Navigation – Plan du site
Articles

Les fronts pionniers des pierres précieuses de Madagascar : des espaces d’émancipation pour les femmes ?

Frontier zones and Madagascar’s precious stones: spaces of emancipation for women?
Rémy Canavesio
p. 119-129

Résumés

La migration des femmes dans les fronts pionniers a rarement été étudiée. On considère souvent à tort que leur présence est limitée dans les ruées. La région d'Ilakaka à Madagascar montre pourtant qu'elles sont presque aussi nombreuses que les hommes à effectuer des migrations vers les fronts pionniers de la mine artisanale à Madagascar. Ces migrations ont souvent été choisies. Pour les femmes malgaches qui subissent des inégalités de genre importantes ─ notamment dans certaines régions ─, les fronts pionniers représentent une opportunité d'émancipation. Elles migrent avec l'espoir de s'enrichir, mais aussi avec l'objectif de profiter d'une société nouvelle où les inégalités de genre sont plus limitées que dans le reste du pays.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Comment l’expérience migratoire transforme-t-elle la situation des femmes ? Les problématiques relatives à ce champ d’analyse sont de plus en plus fréquemment étudiées. Au cours des trois dernières décennies ces questions ont été abordées selon des grilles de lecture variées, elles-mêmes inscrites dans des paradigmes différents, parfois opposés. Le foisonnement de travaux explique que ces questionnements se déclinent désormais en une multitude d’approches, tant du point de vue disciplinaire (économie, société, géographie, psychologie etc.) que géographique (espace d’immigration, espace d’émigration, espace de transit…) Ces recherches issues de terrains variés débouchent sur des résultats hétérogènes, qui soulignent le rôle décisif du contexte social, économique, spatial et historique (Agunias, 2006 ; Taylor, et al., 1996), remettant en cause les postures structuralistes dominantes des années 1980.

2En dépit de la multiplication des travaux, cet article explore cette question sur le terrain peu travaillé des ruées minières. En effet, bien que la géographie des migrations soit particulièrement féconde et malgré le nombre croissant de travaux questionnant spécifiquement les migrations des femmes (De Haas et al., 2010 ; Catarino, et al., 2005 etc.), les analyses portant sur les « fronts pionniers » (Arnauld De Sartre, 2005) et sur les migrations très spécifiques que sont les ruées restent extrêmement rares. Les phénomènes migratoires liés aux fronts pionniers sont spécifiques à bien des égards et, dans cet ensemble, les fronts pionniers miniers peuvent également être distingués des frontières agricoles. Les migrations de survie générées par la recherche des minerais précieux (or, diamants, saphirs, émeraudes…) sont souvent plus brutales et anarchiques que les mouvements de population produits par la mise en valeur de terres destinées à l’agriculture. Une forme de compétition s’exerce entre les migrants pour mettre la main sur les premières pierres, les meilleurs gisements, etc. Le déroulement du phénomène migratoire, les caractéristiques (structures familiales notamment) et les objectifs des migrants ne peuvent être assimilés à ce que l’on observe dans les grandes régions de défrichement des pays du Sud. On se représente souvent cet univers comme un monde strictement masculin. Dans ce tableau, le rôle des femmes est réduit au statut d’épouses de mineurs cantonnées à la sphère du foyer ou de prostituées dépendantes de maisons closes tenues par des criminels. Si cette caricature témoigne d’une partie des réalités, elle ne peut pas rendre fidèlement la complexité des situations observées dans les fronts pionniers de la mine artisanale.

  • 1 Dans la région d’Ilakaka, les mineurs ont mis à jour une très grande diversité de gemmes (béryls, t (...)

3Madagascar offre de nombreux terrains permettant d’interroger ces problématiques dans le contexte spécifique des ruées vers les pierres précieuses1. La région d’Ilakaka est le principal front pionnier malgache de la mine artisanale. A partir d’octobre 1998 (Guerin et al., 2000), cet espace a été concerné par une ruée de très grande ampleur. Plusieurs régions du pays ont connu des phénomènes migratoires du même type au cours des vingt dernières années (Brunet, 2003) et d’autres pays d’Afrique de l’Est sont également concernés (Canavesio, 2010 et 2011). Aucune ruée n’a pourtant atteint de dimensions équivalentes à celle qui concerna la région d’Ilakaka. En quelques mois, plus de 100 000 personnes venues de tout le pays - mais principalement de l’extrême Sud - se retrouvèrent dans cette région peu habitée du Sud-Ouest de la « Grande Ile » pour fuir la misère (Guerin et al., 2000 ; Feltz et al., 2010). Un véritable front pionnier s’est constitué, bouleversant le système socio-spatial endogène marqué par l’agro-pastoralisme traditionnel (De Saint Sauveur, 1998). Les autorités furent rapidement débordées par cet afflux de migrants, laissant plus ou moins volontairement se constituer un nouveau système marqué par des dynamiques informelles. Ce système basé sur l’extraction artisanale des pierres précieuses à grande échelle provoqua l’apparition de plusieurs dizaines de villages à proximité des gisements. En parallèle de l’activité minière, de nombreuses opportunités économique ont vu le jour, dans lesquelles les femmes sont largement représentées (commerce, artisanat, prostitution).

  • 2 Cette expression a été entendue à de multiples reprises dans la bouche des migrants parlant le Fran (...)

4Les hommes et les femmes qui ont alimenté ce vaste mouvement migratoire poursuivent un même objectif : celui d’améliorer leurs conditions de vie dans un espace profondément transformé par l’extraction minière (Canavesio, 2010). Lorsque les migrants et les migrantes francophones sont interrogés sur les bénéfices retirés de leur expérience migratoire, ils répondent fréquemment par la phrase suivante : « à Ilakaka, le rêve est libre2 », précisant du même coup leurs motivations. Bien que la formule soit lapidaire, elle n’en demeure pas moins lourde de sens. Après la fuite de la pauvreté, la quête d’une certaine forme de liberté serait donc la principale cause de ces ruées. Cette problématique est particulièrement intéressante dans le cas des migrantes dans la mesure où les inégalités de genre accentuent souvent les privations de liberté pour les femmes. A contre-courant des clichés qui véhiculent des images très négatives sur la condition féminine dans le contexte des ruées, les fronts pionniers seraient-ils perçus par certaines Malgaches comme étant de vastes espaces de liberté dans lesquels elles seraient en capacités (sociales et morales) de renégocier leurs positions dans les sphères économiques, sociales et politiques ?

5Il a été démontré qu’une bonne part des inégalités qui privent les femmes de leur émancipation est liée à l’environnement socioculturel et économique (Rajemison, 1995), et, d’une manière générale, à l’ensemble des phénomènes structurels (Catarino et al., 2005) qui encadrent leurs vies et leurs modes de pensée. L’hypothèse formulée ici est donc que ces régions minières fondamentalement « rajeunies » par les ruées peuvent offrir des opportunités d’émancipation pour les femmes malgaches qui, en dépit d’une situation plutôt enviable pour un pays du Sud (Gastineau, 2005 ; Samuel et al., 2005) souffrent encore de multiples inégalités (Droy et al., 2001 ; Rajemison, 1995 ; Charmes, 2005). Il s’agit donc de savoir si les fronts pionniers de la mine artisanale marqués par des systèmes socio-spatiaux en pleine recomposition offrent aux femmes des possibilités d’affranchissement vis-à-vis des pesanteurs socioculturelles et familiales qui restreignent leurs horizons économiques, politiques et sociaux aux cadres relativement rigides des structures préexistantes. Pour répondre à cette question il faudra préalablement dresser les contours de la situation des femmes à Madagascar. On analysera ensuite le rôle de celles-ci dans les fronts pionniers de la mine artisanale afin de savoir si la migration s’accompagne de progrès sensibles dans les domaines économiques, sociaux et politiques.

  • 3 L’enquête menée en juin 2007 auprès de 640 individus de 4 villages différents (Bekily, Andohan Ilak (...)
  • 4 La prostitution masculine (essentiellement auprès des collecteurs internationaux de gemmes) existe (...)

6Ce travail est principalement basé sur des recherches effectuées dans la région d’Ilakaka entre 2004 et 2008, mais il s’appuie également sur les nombreux entretiens réalisés dans d’autres fronts pionniers de la mine artisanale de Madagascar (Ambondromifehy notamment). En cumulé, six mois de travail de terrain ont été effectués dans la seule région d’Ilakaka permettant de réaliser un important travail cartographique et une enquête3 essentiellement quantitative auprès de 640 individus de quatre villages jugés représentatifs de la diversité socio-spatiale régionale. 206 chefs de famille (dont 37 femmes) ont par ailleurs été soumis à une série de questions ouvertes supplémentaires. Enfin, de nombreux entretiens et récits de vie ont été réalisés avec des acteurs variés de la région (mineur-e-s, commerçant-e-s, prostituées4, collecteurs de gemmes étrangers, marchand-e-s de gemmes locaux etc.) pour éclairer certaines problématiques et affiner les analyses.

Rapports de genre à Madagascar : Un modèle à relativiser

7Les inégalités de genre sont une réalité de plus en plus documentée (Catarino et al., 2005) et les travaux de recherche ne se limitent pas aux seuls pays développés. En la matière, l’Afrique est devenue un terrain de choix (Charmes, 2005) dans la mesure où le continent se caractérise par une situation particulièrement inégalitaire, bien que variable d’un pays à l’autre (Economic Comission for Africa, 2009). D’une manière générale, en Afrique sub-saharienne, les femmes bénéficient de marges de manœuvre limitées pour décider le leur avenir, que ce soit dans les sphères sociales (choix des conjoints, accès à l’école…), politiques (participation à la vie politique, action dans la société civile…) ou économiques (salaires, position dans l’entreprise, accès au crédit…).

  • 5 Ces pays sont les suivants, et dans l’ordre du classement : Madagascar, Egypte, Afrique du Sud, Tun (...)

8En comparaison avec les autres pays africains, Madagascar fait figure de « bon élève ». Les nombreux indices développés ces dernières années pour mesurer les inégalités hommes / femmes (Berenger et al., 2007) soulignent tous cette particularité avec plus ou moins de force, bien qu’ils ne disent rien des éventuelles disparités inter-régionales. Le Gender Statut Index (Economic Comission for Africa, 2009) qui analyse un échantillon de 12 pays d’Afrique classe Madagascar au premier rang5 des pays les moins inégalitaires pour le continent en 2009, alors qu’à l’échelle planétaire, le Global Gender Gap Index du Forum Economique Mondial attribuait à Madagascar la 80e place en 2010 (pour 134 pays étudiés).

9La situation des femmes à Madagascar est montrée en exemple aux pays africains bien que de lourdes injustices demeurent, dans les domaines économiques et politiques notamment (Economic Comission for Africa, 2009). Cette situation particulière est soulignée par Bénédicte Gastineau pour qui, sur le volet social, il existe des relations « …favorables à une concertation des hommes et des femmes dans leurs parcours sexuel, matrimonial et reproductif. » (Gastineau, 2005). Cette singularité particulièrement prégnante dans les régions centrales serait un fonctionnement hérité des structures sociales développées avant le XVIIIe siècle, à une époque où les Malgaches privilégiaient les rapports de caste aux rapports de genre (Rabenoro, 2005). A partir de la fin du XVIIIe s. cet héritage socioculturel favorable à l’égalité entre les sexes s’est progressivement délité sous le coup des politiques menées pour l’unification du pays (ibid.). La christianisation et la colonisation par les puissances européennes n’ont fait que renforcer cette dynamique à partir de la fin du XIXe s. (Gastineau, 2005 ; Rabenoro, 2005).

  • 6 Les violences conjugales à l’encontre des femmes sont malgré tout très répandues dans l’intimité de (...)
  • 7 Les chiffres actuels de scolarisation des filles ne doivent pas faire oublier que, jusqu’à une péri (...)

10La situation actuelle est le fruit de cette évolution singulière qui n’a pas été remise en cause avec l’indépendance du pays en 1960. Dans plusieurs pans de la vie sociale, les femmes malgaches bénéficient d’une situation de quasi égalité avec les hommes. C’est particulièrement net en ce qui concerne la gestion du couple6 (Gastineau, 2005), les droits sociaux (Rajemison, 1995) et l’accès actuel7 à la scolarisation (Droy et al., 2001). Plusieurs secteurs affichent en revanche de lourdes inégalités entre les hommes et les femmes. Dans le domaine économique, à l’instar de la situation du reste de l’Afrique, les femmes malgaches bénéficient de revenus très inférieurs à ceux des hommes en raison de leur très faible accès à l’emploi salarié formel (Charmes, 2005). Pourtant à Madagascar, lorsque l’on prend en considération l’ensemble des activités réalisées par les femmes (emplois formels, emplois informels, multi-activité, travaux domestiques), on constate que celles-ci travaillent davantage que les hommes (Droy et al., 2001). Pour les seules activités domestiques, la contribution des femmes est trois fois supérieure en temps à celle des hommes (Charmes, 2005). De plus, lorsqu’elles souhaitent développer leur propre activité, les femmes peinent à accéder au crédit et leur dynamique entrepreneuriale est également freinée par des considérations culturelles (Rajemison, 1995).

11Il existe par ailleurs de fortes différences interrégionales et les femmes des régions du Sud sont celles qui font face aux situations les plus difficiles. En effet, alors que ces secteurs sont déjà frappés par les niveaux de pauvreté les plus élevés du pays (revenus et taux de scolarisation particulièrement bas), les femmes de ces régions se voient contraintes d’effectuer la quasi-totalité des travaux domestiques. Les inégalités homme / femme y sont nettement plus marquées que dans le reste du pays. La différence est tout à fait significative en ce qui concerne les corvées d’eau et de bois (Droy et al., 2001), particulièrement pénibles dans cette région au climat sahélo-soudanien marqué par l’aridité. A l’inverse, les régions centrales – et tout particulièrement la région Imerina étudiée par Bénédicte Gastineau (2005) – se caractérisent par des inégalités de genre nettement plus faibles. On peut dès lors se demander si ces inégalités (à la fois socioculturelles et spatiales) influent sur le genre et l’origine géographique des migrants.

Des pionnières aux itinéraires migratoires choisis

12La ruée vers les fronts pionniers d’Ilakaka s’intègre dans le cadre plus large d’un système migratoire d’échelle nationale qui s’est constitué autour de différents fronts pionniers agricoles et miniers à partir du début des années 1990 (Canavesio, 2010). Chaque nouvelle ruée remobilise une partie des migrants précédents (fig. 5) tout en drainant de nouveaux candidats à la migration. L’extrême Sud très largement rural contribue toujours massivement à ces migrations, y compris lorsqu’elles concernent des fronts pionniers situés à l’autre extrémité du pays (Walsh, 2003). Les migrants sont en général de jeunes adultes non diplômés, célibataires et sans enfants. Contrairement aux migrations antérieures, les ruées minières des deux dernières décennies remobilisent rarement les circuits claniques et familiaux porteurs de continuité entre les régions d’origine et les espaces d’immigration.

  • 8 La méthode d’enquête choisie après plusieurs années de terrain (pondération des effectifs selon les (...)
  • 9 La fivondronana est l’équivalent de la Sous-préfecture française.
  • 10 Par souci de clarté, les différents fivondronana qui composent les grandes villes ont été regroupés (...)

13Il est probable que les inégalités hommes / femmes se soient ajoutées aux crises structurelles (économique, politique, démographique) et conjoncturelles (sécheresse) pour déclencher des mouvements migratoires massifs de femmes vers ces différents fronts pionniers. Ce phénomène n’a pas pu être mesuré précisément8 mais la figure 2 montre néanmoins clairement que la propension des femmes à migrer vers les fronts pionniers d’Ilakaka est hétérogène et varie parfois fortement d’un fivondronana9 à l’autre. Alors que les femmes migrantes représentent 42% de l’ensemble des migrants, certaines régions sont marquées par des proportions de femmes très éloignées de cette moyenne. Dans les régions sèches du Sud (de Toliara à Tolagnaro), les femmes représentent en moyenne 46% des émigrés avec des taux particulièrement élevés dans les fivondronana d’Amboassary (49%), Tuléar10 (53%) et Betroka (73%). Les « Hautes Terres » (de la capitale Antananarivo à Fianarantsoa) sont en revanche marquées par une émigration des femmes relativement faible (34% des émigrés), avec des valeurs extrêmement basses dans les fivondronana d’Ambositra (33%) et surtout au Sud de la région Imerina (Antsirabe : 9%).

Figure 1 : Attractivité des fronts pionniers d’Ilakaka auprès des femmes.

Figure 1 : Attractivité des fronts pionniers d’Ilakaka auprès des femmes.
  • 11 Cette carte a été réalisée à partir de l’enquête menée en juin 2007 auprès de 640 individus de la r (...)

Carte de l’auteur réalisée à partir de données de terrain de juin 200711.

14C’est donc précisément dans les régions où les inégalités hommes / femmes sont les moins marquées que l’on retrouve les proportions de migrantes les plus faibles alors que les régions caractérisées par de très fortes inégalités de genre sont celles dans lesquelles la part des émigrantes est la plus élevée. Cette inégale contribution des femmes aux mouvements migratoires en fonction de leur origine géographique est considérable et dépasse largement les marges d’erreur de l’enquête. Bien que les causes d’une migration soient presque toujours multifactorielles, les inégalités importantes dont souffrent les femmes malgaches dans certaines régions du pays semblent donc être en mesure d’expliquer (au moins en partie) les importantes migrations de femmes vers les différents fronts pionniers du pays.

Figure 2 : Pyramides des âges d’Andohan Ilakaka (à gauche) et de villages de mineurs (Bekily et Manombo Kelly) de la région d’Ilakaka (à droite)

Figure 2 : Pyramides des âges d’Andohan Ilakaka (à gauche) et de villages de mineurs (Bekily et Manombo Kelly) de la région d’Ilakaka (à droite)

Canavesio, 2010

15Par ailleurs, alors que les migrations féminines ont longtemps été dépeintes comme étant subies plus que choisies (Catarino et al., 2005), les fronts pionniers de la mine artisanale malgache offrent un exemple de phénomène migratoire dans lequel une bonne part des femmes décident, maitrisent et adaptent leurs parcours migratoires. Les analyses des migrations féminines en région pionnière sont encore peu nombreuses. Les exemples étudiés jusqu’à présent (en Amazonie principalement) ont essentiellement révélé la forte dépendance des migrantes aux structures familiales, qu’elles soient héritées, ou en cours de renouvellement (Arnauld De Sartre, 2005) et les femmes sont très rarement considérées comme étant à l’initiative de leurs migrations. Le cas d’Ilakaka montre au contraire une très grande indépendance de nombre de femmes par rapport à ces structures et aux parcours migratoires. A Madagascar, si la « fièvre des pierres précieuses » a majoritairement touché les hommes, de nombreuses femmes se sont également précipitées vers les régions minières. Elles ont souvent choisi librement de quitter leur région d’origine, et sont également très indépendantes quant au choix de leur région d’immigration.

  • 12 Le choix a été fait de réaliser des comparaisons en écartant les enfants car la majorité d’entre eu (...)

16Les différents villages des régions pionnières ne sont pas tous aussi attractifs pour les migrantes. Si elles sont nombreuses dans l’ensemble des centres de peuplement de la région (fig. 2), les femmes ont une attirance particulière pour les villages les plus peuplés aux fonctions les plus diversifiées (fig. 3). Elles sont donc particulièrement bien représentées dans les centres de négoce où se concentrent l’essentiel des activités commerçantes et la totalité des divertissements proposés dans la région (Canavesio, 2010). La parité n’est jamais atteinte, mais dans la « ville » d’Andohan Ilakaka, les femmes représentent tout de même un peu plus de 40% des plus de 15 ans12. Elles sont encore nombreuses dans les différents villages relais où se fait une partie du commerce de détail et sont un peu plus minoritaires dans les campements éphémères les plus récents où l’activité minière est la plus intense.

Figure 3 : Fonctions des différents villages de la région d’Ilakaka

Figure 3 : Fonctions des différents villages de la région d’Ilakaka

Canavesio, 2010

17On constate en revanche que les femmes sont nettement moins mobiles que les hommes. Elles effectuent beaucoup moins de migrations intra-régionales (fig. 4), et elles sont également moins nombreuses à multiplier les expériences de migrations au sein des diverses régions minières du pays (fig. 5). A l’échelle des fronts pionniers d’Ilakaka dans leur ensemble, près de la moitié des femmes déclarent ne jamais avoir habité un autre village de la région contre un quart des hommes. Cette différence est encore plus nette si l’on écarte la population habitant dans les centres de négoce. Dans ce cas, un tiers des femmes déclarent encore ne jamais avoir habité dans d’autres villages de la région contre seulement 4.5% des hommes. Cette moindre « fréquence migratoire » est également très nette à l’échelle nationale (fig. 5). Alors qu’un tiers des hommes a déjà habité d’autres régions minières du pays, elles sont moins de 20% à avoir effectué ces migrations inter régionales multiples. A ce stade de la réflexion, deux hypothèses distinctes peuvent être avancées pour expliquer cette moindre fréquence migratoire : la première expliquerait ce décalage par des freins économiques, sociaux ou culturels s’opposant à la mobilité des femmes alors que la seconde expliquerait cette stabilité par la volonté de construire un avenir dans les régions d’immigration.

Figure 4 : Part des habitants ayant habité dans d’autres villages de la région d’Ilakaka

Figure 4 : Part des habitants ayant habité dans d’autres villages de la région d’Ilakaka

Graphique de l’auteur réalisé à partir de données de terrain de juin 2007

Figure 5 : Part des habitants ayant habité dans d’autres régions minières

Figure 5 : Part des habitants ayant habité dans d’autres régions minières

Graphique de l’auteur réalisé à partir de données de terrain de juin 2007

18Les nombreux entretiens réalisés entre 2004 et 2008 montrent que la relative stabilité spatiale des femmes migrantes de la région d’Ilakaka est majoritairement « choisie » et minoritairement « subie ». La surreprésentation des femmes dans les activités commerciales peu mobiles et les charges familiales qui reposent sur ces dernières (notamment pour les femmes seules avec enfants) expliquent en partie la moindre mobilité des femmes. On constate néanmoins qu’à charge familiale comparable et à situation économique similaire les femmes conservent une moindre mobilité que les hommes. Les entretiens et les récits de vie ont également montré que les femmes acceptent plus facilement que les hommes l’idée d’un avenir durablement inscrit dans l’espace de leur migration (fig. 6).

19Elles aspirent à davantage de stabilité une fois la première migration réalisée et se distinguent en cela de la très grande majorité des hommes pour qui la migration est avant tout perçue comme un vecteur d’enrichissement rapide, plus que comme un moyen de fuir durablement leur région natale. Pour ces derniers, le retour dans la région d’origine semble être un objectif plus fort que pour les femmes. Cela rejoint les analyses parfois effectuées au niveau des migrations internationales (Quiminal, 2000) où les femmes migrantes apparaissent comme plus à même que les hommes de faire l’effort nécessaire pour se construire un avenir dans leur région d’immigration.

20L’ensemble de ces phénomènes démontre également la grande indépendance des femmes vis-à-vis des hommes en matière d’itinéraire migratoire. Même si une bonne part des femmes présentes dans la région a un parcours et des activités influencées par des volontés familiales qui émanent la plupart du temps de leur partenaire (conjoint par exemple), un grand nombre de migrantes bénéficient de marges de manœuvre très amples pour décider de leur avenir. Il convient à présent de voir si cette forme d’indépendance qui s’exprime par la mobilité se traduit positivement en termes économiques et sociaux pour les femmes des fronts pionniers d’Ilakaka.

Entre émancipation et asservissement

21De nombreuses femmes arrivèrent seules à Ilakaka. Grisées par les rumeurs qui circulèrent rapidement dans tout le pays quelques semaines après le début de la ruée en octobre 1998, nombre d’entre-elles migrèrent avec l’espoir de s’enrichir mais aussi de bénéficier d’un espace de liberté presque sans limite. Comme pour les hommes, l’aspect économique fut décisif pour déclencher cette migration, mais la fuite de structures sociales des régions d’origine ne doit pas être négligée dans l’analyse des motivations migratoires. Cela est particulièrement important dans le cas des femmes, notamment d’origine rurale. Pour elles, les fronts pionniers d’Ilakaka ont également représenté une opportunité de changer de vie grâce à la mise en place d’un système socio-spatial totalement renouvelé synonyme de liberté, d’émancipation et de modernité. Pour ces femmes, la quête de cet idéal passe souvent par l’occupation d’un nouvel emploi, par l’adoption de nouvelles valeurs ainsi que par la construction de structures sociales et familiales renouvelées. Ce véritable « projet de vie » qui va bien au-delà de la quête d’un revenu temporaire ou saisonnier (la quasi-totalité des migrants est installée dans la région depuis plusieurs années) est atteint avec plus ou moins de succès.

  • 13 Les bébés de sexe féminin, les jeunes filles scolarisées et les femmes au foyer (20% des femmes adu (...)

22Bien que des emplois variés se soient rapidement développées autour des activités extractives, l’activité minière reste encore très largement dominante à l’échelle régionale (54% de la population active), y compris pour les femmes (48% des femmes déclarant une activité rémunératrice13). Celles qui s’adonnent à cette activité de manière indépendante et sans le soutien d’un homme -qu’il soit mari ou associé- pour réaliser les travaux demandant le plus de force, concentrent leurs efforts sur les gisements superficiels ou sur les matériaux ayant fait l’objet d’un premier triage par les hommes. Pour ces femmes (photo 1), le quotidien est extrêmement difficile. Leurs revenus sont généralement très faibles et surtout extrêmement aléatoires. A l’instar de nombre de mineurs masculins, leur niveau de pauvreté est tel qu’elles n’ont souvent plus les moyens financiers de retourner dans leur région d’origine.

Photo 1 : Jeune femme partant à la mine dans la région d’Ilakaka

Photo 1 : Jeune femme partant à la mine dans la région d’Ilakaka

©Victor Luengo, photographe, juin 2008

  • 14 Commerces dans lesquels les femmes sont très largement présentes, y compris hors des fronts pionnie (...)
  • 15 Il s’agit du terme employé localement pour qualifier tout individu malgache (homme ou femme) faisan (...)
  • 16 Les femmes sont en revanche assez nombreuses à faire le commerce des pierres taillées.

23Si de nombreuses femmes travaillent à la mine, un très grand nombre de migrantes obtiennent des revenus en pratiquant le commerce (presque exclusivement informel), parfois sous la forme de pluriactivité. Tous les domaines du commerce sont représentés, des plus « classiques14 » et faiblement rémunérateurs aux plus spécifiques directement liés à l’activité extractive et procurant des revenus élevés pour la région. Si l’on ne s’étonne pas de retrouver beaucoup de migrantes (34% des femmes déclarant une activité rémunérée) dans des petites boutiques d’alimentation, d’électronique, de restauration ou de textile, il est plus surprenant de voir qu’elles sont également nombreuses (8%) à faire le « business15 » des pierres précieuses brutes. En effet, dans les autres grands pays producteurs de gemmes, cette activité est presque exclusivement réservée aux hommes16. A Madagascar, leur présence dans le commerce des pierres précieuses brutes est très significative, à tel point qu’elles ont quasiment le monopole du commerce des pierres de petite taille. A Andohan Ilakaka, il existe ainsi un quartier dans lequel des dizaines de femmes se retrouvent chaque jour pour exercer cette activité, qui, si elle ne débouche jamais sur la fortune, permet en revanche d’avoir des revenus relativement élevés et plus réguliers qu’avec le commerce des plus grosses pierres. Le fait que les femmes soient acceptées dans ce commerce généralement dominé par les hommes montre bien que les freins culturels à la liberté d’entreprendre qui s’imposent aux femmes dans le reste du pays (Rajemison, 1995), sont largement affaiblis dans les fronts pionniers de la mine artisanale. En fait, c’est l’ensemble des codes économiques et sociaux qui sont modifiés. Une bonne partie de ces femmes vivent seules où sont à la tête d’une famille de petite taille où les enfants en bas âge sont très rares. Leur travail les amène à parcourir l’ensemble des villages miniers de la région pour faire la collecte des pierres précieuses qui sont ensuite revendues en fin de journée (ou après quelques jours passés dans les villages) dans les centres de négoce (photo 2).

Photo 2 : Femmes faisant le commerce des pierres précieuses brutes à Andohan Ilakaka

Photo 2 : Femmes faisant le commerce des pierres précieuses brutes à Andohan Ilakaka

cliché de l’auteur, 2008

24Leur relative réussite économique est bien acceptée par la population des fronts pionniers alors que ce mode de vie dépendant d’une mobilité quotidienne - et qui s’inscrit dans un parcours migratoire plus vaste - est vivement désapprouvé dans le reste du pays en raison de son inadéquation avec une vie de famille plus classique. Les femmes qui font le commerce des gemmes, proviennent en général des régions du Sud. Ce sont elles qui parviennent à tirer le plus grand bénéfice de leur parcours migratoire. En effet, elles accèdent à une situation économique sensiblement meilleure, ainsi qu’à un très haut niveau d’indépendance et ce, tout en bénéficiant de la bienveillance et de la reconnaissance de la part de l’ensemble des migrants. Par ailleurs, lorsqu’elles ont un mari, les revenus dont elles disposent leur donnent la possibilité de renégocier leur place dans le couple, à l’image de ce qui a pu être observé auprès de la population rurale de la région d’Antananarivo (Gastineau et al., 2010).

  • 17 Il n’a pas été possible de fournir des données chiffrées de ce phénomène mais on peut malgré tout c (...)

25L’analyse de la condition des femmes en région pionnière ne serait pas satisfaisante si l’on omettait de traiter de la question de la prostitution. Si cette activité ne mérite pas de cristalliser l’image de la femme des fronts pionniers, elle concerne malgré tout un nombre élevé de jeunes femmes17 et affecte profondément l’image et les structures socio-économiques de ces régions. Les gisements de pierres précieuses de la région d’Ilakaka ont un potentiel économique exceptionnel. Depuis 1998, cet espace est considéré par les professionnels de la joaillerie comme étant le plus grand centre d’achat de saphir brut au monde. Au cours des premières années, on estime que la valeur locale des achats de pierres a pu atteindre ou dépasser 500 000 US $ par jour (Canavesio, 2010). Plusieurs centaines de collecteurs étrangers (essentiellement sri-lankais et thaïlandais) se sont installés dans la région.

26Dans ce contexte, la prostitution s’est instantanément développée, auprès des acheteurs étrangers d’une part, mais également avec les dizaines de milliers de mineurs venus de tout le pays, d’autre part. Dans les premiers mois, il n’était pas rare de voir des mineurs devenus riches dépenser plus de 100 euros pour passer une nuit avec une prostituée. Dans un pays où le revenu minimum mensuel est d’environ 20 euros et où la pratique de la prostitution est déjà très répandue et relativement bien acceptée socialement, le phénomène s’amplifia très rapidement. Désormais, dans la région, plusieurs milliers de jeunes filles essentiellement originaires de la région Androy (fivondronana d’Amboassary et Ambovombe) et de Toliara se prostituent de manière quotidienne ou occasionnelle. Dans la quasi-totalité des cas, cette activité est pratiquée « librement », hors de toute structure, même s’il peut arriver que des pressions familiales s’exercent pour encourager les jeunes filles à se prostituer.

27Leur situation économique et sociale est très variable et il convient essentiellement de faire des distinctions en fonction de l’âge de ces prostituées. Les plus jeunes (de 12 à 15 ans) sont en général « au service » d’un collecteur thaïlandais. En termes purement économiques et matériels, ces adolescentes vivent très confortablement dans la maison de leur unique client, elles sont nourries et perçoivent un revenu très élevé pour la région (en général de 100 à 200 euros/mois). En théorie, leur liberté de mouvement est très limitée, mais lors des fréquentes absences de leur « maître » (aller / retour en Thaïlande pour le commerce), ces jeunes filles mènent un grand train de vie en dépensant leur argent dans les bars et boites de nuit de la ville et s’offrent bien souvent (contre rémunération) des aventures amoureuses avec de jeunes malgaches. Après l’âge d’une quinzaine d’années, ces prostituées subissent un déclassement économique irréversible en raison de revenus devenant moins réguliers et plus faibles. Leurs clients changent aussi, passant des très riches thaïlandais aux collecteurs sri-lankais, puis, en fin de « carrière » (entre 20 et 30 ans) à la clientèle malgache locale. La quasi-totalité de ces jeunes filles n’ont pas fréquenté l’école et leur parcours dénote d’une absence de projet professionnel à long terme. Les importants revenus perçus dans les années « fastes » de leur jeunesse sont presque toujours dilapidés en consommations improductives (Walsh, 2003). Lorsque l’heure de la « reconversion » arrive, elles disposent rarement du capital nécessaire aux projets professionnels qu’elles sont contraintes de mettre en place. Elles survivent alors en occupant de petits emplois informels très mal rémunérés. Leur situation devient souvent très critique d’autant plus que la multiplication des partenaires à la fin de leur parcours de prostituées favorise la contraction de nombreuses maladies sexuellement transmissibles nécessitant de coûteux traitements médicaux.

28La situation économique et sociale des femmes dans la région des fronts pionniers d’Ilakaka est donc complexe. Dans la grande majorité des cas, l’indépendance sociale recherchée est acquise grâce à la plus grande tolérance de cette société de migrants à l’égard des comportements échappant aux codes dictés par les sociétés d’origine. D’un point de vue économique, le bilan est en revanche beaucoup plus contrasté et la majorité des femmes ne bénéficient d’aucune amélioration de leurs conditions de vie. La plupart d’entre elles survivent péniblement en occupant de petits emplois et elles continuent d’être écartées des emplois salariés (y compris informels) offerts par des organisations économiques à structures complexes (entreprises ou proto-entreprises informelles avec hiérarchie). Il est par exemple symptomatique de remarquer que les femmes sont absentes des petites sociétés chargées de livrer de l’eau dans les foyers et commerces d’Andohan Ilakaka alors que ce travail est traditionnellement réservé aux femmes lorsqu’il a lieu dans le cadre familial (Droy et al., 2001). De ce point de vue, elles restent donc dans une situation très semblable à celle des femmes habitant le reste du pays et, plus largement, l’ensemble des pays d’Afrique sub-saharienne (Charmes, 2005).

  • 18 L’enquête a été menée en juin 2007 auprès de 206 chefs de familles des villages d’Andohan Ilakaka, (...)

Figure 6 : Investissements que réaliseraient les habitants de la région d’Ilakaka en cas de gain important (4 millions d’ariary18)

Figure 6 : Investissements que réaliseraient les habitants de la région d’Ilakaka en cas de gain important (4 millions d’ariary18)

Graphique de l’auteur réalisé à partir de données de terrain de juin 2007

  • 19 Posséder un troupeau de zébu est une forme d’épargne traditionnelle à Madagascar (notamment dans le (...)

29On retrouve par ailleurs à l’échelle de ces migrations interrégionales malgaches de nombreux traits communs aux migrations internationales analysées par Catherine Quiminal (2000). A l’image de ce qui est observé dans de nombreux cas hors de Madagascar (Catarino et al., 2005), la migration semble perçue comme plus profitable par les migrantes que par les migrants. En effet, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à souhaiter rester dans la région des fronts pionniers d’Ilakaka. Cette hypothèse avancée en analysant la fréquence migratoire intra et inter fronts pionniers miniers est également étayée par l’enquête menée en 2007 (fig. 6) qui montre que 40% des femmes envisagent d’investir dans cette région alors que seulement 33% des hommes poursuivent cet objectif. Le souhait de construire une maison (sous-entendu « en dur ») est tout à fait révélateur dans la mesure où il est deux fois plus fréquent chez les femmes que chez les hommes lorsqu’il s’applique à l’espace d’immigration, alors que les hommes sont bien plus nombreux que les femmes à souhaiter construire une maison dans la région d’origine. En dehors de cette analyse « spatiale » des résultats de l’enquête, on constate que les domaines d’investissement des migrants et des migrantes restent très comparable à ceux qui dominent dans le reste de Madagascar avec des femmes qui montrent un vif intérêt pour les investissements productifs (notamment commerciaux) potentiellement porteurs d’indépendance économique, alors que de leur côté les hommes privilégient les investissements à forte connotation politique et lignagère au tanindrazana (épargne en « zébus19 » et activités agricoles).

30A l’heure actuelle et d’une manière générale, les femmes semblent donc davantage satisfaites que les hommes de leur expérience migratoire dans les fronts pionniers d’Ilakaka. Ce résultat s’explique en grande partie par le fait que la migration des hommes correspondait à la poursuite d’un objectif presque purement économique qui s’avère largement déçu, alors que les migrantes étaient à la recherche d’évolutions économiques mais aussi socioculturelles qui ont en partie été satisfaites dans l’environnement particulier des fronts pionniers d’Ilakaka. Cette perception mériterait néanmoins d’être nuancée et gagnerait à être ré-analysée ultérieurement. En effet, la migration a fortement altérée la capacité des migrantes à solliciter les solidarités lignagères de leurs régions d’origine. Alors que la plupart des migrantes se sont installées dans la région d’Ilakaka depuis près d’une décennie, 46% d’entre-elles affirment ne jamais avoir rendu visite à leur famille contre seulement 26% pour les hommes. Une part importante des femmes encore jeunes qui montrent une certaine forme de satisfaction (notamment les prostituées) sont donc exposées à un avenir très sombre (maladies professionnelles, revenus misérables, isolement social et familial) qui pourrait faire évoluer leur perception de leur expérience migratoire en termes de « coûts / avantages » dans les années à venir.

Conclusion

31La région des fronts pionniers d’Ilakaka est un terrain d’étude privilégié des migrations interrégionales dans un secteur rural et déshérité de Madagascar. L’analyse des phénomènes de ruée est rarement proposée sous l’angle du genre. En effet, les femmes sont généralement considérées comme étant peu nombreuses et rarement maîtres de leurs choix dans ces phénomènes migratoires très particuliers, à la fois extrêmement brutaux et totalement anarchiques. Cette étude vient pourtant de montrer que les femmes pouvaient représenter une part importante des migrants en région pionnière, et ce dès le déclenchement de la ruée. Cela permet d’étayer l’hypothèse selon laquelle une large part des femmes habitant les régions pionnières de la mine artisanale malgache sont à l’initiative de leur parcours migratoire, et pas seulement de simples « suiveuses » dépendantes du projet d’un mari ou d’un proche. Ce phénomène déjà observé sur d’autres terrains à l’échelle des migrations internationales (Catarino et al., 2005) vient donc confirmer la capacité des femmes à saisir les opportunités offertes par les nouveaux systèmes de mobilités qui se développent dans les espaces ruraux des pays du Sud. Dans certains cas, les femmes n’hésitent pas à ajouter à leur migration interrégionale des mobilités quotidiennes de type pendulaire pour faire fructifier leur investissement migratoire initial.

32En analysant les trajectoires migratoires interrégionales et en les mettant en écho avec les structures socio-économiques développées par les femmes dans la région d’Ilakaka, ce travail a également souligné le fait qu’une bonne part des migrantes poursuivaient un double objectif, celui d’acquérir l’indépendance économique d’une part, et celui d’échapper aux structures sociales inégalitaires, d’autre part. Cet objectif s’accompagne d’un désir de stabilité spatiale. Alors que les hommes considèrent cette migration comme une étape dans un projet de vie ancré dans leur région d’origine, les femmes projettent davantage leur avenir sur leur espace d’immigration. Dans cette optique, elles tendent à limiter la fréquence de leurs migrations et investissent davantage que les hommes dans les fronts pionniers, que ce soit financièrement ou socialement. De ce point de vue, leur attitude est en de nombreux points comparable à celle des migrantes des fronts pionniers amazoniens (Arnauld De Sartre, 2005).

33Une dizaine d’années après le début de la ruée, le bilan est néanmoins contrasté pour les migrantes, à l’image des processus de développement régionaux dans leur ensemble (Canavesio, 2010). Si la plupart des femmes ont gagné en indépendance en se détachant des structures sociales encore très inégalitaires qui dominent dans certaines régions de Madagascar, nombre d’entre elles se retrouvent désormais dans des situations financières extrêmement délicates. Cette détresse est presque toujours renforcée par leur isolement vis-à-vis des structures sociales de leur région d’origine. En migrant, elles se sont coupées plus ou moins volontairement de ces réseaux et se trouvent désormais dans l’incapacité de réactiver les solidarités familiales et claniques. Pour nombre de migrants (hommes et femmes), notamment parmi les mineurs, la recherche d’un espace de liberté s’est transformée en une marche sans fin dans une région qu’ils n’ont plus les moyens de quitter.

Haut de page

Bibliographie

AGUNIAS D. R., 2006, Remittances and development: Trends, Impacts, and Policy Options: A review of the literature, Washington, Migration Policy Institute, 114 p.

ARNAULD DE SARTRE X. ; SEBILLE P. ; 2008, Diversité des itinéraires migratoires des colons d’un front pionnier amazonien, Confins (en ligne), n°4, 25 p. Format pdf. Disponible sur : http://confins.revues.org/4403

ARNAULD DE SARTRE X., 2005, Les jeunes filles des fronts pionniers amazoniens : « passeuses » du changement et négociatrices d’une nouvelle ruralité ? in CAPRON G., CORTES G., GUETAT H. (ed.), Liens et lieux de la mobilité. Ces autres territoires, Paris, Belin, Collection Mappemonde, p. 29-43.

ARNAULD DE SARTRE X., 2003, Territorialités contradictoires des jeunes ruraux amazoniens : mobilités paysannes ou sédentarités professionnelles ?, Thèse de Géographie, Université de Toulouse le Mirail, 544 p.

BERENGER V., VERDIER-CHOUCHANE A., 2007, Des inégalités de genre à l’indice de qualité de vie des femmes. African Economic Conference (Opportunities and Challenges of Development for Africa in the Global Arena), Addis-Abeba, Ethiopie, 15-17 novembre, 36 p. Disponible au format pdf sur :

www.uneca.org/aec/.../valerie%20berenger_audrey%20verdier-chouchane...

BRUNET R., 2003, Le diamant, un monde en révolution, Paris, Belin, 414 p.

CANAVESIO R., à paraître, Croissance économique des pays émergents et géographie mondiale des pierres précieuses, Echogéo, n° spécial : Les nouveaux espaces des activités extractives, Université Paris 1.

CANAVESIO R., 2010, Exploitation informelle des pierres précieuses et développement dans les nouveaux pays producteurs. Le cas des fronts pionniers d'Ilakaka à Madagascar, Thèse de Géographie, Bordeaux III, sous la direction de Christian BOUQUET, 502 p.

CANAVESIO R., 2009, Aires protégées, crise économique et mine artisanale : quels risques pour les espaces sensibles de Madagascar ?, Études caribéennes, n° spécial : Espaces et aires protégés (gestion intégrée et gouvernance participative), Université des Antilles et de la Guyane, (En ligne). Format pdf Disponible sur :

http://etudescaribeennes.revues.org/3622

CANAVESIO R., 2008, De la durabilité à la rentabilité, l’évolution des systèmes de production dans la région d’Ilakaka à Madagascar, Actes de colloque Geopoint 2008, Groupe Dupont.

CATARINO C., MOROKVASIC M., 2005, Femmes, genre, migration et mobilités. Revue européenne des migrations internationales (en ligne), vol 21, n°1, 17 p. Format pdf. Disponible sur : http://remi.revues.org/2534

CHALEARD J.-L., MESCLIER E., 2010, Question foncière et dynamiques territoriales dans les pays du Sud : nouveaux liens, nouvelles approches, Annales de géographie, n°676, (6), p. 587-596.

CHARMES J., 2005, Femmes africaines, activités économiques et travail : de l’invisibilité à la reconnaissance, Tiers-Monde, tome 46, n°182, p. 255-279.

DE HAAS H ; VAAN ROOIJ A., 2010, Migration as Emancipation? The impact of internal and international migration on the position of women left behind in the rural Morocco, Oxford Development Studies, vol 38, n°1, 20 p.

DE SAINT SAUVEUR A., 1998, Gestion des espaces et des ressources naturelles par une société pastorale, les Bara du Sud-Ouest malgache, Thèse de Géographie, Bordeaux III, 417 p.

DROY I., DUBOIS J.-L., RASOLOFO P., ANDRIANJAKA N., 2001, Femmes et pauvreté en milieu rural : analyse des inégalités sexuées à partir des observatoires ruraux de Madagascar, Communication au séminaire sur la pauvreté à Madagascar, Antanarivo, 4-7 février, 22 p. Disponible au format pdf sur :

www.dial.prd.fr/...pauvrete.../Droy_Dubois_Rasalofo_Andrianjaka.PDF

Economic Comission for Africa (United Nations), 2009, African Women’s Report. Measuring gender inequality in Africa: Experiences and lessons from the African gender and development index, Addis Ababa, United Nations Economic Commission for Africa, 262 p.

FELTZ G., RAZAFIMANDIMBY M., 2010, Saphir et développement local dans la commune rurale de Ranohira : les fokontany d’Andohanilakaka et de Manombobe (district d’Ihosy, Région Ihorombe), Taloha, n°19. Disponible sur :

www.taloha.info/document.php?id=829

GASTINEAU B., GUBERT F., ROBILIARD A.-S., ROUBAUD F., 2010, Madagascar au défi des objectifs du millénaire pour le développement, Montpellier, Editions IRD, 335 p.

GASTINEAU B., GATHIER L., RAKOTOVAO I., 2010, Relations de genre et violence conjugale a Antananarivo (Madagascar), Population-Santé (document de recherche du Laboratoire Population-Environnement-Developpement), n°17, 17 p.

GASTINEAU B., 2005, Devenir parent en milieu malgache. Evolution dans la province d’Antananarivo, Tiers-monde, tome 46, n°182, p. 307-327.

GUERIN C., MOREAU S., 2000, Ilakaka (Madagascar) : La ruée vers le saphir, Les Cahiers d’Outre-Mer, juillet-septembre n°211, p. 253-272.

MOIZO B., 2000, Déforestation et dynamiques migratoires (Madagascar), in GILLON Y., CHABOUD C., BOUTRAIS J., MULLON C., WEBER J. (ed.), Du bon usage des ressources renouvelables, Paris, IRD Editions, p. 169-185.

QUIMINAL C., 2000, Construction des identités en situation migratoire : territoire des hommes, territoire des femmes, Autrepart, n°14, p. 107-120.

RAJEMISON S., 1995, Femmes entrepreneurs et dynamique entrepreneuriale : le cas de Madagascar, in AMOUSSOUGA F. G., AGBODAN M. M. (ed.), Les facteurs de performance de l’entreprise, Paris, Agence Universitaire de la Francophonie, p. 227-236.

RABENORO M., 2005, Madagascar : the lost status if women, News from the Nord Africa Institute, n°2, p. 6-8.

RAZAFIMANJATO J. Y., RANDRIAMANJAKASOA J. H., RABEZA V. R., RAKOTONDRAJAONA N. H., ALLMAN J., 2001, La situation démographique de Madagascar, Population (INED), n°56, vol 4, p. 657-668.

SAMUEL O., ATTANE I., 2005, Femmes, famille, fécondité : de la baisse de la fécondité à l’évolution du statut des femmes, Tiers-monde, tome 46, n°182, p. 247-254.

TAYLOR E., ARANGO J., HUGO G., KOUAOUCI A., MASEY D., PELLEGRINO A., 1996, International migration and community development, Population Index, n° 62, p. 397-418.

WALSH A., 2003, “Hot money” and daring consumption in a northern Malagasy sapphire-mining town, American Ethnologist, vol 30, n°2, p. 290-305.

Haut de page

Notes

1 Dans la région d’Ilakaka, les mineurs ont mis à jour une très grande diversité de gemmes (béryls, topazes, tourmalines, alexandrites…), mais les pierres les plus fréquemment rencontrées sont les saphirs (Canavesio, 2010).

2 Cette expression a été entendue à de multiples reprises dans la bouche des migrants parlant le Français.

3 L’enquête menée en juin 2007 auprès de 640 individus de 4 villages différents (Bekily, Andohan Ilakaka, Andranomena et Manombo Kelly) a permis de dresser les grands traits sociaux, économiques et démographiques de la population migrante. Une partie de ces données est analysée dans une thèse (cf. Canavesio, 2010).

4 La prostitution masculine (essentiellement auprès des collecteurs internationaux de gemmes) existe dans la région d’Ilakaka. Ce phénomène restant marginal, il n’a pas fait l’objet de recherches spécifiques.

5 Ces pays sont les suivants, et dans l’ordre du classement : Madagascar, Egypte, Afrique du Sud, Tunisie, Mozambique, Ghana, Tanzanie, Ouganda, Ethiopie, Burkina Faso, Cameroun, Bénin.

6 Les violences conjugales à l’encontre des femmes sont malgré tout très répandues dans l’intimité des couples (Gastineau et al., 2010).

7 Les chiffres actuels de scolarisation des filles ne doivent pas faire oublier que, jusqu’à une période récente, Madagascar observait des inégalités de scolarisation au désavantage des filles (Droy et al., 2001).

8 La méthode d’enquête choisie après plusieurs années de terrain (pondération des effectifs selon les spécificités villageoises et enquête dans des villages jugés représentatifs de la diversité socio-spatiale) permet de limiter les biais d’échantillonnage (regroupements à bases ethniques, sociales ou professionnelles par exemple). Par conséquent, l’échantillonnage réalisé (640 individus dans 4 villages de la région d’Ilakaka) est relativement fiable (marge d’erreur globale inférieure à 4%). Il faut néanmoins manier avec prudence les ratios hommes / femmes calculés pour les finvondronana dotés de faibles effectifs. Pour cette raison, certains fivondronana aux effectifs particulièrement limités n’ont pas été représentés (Beloha, Mahajanga, Ankazoabo…)

9 La fivondronana est l’équivalent de la Sous-préfecture française.

10 Par souci de clarté, les différents fivondronana qui composent les grandes villes ont été regroupés (sur la figure 2 ce regroupement concerne Toliara, Fianarantsoa, Antsirabe, Antananarivo et Toamasina).

11 Cette carte a été réalisée à partir de l’enquête menée en juin 2007 auprès de 640 individus de la région d’Ilakaka. Elle est basée sur le lieu de naissance des individus. Il a été considéré que la population totale de migrants présents en juin 2008 dans la région d’Ilakaka s’élevait à 90 000 individus.

12 Le choix a été fait de réaliser des comparaisons en écartant les enfants car la majorité d’entre eux ne rentre pas dans la catégorie des migrants (ils sont nés sur place) et que les autres ne maîtrisent pas toujours leurs itinéraires migratoires. Leur comptabilisation aurait affecté les chiffres globaux. On notera que les filles de moins de 15 ans sont plus nombreuses que les garçons du même âge car lorsque les mères conservent des liens avec le tanindrazana, les jeunes garçons sont plus fréquemment gardés par la famille que les jeunes filles.

13 Les bébés de sexe féminin, les jeunes filles scolarisées et les femmes au foyer (20% des femmes adultes) ne sont pas comptabilisées.

14 Commerces dans lesquels les femmes sont très largement présentes, y compris hors des fronts pionniers d’Ilakaka. C’est notamment le cas du commerce de détail dans l’alimentation et le textile.

15 Il s’agit du terme employé localement pour qualifier tout individu malgache (homme ou femme) faisant le commerce des pierres précieuses. Lorsque ce commerce est réalisé par un collecteur étranger, le terme de « boss » est souvent employé.

16 Les femmes sont en revanche assez nombreuses à faire le commerce des pierres taillées.

17 Il n’a pas été possible de fournir des données chiffrées de ce phénomène mais on peut malgré tout considérer que les prostituées (occasionnelles et régulières) représentent environ 5 à 10% de l’ensemble des femmes de la région, et probablement plus du quart des jeunes filles dans la tranche d’âge 15-25 ans.

18 L’enquête a été menée en juin 2007 auprès de 206 chefs de familles des villages d’Andohan Ilakaka, Bekily, Andranomena et Manombo Kelly (dont 37 femmes). Chaque personne enquêtée avait la possibilité de donner deux réponses. La somme de 4 millions d’ariary (1800 euros environ) correspond à la valeur de pierres fréquemment trouvées dans la région. Chaque jour, plusieurs pierres de cette valeur sont mises à jour par les mineurs dans les fronts pionniers d’Ilakaka. Il faut néanmoins savoir que la valeur de ces pierres est souvent partagée entre le « patron » de la carrière (la personne qui finance le travail d’extraction) et les différents mineurs (généralement entre trois et dix personnes). La plupart du temps, le patron conserve 50% de la valeur des pierres (Canavesio, 2010).

19 Posséder un troupeau de zébu est une forme d’épargne traditionnelle à Madagascar (notamment dans le Sud et l’Ouest du pays). Avoir un troupeau important assure une forme de reconnaissance à son propriétaire tout en représentant un intérêt de point de vue des forces surnaturelles qui peuplent la nature selon les croyances malgaches.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Attractivité des fronts pionniers d’Ilakaka auprès des femmes.
Légende Carte de l’auteur réalisée à partir de données de terrain de juin 200711.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9046/img-1.png
Fichier image/png, 156k
Titre Figure 2 : Pyramides des âges d’Andohan Ilakaka (à gauche) et de villages de mineurs (Bekily et Manombo Kelly) de la région d’Ilakaka (à droite)
Légende Canavesio, 2010
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9046/img-2.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 3 : Fonctions des différents villages de la région d’Ilakaka
Légende Canavesio, 2010
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9046/img-3.png
Fichier image/png, 293k
Titre Figure 4 : Part des habitants ayant habité dans d’autres villages de la région d’Ilakaka
Légende Graphique de l’auteur réalisé à partir de données de terrain de juin 2007
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9046/img-4.png
Fichier image/png, 7,1k
Titre Figure 5 : Part des habitants ayant habité dans d’autres régions minières
Légende Graphique de l’auteur réalisé à partir de données de terrain de juin 2007
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9046/img-5.png
Fichier image/png, 22k
Titre Photo 1 : Jeune femme partant à la mine dans la région d’Ilakaka
Crédits ©Victor Luengo, photographe, juin 2008
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9046/img-6.png
Fichier image/png, 60k
Titre Photo 2 : Femmes faisant le commerce des pierres précieuses brutes à Andohan Ilakaka
Crédits cliché de l’auteur, 2008
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9046/img-7.png
Fichier image/png, 199k
Titre Figure 6 : Investissements que réaliseraient les habitants de la région d’Ilakaka en cas de gain important (4 millions d’ariary18)
Légende Graphique de l’auteur réalisé à partir de données de terrain de juin 2007
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/9046/img-8.png
Fichier image/png, 7,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Canavesio, « Les fronts pionniers des pierres précieuses de Madagascar : des espaces d’émancipation pour les femmes ? », Géocarrefour, Vol. 88/2 | 2013, 119-129.

Référence électronique

Rémy Canavesio, « Les fronts pionniers des pierres précieuses de Madagascar : des espaces d’émancipation pour les femmes ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 88/2 | 2013, mis en ligne le , consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9046 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9046

Haut de page

Auteur

Rémy Canavesio

Laboratoire d’Excellence «CORAIL» Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement CRIOBE USR3278 BP 1013 98729 Papetoai Moorea Polynésie Française remycanavesio@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page