Navigation – Plan du site
Articles

Le lu ne meurt jamais : mobilités des individus et pérennité de la résidence dans un village malinké de Guinée

The « lu » never dies: individual mobility and the permanence of the home in a Malinké village in Guinée
Anna Dessertine
p. 131-138

Résumés

Chez les Malinkés de Guinée, la résidence repose à la fois sur la recherche d’une continuité temporelle et sur un fort ancrage spatial. C’est ce qui fait dire à certains habitants du village de Guirlan – au Nord-Est du pays – que la concession « ne meurt jamais ». Aussi, ses membres se doivent de la perpétuer, dans l’idéal, indéfiniment. Mais à la stabilité spatiale de la résidence se confrontent les nombreux déplacements des individus. Mobilité matrimoniale des femmes d’abord – indispensable au développement de la concession en société patrilocale –, migrations commerciales féminines, « aventures » des jeunes hommes et déplacements saisonniers vers les mines d’or ensuite. Cet article vise donc à saisir les modalités d’interaction entre ancrage spatial et mobilités à travers la nécessité du retour.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Terme malinké généralement traduit par « concession ». Notons que d'après Alain Sinou : « ce terme (...)

1Un an après mon départ, la résidence des Bayo n'avait pas changé. Seules les portes de certaines cases étaient cadenassées. Un des frères s'était rendu aux mines d'or avec sa femme et ses enfants, une femme était partie en visite chez ses parents, une autre avait fui après une querelle avec son mari, un jeune était parti « en aventure »... Bref, si l'habitation en elle-même n'avait pas subi de modification majeure, certains de ses membres, eux, s'en étaient allés... et s'en retourneraient sûrement. En effet, à Guirlan, la pérennisation de la résidence est considérée comme primordiale par les habitants. Dans ce village malinké de Guinée, certains affirmeront même que le « lu1 ne meurt jamais ». Cependant, à la stabilité spatiale de l'habitation se confrontent les multiples déplacements des individus. Comment alors articuler cette nécessité de perpétuer la résidence avec les mobilités de ses membres ?

  • 2 Voir par exemple les articles réunis dans l'ouvrage Les mondes de la mobilité et notamment celui d' (...)
  • 3 Autrement, le déplacement serait considéré comme une fuite. Ce phénomène sera analysé plus loin.

2Depuis les années 1990, de nombreux travaux ont analysé la mobilité en tant que déplacement dans l'espace mais aussi en tant que processus social produisant de nouveaux types de territoires2. Un des objectifs de ces études est de penser l'interdépendance entre ancrage spatial et mobilité, de réconcilier en quelque sorte le déplacement et le non-déplacement. C'est dans cette perspective que j'aborde l'étude des mobilités des habitants de Guirlan. En effet, si certains résidents peuvent partir, c'est parce que d'autres restent. Le départ est négocié et nécessite l'accord préalable des membres du lu3. L'âge, le sexe ou encore le statut sont autant de critères qui orientent les déplacements des membres d'une concession. En outre, la situation géographique du village n'est pas sans influence, puisque situé à vingt kilomètres de Kankan (deuxième capitale du pays au Nord-Est) et dans une zone – la région du Baté – où les villages ne sont distants que de quelques kilomètres, et par conséquent, accessibles à pied.

  • 4 J'ai recensé les trente lu du village en prenant en compte tous les résidents ainsi que leurs liens (...)
  • 5 Nombreux sont les retours qui s'effectuent en saison des pluies au moment des travaux champêtres.

3Les données ont été obtenues entre février et septembre 2011 grâce à des entretiens répétés que j'ai menés lors d'un de mes terrains de thèse, aussi bien avec des hommes que des femmes du village, et à deux recensements, l'un effectué en saison sèche (1 142 habitants en mars 2011) et l'autre en saison des pluies4 (1 455 habitants en juillet 2011) mettant au jour les mobilités des individus en cette période5. Il semble que la vie d'un individu soit ponctuée par des moments où il est possible et parfois même attendu qu'il se déplace puis généralement qu'il revienne. C'est dans ce jeu d'allers et retours qu'il doit négocier sa mobilité. Car même s'il peut s'agir d'une démarche personnelle, « on part avant tout pour les parents de sa concession », pour augmenter leurs ressources. Quelle est alors la marge de manœuvre de l'individu ? Quelles sont les responsabilités qu'il a envers sa résidence ? Comment les réalise-t-il ? C'est en tenant compte de toutes ces questions qu'il sera possible de comprendre en quoi les circulations des individus sont au fondement de la perpétuation de la résidence.

4Dès lors, il faudra dans un premier temps définir les modalités de maintien du lu. Or, pour le maintenir, il faut remplacer mais aussi capter des individus qui, dans cette société patri-virilocale, sont avant tout des épouses. Cette mobilité matrimoniale des femmes, indispensable et même structurelle dans le processus de perpétuation de la résidence, ne semble pas suffisante. En effet, face à des besoins d'ordre principalement économique, d'autres types de déplacements apparaissent. Nous verrons, dans un second temps, que ces déplacements, certes tolérés, restent contrôlés par les membres de la concession, et que ce contrôle se manifeste avant tout dans l'obligation de retour du migrant. Or, les enjeux ne sont pas les mêmes selon que l'individu est un homme ou une femme, marié(e) ou non, etc. Les individus les plus susceptibles de partir seraient en fait les plus appelés à s'en retourner. Mais que se passe-t-il dans les cas de non-retours ou de fuites d'individus dont le déplacement n'est pas toléré car il affecterait la stabilité de l'habitation ? En somme, comment le lu et ses résidents font jouer leur « corde de rappel » ? Car c'est bien de cela qu'il s'agit : laisser partir certains individus et en faire revenir d'autres. Il conviendra alors en dernier point d'analyser ce principe à travers les migrations vers les mines, très fréquentes à Guirlan (elles concernent vingt-sept concessions sur trente). Permettant de multiples allers et retours et des déplacements de courte durée, nous verrons que ces migrations concernent aussi bien des femmes que des hommes, marié(e)s ou non, seul(e)s ou accompagné(e)s... Bref, elles semblent proposer de nouvelles configurations de déplacements aux individus mobiles mais également à ceux qui sans elles ne l'auraient pas été.

L'immortalité du lu

5L'objectif de cette partie est de définir la résidence et de saisir les conditions de sa perpétuation. En analysant d'une part la succession et d'autre part l'alliance – les deux principes sur lesquels s'appuie la pérennisation du lu – je montrerai que, selon que l'on soit homme ou femme, les déplacements attendus n'ont ni les mêmes modalités et ni les mêmes enjeux.

« Vivre en famille c'est d'abord vivre ensemble » (Sory, un habitant de Guirlan)

  • 6 Je m'appuie ici sur Georges Augustins, dans Comment se perpétuer, qui souligne que « c'est tantôt l (...)
  • 7 Souligné par moi-même.
  • 8 Notons d'ailleurs que le terme de lu est parfois utilisé pour désigner la « famille ».
  • 9 Gardons à l'esprit qu'il s'agit d'une société patrivirilocale et que ce sont donc les femmes qui pa (...)

6L'habitation repose, chez les Malinké de Guirlan, sur un ancrage fort dans l'espace et sur la recherche d'une continuité temporelle. Dans cette société patrilinéaire et patrivirilocale, le groupe domestique6 rassemble un segment de patrilignage composé de frères classificatoires (frères même père même mère, même père ou cousins parallèles patrilatéraux), leur(s) femme(s) et leurs enfants. Mais, selon les résidents, c'est par sa pérennité que le lu se définirait avant tout. Car demeure l'idée que « le lu ne meurt jamais », le rapprochant ainsi d'une « maison » (Lévi-Strauss, 2004). En effet, les systèmes à maisons, écrit Georges Augustins, « reposent sur la prééminence du principe résidentiel. Les formes d'habitation qui leur sont associées se présentent comme des demeures censées être le siège d'exploitations agricoles et incarnant des lignées domestiques. Ces maisons-exploitations se reproduisent, en principe sine varietur, sans jamais connaître de fissions7 » (1989, p. 315). Aussi, la résidence, loin d'être un simple abri éphémère d'un groupe de parents, est, à l'inverse, ce qu'il faut perpétuer avant tout, car c'est elle qui définit, représente et idéalement réunit le groupe de parenté8. Et c'est en respectant d'une part, le principe de la succession et d'autre part, celui de l'alliance que son maintien est assuré. Ou, pour le dire autrement, en gardant des hommes et en faisant circuler des femmes9.

A la recherche de la permanence

7Dans les systèmes à maisons, la succession unique apparaît comme le moyen le plus sûr d'assurer la cohésion du patrimoine (Augustins, 1989). Il en est de même pour le lu malinké où ce n'est pas le fils aîné qui succède au père. Dans cette société, les frères se succèdent du plus âgé au plus jeune, c'est donc le frère cadet qui prend la place du frère aîné. Ce dernier type de succession – qualifié d'adelphique – se distingue du premier en s'appuyant non plus sur un principe vertical mais horizontal. Dans un cas, on va chercher le successeur selon une règle générationnelle et dans l'autre, celui qui nous intéresse, selon une règle de collatéralité. Et ce n'est pas anodin. Car dans un mode de succession générationnel, le fils aîné étant le successeur désigné, les frères cadets sont théoriquement libres de circuler. En revanche, dans un mode de succession adelphique tous les frères étant des successeurs potentiels, ils ne peuvent circuler que dans la limite d'un retour nécessaire. Aussi, penser la succession c'est également penser les mobilités et, à Guirlan, les mobilités des hommes et l'ancrage résidentiel ne peuvent être saisis séparément. Nous en verrons par la suite les conséquences. Mais avant cela, il convient de décrire et d'analyser le revers de la succession : la mobilité matrimoniale des femmes. Mettant en relation, selon les propos des interrogés, deux concessions plus que deux individus, le rôle de cette mobilité apparaît décisif dans la pérennisation du lu.

Sur la route du mariage

  • 10 La mariée se doit de pleurer car, de la même manière que les Sénoufo de Côte d'Ivoire (Lemaire, 200 (...)
  • 11 Appartenir à un lu c'est également appartenir à un des quatre clans (kabila) qui subdivisent le vil (...)
  • 12 Je m'appuie ici sur des données que j'ai pu recueillir en assistant aux cinq accompagnements qui on (...)

8Parée d'un voile blanc avec, en main, une branche de karité pour lui porter chance, la jeune mariée, en pleurs10, s'en va chez son mari. Sous l'apparence d'une déchirure, le moment du départ de la femme est marqué par la tristesse. Après s'être agenouillée devant sa mère et lui avoir demandé pardon, la jeune mariée part, laissant derrière elle ses sœurs et sa mère en sanglots. Alors, accompagnée par des tantes, cousines et vieilles femmes, elle se rend chez le chef de son clan où des consignes lui sont données par les différents chefs de lu11: « Il faut savoir que tu es l'esclave de ton époux et de sa famille, tu ne dois pas voyager sans l'autorisation de ton mari ». Le mariage est son voyage12.

  • 13 L'objectif était entre autres de retracer les liens de parenté entre époux s'il y en avait.

9Pourtant, seulement quelques dizaines de mètres séparent la concession de ses parents de celle de son mari. En effet, à Guirlan, sur les 453 mariages que j'ai pu recenser13, 286 sont endogames (soit 63%) et 117 concernent des unions avec des villages voisins dans un rayon de vingt kilomètres environ (soit 26%). La mobilité matrimoniale, caractérisée par une forte endogamie villageoise, concerne donc des déplacements de courte distance limitant les femmes à un périmètre restreint. Or, ce périmètre, elles le connaissent. Jeunes filles, elles se déplaçaient déjà dans les villages voisins pour vendre des condiments, colliers ou autres au compte de leur mère sur les marchés hebdomadaires. De plus, dans les mariages contractés avec les villages voisins, 13% se font dans le village de la mère de la mariée. Autrement dit, chez ses parents maternels. Ainsi, du voyage, le mariage n'en a que la forme.

  • 14 Meyer Fortes distingue trois phases dans ce qu'il appelle « le cycle de développement » de la résid (...)

10Une première conclusion s'impose : pour comprendre les déplacements des individus, il faut également tenir compte des moments où ils ne se déplacent pas. Ceci est d'autant plus pertinent dans ce village malinké où les mobilités sont étroitement liées à la perpétuation de la résidence. En effet, la succession adelphique impose aux hommes un retour dans leur(s) déplacement(s) et la mobilité matrimoniale des femmes, structurelle, implique la venue d'une alliée, c'est-à-dire la venue d'une mère, et donc l'amorce d'une « phase d'expansion »14 du lu.

La « corde de rappel » de la résidence : le retour nécessaire

11Théoriquement, les hommes doivent rester pour assurer la pérennité de la résidence et les femmes circuler au profit de l'alliance. Pourtant, des hommes partent en aventure, des femmes s'en vont au Mali vendre des marchandises... Ainsi il existe d'autres formes de mobilités, mais elles restent orientées par la nécessité de perpétuer le lu. Et elles ne le sont pas de la même manière selon que le migrant soit un homme ou une femme. Quels déplacements sont alors tolérés selon le sexe, l'âge et le statut de l'individu ? Quelles conséquences ont-ils sur la résidence et ses membres ?

« Partir en aventure » et s'en retourner

  • 15 « N'ma fen soron, n'ka hankili soron » : « je n'ai rien gagné mais j'ai gagné de l'expérience ». No (...)

12C'est en 1970 que Sambou est parti pour la première fois en se cachant. Âgé de dix-huit ans, seul et, à l'époque célibataire, il prit la route vers la Côte d'Ivoire. Sur le trajet, il payait son transport en proposant à des particuliers de défricher leurs champs. S'il avait certes envie de « voir le monde », il partait avant tout chercher de l'argent « car au village on n'en trouve pas ». Il s'est installé durant seize ans à Abidjan où il a appris la sculpture sous les leçons d'un maître. C'est grâce à ce métier qu'il a découvert le Togo, le Burkina Faso et le Ghana. Il envoyait de l'argent à sa mère – mais pas régulièrement – en raison des frais d'hébergement et de nourriture sur place. « Même si je n'ai pas beaucoup gagné, j'ai acquis de l'expérience15 ». Désormais, il est le chef de sa concession à Guirlan où il est retourné à la demande de ses parents vieillissants. « Aujourd'hui mes parents sont morts et moi, je suis dans le trou et je ne peux plus en sortir». A soixante ans, il n'espère plus revenir en Côte d'Ivoire mais en parle toujours avec nostalgie, regrettant un retour qu'il ne pouvait refuser.

  • 16 De plus en plus, l'objectif est d'apprendre un métier (ferrailleur, mécanicien, etc.). Les jeunes h (...)
  • 17 Cf notamment le travail de Kouadio Brou et Yves Charbit sur la politique migratoire en Côte d'Ivoir (...)
  • 18 Quelques exceptions tout de même : deux hommes célibataires en Angola, un en Afrique du Sud, une fe (...)

13Ce parcours est loin d'être unique. Sur les 43 hommes interrogés, 40 ont vécu ce type d'expérience. On part d'abord pour trouver de l'argent. Dans un village de cultivateurs où il n'y pas de marché hebdomadaire pour vendre ses produits, il faut trouver des revenus monétaires autrement16 et surtout, ailleurs. La majorité se rend vers la capitale, Conakry, et les autres tentent leur chance dans d'autres villes du pays (Kissidougou ou N'Zérékoré par exemple). Les déplacements internationaux ne concernent que le Mali et plus marginalement la Côte d'Ivoire (qui était la destination hors de Guinée privilégiée17 il y a environ vingt ans)18.

  • 19 Etant donné que ces migrations concernent aussi bien des hommes que des femmes, nous les étudierons (...)
  • 20 Même si l'homme peut subir une pression pour se marier, c'est en général lui qui va proposer une fe (...)
  • 21 Ce statut précaire est remarquablement illustré et analysé par Nehara Feldman chez les Soninké de B (...)

14Dans chacune des trente concessions qui composent le village, au moins un jeune se trouve à l'extérieur, soit « en aventure », soit aux mines19. Ces jeunes hommes ont en général entre dix-huit et trente ans, sont célibataires et partent seuls ou en petits groupes de deux ou trois pour plusieurs années (entre trois et vingt-huit ans pour les hommes interrogés). Mais cela n'exclut pas des visites plus ou moins régulières durant lesquelles l'homme peut décider20 de se marier. La quasi-totalité des hommes interrogés ont pris au moins une femme au village ou dans ses alentours. Certaines de ces femmes suivent leur mari tandis que d'autres restent au village chez le père de leur époux. Elles sont alors considérées comme des « étrangères » et en l'absence de leur mari, elles peuvent être exposées à une exploitation intense (Feldman, 2011). Parallèlement, elles assument la responsabilité principale de leurs enfants mais elles n'ont aucun pouvoir décisionnel ou d'autorité. Ce sont les autres hommes ou les belles-mères et sœurs de la concession qui assument ce rôle21. Si rien n'empêche les hommes de prendre une épouse ailleurs, cela n'en concerne qu'un nombre restreint. Ainsi, partir « en aventure » n'entraîne pas sur le plan matrimonial de rupture nette ni surtout irréversible avec le village et ses voisins.

15A la différence de Sambou, les jeunes aujourd'hui ne se cachent plus. « Le voyage est nécessaire, explique Sory – chef de concession – car, en attendant que l'on revienne, on aide ses parents ». Son fils lui a demandé de partir au Mali pour apprendre un métier. Sory, après avoir réuni ses frères de la concession, lui a donné son accord. Il leur envoie désormais un peu d'argent et « même si c'est irrégulier et que ça ne peut pas couvrir toutes les dépenses, ça nous aide» confie Sory. On n'impose donc pas aux jeunes de partir en aventure. C'est une démarche individuelle mais soumise à l'accord des hommes de la concession. En revanche, on leur impose de revenir. « Nous, on part juste pour chercher [de l'argent], raconte Mamoudou – un jeune revenu du Mali – mais pas pour s'installer ». Ce retour, plus ou moins bien vécu, mais nécessaire, est étroitement lié à la perpétuation de la résidence. Et si quelques rares ne s'en retournent pas, c'est qu'ils ont une activité (fonctionnaire, militaire, bijoutier) qui ne les rendraient plus, selon les propos des habitants, aptes à la vie du village et aux travaux champêtres. Aussi, dans six concessions sur trente, le chef n'est pas le plus âgé, comme cela se devrait.

  • 22 Ce parallèle entre études et voyage mériterait par ailleurs d'être approfondi.
  • 23 Pour qu'un ménage polygame fonctionne, il faut, d'après les propos des habitants, que l'homme donne (...)

16Un chef de lu ou plus généralement un chef de famille qui est parti en aventure, même s'il n'a pas gagné beaucoup d'argent, est réputé plus juste, plus à même de gérer les conflits grâce à l'expérience qu'il a acquise au dehors. Karfala, chef de lu, dénigre régulièrement son jeune frère arguant que, de toute façon, il ne connaît rien car il n'a ni étudié ni voyagé22. C'est ce qui justifierait l'injuste répartition d'argent entre ses épouses23. Le voyage apporterait donc bien plus que des revenus monétaires, en renforçant la légitimité de la position de l'homme en tant que chef de famille (dembaya-ti), chef de concession (lu-ti), ou chef du village (so-ti). Le jeune parti en aventure, reviendrait ainsi avec une expérience reconnue pour terminer sa vie dans sa concession où un jour sûrement, il sera chef.

  • 24 Les retours peuvent être volontaires, mais quand ils ne le sont pas, le moyen privilégié de pressio (...)

17On laisse donc partir des jeunes célibataires qui n'ont pas encore un statut d'autorité dans la concession, que cela soit en tant que chef de famille ou de lu. Mais ils sont rappelés pour rester près de leurs vieux parents à qui ils doivent succéder – c'est le cas de Sambou –, ou pour prendre directement la place de chef de lu. Comme équipée d'une « corde de rappel », la résidence laisse partir des individus pour ensuite, quand c'est nécessaire, les obliger24 à revenir s'ils ne l'ont pas déjà fait.

La voie du départ des femmes : l'autonomie économique

18Alors que les déplacements tolérés pour les hommes sont ceux de jeunes célibataires qui partent pour de longues périodes et en nombre important, pour les femmes, ce sont des épouses, âgées entre trente et cinquante ans environ, qui quittent, pour de courtes périodes et en nombre restreint, la concession. Comment interpréter cette symétrie inversée des déplacements féminins et masculins ?

  • 25 Elle se rend d'abord chez son chef de clan pour recevoir les consignes des différents chefs de conc (...)
  • 26 D'autant plus marquée que le divorce est rare et le lévirat important (en mariant un des frères cad (...)
  • 27 Ce sont principalement des griottes qui peuvent être accompagnées par des voisines qui ont l'habitu (...)

19Ponctué par plusieurs étapes25, l'accompagnement de la mariée, comme auparavant indiqué, prend les traits d'un long voyage sans retour26. Le lendemain, des vieilles femmes27 viennent renforcer le caractère définitif du mariage : « Il faut saisir le mariage comme il faut. Il n'y a pas de fuite dans notre clan. Si tu insultes ton mari ou si tu fuis, quand tu viendras, on t'attachera, on te frappera. Il n'y a pas de divorce chez nous. (…) Tu es leur voleuse, tu es leur menteuse. On te dit ça pour que tu ne t'enfuis pas s'ils [les parents de son mari] t'insultent. ». De plus, souvenons-nous que chez le chef de clan, il est expliqué à la nouvelle mariée qu'elle ne doit pas voyager sans l'accord de son mari. Tout le problème est alors d'obtenir cet accord.

  • 28 Cf. l'étude d'Emmanuelle Cheyns pour plus de précisions sur le sumbala (2008)
  • 29 Nous verrons par la suite que cette démonstration d'argent est à relativiser. La femme en conserve (...)

20Mariama a trente-cinq ans. C'est la première épouse et comme la plupart des femmes du village, elle fait du commerce. Ce qui la distingue de la majorité, c'est qu'en deux ans, elle est partie une dizaine de fois à Bamako pour vendre du sumbala28. Utilisé pour assaisonner les plats, le sumbala est fabriqué à partir de graines de néré (Parkia biglobosa) achetées à Kankan. Elles sont d'abord lavées, bouillies, puis pilées afin d'obtenir une pâte que les femmes peuvent modeler en forme de petits cylindres et envoyer au Mali (certaines en envoient en moindre quantité vers la Côte d'Ivoire mais elles ne se rendent pas sur place). Mariama s'est lancée dans ce commerce – comme la plupart des femmes concernées – grâce à la vente des produits de son jardin, d'abord à Guirlan puis aux marchés hebdomadaires des villages environnants. Au bout de six ans, elle a rassemblé un million de francs guinéens (soit environ cent euros) qu'elle a pu investir dans l'achat de graines de néré. Et son commerce est lucratif, me dit-elle. En janvier 2010, au bout de six mois, elle avait gagné quatre cents mille francs guinéens (soit environ 40 euros). En avril 2011, ses bénéfices s'élevaient à sept millions de francs guinéens (soit environ 700 euros). Pour son dernier voyage, elle a pu acheter deux tonnes de graines de néré (environ 6 millions la tonne, une est achetée à crédit). C'est son mari qui garde son argent et à chaque retour de Bamako, elle lui présente sur une natte ce qu'elle a gagné29.

21Deux remarques sont capitales. Tout d'abord, pour vendre du sumbala, il faut pouvoir investir dans l'achat de graines de néré. Pour cela, deux voies sont privilégiées et peuvent être mobilisées en même temps : la vente des produits du jardin et la cueillette directe de graines. Notons tout de même qu'en raison du nombre insuffisant d'arbres, les femmes ne peuvent récolter elles-mêmes qu'une centaine de kilos. D'où la nécessité, progressivement, de compléter et d'acheter des graines à Kankan. Ensuite, les femmes qui voyagent sont en général celles qui vendent du sumbala. Elles partent entre une et trois semaines, seules ou accompagnées d'autres femmes qui commercialisent, elles aussi, ces épices. La plupart des autres femmes du village, quant à elles, ne se déplacent que pour vendre des condiments et elles restent dans un rayon limité : les villages voisins (accessibles à pied ou à vélo, ne dépassant pas 30 kilomètres), Kankan à 20 kilomètres et plus rarement Siguiri, à 110 kilomètres, au moment de la vente des patates douces. De plus, ces déplacements dépassent rarement deux jours et si le mari en est toujours informé, il ne s'y oppose généralement pas.

  • 30 Remarquons que s'il ne connaît pas les bénéfices que tire son épouse de son jardin, le mari contrôl (...)
  • 31 C'est ce qu'on appelle en malinké mafein san ko. Tous les jours, le mari doit donner une petite som (...)
  • 32 Sont ici incluses les femmes de la concession des pêcheurs (les Camara) qui ne possèdent pas de ter (...)

22En effet, ces mobilités relèvent de pratiques antérieures. Déjà à la période coloniale, les femmes vendaient ce que les hommes produisaient. Elles devaient donc se déplacer au compte de leur mari. Ce qui implique que seules les femmes mariées pouvaient commercer. Mais dans les années 1970, selon les propos des habitants, elles ont commencé à cultiver leur(s) propre(s) jardin(s) et ainsi, commercialiser leur propre production... et le plus souvent, à leur propre compte. Le contrôle économique du mari a progressivement diminué et ce, avec son consentement de plus en plus assumé. Aussi, il n'est pas rare d'entendre un homme reconnaître que le jardin de son épouse « c'est pour elle », qu' « elle donne parfois une partie », mais qu'il ne sait pas exactement à combien s'élèvent ses bénéfices30. Certains même, ne pouvant pas assumer la dépense, comptent sur les revenus de leur femme pour « le prix de la sauce »31. Ils lui fournissent du riz ou du manioc (aliments de base), parfois quelques condiments de leur jardin, et leur femme complète, soit par ses propres produits, soit par le bénéfice qu'elle a tiré de leur vente. Cependant, il serait exagéré d'en conclure que cette participation à l'économie domestique, permise par la culture d'un ou plusieurs jardin(s), confère une plus grande autorité ou un plus grand pouvoir de décision aux femmes. Car rares sont les femmes qui n'exploitent pas un jardin32 et l'aide en nature ou financière qu'elles apportent au mari est devenue en quelque sorte une norme.

  • 33 A titre d'hypothèse complémentaire, il semblerait que le temps nécessaire pour accumuler un capital (...)

23Qu'en est-il des femmes qui ont réussi à économiser suffisamment pour se lancer dans le commerce de sumbala ? Sur les quinze femmes concernées, douze sont des premières épouses, deux sont veuves et une seule seconde épouse. Selon les habitants de Guirlan, la raison en est que la première femme est souvent délaissée sentimentalement mais aussi économiquement33. Ce que confirment indirectement les entretiens avec ces femmes qui font souvent référence à « la bonne entente » qui règne désormais entre elles et leur mari depuis qu'elles ont commencé à vendre du sumbala. Toutes affirment aider leur mari et ces derniers reconnaissent parfois que c'est cet apport financier qui couvre leurs besoins et même plus. De sorte que grâce aux bénéfices tirés par Sira, elle et son époux ont pu construire un bâtiment dans la concession. À chaque retour du Mali, ils achetaient du matériel, et, au bout de deux ans, le bâtiment était achevé.

  • 34 Ce genre de « tactique » est notamment décrit pour le commerce de poissons chez les Lébou du Sénéga (...)

24L'exemple de Mariama est sur ce point éloquent. Elle a développé avec son époux une gestion commune des bénéfices tirés de la vente du sumbala. La quasi-totalité sert à acheter du fer – son mari est forgeron – et à réapprovisionner le stock de graines de néré. Le reste complète ce que gagne le mari grâce à la forge pour les dépenses quotidiennes. Elle avoue tout de même garder une partie qu'elle dépense au Mali en achats de vêtements ou de bijoux destinés à elle et ses enfants. C'est d'ailleurs ce que font la plupart des femmes. Il n'est pas rare non plus qu'elles sous-estiment volontairement les gains qu'elles annoncent à leur mari pour en épargner une partie34. Mais le soutien financier est tel que les époux, loin d'être dupes, évitent les conflits et adhèrent, comme ils le disent, à la « supercherie ».

25Dans ces conditions, les mobilités de ces femmes vers le Mali semblent difficiles à refuser d'autant qu'elles ne font que prolonger une pratique déjà existante : la commercialisation des produits. Pourtant, l'impact sur leur statut n'est pas le même. Premièrement, la quantité d'argent investi puis accumulé est bien plus importante. Certaines épouses, comme Mariama, en viennent à embaucher des jeunes filles ou des femmes mariées qui résident parfois dans la même concession, pour piler les graines de néré. Or, dans un lu, une sœur (ce sont en général les femmes non mariées, les veuves et les divorcées de retour après la fin de leur union) est socialement supérieure à une alliée. Et dans le groupe des épouses, la femme du chef de lu prédomine. Embaucher des femmes de la concession, et en particulier des sœurs quand on est une épouse, entraîne donc une transformation de la hiérarchie sociale. Cette capacité à employer des sœurs de la concession témoigne du pouvoir et de la richesse qu'acquièrent les commerçantes de sumbala sur les autres femmes. Elles en viennent souvent à être jalousées par les autres résidentes, comme en témoignent les attaques de sorcellerie que subit Mariama, menées par sa co-épouse et par une femme d'un des frères de son mari « par jalousie de ses revenus économiques ». La jalousie est exacerbée par le fait que même si le pouvoir de décision de Mariama est en réalité toujours limité, les frères de son mari la soutiendront ou l'excuseront plus facilement que les autres femmes en cas de conflit en raison de son poids économique. Deuxièmement, les commerçantes de sumbala partent plus loin (et dans un autre pays) et plus longtemps (entre une et trois semaines). Bien qu'accueillies par des parents ou des parents de voisins du village, elles échapperaient ainsi au contrôle marital de leur époux et apprendraient à « se débrouiller » en endossant de nouvelles responsabilités (par exemple en se confrontant à une gestion économique plus élaborée). Il semble donc que plus les femmes sont autonomes économiquement, plus elles partent loin et pour une longue durée, rapprochant le déplacement d'un « voyage ».

26Ainsi, hommes et femmes circulent, mais à des moments et dans des formes différentes. Si la motivation principale demeure la même : trouver des revenus monétaires, d'un côté, ce sont les jeunes hommes célibataires qui partent en aventure pour plusieurs années, et de l'autre, des femmes mariées (souvent premières épouses) qui se déplacent pour quelques jours ou quelques semaines. Les premiers ne sont pas encore chefs de famille et les secondes, pas assez âgées pour être les « vieilles » de la concession et en constituer un pilier. Et c'est la raison pour laquelle ces mobilités sont tolérées, car elles concernent des individus dont l'absence (plus ou moins prolongée) n'affecte pas profondément la pérennité de la résidence. Cependant, bien que fruit d'une décision individuelle, elles restent contrôlées par les membres de la résidence qui accordent le départ et imposent un retour.

Tous aux mines !

27Dans les alentours de Mandiana (située à 85 kilomètres de Kankan), on constate une prolifération de mines d'or. C'est à Faralako, à cinq kilomètres, que la plupart des habitants de Guirlan venus dans la région sont réunis. Ils résident dans des abris de fortune qu'ils ont eux-mêmes construit et se sont rassemblés dans un même espace du campement. On y trouve des jeunes hommes célibataires ou mariés autant que des familles, femmes mariées et jeunes filles célibataires. En somme, une sorte de village en miniature.

La saison de l'or

  • 35 En effet, les tombolomanw surveillent si les travailleurs ne font pas de couloirs dans le « pied » (...)

28En Haute Guinée, ce sont les mines d'or qui prédominent. Et c'est là que se rendent actuellement les habitants de Guirlan. Les premiers déplacements datent du début des années 1990. Mais c'est vers 1994 qu'ils se sont intensifiés. Auparavant, on partait vers les mines de diamants dont le rendement était plus élevé que celui de l'or. Mais depuis 2008, avec l'augmentation de son prix, les migrants se concentrent dorénavant sur les mines d'or d'exploitation artisanale. Ces mines ne sont pas, pour la grande majorité, gérées par des entreprises mais par des organisations villageoises (dont les membres sont désignés en malinké tombolomanw) assistées de militaires. Leur rôle est d'arbitrer les conflits concernant aussi bien la répartition de l'or que l'orientation des couloirs creusés dans les puits35. À Faralako, les mines se trouvent à trois kilomètres du campement. Tous les matins, les travailleurs se rendent près du puits qui leur a été attribué, mais ils n'en sont pas les propriétaires. C'est un particulier qui achète un ou plusieurs puits sans y travailler. Il embauche en général trois hommes et une ou deux femmes (déjà formés en groupe), les premiers pour creuser, les secondes pour remonter à la corde les seaux de graviers (exploitation dite artisanale). Cependant, ils ne sont pas rémunérés. Le propriétaire ne leur donne que l'équivalent du repas du midi et c'est ce qui explique que la répartition de l'or soit en théorie égale entre les cinq ou six personnes concernées.

29C'est en raison de leur caractère inédit que j'ai décidé de traiter à part ces déplacements vers les mines et leurs influences sur l'organisation du lu. Tout d'abord, ils concernent des femmes et des hommes d'âges et de statuts divers, seul(e)s ou accompagné(e)s. Ensuite, un espace minier pouvant s'épuiser et se reconstruire ailleurs, ces mobilités sont courtes, instables et saisonnières. Or, c'est ce caractère saisonnier qui est ici déterminant : on part en saison sèche pour revenir au moment des travaux champêtres. Une fois que les pluies ont commencé, les puits sont difficilement praticables car submergés et risquant de s'effondrer. Le travail minier se concilie donc aisément avec le travail du cultivateur, et c'est une des raisons de son succès. Preuve en est qu'à Guirlan, seules quatre concessions sur trente n'ont pas de membres dans les mines. En tant que travail saisonnier, le travail minier permet donc des allers et des retours.

30De plus, l'exploitation artisanale n'assurant pas de revenus fixes, « tout est – selon les miniers – une question de chance ». Et certains en auraient beaucoup. C'est le cas de la concession des Kanté dont le premier bâtiment du village a été construit au milieu des années 1990, grâce à l'argent récolté dans des mines de diamants par un des premiers migrants. C'est désormais son fils qui part dans les mines d'or. En avril 2011, il a bâti sa propre boutique au village où il vend aussi bien des piles que du jus ou du lait concentré. Son « frère » (fils d'un frère de père), quant à lui, a gagné environ quinze millions de francs guinéens (environ mille cinq cents euros) et projette d'acheter une nouvelle moto. Tout en représentant l'espoir de gains importants, les mines permettant des mobilités saisonnières, entraînent en conséquence de nouvelles formes de déplacements.

Se déplacer autrement

31Au campement de Faralako, de nombreux enfants s'agitent et courent autour des abris pendant que leurs sœurs les surveillent. Ce n'est que vers dix-huit heures qu'on aperçoit leurs parents revenir des mines. Mamoudou m'explique qu'il est venu avec la dernière de ses épouses et leurs enfants. Sa femme travaille avec lui et s'occupe de remonter et laver les graviers. Leurs enfants eux, attendent au campement. S'il n'a pas laissé sa femme au village, c'est qu'ici elle peut gagner de l'argent et qu'ils resteront seulement un ou deux mois.

32Quelques hommes viennent donc accompagnés, et le plus souvent de leur dernière épouse. « Celle-là, on ne veut pas la laisser au village », me confient certains. Au travers des mobilités, ce sont les rapports entre conjoints qui transparaissent. Et la plupart du temps, on laisse se déplacer seule la première femme (commerce de sumbala), et on part avec la dernière, réputée être la favorite. D'où l'importance de savoir si l'individu part seul ou accompagné et dans quelles circonstances. Un homme marié seul peut également se rendre dans les mines. Il y reste entre un et quatre mois et, par conséquent, son absence influe peu sur la résidence, non plus que de venir avec une de ses femmes (et plus rarement les deux).

33Les mines permettent donc aux hommes d'être accompagnés de leur(s) épouse(s) et de leurs enfants de par leur caractère saisonnier, et par la possibilité qu'elles offrent aux femmes de travailler. Or, tel n'est pas le cas pour un jeune qui part en aventure, qui, même s'il se marie au village, n'amènera que rarement son épouse avec lui, sauf s'il désire s'installer durablement, voire définitivement (malgré les éventuelles réticences des résidents de sa concession). Aussi, dans les mines, rencontre-t-on des jeunes célibataires autant que des hommes mariés seuls ou accompagnés. Mais on y croise aussi des jeunes filles célibataires et des femmes mariées venues seules. Comment interpréter ces déplacements en principe non autorisés ?

Des fuites dans les mines

34Fatoumata prétendit partir pour la journée à Kankan. Mais le soir elle n'était pas revenue. Quelques jours auparavant, elle était entrée en conflit avec sa mère qui refusait qu'elle vende des boulettes de poisson au village. Car une jeune fille, selon elle, ne gagne pas d'argent à son propre compte et doit aider sa mère, d'autant plus qu'elle fait du sumbala. C'est la raison pour laquelle, d'après les résidents, sa fille aurait fui. Quelques semaines après, on apprit que quelqu'un l'avait aperçue vendre de la nourriture dans les mines d'or de Siguiri. Sa mère prit alors les transports et la ramena, en pleurs, le lendemain.

  • 36 Cf. Dessertine (2010), qui montre que les enfants illégitimes sont généralement élevés par leur gra (...)

35Le déplacement d'une jeune fille célibataire, si elle n'est pas accompagnée, n'est pas toléré, car risquer de perdre une jeune fille c'est risquer de perdre une future épouse qui permettra l'alliance avec d'autres concessions affectant ainsi la pérennité du lu. Deux causes majeures peuvent en être l'origine : une grossesse illégitime et l'impossibilité de faire du commerce. Dans le premier cas, la mobilité prend la forme d'une fuite, mais n'en est pas vraiment une. En effet, la jeune fille est accueillie chez des parents qui vivent à Conakry ou dans d'autres villes guinéennes. Elle reste jusqu'à son accouchement et revient ensuite au village où l'enfant sera généralement élevé par sa mère36. Bien sûr, toutes les jeunes filles concernées par une grossesse illégitime ne partent pas. Mais par peur des « on-dit » et des représailles de leur père, certaines préfèrent prendre la fuite, sans avertir les membres de la concession de leur départ.

  • 37 Remarquons que la situation des jeunes filles en fuite est à l'inverse à celle des épouses qui vend (...)
  • 38 Selon les propos de certains, il semblerait que cette désignation de fudukurunin viendrait d'une pr (...)

36En revanche, dans les mines, les fuites sont d'une autre nature. En général après un conflit, des jeunes filles célibataires et des femmes mariées partent seules, soit pour faire du commerce, soit pour chercher de l'or. Toutes, donc, aspirent à des revenus monétaires dans un espace où elles peuvent aussi bien vendre des produits au marché qu'accumuler de l'or. Pour certaines – les jeunes filles surtout – le but est d'accéder à une autonomie financière37, pour d'autres – les femmes mariées – de compenser l'insuffisante aide économique de leur mari. Ces dernières partent généralement sans l'accord de leur époux (fuite) qui demeure difficile à obtenir car dans les mines, une femme – et même une jeune fille célibataire – peut se « marier » à court terme (fudukurunin ou « mariage court »). Même si cette union porte le nom de « mariage » (fudu), elle n'implique aucune cérémonie particulière et repose sur l'accord mutuel des deux individus38. Or, rares sont les hommes qui prennent ce risque car ils n'accepteraient pas que leur épouse revienne enceinte d'un autre. Ils pourraient alors demander le divorce ce qui entraînerait la perte d'une épouse et d'une mère pour la concession.

37Selon les habitants, les fuites, déplacements non autorisés, tendent à s'intensifier par la présence des mines. C'est que dans les mines, « si on a de la chance », on peut gagner de l'argent rapidement et peut-être affirmer, dans cet espace, son choix de mobilité. Toutefois, en dépit de ces fuites, les mines d'or et la diversité des mobilités qu'elles permettent, semblent par les revenus qu'elles apportent, sans exiger d'installation définitive, contribuer à perpétuer la résidence, alors que de prime abord, sa mise en péril aurait pu être envisagée.

Quand partir c'est revenir

38Dans un contexte où la perpétuation de la résidence est capitale, les mobilités ne peuvent être totalement contrôlées par le migrant. La mobilité matrimoniale est sur ce point particulièrement illustrative puisqu'avant de concerner les conjoints elle concerne leurs concessions. Certains déplacements pourtant, semblent n'être que le fruit d'une décision individuelle. Mais ils restent soumis à l'accord des membres du lu et surtout, ils doivent impliquer un retour. À la différence du retour « impossible » dont parle E. Razy (2006), à Guirlan, la clé de la stabilité résidentielle est le retour nécessaire. Cependant, si le voyage donne de l'expérience (hankili), il peut aussi donner le « mauvais » comportement : « oublier ses parents et son village natal ».

39Selon le sexe, l'âge et le statut de l'individu, ces déplacements s'inscriront dans une géométrie différente et auront un impact plus ou moins prononcé sur la pérennité de la résidence. On tolère qu'un jeune célibataire parte en aventure apprendre un métier pour plusieurs années, ou qu'une épouse quitte la concession seulement quelques jours ou quelques semaines vendre des marchandises, du moment qu'ils reviennent. Ce n'est que dans ces conditions que leur absence n'affecte guère la perpétuation de la résidence. Sur ce point, les migrations vers les mines sont similaires. Et le fait qu'elles soient saisonnières élargit même le champ des possibles, attirant alors des individus qui ne peuvent pas en principe être mobiles. Par contre, les déplacements des jeunes filles célibataires et des femmes mariées, si elles sont seules, restent considérés comme des fuites car ils mettraient en péril la perpétuation de la résidence. En effet, les premiers risqueraient d'entraîner la perte potentielle d'une future épouse et les seconds, aboutir à un divorce.

40Ainsi, plus que de « partir pour rester » (pour reprendre le titre de l'ouvrage de Cortes, 2000), on part pour s'en retourner, puisque c'est dans la nature même du déplacement d'être temporaire et le retour en constituerait une condition intrinsèque. Dans cette perspective, mobilité et ancrage ne s'excluent pas, mais interagissent en conciliant volontés individuelles et contraintes collectives de pérennisation de la résidence.

Haut de page

Bibliographie

AUGUSTINS G., 1989, Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes, Nanterre, Société d’ethnologie, 433 p.

BROU K., CHARBIT Y., 1994, La politique migratoire de la Côte-d'Ivoire, Revue européenne de migrations internationales, vol.10 n°3. p. 33-59.

CHEYNS E., 2008, Qualification des aliments dans des villes africaines, entre local et global : le « soumbala » dans tous ses états, in DREYFUS F., CHIFFOLEAU Y. et TOUZARD J.-M. (éds), Les nouvelles figures des marchés agro-alimentaires, Symposciences, p. 169-182

CORTÈS G., 2000, Partir pour rester. Survie et mutations des sociétés paysannes andines (Cochabamba, Bolivie), Paris, ORSTOM, 431 p.

LE COUR GRANDMAISON C., DELUZ A., RETEL-LAURENTIN A., 1978, La natte et le manguier, Mercure de France, p. 46-68.

DESSERTINE A., 2010, Où vont les enfants du lu ? De l'impact des dons d'enfants sur les groupes domestiques malinkés de Guirlan, Mémoire de Master 2, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, Michael Houseman (dir.) et Suzanne Lallemand (tuteur), 122 p.

DUREAU F., HILY M.-A., dir., 2009, Les mondes de la mobilité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Essais, 189 p.

FELDMAN N., 2011, Relations familiales et rapports de sexe au Mali, Journal des anthropologues, n°124-125, p. 1-21.

FORTES M., 1949, The Web of Kinship among the Tallensi, London, Oxford University Press, 358 p.

FORTES M., 1956, Introduction, in GOODY J. (ed.), The Developmental Cycle in Domestic Groups, Cambridge, Cambridge University Press, p. 1-14.

HUMARAU B. 1996, Les marchés d'Ibadan, pivots de la construction d'une identité féminine et de son rapport au politique, Bordeaux, Centre d'étude d'Afrique Noire, Travaux et Documents, 33 p.

LEMAIRE M., 2009, Les sillons de la souffrance. Représentations du travail en pays sénoufo (Côte d’Ivoire), Paris, CNRS Editions, p. 125-140.

LEVI-STRAUSS C. 2004 [1979], La voie des masques, Paris, Pocket Agora, p. 141-164.

QUESNEL A., 2009, De la communauté territoriale à l'organisation familiale en archipel : la mobilité spatiale des familles rurales en Afrique de l'Ouest et au Mexique, in DUREAU F., HILY M.-A. (dir.), Les mondes de la mobilité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Essais, p. 67-103.

RAZY E., 2006, De quelques « retours soninké » aux différents âges de la vie, Journal des anthropologues [En ligne], p. 106-107, URL : http://jda.revues.org/1211

SINOU A., 1987, Habiter à Bamako et à Saint-Louis du Sénégal, in LEBRIS E., MARIE A., OSMONT A., SINOU A. (eds.), Famille et résidence dans les villes africaines, Paris, L'Harmattan, p. 71-114.

Haut de page

Notes

1 Terme malinké généralement traduit par « concession ». Notons que d'après Alain Sinou : « ce terme ne renvoie cependant pas à son origine à une forme spatiale mais à un type de transaction foncière effectuée par l'administration coloniale vis-à-vis des Européens et dans quelques cas des Africains. Aujourd'hui, il a changé de sens pour définir une unité spatiale habitée par des Africains, quelle que soit sa taille et son statut foncier» (1987, p. 85).

2 Voir par exemple les articles réunis dans l'ouvrage Les mondes de la mobilité et notamment celui d'André Quesnel au Togo, au Burkina-Faso et au Mexique qui se réapproprie les concept d' « archipel » pour penser les mobilités de travail (2009).

3 Autrement, le déplacement serait considéré comme une fuite. Ce phénomène sera analysé plus loin.

4 J'ai recensé les trente lu du village en prenant en compte tous les résidents ainsi que leurs liens de filiation et d'alliance.

5 Nombreux sont les retours qui s'effectuent en saison des pluies au moment des travaux champêtres.

6 Je m'appuie ici sur Georges Augustins, dans Comment se perpétuer, qui souligne que « c'est tantôt la descendance commune à partir d'un ancêtre sélectionné en vertu de critères divers qui forge le groupe, et l'on peut alors parler de parentèle, tantôt la résidence qui constitue le facteur de permanence, et l'on peut alors parler de groupe domestique » (1989, p. 43).

7 Souligné par moi-même.

8 Notons d'ailleurs que le terme de lu est parfois utilisé pour désigner la « famille ».

9 Gardons à l'esprit qu'il s'agit d'une société patrivirilocale et que ce sont donc les femmes qui partent chez leur mari ou le père de leur mari.

10 La mariée se doit de pleurer car, de la même manière que les Sénoufo de Côte d'Ivoire (Lemaire, 2009), la séparation que scelle le mariage évoque celle du deuil des parents.

11 Appartenir à un lu c'est également appartenir à un des quatre clans (kabila) qui subdivisent le village. Chaque clan fait référence à un des quatre ancêtres fondateurs de Guirlan. C'est donc l'ordre chronologique d'installation qui prime sur le principe lignager.

12 Je m'appuie ici sur des données que j'ai pu recueillir en assistant aux cinq accompagnements qui ont eu lieu lors de ma période de terrain.

13 L'objectif était entre autres de retracer les liens de parenté entre époux s'il y en avait.

14 Meyer Fortes distingue trois phases dans ce qu'il appelle « le cycle de développement » de la résidence (1949, 1956) :

- la phase d'expansion, après le mariage, dont la limite biologique est la durée de fertilité de la ou des épouse(s) ;

- la phase de dispersion ou de fission, qui commence avec le mariage de l’enfant le plus âgé et continue jusqu’à que tous les enfants soient mariés ;

- la phase de remplacement, qui finit par la mort des parents, remplacés par la famille de leurs enfants et plus particulièrement par la famille de l’héritier du père.

15 « N'ma fen soron, n'ka hankili soron » : « je n'ai rien gagné mais j'ai gagné de l'expérience ». Notons d'abord que cette phrase revient telle quelle dans la quasi-totalité des entretiens. Remarquons également que le terme d'hankili qui désigne l'expérience est également utilisé lorsque l'on qualifie quelqu'un d'intelligent « ala hankili duman », « il est intelligent » ou littéralement « son expérience est douce ».

16 De plus en plus, l'objectif est d'apprendre un métier (ferrailleur, mécanicien, etc.). Les jeunes hommes ne se contentent plus de « se débrouiller ».

17 Cf notamment le travail de Kouadio Brou et Yves Charbit sur la politique migratoire en Côte d'Ivoire dont un des objectifs était de procurer des travailleurs à l'agriculture ivoirienne. Le Burkina-Faso, la Mali, la Guinée puis le Ghana fournissent la majorité des étrangers qui représentaient 28 % de la population en 1988 (1994, p. 34)

18 Quelques exceptions tout de même : deux hommes célibataires en Angola, un en Afrique du Sud, une femme veuve, ses trois enfants et un homme célibataire en France, un homme célibataire en Espagne, un en Belgique et un en Chine.

19 Etant donné que ces migrations concernent aussi bien des hommes que des femmes, nous les étudierons en troisième partie.

20 Même si l'homme peut subir une pression pour se marier, c'est en général lui qui va proposer une femme aux membres de sa concession.

21 Ce statut précaire est remarquablement illustré et analysé par Nehara Feldman chez les Soninké de Bako au Mali (2011).

22 Ce parallèle entre études et voyage mériterait par ailleurs d'être approfondi.

23 Pour qu'un ménage polygame fonctionne, il faut, d'après les propos des habitants, que l'homme donne la même somme d'argent à chacune de ses femmes. De même, s'il offre un cadeau à l'une, il doit en offrir un à l'autre. On retrouve ce principe dans la plupart des pays pratiquant la polygamie.

24 Les retours peuvent être volontaires, mais quand ils ne le sont pas, le moyen privilégié de pression est l'éventuelle malédiction des parents. Cet aspect reste à approfondir.

25 Elle se rend d'abord chez son chef de clan pour recevoir les consignes des différents chefs de concession. Accompagnée par des vieilles femmes et jeunes filles, elle va ensuite manger chez le fudunyalon (traduit par le terme de « témoin de mariage » mais littéralement « celui qui voit et connaît le mariage »). C'est ici qu'un homme de la concession de son époux viendra la capturer sur son dos ou à moto pour l'amener dans la case de son mari.

26 D'autant plus marquée que le divorce est rare et le lévirat important (en mariant un des frères cadets du mari, la femme reste alors dans la concession de son mari défunt).

27 Ce sont principalement des griottes qui peuvent être accompagnées par des voisines qui ont l'habitude de participer à ce type de cérémonie.

28 Cf. l'étude d'Emmanuelle Cheyns pour plus de précisions sur le sumbala (2008)

29 Nous verrons par la suite que cette démonstration d'argent est à relativiser. La femme en conserve une partie pour elle.

30 Remarquons que s'il ne connaît pas les bénéfices que tire son épouse de son jardin, le mari contrôle en revanche combien son épouse gagne lorsqu'elle fait du sumbala.

31 C'est ce qu'on appelle en malinké mafein san ko. Tous les jours, le mari doit donner une petite somme à la femme qui cuisine pour préparer la sauce qui accompagnera le riz ou le to (sorte de pâte préparée à base de farine de manioc mélangée avec de l'eau).

32 Sont ici incluses les femmes de la concession des pêcheurs (les Camara) qui ne possèdent pas de terres, et certaines femmes qui commercialisent les produits des autres en les achetant puis en les revendant à des prix plus élevés à Kankan. Pour les autres, leur mari leur cède une parcelle qu'elles peuvent cultiver. La propriété des terres n'est pas formalisée et elles n'ont qu'un droit d'usufruit.

33 A titre d'hypothèse complémentaire, il semblerait que le temps nécessaire pour accumuler un capital suffisant (par exemple six ans pour Mariama) pourrait aussi expliquer que les premières femmes soient les plus représentées. Car rappelons le, il faut être mariée pour commercer. Mais cette piste demande encore à être explorée par l'ajout de nouvelles données.

34 Ce genre de « tactique » est notamment décrit pour le commerce de poissons chez les Lébou du Sénégal par Colette Le Cour Grandmaison (1978). Elle y rapporte les propos d'une commerçante : « Moi, je regarde chaque fois la quantité de poissons qu'il y a et je dis : « cela vaut tant ». Souvent, il [son mari] n'est pas d'accord et il me faut discuter âprement. Mais nous finissons par décider d'un prix global. Je lui donne la somme et ensuite, dit-elle en frappant joyeusement dans ses mains, si je vends tout et plus cher, tout est pour moi ! » (Le Cour Grandmaison, p. 48)

35 En effet, les tombolomanw surveillent si les travailleurs ne font pas de couloirs dans le « pied » du puits, partie qui, si elle est touchée, peut entraîner un effondrement. Notons d'ailleurs que pour cette tâche, les tombolomanw doivent descendre dans le puits, ce qui implique qu'ils soient des miniers avertis.

36 Cf. Dessertine (2010), qui montre que les enfants illégitimes sont généralement élevés par leur grand-mère maternelle.

37 Remarquons que la situation des jeunes filles en fuite est à l'inverse à celle des épouses qui vendent du sumbala. Les premières partent en quête d'autonomie financière tandis que les mobilités des secondes sont permises justement parce qu'elles sont autonomes économiquement.

38 Selon les propos de certains, il semblerait que cette désignation de fudukurunin viendrait d'une pratique qui aurait cours dans certains villages miniers, où les femmes, si leur époux est absent pendant une longue période, peuvent se marier, cette fois de manière officielle, en attendant son retour. Mais je ne possède que peu de données sur cette pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Dessertine, « Le lu ne meurt jamais : mobilités des individus et pérennité de la résidence dans un village malinké de Guinée », Géocarrefour, Vol. 88/2 | 2013, 131-138.

Référence électronique

Anna Dessertine, « Le lu ne meurt jamais : mobilités des individus et pérennité de la résidence dans un village malinké de Guinée », Géocarrefour [En ligne], Vol. 88/2 | 2013, mis en ligne le , consulté le 21 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9058 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9058

Haut de page

Auteur

Anna Dessertine

ED. 395 «Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent» Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative UMR 7186 Université Paris Ouest Nanterre la Défense anna.dessertine16@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org