Navigation – Plan du site

Vincent Carpentier et Philippe Leveau, Archéologie du territoire en France. 8000 ans d'aménagements

André Buisson
Référence(s) :

CARPENTIER V. et LEVEAU P., 2013, Archéologie du territoire en France. 8000 ans d'aménagements, Paris, Coédition La Découverte – Inrap, Collection Archéologies de la France, 176 p.

Texte intégral

1« L’ambition de cet ouvrage est d’éclairer, à travers l’archéologie, la manière dont les sociétés ont aménagé cet espace qui est aujourd’hui la France ». (p. 7). Au long de six chapitres, évaluant tour à tour les cours d’eau, les montagnes, le littoral, la cartographie, les campagnes, l’hydraulique et les villes, les auteurs fournissent un bilan très complet de cette « découverte » de notre pays que nous procure l’œilleton de la lorgnette archéologique, par les chantiers de fouilles programmés ou « de sauvetage ». Et c’est le sous-titre « 8000 ans d’aménagements » qui en donne le fil conducteur.

2La maquette des ouvrages de cette collection « Archéologies de la France » permet de livrer, outre un texte très dense et documenté, un nombre important d’illustrations accompagnées de légendes détaillées et fournies, destinées à compléter le discours. Enfin, l’ajout d’encarts d’une à deux pages, signés par des auteurs « invités », fait le point sur une fouille significative ou un programme de recherche déterminant.

3En introduction, les auteurs abordent la question délicate de la problématique de la recherche, en particulier dans le domaine de l’archéologie du paysage, de l’archéologie agraire ou même de l’archéologie de l’environnement (p. 21). Ces questions sont aujourd’hui au cœur de la démarche des archéologues qui, plutôt que de fouiller une nième villa romaine ou un xième édifice de bains, cherchent à percer le mystère de la relation environnementale entre le lieu et le paysage, à travers l’apport de plus en plus poussé des « sciences auxiliaires », géomorphologie, palynologie… C’est d’ailleurs le sujet du chapitre 1, consacré aux cours d’eau, dont l’étude a émergé dans les années 1970 grâce notamment aux géomorphologues. Gués, bacs et ponts sont ainsi explorés, changements de lit fluvial, navigation (fouilles de Lyon Saint-Georges…), étangs, ports fluviaux (Bercy, Les Mureaux, Chelles…), avec comme arrière-pensée l’idée du risque inondation.

4Le chapitre 2 concerne les montagnes ; il touche notamment aux « paysages du pastoralisme » avec les découvertes récentes sur les hauts plateaux du Sud-Ouest du Massif central ou celles des mines (Brandes-en-Oisan), carrières (Les Ecouges en Chartreuse, La Serre dans le Jura…) et exploitations forestières (vallée d’Aspe) et montre enfin comment la route désenclave la montagne et crée la ville (Aime, Moutiers…).

5Le littoral est examiné dans le chapitre 3. C’est certainement le thème qui a fourni le plus d’apports récents, quant à la géographie des ports maritimes (Marseille, Fréjus Toulon, Quentovic), à l’évolution du trait de côte ou des estuaires ou deltas (Camargue) ou aux aménagements pérennes comme les pêcheries ou les marais salants. Quatre pages illustrées de cartes montrent l’importance des rivages dans l’action de formation de l’identité nationale (fortifications de Vauban, aménagement des zones humides…).

6L’archéologie des campagnes (chapitre 4) montre l’orientation de l’archéologie vers la découverte des pratiques agricoles (défrichements, cultures, pratiques agraires, plantations et aménagement des parcellaires d’abord gaulois, puis romains avec les fameux cadastres, mais également médiévaux, avec par exemple l’aménagement des étangs en lien avec le développement de la pisciculture pour les besoins alimentaires régionaux (Dombes, Brenne…).

7L’hydraulique fournit la matière du chapitre 5. De nombreux résultats des recherches récentes sont d’ailleurs en liaison avec le chapitre suivant, notamment sur le thème des aqueducs romains (aqueducs d’Orléans, p. 126-127). Les auteurs ont associé à ce dossier celui concernant les canaux, du canal de Marius aux canaux « modernes » (canal du Midi, canal de la Vilaine) et celui des moulins (de celui de Barbegal à ceux de Thervay ou de Bréhat).

8Enfin, les villes (chapitre 6) font l’objet d’une étude large et documentée par l’apport de nombreuses fiches annexes. On balaie ainsi le dossier de la ville préromaine (Corent, Besançon, de l’oppidum à la cité), de l’origine militaire romaine de Strasbourg et de l’âpre voisinage de la ville et du fleuve, à Tours (p. 154-155). La transition entre antiquité et Moyen Age est évoquée avec le cas de Toulouse, les activités artisanales avec les tanneries à Troyes, les différentes enceintes médiévales de Paris…

9Dans leur conclusion, les auteurs soulignent la place importante occupée par Rome et l’Antiquité « moment fort au sein d’une histoire plus longue ». Ils montrent aussi l’importance de la pluridisciplinarité dans la recherche archéologique moderne. La grande place prise dans cet ouvrage par l’archéologie des périodes médiévale et moderne montre aussi la volonté de l’archéologie de se débarrasser, depuis quelques années, de la tutelle obsédante des antiquisants, et ce n’en est que mieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Vincent Carpentier et Philippe Leveau, Archéologie du territoire en France. 8000 ans d'aménagements », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 19 septembre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/9010

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page