Navigation – Plan du site

Berlin et la région frontalière germano-polonaise : une métropole en Europe centrale ?

The Berlin metropolis and the tansformation of the German-Polish border region. Towards a metropolis at the heart of Central Europe?
Alexander Tölle
p. 17-25

Résumés

Après la chute du mur, il semblait certain que Berlin ressusciterait comme grande métropole européenne. Cependant, la capitale allemande a du mal à rivaliser avec les autres agglomérations allemandes. Le passé de cette ville dont la partie Ouest était privée de relations économiques normales, et dont la partie Est et les environs ont perdu leurs contacts orientaux, ne soutient guère l’accomplissement du processus de l’unification intérieure, et s’impose d’une manière très déterminante. Cependant, la ville constitue un noeud essentiel du réseau des métropoles en Europe centre-orientale. À cause du différentiel de revenus, la région de Berlin est vue, en Pologne, comme un pôle de croissance. Sa proximité de la frontière germano-polonaise lui offre donc la possibilité de devenir le cœur d’un territoire transfrontalier en Europe centrale.

Haut de page

Texte intégral

Une situation géostratégique inaccoutumée

  • 1  Raumordnungsbericht 2004 ; chiffres de 2002.

1Avec 3,39 millions d’habitants, Berlin est la plus grande ville d’Allemagne. En 1998, elle est redevenue la capitale du premier pays d’Europe par la population et la puissance économique. Le territoire de la ville, qui est aussi un des 16 Länder, États fédéraux de l’Allemagne, s’étend sur 889 km2 (soit huit fois Paris). La ville est enclavée dans le Land de Brandebourg (2,58 millions d’habitants dont 970 000 vivent dans les environs de Berlin). L’agglomération berlinoise compte donc 4,36 millions d’habitants et l’évolution démographique est légèrement à la hausse1. La capitale se trouve à 280 km de Hambourg, 320 km de Hanovre, et 180 km de Leipzig et de Dresde - mais seulement à 80 km de la frontière polonaise près de Francfort-sur-l’Oder, et à 120 km du port polonais de Szczecin (fig.1).

Figure 1 : Berlin et le Brandebourg

Figure 1 : Berlin et le Brandebourg

2Cette situation quasi-frontalière de Berlin souvent oubliée, qui sera l’objet central de cet article, a été très bien décrite par K. Schlögel (1999, p. 30) : à la fois un choc et une surprise pour beaucoup. En effet, la proximité de cette frontière, qui jusqu’en mai 2004 était celle de l’Union Européenne à l’est, trouve encore peu d’écho dans le discours sur le devenir de la plus grande agglomération allemande. En revanche, ce discours est souvent dominé par l’image de Berlin comme grand carrefour Est-Ouest renaissant. Cet article commencera donc par une réflexion sur le mythe de Berlin et de ses racines historiques, qui sera ensuite mis en regard avec son lourd passé de ville du front durant la guerre froide. On abordera ensuite les capacités - comme on verra assez faibles - de Berlin pour devenir un pôle stratégique international dans les relations Est-Ouest. Enfin, on examinera l’impact de l’agglomération sur la région frontalière germano-polonaise et sur le réseau urbain polonais.

Berlin à la charnière de l’est et de l’ouest européens : les avatars d’un mythe

Une histoire au contact de l’Est et de l’Ouest

3L’histoire de Berlin est fortement caractérisée par des éléments issus d’influences occidentales et orientales. On peut en trouver de multiples indices. La ville double de Berlin et de Coelln aux bords de la Spree était une nouvelle fondation allemande née de la colonisation germanique (Ostsiedlung), c’est-à-dire de la conquête des pays slaves à l’Est de l’Elbe par les princes germaniques entre le XIe et le XIIIe s. Cette ville était donc entourée par des villages dont la population, les Slaves ou Wendes, ne furent entièrement assimilés qu’au XIVe s. La région berlinoise, à l’origine limitrophe, s’est développée au centre de la Marche de Brandebourg, et plus tard, de l’État prussien puis de l’État allemand.

4Un autre indice nous est donné par le flux des émigrants à qui les autorités brandebourgeoises puis prussiennes accordèrent protection et le privilège de s’établir, particulièrement dès la fin du XVIIe s. Il y avait beaucoup d’immigrés hollandais, juifs et tchèques, mais le groupe des huguenots, de réfugiés calvinistes français, était le plus nombreux, et vers 1700, le taux de résidents d’origine française à Berlin représentait un cinquième de la population (Jersch-Wenzel et John, 1990, p. 91).

5Le mythe de Berlin comme lieu de rencontre entre l’Ouest et l’Est dérive surtout de l’époque du Gründerzeit, années de fondation de l’Empire. Avec la nouvelle fonction de capitale de l’Allemagne et l’essor économique de l’industrialisation, Berlin a émergé en quelques décennies non seulement comme la plus grande ville allemande, mais aussi comme un centre politique, économique et culturel d’envergure européenne qui a atteint son zénith pendant les années 1920 (Grésillon, 2002). À cette époque, Berlin était, avec New York, Londres et Paris, une des plus grandes villes du monde, et la plus grande ville industrielle entre Paris et Moscou (Schmidt, 2000, p. 186). Ce rayonnement doit beaucoup au moyen de transport déterminant de l’époque de l’industrialisation, le chemin de fer. Dans le réseau européen des grandes lignes, Berlin était un nœud central entre les métropoles de l’Ouest et de l’Est, une véritable plaque tournante. Cette position a par exemple contribué à l’émergence du Russkiy Berlin (Berlin russe) au début des années 1920, qui était constitué de plus de 300 000 exilés en provenance de Russie. Cette colonie a en effet formé pour quelques années une grande ville au sein de la métropole de quatre millions d’habitants (Schlögel, 1998, p. 78).

6Parmi les migrants non germanophones qui sont arrivés à Berlin pendant l’époque de l’industrialisation, les Polonais constituaient, avec plus de 100 000 personnes, un groupe important. Il incluait des habitants issus des trois portions territoriales (russe, autrichienne et prussienne) résultant des Partages de la Pologne, et par conséquent était peu homogène. Une fraction s’assimilait au fur et à mesure dans le milieu allemand, l’autre partie entretenant ou développant une très forte conscience nationale polonaise. S’y ajoutaient les nombreux travailleurs saisonniers polonais, ainsi que des Polonais de religion juive-orthodoxe pour lesquels Berlin ne représentait qu’un des points de passage de leur émigration (Jersch-Wenzel et John, op. cit., p. 770). Naturellement, avec la renaissance de l’État polonais après la première Guerre Mondiale, le nombre de Polonais à Berlin a diminué, mais jusqu’aux années 1930 cette minorité est restée importante. Cependant, du fait des graves ressentiments mutuels et de relations politiques toujours tendues entre l’Allemagne et son nouveau voisin détesté, la présence de cette minorité ne pouvait guère contribuer à faire de Berlin une passerelle vers la Pologne dont la frontière se trouvait, d’ailleurs, à presque 200 km de la capitale allemande.

7L’impression d’être face à une ville de contacts entre Est et Ouest au regard de cette histoire du peuplement mérite d’être relativisée. Bien sûr, les étapes rappelées plus haut ont eu lieu dans des intervalles assez longs et, à l’exception de l’époque de sa fondation, la ville ne s’est jamais trouvée avant 1945 près d’un territoire frontalier. En outre, ses communautés étrangères se sont toujours assimilées durant ces longs processus, ou alors elles ont cédé aux pressions politiques ou économiques et ont quitté la ville. Enfin ces émigrés ont très peu contribué à une liaison avec leurs régions d’origines respectives puisqu’ils étaient obligés de couper les ponts. Bien que des influences externes aient toujours conditionné le développement économique et culturel de Berlin, on est en droit d’en questionner le statut mythique de centre des relations Est-Ouest, au-delà de son rôle de centre de transport ferroviaire (Tölle, 2003, p. 192). Cette question s’impose en particulier à l’égard de villes comme Gdansk (Dantzig), Lviv (Lemberg) ou Prague qui ont eu pendant des siècles une tradition d’intégration de cultures différentes.

Le lourd héritage de la guerre froide

8D’après les traités de Yalta et de Potsdam, les fleuves de l’Oder et de la Neisse sont devenus en 1945 les supports de la frontière entre l’Allemagne et la Pologne (fig. 2). La capitale, entourée de la zone d’occupation soviétique de l’Allemagne, était divisée en quatre secteurs d’occupation. Le déclenchement de la guerre froide entre, d’un côté, les États-Unis et l’Europe de l’Ouest, et de l’autre côté l’URSS et les pays occupés par celle-ci en Europe centre-orientale, conduisit à la division de la ville. La partie Ouest, se composant du secteur américain, britannique et français se trouvait dans une situation géopolitiquement précaire et isolée, tandis que la partie Est, le secteur soviétique, fut déclarée - en violation du statut allié - capitale du nouvel État de l’Allemagne de l’Est, la République Démocratique Allemande.

Figure 2 : La translation occidentale de la Pologne

Figure 2 : La translation occidentale de la Pologne

9Berlin devenait donc bien un véritable point de jonction entre Ouest et Est, mais d’une façon tragique. La ville n’était pas un lieu de passage et de rencontre, mais plutôt un lieu de démarcation et de confrontation. La partie Ouest, économiquement non viable, était soutenue par des subventions massives en tant que symbole de la liberté du monde occidental et vitrine de l’Ouest. La partie Est était protégée comme capitale de la RDA ou partie démocratique de Berlin. Les contacts quotidiens entre les Berlinois de l’Ouest et de l’Est étaient de plus en plus entravés puis, avec la construction du mur en août 1961, furent complètement stoppés pour des années. Même dans les périodes de dégel politique, Berlin ne fut jamais un lieu de rapprochement, mais toujours un point très épineux.

10Les Berlinois s’arrangeaient par la force des choses dans leur monde respectif. Dans ce cadre, la nouvelle proximité de la frontière germano-polonaise n’avait pas une importance particulière. Les Berlinois de l’Ouest s’accoutumaient à une perspective - voire une fixation - occidentale dans laquelle la Pologne se trouvait plus ou moins au-delà de leur champ visuel. Pour les Berlinois de l’Est, la République Populaire de Pologne restait de même une terra incognita, malgré la propagande officielle de la RDA qui parlait sans cesse d’une amitié inviolable avec le pays socialiste fraternel derrière la frontière de paix. En réalité, il y avait peu de rencontres, et après une période brève de trafic sans visa dans les années 1970, le régime de la RDA avait fortement limité les possibilités de voyager suite à la naissance du mouvement Solidarnosc en Pologne en 1980. Cette frontière était donc en effet, comme toutes les frontières dans l’empire soviétique, une frontière hermétique (Schultz, 2003, p. 43).

11Dans ce contexte, il faut rappeler qu’il ne s’agissait pas d’un voisinage comme un autre. Après l’expulsion de la population allemande des territoires à l’Est de l’Oder et de la Neisse, la région frontalière du Far West polonais (les Territoires Recouvrés) avait été après 1945 repeuplée surtout par des Polonais, expulsés des territoires des confins situés à l’est du Bug et annexés par l’URSS. Cette nouvelle population à la frontière occidentale de la Pologne n’avait eu aucun contact préalable avec des Allemands - à l’exception malheureusement des atrocités de la guerre. Elle était forcée de s’assimiler à un environnement allemand et donc ressenti comme hostile. Elle a dû maîtriser ce processus d’assimilation en craignant pendant encore quelques décennies l’expulsion réitérée par les anciens résidents, une peur renforcée par les revendications territoriales de certains groupes revanchistes en Allemagne occidentale. Paradoxalement, les habitants de ces territoires cultivaient néanmoins la nostalgie du retour vers la terre d’origine. Ainsi, comme cela a été décrit par H. Schultz (ibid., p. 38), il est difficile d’imaginer un voisinage plus difficile que celui des deux populations qui se faisaient face au bord de l’Oder et de la Neisse.

Le rêve éphémère d’un centre stratégique

12La chute du mur en novembre 1989 et la réunification ultérieure de l’Allemagne mirent fin à un état de division brutale qui semblait être insurmontable, ce qui explique la grande euphorie de cette époque. Dans ce climat, la vocation future de Berlin et de sa région parut aussi certaine que glorieuse : après une période assez brève de transformation, la ville ressusciterait comme grande métropole d’envergure nationale et internationale, et surtout comme grand carrefour de la coopération Est-Ouest. Ce climat explique l’apparition, au début des années 1990, de projections pariant sur une croissance gigantesque de Berlin et sur l’émergence d’une métropole de cinq à six millions d’habitants (Schmidt, ibid., p. 185).

13Pourtant, Berlin ne compte que 3,3 millions d’habitants en 2004, et sa situation économique s’avère préoccupante. La récupération de la fonction de capitale nationale n’a pas entraîné l’essor tant espéré de l’économie locale. Jusqu’à la chute du mur, Berlin était restée une ville industrielle épargnée par les processus de désindustrialisation résultant de la mondialisation : la partie Est par son appartenance à la sphère de l’économie socialiste, et la partie Ouest car elle était protégée par des subventions massives de la République Fédérale d’Allemagne, au service de la production de masse sur cette île géopolitique. Ces sites ont, d’un coup, perdu leur assise économique et politique, ce qui a conduit à la perte de deux tiers d’emplois dans le secteur productif. D’ailleurs, il faut souligner qu’il ne s’agit pas d’une adaptation franche aux structures économiques existantes dans les aires métropolitaines de l’Allemagne occidentale, c’est-à-dire d’une transformation d’une ville industrielle en une ville tertiaire (Krätke, 2000, p. 90). En effet, les divergences structurelles s’accroissent, non seulement à cause du recul des activités de production, mais encore en raison des crises dans les secteurs d’avenir de la culture ou de la recherche.

14Par ailleurs, dans le contexte national, la capitale n’est pas du tout redevenue le centre stratégique de l’économie qu’elle était pendant les années 1920, lorsque de nombreuses entreprises y avaient installé leur siège social. Après la seconde Guerre Mondiale, la plupart de ces firmes avaient décidé de transférer leurs sites de production sophistiquée ou leur siège dans des villes de l’Allemagne occidentale à cause de la situation géopolitique précaire de Berlin. Elles y sont maintenant bien établies et n’ont pas de raisons objectives pour retourner à Berlin : ainsi, le centre des finances et des banques de l’Allemagne est - et restera sans doute - la ville de Francfort-sur-le-Main. Il s’avère donc nécessaire de définir beaucoup plus modestement les attentes concernant le développement de Berlin. Dans un proche avenir, il sera important d’arriver à se rattacher à la puissance économique des grandes métropoles de l’Allemagne occidentale. Il faudra d’énormes efforts pour que Berlin puisse atteindre, en ce qui concerne les repères économiques les plus importants, au moins le niveau de Hambourg, Düsseldorf, Francfort, Stuttgart ou Munich (Schmidt, ibid., p. 194). Une comparaison des produits intérieurs bruts peut de manière exemplaire illustrer cette situation. En 2002, la République Fédérale d’Allemagne avait un PIB de 2 108,2 milliards d’euros ; les trois Länder ayant le plus grand poids économique (la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la Bavière et le Bade-Würtemberg) avaient respectivement un PIB de 463,9 milliards, 368,9 milliards et 307,4 milliards d’euros (Statistisches Bundesamt, Wiesbaden). En revanche, les deux Länder de Berlin et du Brandebourg totalisaient ensemble un PIB de 121,2 milliards d’euros, et de ce fait ne contribuaient qu’à hauteur de 5,8 % au PIB national. Par comparaison, pour la même année, la France avait un PIB de 1 526,8 milliards d’euros, auquel la région Ile-de-France a apporté 430,2 milliards, c’est-à-dire 28,2 % (INSEE).

15En ce qui concerne le nombre d’habitants et la signification politique résultant de la fonction de capitale fédérale, Berlin mérite certes l’appellation de métropole. Mais elle ne remplit pas les critères permettant d’en faire une métropole économique internationale. La question vivement discutée au début des années 1990 sur le destin de Berlin comme ville globale - perspective euphorisante pour certains, angoissante pour d’autres - appelle désormais une réponse catégoriquement négative. Selon l’opinion unanime des experts, Berlin ne peut et ne pourra prétendre au rang de centre économique stratégique en raison de sa faiblesse économique, et surtout de son manque de fonctions de contrôle sur l’économie nationale, et a fortiori internationale (Krätke, ibid., p. 83).

16De même, Berlin ne possède pas de fonctions primordiales dans les relations économiques entre l’Ouest et l’Est. Les analyses démontrent que les avantages issus de la proximité géographique et du capital de relations accumulé pendant les temps socialistes avec les économies des pays de l’Est ne fonctionnent pas (Kurz, 1999, p. 14). Les contacts économiques existants avant 1989 sont devenues obsolètes, et les connaissances profondes des langues et des mentalités de certains pays de l’Europe centre-orientale que les anciens étudiants des universités de l’Allemagne orientale avaient acquises se sont avérés difficiles à valoriser lors de leur entrée sur le marché du travail. Le nombre et les services des firmes présentes à Berlin pour proposer du soutien aux entreprises cherchant à s’engager en Europe centre-orientale ne se distinguent guère de l’offre des autres villes, malgré quelques projets intéressants comme le centre de la coopération Est-Ouest à Berlin-Adlershof.

17Au-delà de ses difficultés à trouver sa place à l’extérieur, la ville est en outre caractérisée par des problèmes d’intégration interne. Quinze ans après, le mur est toujours dans les têtes. Comme les analyses de H. Häußermann et A. Kapphan (2000, p. 240) le démontrent, les Berlinois de l’Ouest et de l’Est sont toujours profondément attachés à leur partie respective de la ville, pour les choix résidentiels, les lieux de consommation, ou encore les médias. Cette division toujours tangible entre Wessis et Ossis se révèle particulièrement à la lumière des résultats des élections municipales. À l’exception des sociaux-démocrates dont la proportion de votes se partage également sur tout le territoire de la ville, les grands partis politiques ont leur base électorale dans les arrondissements occidentaux (pour les chrétiens-démocrates, les Verts et les libéraux) ou orientaux (pour les socialistes, successeurs du parti d’État de la RDA) (Häußermann et Kapphan, ibid., p. 245). En outre, les relations entre Berlin et le Brandebourg montrent une faible intégration régionale, comme l’a souligné l’échec en 1996 du referendum sur la fusion de ces deux Länder, à cause du veto des Brandebourgeois - tandis que les Berlinois l’approuvaient.

18Le processus d’intégration des deux parties de la ville et de ses environs, qui étaient isolées pendant quatre décennies, est sans doute unique et sans précédent dans l’histoire, ce qui rend difficile de juger de son aboutissement ou non. Cependant, on ne peut s’empêcher de constater que les indicateurs d’une division persistante contribuent d’une manière peu positive à l’image d’une métropole qui se voudrait carrefour Est-Ouest (Tölle, ibid., p. 196).

Berlin comme métropole régionale transfrontalière

Berlin et la région frontalière germano-polonaise

  • 2  Glowny Urzad Statystyczny, Varsovie.

19Pourtant, Berlin et sa région occupent incontestablement une situation d’interface, en raison de la proximité de la frontière germano-polonaise. Mais avant de commencer à interpréter celle-ci comme un important potentiel pour le développement socio-économique de la métropole berlinoise, il faut en souligner les grands écarts de richesse. De nouveau, une comparaison des produits intérieurs bruts peut souligner la fracture entre deux mondes. Comme nous l’avons dit, les deux Länder de Berlin et de Brandebourg, avec un PIB global de 121 milliards d’euros en 2002, peuvent être considérés comme une région pauvre en comparaison avec les centres économiques allemands. Cependant, cette somme correspondait à plus de 65 % du PIB de toute la Pologne pour la même année (soit 781 milliards de zloty, ou 182 milliards d’euros2)!

20Cet écart limite à coup sûr, au moins à moyenne échéance, les impulsions économiques que l’agglomération berlinoise pourrait attendre de son environnement régional. C’est surtout pour cette raison que le document officiel sur le développement spatial des deux Länder de Berlin et du Brandebourg, le Raumordnungsbericht (2004, p. 27), juge les potentiels de développement provoqués par l’élargissement oriental de l’UE assez médiocres. Mais il souligne aussi que la structure économique dans la région Berlin-Brandebourg est caractérisée par le faible volume d’industrie et de sièges sociaux, et une internationalisation assez faible. En outre, avant cet élargissement, la proximité spatiale de la Pologne s’est peu reflétée dans les données économiques (Marganski, 1999, p. 317) : avec 5 %, elle ne tenait que le 6e rang dans le commerce extérieur de Berlin, après la France, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Italie et les Pays-Bas.

21Cependant, vue de l’Est, Berlin fait géographiquement figure de première ville à l’Ouest, ce qui se manifeste entre autres par une forte représentation des migrants des pays de l’Europe centre-orientale. Berlin est devenue un nouveau centre de vie pour de nombreux résidents, notamment pour les 45 000 migrants des pays de l’ancienne URSS (Häußermann et Kapphan, ibid., p. 205). Mais il y a surtout un grand nombre d’habitants d’origine polonaise. Ce groupement est peu homogène et, contrairement à d’autres minorités dans la ville, ne forme pas de colonie. On recense au début du XXIe s. environ 30 000 habitants ayant un passeport polonais - sans compter les Polonais non enregistrés, que l’ambassade polonaise estime à 70 000 personnes (Kerski, 2003, p. 132). Parmi eux, beaucoup gardent une attache en Pologne, mais migrent de façon temporaire afin de travailler. Ajoutons également plus de 100 000 Aussiedler, émigrés d’origine allemande venus de Pologne, largement assimilés, et qui ne se définissent plus comme minorité polonaise.

22Dès la fin des années 1980, les écarts de prospérité, de prix et de salaires à la frontière ont déclenché un processus très dynamique de création de relations transfrontalières. Il est évident que l’économie informelle s’adapte toujours plus rapidement aux conditions constamment changeantes - voire basculantes - que les acteurs de l’économie officielle et que les institutions gouvernementales. Malheureusement, il y a peu de recherches quantitatives sur ce phénomène, en raison du caractère souvent éphémère des résultats scientifiques dans une situation de transformation, et à cause des difficultés de mesure. Cependant, on ne doit pas sous-estimer la signification socio-économique de Berlin pour la région frontalière de la Pologne occidentale. Comme M. Irek le démontre (1998, p. 38), on peut trouver autour des villages de nouveaux quartiers de maisons individuelles qui doivent leur existence à l’argent que leurs propriétaires ont gagné à Berlin au début des années 1990, quand la valeur d’une maison rurale en Pologne n’était que d’environ 5 000 euros. Ces personnes ont fait commerce de toutes sortes de biens, en profitant des écarts de prix, ou bien ont travaillé - avec ou sans permis -, notamment dans les secteurs du BTP, ou chez les particuliers : il s’est établi dans la capitale allemande un véritable réseau bien hiérarchisé de femmes de ménage (Irek, ibid., p. 100).

23Mais la proximité de l’agglomération berlinoise et des autres régions frontalières allemandes le long de l’Oder et de la Neisse profite également aux régions frontalières polonaises. Le petit commerce transfrontalier a joué un rôle considérable dans le développement des régions polonaises où se sont installés, surtout dans les villes frontières, pas moins de 16 grands bazars. Ce commerce a conduit au développement d’une économie de bazar et a transformé une zone périphérique en région de croissance économique, tout cela dans un délai très court et sans supports gouvernementaux ni subventions (Kaczmarek et Stryjakiewicz, 2000, p. 52). L’importance de ces liaisons socio-économiques informelles est peu documentée et ne se reflète parfois que dans des données statistiques surprenantes. En 1995, toutes les voïvodies polonaises avaient un commerce extérieur déficitaire - à l’exception des voïvodies situées le long de la frontière allemande. Et la petite commune frontalière de Leknica, où se trouvait le plus grand bazar de la région frontalière, pouvait se vanter du troisième rang national en ce qui concerne le revenu per capita (Kaczmarek et Stryjakiewicz, ibid., p. 54).

24Passé l’âge d’or de cette économie de bazar à la fin des années 1990 (bien que ce secteur soit toujours important), on a pu observer une certaine consolidation des activités économiques, avec un nombre croissant de créations d’entreprises germano-polonaises mais aussi d’investissements allemands dans la région frontalière. Ces activités sont soutenues par des institutions spécifiques créées pendant les années 1990. On peut citer notamment les quatre eurorégions le long de la frontière germano-polonaise, dont la région Pro Europa Viadrina qui s’étend jusqu’au périmètre urbain berlinois (fig. 3). Ces institutions montent des partenariats entre les municipalités et les organisations publiques, et surtout des projets financés par des programmes européens. Pour le secteur privé, un grand nombre d’institutions offrent conseil et soutien pour les projets économiques transfrontaliers. Un bon exemple est donné par la Deutsch-Polnische Wirtschaftsförde-rungsgesellschaft, la Société germano-polonaise pour le soutien des affaires économiques, située dans la ville de Gorzow, et fondée par les Länder de Berlin, du Brandebourg, du Mecklembourg-Poméranie et de Saxe ainsi que par l’État polonais. En outre, le gouvernement polonais a établi une zone économique spéciale le long de la frontière en 1997 pour attirer des firmes avec des offres fiscales très attractives. En 2003, 57 entreprises y fonctionnaient, dont 26 polonaises et 18 allemandes.

Figure 3 : Les eurorégions germano-polonaises

Figure 3 : Les eurorégions germano-polonaises

25Cependant, contrairement à ce qui était attendu, on ne peut pas observer de stabilisation économique endogène fondée sur des structures de production d’entreprises de classe moyenne dans des réseaux transfrontaliers (Matthiesen, 2002, p. 5). Cette observation concerne les deux côtés de la frontière, mais avec toutefois des différences importantes. Historiquement, la RDA avait cherché, pour des raisons politiques, à convertir ses régions agraires de l’Est en centres d’industrie lourde. Cette mono-structure s’est effacée après 1990, sans qu’il y ait eu des compensations pour la perte des entreprises et des emplois. Le côté allemand est donc surtout caractérisé par une atmosphère de récession et par une mentalité de défense des acquis, tandis que le côté polonais, qui était longtemps une région négligée par les autorités à Varsovie, est caractérisé par une croissance modeste et un espoir prudent. À propos de ces divergences, Z. Kurcz (ibid., p. 229) voit dans l’essor socio-économique du côté polonais de cette région frontalière un modèle qui pourrait donner un sens nouveau à la notion de Polnische Wirtschaft, d’économie à la polonaise, notion que les Allemands ont utilisée pendant des décennies pour décrire une situation économique déplorable et chaotique, mais qui pourrait à l’avenir signifier un état d’esprit entreprenant et prometteur. Ces développements divergents apparaissent à travers une comparaison de la démographie des villes de la région frontalière. Entre 1990 et 2000, les villes allemandes ont perdu des habitants - parfois dramatiquement -, tandis que la plupart des villes polonaises enregistraient une croissance démographique soutenue (fig. 4).

Figure 4 : L’évolution démographique des villes frontalières

Figure 4 : L’évolution démographique des villes frontalières
  • 3  Cependant la pression sur le parc immobilier polonais vient aussi des étudiants et enseignants de (...)

26Une ville double se développe sur les rives de l’Oder. Francfort-sur-l’Oder avait une population de 86 100 habitants en 1990, mais de seulement 73 800 en 1999 et 64 900 sont prévus pour 2015. En face, la ville de Slubice, qui constituait avant 1945 la partie orientale de Francfort, avait une population de 16 100 habitants en 1990 et de 17 700 habitants en 1999. Tandis que Slubice souffre d’une pénurie de logements avec plus de 500 ménages qui cherchent à se loger (dans la plupart des cas depuis des années), et que de nombreux appartements sont occupés par plusieurs générations d’une même famille, la ville de Francfort-sur-l’Oder est confrontée à un taux de vacance de logements de 18,8 % (soit 7 600 logements inoccupés)3. La municipalité prévoit la destruction de 6 500 habitations jusqu’en 2015 (ISW, 2002, p. 23). Les programmes envisagés pour permettre l’accès des ménages de Slubice aux appartements vacants de Francfort ont jusqu’à ce jour échoué, en raison des barrières bureaucratiques, politiques, financières mais aussi mentales qui s’avèrent toujours insurmontables. Mais en retour, Francfort-sur-l’Oder pourrait profiter de la proximité de Slubice. L’infrastructure de tramway à Francfort nécessite à l’heure actuelle des investissements majeurs, mais le recul de population prévu hypothèque la viabilité future de ce service. En revanche, une prolongation du réseau de l’autre côté de l’Oder en assurerait la rentabilité grâce à l’extension du potentiel de passagers. Les études de transport prévoient donc, à l’instar par exemple de la ligne franco-allemande entre Sarrebruck et Sarreguemines, une liaison de tramway transfrontalière, possible grâce à l’adhésion de la Pologne au traité de Schengen.

Berlin et le système de villes polonais

27Comme nous l’avons vu, Berlin a des difficultés à se positionner, en raison de sa faiblesse socio-économique et structurelle, comme membre important dans le réseau établi des agglomérations allemandes et surtout des métropoles européennes occidentales. Ceci oblige à réviser les prévisions des années 1990 qui pariaient sur une liaison entre le transfert des institutions gouvernementales fédérales et une accélération de l’accès de Berlin au réseau des capitales européennes (Cattan et al., 1999, p. 163), ou qui voyaient Berlin en bénéficiaire principal des processus de transformation retrouvant son rayonnement perdu (Mangin, 1999, p. 38). Certes, la ville constitue, vue de l’Est, un nœud essentiel du réseau des métropoles en Europe centre-orientale. Dès la chute du rideau de fer, on a assisté à l’émergence de nouvelles - mais en fait très anciennes - liaisons, appuyées sur l’échange économique, le commerce et le transport. Comme cela a été formulé par K. Schlögel (1999, p. 31), on peut observer à l’œil nu le processus de formation d’un nouvel espace d’économie, de communication et de culture. Cet espace, dont les axes traditionnels redécouverts comme le tracé Berlin-Varsovie-Minsk-Moscou sont à la limite de la saturation, inclut Berlin par la force des choses, du fait de sa position géographique. Au-delà de ces axes, et au-delà des attentes euphoriques et optimistes qui ont vu dans Berlin la locomotive de croissance la plus importante en Europe centrale (Kuklinski, 1999, p. 268), on s’accorde généralement sur le fait que le rayonnement de la métropole berlinoise influencera fortement le développement structurel et spatial des agglomérations de Pologne septentrionale et occidentale. Mais ces prévisions sur le futur réseau des villes polonaises restent très incohérentes. S’il est peu probable que la capitale joue le rôle principal dans ce réseau, l’avenir des autres villes et régions est en revanche beaucoup plus discuté. Comme cela a été formulé par M. Dutkowski (2000, p. 46), on attend - ou on craint - une polarisation socio-spatiale croissante en Pologne et sa division en trois parties : l’agglomération de Varsovie, cinq à sept métropoles, et le reste du pays. La question qui se pose est de savoir quelles agglomérations vont profiter d’un développement plutôt favorable et donc acquérir un rayonnement national - voire européen. En dépit des incertitudes sur la capacité de Berlin à soutenir ou affaiblir le développement économique de certaines villes, la proximité de la frontière allemande est perçue dans la plupart des scénarios comme un facteur décisif pour la prospérité des métropoles polonaises. Les agglomérations de Poznan et Wroclaw, et à un moindre degré de Szczecin, Gdansk et Cracovie, sont donc considérées comme celles qui vont le mieux profiter de leur position géo-économique (Grimm, 1998, p. 143). Dans les scénarios de développement spatial pour la Pologne (fig. 5), les deux axes Cracovie-Wroclaw-Berlin et Varsovie-Poznan-Berlin sont compris comme devant fixer les plus fortes zones d’attractivité, avec un troisième axe plus faible Wroclaw-Poznan- Gdansk, (Domanski, 1997, p. 260). C’est surtout le corridor Varsovie-Poznan-Berlin qui peut jouer un rôle prépondérant, comme moteur pour la politique de développement régional de toute la Pologne (Pyszkowski, 1999, p. 198). L’idée d’une détermination du développement régional de la Pologne sous l’influence du voisin fort à l’Ouest se reflète d’ailleurs aussi dans la stratégie nationale d’aménagement du territoire Polska 2000 plus, un document qui parie sur une intégration ciblée dans les contextes centre-européens ainsi que, au sein de la Pologne, par une croissance d’importance pour Varsovie et les grands centres ouest-polonais (Grimm, ibid., p. 145).

Figure 5 : Scénarios pour l’aménagement du territoire

Figure 5 : Scénarios pour l’aménagement du territoire

Conclusion : Vers une métropole au cœur de l’Europe centrale ?

28De toute évidence, Berlin n’est pas devenue la troisième ville globale d’Europe, ni le grand carrefour des flux économiques et financiers entre l’Ouest et l’Est. Et rien n’indique qu’elle soit en voie de le devenir. S’agissant du réseau de pôles économiques ouest-allemands, ainsi que des métropoles européennes occidentales, Berlin est une agglomération plutôt à la traîne, aux prises avec des problèmes de restructuration socio-économique graves. Les héritages historiques comme l’absence de relations économiques normales de Berlin Ouest, la perte du tropisme oriental pour l’Est de Berlin et le Brandebourg sous l’effet de la thérapie de choc, ainsi que l’inachèvement de l’unification intérieure s’imposent de manière déterminante, par rapport au mythe de la plaque tournante Est-Ouest que serait Berlin.

29Cependant, tant que perdurera un tel différentiel de richesses de part et d’autre de la frontière, Berlin sera perçue, particulièrement en Pologne, comme un pôle de croissance potentiel pour toute une région ; et à ce titre elle influencera fortement le développement territorial. La ville la plus orientale de l’Ouest et la plus occidentale de l’Est a donc bien un rayonnement considérable, mais ces flux sont, en chiffres absolus, assez faibles et difficiles à mesurer. À Berlin, l’influence de ces liaisons sur les paramètres de développement de l’agglomération demeure donc, au moins à moyenne échéance, peu perceptible, et l’élargissement oriental de l’Union Européenne n’y changera pas grand chose. Or, ces relations pourraient bien donner une nouvelle dimension à la centralité berlinoise : loin de l’horizon d’une ville globale, elle peut se présenter comme cœur d’un territoire transfrontalier en Europe centrale.

Haut de page

Bibliographie

CATTAN N., PUMAIN D., ROZENBLAT C., SAINT-JULIEN T., 1999, Le système des villes européennes, 2e éd., Paris, Anthropos, 197 p.

DOMANSKI R., 1997, Przestrzenna transformacja gospodarki [La transformation spatiale de l’économie], Warszawa, PWN, 277 p.

DUTKOWSKI M., 2000, Zmiany postsocjalistycz-nych metropolii w Polsce [Les mutations post-socialistes des métropoles en Pologne], in DOMANSKI R. (éd.), Nowe problemy rozwoju wielkich miast i regionów, Biuletyn KPZK PAN, tome 192, Warszawa, p. 37-48.

GEMEINSAME LANDESPLANUNGSABTEILUNG BERLIN-BRANDENBURG, 2004, Zweiter gemein-samer Raumordnungsbericht der Länder Berlin und Brandenburg, Potsdam, 202 p.

GRESILLON B., 2002, Berlin, métropole culturelle, Paris, Belin, 320 p.

GRIMM F.-D., 1998, Das Städtesystem Polens in Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft, in BRADE I., GRIMM F.-D. (éds.), Städtesysteme und Regionalentwicklungen in Mittel- und Osteuropa. Rußland, Ukraine, Polen, Leipzig, Institut für Länderkunde, p. 136-147.

HÄUßERMANN H., KAPPHAN A., 2000, Berlin : Von der geteilten zur gespaltenen Stadt ? Sozialräumlicher Wandel seit 1990, Opladen, Leske+Budrich, 292 p.

ISW INSTITUT FÜR STADTENTWICKLUNG UND WOHNEN DES LANDES BRANDENBURG, 2002, Grenzstädte - ein Vergleich, ISW-Schriftenreihe 1-2002, Frankfurt/Oder, 60 p.

IREK M., 1998, Der Schmugglerzug. Warschau-Berlin-Warschau. Materialien einer Feldforschung, Berlin, Das Arabische Buch, 103 p.

JERSCH-WENZEL S., JOHN B. (ÉDS.), 1990, Von Zuwanderern zu Einheimischen. Hugenotten, Juden, Böhmen, Polen in Berlin, Berlin, Nicolai, 804 p.

KACZMAREK T., STRYJAKIEWICZ T., 2000, Transborder co-operation and development in the conditions of great socio-economic disparities : the case of the Polish-German border region, in PARYSEK J. J., STRYJAKIEWICZ T. (éds.), Polish Economy in Transition : Spatial Perspectives, Poznan, Bogucki, p. 49-72.

KERSKI B., 2003, Otwarta brama. Esej o Berlinie [La porte ouverte. Essai sur Berlin], in KERSKI B., TEMPLIN W., TRENKNER J. (éds.), Berlin Zachodni, Berlin Wschodni, Berlin, Szczecin, Polsko-Niemiecka Biblioteka Szczecinska, p. 121-133.

KRÄTKE S., 2000, Berlin - métropole tertiaire ou espace de production en déshérence ?, in DUHEM G., GRESILLON B., KOHLER D. (éds.), Paris - Berlin. Regards croisés sur deux capitales européennes, Paris, Anthropos, p. 80-108.

KUKLINSKI A., 1999, Berlin - The Global Metropolis of the 21st Century, in DOMANSKI R. (éd.), The Competitiveness of Regions in the Polish and European Perspective, PAN KPZK Studia regionalne, tome 9, Warszawa, PWN, p. 263-274.

KURCZ Z., 1999, Pogranicze polsko-niemieckie a Polnische Wirtschaft, in GOLDYKI L. (éd.), Trans-granicznosc w perspektywie socjologicznej-kontynuacje, Zielona Góra, Lubuskie Towarzystwo Naukowe, p. 219-233.

MANGIN C., 1999, Les villes et l’organisation de l’espace en Europe médiane, Paris, Economia, 101 p.

MARGANSKI J., 1999, Perspektive für die wirtschaftliche Zusammenarbeit zwischen Polen und der Ballungsregion Berlin-Brandenburg, in DYBE G., KROMPHARDT J., MOMPER W., STEINKE R. (éds.), Berlins Zweite Zukunft. Aufbruch in das 21. Jahrhundert, Berlin, Sigma, p. 311-326.

MATTHIESEN U. (avec BÜRKNER, H.), 2002, Die Osterweiterung der Europäischen Union und die Deutsch-polnische Grenzregion - Problemlagen und Lernchancen, in IRS Aktuell n°34. Erkner, Institut für Regionalentwicklung und Strukturplanung, p. 1-7.

PYSZKOWSKI A., 1999, The Berlin-Poznan-Warsaw Trajectory in the Context of Strategies of Regional Development in Poland, in DOMANSKI R. (éd.), The Changing Map of Europe. The Trajectory Berlin-Poznan-Warsaw, Warszawa, Rewasz, p. 195-202.

ROUYER A., 1997, La région berlinoise en quête d’elle-même. Aménagement régional et restructuration du système de transports à l’heure de la réunification, Thèse, Paris IV.

SCHLÖGEL K., 1998, Berlin Ostbahnhof Europas : Russen und Deutsche in ihrem Jahrhundert, Berlin, Siedler, 365 p.

SCHLÖGEL K., 1999, Berlin und das Städtenetz im neuen Europa, in BOLLMAN S. (éd.), Kursbuch Stadt. Stadtleben und Stadtkultur an der Jahrtausendwende, Stuttgart, DVA, p. 17-37.

SCHMIDT R., 2000, Zentralisierung und Konzentration im Prozeß der Metropolenbildung am Beispiel Berlins, in HASSENPFLUG D. (éd.), Die Europäische Stadt. Mythos und Wirklichkeit, Münster, LIT, p. 177-196.

SCHULTZ H., 2003, Schwierige Nachbarschaft an Oder und Neiße, in BREYSACH B., PASZEK A., TÖLLE A. (éds.), Grenze - Granica. Interdisziplinäre Betrachtungen zu Barrieren, Kontinuitäten und Gedankenhorizonten aus deutsch-polnischer Perspektive, Thematicon, tome 8, Berlin, Logos, p. 36-48.

TÖLLE A., 2003, Berlin - eine mitteleuropäische Metropole in Grenzlage, in BREYSACH B., PASZEK A., TÖLLE A. (éds.), Grenze - Granica. Interdiszi-plinäre Betrachtungen zu Barrieren, Kontinuitäten und Gedankenhorizonten aus deutsch-polnischer Perspektive, tome 8, Berlin, Logos, p. 190-199.

Haut de page

Notes

1  Raumordnungsbericht 2004 ; chiffres de 2002.

2  Glowny Urzad Statystyczny, Varsovie.

3  Cependant la pression sur le parc immobilier polonais vient aussi des étudiants et enseignants de l’université Viadrina de Francfort qui s’y logent à des prix bien inférieurs par rapport au marché local allemand.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Berlin et le Brandebourg
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/917/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 2 : La translation occidentale de la Pologne
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/917/img-2.png
Fichier image/png, 105k
Titre Figure 3 : Les eurorégions germano-polonaises
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/917/img-3.png
Fichier image/png, 80k
Titre Figure 4 : L’évolution démographique des villes frontalières
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/917/img-4.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 5 : Scénarios pour l’aménagement du territoire
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/917/img-5.png
Fichier image/png, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexander Tölle, « Berlin et la région frontalière germano-polonaise : une métropole en Europe centrale ? », Géocarrefour, Vol. 80/1 | 2005, 17-25.

Référence électronique

Alexander Tölle, « Berlin et la région frontalière germano-polonaise : une métropole en Europe centrale ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 80/1 | 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/917 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.917

Haut de page

Auteur

Alexander Tölle

Université Adam Mickiewicz de Poznan
Institut de Géographie économique et d’économie spatiale
ul. Dziegielowa 27
61-680 POZNAN
E.mail : atoelle@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org