Navigation – Plan du site

Mobilités spatiales, organisation familiale et ruralités des Suds : un regard par les rapports de genre

Spatial mobility, family organisation and rurality in the ‘South’: an analysis through gender relationships
Hélène Guetat-Bernard
p. 91-95

Texte intégral

1Les systèmes de mobilités spatiales inscrivent fortement, plus encore aujourd’hui qu’hier, les sociétés, économies et territoires ruraux des Suds dans une géographie du mouvement. Au cours des années 2000, les travaux géographiques sur l’habiter ont renouvelé les analyses des liens entre le mobile et l’immobile, entre le mouvant et le fixe, les espaces et les lieux. L’accès progressif de la société mondiale à des habitants mobiles et l’hypothèse selon laquelle désormais chaque habitant serait porteur d’une géographie qui lui est propre fonde une nouvelle approche de l’habiter (Lazarotti, 2006). Finalement, l’importance des mobilités oblige les géographes à substituer le « point de vue de la mobilité » à celui « de la sédentarité » (Stock, 2004) dans la lecture des sociétés urbaines des Nords comme celles des Suds, y compris rurales. Cela suppose un changement de paradigme. La géographie a représenté l’espace comme un monde quadrillé, fixe, marqué par une analogie espace/population/savoirs (Debarbieux, 2006). La localisation des populations et des activités est au fondement de son approche. Or cette congruence entre population et lieu ne tiendrait désormais plus (Stock, 2004). La survalorisation de la culture de l’enracinement a valorisé la proxémie comme fondatrice des appartenances. Pourtant, les lieux les plus proches ne façonnent pas (ou plus) nécessairement les identités (ibib.). Les mouvements dans l’espace questionnent aussi les assignations récurrentes entre féminité/fixité et masculinité/mobilité (Piveteau, 1996) engageant une lecture spatialisée des rapports sociaux de sexe. Non seulement les agencements des espaces et leur organisation au cours du temps (le jour/la nuit) peuvent refléter un ordre sexué mais inversement la manière d’habiter et surtout de circuler, notamment dans l’espace public, peuvent différer d’un sexe à l’autre. Cette analogie espace/population/savoirs a non seulement construit des univers territoriaux clos mais a aussi occulté la réalité des faits mobilitaires, et tout particulièrement la place que les femmes y ont pris. Parler des systèmes de mobilités et des rapports de genre en milieu rural, revient ainsi à dénoncer deux lectures voilées des réalités anciennes et contemporaines : l’immobilité géographique paysanne et l’association idéologique des femmes et du féminin au lieu, à l’ancrage au détriment de la reconnaissance de la part que les femmes ont pris et prennent dans les rapports aux espaces, à la mobilité, à la circulation.

2Dès les décennies 1980 et 1990, les travaux des géographes ont contribué à placer les mobilités au cœur des logiques de reproduction contemporaine non seulement des familles mais aussi des exploitations agricoles et des territoires ruraux des Suds. L’histoire plus ancienne des liens aux marchés et aux mobilités spatiales a aussi été réestimée à la fin des années 1990 et début 2000. En Afrique, les travaux sur les périodes pré-coloniales comme coloniales ont montré la part qu’y ont pris les femmes commerçantes mais aussi l’attrait de la ville pour gagner en reconnaissance individuelle et échapper en partie aux rapports patriarcaux (Coquery-Vidrovitch, 1994 ; Etienne 1968). Surtout, le mouvement, le fluide, la circulation ont été analysés comme fondateurs des territorialités pré-coloniales, contrairement au « paradigme territorial » imposé par le pouvoir colonial (Mbembe, 2005).

3Les mobilités des hommes et des femmes sont aussi structurellement liées aux modes d’héritage, selon une approche anthropologique, qui favorisent la circulation des personnes pour assurer la cohésion des biens (communauté de biens dans les systèmes à maison) ou la circulation des biens et l’immobilité des personnes (communauté de sang) (Augustins, 1989, auteur que mobilise Anna Dessertine). Les articulations entre logiques de maison et de lignée ainsi que les logiques sociales au fondement des circulations des femmes dans le cadre des relations matrimoniales mettent bien au cœur des analyses la place qu’occupent les femmes autant que les hommes dans les systèmes mobilitaires. Les critiques féministes des travaux de Claude Lévi-Strauss portent justement sur la question de l’interprétation de cette « réalité » de l’échange des femmes. Anna Dessertine montre bien que si les mobilités des femmes sont contraintes par les rapports de pouvoir qui s’imposent à elles, elles n’en sont pas moins « sujettes » de leur histoire et de leurs mouvements contredisant « l’idée tendancieuse contenue dans le concept lévi-straussien de passage de la nature à la culture. Si c’est par l’échange des femmes que l’humanité le réalise, alors la soumission des femmes qu’implique leur échange serait indispensable à la culture » (Gestin et al., 2010) !

4Mais si les mobilités rurales sont familières aux sociétés du passé, et plus encore contemporaines, elles sont dérangeantes, car elles déconstruisent la figure du paysan sédentaire, associée à l’ancrage à la terre, archétype des identités nationales idéalisées aux fondements raciaux et territoriaux. Par ailleurs, si la mobilité des riches est magnifiée, celle des pauvres comme des personnes soumises au poids des contraintes sociales, fait souvent peur. Elle s’inscrit dans l’ordre du trouble, du potentiel risque de déstabilisation du contrôle établi. A la fin du XIXe s. en Europe et surtout en France, au cœur de la représentation dominante de l’émigration rurale, c’est une peur sociale qui agit, nommée « exode rural », valorisant une lecture traumatique que l’on retrouve aujourd’hui dans l’analyse des mobilités contemporaines des campagnes des Suds. Cette géographie des lieux stables s’appuie conjointement sur une naturalisation de la place imposée aux femmes : celle de la maison, comme espace reproductif. L’idéalisation de l’immobilité des femmes (et plus encore des paysannes) est une forme de domination. L’image qui s’impose de l’association des femmes aux lieu-maison-exploitation prend sa part à la construction de cette figure idéologique : le départ des femmes de la campagne et des fermes a été/est vécu comme une remise en cause d’un ordre paysan ancien. Encore aujourd’hui, les lectures contemporaines des mobilités internationales des femmes, associées à la figure de la mère, font souvent peser sur les femmes une même morale réprobatrice. Les travaux sur la « paternité à distance » sont, à l’inverse, rares (Oso, Catarino, 2013).

5Cette construction sociale d’un monde rural spécialisé autour de l’activité agricole et ancré à son territoire a ainsi occulté quatre réalités historiques structurant le monde rural aux Nords comme aux Suds : la valorisation des propriétaires privés au détriment de la diversité des conditions socio-économiques, notamment des paysans sans terre ; l’importance des relations économiques au marché, de proximité ou à plus grande distance s’articulant à l’autoconsommation ; les systèmes de mobilité spatiale associant des échelles temporelles et spatiales complexes ; la pluriactivité et l’insertion de l’activité agricole dans des systèmes d’activités plurielles. Or, sur ces quatre points, les préjudices sur le regard porté sur le travail des femmes des campagnes ont été particulièrement lourds aux Nords et aux Suds. Dans les Suds, les catégories de la pensée occidentale se sont diffusées via la colonisation et l’idée de modernité. Le statut de chef d’exploitation, qui est aussi le chef de famille, s’impose, ignorant la part de travail des femmes ; la survalorisation des relations marchandes dénie toutes valeurs économiques aux activités domestiques des femmes alors même qu’en agriculture le travail ménager a conjointement un caractère productif et, inversement, le travail agricole relève aussi du domestique (Barthez, 2005).

6Ce dossier spécial de la revue Géocarrefour a donc pour ambition de rappeler la place qu’occupent les femmes dans les mobilités contemporaines mais aussi de comprendre les effets des mobilités spatiales dans les dynamiques de changements des rapports de genre dans les campagnes des Suds. Introduire le genre, ce n’est pas donc pas, seulement, parler des femmes migrantes/mobiles, c’est aussi comprendre les rapports de genre dans le fonctionnement, les modalités, les dynamiques et les structurations des mobilités spatiales. Le dossier est structuré autour de trois entrées : une analyse croisée entre logiques économiques et logiques sociales familiales ; un focus sur les migrations juvéniles ; les systèmes productifs mondialisés et la place qu’y occupent les femmes migrantes.

Logiques sociales familiales et territoires productifs multilocalisés

7Jusqu’aux années 1980, les mobilités spatiales rurales étaient lues comme une nécessité économique et les analyses portaient sur les départs des campagnes pour la ville. La fin des années 1980 et les années 1990 sont marquées au contraire par des analyses qui décentrent les regards et défendent l’intérêt de comprendre de part et d’autre des espaces d’arrivée et de départ, les logiques qualifiées de circulatoires. On sait que les focales des recherches sont liées aux représentations du moment. « L’analyse centrée sur les sociétés de résidence a, certes, sa légitimité. Elle correspond à un moment de l’histoire des migrations internationales dominée par les théories du push and pull et par l’étude des liens privilégiés des pays européens avec leurs anciennes colonies. (…) La recherche des années 1970-1980, a elle-même produit des travaux qui étaient le reflet d’une vision ‟ethnocentrée‟ » (Costa-Lascoux, Cheyron, 2004). Pourtant « des travaux précurseurs ont modifié les regards dès les années 1980 (Le Bris et al., 1985), mais c’est surtout dans les années 1990 que vont se multiplier les recherches remettant en cause la sédentarité et l’immobilité paysannes. Dans de nombreuses régions rurales, des dispositifs réticulaires basés sur une dispersion des individus n’engendrant pas de rupture ou de fragmentation du groupe social, ont été mis en évidence » (Cortes et al., à paraître) : ancrage et circulation sont désormais lus comme des logiques qui s’articulent. Ces campagnes des Suds connaissent aujourd’hui un accroissement et une grande diversité des types de mobilité (internes/internationales, rurales-rurales, rurales-urbaines, pendulaires) inscrites dans des temporalités et géographicités complexes selon les organisations sociales et les facteurs d’âges, de genre, de classes, de castes, les organisations collectives, les systèmes productifs, les interactions spatiales villes-campagnes.

8Insistons, le fait mobilitaire ne concerne donc pas que les sociétés urbaines des Nords. Ce dossier centré sur l’Afrique montre à quel point les mobilités spatiales n’interviennent pas uniquement selon des trajectoires des Suds vers les Nords. Elles concernent grandement et sûrement plus puissamment les mobilités et circulations Suds-Suds ou encore les liens rural-rural ou rural-urbain dans les contextes nationaux. L’analyse du fonctionnement des unités familiales rurales permet d’entrevoir la complexité des systèmes d’activités multilocalisés. Les parcours professionnels et de vie entre ville et campagne contribuent à dessiner des organisations familiales de plus en plus polymorphes, sous ses aspects sociaux et spatiaux.

9Aujourd’hui, les crises de reproduction des familles paysannes aux Suds multiplient le recours aux mobilités contraintes. Mais dans le même temps, l’analyse des mobilités féminines nous fait porter le regard sur les marges et la manière dont ces engagements à être mobiles reflètent un contournement des règles et du poids des contraintes collectives. On observe alors des discordances entre les normes qui régissent les rapports socio-spatiaux sexués habituels et les pratiques qui engagent aujourd’hui certaines femmes rurales à dépasser le seuil de l’espace domestique (maison et espaces de travail proche) et à mobiliser des ressources spatiales et monétaires nouvelles provoquant des bousculements des constructions identitaires des masculinités et féminités. On s’interroge aussi sur l’impact économique local et éventuellement différencié des mobilités des hommes et des femmes. Le texte de Gabriel Tati montre que ces mobilités peuvent aussi s’appuyer sur des compétences techniques féminines spécifiques (contexte du séchage du poisson à proximité de Brazzaville) et engager des processus entrepreneurials porteurs de dynamiques relatives de développement.

10Toutefois, l’idéalisation du fait mobilitaire pourrait faire oublier que tout le monde ne s’inscrit pas dans ces mobilités et que, par ailleurs, ces mobilités peuvent aussi contraindre ou tout au moins ne pas s’inscrire nécessairement dans des formes de reconnaissance et d’affirmation de soi. Néhara Feldman montre bien que c’est non seulement le cas dans le contexte des mobilités matrimoniales mais aussi des circulations des femmes vers les villes dans le cadre d’accords familiaux. Ces mobilités imposent avant tout par les belles-mères aux belles-filles un travail domestique particulièrement contraignant et peu valorisé : elles s’avèrent être des mobilités de travail déguisé.

L’enjeu des migrations juvéniles

11Selon des logiques variées (éducation, apprentissage, travail rémunéré ou non), un nombre considérable d’enfants et de jeunes connaît aujourd'hui une expérience migratoire hors de son milieu rural d’origine (Jacquemin, 2013). De durée variable, ces mouvements migratoires présentent également une grande diversité du point de vue de la destination : déplacements internes au pays, en direction de villes ou d’autres zones, de circulations transfrontalières régionales, voire internationales. Les « effets de genre » peuvent être des causes aux mobilités (combinaison de facteurs économiques et socio-culturels). Les mobilités des jeunes garçons et des jeunes filles, comme petites bonnes notamment, s’insèrent souvent dans des logiques familiales : apprentissage de compétences, d’éducation formelle ou informelle, diversification des revenus monétaires ou en nature. Encadrées par des décisions collectives, elles supposent toutefois un contrôle du jeune migrant de plus en plus difficile à imposer. En effet, la mobilité contemporaine des jeunes repose notamment sur deux facteurs : d’une part, la recherche de « liberté » (autonomisation, individualisation) que procure l’argent dans un monde marqué par sa rareté, d’autre part, la volonté de se construire par l’aventure (s’émanciper des formes d’autorité, de subordination, se forger par l’expérience, assurer sa place). Cette approche par l’individu a rendu plus visible la part que prennent les filles, aujourd’hui plus qu’hier, à ces dynamiques (Lesclingand, 2004) et a permis de nuancer la vision d’enfants ou d’adolescents migrants toujours et nécessairement victimes. Les jeunes filles peuvent ainsi s’engager vers des destinations où elles sont peu attendues comme les fronts pionniers et les mines comme l’explique Rémy Canavesio dans le contexte malgache. 

12La mobilité des jeunes filles peut alors être vécue comme plus dangereuse pour la société, d’où son euphémisation pour éviter de rendre public l’accord de la famille et tout particulièrement du père (les jeunes filles partent en « fuyant », comme le décrit Anna Dessertine). « La perception masculine très négative de cette nouvelle pratique reflète la peur qu’ont les pères de perdre le contrôle sur la sexualité et sur la vie conjugale de leurs filles » (Lesclingand M., 2004). L’enjeu pour les jeunes filles est d’être capables de réunir les moyens monétaires pour acquérir leur trousseau leur permettant de s’engager dans leur vie maritale avec plus d’assurance et de marge de négociation comme l’analyse Bénédicte Gastineau dans le contexte malgache. Le sens de la mobilité des garçons et des filles ne serait donc pas équivalent.

13La monétarisation des rapports sociaux, y compris dans la familiarité des relations parents/enfants et plus encore mère/enfants, est particulièrement contraignant pour les adultes. On rencontre aujourd’hui des paysannes incapables de faire leur champ car leurs fils préfèrent travailler à l’extérieur (dans des formes de mobilités plus ou moins fréquentes et lointaines) pour être payés plutôt que de « travailler pour rien » le champ de leur mère. Ainsi, la monétarisation des relations sociales en favorisant l’autonomie du sujet, fragilise aussi les relations sociales d’entraide qui peuvent être de plus en plus vécues comme source de dépendance. Les mères en assument particulièrement les conséquences, alors qu’elles peuvent en bénéficier en tant qu’épouses vis-à-vis de leur conjoint. Dans ce cas, la mobilité des jeunes bouleverse l’ordre social car elle soustrait leur travail au collectif familial. Dans d’autre cas, au contraire, leur mobilité, tout particulièrement des garçons, peut être vécue comme une manière de s’extraire de revendications qui porteraient à remettre en cause l’ordre établi au village que contrôle malgré tout encore les hommes âgés (Hertrich, 1996).

14Ainsi, selon les contextes, des effets de genre s’observent sur les modalités concrètes du départ et les impacts économiques et sociaux sur les territoires de départ. Ces effets existent aussi sur les itinéraires de vie des jeunes devenus adultes, en particulier dans les choix matrimoniaux mais également sur les constructions de projets de vie prenant en compte ou pas l’expérience migratoire.

Organisation des systèmes productifs mondialisés et logiques de genre

15Précédemment, nous avons mis l’accent sur deux fondements aux migrations et mobilités des femmes et des hommes ruraux des Suds : d’une part, la fragilisation croissante des exploitations agricoles familiales conjointement à la diffusion de nouveaux modèles de consommation qui accroit les besoins en numéraire, d’autre part, la recherche d’autonomie et d’affirmation individuelle, particulièrement pour les femmes. Nous souhaitons maintenant aborder un autre aspect du problème, celui de l’organisation des systèmes productifs dans le cadre de la mondialisation libérale (Falquet et al., 2010).

Système productif mondialisé et place des femmes rurales migrantes

16En Europe, les relations stables au travail, résolues seulement au cours du XXe s. par l’évolution de la condition salariale, sont remises en question par les mutations contemporaines du capitalisme reposant notamment sur la flexibilisation des conditions salariales à la fin de ce même siècle : elles reposent fondamentalement sur une mise en mobilité généralisée des relations de travail, des carrières professionnelles et des protections attachées au statut de l’emploi (Castel, 2003).

17Ces évolutions sur les marchés du travail aux Nords créent un nouveau cadre aux migrations internationales. Le contexte de l’emploi rural aux Suds conjugue crise de reproduction des économies rurales et manque de stabilité des conditions salariales dans les pays de destinations. Les migrations et circulations des Suds vers les Nords s’inscrivent alors dans un contexte mondial qui institutionnalise ces relations inégalitaires et qui jouent aussi sur l’évolution des conditions de mise au travail aux Nords. Dans ce contexte, Béatrice Mésini (2011) rappelle que « dans le champ des sciences sociales, la notion de mobilité marque une rupture de paradigme avec l’objet initial des migrations internationales, inscrit dans des rapports post-coloniaux de pouvoir et de domination, dans un cycle historiquement long d’extension du marché mondial. » Les travaux insistent désormais sur les initiatives des acteurs certes dominés mais capables de compétences et de savoir circuler entre sociétés d’origine et sociétés d’accueil (Tarrius, 2007) et y compris les femmes migrantes qui ne sont pas seulement « victimes » mais aussi actrices engagées (Catarino et al., 2005). Cette reconnaissance des qualifications des migrant-e-s ne doit pas, pour autant, faire oublier les relations de fortes contraintes qui pèsent sur eux-elles. « Sous l’effet d’une dynamique concurrentielle de réduction des coûts de production, se développent les « nouveaux » marchés – interne et externe – du recrutement de maind’œuvre », et tout particulièrement en agriculture. « Le concept de «circulation » apparaît alors comme l’habillage d’une politique utilitariste du « travail sans le travailleur » (Mésini, 2011, p. 106) imposant la mobilité.

18Une féminisation des mobilités à différentes échelles, y compris des migrations internationales, s’observe ainsi depuis quelques décennies. La littérature sur les questions de genre, migration et développement abordent rarement la place que les femmes rurales y prennent. Pourtant, les femmes des Suds, et en particulier les femmes rurales sont aussi mobilisées dans les activités productives, dont les biens alimentaires. Ces nouvelles organisations du monde du travail, notamment en agriculture, mobilisent particulièrement des ouvrières issues du monde rural. C’est le cas par exemple des ouvrières agricoles venues d’Afrique ou d’Amérique latine pour travailler dans les exploitations du sud de l’Europe comme explicité par Djemila Zeneidi. Elle montre bien l’institutionnalisation de la migration féminine fondée sur une naturalisation des compétences des ouvrières : les femmes paraissent «naturellement » faites pour l’exécution de ces tâches et ainsi mieux disposées à collaborer aux objectifs et au travail harassant, alors même que cette qualification relève de compétences acquises dans le travail au champ et dans le travail domestique (Lara et al., 2002). Pour autant, cet article valide l’hypothèse selon laquelle, y compris dans le cadre des fortes contraintes de travail (dureté des conditions de travail, fort encadrement institutionnel - entreprise, Etat, famille), certaines femmes arrivent à mettre en place un contre-pouvoir qu’elles ne possèdent pas nécessairement dans leur lieu d’origine, en se constituant en sujet collectif (Kergoat 2001).

Haut de page

Bibliographie

AUGUSTINS G., 1989, Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes, Paris, Société d’ethnologie, 434 p.

BARTHEZ A., 2005, Devenir agricultrice : à la frontière de la vie domestique et de la profession, Economie rurale, n° 289-290, septembre-décembre, p. 30-42.

CASTELS R., 2003, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, La République des idées, Seuil, 96 p.

CATARINO C., MOROKVASIC M., HILY M-A., 2005, Femmes, genre, migrations et mobilités, REMI, vol. 21, n°1.

COSTA-LASCOUX J. et CHEYRON P. du, 2004, Quand la recherche française investit les circulations migratoires, Revue française des affaires sociales, n°2, p. 181-205.

COQUERY-VIDROVITCH C., 1994, Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du XIXe au XX e siècle, Paris, Ed. Jonquières, 395 p.

CORTES G., FRÉGUIN S., GUETAT-BERNARD H., SOURISSEAU J.-M., 2013, Les systèmes familiaux multi-localisés : un modèle d’analyse des ruralités aux Suds, à paraître.

COUTRAS J., 2011, Préface de GUETAT-BERNARD H., Développement rural et rapports de genre : mobilité et argent au Cameroun, Rennes, PUR, coll. Géographie sociale

DEBARBIEUX B., 2006, Prendre position : réflexions sur les ressources et les limites de la notion d’identité en géographie, L’espace géographique, n° 4, p. 340-354.

ETIENNE P. et M., 1968, L’émigration baoulé actuelle, Cahiers d’Outre-Mer, n°82, avril-juin, p. 155-195.

FALQUET J., HIRATA H., KERGOAT D., LABARI B., LEFEUVRE N. et SOW F. (coords.), 2010, Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris. Les Presses de Sciences Po., 278 p.

GESTIN M., MATHIEU N.-C., 2010, Claude Lévy-Strauss et (toujours) l’échange des femmes : analyses formelles, discours, réalités empiriques, in CHABAUD-RYCHTER DESCOUTURES V., DEVREUX A.-M., VARIKAS E., Sous les sciences sociales, le genre, Paris, La Découverte, p. 64-76.

GUETAT-BERNARD H., 2011, Développement rural et rapports de genre : mobilité et argent au Cameroun, Rennes, PUR, coll. Géographie sociale, 313 p.

HERTRICH V. 1996, Permanences et changements de l’Afrique rurale. Dynamiques familiales chez les Bwa du Mali, Les études du CEPED, n°14, CEPED, 547 p.

KERGOAT D., 2001, Le syllogisme de la constitution du sujet sexué féminin. Le cas des ouvrières spécialisées, Travailler, n°6.

THORSEN D. et JACQUEMIN M., 2013, Comment les enfants travailleurs migrants d'Afrique de l'Ouest négocient leur statut social ? Trajectoires et modes d’action au prisme du genre, Projet d’ouvrage collectif (RAZY E. et ZOTIAN E. éd.), Enfants de migrants, enfants migrants et relations interethniques au XXIe siècle, à paraître.

LARA S. et LE DOARÉ H., Genre, ethnicité et violence dans les migrations rurales au Mexique, Cahiers du Genre, 2002/1 n°32, p. 161-180.

LE BRIS E., MARIE A, OSMONT A., SINOU A., 1985, Résidence, stratégies et parenté dans les villes africaines, Les Annales de la recherche urbaine, n°25, p. 13-30.

LESCLINGAND M., 2004, Nouvelles stratégies migratoires des jeunes femmes rurales au mali : de la valorisation individuelle à une reconnaissance sociale, Sociétés contemporaines, 3, n°55, p. 21-42.

MBEMBE A., 2005, A la lisière du monde. Frontières, territorialité et souveraineté en Afrique, in ANTHEAUME B. et GIRAUT F. (éd. scient.), Le territoire est mort, vive les territoires ! Une (re)fabrication au nom du développement, Paris, IRD Ed., 384 p.

MÉSINI B., 2011, Enjeux des mobilités circulaires de main-d’œuvre : l’exemple des saisonniers étrangers dans l’agriculture méditerranéenne, Méditerranée [En ligne], 113 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011. URL : http://mediterranee.revues.org/index3753.html

OSO L., CATARINO C., 2013, La graine et le terreau : Repenser le nexus migration/développement à partir de l’approche de genre et de l’articulation production/reproduction, in VERSCHUUR C., GUÉRIN I., GUÉTAT-BERNARD H., Sous le développement, le genre, Paris, IRD/Palgrave (version anglaise), à paraître.

PIVETEAU J.-L., 1996, Notre territorialité n’est-elle pas essentiellement masculine ?, Géographie et cultures, n°20, p. 69-80.

STOCK M., 2004, L’habiter comme pratique des lieux géographiques, EspacesTemps.net, Textuel, 18.12.2004, 16 p. http://espacestemps.net/document1138.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Guetat-Bernard, « Mobilités spatiales, organisation familiale et ruralités des Suds : un regard par les rapports de genre  », Géocarrefour, Vol. 88/2 | 2013, 91-95.

Référence électronique

Hélène Guetat-Bernard, « Mobilités spatiales, organisation familiale et ruralités des Suds : un regard par les rapports de genre  », Géocarrefour [En ligne], Vol. 88/2 | 2013, mis en ligne le , consulté le 22 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9070

Haut de page

Auteur

Hélène Guetat-Bernard

UMR Dynamiques Rurales, ENFA-Toulouse, département EAT BP 22 687 31 326 CastanetTolosan cedex + 00 33 (0)5 61 75 32 82 + 00 33 (0)6 80 20 80 83 secrétariat : 05 61 75 34 37 fax : 05 61 75 03 09 helene.guetat-bernard@educagri.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page