Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Cole Harris, géographe du pays revêche et de ses fondements géo-historiques

Eric Glon
p. 277
Référence(s) :

Harris C., 2012, Le pays revêche. Société, espace et environnement au Canada avant la confédération, Laval, Presses de l’Université Laval, 459 p.

Texte intégral

1Le Canada est un ensemble de terres qui se conquièrent souvent difficilement et partiellement dans un environnement hostile et difficile à mettre en valeur. Ces immensités constitueraient ce pays revêche pour reprendre le titre du dernier ouvrage de Cole Harris publié en français en 2012 ou ce pays réticent (The Reluctant Land) dans la version anglaise parue en 2008 (Harris, 2012, 2008).

2Le sous-titre ; société, espace et environnement au Canada avant la confédération) nous apporte des précisions sur l’esprit dans lequel Cole Harris a conçu cet ouvrage mais aussi l’ensemble de ses recherches. De l’ouvrage : « The Seigneurial System in Early Canada » (Harris, 1966) à « The Reluctant Land » en 2008 (Harris, 2008) sans oublier par exemple « Making Native Space » en 2002 (Harris 2002) et cet imposant tome 1 de l’Atlas historique du Canada en 1987 (Harris, 1987), Cole Harris ne cesse d’interroger ces liens qui se tissent entre les sociétés humaines, l’espace et l’environnement en situant le passé canadien dans une perspective historique. L’objectif est à la fois de savoir comment l’homme modifie son environnement et réciproquement le plus souvent dans la période préindustrielle. En intervenant sur l’environnement, l’homme y laisse des traces, des écritures géographiques. Cole Harris se demande si ce n’est pas dans ces difficultés à mettre en valeur une terre, à tirer parti des ressources de la nature et surtout aux capacités d’adaptation de ces petites communautés dures à la tâche et souvent isolées les unes des autres que se forgent quelques traits d’une identité nationale dont l’origine serait située avant la confédération. C’est à la fois au niveau de cette perspective que se situe l’originalité de cet ouvrage tout comme de la volonté de l’envisager à une échelle nationale dans un pays où les réflexions scientifiques sont souvent « provincialisées ».

3Si Cole Harris est un spécialiste de géographie historique, il le doit en partie à un attrait pour la France et à ses sociétés paysannes qui ont modelé l’espace et l’environnement au fil des siècles. Né en 1936, Cole Harris fréquente l’université de Montpellier de l’automne 1958 au printemps 1959. Il suit les cours sur la civilisation française pour les étudiants étrangers et des enseignements de géographie notamment ceux de Raymond Dugrand dont la thèse sur les villes et campagnes du Bas-Languedoc est publié en 1963 (Dugrand, 1963). Cole Harris effectue alors la première excursion géographique de sa vie. R Dugrand et ses collaborateurs lui font découvrir « le terrain », les paysages dans leurs dimensions actuelles et historiques. Cole Harris est impressionné. Il achète une vieille bicyclette et voyage dans les campagnes des Cévennes et du Languedoc. Ce séjour en France est déterminant pour comprendre l’attrait de Cole Harris pour la géographie historique et la géographie régionale de Paul Vidal de la Blache et de ses élèves. Sur les conseils d’un collaborateur de Raymond Dugrand, Cole Harris part pour l’université du Wisconsin. Il y étudie de 1959 à 1963 et s’oriente clairement vers la géographie historique et le travail sur les archives des XVIIème et XVIIIème siècles. Il présente sa thèse en 1964 sur « le système seigneurial au Canada français - Une étude géographique ». Cette passion pour la géographie historique ne se démentira plus jusqu’à ce dernier ouvrage, le pays revêche.

4Le livre est organisé en 12 chapitres. Le premier est une présentation du Canada et de ses « mondes de vie » autochtones en 1500 soit au moment où les Occidentaux reprennent contact avec l’Amérique du Nord. Le dernier chapitre est consacré à la naissance du Canada et à l’avènement de la confédération. Elle correspond à l’émergence progressive du Canada moderne de la fin des années 1860 et du début des années 1870. La première étape en est l’Acte de l’Amérique du Nord britannique en 1867. La colonie dite du Canada est séparée en deux provinces, le Québec et l’Ontario qui rejoignent le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle Ecosse pour former le Dominion du Canada. Il s’étend vers l’ouest et le nord grâce à l’acquisition des vastes étendues détenues jusqu’alors par le Compagnie de la baie d’Hudson en 1870 puis par la création des provinces du Manitoba (1870), de la Colombie-Britannique (1871) et l’entrée de l’Ile du Prince Edouard (1873). Le Canada dont nous parle Cole Harris est celui qui existe dans ses limites actuelles mais sous des réalités très différentes entre 1500 jusqu’aux prémisses de la confédération. Le Canada demeure encore à ce moment là « un amalgame de sociétés préindustrielles ponctuées par quelques villes industrialisées » (p 436). En dehors des premier et dernier chapitres, les autres sont envisagés selon un découpage régional depuis l’Atlantique du nord-ouest jusqu’à la Colombie-Britannique mêlant les considérations géographiques et historiques en s’appuyant sur une impressionnant travail d’archives et de très nombreuses cartes et illustrations qui facilitent la compréhension de la démarche

5Que pouvons-nous retenir des réflexions de Cole Harris ? 3 idées majeures méritent d’être mises en valeur

6- Des conditions particulières de la colonisation de l’espace à quelques traits de l’identité canadienne. C’est au prix d’un labeur acharné que de petites communautés souvent isolées les unes des autres et composées de quelques familles tentent de se faire une place sur un bout de terre au milieu d’un monde minéral ou végétal peuplé d’être sauvages. « Des vies entières sont passées à défricher, essoucher et construire » écrit Cole Harris à propos de l’Acadie. La petite ferme est le symbole d’une appropriation difficile de la terre et la famille souvent nombreuse voir polynucléaire représente l’unité incontournable de la sociabilité et de la reproduction sociale de l’est à la Colombie-Britannique. L’entraide et les croyances religieuses permettent de faire face aux difficiles conditions de vie. Un travail en dehors de la ferme est souvent nécessaire pour survivre. Ces colons forment des micro-sociétés qui gardent les cultures de leurs contrées d’origine et développent un ancrage local grâce à un travail acharné. Si ces pratiques engendrent une défiance vis-à-vis de toute autorité centrale lointaine et de l’assimilation, elles esquissent les fondements du multiculturalisme canadien. L’auteur va plus loin puisque ces solidarités locales constituent d’après lui une spécificité que les colons ne veulent pas voir menacer par le triomphe de la liberté individuelle prônée par les Américains. Peut-être est ce cette volonté de se différencier du puissant voisin et ces quelques valeurs qui inciteront les Canadiens à s’attacher à un pays et à des provinces. Ce sera après la confédération car jusqu’à cette date le dominion est d’abord un ensemble complexe d’identités multiples. L’auteur précise que pendant 150 ans le Canada a été une colonie française qui reste longtemps francophone même sous administration anglaise. « Sans cet ancrage, l’Amérique du Nord britannique serait passée aux mains des Etats-Unis. Le Canada n’existerait pas » aime à rappeler Cole Harris

7- De la colonisation et de la valorisation de l’espace et de l’environnement. Cole Harris insiste sur deux particularités de la mise en valeur au Canada. La première n’est autre que la mise en valeur agricole qui crée de nouveaux paysages dans la « wilderness » tels le rang canadien ou le township. Outre la modification de l’environnement, cette activité agricole a deux objectifs, la subsistance et l’accès à des marchés mêmes réduits. En dehors des zones les plus peuplées à proximité de la frontière américaine, c’est rarement le cas. Les colons complètent donc le quotidien de la ferme avec un travail dans l’exploitation des ressources naturelles qui se développe rapidement. C’est la deuxième particularité. Harold Innis, économiste canadien soutient que le Canada présente une économie fondée sur l’exploitation des ressources primaires, les fourrures, le bois, les produits de la pêche par exemple souvent vendus à l’état brut. L’espace est aménagé et l’environnement profondément bouleversé. « En de multiples endroits, la forêt a disparu » (p. 215 ) écrit-il à propos des Maritimes du fait de son exploitation. Elle est aussi défrichée pour laisser la place à l’agriculture. C’est par exemple la condition faite la première année au colon qui s’installe sur une terre dans le Haut canada (p. 301). Si Cole Harris estime que la dynamique rurale de la majeure partie de l’Amérique du Nord Britannique échappe à cette logique marchande en nuançant ainsi l’avis d’Harold Innis, il n’empêche que là où elle est présente, elle suscite des changements parfois brutaux et profonds de l’environnement. Les berges des lacs et des rivières sont dépourvus d’arbres, et l’érosion des sols qui en résultent désorganisant les frayères à saumons dans les Maritimes (p. 215). Dans le sud de l’Ontario (le Haut Canada), 1,5 millions d’immigrants arrivent de 1860 à 1870. Ils transforment totalement le paysage en défrichant la forêt et en la remplaçant par des aménagements venus d’ailleurs, les fermes, les champs dans le cadre de townships géométriques.

  • 1 - Ethnocide- destruction volontaire et programmée de la culture d’un peuple.

8- Le rejet des populations autochtones, de leur culture et de leur mode d’appropriation de l’espace et de l’environnement. L’avènement d’une confédération aux identités multiples et complexes se fait donc aux dépens des Amérindiens et des Inuits. Cole Harris insiste dans le premier chapitre sur la diversité des ces populations souvent très organisées qui ont « depuis longtemps perfectionné la meilleure, parfois la seule façon de vivre là où ils sont ». Ils s’appuient sur une connaissance très intime des milieux dans lequel ils vivent et les transforment en mondes de vie forgés de croyances d’esprits et de mythes. Dans tous les chapitres qui suivent, Cole Harris nous montre que les autochtones sont victimes de rejets, d’ethnocides1, d’épidémies et en même temps que les colons prennent pied sur leurs terres c’est aussi une profonde modification écologique du milieu qui est en jeu ainsi que le bouleversement complet de leur géographie spirituelle. Peu d’ouvrages disponibles en français sur la géographie du Canada insiste autant sur ce sujet.

9Si cet ouvrage est assurément d’un grand intérêt, il présente aussi quelques limites. Elles sont peu nombreuses. En souhaitant développer une réflexion à l’échelle du Canada, un pays qui est presque de la taille d’un continent à lui seul avec pratiquement 10 millions de kilomètres carrés, Cole Harris en arrive vite à une approche quasi « provincialisée » en considérant les grandes régions les unes après les autres. Il est difficile d’échapper à ce type d’analyse car les données, les archives sont en grande partie disponibles à l’échelle de provinces. Il aurait sans doute été intéressant que Cole Harris développe davantage les réflexions qu’il amorce dans le dernier chapitre sur la confédération et la naissance du Canada dans une perspective plus globale d’autant que l’auteur l’a déjà tenté dans d’autres publications (C. Harris, 2010). Une des autres limites de cet ouvrage réside dans la traduction qui laisse parfois à désirer soit pour certains termes, soit pour des phrases entières où se manifeste plutôt une vision québécoise que française. La version française de l’ouvrage paru en 2012 n’ajoute rien de plus sur le plan du contenu par rapport à la version anglaise datant de 2008. Encore faut-il préciser que la traduction a été un exercice long, difficile et méticuleux dans lequel s’est personnellement impliqué l’auteur, Cole Harris. Une très grande attention a été portée à la transcription en français des cartes, des légendes, de nombreux mots ou expressions tout comme à l’esprit du texte. A titre d’exemple, le terme « reluctant » en anglais peut faire l’objet de plusieurs traductions. L’une d’entre elles, la plus immédiate et la plus courante, est « réticente ». Après de longues discussion avec son traducteur, Laurier Saint-Yves, Cole Harris a abandonné cette option pour choisir «revêche » comme pour mieux faire référence à l’âpreté de ces terres dont la mise en valeur est la fois difficile et assez déplaisante. Très peu utilisé en français, ce terme semble désuet presque assimilé à du vieux français. Qu’il ait été ainsi repris dans le titre traduit non seulement l’attrait de Cole Harris pour l’histoire du Canada mais il révèle également l’attachement aux racines de la langue française qui reste également vif chez de nombreux francophones du Canada (Québec, Nouveau-Brunswick et communautés dispersés dans les différentes provinces) au milieu d’un monde résolument anglophone. C’est un des autres enseignements que l’on peut tirer de cette traduction. Qu’elle puisse à première vue offrir quelques imperfections pour le lecteur français mérite donc d’être relativisé. Elle témoigne aussi d’une recherche sur la richesse d’une langue, d’une capacité à l’interroger et à la renouveler dans un monde qui n’est pas forcément favorable, l’Amérique du Nord.

Haut de page

Bibliographie

DUGRAND R., 1963, Villes et campagnes du Bas-Languedoc, Presses universitaires de France, Paris, 698 p.

HARRIS C., 1966, The Seigneurial System in early Canada: a Geographical Study. Madison et Québec, The University of Wisconsin Press et Les Presses de l’Université Laval, 247 p

HARRIS C. (dir), 1987, Atlas historique du Canada- Des origines à nos jours, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 198 p.

HARRIS C., 2002, Making Native Space- Colonialism, Resistance, and Reserves in British Columbia, Vancouver, UBC Press, 448 p.

HARRIS C., 2008, The Reluctant Land, Society, Space, and Environment in Canada before Confederation, Vancouver, UBC Press, 524 p.

HARRIS C., 2010, The Spaces of early Canada, The Canadian Historical Review, 91/4, p725-759.

HARRIS C., 2012, Le pays revêche- Société, espace et environnement au Canada avant la confédération, Laval, Presses de l’Université Laval, 459 p.

Haut de page

Notes

1 - Ethnocide- destruction volontaire et programmée de la culture d’un peuple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Glon, « Cole Harris, géographe du pays revêche et de ses fondements géo-historiques », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 277.

Référence électronique

Eric Glon, « Cole Harris, géographe du pays revêche et de ses fondements géo-historiques », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 24 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9106

Haut de page

Auteur

Eric Glon

Professeur de géographie, Université de Lille Laboratoire TVES (EA 44 77), UFR de géographie et d’aménagement, avenue P Langevin, 59 655 Villeneuve d’Ascq cedex eric.glon@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org