidence les avantages d'un climat ensoleillé et doux tout au long de l'année et d'un mode de vie proche de la nature en raison de l'absence de toute densité urbaine. Aujourd'hui encore à  South Los Angeles de belles maisons de l'époque victorienne témoignent de l'arrivée des Américains8. Mais comment expliquer ce choix délibéré en faveur de la maison et le jardin ?  

20A Los Angeles, il y avait un consensus pour que la ville soit assimilée à un paysage de maisons et de jardins conformément à l'image promue par les intellectuels au moment de l'industrialisation. Dès la fin de la guerre de de Sécession, les Américains étaient en quête d'un cadre de vie proche de la nature, à l'image de l'idéal urbain formalisé par les intellectuels (repris plus tard les architectes) qui avaient prôné la "banlieue", comme un compromis acceptable pour une société s'industrialisant tout en cherchant à préserver les valeurs de son passé rural. L'histoire urbaine et l'histoire des idées utilisaient l'expression du "mythe pastoral" pour expliquer l'émergence de la banlieue (Bender 1983, Jackson 1985, Machor 1987) et souligner ce "cultural bias against the multifamily housing" (dévalorisation de l'immeuble d'habitation). A Los Angeles, les élites locales ont favorisé la maison individuelle et ont également évité de parer la ville d'une certaine monumentalité. Les courants d'urbanisme, comme le City Beautiful Movement (à l'initiative de l'architecte Burnham de Chicago) ont peu influencé la ville. Aujourd'hui encore la ville offre peu de "lieux" susceptibles d'être visités, en dehors des sites et parcs naturels (en bordure d'océan et dans la montagne), des parcs d'attractions (comme Disneyland créé en 1955 à Anaheïm, dans le comté d'Orange), des studios de cinéma et de télévision (Universal Studio), de quelques musées (comme le Los Angeles County Museum, LACM ou le récent centre Getty inauguré en décembre 1997 à Brentwood, sur les collines de Santa Monica surplombant l'océan Pacifique). En revanche des promenades touristiques sont régulièrement organisées pour apprécier la variété de l'architecture domestique où figurent de grands noms d'architectes.   

21En se référant à l'histoire urbaine et à l'histoire des idées, il fut possible de resituer Los Angeles dans le récit national et par là d'apprécier la modernité urbaine américaine. La société américaine a toujours eu une attitude ambivalente à l'égard de la ville, -généralement perçue comme la scène par excellence de la corruption et les Pères fondateurs avaient ainsi fait le choix  d'ancrer la démocratie dans une société rurale. Il revenait aux intellectuels du XIXe siècle -conscients que l'industrialisation allait de pair avec l'urbanisation-, de réconcilier la vision pastorale et l'impératif urbain. Les philosophes transcendantalistes sous l'égide d'Emerson et de Thoreau ont prôné les vertus morales de la nature pour l'individu et la société pendant que les pasteurs des différentes congrégations et les féministes domestiques ont incité au renforcement de la sphère familiale. La maison à proximité de la nature fut ainsi pensée comme le cadre de vie idéal de la société américaine. La ville était reléguée aux fonctions économiques et à l'acculturation des immigrés pendant que la banlieue symbolisait le passage d'une société rurale à une société urbaine. Plus tard au XXe siècle, l'Etat fédéral est intervenu dans le processus de suburbanisation et l'a subventionné.

22L'hypothèse d'un Nouveau Monde ayant amorcé une rupture avec la conception de la ville européenne traditionnelle fut confirmée. Mais démontrer que Los Angeles représente la conception la plus épurée de cette vision américaine de la ville au XIXe siècle ne signifie nullement que les acteurs des autres villes américaines aient eux aussi opté pour cette vision. On note d'abord que le système urbain américain inclut des villes issues de la colonisation européenne qui se reconnaissent à leur densité spatiale, à l'échelle des bâtiments et à une certaine valorisation des espaces publics centraux, comme à Boston et Philadelphie qui ont toujours distingué la ville de la banlieue. On remarque aussi que des villes de la sunbelt -contemporaines de la conquête de l'ouest et du chemin de fer-, ont délibérément choisi, au cours de leur développement, de reproduire aux bords du Pacifique les splendeurs de la ville européenne. San Francisco -située comme Los Angeles sur la faille San Andreas- représente sans nul doute le meilleur exemple puisque sa bourgeoisie a sollicité, au tournant du XXe siècle, la contribution d'architectes et d'urbanistes (souvent formés à l'Ecole des Beaux Arts de Paris)) soucieux de donner une certaine monumentalité conférant une dimension esthétique et symbolique à la ville. San Francisco a cherché à se doter d'une centralité à l'image européenne pendant que Los Angeles faisait le choix exclusif d'une ville de "maisons et de jardins".

Aux confins de la  géographie et de l’aire culturelle

23Le développement d'une démarche à partir de l'objet Los Angeles s'est volontairement située aux confins de la géographie et de l'aire culturelle "études américaines", choix qui se justifiait par rapport à l'hypothèse de travail. Ce double ancrage a facilité et légitimé des emprunts faits à d'autres disciplines des sciences sociales. La recherche sur Los Angeles a conduit à s'interroger sur la nature de la métropolisation et plus particulièrement sur l'accentuation des disparités spatiales en travaillant sur d'autres métropoles américaines. On en déduit toutefois que la validation de la pertinence de l'invention d'un pouvoir politique à l'échelle de la métropole exige en fait une démarche comparatiste entre métropoles relevant de différentes aires culturelles.   

La recherche sur Los Angeles : références et emprunts

24La réflexion menée à partir de Los Angeles avait pour objectif de confirmer ou d'infirmer l'hypothèse d'une invention urbaine (donc d'une organisation spatiale) spécifique à la civilisation américaine. La démarche qui a consisté à prendre en compte de manière explicite le fait civilisationnel -comme l'exige l'appartenance à une aire culturelle- a également facilité  le recours à d'autres disciplines relevant de cette même aire culturelle. Dans le cas de l'analyse sur Los Angeles, la recherche a choisi de privilégier dans un premier temps la dimension historique locale avant de l'inscrire dans le récit national. D'où le questionnement suivant : -Comment expliquer la volonté des acteurs de Los Angeles de préserver le paysage de maisons et de jardins ? -Quelle représentation de la ville se donnaient les Américains alors qu'ils se dirigeaient vers Los Angeles ?  

25L'impératif du lien entre l'histoire locale et l'histoire nationale fut établi à la suite de la mise en évidence de la spécificité des flux migratoires en direction de Los Angeles par rapport aux autres villes. Les différents emprunts faits à d'autres disciplines de la même aire culturelle ont permis de mettre en évidence une modernité américaine ayant réussi à assurer cette alliance entre une figure vernaculaire (la sphère domestique) et une invention architecturale et technique (le gratte-ciel) pour répondre au développement de la tertiarisation du secteur industriel. Ce détour par Los Angeles (qui a fait l'objet d'une thèse d'Etat avant d'être publié) a permis de démontrer que les habitants des lotissements dans la banlieue de Beyrouth avaient raison d'invoquer la modernité anglo-américaine pour expliquer leur choix résidentiel et l'identité qu'elle leur conférait.

26L'analyse de la configuration spatiale de Los Angeles, de son organisation économique multipolaire a conduit à se pencher sur l'étude de la métropolisation dans les années 90. La métropolisation se définit essentiellement comme un processus au cours duquel les activités économiques et les entreprises ne se concentrent plus dans la ville centre mais se déploient à l'échelle de la région urbaine ou encore de la métropole. A la suite de la suburbanisation résidentielle, succède cette fois-ci une suburbanisation économique : d'où l'extension spatiale du marché du travail pour englober la région. Les géographes américains  qui étudient la métropolisation ne la dissocient pas de la mondialisation. Ils l'expliquent en faisant référence dans un premier temps à la diffusion des technologies de communication et d'information qui autorise les entreprises à s'installer où elles l'entendaient. Dans un second temps, ils mettent l'accent sur l'impératif de réduire les coûts de production (en raison de la concurrence internationale). Les entreprises  ont abandonné la ville en faveur de territoires périphériques (desservis par le réseau autoroutier) où le foncier est plus accessible (c'est-à-dire moins onéreux) et où les conditions matérielles de travail sont plus satisfaisantes. Elles ont justifié ce départ en affirmant que remettre aux normes actuelles les anciens locaux (devenus obsolètes face aux nouveaux procédés techniques) et la révolution organisationnelle de l'entreprise s'avérait une démarche risquée et à court terme plus coûteuse.

Rendre compte de la glocalisation

27La question de la métropolisation mobilise en fait deux approches. Il y a d'une part les chercheurs qui s'inspirent de la théorie économique et privilégient la dynamique des entreprises et leur ré-organisation à l'heure du post-fordisme et d'autre part les chercheurs qui mettent plutôt l'accent sur les disparités sociales et spatiales. La première approche est relativement bien balisée alors que la seconde a pour le moment suscité moins d'enthousiasme, en dehors peut-être de l'établissement d'indicateurs pour mesurer la polarisation.  

28Etudier les disparités sociales et spatiales de la métropolisation dans le contexte des Etats-Unis a exigé de se reférer aux travaux américains avant d'engager un travail de reconnaissance sur le terrain. Rendre compte de ces inégalités a consisté à mener des entretiens auprès des responsables locaux et des associations afin de rendre compte de la manière dont ces inégalités spatiales étaient vécues par les populations concernées et quelles étaient les représentations que s'en donnaient les institutions locales. Pour éviter de tomber dans le piège d'un questionnement risquant d'être perçus comme peu précis par les personnes enquêtées, il a été choisi de mener des entretiens auprès des acteurs locaux responsables de la mise en oeuvre de la réforme de l'aide sociale, une politique publique lancée par l'Etat fédéral en 1996. La réforme ayant pour objectif de remettre dans le circuit du travail les personnes au chômage et bénéficiant de l'aide sociale (alors que tout au long de la décennie 90, la société américaine était en pleine expansion économique) elle se voulait une réponse au spatial mismatch dénoncé par les géographes et les sociologues après John Kain, soit ce décalage spatial entre les territoires riches en emplois (qualifiés et non qualifiés) et les territoires pauvres en emplois où résident une population peu qualifiée ainsi que l'isolement spatial et social qui en résultait pour cette population (Wilson, 1996).

29Au moment des entretiens, les responsables ont évoqué, outre les difficultés personnelles liées aux bénéficiaires de l'aide sociale n'ayant jamais travaillé, les problèmes d'accès au travail d'un point de vue purement matériel. En effet les emplois sont de plus en plus situés en périphérie dans les edge cities (pôles périphériques concentrant des emplois et des activités) et les edgeless cities  (territoires où les activités économiques sont dispersées), ce qui ne convient pas aux habitants des inner-cities ne disposant pas d'une voiture individuelle. En effet, les transports en commun sont pratiquement inexistant entre ces deux catégories de territoire.

30Les chercheurs de l'aire culturelle "Etudes Américaines" dans notre contexte national se sont en partie intéressés à cette réforme dans la mesure où elle avait été initée par l'Etat fédéral et abolissait une règle mise en place au moment du New Deal (Melandri, 2000). Les historiens et les politologues l'ont toutefois abordée en privilégiant la thématique du nouveau fédéralisme, décision politique qui consiste pour l'Etat fédéral à accorder plus d'initiatives aux Etats fédérés. Avec la réforme de l'aide sociale, ces derniers pouvaient en effet financer les programmes sociaux comme ils l'entendaient dans la mesure où les categorical grants disparaissaient au profit des block grants. Aussi le travail de terrain a permis de rendre compte de la manière dont le local s'inscrivait dans le système fédéral ainsi que de la difficulté à gérer cette question de l'accès au marché du travail pour les territoires enclavés. Au sein de toute région urbaine, on peut aisément distinguer les territoires ancrés dans les réseaux socio-économiques nationaux et transnationaux des territoires déqualifiés branchés vivant des aides de l'Etat, d'une économie informelle pouvant jusqu'à englober les filières transnationales liées à la drogue. Dans le cadre de la métropolisation, toute municipalité américaine se sent en concurrence et en rivalité avec les autres afin d'attirer entreprises, équipements commerciaux et  populations aux revenus élevés.

Le potentiel d'une démarche comparatiste

31Le travail sur le terrain a mis en évidence la prise de conscience des acteurs locaux de l'impératif d'une invention politique à l'échelle du territoire du marché du travail. Une vie politique à l'échelle de la région urbaine (metropolitics) était perçue comme un moyen d'instaurer et de légitimer une régulation face aux flux exogènes (nationaux ou encore transnationaux) en vue d'une meilleure distribution de la richesse entre les municipalités. En effet, certaines personnes interrogées comme d'ailleurs certains chercheurs estimaient que les disparités spatiales risquaient à terme de freiner la dynamique métropolitaine et suggéraient l'instauration d'un pouvoir à l'échelle métropolitaine en vue de légitimer une régulation des flux et une péréquation fiscale entre les différentes municipalités (Orfield 2002). Adopter ce point de vue paraît sensé a priori. Mais défendre la thèse de l'invention suppose au préalable d'expliquer les processus au sein desquels se joue cette articulation entre le niveau local et les flux trans-nationaux. Ce qui exige la mise au point d'une méthode comparatiste. Certes il est toujours possible de rendre compte de la logique économique mais repérer les invariants de l'articulation entre le local et le global s'avère plus difficile.

32Expliquer la métropolisation exige en fait de se lancer dans une démarche comparatiste entre géographes impliqués dans différentes aires culturelles (et sans forcément différencier les pays du Nord des pays du Sud). Envisager la dimension comparatiste ne peut être entrepris par un ou deux chercheurs mais exige en fait un travail d'équipe afin de se mettre d'accord au préalable sur l'esquisse d'une grille d'analyse commune. La dimension comparatiste permettrait ainsi (1) de mesurer l'influence du capitalisme made in USA9, de l'idéologie néo-libérale (qui lui est associée), et de leurs influences réciproques sur toute dynamique spatiale (2) d'identifier les résistances en raison de la spécificité d'une culture politique locale (ancrée dans un contexte national) ainsi que (3) les compromis entre ces deux dynamiques. Elle serait ainsi en mesure d'expliquer de manière explicite la nature du processus de "glocalisation" et ainsi de juger de la pertinence de cette idée en faveur de l'invention d'une vie politique à l'échelle de la région urbaine.

Donner sens à l'analyse comparatiste

33La restitution d'une démarche -aux confins de la géographie et de l'aire culturelle (Etudes Américaines)- utilisée pour l'objet Los Angeles afin de valider l'hypothèse d'une spécificité américaine de la conception de la ville (et de son organisation spatiale) ou encore d'une modernité américaine, a souligné l'emprunt fait à d'autres disciplines dont l'histoire urbaine, l'histoire des idées, l'histoire nationale, la science politique ainsi que de l'anthropologie pour l'organisation du travail sur le terrain. Cette double inscription avait pour but de privilégier d'emblée les représentations sociales des acteurs au détriment de la logique économique. Les représentations sociales des acteurs exigent de se reférer tout autant à l'histoire des idées qu'à un travail sur le terrain qu'il importe d'appréhender avec certitude si l'on veut éviter de se limiter à des banalités ou à des clichés conventionnels.

34Le recours aux représentations sociales des Américains a exigé de mettre en évidence les arguments utilisés par les intellectuels dans les débats du XIXe siècle, -au moment où les Etats-Unis se donnent les moyens de bâtir une identité nationale et affrontent l'industrialisation-  avant de vérifier la permanence de ces arguments dans le débat politique concernant l'aménagement urbain. Le principe d'une maison entourée d'un jardin comme cadre de vie idéal pour la famille américaine fait partie du discours des intellectuels et a progressivement pénétré celui des architectes et des urbanistes avant que les élus (l'Etat fédéral tout comme les élus locaux) et les habitants ne se l'approprient dans les débats politiques (suivant les règles du jeu politique et la réglementation). On peut d'ailleurs à juste titre parler de "culture politique". Le recours aux représentations sociales des acteurs de la mise en oeuvre de la réforme de l'aide sociale pour rendre compte des disparités spatiales a certes mis en évidence les arguments des chercheurs ayant souligné le décalage spatial entre les territoires riches en emplois et le domicile de la majorité des bénéficiaires de l'aide sociale. Mais ce recours à la sociologie et à la science politique ainsi que le travail sur le terrain n'ont pas expliqué la glocalisation pas plus qu'ils n'ont pu souligner la validité des propos en faveur de l'invention d'une vie politique à l'échelle de la région urbaine. La recherche menée sur la thématique de la métropolisation a souligné les enjeux politiques que représentent les disparités spatiales tout en mettant en évidence quelques nouveaux aspects de l'inégalité sociale (comme l'atteste l'ouvrage intitulé les Etats-Unis entre le local et le global) mais elle s'avère limitée pour prôner une réponse politique aux enjeux socio-culturels et économiques.

35A l'heure où l'on exige des géographes de se donner un regard susceptible d'embrasser toute la planète, se limiter à une analyse relevant uniquement d'un contexte national s'avère limitée. La mondialisation (soit le contexte socio-économique dans lequel nous vivons) exige de se lancer dans l'analyse comparatiste afin de mieux cerner les impératifs purement économiques des modalités d'articulation entre les flux trans-nationaux et le local. Expliquer la manière dont la culture politique du local se donne les moyens de négocier avec le global mérite à présent l'attention d'une géographie ancrée dans une analyse comparatiste entre différentes aires culturelles qui la constituent. Souscrire à cette vision ne peut certes se faire en dehors de quelques compromis qui cependant ont leur légitimité en raison de la finalité que se donne la recherche géographique : rendre intelligible le monde contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Agnew J. et alii (ed.) 1984, The city in the cultural context, Londres, Allen & Unwin.

Banham R.,1976, Los Angeles, the Architecture of four Ecologies, NY,Harper& Row.

Bender Th., 1975, Toward an urban vision : Ideas and institutions in nineteenth century America, Lexington, University of Kentucky press.

Benevolo L. 1992, La ville dans l'histoire européenne, Paris, Seuil, 1993.

Bottles S.L. 1987, Los Angeles and the Automobile, Berkeley, UC press.

Claval P., 2001, La géographie culturelle, Paris, Nathan.

Cowan M.H., 1967, City of the West : Emerson, America, and urban metaphor, New Haven, Yale publications in American Studies.

Davis M., 1990, City of quartz, excavating the future in Los Angeles (Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte, 1996, pour la traduction).

Dear M. & alii (ed.), 1996, Rethinking Los Angeles, Beverly Hills, Sage Publications.

Donzelot J. & C.Mével et A. Wyvenkens, 2003, La politique de la ville aux Etats-Unis et en France, Esprit.

Fogelson R.M.,1967, The Fragmented Metropolis : Los Angeles 1850 1930, Harvard university press.

Foster M.S., 1981, From Streetcar to Superhighway 1900-1940, Philadelphia, Temple university press.

Ghorra-Gobin C.,-1997, Los Angeles, le mythe américain inachevé, Paris, CNRS (Prix France-Amériques 1998).

-2000, Les Etats-Unis entre local et global, presses de Sciences Po.

-2001, "Les villes américaines à l'heure de la métropolisation", L'Information Géographique vol. 65, Mars, 1-17.

Hall P., 1999, Cities in Civilization, Londres, Orion Books.

Jackson K., 1985, Crabgrass Frontier, The Suburbanization of The United States, NY, Oxford university press.

Kain J., 1994, "The spatial mismatch hypothesis : three decades later", Housing Policy Debate, vol.3, 371-462.

Kaspi A., 1985, Les Américains, Paris, Le Seuil, 2 volumes.

Lees A.,1985, Cities perceived in Urban societies in European and American Thought 1820-1940, New York, Columbia university press.

Longstreth R., 1997, City Center to Regional Mall : The Automobile and Retailing in Los Angeles, Cambridge, Mass., The MIT press.

Machor J.L.,1987, Pastoral cities : Urban Ideals and The Symbolic Landscape of America, the University of Wisconsin press.

Melandri P.(ed.), 2000, Le Welfare State en Amérique du Nord, Paris, L'Harmattan.

Nash R., 1967, Wilderness and the American Mind, New Haven, Yale University Press.

Nelson H.J. et W.A.V. Clark, 1976, Los Angeles, the Metropolitan Experience, Cambridge, Mass., Ballinger publishing company.

Orfield M.,1998, Metropolitics, WDC, Brookings Institution press.

Rémond R., Les Etats-Unis devant l'opinion française, 1815-1851, Paris, Colin, 1962.

Scott A.J. et Soja E.W. (ed.), 1997, Los Angeles and Urban Theory at the End of the Twentieth Century, Berkeley, UC press.

Sennett R.,1970, Families against the City (la famille contre la ville 1980), MIT press.

Vance J.E., 1972, "California and the seach for the ideal", Annals of the Association of American Geographers, 62, juin, 185-210.

Wachs M. & Crawford M., 1992, The Car and the City : The Architects, the Built Environment and Daily Urban Life, Ann Arbor, The university of Michigan press.

Weber M., 1982, La Ville, Paris, Aubier (1947 en allemand).

White M.& L., 1962, The Intellectuals versus The City, Oxford university press.

Wilson W. , 1996,  When Work disappears, NY, Vintage Books.

Haut de page

Notes

1La Question Urbaine de Manuel Castells ainsi que la production de l'espace d'Henri Lefebvre avaient en fait réussi à baliser le terrain de la recherche urbaine.
2La ville possédait toutefois quelques quartiers "mixtes" ou encore "multi-confessionnels" comme les souks, Hamra, et le quartier résidentiel de Minet-el-Hosn.
3Le gratte-ciel, dès le début du XXe siècle avaient émerveillé le regard des habitants de l'Ancien Monde se rendant à New York et Chicago (cf. René Rémond, 1962).   
4Rappelons que la première fondation urbaine sur ce qui est aujourd'hui le territoire des Etats-Unis remonte à 1565 avec Saint Augustine (Floride), à l'initiative des Espagnols, suivie de Jamestown en 1607 avec la Compagnie de Virginie, par celle de Plymouth en 1620 par les Pères pélerins du Mayflower et par celle de New Amsterdam en 1625 avec les Hollandais avant de devenir une concession du duc d'York en 1664 au moment où elle prit le nom de New York.
5L'observation-participante est une notion qui connut une certaine vogue à la suite de l'étude d'Edgar Morin menée dans le village de Plodvézet dans les années 1960. A présent les chercheurs parlent d'expérience "intégrée" qui se veut la traduction d'embedded experiment.
6On entend par là les villes qui parce qu'elles ont probablement été façonnées par la culture gréco-latine, le Moyen-Age, la Renaissance et la révolution industrielle, connaissent une certaine densité spatiale et sont le plus souvent organisées à partir d'une centralité, détenant un fort pouvoir symbolique.
7South Los Angeles correspond au nouveau nom donné à South Central par la municipalité de Los Angeles en mars 2003 afin d'effacer les stigmates d'un ghetto noir devenu suite aux flux migratoires en provenance d'Amérique latine, un quartier peuplé d'Africains-Américains et d'Hispaniques ainsi que de commerces coréens.
8Quelques-unes de ces maisons ont été sauvegardés et réhabilitées pour servir de décor à des films de télévision et de cinéma.
9Les Etats-Unis sont le pays le plus impliqué dans la mondialisation.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin, « Géographie et aire culturelle : témoignage et perspective », Géocarrefour, Vol. 78/1 | 2003, 33-41.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « Géographie et aire culturelle : témoignage et perspective », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/1 | 2003, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/92 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.92

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

(CNRS, directeur de recherche)
CNRS-ESA 8064 Espace et Cultures
191, rue Saint-Jacques, 75 005 Paris
E-mail : implementation(at)noos[point]fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org